Archives par mot-clé : littérature industrielle

Appel à contributions : Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe s. (Paris Sorbonne, en ligne)

Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe siècles

15 juin 2021

Institut d’Etudes Slaves, Paris Sorbonne (en ligne)

Échéance des propositions : 15 avril 2021

Récemment, de nombreuses initiatives de recherche dans le monde contribuent à faire évoluer la perspective de l’histoire de la littérature russe sur ce qui constitue le canon et ce qui est, ou a été, rejeté à la périphérie. Considérant cette interaction « centre – périphéries » comme une relation dynamique dont la teneur est variable selon les époques, une nouvelle histoire de la littérature russe devra poser la question de ce qui fait évoluer, plutôt que progresser, la littérature. 

L’un des plus vastes domaines rejetés aux marges de la « grande littérature » est constitué par la littérature de masse, domaine en général doublement dévalué en tant que mercantile et populaire. Mais la question de sa définition, celle de son statut au sein du champ littéraire, de sa place dans l’évolution littéraire témoignent, par leur actualité, de la pérennité de certaines représentations. La littérature de masse, pensée comme littérature pour les masses, est bien souvent rejetée hors du champ de l’esthétique, condamnée pour son orientation vers le divertissement d’un lecteur peu exigeant, mais aussi en vertu de sa nature sérielle qui la priverait de tout pouvoir de faire évoluer sa consœur, la « haute littérature ». Pourtant, les critères d’évaluation de la littérature de masse ne sont pas forcément évidents, et ont évolué au fil des siècles : si personne n’a aujourd’hui l’idée de vendre Crime et châtiment au rayon des polars, l’on pourrait se demander ce qui, entre la réputation – et popularité – de l’auteur et les pratiques de lecture liées à son œuvre, est déterminant dans la catégorisation de cette œuvre, au-delà de sa qualité « essentielle ». Car la littérature de masse, notamment par la variété et la multitude des acteurs qu’elle engage, invite à considérer une œuvre aussi bien du point de vue de ses qualités intrinsèques que dans la perspective des rapports qu’elle engendre entre son auteur et son lecteur, et de ce que le mode de diffusion du texte (écrit, oral ou par dérivation via d’autres formes d’art, comme le cinéma par exemple) peut entraîner comme transformations de forme et de genre. La réflexion sur l’histoire de la littérature de masse en terrain russe – forcément diachronique – sera donc aussi l’occasion de s’interroger sur l’évolution des pratiques d’édition et de lecture d’œuvres dont le « degré d’ouverture » ne sera bien évidemment pas le même selon l’espace de leur circulation.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe s. (Paris Sorbonne, en ligne)

Séminaire : Marta Caraion, « Comment la littérature pense les objets » (PHisTeM 2020-2021)

Séminaire général du PHisTeM 2020-2021. Université Paris Nanterre, CSLF (EA 1586), équipe de « Poétique historique des textes modernes ». Coordination : Matthieu Letourneux et Alain Vaillant.

Conférence en ligne de Marta Caraion (université de Lausanne) :  « Comment la littérature pense les objets », 8 février, 16h30.

La première séance du séminaire du PHisTeM (Université Paris-Nanterre) se tiendra le 8 février, de 16h30 à 19h. Nous y entendrons notre collègue Marta Caraion, de l’université de Lausanne, à propos de son dernier livre Comment la littérature pense les objets (Champ Vallon, 2020). Compte tenu des circonstances sanitaires, la séance se tiendra par visioconférence (écrire aux organisateurs ci-dessous pour obtenir le lien Meet).

Continuer la lecture de Séminaire : Marta Caraion, « Comment la littérature pense les objets » (PHisTeM 2020-2021)

Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

Double journée d’études

Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan 

Universités Toulouse-Jean Jaurès et Caen Normandie

19 novembre 2021 – Mars 2022 [date à préciser pour la seconde journée]

« C’est à Balzac que l’on demande une peinture de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet, pas à Dumas. À tort1 » ; ainsi Jean Tulard rend-il compte, dans une formule lapidaire, du traitement opposé qu’ont connu Balzac et Dumas dans l’histoire littéraire. Il faut dire que tout semble éloigner tant les deux hommes, qui n’avaient aucune sympathie l’un pour l’autre, que les deux écrivains : sur le plan idéologique, les convictions républicaines de Dumas contrastent avec le monarchisme de Balzac ; du point de vue de la conception de l’écriture, l’auteur de La Comédie humaine voit dans l’exercice de la  littérature un sacerdoce confinant au martyre, tandis que Dumas se distingue par la facilité décomplexée de son écriture, favorisée par la pratique de la collaboration. D’un côté la tentation de l’ascèse avec son cortège de privations, de l’autre le bon vivant notoire, auteur du Grand dictionnaire de cuisine ; d’un côté l’observateur minutieux et le physiologiste acéré de la vie contemporaine ; de l’autre l’auteur de cape et d’épée, le chroniqueur historique qui plonge ses lecteurs dans les grandes pages d’un passé national virevoltant ; d’un côté l’écrivain exigeant qui, élevant le roman au rang d’outil d’investigation du corps social, lui a conféré une légitimité épistémologique inédite, de l’autre le représentant d’une littérature avant tout de divertissement et d’évasion.

Les deux hommes, d’ailleurs, ne s’appréciaient guère et n’en faisaient pas mystère. Ils considéraient leurs œuvres respectives avec une admiration distante chez Dumas et une morgue venimeuse, si ce n’est insultante, chez Balzac. Dumas écrit ainsi dans ses Mémoires : « Comme homme je ne le connais pas, et ce que j’en connais ne m’est pas le moins du monde sympathique ; comme talent, sa façon de composer, de créer, de produire est si différente de la mienne que je suis mauvais juge à son endroit » (chap. CCXVII). Balzac n’est pas plus tendre dans sa correspondance avec MmeHanska, lui qui voit dans l’auteur des Trois Mousquetaires « un homme taré, un danseur de corde et pis que cela, un homme sans talent2 » bénéficiant d’un « nom immérité dans la littérature3 ». Continuer la lecture de Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

  1. Jean Tulard, Alexandre Dumas, Paris, Presses universitaires de France, « Figures et plumes», 2008, p. 12 []
  2. Lettre à Mme Hanska de 1836 []
  3. Lettre à Mme Hanska de 1840. []

Parution : « Approches transmédiales du récit dans les fictions contemporaines », Cahiers de narratologie n°37 (Assises LPCM 2018)

Rémi Cayatte & Anaïs Goudmand (dir.), 2020, « Approches transmédiales du récit dans les fictions contemporaines », Cahiers de narratologie n°37.

Ce numéro des Cahiers de Narratologie réunit des articles issus d’une partie des interventions qui ont eu lieu lors des premières Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques, organisées à l’initiative de l’Association internationale des chercheurs en littératures populaires et culture médiatique, du 11 au 13 octobre 2018 à l’Université Paris Nanterre et à l’Université Paris Sorbonne.  Suivant le principe d’une publication multi-support, il sera suivi par des dossiers à paraître dans diverses revues (Belphégor, Le Pardaillan, Sciences du jeu…).

Les articles réunis ici ont pour objectif commun d’aborder les fictions non pas à l’échelle d’un seul média, mais à l’échelle de l’écologie médiatique au sein de laquelle elles s’inscrivent. Tout en adoptant des perspectives différentes (diachroniques, historiques, économiques, conceptuelles), ils s’inscrivent dans une approche transmédiale en abordant différentes comparaisons entre des objets médiatiquement hétérogènes pour en faire ressortir les multiples points de contact sur le plan narratologique. Continuer la lecture de Parution : « Approches transmédiales du récit dans les fictions contemporaines », Cahiers de narratologie n°37 (Assises LPCM 2018)

Parution: Cécile Boulaire (dir.) Mame, deux siècles d'édition pour la jeunesse

Parution

Cécile Boulaire (dir.)

Mame, deux siècles d’édition pour la jeunesse

Référence bibliographique : Cécile Boulaire (dir.), Mame. Deux siècles d’édition pour la jeunesse, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2012, 560 p., 24E. EAN13 : 9782869062801.

Voir ici le document de souscription
L’étude de la maison Mame était jusqu’à une date récente réputée « infaisable » parce que ses archives avaient été intégralement détruites dans la destruction de l’entreprise en juin 1940. Maison sans archives, l’entreprise Mame était par ailleurs disqualifiée par la nature de sa double spécialisation : l’édition religieuse et l’édition pour la jeunesse. Ce livre, issu du travail d’une équipe composée à parité de littéraires, d’historiens et d’historiens de l’art, s’attache à reconstituer l’histoire de l’entreprise et de la dynastie qui l’a portée, de ses débuts à Angers en 1767 à la rupture du lien entre la famille Mame et l’entreprise qui porte son nom en 1975.
À travers 200 ans d’histoire économique et sociale, enracinée en Touraine mais largement ouverte aux influences majeures que connaît alors l’édition, l’ouvrage cherche à déterminer la nature de cette littérature produite pour les enfants des années 1830 à l’après-guerre, à expliquer le dédain dont elle fait l’objet dès les années Ferry, ainsi que l’oubli dont elle pâtit depuis, quoique ses tirages la rendent présente dans la plupart des foyers français. Il tente notamment de comprendre dans quel contexte et sous quelles modalités est née cette littérature chrétienne pour la jeunesse, et comment elle s’est développée, échappant partiellement aux objectifs de ses fondateurs.
Cette étude s’efforce de combler une lacune majeure de l’historiographie,elle éclaire le rôle joué dans l’édition et surtout dans la littérature destinée à la jeunesse par la maison Mame, trop souvent éclipsée par les éditeurs parisiens Hachette et Hetzel auxquels elle a pourtant ouvert la voie.

SOMMAIRE

Jean-Yves MOLLIER,
Préface

Cécile BOULAIRE,
Introduction générale

Première partie
LES FONDATEURS

Michel MANSON
Introduction : Un voyage dans les archives

Cécile BOULAIRE
Charles Pierre Mame à Angers : un fondateur

Tangi VILLERBU
La maison Mame à Angers (1807-1828)

Michel MANSON
Les Mame à Paris (1807-1837) :
l’échec d’une stratégie familiale de diversification
Tangi VILLERBU,
La bifurcation américaine de Charles Mathieu Mame (1815-1818)

Deuxième partie
L’INSTALLATION DYNASTIQUE
Michel MANSON
Installation d’Amand Mame à Tours : le contexte tourangeau

Chantal DAUCHEZ
Amand Mame (1776-1848)

Chantal DAUCHEZ
Alfred Mame (1811-1893)

Chantal DAUCHEZ
Ernest Mame (1805-1883) ; Gustave Mame (1830-1893)
Paul Mame et ses fils

Michèle PIQUARD
La « Maison Alfred Mame et fils », Société Anonyme

Troisième partie
L’ENTREPRISE MAME ET LA QUESTION SOCIALE

Tangi VILLERBU
Introduction : L’entreprise Mame et la question sociale

Christian AMALVI
Les livres d’histoire de la maison Mame,
supports de la doctrine du catholicisme social, de 1830 à 1880 ?

Chantal DAUCHEZ
Cité ouvrière et institutions sociales

Martin DUMONT
Alfred Mame et la Commission d’enquête parlementaire
sur les conditions du travail en France en 1873

Marie-Françoise BOYER-VIDAL
Mame et l’école publique (1870-1890) : l’annonce d’une fracture éditoriale

Quatrième partie
MAME PROPAGATEUR DE LA FOI

Tangi VILLERBU
Introduction : Mame propagateur de la foi

Michel MANSON
Des Bons Livres aux livres pour enfants :
la création de la « Bibliothèque de la jeunesse chrétienne »

Tangi VILLERBU
La maison Mame et les Frères des écoles chrétiennes : une tumultueuse union

Tangi VILLERBU
Mame au Québec :
importation et usages d’une littérature catholique française (1840-1960)

Michel MANSON
Les romans historiques chez Mame (1834-1914) : faire revivre le passé à la lumière de la foi

Cinquième partie
LES COLLECTIONS

Cécile BOULAIRE
Introduction : L’ordre des collections

Matthieu LETOURNEUX
La ligne éditoriale : auctorialité et sérialité éditoriale

Cécile BOULAIRE
Une logique de collections : de la « Bibliothèque de la jeunesse chrétienne »
à la « Bibliothèque des petits enfants »

Cécile BOULAIRE
Raymond Pornin et le « Gymnase moral d’éducation » :
être éditeur de livres pour enfants à Tours sous Alfred Mame

Stéphane TASSI
Les séries Mame au XXe siècle siècle : organisation et auteurs

Marie-Pierre LITAUDON
Mutation des logiques de collections (1885-1940)

Francis MARCOIN
La Revue Mame (1894-1909), une publication académique

Sixième partie
LES GENRES

Matthieu LETOURNEUX
Introduction : Les genres

Cécile BOULAIRE
La « littérature » selon Mame ?

Matthieu LETOURNEUX
Mame, entre esthétique et éthique

Annette BAUDRON
De L’Ami des enfans à la « Bibliothèque des petits enfants » :
rupture ou continuité ?

Marie-Françoise BOYER-VIDAL
Mame à l’ère des pédagogues républicains,
ou le poids d’un héritage éditorial (1870-1890)

Matthieu LETOURNEUX
Les romans d’aventures sont-ils très catholiques ?
Mame face au genre, entre contraintes sérielles et reformulations éditoriales

Mathilde LÉVÊQUE
Un siècle de fictions coloniales pour la jeunesse (1830-1940)

Septième partie
ÉCRIRE POUR MAME

Mathilde LÉVÊQUE
Introduction : Écrire pour Mame

Mathilde LÉVÊQUE
Traduire pour Mame

Cécile BOULAIRE et Mathilde LÉVÊQUE
À éditeur célèbre, écrivains obscurs ?

Cécile BOULAIRE
Just-Jean-Étienne Roy, un polygraphe voué à Mame

Clémence LEFAY
Hippolyte de Chavannes de La Giraudière : un auteur Mame

Stéphane TASSI
Classicisme, naturalisme et passéisme :
l’évolution du style Mame à travers quelques-uns de ses auteurs

Huitième partie
RELIURE, ILLUSTRATION, BIBLIOPHILIE

François FIÈVRE
Introduction : La forme visuelle des livres Mame

Élisabeth VERDURE
La reliure chez Mame : techniques de fabrication et esthétique (1840-1880)

Olivia VOISIN
Amand Mame & Cie, un éditeur romantique pour enfants (1830-1850)

Rémi BLACHON
John Arthur Quartley et les graveurs sur bois des éditions Mame à Tours

François FIÈVRE
Les pratiques typographiques et bibliophiliques
de la maison Mame au XIXe siècle

Isabelle SAINT-MARTIN
Illustration religieuse et ouvrages de prestige : Hallez, Doré, Tissot…

Stéphane TASSI
Brochages, cartonnages et percalines : les couvertures Mame de 1870 à 1940

Neuvième partie
MAME AU XXE SIÈCLE

Cécile BOULAIRE
Introduction : Mame au XXe siècle

Marie-Pierre LITAUDON
Les albums Mame dans l’entre-deux-guerres

Caroline GAUME
D’une usine l’autre : 1940-1953, destruction et reconstruction de l’usine Mame

Christine DESMOULINS
L’imprimerie Mame à Tours, une usine moderne en bordure de Loire (1950-1953)

Michèle PIQUARD
La maison Mame après la Seconde Guerre mondiale

Marie-Pierre LITAUDON
Un petit Prince devait paraître chez Mame…

Tangi VILLERBU et Matthieu LETOURNEUX,
Conclusion : Fin de projet, ouverture de chantiers

Arbre généalogique
Bibliographie
Les auteurs