Archives par mot-clé : littérature

Parution : Utopie : entre non-lieu et contrée idéale (QUêtes littéraires n°11)

Quêtes littéraires, n°11 : « Utopie : entre non-lieu et contrée idéale » 

Table des matières

Avant-propos

François Rosset
D’Amaurote à Dumocala : variations sur les rois en utopie  
https://doi.org/10.31743/ql.13306

Matthieu Founeau
L’Abbaye de Thélème : une enclave soustraite au réel ou le paroxysme d’une société élitiste
https://doi.org/10.31743/ql.13307

Pauline Philipps
La trop fragile utopie de L’Astrée : une variation du pot de terre contre le pot de fer
https://doi.org/10.31743/ql.13308

Stanisław Świtlik
Azor d’Aunillon : l’équivoque du langage dans un récit utopique de 1750
https://doi.org/10.31743/ql.13309 

Continuer la lecture de Parution : Utopie : entre non-lieu et contrée idéale (QUêtes littéraires n°11)

Chloé Ouaked (Université de Limoges)

Maîtresse de Conférences en Littératures Comparées, Université de Limoges

Equipe d’accueil EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles).

Sujet de thèse 

La littérature, la photographie, l’hétérogène. Etude d’interactions contemporaines (C.Boltanski, W.Boyd, S.Calle, G.Davenport, J.Roubaud, W.G.Sebald). Sous la direction de B.Westphal.

Axes / thématiques de recherche 

Relations entre littérature et photographie. Relations inter-artistiques. Arts contemporains. Photographie, films, séries télévisées.
Littératures contemporaines. Théorie littéraire. Non-fiction. Féminismes.

Séminaire LPCM, séance 1 : Méthodes et théories de l’intermédialité – Mercredi 26 janvier, 17h-19h

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Lien de connexion : https://unil.zoom.us/j/4886436683 

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »

À l’ère médiatique, la littérature est de plus en plus exposée aux média(s) et pénètre de nouveaux espaces. Synthèse de multiples voies formelles, le rap contribue à la circulation médiatique et à l’actualisation de la littérature dans la société contemporaine. La relation entre rap et littérature sera donc, tout d’abord, pensée et encadrée théoriquement comme un dialogue entre média. Les enjeux formels et sociaux de cette relation seront ensuite analysés à travers une brève étude.

  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Le concept de BD numérique englobe une variété d’œuvres, allant des BD imprimées qui sont numérisées et prépubliées en ligne aux e-comics qui résistent à la publications papier et ont des affinités plus fortes avec les jeux vidéo. Ma contribution essaie d’en donner un aperçu des différents types, en montrant comment ces BD peuvent créer de nouvelles expériences de lecture, surtout en termes d’immersion et d’interactivité (concepts qui seront repensés dans une clé media specific).

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation

Appel à contributions : “Transmédialités postcoloniales : les récits postcoloniaux à travers les médias” (Il Tolomeo n°24)

La revue Il Tolomeo – journal d’études postcoloniales invite tous les chercheurs intéressés à soumettre leurs contributions pour le prochain numéro de 2022 (n° 24). Le numéro sera structuré en une section généraliste à sujet libre et une section thématique consacrée aux transmédialités postcoloniales, à savoir aux récits postcoloniaux dans les médias.

Échéance des propositions : 15 février 2022

Ces dernières décennies, l’intérêt de la critique pour des structures narratives fondamentales non plus réservées à la littérature mais spécifiques à tout média capable de raconter une histoire, s’est traduit par une multiplication considérable de publications consacrées à la narratologie transmédiale. Nous pouvons citer à titre d’exemple : l’étude monographique de J.-N. Thon, Transmedial Narratology and Contemporary Culture (2016) ; l’article de R. Baroni, «Pour une narratologie transmédiale», publié dans Poétique, n° 182 (2017) ; le texte de M.-L. Ryan «Sur les fondements théoriques de la narratologie transmédiale», paru dans Introduction à la narratologie postclassique. Les nouvelles directions de la recherche sur le récit (2018), sous la direction de S. Patron ; les deux numéros monographiques des revues Mediapolis – Revista de Comunicação, Jornalismo e Espaço Público («Personagens mediáticas: teoria, problemas, análises», n° 6, 2018) et 2i – Revista de Estudos de Identidade e Intermedialidade(«Literatura e televisão: novas narrativas – Ficções transmédia», vol. 2, n° 1, 2020). Si l’idée d’une grammaire des récits propre à l’ensemble des médias avait déjà été proposée par les pionniers de la narratologie (cf. Communications, n° 8, « Recherches sémiologiques : l’analyse structurale du récit », 1966), la discipline ne s’est que très récemment émancipée de son périmètre littéraire d’origine (Baroni 2017, 155). Aujourd’hui, les spécialistes préfèrent plutôt parler de narratologie transmédiale pour mettre davantage l’accent sur le caractère pluriel de certains phénomènes narratifs, en renvoyant ainsi à une approche comparative des médias qui ne privilégie pas un support particulier au détriment des autres (Wolf 2011, 5). Si l’identification de pratiques narratives communes aux différents médias demeure un objectif majeur de la discipline, A. Goudmand et R. Baroni (2019) soulignent cependant que la narratologie transmédiale a aussi pour but de voir « comment les récits exploitent les ressources particulières du support dans lesquels ils s’inscrivent afin d’actualiser ces invariants dans une forme spécifique ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Transmédialités postcoloniales : les récits postcoloniaux à travers les médias” (Il Tolomeo n°24)

Parution : Le Rap, littérature du monde social. Du featuring au mythe de la banlieue (Julia Cela)

Julia Cela, Le Rap, littérature du monde social. Du featuring au mythe de la banlieue, Lausanne, Université de Lausanne, coll. “Archipel Essais”, 2021.

Postface de Jérôme Meizoz

Quel est l’enjeu d’étudier le rap comme une forme littéraire ? Dans une pratique où les corps sont parlants, comment envisager la relation entre l’auteur, l’énonciateur et l’interprète ? Que fait le rap aux hiérarchies culturelles instituées ?

Le rap francophone contemporain active un regard sociologique, attentif à la fois au fonctionnement du monde social et aux phénomènes de domination dans le champ culturel. Au cœur de ces dynamiques se trouve le featuring, qui désigne la collaboration entre différents artistes. Ce phénomène constitue à la fois la condition d’émergence du rap dans les années 1990 et le motif textuel qui structure sa poétique.

Par cet étroit rapport avec les théories des espaces sociaux, le rap institue ses propres dynamiques de légitimation. Dans les textes s’élabore une valeur symbolique spécifique visant à renverser le discours hégémonique, qu’il soit culturel, racial, politique ou économique. Le rap, relégué à ses débuts aux marges du littéraire, s’institue en littérature.

Sommaire, postface et extrait accessibles sur Fabula 

Sommaire

Postface : Une création verbale au collectif, par Jérôme Meizoz

Lire un extrait

Parution : Hervé Glevarec, L’expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles

Hervé Glevarec, L’expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles, Le Bord de l’eau,  2021. 

« J’ai tout appris par la littérature. » Voilà bien une affirmation qui suppose de considérer les usages de la culture sur les plans de son expérience et de ses effets mais qui mérite aussi d’être évaluée quant à la question du savoir.

Conséquence de la diffusion et de la densité de l’offre culturelle qui caractérisent les sociétés contemporaines, le rapport aux œuvres culturelles s’est progressivement transformé en un rapport expérientiel. L’expérience culturelle est à la fois sous-étudiée, éclipsée par la critique des fonctions sociales de la culture, et sous-évaluée comme paradigme du rapport contemporain à la culture, rapport moins déférent, moins distancié et moins institutionnel. Écoute quotidienne de la musique, visionnage vespéral des séries, lecture immersive, évasive ou édifiante, sociabilité amicale de la sortie au cinéma, pratique familiale de la visite muséale, visites patrimoniales en vacances, moments festivaliers, etc. sont autant d’expériences culturelles retirées de la fréquentation des œuvres culturelles par les individus. Au point de donner lieu à ce qu’on peut appeler un « paradigme de l’expérience » dans la culture.

Adossé à une enquête de terrain auprès de Français, l’ouvrage examine les dimensions de cette expérience en termes d’attachement, d’intérêt et de savoir. Il traite des conditions et de la différenciation sociale des expériences culturelles, mais aussi de leurs effets sur la connaissance et la transformation de soi et du rapport au monde. Que ce soit en mode mineur de la pratique quotidienne ou en mode majeur de la pratique rare et intense, l’expérience permise par la multiplication de l’offre culturelle et des dispositifs qui n’ont plus le Lieu culturel (avec une majuscule) comme leur lieu de réalisation privilégié (espace dédié, rendez-vous fixe, présence d’autrui, format prédéfini), est l’objet de cet ouvrage.

Hervé Glevarec est directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique au laboratoire IRISSO, Université Paris Dauphine, PSL Research University. Il a mené des enquêtes qualitative et quantitative sur les loisirs culturels et médiatiques (La différenciation culturelle; Ma radio ; La culture à l’ère de la diversité ; La culture de la chambre), sur la consommation des séries télévisées américaines (Séries — avec Clément Combes –, La sériephilie), ainsi que sur le patrimoine (Le Patrimoine saisi par les associations — avec Guy Saez).

Parution : Mythologies sportives d’aujourd’hui. Le football et ses langages (dir. J.-M. Baud, V. Bierce, R. Luis)

Jean-Marc Baud, Vincent Bierce, Raphaël Luis (dir.), Mythologies sportives d’aujourd’hui. Le football et ses langages, Paris, Hermann, coll. “Échanges Littéraires”, 2021.

Cet ouvrage, issu du premier colloque français consacré aux rapports entre football et littérature, a pour objectif de transformer le terrain de football en terrain de recherche et d’interroger le football comme acte discursif. À partir d’intervention d’universitaires spécialistes de littérature, de sociologie ou de linguistique, et d’entretiens avec des acteurs et commentateurs du monde du football, les contributions réunies ici interrogent les enjeux de représentation de ce sport, les jeux de ton et les partages génériques que l’écriture du football engendre, ainsi que le rapport de l’écrivain à ces nouvelles formes mythologiques coulées dans la société du spectacle.

Jean-Marc Baud est docteur en littérature française et agrégé de lettres modernes.

Vincent Bierce, docteur en littérature française, enseigne en CPGE à Saint-Étienne.

Raphaël Luis est maître de conférences en littérature comparée à l’ENS de Lyon.

Sommaire

Introduction, Vincent Bierce

Première partie : Football et littérature

Football et littérature : panorama de la question, Benoît Heimermann

Cages dessinées : quel(s) discours(s) la bande dessinée véhicule-t-elle sur le football ?, Alain Demarco

Marginalité du gardien de but : petite ethnocritique de Peter Handke et Bernard Chambaz, Gilles Bonnet

Les écrivains contemporains et le football. Entretien avec Yamina Benahmed Daho et Bernard Chambaz animé par Jean-Marc Baud

Deuxième partie : Le football commenté par ses acteurs

Commenter le football. Entretien avec Vincent Duluc et Stéphane Guy, animé par Raphaël Luis

Le lexique des actions de jeu dans les commentaires de matchs de football : l’expression de la transmission du ballon, Pierre Corbin et Nathalie Gasiglia

Sur le terrain discursif du foot : paris, pronostics, le plaisir de prédire, Amélie Chabrier et Yoan Vérilhac

Football et dérision, Denis Saint-Amand

Entretien avec Vikash Dhorasoo, conduit par Vincent Bierce

Troisième partie : Football, société, politique

Le football au féminin. Table ronde avec Yamina Benahmed Daho, Audrey Keysers, Corine Petit et Jean-Nicolas Volff, animée par Gaëlle Debeaux

Les supporters peuvent-ils faire preuve d’humour ?, Nicolas Hourcade

Ego-géo du gardien de but : en(je)ux politiques, Barbara Chanal

Le football comme indice de démocratie, Yamina Benahmed Daho.

Appel à contributions : Le “frisson métaphysique” du roman policier (BPTI n°14)

“Le « frisson métaphysique » du roman policier”, Book Practices & Textual Itinerariesn°14

Échéances des propositions : 15 décembre 2021 
 
Contrairement à la tendance littéraire du roman policier « métaphysique » qui a suscité un intérêt croissant de la part de la critique universitaire notamment depuis la publication de la Trilogie New-Yorkaise de Paul Auster, le plus vaste sujet de la métaphysique du roman policier a rarement été abordé. Ceci s’explique en partie par le fait que les deux points de vue se remettent apparemment mutuellement en doute : d’un côté, le qualificatif « métaphysique » (qui s’impose désormais dans la littérature quoiqu’on lui préfère encore parfois le terme « postmoderne ») suggère que toute autre forme de récit policier en serait dépourvue ; de l’autre, l’existence d’une métaphysique des littératures policières interroge sur la pertinence même de l’étiquette.

Or, selon les spécialistes américaines Patricia Merivale et Susan E. Sweeney, le roman policier « métaphysique » se distingue bel et bien des formes « classiques » du récit policier par le traitement parodique, voire subversif, des codes traditionnels du genre et par une intrigue renouvelée autour d’un « pourquoi » existentiel qui, faisant généralement la part belle à la réflexivité, transcende le pragmatisme routinier du travail d’enquête tant sur le fond que la forme du récit. Par-delà le divertissement intellectuel d’une énigme à résoudre, le roman policier aurait, dès ses débuts dans les contes de « ratiocination » d’Edgar Allan Poe, emprunté une autre voie, ouvertement philosophique et spéculative, notamment articulée à une certaine ironie tragique du personnage-enquêteur. Celle-ci devint, après-guerre, le ressort dramatique de prédilection de nombreux romanciers (J. L. Borges, « La mort et la boussole », 1942 ; Alain Robbe-Grillet, Les Gommes, 1953 ; Friedrich Dürrenmatt, La Promesse, 1958) qui marquera également l’évolution postmoderne du genre policier portée par les générations suivantes (comme les américains Robert Coover, Don DeLillo, Thomas Pynchon ; les britanniques Peter Ackroyd, Martin Amis ou Graham Swift ; les italiens Italo Calvino, Leonardo Sciascia ou encore le français Patrick Modiano). Ces quelques exemples suffisent à montrer que l’étiquette « métaphysique » recouvre, si ce n’est un sous-genre de prestigieux inclassables, du moins un détachement plus ou moins radical et autonome du récit policier originel comme « genre populaire » en réunissant plutôt, constatons-le, une majorité d’auteurs de romans « littéraires » aux faux airs de roman policier.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le “frisson métaphysique” du roman policier (BPTI n°14)

Parution : Clowns ! (Pascal Jacob)

Pascal Jacob, Clowns !Paris, Seuil, coll. “Beaux Livres”, 2021

Photographies de Christophe Raynaud de Lage

Drôle, fantasque, ubuesque ou terrifiant, le clown nourrit notre imaginaire depuis l’enfance. Façonné par William Shakespeare, Molière, Alfred Jarry, Federico Fellini ou Stephen King, le clown ne connaît pas les frontières pour s’exprimer. Tomber pour faire rire est un mécanisme joyeux qui remonte probablement à l’aube de l’humanité. Bouffons, fous et farceurs sont les grands ancêtres du clown qui puise dans ses origines à la fois sacrées et profanes pour émouvoir ou divertir.

Abondamment illustré, cet ouvrage retrace la généalogie d’un personnage hors du commun, né sur les planches du théâtre élisabéthain, mais qui a très vite conquis le monde du cirque pour s’y épanouir dès le XVIIIe siècle. De nombreux documents inédits, issus des fabuleuses collections de la Bibliothèque nationale de France, racontent une histoire singulière en contrepoint des photographies de Christophe Raynaud de Lage pour un regard exceptionnel sur l’univers clownesque où la mémoire est toujours imprégnée d’une vision contemporaine.

Aujourd’hui, de la scène à la piste, de la rue à l’hôpital, féminin, social ou politique, le clown est partout !

Appel à contributions : “Le genre à travers la technologie / Gender through technology” (Variations, n° 28, 2022)

Variations, n° 28 (2022) : “Le genre à travers la technologie / Gender through technology

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Depuis quelques années, la question des rapports entre la technologie, le genre et la culture suscite un intérêt croissant auprès de la recherche universitaire. Ces relations font ainsi l’objet d’une pluralité d’approches intermédiales, allant des considérations liées au genre dans le discours littéraire portant sur les technologies jusqu’aux analyses cinématographiques et télévisuelles (Westworld, Ex Machina ou encore Her)*, en passant par les réflexions qui prolifèrent à ce sujet dans la sphère des études culturelles.

Cependant, comme l’a noté la sociologue Judy Wajcman, la progression continuelle des phénomènes de technologisation et de numérisation dans la société n’exerce pas seulement une influence sur les rapports de force et de genre. Ce que l’on observe bien plutôt, c’est une relation de réciprocité entre le genre et la technologie, cette dernière devant être comprise à la fois comme cause et conséquence des relations entre les genres**.

On assiste ainsi d’un côté, au début du XXe siècle, à l’émergence de nouveaux profils professionnels, tels que la sténotypiste, la secrétaire ou encore la standardiste, qui structurent le travail autour de certaines technologies nouvelles en fonction du genre, et de l’autre côté on observe une « genrification », une sexuation des artefacts technologiques, comme on a pu le voir récemment avec l’apparition de systèmes d’exploitation numériques tels que « Siri » ou « Alexa », qui sont dotés de voix féminines.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Le genre à travers la technologie / Gender through technology” (Variations, n° 28, 2022)