Archives par mot-clé : Littérature populaire / popular literature

Appel à contributions : Amitiés d’enfance. Littérature & cinéma (XIX-XXIe siècles) (Le Mans Université)

Colloque : Amitiés d’enfance. Littérature et cinéma (XIX-XXIe siècles) 

Le Mans-Université, 22-23 juin 2022

Organisé par Sylvie Servoise et Delphine Letort

Échéance des propositions : 15 décembre 2022

« Qu’est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Si je veux l’expliquer à qui me le demande, je ne le sais plus » s’interrogeait Saint-Augustin dans ses Confessions. À bien des égards, il en est de l’amitié comme du temps : tout le monde semble savoir plus ou moins ce qu’elle signifie, pour en faire et en avoir fait l’expérience directe, mais peine à la définir, tant paraissent poreuses les frontières avec d’autres types de relations humaines (à commencer par l’amour et la camaraderie) et épineuses les questions qu’elle soulève : que cherche-t-on chez l’ami/e, un miroir de soi ou un autre que soi ? L’amitié, que l’on présente souvent comme la rencontre élective entre deux êtres (« parce que c’était lui, parce que c’était moi… » pour reprendre la célèbre citation de Montaigne[1]) est-elle forcément exclusive et, inversement, la multiplication des amis est-elle nécessairement à comprendre comme un affadissement du lien amical ? Pourquoi d’ailleurs chercher et cultiver l’amitié : s’épancher, s’étendre hors de soi, ou au contraire trouver celui/celle qui vous comprendra, dans une logique de repli et de séparation d’avec le monde ? Vise-t-elle à assouvir certains de nos désirs ou besoins ou, au contraire, peut-on l’appréhender, à l’instar d’Aristote[2], comme une vertu fondamentalement altruiste, tournée vers le bien de l’ami/e ? On pourrait multiplier à l’envi ces questions, qui non seulement sont connues depuis longtemps – il suffit de songer à la longue tradition philosophique relative à la philia grecque et l’amitia latine[3] – mais qui font encore l’objet d’un regain d’intérêt depuis une vingtaine d’années, et tout particulièrement dans le champ des sciences humaines et sociales : philosophes, sociologues, psychanalystes, historiens, anthropologues, s’attachent à cerner les contours d’une notion qui est tout à la fois un concept philosophique, un sentiment, une valeur, mais aussi une pratique sociale, dont l’importance pour la construction psychique et l’intégration sociale de l’individu est de plus en plus étudiée[4].

Continuer la lecture de Appel à contributions : Amitiés d’enfance. Littérature & cinéma (XIX-XXIe siècles) (Le Mans Université)

Journée d’étude : Marguerite Duras et la culture populaire (Université de Lille, maison de la recherche)

Journée d’étude annuelle Marguerite Duras : “Marguerite Duras et la culture populaire”
 
Vendredi 7 octobre 2022

Université de Lille (ALITHILA), Maison de la recherche

Organisé par Florence de Chalonge (ALITHILA) et Christophe Meurée (Archives & Musée de la Littérature, Belgique)

Présentation

Gagner l’estime des élites intellectuelles et être lu par le plus grand nombre, rares sont les écrivains qui ont osé tenir ce pari sans s’y brûler les ailes. Si Marguerite Duras a longtemps souffert d’une réputation ambiguë, ce n’était pas sans lien avec cette ambition. Pourtant, dans le monde hypermédiatique qui est le nôtre, plus de 25 ans après la disparition de l’autrice, l’on peut se demander si elle n’a pas joué un rôle de précurseur, en assumant les influences populaires et en consentant à entrer de plain-pied dans la culture de masse, bâtissant au fil du temps un personnage public qui a, le succès croissant, fait grincer de plus en plus de dents. Continuer la lecture de Journée d’étude : Marguerite Duras et la culture populaire (Université de Lille, maison de la recherche)

Colloque : “Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien (XVIIIe-XXe siècles)” (MSH-Paris Nord)

Colloque “Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien (XVIIIe-XXe siècles)”

5 et 6 octobre 2022

Maison des Sciences de l’Homme de Paris Nord

Informations pratiques

* en présentiel (entrée libre) : à la MSH Paris Nord, Auditorium, 1er étage [adresse : 20, avenue George Sand, 93210 La Plaine Saint-Denis, métro ligne 12 station “Front populaire”]

* en visioconférence : le lien est disponible sur demande à l’adresse elizabeth.amann@ugent.be

Ce projet de recherche bénéficie du soutien de la MSH Paris Nord, de l’Université de Gand, du laboratoire Pléiade et de l’Institut Médialect (Université Sorbonne Paris Nord).

Programme

MERCREDI 5 OCTOBRE 2022

9h : Accueil des participant.e.s
9h30 : Introduction par Elizabeth Amann et Valérie Stiénon

PRÉSIDENCE DE SÉANCE : ÉMILIE PÉZARD Continuer la lecture de Colloque : “Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien (XVIIIe-XXe siècles)” (MSH-Paris Nord)

Parution : Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres (V. Platini)

Vincent Platini, Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres, Paris, Classiques Garnier, coll. “Perspectives comparatistes”, 2022.

Durant l’entre-deux-guerres apparaissent dans la littérature des figures de truands ambiguës. Cet ouvrage examine les discours à l’œuvre dans la construction de personnages qui transgressent une norme de vie. Le public se réapproprie ces figures et en fait les vecteurs de nouvelles pratiques culturelles.

Mots-clés: Michel Foucault, XXe siècle, littérature populaire, roman policier, film noir, film de gangsters, crime, criminel, violence, discipline

Continuer la lecture de Parution : Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres (V. Platini)

Parution : Études françaises, vol. 58, n°1, “Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965)” (dir. Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren)

Parution : Études françaises, vol. 58, n°1, “Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965)”, dir. Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, 2022. 

Il est admis que le genre sentimental correspond à une forme figée, rigide et pauvre. Pourtant, pour peu que l’on examine attentivement les textes qui s’inscrivent dans ce registre, on ne peut qu’être frappé par leur étonnante plasticité. Ce numéro d’Études françaises est consacré au récit sentimental au Québec des années 1920 aux années 1960. Durant ces décennies parfois décrites comme une période de crise et de « Grande noirceur », le récit sentimental québécois n’a eu de cesse d’offrir des visions renouvelées des rencontres amoureuses et du mariage, tout autant que de l’éducation des filles, du confort matériel et de la sexualité. Il constitue une formidable caisse de résonance pour certains des rêves de la société québécoise de cette époque.

Sommaire

Marie-Pier Luneau, Jean-Philippe Warren, Présentation. Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965), p. 5–13.

Caroline Loranger, Parcours amoureux et économiques dans le roman sentimental publié par les éditions Édouard Garand, p. 15–31.

Marie-Pier Luneau, Jean-Philippe Warren, D’amour et d’or pur. Les impératifs matérialistes du bonheur amoureux dans le roman sentimental québécois de l’après-guerre, p. 33–53.

Karol’Ann Boivin, Jeune fille moderne, jeune fille instruite. L’instruction des héroïnes sentimentales chez Police Journal (1944-1965), p. 55–75.

Adrien Rannaud, Désirs d’amour, magazine et culture moyenne chez Gabrielle Roy. Autour de trois nouvelles sentimentales publiées dans La Revue moderne en 1940, p. 77–94.

Harold Bérubé, Quelle place y a-t-il pour l’amour dans l’univers du Domino Noir (1944-1949) ?, p. 95–116.

Ariane Gibeau, Nuit de noces traumatique et crise de la conjugalité chez Claire Martin, Charlotte Savary et Reine Malouin. Vers une politisation des violences sexuelles en littérature québécoise, p. 117–134.

Rachel Nadon, Pierre Gélinas critique littéraire au Jour (1943-1946), p. 137–158.

Jihen Souki, Rhétorique préfacielle de Gérard Genette ou l’art du palimpseste, p. 159–173.

Table des illustrations, p. 185.

Appel à contributions : Assises CPM 2023

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques, seconde édition – CPM 2023

Appel à contributions

Futurs POP – Quel(s) avenir(s) pour les études en cultures populaires et médiatiques ?

Dates : 12, 13 et 14 octobre 2023

Lieux : Nanterre et Paris

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Retour aux auteur·rice·s : mars 2023

Les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018 visaient à constituer un événement scientifique centralisateur autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ». Réunissant une centaine d’intervenant·e·s issu·e·s de diverses disciplines, cet événement a permis de confronter les objets, les méthodes et les champs théoriques, confirmant le dynamisme des recherches en cultures populaires et médiatiques et contribuant à affirmer la place incontournable qu’elles occupent dans le paysage universitaire.  

Après ce premier état des lieux des recherches sur les cultures populaires et médiatiques, cette deuxième édition des Assises, qui se tiendra cinq ans plus tard, choisira cette fois de regarder vers l’avenir – le terme étant ici entendu dans un sens large. Ce terme fédérateur pourra être développé selon une variété d’axes de réflexion, parmi lesquels :

  • l’avenir institutionnel de l’étude de la culture populaire et des médias dans l’enseignement, dans le champ académique, etc. ;
  • les nouveaux courants et nouvelles méthodologies (écocritique, humanités numériques, recherche-création, matérialisme culturel, etc.) ;
  • nouvelles orientations des études culturelles et incidences sur le champ de recherche des CPM;
  • l’évolution de la notion du “populaire” dans ses conceptualisations et ses usages culturels;
  • l’étude de la transition numérique de la culture : convergence médiatique, transmédia storytelling, remédiatisation, plateformisation, post-média, etc. ;
  • les redéfinitions de la mémoire et de l’histoire culturelle ;
  • les défis et perspectives de l’histoire des médias et de l’archéologie des médias aujourd’hui ;
  • les nouveaux objets, les genres émergents, les nouvelles représentations des crises actuelles et de l’avenir ;
  • les déplacements des frontières du champ de la fiction (diffusion des pratiques de storytelling, narrations médiatiques non fictionnelles…) ;
  • plus largement, les redéfinitions et déplacements des concepts, méthodologies et périmètres disciplinaires induits par l’émergence de nouveaux objets ou pratiques médiatiques, au-delà du domaine de la fiction (ex : refonte du périmètre de l’esthétique au-delà du domaine de la production culturelle, extension de la narratologie et de la rhétorique à de nouveaux champs…).  

Continuer la lecture de Appel à contributions : Assises CPM 2023

Parution : L’histoire feuilletée. Dispositifs intertextuels dans la fiction historique du XIXe siècle (dir. Saminadayar-Perrin Corinne et Bernard Claudie)

Saminadayar-Perrin Corinne et Claudie Bernard (dir.), L’histoire feuilletée. Dispositifs intertextuels dans la fiction historique du XIXe siècle, Presses Universitaires de Rennes, 2022. 

Au XIXe siècle, toute fiction historique constitue une sorte de millefeuille de papier. Elle utilise en effet un abondant matériau historiographique et se réfère éventuellement à des sources d’époque ; elle emprunte à la fiction antérieure, historique ou non. Les récits activent ainsi un dispositif intertextuel complexe, fondé sur la reprise et la reconfiguration de situations, de scénarios, de figures, d’images, de postures auctoriales. Leur dynamique transdiscursive leur permet de problématiser les schémas narratifs, les modèles interprétatifs, les partis pris idéologiques, de proposer des perspectives inédites. Volontiers ironiques, les fictions historiques interrogent à la fois la capacité de l’histoire à faire sens, et les pouvoirs épistémologiques et émotionnels de la fiction.

avec le soutien du laboratoire RIRRA 21 de l’université Paul-Valéry Montpellier 3

Claudie Bernard, professeure à New York University, est l’auteur d’ouvrages sur les savoirs et les représentations de la famille en France au XIXe siècle, ainsi que de trois livres sur le roman historique, dont les deux derniers, Le Passé recomposé, le roman historique français au XIXe siècle et Si l’Histoire m’était contée, le roman historique de Vigny à Rosny aîné, sont parus chez Classiques Garnier en 2021.

Corinne Saminadayar-Perrin, professeure à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, a consacré une grande partie de ses travaux à l’oeuvre de Vallès ainsi qu’à l’écriture de l’histoire au XIXe siècle. Elle a notamment co-dirigé, avec Jean-Marie Roulin, l’ouvrage collectif Fictions de la Révolution, paru aux Presses universitaires de Rennes en 2017.

Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

Journée d’études : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales

7 juin 2022, Maison de la Recherche, Sorbonne Université

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Quoi de commun entre un meurtrier en cavale, Karaba la sorcière, un dictateur sans scrupule, une mère infanticide, un terroriste et des ogres ? Incarnations de pulsions négatives, d’une violence hyperbolique, d’une marginalité sociale et morale, le méchant et la méchante parcourent les fictions littéraires, habitent les imaginaires et interrogent le rapport de l’être humain au mal. 

Empruntée à la réflexion sur la littérature de jeunesse et le conte, la catégorie des «méchant·es » permet de penser la relation entre la construction du personnage et l’éthique ainsi que d’interroger les valeurs du héros lorsqu’il est confronté à une figure-repoussoir. « Si les enfants ont besoin, pour trouver leur place dans un conte, de savoir qui sont les ‘‘bons’’ et les ‘‘méchants’’, indique Vincent Jouve, les lecteurs adultes cherchent à ‘‘situer’’ le plus vite possible les personnages d’un récit.1 » Le critique souligne ainsi le rôle structurant du positionnement éthique des personnages fictifs.

 Dans les littératures francophones et postcoloniales, le rôle éthique du personnage possède une force et un sens particuliers. En tant qu’elles interrogent les catastrophes passées, ces littératures se confrontent, en effet, aux formes de la violence, de la domination et du mal produites par l’Histoire : esclavage, colonisation, guerre, génocides, terrorisme… En mettant en scène des figures de méchant·es dans les œuvres, les écrivains et les écrivaines francophones cherchent à penser la question de la responsabilité à partir d’un réel où s’inscrit une histoire de dépossession et de destruction.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

  1. Vincent Jouve, Poétique des valeurs, Paris, PUF, 2001, p. 10. []

Appel à contributions : “Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques (Syn-thèses)

Appel à contributions pour le numéro 13 de la Revue internationale Syn-Thèses publiée par le Département de langue et de littérature françaises de l’Université Aristote de Thessaloniki : « Il était une fois… et il est encore ». L’inscription du conte traditionnel dans la littérature  de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques

Échéance des propositions : 11 octobre 2022

Depuis une quarantaine d’années, le conte populaire et littéraire connaît un regain d’intérêt extraordinaire. Des écrivaines et écrivains contemporains s’inspirent de contes traditionnels et en explorent les motifs de multiples manières dans leurs propres fictions : romans, nouvelles, pièces de théâtre ou contes nouveaux. Un volume intitulé L’épanchement du conte dans la littérature, publié sous la direction de Christiane Connan-Pintado, Pascale Auraix-Jonchière et Gilles Béhotéguy (2018), regroupe ainsi plusieurs textes intéressants qui interrogent justement la relation du conte avec différents genres littéraires qu’il hybride en s’y insinuant.

Dans notre prochain numéro de la revue Syn-Thèses, nous nous proposons d’aborder cette présence renouvelée et hybride du conte au sein de la littérature de jeunesse, dans le but de faire émerger les enjeux littéraires, didactiques et traductologiques auxquels cette nouvelle inscription du conte est confrontée.

Sans garantie d’exhaustivité, voici une liste de questions qui pourraient être traitées dans l’une des perspectives qui suivent :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques (Syn-thèses)

Exposition – ExPop: Quarante ans de recherches made in Limoges sur le “populaire” (Université de Limoges)

Exposition – ExPop: Quarante ans de recherches made in Limoges sur le “populaire”

30 août-31 octobre 2022

Université de Limoges

Organisé par le CRLPCM

Présentation

Le Centre de recherches sur les littératures populaires et les cultures médiatiques (CRLPCM) de l’Université de Limoges fête en 2022 ses quarante ans. Sa réunion constitutive, dont les archives gardent trace, a eu lieu le 22 mai 1982 à l’initiative d’Ellen Constans et Jean-Claude Vareille.

Le CRLPCM a contribué de manière décisive à installer dans le paysage académique français et européen des travaux sur les fictions de grande consommation. Étudiant d’abord – et toujours – les figures de la littérature populaire de la Belle Époque comme Fantômas ou Rouletabille, le groupe de recherche a au fil des années étendu le spectre de ses objets, toujours déterminés par leur sérialité. Aujourd’hui, les blockbusters, les productions des plateformes ou les jeux vidéo font partie des sujets étudiés au Centre. Celui-ci a pris fermement place dans un réseau international de chercheur·es qui interrogent les mutations de la culture médiatique contemporaine.

En organisant pour la rentrée 2022 des événements grand public et un nouveau séminaire, l’équipe du CRLPCM entend rendre hommage aux pionnier·es qui, dans les années 1980, ont profondément transformé le paysage de la recherche sur la littérature et les objets culturels.

Une exposition, hébergée par la bibliothèque universitaire Lettres & Sciences humaines permettra de comprendre leur travail et leur legs, mais aussi de mettre en évidence la vitalité et la diversité de leur héritage scientifique. À travers de nombreux documents inédits, ce sont deux siècles de pop culture saisis par la recherche qui seront donnés à voir et à comprendre aux visiteurs.

Ces diverses manifestations sont organisées en collaboration avec la Bibliothèque Universitaire, qui valorise un fonds de plusieurs milliers d’objets, imprimés populaires originaux, archives d’auteurs et de chercheur·es européen·nes.

Contacts