Archives par mot-clé : littérature française

Parution : Discours et imaginaires de la Commune (Contextes n°30)

COnTEXTES n° 30, « Discours et imaginaires de la Commune », 2021

Sous la direction de Justine Huppe et Denis Saint-Amand

Présentation de l’éditeur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du 30e numéro de COnTEXTES, dédié aux « Discours et imaginaires de la Commune ». Il y a cent-cinquante ans, le 18 mars 1871, le peuple parisien empêchait l’armée française de récupérer les canons de la butte Montmartre, et se lançait dans une expérience d’auto-organisation visant à concrétiser le rêve d’une vie meilleure — plus juste, plus libre. Cette livraison, dirigée par Denis Saint-Amand et Justine Huppe, rassemble des contributions consacrées au Cri du peuple, aux recherches formelles menées par Vermersch, Lissagaray et Reclus pour dépasser l’écrasement de l’insurrection, au traitement de cette dernière chez Vallès et chez Zola, à l’édition des œuvres de Louise Michel et à la mémoire de l’événement chez Darien ou Descaves, mais aussi à la façon dont la Commune a infléchi les écrits du Comité invisible et le cinéma d’Eisenstein, à la manière dont elle est mise en scène par Watkins ou déplacée fictionnellement dans le Montréal du XXIe siècle par Simon Leduc — ce numéro interroge aussi la façon dont cet épisode historique charrie des représentations vives, parfois contradictoires sinon antagonistes, portées par des pratiques poétiques longtemps tenues à l’écart des études littéraires (celles du journal, de la chanson, du tag ou de l’affiche), alors qu’elles sont les premières à faire bouger les lignes de nos imaginaires. 

Le dossier est composé d’articles de David Charles, Sylvain David, Quentin Deluermoz, Jeremy Hamers, Céline Léger, Aurélien Lorig, Patrick Marcolini, Julie Moucheron, Cécile Robelin, Pascal Rousse, Frédéric Thomas, Sidonie Verhaeghe, et d’entretiens avec Michèle Audin et avec Michèle Riot-Sarcey. L’ensemble est disponible intégralement à l’adresse :  https://journals.openedition.org/contextes/9911.

Continuer la lecture de Parution : Discours et imaginaires de la Commune (Contextes n°30)

Parution : « La Commune n’est pas morte. » (Nineteenth-Century French Studies, 49-3/4)

Nineteenth-Century French Studies, 49-3/4, « La Commune n’est pas morte… », Robert St.Clair & Set Whidden (eds.), 2021.

Au glorieux 18 mars! On the 150th anniversary of the Paris Commune, this special issue brings together over thirty scholars working across a range of disciplines, whose contributions—in the form of articles and interviews—explore the breadth, reach, and ongoing relevance of the events which transpired in Paris in the spring of 1871. Commemorating an event seen by many of its contemporaneous actors as the culminating point of a decades-long collective struggle for freedom and democracy in nineteenth-century France—an event whose name, to this day, still conjures up ideals of freedom and direct democracy, as well as the conscience-shaking act of repression with which it was put down—this special issue seeks to take stock of the past and to bring some clarity to blind spots that may have heretofore remained obscured. Its guiding questions are as follows: what kind of ideas, horizons, or caveats does the Commune name for us today? Is it (still) a blank page in the book of history? The materiality of an idea or a desire—namely that of emancipatory projects, or an egalitarian, participatory politics whose experimental form, spirit, and legacy seems to stretch throughout the last century into ours? Is it, in sum, a shockwave rippling through history, or the end of the line?

A full table of contents is below and also online at www.ncfs-journal.org.

The web site offers complete archives of the journal’s publications since it began in 1972: table of contents from every issue, abstracts of all of the articles, and all of the book reviews published online. Finally, the web site also provides complete information about all aspects of the journal’s activities.

The University of Nebraska Press has created a link for purchasing individual print copies of this special issue, for those without a subscription to the journal:

https://nebraskapressjournals.unl.edu/issue/9000025781652/nineteenth-century-french-studies-493-4

in Project MUSE / click here to purchase a copy 
Continuer la lecture de Parution : « La Commune n’est pas morte. » (Nineteenth-Century French Studies, 49-3/4)

Parution : Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870) (CÉLINE LÉGER)

Céline Léger, Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870)Presses universitaires de Saint-Etienne, coll. « Le XIXe siècle en représentation(s) », 2021.

L’œuvre de Jules Vallès s’inscrit de manière exemplaire au confluent de l’histoire, de la presse et de la littérature. Elle entretient une proximité étroite avec les bouleversements de son siècle. Elle apparaît donc comme un point d’optique idéal pour analyser l’écriture de l’événement. Or, en dehors de la Commune, l’événement en tant que tel reste un impensé dans la critique vallésienne. Entre 1857 et 1870, sous le Second Empire, qu’est-ce qu’un événement au sens fort du terme pour Vallès ? Bien au-delà des grandes dates communément admises, en quoi sa vision de ce qui fait ou ne fait pas événement le conduit à reconfigurer l’histoire de son époque ? Dans des articles de presse percutants, Vallès interroge les artefacts culturels et les violences ambigües de son temps. Mais les événements s’avèrent plus encore un mode d’exploration efficace de l’histoire du XIXe siècle. Ils esquissent un autoportrait de l’écrivain en clair-obscur et permettent au reporter de témoigner sur le présent, plongeant le lecteur au cœur des expériences restituées. Ils deviennent enfin de puissants révélateurs des injustices et de l’âpreté de la société, au moment où la France s’industrialise. Sous la plume de cet extraordinaire journaliste, se construit une histoire militante, qui déplace et subvertit les hiérarchies courantes, explique et remet en question les structures conventionnelles.  

Céline Léger est agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française du XIXsiècle. Ses recherches portent sur le journalisme de Vallès et, au-delà, sur les écritures conjointes de l’histoire, de l’actualité et de l’intime au xixe siècle. Auteure d’une vingtaine de communications et de publications autour de ces questions, elle s’est ouverte plus récemment à l’écriture scénaristique et à la réalisation d’un court-métrage historique sur Vallès et Séverine.

Parution : Contextes n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles)

COnTEXTES n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles), 2020.

Sous la direction de Adrien Chassain, Maud Lecacheur, Fanny Lorent et Hélène Martinelli

Parution : « L’ARABE » COLONISÉ DANS LE THÉÂTRE FRANÇAIS De la conquête de l’Algérie aux grandes expositions coloniales (1830-1931)

Amélie Gregório, 2020, « L’Arabe » colonisé dans le théâtre français. De la conquête de l’Algérie aux grandes expositions coloniales (1830-1931), Presses Universitaires de Lyon, « Théâtre et société » 

Négligé par la critique postcoloniale, le théâtre, dans ses formes variées, et notamment populaires, a pourtant largement accompagné la colonisation française de l’Afrique du Nord et la formation d’un esprit colonial, depuis le débarquement des troupes françaises en Algérie en 1830 jusqu’au grand rendez-vous impérialiste que fut l’Exposition coloniale de 1931. S’appuyant sur des préjugés existants, les renforçant, en forgeant parfois de nouveaux pour les besoins du spectacle, les pièces écrites à l’époque coloniale ont donné de multiples représentations de la figure de « l’Arabe » : bestial, fourbe, idiot ou « exotique », dans tous les cas inférieur au « Blanc », cet « autre » apparaît toujours comme un être dominé.

À partir de l’analyse historique, sociologique et esthétique d’un répertoire méconnu de près de deux cents pièces , mais aussi de leur mise en scène et de leur réception par la critique et des publics divers, Amélie Gregório interroge la transformation des représentations en discours, sans perdre de vue les enjeux proprement artistiques et sans prétendre a priori que toute pièce représentant des « Arabes » est obligatoirement, et de façon univoque, idéologique.

Amélie Gregório est agrégée de lettres modernes. Elle est enseignante dans le secondaire et chercheuse associée à l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM). Ses travaux portent sur la question de l’altérité dans les arts de la scène, en relation avec la colonisation de l’Afrique du Nord.

Acheter l’ouvrage en ligne sur le site de l’éditeur

Parution : Diana Holmes, Middlebrow Matters

Diana Holmes, Middlebrow Matters

Women’s reading and the literary canon in France since the Belle Époque, Liverpool University Press, 2018

This is the first book to study the middlebrow novel in France. Middlebrow is a derogatory word that connotes blandness, mediocrity and a failed aspiration to ‘high’ culture. However, when appropriated as a positive term to denote that wide swathe of literature between the challenging experimentalism of the high and the formulaic tendency of the popular, it enables a rethinking of the literary canon from the point of view of what most readers actually read, a criterion curiously absent from dominant definitions of literary value. Since women have long formed a majority of the reading public, this perspective immediately feminises what has always been a very male canon. Opening with a theorisation of the concept of middlebrow that mounts a defence of some literary qualities disdained by modernism, the book then focuses on a series of case studies of periods (the Belle Époque, inter-war, early twenty-first century), authors (including Colette, Irène Nemirovsky, Françoise Sagan, Anna Gavalda) and the middlebrow nature of literary prizes. It concludes with a double reading of a single text, from the perspective of an academic critic, and from that of a middlebrow reader.

Diana Holmes is Professor of French at the University of Leeds.

Le roman populaire français à Tokyo

Compte-rendu :

Workshop sur le roman populaire français au Japon

Takashi Yasukawa

Intéressés par la fiction populaire française du XIXe au XXIe siècles, nous lui avons consacré un Workshop à l’Université Gakushūin de Tokyo le 29 mai 2016. Organisé dans le cadre des activités intellectuelles animées par la « Société japonaise de langue et littérature françaises » qui « regroupe des chercheurs et des amateurs de la littérature ou de la langue françaises », notre Workshop s’est donné comme tâche ambitieuse d’éveiller l’intérêt pour ce que Sainte-Beuve baptisa en 1839 la « littérature industrielle », dans un contexte universitaire japonais où on a tendance à privilégier depuis longtemps les œuvres canonisées dans l’Histoire littéraire.

Après l’introduction d’Akiko Miyagawa, professeur de l’Université Hiroshima, qui justifie l’importance des études sur cette littérature délaissée, Takashi Yasukawa, chargé de cours à l’Université Meiji Gakuin, a procédé dans son exposé liminaire de manière concise à un état des lieux des recherches francophones sur le roman populaire à partir de 1992, illustré par la publication simultanée de deux œuvres de référence : La Paralittérature d’Alain-Michel Boyer et l’Introduction à la paralittérature de Daniel Couégnas. Pour rendre immédiatement visibles les traits formels de la « paralittérature », Continuer la lecture de Le roman populaire français à Tokyo