Archives par mot-clé : littérature de jeunesse

Parution : Les « nouveaux » villains. Figures du mal dans la fiction de jeunesse

La Revue des lettres modernes, 2020, n° 10 : Les « nouveaux » villains. Figures du mal dans la fiction de jeunesse, sous la direction de Christian Chelebourg

Paris, Classiques Garnier, série « Écritures jeunesse »

SOMMAIRE

Nathalie Dufayet, Avant-propos / Foreword 

LE GRAND MÉCHANT LOUP DHIER ET DAUJOURDHUI /
THE BIG BAD WOLF, YESTERDAY AND TODAY

Thaïs Bihour, Entre inhumanité et déshumanisation. Le personnage du Loup Boche en 1914-1918 / Between inhumanity and dehumanization. The figure of the Kraut Wolf in 1914–1918

Lison Jousten, Le Trois Petits Cochons et le Grand Méchant Loup. La rencontre entre deux archétypes / The Three Little Pigs and the Big Bad Wolf. Two archetypes meet 

Marion Duval, Mais qui a encore peur du Grand Méchant Loup ? / But who is still afraid of the Big Bad Wolf?

Mathilde Brissonnet-Teyssédou, Le loup est revenu. Le « nouveau » visage du loup dans le conte du Petit Chaperon Rouge / The wolf is back. The “new” face of the wolf in the tale of Little Red Riding Hood 

INVERSIONS CARNAVALESQUES : LE MÉCHANT, DU RIRE AUX LARMES / CARNIVALESQUE REVERSALS: BETWEEN LAUGHTER, TEARS, AND HORROR

Mirta Cimmino, Sympathy for the Evil. Méchanceté relative dans les adaptations de contes de fées au XXIe siècle / Sympathy for the Evil. Relative evil in the adaptations of fairy tales in the 21st century

Isabelle-Rachel Casta, « Après la première mort… ». Lirruption des Enfants de la Nuit dans Laisse-moi entrer (John Lindqvist), Ma chère grand-mère (Catherine Brighton) et La Balafre (Jean-Claude Mourlevat) / After the first death…” The emergence of Children of the Night in Laisse-moi entrer (John Lindqvist), Ma chère grand-mère (Catherine Brighton) and La Balafre (Jean-Claude Mourlevat) 

Nicole Callon-Wells, Le méchant au cœur des contradictions de la fiction de jeunesse / The villain at the heart of the contradictions of youth literature

Roland Carrée, De lautre côté de la porte. Monstres enfantins et enfants monstrueux dans Monstres & Cie et Monstres Academy / On the other side of the door. The monsters of childhood and child-monster in Monsters, Inc. and Monsters University

Bochra Charnay, Au bout de la méchanceté. Mères meurtrières et enfants assassins dans le conte traditionnel / The depths of evil. Murderous mothers and assassin children in the traditional tale

Violaine Beyron, Les Méchants ordinaires dans le roman réaliste pour la jeunesse / The Ordinary Dark Ones in the Realist Novel for Young People

Marine Cellier, Le Docteur Facilier dans La Princesse et la grenouille. Enjeux idéologiques de la représentation du premier méchant noir par Disney / Doctor Facilier in The Princess and the Frog. Ideological issues of representation of the first black villain by Disney

LHOMME, LA BÊTE ET J.K. ROWLING /
MAN, BEAST, AND J.K. ROWLING

Éric Auriacombe, Harry Potter, du méchant de lhistoire à lhistoire du méchant / Harry Potter, from the storys bad guy to the bad guys story

Nathalie Dufayet, Lord Voldemort, « le villain aux mille et un visages » / Lord Voldemort, “the villain of thousand and one faces”

Isabelle Olivier, Méchanceté, mystère et rédemption. Regards croisés sur Severus Snape et Mrs Coulter / Evil, mystery, and redemption. A comparative study of Severus Snape and Mrs Coulter

Résumés/Abstracts

Parution : Formes brèves en littérature de jeunesse

Elodie Bouygues, Yvon Houssais (dir.), Formes brèves en littérature de jeunessePresses Universitaires de Franche-Comté, 2020.

L’ouvrage constitue la première étude portant sur le texte bref en littérature de jeunesse sous toutes ses formes, en s’intéressant à la fois à son écriture et à sa place dans le champ littéraire. Il propose un large éventail d’études d’œuvres, allant de la comtesse de Ségur à l’époque contemporaine, où la transgression des genres et le brouillage des codes sont de mise. Il offre également de riches perspectives sur les pratiques de lecture en classe du texte bref, dont les enseignants tireront profit.

Continuer la lecture de Parution : Formes brèves en littérature de jeunesse

Appel à contributions : La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université

La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université

Appel à contribution pour un prochain n° des Cahiers Robinson

La « littérature de jeunesse » recouvre des œuvres et des produits très disparates dans leur intention et dans leur facture, de même qu’entre la prime enfance et le jeune adulte l’écart ne cesse de s’allonger, sans pour autant interdire les rencontres, les croisements, ce que la critique anglo-saxonne désigne par cross over. Il reste ce terme de « jeunesse » qui au fond définit peu de choses, sauf peut-être par exclusion. Les livres spécifiquement adressés à cette jeunesse occupaient naguère très peu de place dans les écoles sinon sous forme de manuels composés souvent de textes faits pour un autre âge. On a vu ces manuels se transformer peu à peu et se présenter même quelquefois comme des sortes d’anthologies de l’édition pour la jeunesse, ceci pour des classes d’âge de plus en plus élevées. On a vu aussi les « livres de bibliothèque » sortir de leurs armoires pour figurer dans les programmes et dans les listes d’ouvrages recommandés. Longtemps considérée comme une propédeutique à la lecture de la « vraie » littérature, ils sont désormais lus pour eux-mêmes, pour leurs qualités propres, quelquefois jugées supérieures à celles de la lecture adulte. Cette légitimation par les instructions officielles, malgré ses hauts et ses bas, a suscité un intense travail de découverte et de recherche dans les instituts de formation, avec des orientations contrastées, la perspective didactique se nourrissant désormais de la reconnaissance des « pouvoirs de l’enchantement » (pour reprendre le titre d’un ouvrage récent d’Anne Besson, Les Pouvoirs de l’enchantement). La littérature de jeunesse occupe aussi une place de plus en plus importante dans les facultés de lettres, au prix sans doute de deux stratégies qui pourraient paraître contradictoires, d’une part la promotion d’un « mauvais genre » venant bousculer les programmes académiques, d’autre part la validation de livres qui font œuvre et qui méritent d’être retenus pour leurs qualités esthétiques (y compris celles de l’image, qui n’est plus simplement illustration) et pour leur aptitude à éveiller la pensée.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université

Parution : La littérature de jeunesse par ses textes

Bénédicte Milland-Bove et Marie Sorel, La littérature de jeunesse par ses textes, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2020. 

Le présent manuel propose une immersion en littérature de jeunesse – univers bien moins lisse et rassurant qu’il n’y paraît. À travers des extraits de genres, d’époques et d’aires géographiques variés, il offre des repères contextuels, des outils théoriques et des pistes méthodologiques pour analyser les textes de littérature de jeunesse. 

L’étude à la loupe de « classiques » et de textes moins connus, du XVIIIe siècle à nos jours, met en évidence les évolutions, les spécificités et les visées (éducatives, morales, récréatives, esthétiques) de la littérature de jeunesse. À qui est destiné le texte de jeunesse ? Sur quelles conceptions de l’enfance et de l’adolescence repose-t-il ? Quelles normes et quels stéréotypes contribue-t-il à véhiculer ou à bousculer ? En quoi les choix éditoriaux et traductifs orientent-ils sa réception ? Quels liens entretient-il avec les textes de littérature dite générale ? 

Cet ouvrage collectif, par ses approches diversifiées (littérature, linguistique, études de genre, didactique, génétique, traductologie…) prouve que le texte de jeunesse, loin d’être en marge de la littérature, mérite d’être analysé comme un texte à part entière. Les 26 analyses du manuel procèdent par étapes clairement balisées. Les enjeux et les dates clés de la littérature de jeunesse sont rappelés dans l’introduction. Un index notionnel facilite la navigation d’un texte à un autre. Un encadré bibliographique, à la fin de chaque analyse, propose des prolongements pour explorer une œuvre ou une thématique et élargir la réflexion à d’autres arts. Continuer la lecture de Parution : La littérature de jeunesse par ses textes

Parution : Les Novellisations pour la jeunesse

Laurent Déom et Benoît Glaude (dir.)

Les Novellisations pour la jeunesse. Nouvelles perspectives transmédiatiques sur le roman pour la jeunesse

Louvain-la-Neuve : Academia, coll. « Texte-Image », 2020, 330 p., 34 EUR, 330 p., 34 EUR, 9782806105165

 

Cet ouvrage collectif aborde les transpositions littéraires, à destination de la jeunesse, d’œuvres issues d’autres médias que la littérature : romans et albums transmédiatiques, du XIXe au XXIe siècle, qui proviennent de médias aussi divers que le film et le dessin animé, la série et le jeu télévisés, le manga et la bande dessinée, la peinture et la carte géographique.

Table des matières

INTRODUCTION

  • Les novellisations pour la jeunesse, un continent à explorer (Benoît Glaude & Laurent Déom)
  • Nouvelles recherches sur la novellisation (Jan Baetens)

LES BIBLIOTHEQUES « ROSE » ET « VERTE »

  • Entretien avec Sophie Marvaud, novélisatrice chez Hachette jeunesse (2005-2016) (Prisca Grignon)
  • « Pas de baratin… » Les Galapiats (Pierre Gaspard-Huit), de l’écran au roman (Laurent Déom)
  • Novellisation des mangas Dragon Ball, One Piece et Naruto : recréation d’un objet transculturel (Bounthavy Suvilay)
  • L’émission dont vous êtes le héros. Novélisations « interactives » de jeux télévisés (Laurent Bozard)

L’ALBUM ET LA NOVELLISATION VISUELLE

  • La novellisation dans la stratégie transmédiale de Casterman (années 1960 – années 1980) (Florian Moine)
  • Du poème filmique aux livres illustrés de photographies, les films d’Albert Lamorisse (Laurence Le Guen)
  • La novellisation comme « pont des arts » (Ivanne Rialland)

DES AUTONOVELLISATIONS POUR LA JEUNESSE

  • L’Île au trésor de Stevenson, le roman de la carte ? Étude sur l’hypothèse d’une novellisation cartographique (Sabrina Messing)
  • Où sont les anti-anti-adaptations ? Dave Eggers coscénariste et adaptateur de Where the Wild Things Are (Fanny Geuzaine)
  • Stratégies novellisatrices à l’origine du mini-roman (Stéphanie Delneste)

NOVELLISER POUR RENOUVELER: RESTER JEUNE GRACE A LA NOVELLISATION

  • Mettre en mots un esprit pop : les novellisations de Bibi & Tina et de Hanni & Nanni (Élodie Malanda)
  • Une lecture palimpseste des contes : le roman du film Descendants (Bochra Charnay)
  • Les Premiers de Xabi Molia. Une novellisation littéraire du genre superhéroïque pour une jeunesse prolongée (Chris Reyns-Chikuma)
  • Les aventures de Tintin dans la littérature américaine (Frederic Tuten et Alexander Irvine) (Maaheen Ahmed & Benoît Glaude).

 

Parution de Strenæ n°15: Les Rituels de l’enfance

Nous avons le plaisir de vous informer de la parution du n° 15 de notre revue Strenæ. Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance. Le dossier thématique, intitulé Les Rituels de l’enfance, a été dirigé par Aliyah Morgenstern et Régine Sirota (assistées de Mathilde Lévêque pour le comité de rédaction). Nous vous en souhaitons bonne lecture, et vous invitons à faire largement connaître ce numéro autour de vous.

Sommaire

Continuer la lecture de Parution de Strenæ n°15: Les Rituels de l’enfance

Parution : YA et fantômes

Ecritures jeunesse n°2, Revue des Lettres modernes, 2019/2, Garnier : « Quand la mort n’est pas une fin. Young adult et fantômes », dirigé par Isabelle-Rachel Casta.

Anne Besson, « “Forever young” ? La mortalité comme issue heureuse dans la fantasy jeunesse contemporaine »

Lucie Groetzinger, « “Bébé veut manger maman”. Dialectique de l’enfant en territoire zombie »

Apolline Lehman, « “Dis, quand on est mort, c’est pour la vie ?” Représentations thanatologiques dans les classiques
d’animation Disney »

Hélène Weiss, « Être ou ne pas être un fantôme. Tom’s Midnight Garden ou de quelques codes en littérature de jeunesse ».

Luce Roudier, « L’immortalité, “grain de sable dans l’univers”. Fantaisie autour du cycle de Ji »

Valérie Tritter, « Vertiges et fantasmes d’immortalité. L’Ève
future, première intelligence artificielle »

Mathieu Pierre, « “La mort est ton cadeau”. Des fantômes et des esprits dans la série télévisée fantastique »

Thierry Jandrok, « Thaumaturges, golems et autres automates »

Guillaume Sioly, « Orphée et les reflets. Chagrin et chimères »

Isabelle Rachel Casta, « Kieren, Victor, Jill, Lily… “sans” les autres. “Dans les Jardins d’Israël il ne faisait jamais nuit” »

Colloque : Cinéma et littérature de jeunesse: quelles passerelles entre écrits et écrans ?

Jeudi 15 et vendredi 16 Novembre 2018.

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université Paris-Saclay, en partenariat avec Images en bibliothèque, l’ENS et l’Afreloce (Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance).
Entrée gratuite sur inscription.

A l’heure où les jeunes générations semblent souvent avoir remplacé les écrits par les écrans, on ne peut que se réjouir de voir comment la littérature pour la jeunesse reste d’une créativité féconde tout en dialoguant avec les univers visuels avec lesquels elle entretient une relation privilégiée. Quels sont les formes et les enjeux d’un tel dialogue ? Comment cinéma, cinéma d’animation et télévision se nourrissent-ils des récits inventés dans les albums, contes, romans et bandes dessinées pour les jeunes publics ? Qu’est-ce qui se joue dans la « novellisation » et quels sont les effets en retour sur l’œuvre originelle ? Universitaires, créateurs et professionnels de la culture se pencheront sur les modalités de ces adaptations, transpositions et autres réécritures, qui engagent -et parfois modifient-les conditions de production autant que de réception d’une œuvre.

Programme ici

Parution : Eco-graphies

Éco-graphies. Écologie et littératures pour la jeunesse

Nathalie Prince et Sébastian Thiltges (dir.), Presses Universitaires de Rennes coll. « Interférences », 2018

Alors que la nature a toujours eu bonne presse dans les livres pour enfants et pour adolescents, une préoccupation, voire un sentiment d’urgence, s’immisce, dès la seconde moitié du XXe siècle, dans les écrits et les images représentant animaux, végétaux et environnements à destination des jeunes lecteurs. Loin de simplifier la pensée écologique, des auteurs rendent sensible la complexité de l’interaction entre l’humain et la nature en créant des images, en inventant des histoires et en réinventant les formes pour les raconter. Qu’apporte cette littérature à la jeunesse ? N’est-elle là que pour transmettre le fameux message « écolo » de l’adulte à ceux qui grandissent ?

 

Appel : Enfances dystopiques

Appel pour le 30 octobre 2018

« Enfances dystopiques »

Le Mans-Université, 19-21 juin 2019

Colloque international organisé par Sylvie Servoise (3L.AM, Le Mans-Université)

avec le soutien du 3L.AM (Le Mans-Université),

du programme de recherche régional EnJeu[x] Enfance et Jeunesse (Université d’Angers)

et de la Chaire UNESCO/Université de Nantes, « Pratiques de la philosophie avec les enfants, une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale ».

Image : Kodi Smit-McPhee dans The Road  de John Hillcoat (2009)

Argumentaire

Il n’aura échappé à personne que les dystopies, qu’elles soient comprises au sens restreint de fictions contre-utopiques (des utopies en sens contraire, critiques de l’utopie réalisée) ou au sens plus large de fictions anti-utopiques (le contraire des utopies, décrivant un monde cauchemardesque, souvent post-apocalyptique), connaissent aujourd’hui un succès immense auprès d’un vaste public, jeune et moins jeune. Adossées à un imaginaire puissant de la catastrophe, coïncidant avec le sentiment contemporain d’un « épuisement de l’enthousiasme » (J. Berchtold), elles seraient le symptôme le plus visible de la fin de l’âge des utopies, politiques bien sûr, mais également scientifiques et philosophiques. En somme, les dystopies offriraient le miroir faussement déformant de notre époque en même temps que des angoisses et fantasmes qui la travaillent. Ce succès suscite autant qu’il accompagne une attention soutenue de la critique littéraire et artistique, mais aussi des sciences humaines et notamment de la philosophie qui interrogent les enjeux et les formes de la dystopie et de l’imaginaire dystopique : sont ainsi discutés l’histoire et l’historicité d’un genre plus ancien qu’on ne le croit (K. Kumar, C. Braga), les inflexions propres aux dystopies pour la jeunesse, la complexité des rapports entre « utopie et catastrophe » (J.-P. Engélibert et R. Guidée), les liens entre dystopie, « utopie et désenchantement » (Cl. Magris) contemporain, inquiétudes environnementales et fictions de fin du monde (Ch. Chelebourg), ou encore la réévaluation positive, Continuer la lecture de Appel : Enfances dystopiques