Archives par mot-clé : littérature française

Colloque : Le Colosse & le Titan. Balzac et Dumas en face-à-face (suite) (Université de Caen Normandie)

Colloque : Le Colosse & le TitanBalzac et Dumas en face-à-face (suite)

17- 18 mars 2002, Université de Caen Normandie

Comité d’organisation

Télécharger le programme (PDF)

Appel à contributions : Marguerite Duras et la culture populaire (Université de Lille)

Journée d’étude annuelle Marguerite Duras : Marguerite Duras et la culture populaire

Vendredi 7 octobre 2022, Université de Lille, Maison de la recherche

Université de Lille (ALITHILA) – Société internationale Marguerite Duras 

Échéance des propositions : 30 avril 2022

Gagner l’estime des élites intellectuelles et être lu par le plus grand nombre, rares sont les écrivains qui ont osé tenir ce pari sans s’y brûler les ailes. Si Marguerite Duras a longtemps souffert d’une réputation ambiguë, ce n’était pas sans lien avec cette ambition. Pourtant, dans le monde hypermédiatique qui est le nôtre, plus de 25 ans après la disparition de l’autrice, l’on peut se demander si elle n’a pas joué un rôle de précurseur, en assumant les influences populaires et en consentant à entrer de plain-pied dans la culture de masse, bâtissant au fil du temps un personnage public qui a, le succès croissant, fait grincer de plus en plus de dents.

Faisant fi des bienséances prêtées au métier d’écrire, Duras a tenu chronique dans l’émission de télévision Dim dam dom dans les années 1960, s’est rendue dans des usines pour lire des poèmes d’Henri Michaux à des ouvriers, s’est plu à interroger des enfants sur toutes sortes de sujets, a pris part à de grands débats de société (l’affaire Villemin entre autres) : tout semble prétexte à briser les cloisons qui opposent traditionnellement culture d’élite et culture populaire. L’auteur d’Outside et de L’Été 80 n’a dénigré ni la presse à grand tirage, ni le cinéma, ni la télévision, ni la chanson populaire, ni même la publicité ; ses textes et ses films affichent une imprégnation par toutes sortes de genres considérés comme mineurs : le conte de fées, la bande dessinée, la littérature sentimentale, etc. Touche-à-tout, Duras faisait œuvre de tout matériau, à travers des supports de grande diffusion, qui ne correspondaient pourtant pas, à l’époque, aux prescrits de l’art noble qu’est la littérature.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Marguerite Duras et la culture populaire (Université de Lille)

Parution : Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918 (Daniel Aranda)

Daniel Aranda, Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918, Presses Universitaires de Lyon, 2022. 

Disponible au format numérique sur OpenEdition

Entre 1914 et 1918, la littérature populaire et de jeunesse met régulièrement en scène des enfants et des adolescents qui aspirent à se battre contre l’ennemi allemand. Leur engagement est poutant illicite : l’âge minimum requis pour rejoindre l’armée est de 17 ans.

Victime, fugueur, vengeur, frondeur, le personnage du combattant juvénile est d’autant plus apprécié du public que les romanciers savent tirer parti du patriotisme propre à la période. Mais ces auteurs cherchent également à peser sur l’opinion des lecteurs, sur leurs convictions. Entre littérature et propagande, ils rusent alors avec les contraintes réglementaires pour justifier les actions de leurs jeunes héros.

Exhumant un corpus de romans, nouvelles, contes journalistiques ou historiettes, dont une grande partie, publiée dans des périodiques, était tombée dans l’oubli, Daniel Aranda propose dans cet ouvrage une analyse de ce personnage politiquement incorrect qu’est l’enfant-soldat. Véritable métaphore de la France en danger de mort des premiers mois du conflit, ce dernier sera concurrencé puis supplanté par la figure du « poilu », représentatif de la guerre de position des années suivantes. Une anthologie vient compléter cette étude, offrant à la lecture une trentaine de ces textes jusqu’alors introuvables.

Daniel Aranda est agrégé en lettres, docteur en littérature générale et comparée et maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université de Nantes. Il est également membre du Centre de recherche en éducation de Nantes (CREN EA2661). Il interroge la notion de personnage à travers les phénomènes de récurrence romanesque et de morphogenèse dans le domaine du conte populaire.

Appel à communications : Festival le haut du livre (Université de lorraine)

Journée d’étude : 6ème édition du festival Le Haut du Livre autour de la littérature de jeunesse, organisé par l’association Doxa Vita.

8 avril 2022, Nancy

Échéance des propositions : 5 février 2022

Le festival Le Haut du Livre, parrainé par Daniel Picouly, se déroulera sur trois journées : une journée d’étude organisée sur le Campus Lettres et Sciences Humaines (Nancy) et un weekend au sein de la MJC HautduLièvre. Le festival, accessible gratuitement, s’articule principalement autour des thématiques de la littérature jeunesse et du spectacle vivant.

L’invitée d’honneur pour cette nouvelle édition du festival est Christine NaumannVillemin. La journée d’étude sera organisée dans la matinée du vendredi 8 avril 2022 et aura pour objectif de découvrir l’œuvre de cette auteure et d’échanger autour de la question de la littérature jeunesse. Étudiants, doctorants, professeurs et toute personne intéressée par ces questionnements pourront assister à cette rencontre. Pour clôturer cette journée d’étude, un concert pédagogique sera proposé dans l’aprèsmidi par les apprentis CFA « Métiers des arts de la scène » de l’Opéra de Nancy avec lesquels nous sommes en partenariat, au sein de la MJC du Haut du Lièvre.

Le festival se poursuit sur le weekend du 9 et 10 avril 2022 à la MJC du HautduLièvre. Le public pourra y rencontrer les auteurs invités dont Christine NaumannVillemin et Daniel Picouly, mais aussi les illustrateurs et les maisons d’édition présents et échanger avec eux. Durant le weekend, ateliers et spectacles vivants seront proposés afin de diversifier les activités.

Thématique et critères de sélection : Nous souhaitons orienter notre journée d’étude sur l’analyse de l’acceptation des émotions par les enfants et comment ce processus est mis en situation dans toute l’œuvre de Christine NaumannVillemin. Nous pouvons élargir l’enjeu de cette problématique en questionnant la place des parents autour de cette question de la légitimité des enfants à ressentir leurs émotions. En cela, notre appel à communication s’adresse à des doctorants et enseignants chercheurs de domaines de recherche variés. De nombreuses disciplines sont les bienvenues : la littérature, la sociologie, la philosophie et la psychologie. Aucun corpus de texte n’est imposé. Le choix des œuvres étudiées est donc laissé libre aux enseignants chercheurs et doctorants intéressés par ce projet.

La longueur attendue des propositions : De 600 à 1000 signes.

Calendrier : Les propositions d’étude sont à envoyer par mail avant le 5 février 2022. Nous donnerons notre réponse quant aux propositions retenues mifévrier 2022.

Comité scientifique et organisateur : Le comité sera composé des étudiants et étudiantes de l’association Doxa Vita mais aussi d’enseignants chercheurs du laboratoire de recherche Littérature Imaginaire et Société (LIS) de l’UFR ALLNancy.

Présentation des propositions : Au cours de la journée d’étude, les enseignants chercheurs et doctorants ayant répondu à l’appel à communication et dont les propositions auront été retenues seront invités à présenter leur travail au cours d’une présentation d’environ 10 à 20 minutes. Chaque présentation sera suivie d’une discussion avec l’auditoire présent le 8 avril. Il sera possible d’utiliser des supports de diffusion et des moyens de communication pour favoriser la présentation des propositions (un court PowerPoint par exemple).

Nous insistons sur le fait que cet appel à communication s’adresse aux enseignants chercheurs et aux doctorants du Campus Lettres et Sciences Humaines. Vos connaissances et votre implication nous sont nécessaires pour mener à bien cette journée d’étude. Enfin, il est intéressant que doctorants, enseignants chercheurs et étudiants s’associent pour enrichir ce projet et montrer la cohésion qui existe entre les différents niveaux d’étude au sein du Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy.

URL : https://www.lehautdulivre.com/

 

Appel à contributions : Fictions du complot (ELFE XX-XXI)

Elfe XX-XXI, n° 12, automne 2023, « Fictions du complot »

Échéance des propositions : 20 mars 2022

Modalités de participation

Les projets d’articles d’une page maximum (taille de police : 12) devront être envoyés à Chloé Chaudet (chloe.chaudet@uca.fr) et Ivanne Rialland (ivanne.rialland@uvsq.fr) accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique avant le 20 mars 2022.

L’acceptation ou le refus sera indiqué.e aux auteur.e.s mi-avril 2022, accompagné.e, le cas échéant, des consignes de présentation des textes (d’une longueur comprise entre 25 000 et 40 000 signes espaces incluses).

Les articles seront à envoyer à Chloé Chaudet et Ivanne Rialland avant le 15 octobre 2022. Ils seront évalués en double aveugle par le comité de lecture de la revue.

Fictions du complot

La fiction du complot prend son essor parallèlement à celui du roman et de l’État-nation, fondant un imaginaire sociopolitique de la modernité qui n’a ensuite cessé de se développer et de se reconfigurer. Au tournant du xixesiècle se multiplient en Europe les figures fictives de comploteurs, qui ressurgiront à chaque période de crise. Au cours des xxe et xxie siècles, les discours conspirationnistes prolifèrent de manière presque ininterrompue dans l’aire atlantique et au-delà. S’ils ont fait l’objet de diverses approches sociologiques, politologiques, historiques, médiatiques, rhétoriques ou anthropologiques, les fictions littéraires du complot sont pour l’heure abordées soit de façon très générale – dans le cadre d’approches panoramiques relevant des études culturelles, par exemple – soit de manière circonscrite, par l’analyse philologique des œuvres d’un seul auteur ou d’une seule autrice. En proposant une étude collective inédite des fictions du complot des xxe et xxiesiècles, attentive autant au macro- qu’au microtexte, ce numéro de la revue ELFe XX-XXI entend contribuer à combler une lacune au sein des études littéraires de langue française.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fictions du complot (ELFE XX-XXI)

Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850), Vittorio Frigerio, UGA Éditions, 2021.

Considéré d’habitude comme le «père» de l’anarchisme français, Pierre-Joseph Proudhon entretient un rapport ambivalent avec la création littéraire. Cet essai retrace la relation de Proudhon à la littérature, telle qu’elle apparaît à travers ses ouvrages, pour ensuite analyser les discours tenus dans ses quatre journaux sur les triomphes du roman-feuilleton et qui ébauchent la théorie d’un feuilleton progressiste et révolutionnaire, capable de diffuser auprès du lectorat populaire, par le biais de la fiction, les idées et les théories qui aideront à son affranchissement. Une présentation des romans-feuilletons parus dans le journal Le Peuple est suivie par une étude plus approfondie de l’un d’entre eux, le roman Le Mont Saint-Michel, qui narre les aventures d’un groupe de républicains lors du célèbre épisode de la barricade du cloître Saint-Merry, clou tragique de l’insurrection avortée de 1832. Convoquant de nombreux auteurs connus (Michelet, Stendhal, Victor Hugo et Alexandre Dumas père) et oubliés, cette analyse veut offrir une réflexion sur la nature du roman historique et de l’écriture historiographique pendant une période clef pour leur développement.

Continuer la lecture de Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Parution : Discours et imaginaires de la Commune (Contextes n°30)

COnTEXTES n° 30, “Discours et imaginaires de la Commune”, 2021

Sous la direction de Justine Huppe et Denis Saint-Amand

Présentation de l’éditeur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du 30e numéro de COnTEXTES, dédié aux « Discours et imaginaires de la Commune ». Il y a cent-cinquante ans, le 18 mars 1871, le peuple parisien empêchait l’armée française de récupérer les canons de la butte Montmartre, et se lançait dans une expérience d’auto-organisation visant à concrétiser le rêve d’une vie meilleure — plus juste, plus libre. Cette livraison, dirigée par Denis Saint-Amand et Justine Huppe, rassemble des contributions consacrées au Cri du peuple, aux recherches formelles menées par Vermersch, Lissagaray et Reclus pour dépasser l’écrasement de l’insurrection, au traitement de cette dernière chez Vallès et chez Zola, à l’édition des œuvres de Louise Michel et à la mémoire de l’événement chez Darien ou Descaves, mais aussi à la façon dont la Commune a infléchi les écrits du Comité invisible et le cinéma d’Eisenstein, à la manière dont elle est mise en scène par Watkins ou déplacée fictionnellement dans le Montréal du XXIe siècle par Simon Leduc — ce numéro interroge aussi la façon dont cet épisode historique charrie des représentations vives, parfois contradictoires sinon antagonistes, portées par des pratiques poétiques longtemps tenues à l’écart des études littéraires (celles du journal, de la chanson, du tag ou de l’affiche), alors qu’elles sont les premières à faire bouger les lignes de nos imaginaires. 

Le dossier est composé d’articles de David Charles, Sylvain David, Quentin Deluermoz, Jeremy Hamers, Céline Léger, Aurélien Lorig, Patrick Marcolini, Julie Moucheron, Cécile Robelin, Pascal Rousse, Frédéric Thomas, Sidonie Verhaeghe, et d’entretiens avec Michèle Audin et avec Michèle Riot-Sarcey. L’ensemble est disponible intégralement à l’adresse :  https://journals.openedition.org/contextes/9911.

Continuer la lecture de Parution : Discours et imaginaires de la Commune (Contextes n°30)

Parution : “La Commune n’est pas morte.” (Nineteenth-Century French Studies, 49-3/4)

Nineteenth-Century French Studies, 49-3/4, “La Commune n’est pas morte…”, Robert St.Clair & Set Whidden (eds.), 2021.

Au glorieux 18 mars! On the 150th anniversary of the Paris Commune, this special issue brings together over thirty scholars working across a range of disciplines, whose contributions—in the form of articles and interviews—explore the breadth, reach, and ongoing relevance of the events which transpired in Paris in the spring of 1871. Commemorating an event seen by many of its contemporaneous actors as the culminating point of a decades-long collective struggle for freedom and democracy in nineteenth-century France—an event whose name, to this day, still conjures up ideals of freedom and direct democracy, as well as the conscience-shaking act of repression with which it was put down—this special issue seeks to take stock of the past and to bring some clarity to blind spots that may have heretofore remained obscured. Its guiding questions are as follows: what kind of ideas, horizons, or caveats does the Commune name for us today? Is it (still) a blank page in the book of history? The materiality of an idea or a desire—namely that of emancipatory projects, or an egalitarian, participatory politics whose experimental form, spirit, and legacy seems to stretch throughout the last century into ours? Is it, in sum, a shockwave rippling through history, or the end of the line?

A full table of contents is below and also online at www.ncfs-journal.org.

The web site offers complete archives of the journal’s publications since it began in 1972: table of contents from every issue, abstracts of all of the articles, and all of the book reviews published online. Finally, the web site also provides complete information about all aspects of the journal’s activities.

The University of Nebraska Press has created a link for purchasing individual print copies of this special issue, for those without a subscription to the journal:

https://nebraskapressjournals.unl.edu/issue/9000025781652/nineteenth-century-french-studies-493-4

in Project MUSE / click here to purchase a copy 
Continuer la lecture de Parution : “La Commune n’est pas morte.” (Nineteenth-Century French Studies, 49-3/4)

Parution : Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870) (CÉLINE LÉGER)

Céline Léger, Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870)Presses universitaires de Saint-Etienne, coll. “Le XIXe siècle en représentation(s)”, 2021.

L’œuvre de Jules Vallès s’inscrit de manière exemplaire au confluent de l’histoire, de la presse et de la littérature. Elle entretient une proximité étroite avec les bouleversements de son siècle. Elle apparaît donc comme un point d’optique idéal pour analyser l’écriture de l’événement. Or, en dehors de la Commune, l’événement en tant que tel reste un impensé dans la critique vallésienne. Entre 1857 et 1870, sous le Second Empire, qu’est-ce qu’un événement au sens fort du terme pour Vallès ? Bien au-delà des grandes dates communément admises, en quoi sa vision de ce qui fait ou ne fait pas événement le conduit à reconfigurer l’histoire de son époque ? Dans des articles de presse percutants, Vallès interroge les artefacts culturels et les violences ambigües de son temps. Mais les événements s’avèrent plus encore un mode d’exploration efficace de l’histoire du XIXe siècle. Ils esquissent un autoportrait de l’écrivain en clair-obscur et permettent au reporter de témoigner sur le présent, plongeant le lecteur au cœur des expériences restituées. Ils deviennent enfin de puissants révélateurs des injustices et de l’âpreté de la société, au moment où la France s’industrialise. Sous la plume de cet extraordinaire journaliste, se construit une histoire militante, qui déplace et subvertit les hiérarchies courantes, explique et remet en question les structures conventionnelles.  

Céline Léger est agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française du XIXsiècle. Ses recherches portent sur le journalisme de Vallès et, au-delà, sur les écritures conjointes de l’histoire, de l’actualité et de l’intime au xixe siècle. Auteure d’une vingtaine de communications et de publications autour de ces questions, elle s’est ouverte plus récemment à l’écriture scénaristique et à la réalisation d’un court-métrage historique sur Vallès et Séverine.

Parution : Contextes n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles)

COnTEXTES n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles), 2020.

Sous la direction de Adrien Chassain, Maud Lecacheur, Fanny Lorent et Hélène Martinelli