Archives par mot-clé : Littérature populaire / popular literature

Raphaël LUIS (ENS Lyon)

Raphaël Luis est maître de conférences en littérature générale et comparée à l’ENS de Lyon. Il a notamment publié un ouvrage consacré à l’influence de Robert Louis Stevenson sur la littérature latino-américaine (La carte et la fable. Stevenson, modèle d’une nouvelle fiction latino-américaine (Bioy Casares, Borges, Cortázar), Lyon, ENS Éditions, 2018), co-dirigé un ouvrage sur la relation entre football et littérature (Mythologies sportives d’aujourd’hui. Le football et ses langages, avec Jean-Marc Baud et Vincent Bierce, Paris, Hermann, 2021) et un numéro de Recherches & Travaux sur les littératures de genre (Littératures de genre et stratégies littéraires, 2023) avec Hélène Martinelli. Il a également rédigé la préface de L’Île au trésor de R. L. Stevenson pour la collection « Litera » de Gallmeister (2023).

Domaines de recherche

  • Littératures de genre
  • Littérature latino-américaine
  • Théories de la world literature
  • Sport et littérature

Quelques articles liés aux cultures populaires et médiatiques

2024 « Le réalisme magique, un genre mou ? », in Le réalisme magique et ses définitions : mode majeur ou mode mineur ?, s. dir. Pauline Franchini et Vanessa Besand, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne.

2023 « Sports et pop culture : un nouvel espace médiatique pour la fantasy », in Fantasy & médias, s. dir. Anne Besson, Natacha Vas-Deyres et Florent Favard, Chambéry, Éditions ActuSF, 2023, p. 177-198.

2023 « Stratégies identitaires, stratégies d’effacement : le dilemme constitutif des littératures de genre », Recherches & Travaux, n°103. DOI : https://doi.org/10.4000/recherchestravaux.6676

2022 « Vers une théorie alternative des genres romanesques : Stevenson et la “simplicité significative” du roman », in Les genres du roman au xixe siècle s. dir. Émilie Pézard et Valérie Stiénon, Paris, Classiques Garnier, p. 149-162.

2020 « Sandman, récit métamorphe : l’espace du chapitre chez Neil Gaiman », Itinéraires [En ligne]. URL : http://journals.openedition.org/itineraires/7848

2018 « Leçons inversées : Robert Louis Stevenson et la morale ambiguë du roman d’aventures » in La leçon en fiction. XIXe – XXIe siècles, s. dir. Magalie Myoupo et Marion Brun, Paris, Eurédit, p. 77-93.

2017 « “A sound in the wind” : les Fables de R. L. Stevenson, une expérimentation fantastique », Otrante, n°41, « Écosse et Irlande fantastiques », s. dir. Catherine Conan et Camille Manfredi, Paris, Editions Kimé, p. 33-45.

2015 « Ballades de la mer salée : fictions du Pacifique chez Robert Louis Stevenson et Hugo Pratt », Loxias n°48, « Stevenson et la culture polynésienne », s. dir. Odile Gannier et Sylvie Ortega, URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=7949.

2014 « Stevenson face à la tragédie de 1745 : conflit historique et surnaturel dans Le Maître de Ballantrae », Interférences littéraires, n°14, « Le réalisme magique comme stratégie narrative dans la réappropriation des traumatismes historiques », s. dir. Eugène Arva et Hubert Roland, p. 129-143.

L’ensemble de ses publications est consultable sur HAL.

Appel à contributions : Le personnage historique en littérature (Acta enVO)

“Le personnage historique en littérature”, Revue Acta en VO

Échéance des propositions : 22 juin 2024

Date prévue de parution : juin 2025

Dirigé par Bérengère Darlison, CRLC, Sorbonne Université et Yann Figuière, CELLF, Sorbonne Université.

Parmi les revues de Fabula, Acta enVO publie des comptes rendus, des traductions et des entretiens consacrés à la recherche étrangère non anglophone. Les contributions visent à diffuser des travaux fondateurs ou novateurs écrits dans des langues moins accessibles au lectorat français. Après avoir analysé dans les précédents numéros « L’identité en ses frontières », « Constructions et reconfigurations des études de genre » et « La critique allemande hier et aujourd’hui » (à paraître en juillet 2024), nous consacrerons le prochain numéro au personnage historique en littérature. Dans une conférence  donnée au Collège de France le 23 mai 2023, Orhan Pamuk déplorait la perte d’importance du personnage dans la construction romanesque. Alors que le personnage est central dans la conception romanesque du XIXe siècle, comme en atteste la multitude des personnages éponymes, les romanciers contemporains, selon Pamuk, privilégieraient la structure et le rythme narratifs. L’auteur turc conclut sa conférence en appelant de ses vœux un recentrement de la littérature autour du personnage. Une évolution similaire a eu lieu dans la critique universitaire française, au terme de laquelle le personnage littéraire apparaît aujourd’hui comme un objet d’études daté. Nous nous proposons donc de suivre, à notre manière, la voie désignée par Orhan Pamuk et de montrer un aperçu du traitement critique du personnage à l’étranger, plus particulièrement du personnage historique référentiel.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le personnage historique en littérature (Acta enVO)

Appel à communications : L’imaginaire dantesque contemporain en France et dans les pays francophones (Grenoble)

Colloque “L’imaginaire dantesque contemporain en France et dans les pays francophones

12-13 décembre 2024

Université Grenoble Alpes

Échéance des propositions : 30 juin 2024

Organisé par Filippo Fonio, Sylvia Martin-Mercier et Chiara Zambelli

Texte de l’appel

Le projet ANR-PRC DHAF (Dante d’hier à aujourd’hui en France), l’UMR Litt&Arts et l’EA ILCEA4 de l’Université Grenoble Alpes organisent un colloque international sur la thématique de l’imaginaire dantesque en France et dans les pays francophones, avec une attention particulière portée à la présence de Dante dans la culture populaire et la société contemporaine. 

Continuer la lecture de Appel à communications : L’imaginaire dantesque contemporain en France et dans les pays francophones (Grenoble)

Séminaire : Drôles de petites bêtes, séance 3 (GRECES-CELLAM, Rennes 2)

Séminaire “Drôles de petites bêtes”

Vendredi 5 avril : 15h45-17h45

Université de Rennes 2 – salle L. 142.

Organisé par le Greces-Cellam (Rennes 2)

Le séminaire du Greces-Cellam poursuit ses investigations autour des petites bêtes dans la littérature jeunesse.

Programme

Julia Peslier (ELLIADD, Université de Franche-Comté) : Fourmis d’albums, lisibles, visibles : ce qu’elles découvrent pour nous quand nous les découvrons.  

Myriam Guillevic, Cédric Choplin (Celtic-BLM, université Rennes 2) : Merien : un travail de fourmis.

Pour assister en distanciel et obtenir le lien Zoom : catherine.sablonnière@univ-rennes2.fr

Appel à communications – Oralité et BD (Poitiers)

Journée d’études “Oralité et BD. L’oralité mise en scène dans la bande dessinée francophone : approches linguistiques et regards didactiques” 

15 novembre 2024

Université de Poitiers

Date d’échéance des propositions : 30 avril 2024

Organisé par Laurie Dekhissi et Jeanne Vigneron Bosbach (UR15076 FoReLLIS, Université de Poitiers) et grâce au soutien du FoReLLIS (UR 15076), de l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers et du Réseau 3RBD. 

Texte de l’appel

Cette journée d’études a pour objectif d’examiner le genre ou le medium qu’est la bande dessinée en tant qu’expression unique pour représenter à l’écrit les caractéristiques saillantes de l’oral (Dargnat, 2007). En effet, comme le note Giaufret (2021 : 127), la majeure partie des recherches consacrées à la bande dessinée se sont concentrées sur l’analyse des liens entre la BD et le langage, principalement d’un point de vue sémiotique, en laissant de côté l’approche linguistique. Ainsi, nous souhaitons explorer plus particulièrement la représentation de l’oralité mise en scène (Lefeuvre et Parussa, 2020 ; Petitjean, 2020) dans la bande dessinée (Grutschus & Kern, 2021), d’un point de vue linguistique (lexique, phonétique, syntaxe…), que le cadre scientifique de Koch et Österreicher sur l’immédiat et la distance communicative (Koch & Österreicher, 2001) pourrait aider à caractériser.

Continuer la lecture de Appel à communications – Oralité et BD (Poitiers)

Appel : Séminaire & ouvrage dédié à La Tour de Garde

Université Rennes 2
Éditions Aux Forges de Vulcain

27 juin 2024

Date limite de soumission (abstracts) : 15 juin 2024

La Tour de Garde, ambitieux projet porté par Les Forges de Vulcain ces dernières années dans le domaine des littératures de l’imaginaire, offre un récit global s’étalant sur six tomes qui composent deux trilogies intimement entrelacées. Ces deux trilogies ont l’originalité d’être portées par deux plumes distinctes, celle de Claire Duvivier et celle de Guillaume Chamanadjian. Marquant les esprits par la force de ses récits, par la puissance des mythes proposés, La Tour de Garde s’est imposée comme un cycle majeur des littératures de l’imaginaire francophones qui mérite une étude approfondie, d’autant plus que le rythme de parution rapide a permis de garder les lecteurs au contact de l’œuvre. La Tour de garde propose un voyage initiatique et historique autant que géographique, dans un monde médiévalisant écartelé entre deux cités jumelles, aussi proches que rivales, se toisant l’une l’autre au fil des pages.

Continuer la lecture de Appel : Séminaire & ouvrage dédié à La Tour de Garde

Colloque : “Vous êtes dans une taverne…” Retour sur 50 ans de Jeux de rôle (Metz)

Colloque “Vous êtes dans une taverne…” Retour sur 50 ans de Jeux de rôle

27 et 28 mars 2024

Amphi A, IUT de Metz, Campus universitaire du Saulcy et retransmis en direct

Organisé par William Blanc (historien), Justine Breton (Crimel – Université de Reims Champagne-Ardenne), Laurent Di Filippo (Crem – Université de Lorraine), Stéphane Goria (Crem  – Université de Lorraine), Stacie Petruzzellis (Crem – Université de Lorraine) et Audrey Tuaillon Demésy (C3S – Université de Franche-Comté)

Programme

Mercredi 27 mars

9h30 : Accueil des participants 

10h : Ouverture et mots de bienvenue

10h15 : Introduction du colloque

Session 1 – Raconter des histoires : fabriquer des imaginaires ?

Continuer la lecture de Colloque : “Vous êtes dans une taverne…” Retour sur 50 ans de Jeux de rôle (Metz)

Appel à communications : The Uncanny in Language, Literature and Culture

International Conference

17-18 August 2024 – London/Online

organised by London Centre for Interdisciplinary Research

The twentieth-century literature and culture tended to explore and to celebrate subjectivity. But this tendency did not mean the turn to the self, but beyond the self, or as Charles Taylor puts it, “to a fragmentation of experience which calls our ordinary notions of identity into question”. 

In his attempts to define the uncanny Freud asserted that it is undoubtedly related to what is frightening – to what arouses dread and horror. It may be something domestic but at the same time unfriendly, dangerous, something that sets the sense of insecurity within the four walls of one’s house. “Persons, things, sense-impressions, experiences and situations which are known and long familiar arouse in us the feeling of danger, fear and even horror. Everyday objects may suddenly lose their familiar side, and become messengers”.

The uncanny suggests an unsettling of the feeling of comfort and reassurance in one’s home, but also in oneself. Architecture takes the place of psychology (Kreilkamp). The perturbed relationship between the characters and their familiar world, the troubled sense of home and self-certainty is a result of a traumatic experience of loss.

In the new literary and artistic discourse authors tend to depict the new human being, “psychologically deep and multi-layered, fragmentary, floating on sensation and consciousness, fed by their random thoughts and their half-conscious dream worlds” (Bradbury). The new style relies on fragments, breaks, ellipses and disrupted linearity of the narration. It serves to convey the idea of the fractured character of modern time and fragmentariness and allusiveness of subconscious thought. As “an externalization of consciousness”, the uncanny becomes a meta-concept for modernity with its disintegration of time, space and self.

Continuer la lecture de Appel à communications : The Uncanny in Language, Literature and Culture

Parution : On ne vit pas de la bande dessinée. Trajectoires professionnelles d’auteurs à Angoulême (PUL)

Sylvain Aquatias, On ne vit pas de la bande dessinée. Trajectoires professionnelles d’auteurs à Angoulême,  Liège, Presses Universitaires de Liège, collection ACME, 2024. 

Présentation

Les albums de bandes dessinées ont envahi les rayons des librairies et les médias annoncent tous les ans des ventes records. Mais qu’en est-il de ceux qui réalisent ces albums ? Comment sont-ils devenus auteurs de bande dessinée ? Où se sont-ils formés ? Vivent-ils de leur art ?
Si le titre de l’ouvrage laisse peu d’illusions sur la réponse finale à cette dernière question, c’est en suivant quarante-quatre artistes habitant Angoulême ou ses environs, depuis leurs premiers dessins jusqu’à leur carrière actuelle, que l’on pourra comprendre comment se construisent les carrières professionnelles des auteurs de bande dessinée.
Arpentant les pavés angoumoisins pendant trois ans, le sociologue et son complice ont essayé de décrypter les logiques de création, de publication et de rétribution des auteurs de bande dessinée, contribuant à la fois à une meilleure compréhension de leurs conditions de vie, mais aussi, plus largement à des questions tenant à la socialisation, aux modes de travail, au fonctionnement des réseaux et à la transformation des statuts des artistes de bande dessinée.
 
Sylvain Aquatias, MCF HDR à l’Université de Limoges, GRESCO (UR 15075).

Parution : Le Roman noir. Une histoire française (PUF)

Natacha Levet, Le Roman noir. Une histoire française, Paris, Puf, 2024.
 
Présentation
 
Le roman noir français est généralement considéré comme un héritier du récit hardboiled américain, né dans les années 1920. Pourtant, il est aussi le résultat d’une histoire française, d’influences littéraires diverses et de pratiques éditoriales qui ont « inventé » le roman noir. Après Mai 68, le roman noir français cultive en effet sa singularité et reconvertit le genre en acte critique, idéologiquement investi : parce qu’il se veut une radiographie critique et politique de la société, de ses institutions, voire un instrument d’intervention sociale, il remet résolument en cause le « roman national », donnant voix aux invisibles du temps présent et offrant un tombeau aux victimes muettes du passé.
 
Natacha Levet est enseignante-chercheuse à l’Université de Limoges, au sein du laboratoire EHIC (UR 13334).