Archives par mot-clé : Littérature populaire / popular literature

Appel à contributions : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant (Université Rennes 2)

Colloque international : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant

9 et 10 mars 2023, Université Rennes 2

Échéance des propositions : 12 septembre 2022

Organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, le Fonds patrimonial Heure joyeuse – médiathèque Françoise-Sagan et le laboratoire CELLAM-GRECES de l’Université Rennes 2, avec le soutien de l’Afreloce.

En 1996, la Joie par les livres proposait une journée d’étude consacrée à la photographie dans le livre pour la jeunesse et la Revue des livres pour Enfants publiait à cette occasion, dans son numéro 168-169, un dossier intitulé : « La photographie dans les livres pour enfants : une approche sensible ».

En 2001, la Bibliothèque des enfants et des jeunes La Joie par les livres à Clamart accueillait  l’exposition Flash sur les livres de photographies pour enfants et son catalogue-répertoire offrait un coup de projecteur sur les premières éditions d’une centaine d’albums de photographies, des années 1920 à nos jours.

En 2012, le Fonds patrimonial Heure joyeuse, depuis conservé à la médiathèque Françoise-Sagan, organisait l’exposition L’enfant et la photographie qui mettait en évidence l’évolution au cours du temps de la représentation de l’enfant et de la place de la photographie d’auteur dans les livres qui lui sont destinés.

Depuis lors, études, expositions, colloques internationaux, rencontres, mémoires, thèse de doctorat et ouvrages  grand public concourent à poursuivre la réflexion autour de cette production, désormais baptisée « photolittérature»  et couvrant le territoire dans lequel sont agencés art de la photo et texte littéraire. Parallèlement, au cours des deux décennies écoulées, les éditeurs ont multiplié, dans un bouillonnement créatif, le nombre d’albums qui intègrent la photographie, devenue par ailleurs omniprésente dans la vie quotidienne.

Le colloque « 1, 2, 3… regarde ! la photo, le livre, l’enfant » organisé conjointement par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, la médiathèque Françoise-Sagan et le laboratoire CELLAM-GRECES de l’Université Rennes 2, entend accueillir des contributions portant sur l’histoire de cette littérature photographique, du 19ème siècle à nos jours, et à travers le monde. Ce genre largement diffusé, particulièrement prisé des enfants, est pourtant longtemps demeuré méconnu, noyé sous d’autres appellations, malgré la diversité des productions et les collaborations célèbres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant (Université Rennes 2)

Parution : Des Compagnons de la Croix-rousse aux Six compagnons. Une série policière pour la jeunesse (1961-1978) (Anne-Marie Mercier-Faivre et François Quet)

Anne-Marie Mercier-Faivre et François Quet, Des Compagnons de la Croix-rousse aux Six compagnons. Une série policière pour la jeunesse (1961-1978), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. “Études sur le Livre de Jeunesse”, 2022.

La série Les Six Compagnons, inscrite dans le genre du roman policier pour la jeunesse popularisé par les traductions des éditions Hachette (Le Club des Cinq, Alice, etc.) a proposé aux jeunes lecteurs des années 1960 une alternative à ces romans peu ancrés dans le réel. Cet ouvrage analyse le projet de l’auteur, la genèse et les caractéristiques de ce qui a constitué l’une des plus intéressantes séries policières françaises pour les enfants. Située dans son époque, populaire et réaliste, cette série propose un équilibre entre éducation et distraction, stéréotypie et innovation.

Anne-Marie Mercier-Faivre a co-écrit avec Dominique Perrin Métamorphoses en culture d’enfance et d’adolescence. Questions de genre en 2020.

Appel à communications : L’invitation aux voyages (Université de Strasbourg)

Appel à communications jeunes chercheurs.euses : L’invitation aux voyages

Université de Strasbourg (Collège doctoral européen) — 21 octobre 2022

Échéance des propositions : 20 juin 2022

« Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir, cœurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s’écartent,
Et,sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons! »
(Charles Baudelaire, Le voyage, 1959)
 

D’Homère à Louis Ferdinand Céline, de Jules Verne à Charles Baudelaire, de Diderot à Blaise Cendrars, la littérature a de tout temps interrogé le thème du voyage. Par les rencontres culturelles qu’il permet, il nourrit également les échanges artistiques et invite au dialogue. Toutefois, si l’ailleurs alimente les arts à travers les siècles, le voyage est aussi devenu un idéal contemporainsuscitant un engouement d’un type nouveau et repositionnant lesquestionnements éthiques, politiques et philosophiques qu’il ouvre. En lien avec l’évolution des modes de transport et des activités sociales, le vocabulaire courant tend en effet à le qualifier : on ne se contente plus d’évoquer un départ en voyage, mais on stipule volontiers un « voyage organisé » ou un « voyage d’affaires » ; le périple est parfois planifié par une agence qui en fait un produit de consommation d’autant plus rentable que l’ailleurs est toujours recherché.

Alors que l’utile et le pratique semblent prévaloir – les progrès techniques ayanten outre sécurisé et facilité les déplacements –, quelle place dorénavant pourl’aventure, la quête, l’exil, l’épreuve et la découverte? Évoluant dans un espace infini et à travers les époques, l’esprit qui anime les arts et la littérature estheureusement là pour nous rappeler la délicatesse de l’ailleurs onirique, les vertus de la perte et de l’échec, la richesse de l’errance de la pensée, la nécessité du vagabondage des sens et l’espoir de l’ailleurs offert par l’être aimé. Parce que le caractère initiatique du voyage peut s’abstraire de la distance, de l’espace et du temps, qu’il s’enrichit de la pensée, du dialogue entre les genres et se transporte par l’imagination, nous vous convions à une recherche par le voyage qui sera, avant toute chose, un voyage par larecherche… Alors « Allons » !

Il est prévu 20 minutes de communication par participant, suivies de 10 minutes de discussion. Les propositions d’intervention seront à envoyer par courriel à l’adresse suivante : karmeliane@yahoo.fr avant le 20 juin 2022, enmettant en objet du message: « Journée d’études Invitation aux voyages –Contribution ». Le texte à joindre devra comporter vos nom, prénom, année d’étude, directeur de mémoire ou de thèse, EA de rattachement, être accompagné d’un résumé de 15 lignes maximum. Nous proposons également des interventions en tant que modérateur. Dans ce cas, n’hésitez pas à soumettre votre candidature par la même voie que celle de l’appel à contribution.

Elise Ternoy (Université de Rouen)

Préparationnaire de l’agrégation externe à l’université de La Sorbonne en 2021- 2022, Elise Ternoy est titulaire d’une licence de lettres modernes (mention Bien, université de Lille) et d’un master en littérature de jeunesse (mention Très Bien, université d’Artois). Son mémoire de M2 portait sur les questions éthiques au sein de la saga anglophone Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire. Elle voudrait poursuivre et approfondir ce travail de recherche sur les genres populaires et les cultures médiatiques par la réalisation d’une thèse portant sur les adaptations de romans à destination de la jeunesse en séries télévisées. Pour mener à bien ce projet, elle souhaite solliciter un contrat doctoral.

Aires de recherche : Littérature de jeunesse / Séries télévisées / Ensembles romanesques : cycles et séries / Adaptations, intermédialités

Continuer la lecture de Elise Ternoy (Université de Rouen)

Parution : Mousquetaires et misérables. Écrire aussi grand que le peuple à venir : Dumas, Hugo, Baudelaire et quelques autres (Évelyne Pieiller)

Évelyne Pieiller, Mousquetaires et misérables. Écrire aussi grand que le peuple à venir : Dumas, Hugo, Baudelaire et quelques autres, Marseille, Agone, 2022.

« Dans mon enfance, on n’allait pas au cinéma. Ma mère ouvrait le café à 5 heures du matin, pour les éboueurs. Elle m’a pourtant emmenée deux fois à l’Eldorado. Moments luxueux, où on marchait dans la nuit tombée, à la lumière des réverbères. La première fois, c’était pour Les Misérables.

Un an plus tard, à l’occasion inespérée d’une convalescence périlleuse, j’ai lu Le Vicomte de Bragelonne. J’ai lu avec un intérêt un peu distant. Il faut dire qu’il me manquait tout ce qui précède. Mais c’était quand même un Noël.

Ma mère n’est pas à elle seule la représentante du peuple. Mais enfin, elle avait été bonne à tout faire, ouvrière, caissière, elle était fière d’avoir son certificat d’études et se rappelait mystérieusement quelques grandes dates de l’histoire ouvrière. Elle n’avait aucune sympathie pour ceux qui jugent de haut les filles perdues, les malheureux, les pas-chanceux. Elle n’a jamais lu Les Misérables, ni Les Trois Mousquetaires. Mais elle en connaissait l’histoire. Et elle ne s’étonnait pas d’en être à sa façon familière. Elle ne s’en intimidait pas. Ça faisait partie de son patrimoine. Comme pour des millions de gens. Dans le monde entier.

Cette littérature-là ne cherche pas à se mettre « à la portée » mais veut écrire aussi grand que le peuple à venir. Il y a des chansons, l’argot des malfrats, du feuilleton sentimental, du burlesque et du tragique, de la philosophie, un lyrisme flamboyant, des références, du panache et de la politique partout… Et le peuple à venir se l’est, à sa façon, appropriée. »

Étrange duo que les Mousquetaires et les Misérables. L’un dit que le pouvoir est vil et l’existence étriquée, mais qu’il reste de quoi être beau contre l’ordre en place, l’ennui, l’injustice, la vie à l’économie, si on est ensemble. L’autre dit que l’ordre en place massacre, mais qu’on peut ouvrir l’avenir, debout sur les barricades, réelles ou mentales. Le peuple lit là ses peines, ses puissances et se fortifie dans ses peines et ses puissances.

Le petit peuple trop remuant qui se fera massacrer tout au long de ce XIXe siècle trop remuant et qui persévérera dans son absence de goût fera des Misérables sa légende, et, masse qui massivement se fout de l’Art, surtout avec une majuscule, fera de surcroît des Mousquetaires son idéal d’étincelante camaraderie. Le populo s’y est aimé, le populo s’y est embelli et armé : il a choisi ses Internationales romanesques. Rencontre fabuleuse entre les imaginaires des exilés de la Révolution, des orphelins de sa promesse de compléter l’humanité. On ne comprend rien au XIXe siècle si on ne comprend pas qu’il naît de la Révolution, qu’il la rêve sans trêve, y compris dans sa version cauchemar. Ce surgissement a reconfiguré le paysage mental, le sol et le ciel tremblent, l’individu est fêlé. Car la Révolution a inventé le peuple.

Comment se fait-il que la littérature française du XIXe siècle ait fourni au monde quelques-uns de ses héros universels ? que ça commence ici et là, cette production d’imaginaire populaire ? et que ça s’arrête pour ne plus jamais reprendre ?… Où l’on voit comment ce qu’écrit un romancier est plus grand que lui lorsqu’il est à l’écoute de son temps de révolte populaire.

Lire un extrait sur le site du Monde diplomatique

Appel à contributions : Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien XVIIIe-XXe s. (MSH Paris-nord, Saint-Denis)

Journées d’études : « Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien (XVIIIe-XXe siècles) »

MSH-Paris Nord, 5 et 6 octobre 2022

Échéance des propositions : 30 juin 2022

Depuis le XVIIIe siècle et ensuite de manière croissante avec les débuts du romantisme, les œuvres littéraires ont souvent invité leurs lecteurs et lectrices à s’identifier aux personnages, aux scènes et aux situations fictives. Cela a donné lieu à un ensemble de pratiques culturelles et de produits dérivés qui ont permis aux publics d’expérimenter les univers de la fiction dans leur vie quotidienne, depuis la décoration, l’habillement et les accessoires de mode jusqu’aux jouets, aux éléments de mobilier et même aux comportements inspirés par des textes littéraires. 

Ces deux journées d’études seront consacrées aux appropriations marchandes et émotionnelles de la fiction littéraire. Qu’il s’agisse de prolonger la vie des personnages dans la réalité, de reproduire des scènes de roman sur des papiers peints ou des objets du quotidien, de créer des effigies aux noms des héros romanesques, de vendre des imprimés à collectionner faisant référence aux univers de fiction, les reprises et réinterprétations de la littérature sont souvent créatives et révélatrices des divers contextes historiques, matériels et idéologiques dans lesquelles elles sont menées.

Toiles de Jouy Paul et Virginie, pendule Atala, papier peint et gilet Esmeralda, assiettes des Mystères de Paris, cigares Montecristo, éventail Nana, poupées Claudine : nombreux sont les exemples connus ou encore à mettre en lumière qui permettent de raconter une autre histoire de la littérature moderne à travers la perspective de ces appropriations. Comment de telles appropriations se réalisent-elles à travers différents genres et contextes ? Quels types de textes inspirent ces réactions ? Et comment ces pratiques évoluent-elles à travers le temps, à mesure que se développent les médias, puis les industries culturelles ? Finalement, que peuvent-elles nous apprendre de la littérature elle-même ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien XVIIIe-XXe s. (MSH Paris-nord, Saint-Denis)

André-Marc Aymé

André-Marc Aymé est infirmier en psychiatrie retraité.

Ouvrages parus 

  • Archéologie de la littérature policière, Collection Sang Maudit, L’Harmattan, 2013.
  • Policiers romantiques, Anthologie des premiers héros policiers, mars 2021, Collection Noir, L’Harmattan.
  • Tueurs et tueuses romantiques, Une anthologie, 2022, Collection Sang Maudit, L’Harmattan.

Participation à des ouvrages et recueils 

  • Commémorations Nationales 2016, Collectif, Éditions du Patrimoine, (Notice pour les 150 ans de la parution de L’affaire Lerouge d’Émile Gaboriau.)
  • Participation à un recueil de nouvelles pour le festival Regards Noirs à Niort (Nov. Déc. 2019, compagnonnage avec Marin Ledun). Diffusion locale.
  • Recueils de poésies édités par Les écrits de la Belle (2019 et 2021) à Celles sur Belle (Deux-Sèvres). Diffusion locale.

Chercheur « amateur » en littérature policière du XIXème siècle 

  • Expositions sur l’histoire du polar (Niort, 2016, Pauillac, 2017)
  • Conférences sur l’histoire du polar (Thorigné, 2019 ; Pessac,  Festival du film d’histoire, 2021 ; Université populaire Maison des arts, Brioux, 2022).
  • Membre du jury du Prix Jaune Corbeau au festival Regards Noirs (Niort, depuis 2020).

Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)

Aliénor Vauthey est assistante diplômée et doctorante en littérature française moderne à l’Université de Lausanne, en Suisse romande. Elle rédige une thèse intitulée « La fabrique des mondes : pratiques démiurgiques en littérature de fantasy française (XIXe) », sous la co-direction de Dominique Kunz Westerhoff (Université de Lausanne) et d’Anne Besson (Université d’Artois). Ses domaines de recherche sont la littérature de fantasy, les mondes imaginaires et les pratiques de world-building. 

Page personnelle

Parution : L’Oiseau bleu, n° 2, “Les trois petits cochons et ses expansions hypertextuelles”

L’Oiseau bleu, n° 2, “Les trois petits cochons et ses expansions hypertextuelles”, 2022.

Introduction
Thierry CHARNAY et Bochra CHARNAY

Les trois petits cochons se racontent au féminin : Gender, stéréotypes et jeux parodiques
Christiane Connan-Pintado (TELEM Université Bordeaux Montaigne)

Les trois animaux dans leurs petites maisons : de l’oralité aux reconfigurations contemporaines : BD, publicité, dessin animé…   
Bochra Charnay (Alithila Université de Lille) 

Analyse sémio-anthropologique du conte les trois animaux dans leur petite maison : universaux biologiques et topologie
Thierry Charnay (Alithila Université de Lille) 

De la truie au sanglier chez Mme d’Aulnoy ou l’histoire de quelques cochons enrubannés
Marie-Agnès Thirard (Alithila Université de Lille)

La transgression des cadres dans les réécritures des Trois petits cochons de Jon Scieszka, Lane Smith et David Wiesner.
Nadège Langbour (Labo 3L.AM, Université du Mans)

Les Trois Petits Pourceaux : Une tradition française oubliée et réinventée
Gaëlle Le Guern-Camara (Cerilac Paris Sorbonne)

Varia

Kirill Chekalov (Institut de la Littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie)
Jeux interdits, jeux autorisés : autour de l’œuvre romanesque de la comtesse de Ségur

Květuše Kunešová (Faculté de pédagogie, Université Hradec Kralové, République tchèque)
Le mythe de l’eau dans Jeanne, fille du roy de Suzanne Martel

Recension 

Nadège LANGBOUR (Labo 3LAB, Université du Mans)
Alain Montandon, Mélusine et Barbe-Bleue – Essai de sociopoétique, Paris, Honoré Champion, 2018.

Sommaire

Lire en ligne

Parution : Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers (éd. W. Butcher)

Jules Verne, Vingt mille lieues sous les merséd. W. Butcher, Clermont-Ferrand, PUBC, 2022.

Vers février 1868, Jules Verne entame l’écriture d’un manuscrit intitulé Voyage sous les eaux. Ce roman, qui commence à paraître treize mois plus tard, est dès sa conception le plus ambitieux des Voyages extraordinaires. La grandeur des thèmes et le ton, alternativement humoristique et majestueux, témoignent d’une maîtrise remarquable. Vingt mille lieues sous les mers figure parmi les œuvres les plus célèbres dans le monde entier.

William Butcher nous livre le conflit entre Verne et son éditeur Jules Hetzel, et dévoile les nombreuses réécritures contraintes qui aboutissent à une édition transformée, au point que le romancier en exprime d’amers regrets pour ses idées originales. Sont en effet supprimés par décision éditoriale d’importants passages inédits, abondamment cités dans ce volume, qui révèlent une vision poétique insoupçonnée et un message esthétique, politique et idéologique inconnu de tous.

Avec un apparat critique fourni, cette édition illustrée, tout en réhabilitant le texte vernien, en analyse en profondeur les sources, les références et les différences entre les éditions principales, transformant ainsi notre compréhension du capitaine Nemo et du roman tout entier.

Continuer la lecture de Parution : Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers (éd. W. Butcher)