Archives par mot-clé : littérature française

Parution : « L’ARABE » COLONISÉ DANS LE THÉÂTRE FRANÇAIS De la conquête de l’Algérie aux grandes expositions coloniales (1830-1931)

Amélie Gregório, 2020, « L’Arabe » colonisé dans le théâtre français. De la conquête de l’Algérie aux grandes expositions coloniales (1830-1931), Presses Universitaires de Lyon, « Théâtre et société » 

Négligé par la critique postcoloniale, le théâtre, dans ses formes variées, et notamment populaires, a pourtant largement accompagné la colonisation française de l’Afrique du Nord et la formation d’un esprit colonial, depuis le débarquement des troupes françaises en Algérie en 1830 jusqu’au grand rendez-vous impérialiste que fut l’Exposition coloniale de 1931. S’appuyant sur des préjugés existants, les renforçant, en forgeant parfois de nouveaux pour les besoins du spectacle, les pièces écrites à l’époque coloniale ont donné de multiples représentations de la figure de « l’Arabe » : bestial, fourbe, idiot ou « exotique », dans tous les cas inférieur au « Blanc », cet « autre » apparaît toujours comme un être dominé.

À partir de l’analyse historique, sociologique et esthétique d’un répertoire méconnu de près de deux cents pièces , mais aussi de leur mise en scène et de leur réception par la critique et des publics divers, Amélie Gregório interroge la transformation des représentations en discours, sans perdre de vue les enjeux proprement artistiques et sans prétendre a priori que toute pièce représentant des « Arabes » est obligatoirement, et de façon univoque, idéologique.

Amélie Gregório est agrégée de lettres modernes. Elle est enseignante dans le secondaire et chercheuse associée à l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM). Ses travaux portent sur la question de l’altérité dans les arts de la scène, en relation avec la colonisation de l’Afrique du Nord.

Acheter l’ouvrage en ligne sur le site de l’éditeur

Parution : Diana Holmes, Middlebrow Matters

Diana Holmes, Middlebrow Matters

Women’s reading and the literary canon in France since the Belle Époque, Liverpool University Press, 2018

This is the first book to study the middlebrow novel in France. Middlebrow is a derogatory word that connotes blandness, mediocrity and a failed aspiration to ‘high’ culture. However, when appropriated as a positive term to denote that wide swathe of literature between the challenging experimentalism of the high and the formulaic tendency of the popular, it enables a rethinking of the literary canon from the point of view of what most readers actually read, a criterion curiously absent from dominant definitions of literary value. Since women have long formed a majority of the reading public, this perspective immediately feminises what has always been a very male canon. Opening with a theorisation of the concept of middlebrow that mounts a defence of some literary qualities disdained by modernism, the book then focuses on a series of case studies of periods (the Belle Époque, inter-war, early twenty-first century), authors (including Colette, Irène Nemirovsky, Françoise Sagan, Anna Gavalda) and the middlebrow nature of literary prizes. It concludes with a double reading of a single text, from the perspective of an academic critic, and from that of a middlebrow reader.

Diana Holmes is Professor of French at the University of Leeds.

Le roman populaire français à Tokyo

Compte-rendu :

Workshop sur le roman populaire français au Japon

Takashi Yasukawa

Intéressés par la fiction populaire française du XIXe au XXIe siècles, nous lui avons consacré un Workshop à l’Université Gakushūin de Tokyo le 29 mai 2016. Organisé dans le cadre des activités intellectuelles animées par la « Société japonaise de langue et littérature françaises » qui « regroupe des chercheurs et des amateurs de la littérature ou de la langue françaises », notre Workshop s’est donné comme tâche ambitieuse d’éveiller l’intérêt pour ce que Sainte-Beuve baptisa en 1839 la « littérature industrielle », dans un contexte universitaire japonais où on a tendance à privilégier depuis longtemps les œuvres canonisées dans l’Histoire littéraire.

Après l’introduction d’Akiko Miyagawa, professeur de l’Université Hiroshima, qui justifie l’importance des études sur cette littérature délaissée, Takashi Yasukawa, chargé de cours à l’Université Meiji Gakuin, a procédé dans son exposé liminaire de manière concise à un état des lieux des recherches francophones sur le roman populaire à partir de 1992, illustré par la publication simultanée de deux œuvres de référence : La Paralittérature d’Alain-Michel Boyer et l’Introduction à la paralittérature de Daniel Couégnas. Pour rendre immédiatement visibles les traits formels de la « paralittérature », Continuer la lecture de Le roman populaire français à Tokyo