Archives par mot-clé : littérature

Appel à contributions : « Just take a pinch of psychedelic ». Les esthétiques psychédéliques des XXe et XXIe siècles

Journée d’études : « Just take a pinch of psychedelic ». Les esthétiques psychédéliques des XXe et XXIe siècles

Mardi 26 septembre 2023, Auditorium, site Saint Charles 2, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Échéance des propositions : 28 février 2023

Cette journée d’étude s’intéresse à la généalogie et à la dynamique des esthétiques psychédéliques au cours des XXe et XXIe siècles. Elle ne limite délibérément pas la notion de « psychédélisme » au mouvement contre-culturel des années 1960, mais l’aborde comme l’une des voies majeures empruntées par l’art occidental pour devenir et rester « moderne ». Elle l’envisage ainsi sur une durée relativement longue, dans l’ensemble des productions culturelles (musique populaire ou savante, arts de l’image, fiction littéraire, cinéma, graphisme et typographie, architecture, jeux vidéo, etc), et du point de vue de sa productivité formelle.

Le projet serait de questionner quelques uns des opérateurs esthétiques ayant permis aux principes d’expansion perceptive et de conscience modifiée (extase, hallucination, rêve, hypnagogie, psychose…), autant dire de multidimensionnalité et d’illimination, de s’articuler aux différents supports, pratiques ou matières de l’art au cours des XXe et XXIe siècles. À titre indicatif, on pourra s’interroger sur les notions d’organicité et de cinétisme, de syncrétisme et d’improvisation, de densité immersive et de distorsion, de saturation, d’ornement, de démultiplication – qualités qui situent indistinctement le psychédélisme du côté des puissances de capture, d’exagération et de débordement sensitif, de ce que l’on peut considérer comme une expérience de « réel augmenté », de « quatrième dimension » ou de « potentialisation de la vie ».

Plus concrètement, les analyses pourront porter sur les ondulations du Jugendstill comme sur la bande défilée immersive (Phallaina de Marietta Ren, 2016) ; sur les expériences de cinéma étendu qui ponctuent le siècle, comme sur William Burroughs (Les Lettres du Yage, 1963), Henri Michaux (Misérable Miracle, 1956) ou Joao Tordo (Le Domaine du Temps, 2009) ; sur Frantiszek Kupka ou Odilon Redon, Ernst Fuchs ou Philippe Druillet ; sur l’art de la lumière qui se développe dès les années 1910 (Lumia, Thomas Wilfred), sur les films d’Oskar Fishinger ou de Jordan Belson, sur le color field, les dispositifs stroboscopiques (Dream Machine, Brion Gyrin) ; sur les compositions de Terry Riley (Mescalin Mix, 1960-1962) et sur l’art optique de Bridget Riley ; sur les dream houses de La Monte Young, les Ganzfelds de James Turrell, la création digitale ou les œuvres récentes d’Arnaud Maguet — du moment qu’elles s’efforcent de montrer ce que l’idée psychédélique fait aux arts, comment elle s’en saisit et les travaille tout au long du siècle, dans l’espoir répété qu’ils deviennent les instruments d’une entreprise de déconditionnement des formes de vie et d’utopisation sensible du monde.

Les propositions de communication, d’un format de 25 minutes, peuvent être adressées à Lambert Barthélémy avant le 28 février 2023, accompagnées d’une petite notice bio-bibliographique. Une réponse sera donnée fin mars. 

lambert.barthelemy@univ-montp3.fr

barthelemy.lambert@orange.fr

Parution : Critique n° 906, “Contre-enquêtes : faits divers et fiction”

Critique n° 906, “Contre-enquêtes : faits divers et fiction“, Paris, Minuit, 2022.

Le fait divers sanglant fascine. Non résolu, il passionne. Rien d’étonnant à ce que les écrivains s’en inspirent ou s’en emparent : de Stendhal à Truman Capote, ils ont été nombreux à mettre cet atout dans leur jeu. Mais le jeu lui-même est en train de changer. Qu’elle « fictionnalise » des crimes bien réels ou qu’elle rouvre des dossiers que l’on croyait depuis longtemps classés, toute une littérature d’aujourd’hui s’adonne à la contre-enquête.
Simple perpétuation, par d’autres moyens, d’une connivence invétérée ? Ou émergence d’une nouvelle relation entre écrivains et assassins – ce qu’on pourrait appeler, en souvenir de Borges, un « tournant inquisitorial » ?
L’affaire est instruite, dans cette livraison de Critique, par Blanche Cerquiglini, Pierre Judet de la Combe et Thierry Hoquet, avec l’aide de Pierre Bayard, orfèvre en « critique policière ».

Sommaire :

Blanche CERQUIGLINI : Le fait divers ou la monstruosité ordinaire

Thierry HOQUET : Le fait divers en roman

Pierre JUDET DE LA COMBE : Coupable, forcément coupable

ENTRETIEN

Pierre BAYARD : « Sophocle s’est trompé »


Bruno KARSENTI : Islam. L’ambivalence politique comme inquiétante étrangeté

Benjamin JOINAU : Corée-miroir, Corée-refuge. La Hallyu et nous

Aliocha WALD LASOWSKI : Soixante ans de James Bond au cinéma

NOTE

Henri SCEPI : Jean-Luc Steinmetz, une « discrétion accueillante »

Luce Roudier – La Fabrique de la littérature sérielle

Avis de soutenance

Mme Luce Roudier présente ses travaux en soutenance le 27 octobre 2022, à 14h00, dans la salle  B015 René Rémond du bâtiment B Pierre Grappin à l’Université Paris Nanterre.

Titre des travaux : “La Fabrique de la littérature sérielle. La littérature sérielle à travers ses archives, 1840, 1940.”

Les travaux ont été dirigés par Matthieu Letourneux et Judith Lyon-Caen.

Vous trouverez tous les détails, incluant la composition du jury, ici : Avis soutenance – Mme ROUDIER.

Appel à contributions : Faites vos jeux: game and space in texts and of texts (Udine, Italie)

Doctoral conference : “Faites vos jeux: game and space in texts and of texts

22-24 march 2023, University of Udine, University of Trieste, Udine

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

To speak seriously about play is a terrible corruption of play.
(Fink, Oasis of Happiness, p. 15)

The XXXVI PhD cycle of the course in Language and Literary Studies of the University of Udine and University of Trieste is pleased to announce the doctoral conference “Faites vos jeux: game and space in texts and of texts”, which will take place on March 22-24, 2023 in Udine.
   The theoretical debate revolving around the topic of game is deeply rooted and took different shapes according to space and time. However, it goes without saying that the 20th century gave a new impulse to these studies, as game started to be theorized from several disciplinary perspectives (psychology, sociology, anthropology, esthetics, philosophy, literature, and linguistics). Regardless of the adopted approach, in most cases it is the limitedness of game, also in terms of spatiality, that is theorized preliminarily.
   In the first seminal work of this field, Homo ludens (1949) by Johan Huizinga, the connection between play and space in different cultures is analyzed from a primarily anthropological perspective. According to this author, the playground is an inherently different space from that of ordinary life: “the arena, the card-table, the magic circle, the temple, the stage, the screen, the tennis court, the court of justice, etc., are all in form and function play-grounds, i.e. forbidden spots, isolated, hedged round, hallowed, within which special rules obtain” (Huizinga 1949: 10).
   Starting from these premises, in Man, Play and Games (1958), Roger Caillois defines play as an activity that is separated from ordinary life, “circumscribed within limits of space and time, defined and fixed in advance” (Caillois 2001: 9). Unlike Huizinga, however, Caillois adopts a pluralistic approach, shifting from the concept of ‘play’ to that of ‘games’ (agon, alea, mimicry, ilinx), which may degenerate when a contamination between the world of play and the world of reality occurs – thus when the previously established limits of space and time are crossed (cf. Caillois 2001: 61-74). The definition put forth by Benveniste in Le jeu comme structure (1947) is similar to the ones proposed by Huizinga and Caillois. As a matter of fact, this linguist points out that the formal and regulated character of game takes place within strict limits and conditions and constitutes a closed totality compared to the real world (cf. Benveniste 1947: 161). Continuer la lecture de Appel à contributions : Faites vos jeux: game and space in texts and of texts (Udine, Italie)

Call for Papers: Games and Literary Theory 2023 Conference – “Intent / Intentionality” (University of Silesia, Katowice, Poland)

Games and Literary Theory 2023 Conference : “Intent / Intentionality”

May 10-11, 2023

University of Silesia, Katowice, Poland

Deadline for proposals: January 1st 2023

Organized by the Faculty of Humanities, University of Silesia, Katowice, Poland

Call for papers

The question of intent and intentionality has been the topic for literary theory and literary criticism for decades with multiple points of entry into the vast problematics, from phenomenology, genetic criticism, hermeneutics, narratology, to psychology and sociology. Various debates have introduced different approaches to intent and intentionality, from problematizations of intentional fallacy (Wimsatt, Beardsley 1946), tripartite structure of intentionality (Eco 1990), research on auctorial intent (Farell 2017) and textual intent of literary form (Mitchell 2008, Maynard 2009), to sociological approaches interested in utopian intentional communities (Metcalf 2004) – just to name a few entries in the vast library of works on the topic. Continuer la lecture de Call for Papers: Games and Literary Theory 2023 Conference – “Intent / Intentionality” (University of Silesia, Katowice, Poland)

Séminaire : Recherches contemporaines en narratologie (CNRS/EHESS, ENS)

Centre de recherches sur les arts et le langage (CNRS/EHESS)
Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie »
2022-2023
 
Le séminaire se réunit tous les quinze jours, les 1er, 3e et 5e mardi du mois, de 16h à 18h
Ecole Normale Supérieure
45, rue d’Ulm – 75005 Paris 
 
NB : Le séminaire se déroulera en mode hybride (présentiel + distanciel)
Écrire à Anaïs Goudmand (anais.goudmand@gmail.com) pour obtenir le lien Zoom.
 
John Pier (Université de Tours et CRAL) et Philippe Roussin (CRAL/CNRS), gestionnaires, 
avec la collaboration d’Olivier Caïra (IUT Evry et EHESS), de Thomas Conrad (ENS, Paris), 
d’Anne Duprat (Université d’Amiens et IUF) et d’Anaïs Goudmand (Sorbonne Université)
 
Site du séminaire
http://narratologie.ehess.fr/presentation/

English below

Raconter / construire des mondes
 
Les narratologies et les théories de la fiction contemporaines ont pris acte de deux phénomènes caractéristiques de l’évolution récente des formes narratives. D’un côté les récits de longue haleine se multiplient dans la plupart des médias ; de l’autre, des encyclopédies diégétiques (cartographies, généalogies, étymologies, bestiaires…) s’y développent bien au-delà de la narration proprement dite. 
 
De Balzac au jeu vidéo, l’idée d’« œuvre-monde » s’est ainsi imposée, au risque de se trivialiser. Pour autant, tout récit long ne donne pas forcément lieu à une diégèse qui « fait monde » ; en retour, le worldbuilding ne produit pas automatiquement de l’intrigue. Le séminaire interrogera les articulations qui existent entre narration longue et construction de mondes, au lieu de les traiter comme des phénomènes nécessairement conjoints.
 
On pourra ainsi approfondir les différences qui existent entre un usage culturel précis, spécifiquement contemporain de la notion de monde et un usage théorique de la notion. Ainsi, la théorie littéraire peut comprendre comme un monde fictionnel la projection mentale d’un univers cohérent à partir d’un récit au long cours. En ce sens, les cycles romanesques et romans très longs propres aux usages romanesques d’Ancien Régime projettent bien des mondes. L’« œuvre-monde » proprement dite désignerait en revanche un ensemble de pratiques plus spécifiques, liées aux genres de l’imaginaire dans la culture médiatique contemporaine, science-fiction et fantasy notamment. On se demandera également si les notions développées par la narratologie cognitive, qui cherchent à envisager simultanément les dimensions spatiale et temporelle des récits – à l’instar du storyworld – permettent bien de penser la dimension encyclopédique des œuvres-mondes, ou si elles nécessitent d’être ajustées pour cet usage particulier.

Continuer la lecture de Séminaire : Recherches contemporaines en narratologie (CNRS/EHESS, ENS)

Parution : Fictions excitantes (Sébastien Hubier)

Sébastien Hubier, Fictions excitantes, Dijon, ABELL-CPTC, 2022.

Chez les nouveaux tartufes, la pornographie a mauvaise presse. Pourtant le sexe est aujourd’hui partout et sa représentation omniprésente est le phénomène majeur de notre hypermodernité. Le phénomène majeur, certes, mais aussi le plus contradictoire, car le sexe est, en somme, à la fois et totem et tabou : ce dont tout le monde se délecte mais ce dont il est socialement convenu de ne pas parler, sauf pour la blague.

C’est aux fictions qui mettent en scène le désir sexuel (et qui le provoquent) que s’intéresse le présent livre, afin d’en mesurer l’importance, d’en interpréter les sens, d’en dire les plaisirs, d’en pointer les travers. Étudiant aussi bien la littérature (Sade, Louÿs, Calaferte, Esparbec) ou les arts savants (de Giulio Romano à Jennifer Lacey et Nadia Lauro) que les arts de masse et de divertissement (modes vestimentaires, réclames et publicités, bandes dessinées, romans graphiques, vidéos en ligne ou musique rock), cet essai adopte conjointement trois perspectives afin de comprendre pourquoi les fictions excitantes occupent une place tellement importante dans nos cultures, pourquoi, des fresques antiques au porn en ligne, le sexe est peu à peu devenu un spectacle.

S’inscrivant en faux contre les approches normatives et essentialistes, cette triple perspective, anthropologique, psychologique et culturaliste, permet seule de saisir à quel point la pornographie est une construction idéologique reflétant les transformations macrosociologiques qui ont contribué à banaliser la figuration de la sexualité.

Continuer la lecture de Parution : Fictions excitantes (Sébastien Hubier)

Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

Journée d’études : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales

7 juin 2022, Maison de la Recherche, Sorbonne Université

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Quoi de commun entre un meurtrier en cavale, Karaba la sorcière, un dictateur sans scrupule, une mère infanticide, un terroriste et des ogres ? Incarnations de pulsions négatives, d’une violence hyperbolique, d’une marginalité sociale et morale, le méchant et la méchante parcourent les fictions littéraires, habitent les imaginaires et interrogent le rapport de l’être humain au mal. 

Empruntée à la réflexion sur la littérature de jeunesse et le conte, la catégorie des «méchant·es » permet de penser la relation entre la construction du personnage et l’éthique ainsi que d’interroger les valeurs du héros lorsqu’il est confronté à une figure-repoussoir. « Si les enfants ont besoin, pour trouver leur place dans un conte, de savoir qui sont les ‘‘bons’’ et les ‘‘méchants’’, indique Vincent Jouve, les lecteurs adultes cherchent à ‘‘situer’’ le plus vite possible les personnages d’un récit.1 » Le critique souligne ainsi le rôle structurant du positionnement éthique des personnages fictifs.

 Dans les littératures francophones et postcoloniales, le rôle éthique du personnage possède une force et un sens particuliers. En tant qu’elles interrogent les catastrophes passées, ces littératures se confrontent, en effet, aux formes de la violence, de la domination et du mal produites par l’Histoire : esclavage, colonisation, guerre, génocides, terrorisme… En mettant en scène des figures de méchant·es dans les œuvres, les écrivains et les écrivaines francophones cherchent à penser la question de la responsabilité à partir d’un réel où s’inscrit une histoire de dépossession et de destruction.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

  1. Vincent Jouve, Poétique des valeurs, Paris, PUF, 2001, p. 10. []

Journées d’études :

Journées Textyles :  De la page au micro. Radio et littérature en Belgique francophone (1924-2022)

KBR, audiorium De Greef, Bruxelles, 20 et 21 octobre 2022.

Alors que les rapports entre littérature et radio font l’objet d’un intérêt académique croissant dans le domaine des lettres anglo-américaines, germaniques et françaises, l’histoire de la production radiolittéraire belge demeure une parfaite terra incognita. La numérisation progressive des fonds sonores de la Sonuma et des Archives & Musée de la Littérature, combinée au récent inventaire des archives papier de la Radio-télévision belge (RTB), autorisent désormais l’ouverture des études littéraires à ces ressources riches et méconnues. 

À la veille du centenaire de la radiodiffusion belge, à l’heure où les podcasts et la création sonore rencontrent un succès toujours plus vif, nous voulons poursuivre un chantier engagé en 2021 à l’occasion de la journée Textyles « Écrans à la page : littérature et télévision en Belgique », en proposant un second volet d’exploration des archives audiovisuelles de la littérature belge. 

Les journées des 20 et 21 octobre 2022 permettront de poser les premiers jalons d’une recherche au long cours, que nous souhaitons collective et interdisciplinaire. Les points de rencontre entre radio et lettres seront considérés dans leurs déclinaisons multiples ; les corpus soumis à l’analyse iront des productions proprement littéraires (captations théâtrales, adaptations et œuvres spécialement conçues pour la radio) aux émissions vouées à la médiatisation de l’œuvre et/ou des auteurs et autrices. 

Trois axes transversaux structurent les communications et discussions au programme :

Continuer la lecture de Journées d’études :

Rachel Nadon (Université de Sherbrooke, Université Paris Nanterre)

Détentrice d’un doctorat en littératures de langue française de l’Université de Montréal, Rachel Nadon effectue un stage postdoctoral sur les « poétiques de la lecture et les politiques de l’émotion dans la presse jaune criminelle au Québec (1940-1960) », sous la direction de Marie-Pier Luneau (Université de Sherbrooke) et de Matthieu Letourneux (Paris Nanterre).

Elle travaille plus largement à une histoire culturelle de la presse jaune au Québec, dont elle cherche notamment à reconstituer l’écosystème. Elle s’intéresse également depuis plusieurs années aux rapports entre littérature et politique dans les romans québécois (XXe-XXIe siècles) et dans les revues intellectuelles et les formes périodiques en général (tracts, brochures, fascicules). Elle a co-dirigé le collectif Relire les revues québécoises : histoire, formes et pratiques, qui a été publié en 2021 aux Presses de l’Université de Montréal.

Elle est aussi membre du comité de rédaction et secrétaire de la revue d’histoire culturelle et intellectuelle Mens.

Intérêts de recherche

  • Littérature québécoise
  • Politiques de la littérature
  • Théorie et histoire des périodiques
  • Cultures populaires et médiatiques (XXe-XXIe siècles)
  • Sociologie de la littérature 

Continuer la lecture de Rachel Nadon (Université de Sherbrooke, Université Paris Nanterre)