Archives par mot-clé : Littérature populaire / popular literature

Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours 

26, 27 et 28 janvier, Université de Genève, Uni Mail, salle M2160

Proposée dans le cadre d’une recherche sur le cycle romanesque des Sept Sages de Rome (XIIIe siècle), cette rencontre internationale, conçue dans une perspective transdisciplinaire et transhistorique, a pour objectif de favoriser les échanges et la réflexion théorique et pragmatique à propos des fictions sérielles en alliant approches formelles, matérielles et historiques.

Programme

Jeudi 26 janvier

Introduction

  • 09h30 Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève) et Simone Ventura(Université libre de Bruxelles)

Session I : Conditions de production

Modération par Cédric Giraud (Université de Genève)

  • 10h00 Patrick Moran (University of British Colombia) « De l’impact des transformations médiatiques sur l’écriture sérielle : l’exemple des cycles arthuriens du XIIIe siècle »

10h30 Pause

  • 11h00 Matthieu Letourneux (Université de Paris-Nanterre) « Les conditions fordistes de production de la littérature sérielle dans la France des Trente Glorieuses »

  • 11h30 Nicola Morato (Università di Bergamo) « Modèles de cyclification arthurienne hors de France. Formes du livre et morphologie des traditions textuelles » 

Continuer la lecture de Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Appel à contributions : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse (Hradec Kralove & en ligne)

Colloque international : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse

23 et 24 mars 2023Université de Hradec Kralove, République tchèque

Échéance des propositions : 23 février 2023

Le colloque se tiendra en format hybride (en présentiel et en ligne)

Chacun tourne en réalités
Autant qu’il peut ses propres songes :
L’homme est de glace aux vérités,
Il est de feu pour les mensonges.[1]

Jean de La Fontaine

La vérité et l’écriture sont considérées inconciliables. La littérature s’attache aux mondes fictionnels / fictifs qui fonctionnent selon leurs propres lois selon lesquelles les rapports avec la réalité sont transformés. 

« Les expériences de pensée que nous menons dans le grand laboratoire de l’imaginaire sont aussi des explorations menées dans le royaume du bien et du mal », dit Paul Ricœur [2]. En le citant, Edwige Chirouter, spécialiste en philosophie dans l’éducation, affirme que « son concept d’identité narrative permet particulièrement bien de comprendre cet aller / retour continuel entre la fiction et l’existence. Elle souligne que la fiction dévoile des dimensions insoupçonnées de la réalité en constituant à ce titre une expérience vivante, authentique, singulière et universelle à la fois, par laquelle les hommes vont pouvoir appréhender le réel. »[3]

Selon Bruno Bettelheim, auteur de Psychanalyse des contes de fées (1976), il est prouvé que les contes de fées ont toujours joué un rôle de médiateurs et de catalyseurs d’émotions et de concepts, capables de soigner et souvent de guérir les enfants de leurs traumas inconscients.

« L’enfant fait à chaque instant l’expérience de l’étonnement devant le monde. La question de la Vérité notamment le passionne : Qu’est-ce qui est vrai, qu’est-ce qui est faux ? ».[4] L‘interrogation proposée par Chirouter est pertinente si l’on considère la littérature de jeunesse, ses enjeux et ses buts actuels, dans un monde où « la fiction » est devenue méthode privilégiée de manipulation et mystification. « Raconter une histoire » ne se limite pas aux entretiens avec les enfants. Bien que les effets de ces pratiques soient bien connus et dénoncés, les fausses informations de toutes sortes abondent dans les médias et dans la vie courante des jeunes d’aujour’hui.   

Le colloque devrait s’interroger sur les oppositions entre la vérité et le mensonge / l’information et la désinformation, tant qu’elles apparaissent au niveau thématique, au niveau narratologique ou au niveau stylistique, dans les textes destinés aux enfants et aux jeunes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse (Hradec Kralove & en ligne)

Journée d’étude : Exposer la littérature jeunesse. Formes, enjeux et pratiques

Journée d’étude : Exposer la littérature jeunesse. Formes, enjeux et pratiques

Médiathèque Françoise Sagan, Paris, 16 février 2023

En 2021, la médiathèque José Cabanis de Toulouse accueillait l’exposition Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse, prolongée par une expo en ligne. En 2022, la médiathèque de Lyon a présenté Sans fin la fête, les années pop de l’illustration (1963-1983). Fin 2022-début 2023, la médiathèque Françoise Sagan accueille Lire l’enfance avec les éditions MeMo, à l’occasion des trente ans et du versement des archives de la maison d’édition au fonds patrimonial Heure joyeuse.

Si les bibliothèques semblent être des lieux privilégiés de ces expositions portant sur la littérature jeunesse, les musées et autres lieux d’exposition municipaux ne sont pas en reste. En 2021, le Palais Lumière d’Evian proposait de découvrir l’œuvre d’Alain Le Foll à travers ses ouvrages pour adultes et pour enfants. En 2022 le Musée des Arts Décoratifs à Paris partait à la rencontre du Petit prince tandis le MUNAE de Rouen invitait à découvrir les chansons du répertoire enfantin.
Ces quelques exemples récents – et bien d’autres, que l’on peut retrouver dans l’Agenda du site www.litteraturesmodesdemploi.org – témoignent de la vitalité actuelle de la pratique de l’exposition du littéraire à destination des plus jeunes et de l’intérêt réel du public d’enfants et d’adultes pour cette forme de médiation culturelle qui permet parfois, au-delà de la découverte de cette production éditoriale, d’en toucher du doigt les coulisses.

Continuer la lecture de Journée d’étude : Exposer la littérature jeunesse. Formes, enjeux et pratiques

Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

“Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”, quatrième volume des « séries policières », RLM Minard-Garnier.

Laboratoire Textes et Culture, EA 4028, Université d’Artois

Échéance des propositions : 01 Juillet 2023

“Je vois des gens qui sont morts… ils vont et ils viennent comme n’importe qui… ils ne se voient pas entre eux… ils ne voient que ce qu’ils ont envie de voir… ils ne savent pas qu’ils sont morts” (Cole dans The sixth sense)

Si tant est, dans l’esthétique postmoderne, qu’un genre puisse conserver ses spécificités, il paraît difficile de concilier les codes du polar avec ceux du surnaturel ; la résolution rationnelle des énigmes – même les plus apparemment insurmontables – demeure la règle la plus intangible du roman policier, et à part quelques cas d’école de type « Scooby Doo » ou « SOS Fantômes », la structure du récit (ou du film) de détection ne fait que rarement place au doute fantastique – si ce n’est sous forme de boutades, d’images, ou de superstitions populaires vite ridiculisées : dans le cultissime Mystère de la chambre jaune (Leroux), seuls les vieux domestiques crédules et les paysans du coin croient à une présence diabolique, mais ces remarques sont plus typifiantes que sérieuses ; d’ailleurs, pas un seul instant le policier Larsan ou le journaliste Rouletabille n’accordent le moindre crédit à ces allégations naïves : « Alors ? Alors… je commençais à croire au diable » (17) ; « C’est un mystère du diable ! » (57) ; « Je m’suis signée, quand j’ai entendu ça, comme si j’entendais l’diable ! » (93).

On retrouve le même procédé dans la plupart des romans de Leroux, par exemple dans Le Fantôme de l’Opéra : « La légende du fantôme avait bientôt pris des proportions colossales dans le corps de ballet. […]Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l’Opéra ! » (14), ou dans La Poupée sanglante : « C’est épouvantable !… C’est moi qui l’ai livrée au démon ! … Que Jésus ait pitié de nous ! » (t. 1 : 205), qui appartient effectivement à la science-fiction post-vernienne, mais pas par le biais que l’on croit.

Plusieurs auteurs ont relevé le défi, en préférant le « mystère » (lié à l’atmosphère, donc inscrutable) à l’énigme (résolue la plupart du temps, donc rationnelle). Prenons un exemple : toute l’œuvre de Jean Ray – nous parlons du corpus fondé sur la récurrence de Harry Dickson, l’autoproclamé Sherlock Holmes américain – est un vaste flirt entre enquête policière classique et aventures surnaturelles (par exemple, dans Le Temple de Fer) ! Bien avant lui, Sheridan Le Fanu avait inventé, avec le personnage de Martin Hesselius, le prototype du « détective de l’occulte » dans les Créatures du Miroir. Des auteurs ont ouvertement exploré ce filon, entre autres les chronologiquement contemporains William Hope Hodgson et Algernon Blackwood ; le premier a créé un personnage d’enquêteur amateur d’insolite et de bizarre : son Thomas Carnacki affronte les revenants mal intentionnés dans Carnacki et les fantômes (1910) ; mais c’est essentiellement par son recueil La Chose dans les algues que Hodgson est passé à la postérité, en tant qu’écrivain de la suggestion fantastique à part entière ; tué à Ypres en 1918, il laisse une œuvre en pleine maturation. Deux ans avant Carnacki, Blackwood avait proposé, lui, un héros « psychologue » féru de fantastique, le docteur John Silence, qui libère ses patients de leurs sujétions diaboliques (John Silence, 1908). Le plus connu est cependant leur cadet, Seabury Quinn, créateur du « Sherlock Holmes du surnaturel » en la personne de Jules de Grandin (Les aventures de Jules de Grandin, 1923-1952).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

Parution : Littérature enfantine et communisme, Bordeaux (P. Richard-Principalli)

Patricia Richard-Principalli, Littérature enfantine et communisme, Bordeaux, PUB, coll. “Etudes sur le livre jeunesse”, 2023. 

La littérature de jeunesse ne cesse de se renouveler, tout comme les études qui s’y intéressent. C’est à une étape méconnue de l’histoire du livre pour enfants que s’intéresse cet ouvrage, à savoir ses enjeux évolutifs dans le discours communiste des années 1920 aux années 1970. S’appuyant sur les chroniques de la décennie des années 1960 qu’une revue pédagogique communiste consacre au livre pour enfants, l’ouvrage retrace les contextes politique, historique, scolaire et culturel qui expliquent le rôle attribué à la littérature enfantine, à visée essentiellement humaniste.

Continuer la lecture de Parution : Littérature enfantine et communisme, Bordeaux (P. Richard-Principalli)

Appel à contributions : Les expansions hypertextuelles et hypericoniques du conte Blanche-Neige (Université de Lille)

Cycle : « Un jour, un conte ». Les expansions hypertextuelles et hypericoniques du conte Blanche-Neige

Colloque international, 27-28 mars 2023, Université de Lille

Bochra Charnay et Thierry Charnay

Échéance des propositions : 10 février 2023

« Bien entendu, même s’il y a continuité pour l’essentiel, cela n’exclut pas qu’il ne se soit produit beaucoup de renouvellements […] Les folklores sont des choses vivantes, circulantes, dont chacune se nourrit d’emprunts, subit des influences. » — Georges Dumézil[1]

L’ambition de ce cycle « Un jour, un conte » est, d’une part de remettre le genre conte comme objet privilégié de recherche académique, et d’autre part d’interroger ses reconfigurations quel qu’en soit l’objet sémiotique. Les notions, qui permettent de rendre compte de ces phénomènes de « transcription » ( Maurice Bouchor), sont innombrables et variées : hypotexte-hypertexte, parodie, réécriture, adaptation (Christiane Connan-Pintado), reformulation, transposition, réappropriation, transfictionnalité (Richard Saint-Gelais), réinstanciation (Gérard Genette, Catherine Tauveron), transvalorisation (Genette), transgénéricité (Adam-Heidmann), transtextualité, etc., avec toutes les nuances et tous les degrés possibles dans les transformations opérées sur le texte-source, ou l’image-source, qu’ils soient premiers, seconds ou énième. Autant de notions qui méritent d’être triées et évaluées en fonction de leur pertinence et surtout de leur capacité opératoire, en d’autres termes de leur efficacité analytique.

À partir du conte, toutes sortes de manipulations et dérivations sont possibles car, d’une part le conte traditionnel est un texte virtuel, relativement instable et précaire, composé de l’ensemble de ses variantes, de sorte que la variation en est un élément constitutif, d’autre part le conte est lui-même en partie composé de motifs stéréotypés, sortes de sédiments discursifs qui ont pour propriété la récursivité et surtout la migration transtextuelle, transfictionnelle, transgenre et même trans-sémiotique. Blanche-Neige en est un exemple type depuis Blanchefleur, l’amie de Perceval dans Le Conte du Graal de Chrétien de Troyes (1181) qui a aussi suscité de nombreuses reprises, où figure également le saisissant motif anthropologique des « gouttes de sang ». Le conte de Blanche-Neige ainsi trans-porte un long cortège de topoï qui se mue en ronde de motifs migratoires, que ces derniers soient de simples stéréotypes, ou des motifs-mythes, ou des motifs anthropologiques, ou des motifs archétypaux actualisant un ou plusieurs thèmes selon les contextes et cotextes.

L’hypotexte moderne des Blanche-neige est sans conteste le conte éponyme des frères Grimm (Schneewittchen), KHM 53 publié dès la première édition des Contes en 1812, ainsi que dans La petite édition en 1825 (n°27), résultat d’un amalgame de maintes versions et de refontes des textes au gré des découvertes. Un des hypotextes signalé par les Grimm est le conte Richilda de Johann Karl August Musäus paru en 1782. Le rival des frères Grimm, le pédagogue Albert Ludwig Grimm (sans rapport familial) avait déjà en 1809 publié une réécriture de Blanche-Neige, ainsi que de Cendrillon et Hänsel et Gretel dans son Kindermärchen. Antérieurement à la version des Grimm, on retrouvera des éléments du conte chez Basile, dans « Le corbeau » et « Les trois cédrats »[2] essentiellement ; chez Straparola pour les aventures de Blanchebelle, chez Shakespeare pour l’intrigue de sa pièce Cymbeline. Continuer la lecture de Appel à contributions : Les expansions hypertextuelles et hypericoniques du conte Blanche-Neige (Université de Lille)

Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles » (Université Rennes 2)

Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles ».

L’équipe du GRECES-cellam de l’université Rennes 2 se réunit le 20 janvier 2023 de 15h45 à 17h45 (salle recherche ALC) pour lancer son séminaire sur les “Petites Bêtes en littérature jeunesse. Europe-Amériques, XIXe-XXIe siècles: enjeux éditoriaux, traductions, circulation, écocritique”.
Pour suivre et participer à distance, un lien zoom est disponible sur demande (catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr).
Pour plus d’informations, consulter https://greces.hypotheses.org/314

Poursuivant sa réflexion sur la littérature jeunesse et sur l’importance des phénomènes éditoriaux pour en éclairer l’histoire et l’évolution, le GRECES consacre cette année son séminaire aux « petites bêtes » dans la littérature jeunesse. La compréhension du monde naturel est  un enjeu fort dans un monde soumis au changement climatique qui menace les équilibres politiques, économiques et sociaux actuels. Parmi les leviers possibles pour modifier notre rapport à la « nature », dont Philippe Descola a mis en évidence la complexité et la variété du sens dans Par-delà Nature et Culture (2005), la littérature jeunesse est mobilisée pour éduquer les enfants et les adolescents et modifier leur regard sur les écosystèmes fragilisés par certaines activités humaines (Chansignaud : 2016 et Prince et Thiltges : 2018). A l’instar des « Portraits de Pays », abondamment publiés après la 2de guerre mondiale afin de promouvoir la compréhension et la paix entre les peuples, les ouvrages actuels sur les animaux visent à faire connaître les petites et grandes bêtes qui peuplent notre monde quotidien ou des espaces plus lointains, afin d’éveiller les consciences des futurs citoyens sur leur importance fondamentale pour les équilibres écologiques. C’est l’une des conclusions de l’ouvrage dirigé par Christiane Connan-Pintado, L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse, paru en 2022, qui rassemble de nombreuses contributions sur la place que l’insecte occupe dans la littérature de jeunesse. L’insecte est une petite bête particulièrement intéressante dans la mesure où sa petite taille permet de créer une certaine altérité avec l’enfant. En développant une réflexion sur la connaissance des insectes et de la nature présente dans les libres pour la jeunesse, sur les genres littéraires et éditoriaux privilégiés (le conte, la fable, le roman, le théâtre, la poésie, le documentaire…) et sur les approches multiples de l’insecte (métamorphose, héroïsation, anthropomorphisation, individuation, écocritique, etc). dans des littératures de différentes époques et pays (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Brésil), cet ouvrage nourrit abondamment la réflexion sur les représentations de l’insecte et ses enjeux et ouvre de multiples champs de recherche encore à explorer.

Continuer la lecture de Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles » (Université Rennes 2)

Appel à contributions : “Sociopoétique du complot” (revue Sociopoétiques)

Appel à contributions au dossier du n°9 de la revue Sociopoétiques, à paraître en novembre 2024 : « Sociopoétique du complot »

Échéance des propositions : 1er juin 2023

Coordinatrice : Chloé Chaudet (Université Clermont Auvergne, CELIS-IUF)

Dans un contexte de prolifération médiatique et d’évidement notionnel fréquent des termes « complotisme », « théories du complot » et autres expressions dérivées, le 9e numéro de la revue Sociopoétiques entend revenir sur les interactions sociales dont procède fondamentalement le complot. Projet secret concerté à des fins de domination, celui-ci implique au moins deux individus ligués contre une cible plus ou moins étendue. Le regroupement, l’alliance, l’accord sont des éléments récurrents au sein des définitions étymologiques du « complot » et de ses équivalents en langues européennes, révélant un noyau sémantique qui est aussi celui de la « conspiration » : en deçà du secret, la socialité est constitutive du complot comme de la conspiration (que nous envisagerons ici comme des synonymes). Or, les interactions qui le fondent ne se limitent pas au cercle des comploteurs, dont le regroupement n’a de sens que par rapport à un espace de sociabilité externe. Complot et conspiration se relient de fait à de multiples représentations sociales (Mannoni). Ils constituent ainsi un objet particulièrement adapté à l’approche sociopoétique (Montandon), centrée sur l’étude de l’écriture des représentations et de l’imaginaire des interactions sociales.

La littérature s’avère d’autant plus apte à cristalliser les formes, modalités et enjeux pluriels des (inter)actions conspiratrices qu’elle permet leur actualisation complète, selon une perspective plus ou moins distanciée. Plus qu’un thème figé, le complot correspond à un motif, à une unité figurative s’actualisant en tant que parcours narratif. Cette caractéristique est soulignée par la difficulté de rendre compte de toutes les composantes d’un complot au moyen d’une image fixe, par exemple dans le domaine de la peinture. À l’évidence, l’intégration des éléments structuraux qui définissent le complot (la concertation collective, le secret, la cible à atteindre, la visée dominatrice) nécessite une narrativité que l’écriture littéraire permet tout particulièrement de déployer, complexifier, perturber – voire de questionner, lorsqu’elle affiche une dimension méta-discursive. 

Afin de conserver une cohérence d’ensemble, les collègues souhaitant participer à ce numéro de Sociopoétiques sont invités à se concentrer sur des œuvres littéraires, de la fin du XVIIIe siècle au XXIe siècle – période de développement sans précédent des fictions du complot en langues européennes et des imaginaires sociaux contemporains (au sens historique du terme) auxquels elles donnent forme. On se limitera à ce titre aux écritures en langues européennes issues de divers continents.

Que l’on songe, pour ne citer que quelques exemples, aux figures conspiratrices tantôt néfastes, tantôt émancipatrices qui peuplent le roman historique européen du XIXe siècle (de Friedrich Schiller à Charles Dickens en passant par George Sand, Alexandre Dumas ou Honoré de Balzac), aux complots régulièrement décrédibilisés dans les romans du XXe siècle (chez Joseph Conrad, Paul Nizan, Rafael Bernal ou Jorge Luis Borges) ou encore, plus récemment, aux enquêtes fragmentaires voire inachevées qui minent le dévoilement des conspirations inventées par Thomas Pynchon, Italo Calvino ou Mia Couto, le riche corpus pluriculturel concerné se prête sans conteste à une exploration collective.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Sociopoétique du complot” (revue Sociopoétiques)

Appel à contributions : La traduction de la littérature pour la jeunesse au prisme des archives. Fonds, agents et politiques éditoriales (Université de Nanterre)

Journée d’étude : La traduction de la littérature pour la jeunesse au prisme des archives. Fonds, agents et politiques éditoriales

6 juin 2023, Université Paris Nanterre, Centre de Recherches Pluridisciplinaires Multilingues (CRPM)

Échéance des propositions : 15 février 2023

Comité d’organisation : Hélène Buzelin (Université de Montréal), Dorothée Cailleux (Université Paris Nanterre, CRPM), Chiara Denti (Université de Parme et Université Paris Nanterre, CRPM), Valeria Illuminati (Université de Bologne, Campus de Forlì), Mathilde Lévêque (Université Sorbonne Paris Nord)

Comité scientifique : Hélène Buzelin (Université de Montréal), Dorothée Cailleux (Université Paris Nanterre, CRPM), Chiara Denti (Université de Parme et Université Paris Nanterre, CRPM), Patrick Hersant (Université Paris 8), Valeria Illuminati (Université de Bologne, Campus de Forli), Mathilde Lévêque (Université Sorbonne Paris Nord), Lucia Quaquarelli (Université Paris Nanterre, CRPM), Jon Solomon (Université Lyon 3)

Le projet de recherche « Les fabriques de la traduction. Traduction et productions populaires et médiatiques » du Centre de Recherches Pluridisciplinaires Multilingues vise à interroger la pratique traductive à partir d’un corpus issu des fictions criminelles d’une part et des littératures d’enfance et de jeunesse d’autre part (LES FABRIQUES DE LA TRADUCTION – cdr crpm (parisnanterre.fr)).

Dans ce cadre, l’équipe qui se consacre à la littérature de jeunesse organise le 6 juin 2023 à l’Université Paris Nanterre une journée d’étude intitulée « La traduction de la littérature pour la jeunesse au prisme des archives. Fonds, agents et politiques éditoriales ».  

L’objectif de cette journée est de faire un tour d’horizon des fonds d’archives spécialisés en littérature jeunesse accessibles aux chercheur∙euse∙s dans différents pays européens et d’échanger sur les méthodologies et les pratiques des chercheur∙euse∙s ainsi que sur les résultats qu’il est possible d’obtenir à partir de ce type de travail. On interrogera également les politiques éditoriales contemporaines en matière de traduction et de conservation du travail d’édition à l’heure du numérique. La manifestation entend réunir archivistes, chercheur∙euse∙s, traducteur∙ice∙s, éditeur∙rice∙s, agents littéraires, etc. afin de mettre en lumière le travail de tou∙te∙s les acteur∙rice∙s qui contribuent à la réalisation du texte final.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La traduction de la littérature pour la jeunesse au prisme des archives. Fonds, agents et politiques éditoriales (Université de Nanterre)

Parution : Fantasy Art and Studies, n° 13, “School Fantasy / École et Fantasy”

Fantasy Art and Studies, n° 13, “School Fantasy / École et Fantasy“.

Des châteaux-écoles qui émergent de la brume et des professeurs aussi impressionnants qu’inquiétants… Le 13e numéro de Fantasy Art and Studies, paru fin décembre 2022, examine comment la Fantasy investit l’univers scolaire et le thème de l’apprentissage, à travers des articles de spécialistes et des nouvelles inédites.
En prime, retrouvez le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude.
Ce numéro, dont la partie scientifique est coordonnée par Justine Breton, est illustré par GaëlleC., Guillaume Labrude, Antoine Pelloux, Amélie Savio, et Véronique Thill, qui signe l’illustration de couverture.

School castles emerging from the mist and teachers as impressive as they are disturbing… The 13th issue of Fantasy Art and Studies, published in December 2022, examines how Fantasy explores the world of education, with articles by experts and new short stories.
As a bonus, discover the new chapter of Guillaume Labrude’s comics.
This issue, academically supervised by Dr Justine Breton, is illustrated by Gaëlle C., Guillaume Labrude, Antoine Pelloux,  Amélie Savio, and Véronique Thill, who has signed the cover art.

Sommaire / Contents

Edito, de/by Justine Breton
Article. École des rêves ou école des cauchemars : l’apport de la « fantasy onirique » à la représentation de l’espace scolaire, de/by Nadège Langbour
Fiction. La Lumière avançait avec elle, de/by Marie Brunelm
Fiction. Le Maître des échecs, de/by Léa Nuzzo
Article. Dark Academia et roman colonial dans Éducation meurtrière (Scholomance) de Naomi Novik, de/by Fleur Loféron-Hopkins
Article. La Révolte contre l’école du mal : un apprentissage politique et moral, de/by Romain Guillaud-Bataille
Fiction. À l’école des créatures de l’ombre, de/by Paul Blanchot
Fiction. Fantasques leçons de magie corrosive, de/by Claire Nottola
Article. Savoirs en ruine et monde désenchanté : splendeur et déchéance de l’université dans La Trilogie du magicien noir, de/by Sylvain Brehm
Fiction. L’École de Magie pour Personnes Âgées Démentes, de/by Mathilde Desaché
Fiction. La Vie des objets, de/by Sandrine Vailtera
Article. The « Brazilian Hogwarts? »: Similarities and Differencies in the Magical School Representation in Eu e Meu Guarda-Chuva and in the Harry Potter Series, de/by Pedro Lauria
Fiction. Le Phare du Bout de Brêt, de/by Elisabeth Astruc
BD/Comics. Brûlez la sorcière, de/by Guillaume Labrude