Archives par mot-clé : littérature française

Appel à contributions : Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française, de 1945 à aujourd’hui (Cahiers d’études italiennes)

Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française,  de 1945 à aujourd’hui

Cahiers d’études italiennes, Novecento… e dintorni , n° 42, printemps 2026  

Université Grenoble Alpes

Date d’échéance : 28 février 2025

Sous la direction d’Enzo Neppi, Stefano Lazzarin, Diego Pellizzari, et Valentina Sturli.

Texte de l’appel :

Les intrigues dystopiques et apocalyptiques sont fréquentes dans la littérature récente et contemporaine. Pour en saisir toute la portée, il faut néanmoins les replacer dans le contexte historique constitué par la révolution scientifique (théorisée par Francis Bacon), la transformation capitaliste de l’économie, la philosophie de l’histoire (née dans la seconde moitié du XVIIIe siècle) ainsi que par les courants « messianiques » modernes auxquels ces intrigues apocalyptiques s’opposent.

Depuis Kant, qui théorise la « paix universelle » et le « royaume des fins » comme « fin cachée de la nature », jusqu’à Kurzweil, qui présente l’expansion de l’intelligence dans le cosmos comme la « fin de l’univers », en passant par Fichte, Condorcet, Constant, Shelley, Fourier, Marx, Nietzsche, Marinetti, Trotski, Keynes, Ayn Rand et bien d’autres, le messianisme « laïc » a traversé les deux derniers siècles sous des formes différentes. Continuer la lecture de Appel à contributions : Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française, de 1945 à aujourd’hui (Cahiers d’études italiennes)

Appel : Séminaire & ouvrage dédié à La Tour de Garde

Université Rennes 2
Éditions Aux Forges de Vulcain

27 juin 2024

Date limite de soumission (abstracts) : 15 juin 2024

La Tour de Garde, ambitieux projet porté par Les Forges de Vulcain ces dernières années dans le domaine des littératures de l’imaginaire, offre un récit global s’étalant sur six tomes qui composent deux trilogies intimement entrelacées. Ces deux trilogies ont l’originalité d’être portées par deux plumes distinctes, celle de Claire Duvivier et celle de Guillaume Chamanadjian. Marquant les esprits par la force de ses récits, par la puissance des mythes proposés, La Tour de Garde s’est imposée comme un cycle majeur des littératures de l’imaginaire francophones qui mérite une étude approfondie, d’autant plus que le rythme de parution rapide a permis de garder les lecteurs au contact de l’œuvre. La Tour de garde propose un voyage initiatique et historique autant que géographique, dans un monde médiévalisant écartelé entre deux cités jumelles, aussi proches que rivales, se toisant l’une l’autre au fil des pages.

Continuer la lecture de Appel : Séminaire & ouvrage dédié à La Tour de Garde

Annabelle Marion (Université de Limoges)

Membre de l’EHIC (Université de Limoges) et membre associée du CERILAC (Université Paris Cité), Annabelle Marion est chercheuse postdoctorale du projet ANR POLARisation (2023-2027), centré sur le récit policier publié en France entre 1945 et 1989. Elle a consacré sa thèse de doctorat à l’étude de la reconstruction de la figure auctoriale de Jean Giono après la Seconde Guerre mondiale.

Ses recherches portent principalement sur la fabrique des représentations littéraires, saisies à différents niveaux qui articulent diversement les logiques individuelles et collectives. D’une part, ses travaux initiés pendant son doctorat se situent dans la lignée des études qui explorent les figurations auctoriales (Amossy, Diaz, Meizoz). D’autre part, ses recherches au sein de l’ANR POLARisation l’ont conduite à se pencher sur les représentations d’un genre, le récit policier. Ses derniers travaux interrogent ainsi la fabrique de la littérature policière à travers l’étude de la revue Mystère-Magazine.

Domaines de recherche 

  • Construction des identités et des représentations littéraires
  • Auctorialité, imaginaires et postures de l’auteur au XXe siècle
  • Fabrique du genre policier
  • Processus de médiatisation, de réception, de légitimation
  • Littérature narrative du XXe siècle, récit policier

Publications

  • Ouvrage

Renaissance de Giono. La reconstruction de l’auteur après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Classiques Garnier, « Études de littérature des XXe et XXIe siècles », 2024. Continuer la lecture de Annabelle Marion (Université de Limoges)

Parution : ELFe n°12, “Fictions du complot”

ELFe XX-XXI n°12, “Fictions du complot“, sous la direction de Chloé Chaudet et Yvanne Rialland, 2023.

Ce numéro explore et analyse les imaginaires du complot et de la conspiration dans la littérature française des XXe et XXIe siècles. Disponible gratuitement en ligne.

Sommaire :

Continuer la lecture de Parution : ELFe n°12, “Fictions du complot”

Laurence RIU-COMUT (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

PRAG, Docteur en Littérature générale et comparée – Qualifiée aux fonctions de maître de conférences en 10e section

Laurence Riu-Comut est agrégée de Lettres modernes et docteure en Littérature générale et comparée. Qualifiée aux fonctions de maître de conférences en 10e section, elle est membre de l’équipe « Arts et savoirs » de l’unité de recherche ALTER (« Arts/Langages : Transitions et Relations ») à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, où elle enseigne en tant que PRAG. Elle a soutenu en 2022 une thèse de doctorat intitulée « Ce que les genres du cinéma font au roman contemporain. Formes et représentations du western et du film noir chez les romanciers des domaines français et anglo-saxon depuis 1980 », réalisée sous la direction d’Yves Landerouin à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Domaines de recherche 

  • Littérature et cinéma, littérature et séries, intermédialité, transmédialité
  • Roman contemporain des domaines français et anglo-saxon
  • Genres cinématographiques (film noir, western)
  • Roman policier en langues romanes, roman policier régional

Continuer la lecture de Laurence RIU-COMUT (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Parution : L’histoire feuilletée. Dispositifs intertextuels dans la fiction historique du XIXe siècle (dir. Saminadayar-Perrin Corinne et Bernard Claudie)

Saminadayar-Perrin Corinne et Claudie Bernard (dir.), L’histoire feuilletée. Dispositifs intertextuels dans la fiction historique du XIXe siècle, Presses Universitaires de Rennes, 2022. 

Au XIXe siècle, toute fiction historique constitue une sorte de millefeuille de papier. Elle utilise en effet un abondant matériau historiographique et se réfère éventuellement à des sources d’époque ; elle emprunte à la fiction antérieure, historique ou non. Les récits activent ainsi un dispositif intertextuel complexe, fondé sur la reprise et la reconfiguration de situations, de scénarios, de figures, d’images, de postures auctoriales. Leur dynamique transdiscursive leur permet de problématiser les schémas narratifs, les modèles interprétatifs, les partis pris idéologiques, de proposer des perspectives inédites. Volontiers ironiques, les fictions historiques interrogent à la fois la capacité de l’histoire à faire sens, et les pouvoirs épistémologiques et émotionnels de la fiction.

avec le soutien du laboratoire RIRRA 21 de l’université Paul-Valéry Montpellier 3

Claudie Bernard, professeure à New York University, est l’auteur d’ouvrages sur les savoirs et les représentations de la famille en France au XIXe siècle, ainsi que de trois livres sur le roman historique, dont les deux derniers, Le Passé recomposé, le roman historique français au XIXe siècle et Si l’Histoire m’était contée, le roman historique de Vigny à Rosny aîné, sont parus chez Classiques Garnier en 2021.

Corinne Saminadayar-Perrin, professeure à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, a consacré une grande partie de ses travaux à l’oeuvre de Vallès ainsi qu’à l’écriture de l’histoire au XIXe siècle. Elle a notamment co-dirigé, avec Jean-Marie Roulin, l’ouvrage collectif Fictions de la Révolution, paru aux Presses universitaires de Rennes en 2017.

Appel à contributions : le style des romans « feel good » d’expression française (Sorbonne Université)

Colloque : Le style des romans « feel good » d’expression française

27-28 juin 2023, Sorbonne Université, Faculté des Lettres 

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

L’expression « feel good », d’abord utilisée pour les films, est aujourd’hui et depuis quelques années appliquée au roman. Elle s’impose massivement depuis les années 2010 en France pour qualifier les romans d’autrices telles que Laetitia Colombani, Virginie Grimaldi, Agnès Ledig, Agnès Martin-Lugand, Valérie Perrin, Carène Ponte, Marie Vareille, Aurélie Valognes, Alice Quinn…, voire ceux d’auteurs tels que Baptiste Beaulieu, Laurent Gounelle, Gilles Legardinier ou Julien Sandrel… Si des travaux se sont déjà intéressés à cette question du roman « feel good » d’expression française – notamment dans le cadre de la problématique du « care » -, leur approche, littéraire, n’a pas permis jusqu’à présent d’étudier de manière approfondie et systématique la langue elle-même. Il reste en effet à dégager les spécificités stylistiques et les lignes de force poétiques de ce sous-genre du « best-seller ». 

Une définition sommaire, thématique et provisoire de ce roman « feel good » en appellerait à la mise en scène d’un personnage marqué par des épreuves, souvent féminin, mais pas toujours, qui parvient à un épanouissement personnel en s’ouvrant aux autres et à la vie, et dont la valeur exemplaire au plan pragmatique suscite un sentiment de bien-être chez le lecteur, voire de réconfort par identification. Mais qu’en est-il sur le plan formel, narratologique, générique et stylistique ? Comment caractériser, de ce point de vue, le roman « feel good » d’expression française ?

Voici quelques-unes des questions auquel le colloque propose d’apporter des éléments de réponse :

Continuer la lecture de Appel à contributions : le style des romans « feel good » d’expression française (Sorbonne Université)

Colloque : Le Colosse & le Titan. Balzac et Dumas en face-à-face (suite) (Université de Caen Normandie)

Colloque : Le Colosse & le TitanBalzac et Dumas en face-à-face (suite)

17- 18 mars 2002, Université de Caen Normandie

Comité d’organisation

Télécharger le programme (PDF)

Appel à contributions : Marguerite Duras et la culture populaire (Université de Lille)

Journée d’étude annuelle Marguerite Duras : Marguerite Duras et la culture populaire

Vendredi 7 octobre 2022, Université de Lille, Maison de la recherche

Université de Lille (ALITHILA) – Société internationale Marguerite Duras 

Échéance des propositions : 30 avril 2022

Gagner l’estime des élites intellectuelles et être lu par le plus grand nombre, rares sont les écrivains qui ont osé tenir ce pari sans s’y brûler les ailes. Si Marguerite Duras a longtemps souffert d’une réputation ambiguë, ce n’était pas sans lien avec cette ambition. Pourtant, dans le monde hypermédiatique qui est le nôtre, plus de 25 ans après la disparition de l’autrice, l’on peut se demander si elle n’a pas joué un rôle de précurseur, en assumant les influences populaires et en consentant à entrer de plain-pied dans la culture de masse, bâtissant au fil du temps un personnage public qui a, le succès croissant, fait grincer de plus en plus de dents.

Faisant fi des bienséances prêtées au métier d’écrire, Duras a tenu chronique dans l’émission de télévision Dim dam dom dans les années 1960, s’est rendue dans des usines pour lire des poèmes d’Henri Michaux à des ouvriers, s’est plu à interroger des enfants sur toutes sortes de sujets, a pris part à de grands débats de société (l’affaire Villemin entre autres) : tout semble prétexte à briser les cloisons qui opposent traditionnellement culture d’élite et culture populaire. L’auteur d’Outside et de L’Été 80 n’a dénigré ni la presse à grand tirage, ni le cinéma, ni la télévision, ni la chanson populaire, ni même la publicité ; ses textes et ses films affichent une imprégnation par toutes sortes de genres considérés comme mineurs : le conte de fées, la bande dessinée, la littérature sentimentale, etc. Touche-à-tout, Duras faisait œuvre de tout matériau, à travers des supports de grande diffusion, qui ne correspondaient pourtant pas, à l’époque, aux prescrits de l’art noble qu’est la littérature.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Marguerite Duras et la culture populaire (Université de Lille)

Parution : Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918 (Daniel Aranda)

Daniel Aranda, Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918, Presses Universitaires de Lyon, 2022. 

Disponible au format numérique sur OpenEdition

Entre 1914 et 1918, la littérature populaire et de jeunesse met régulièrement en scène des enfants et des adolescents qui aspirent à se battre contre l’ennemi allemand. Leur engagement est poutant illicite : l’âge minimum requis pour rejoindre l’armée est de 17 ans.

Victime, fugueur, vengeur, frondeur, le personnage du combattant juvénile est d’autant plus apprécié du public que les romanciers savent tirer parti du patriotisme propre à la période. Mais ces auteurs cherchent également à peser sur l’opinion des lecteurs, sur leurs convictions. Entre littérature et propagande, ils rusent alors avec les contraintes réglementaires pour justifier les actions de leurs jeunes héros.

Exhumant un corpus de romans, nouvelles, contes journalistiques ou historiettes, dont une grande partie, publiée dans des périodiques, était tombée dans l’oubli, Daniel Aranda propose dans cet ouvrage une analyse de ce personnage politiquement incorrect qu’est l’enfant-soldat. Véritable métaphore de la France en danger de mort des premiers mois du conflit, ce dernier sera concurrencé puis supplanté par la figure du « poilu », représentatif de la guerre de position des années suivantes. Une anthologie vient compléter cette étude, offrant à la lecture une trentaine de ces textes jusqu’alors introuvables.

Daniel Aranda est agrégé en lettres, docteur en littérature générale et comparée et maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université de Nantes. Il est également membre du Centre de recherche en éducation de Nantes (CREN EA2661). Il interroge la notion de personnage à travers les phénomènes de récurrence romanesque et de morphogenèse dans le domaine du conte populaire.