Archives par mot-clé : littérature

Parution : Clowns ! (Pascal Jacob)

Pascal Jacob, Clowns !Paris, Seuil, coll. « Beaux Livres », 2021

Photographies de Christophe Raynaud de Lage

Drôle, fantasque, ubuesque ou terrifiant, le clown nourrit notre imaginaire depuis l’enfance. Façonné par William Shakespeare, Molière, Alfred Jarry, Federico Fellini ou Stephen King, le clown ne connaît pas les frontières pour s’exprimer. Tomber pour faire rire est un mécanisme joyeux qui remonte probablement à l’aube de l’humanité. Bouffons, fous et farceurs sont les grands ancêtres du clown qui puise dans ses origines à la fois sacrées et profanes pour émouvoir ou divertir.

Abondamment illustré, cet ouvrage retrace la généalogie d’un personnage hors du commun, né sur les planches du théâtre élisabéthain, mais qui a très vite conquis le monde du cirque pour s’y épanouir dès le XVIIIe siècle. De nombreux documents inédits, issus des fabuleuses collections de la Bibliothèque nationale de France, racontent une histoire singulière en contrepoint des photographies de Christophe Raynaud de Lage pour un regard exceptionnel sur l’univers clownesque où la mémoire est toujours imprégnée d’une vision contemporaine.

Aujourd’hui, de la scène à la piste, de la rue à l’hôpital, féminin, social ou politique, le clown est partout !

Appel à contributions : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology » (Variations, n° 28, 2022)

Variations, n° 28 (2022) : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology« 

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Depuis quelques années, la question des rapports entre la technologie, le genre et la culture suscite un intérêt croissant auprès de la recherche universitaire. Ces relations font ainsi l’objet d’une pluralité d’approches intermédiales, allant des considérations liées au genre dans le discours littéraire portant sur les technologies jusqu’aux analyses cinématographiques et télévisuelles (Westworld, Ex Machina ou encore Her)*, en passant par les réflexions qui prolifèrent à ce sujet dans la sphère des études culturelles.

Cependant, comme l’a noté la sociologue Judy Wajcman, la progression continuelle des phénomènes de technologisation et de numérisation dans la société n’exerce pas seulement une influence sur les rapports de force et de genre. Ce que l’on observe bien plutôt, c’est une relation de réciprocité entre le genre et la technologie, cette dernière devant être comprise à la fois comme cause et conséquence des relations entre les genres**.

On assiste ainsi d’un côté, au début du XXe siècle, à l’émergence de nouveaux profils professionnels, tels que la sténotypiste, la secrétaire ou encore la standardiste, qui structurent le travail autour de certaines technologies nouvelles en fonction du genre, et de l’autre côté on observe une « genrification », une sexuation des artefacts technologiques, comme on a pu le voir récemment avec l’apparition de systèmes d’exploitation numériques tels que « Siri » ou « Alexa », qui sont dotés de voix féminines.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology » (Variations, n° 28, 2022)

Appel à contributions : Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane XIXe-XXIe s. (Cahiers d’Études Romanes)

« Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane (XIX/ XXIe) »

Cahiers d’Études Romanes, n°45, 2022

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Sous la direction d’Anne-Sophie Canto, Gerardo Iandoli, Claudio Milanesi (Aix Marseille Université, CAER)

Le crime organisé est un phénomène séculaire, international et particulièrement complexe et caractérisé de surcroît par son aspect protéiforme. Il évolue selon le contexte socio-économique des régions qu’il gangrène, selon les périodes et les latitudes : des campagnes siciliennes du XIXsiècle – berceau de Cosa Nostra – jusqu’à la prison de Tabauté au Brésil qui fait naître le Primeiro Comando da Capital en 1993, du Mexique des narcos à la Costa brava refuge des Vory v Zacone géorgiens, c’est une vaste géographie des organisations criminelles qui se dessine dans toute l’aire romane.

Les sources qui mentionnent le crime organisé, de même que celles qui en font un objet d’étude, sont aujourd’hui pléthoriques et variées. Du point de vue factuel, nous avons désormais accès à de nombreux comptes rendus d’enquêtes policières, judiciaires et journalistiques, ainsi qu’à des témoignages qui donnent la parole à des criminels repentis comme à des victimes. Parallèlement et à degrés variables, la fiction s’est mêlée à la réalité dans des récits littéraires, des films ou des séries et à des compositions musicales. Progressivement, l’ensemble de cet apport est venu à bout de l’aura de mystère qui planait sur des organisations autrefois perçues comme marginales et secrètes. Pourtant, le crime organisé continue d’occuper la scène artistique. En effet, ce thème demeure intrinsèquement lié à la profonde fascination que procure la perpétration du mal, à travers un mécanisme ambivalent d’attirance et de répulsion. Ainsi, le paradigme du mythe s’est diffusé à travers la littérature, la musique et les arts visuels qui n’ont cessé de représenter la figure criminelle pour l’ériger en modèle de l’anti-héros ou pour la condamner sèchement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane XIXe-XXIe s. (Cahiers d’Études Romanes)

Appel à contributions : Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias (revue Traits d’union)

« Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias »

Journée d’études : Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle (4 Rue des Irlandais, Paris) – en format hybride, 22-23 octobre 2021

Publication : Revue Traits d’Union

Échéance des propositions : 3 septembre 2021

Le 12e numéro de la Revue Traits d’Union se propose d’étudier la notion d’âgisme et ses représentations dans la littérature, les arts et les médias. Ce concept permet essentiellement d’identifier et de dénoncer les stéréotypes et les discriminations qui affectent la vieillesse, classe d’âge qui tend à être invisibilisée et stigmatisée dans les représentations et les pratiques. Il est possible cependant de l’étendre à l’ensemble des discriminations fondées sur l’âge, notamment celles qui touchent la jeunesse. Il s’agira ainsi de voir comment la littérature, les arts et les médias participent au renforcement, à la dénonciation ou à la déconstruction des stéréotypes âgistes.

La Revue Traits d’Union publie prioritairement de jeunes chercheur·euse·s, doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s, en lettres, arts, médias, sciences humaines et sociales.

Apparu pour la première fois en 1969 sous la plume de Robert Butler, le terme « âgisme » désigne « une profonde gêne chez les jeunes et les personnes d’âge moyen – une répugnance personnelle et un dégoût envers le vieillissement, la maladie et l’infirmité ;

ainsi que la peur de l’impuissance, de l’inutilité et de la mort1 ». Il prend peu à peu sa place dans le langage courant, faisant émerger l’idée qu’à l’instar d’autres formes de discriminations comme le racisme ou le sexisme2, il existe une ségrégation en fonction de l’âge. D’ailleurs, la pandémie de Covid-19 qui a frappé le monde à partir de 20193 ou encore le débat récurrent sur les retraites4 en France, tout comme celui sur les Ehpad5, ne font que réactualiser les stéréotypes que l’on accole aux personnes âgées. Il n’est qu’à lire La Vieillesse de Simone de Beauvoir6, tout récemment réédité, ou encore Histoire de la vieillesse de Jean-Pierre Bois7 pour s’en rendre compte.

Vieillesses et stéréotypes

Il s’agirait pourtant de clarifier tout d’abord ce que désigne la vieillesse, notion aussi vague que fluctuante. En effet, on ne vieillit pas de manière uniforme suivant sa classe sociale, son activité professionnelle, son parcours de vie, son environnement, etc. De plus, la représentation de la vieillesse varie selon l’époque et la culture. Chaque vieillesse est singulière et pourtant la représentation de la vieillesse donne lieu à un ensemble de stéréotypes qui sont souvent négatifs. Certes, celles-ci présentent aussi la figure bienveillante du grand-parent adoré (Victor Hugo, L’art d’être grand-père, Madame de Grand Air dans la série de bandes-dessinées Bécassine) ou celle du vieux sage (Socrate peint par Jacques-Louis David ou Salvator Rosa, le père Fouras dans l’émission Fort Boyard) dont l’expérience profite à tou·te·s mais cette image est minoritaire, du moins en Occident8. Ici encore, la nuance est de mise et chaque aire géographique et culturelle semble présenter son lot de spécificités.

Qu’en est-il alors des stéréotypes liés à la vieillesse ? Existe-t-il des invariants ? Quel lien y a-t-il entre ces représentations caricaturales et la société qui les produit ? Quelle place l’aire géographique et l’ère temporelle prennent-elles dans leurs constructions ? En termes artistiques et médiatiques, les formes, mouvements et supports jouent-ils un rôle dans la manière dont l’âgisme transparaît ? Les arts et les médias sont-ils des vecteurs efficaces pour déconstruire ces représentations ? Quels chemins, singuliers ou communs, ces déconstructions prennent-elle ? Les circonvolutions langagières pour désigner cet âge de la vie – 3e âge, 4e âge, seniors – ne sont-elles pas déjà une trace de cet âgisme ? Si « gros » ne devrait pas être un gros mot9, n’en serait-il pas de même pour « vieux » ? Ces quelques questionnements ne peuvent qu’être frappés du sceau de l’incomplétude, d’autant que l’aspect intersectionnel a une place prépondérante dans la construction mais aussi dans la déconstruction de ces stéréotypes âgistes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias (revue Traits d’union)

Marc Vervel (Université de Paris)

Marc Vervel est PRAG à l’Université de Paris. 

Domaines de recherche
Littérature XIXe-XXIe, avec une prédilection pour le tournant XIXe-XXe ; récit médiatique, récit policier, récit fantastique, le mystère en littérature, la distinction genres hauts-genres bas, tension narrative, immersion narrative. Littérature française et comparée (littératures française et francophone, anglo-saxonne, hispanique et hispanophone, germanique), rapports texte-image, texte-cinéma, littérature et internet.

CV et publications

Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Diplômée en en français moderne et en sciences du langage à l’Université de Lausanne, Gaëlle Kovaliv étudie les conditions de production et de réception des œuvres de bande dessinées nativement numériques francophones. Sa thèse, entre sociologie et lettres, se concentre ainsi sur six axes de recherche : l’identité de ce nouveau médium, les conséquences de la disparition du filtre éditorial – notamment dans une perspective de genrée –, la place du lectorat, l’économie et le financement, le rôle des éditeurs papier et une comparaison internationale des formes de création et de diffusion. Cette recherche est principalement basée sur des entretiens menés auprès de créateurs et créatrices et par des témoignages provenant du monde professionnel de l’édition.

Dans le cadre du projet, Gaëlle Kovaliv a déjà co-rédigé plusieurs articles. Un glossaire bilingue des unités significatives de la bande dessinée avec Olivier Stucky, une étude de la forme des tables des matières des bandes dessinées numériques avec Anaïs Goumand et un article sur le genre, les media studies et la bande dessinée avec Léonore Porchet. Elle a également participé, avec Raphaël Baroni et Olivier Stucky, à la rédaction d’un article de synthèse sur les obstacles qui s’opposent à l’émergence de supports de publication numériques dans le contexte de la bande dessinée européenne et francophone. Elle a aussi réalisé plusieurs bases de données visant à recenser les bandes dessinées nativement numériques francophones ainsi que les créateurs et créatrices actifs et actives dans de domaine.

Par ailleurs, Gaëlle Kovaliv est actuellement membre du comité éditorial de la revue Comicalités, du Réseau des Narratologues Francophones (RéNaF) et du Pôle de Narratologie Transmédiale (NaTrans). Elle est également coresponsable bénévole des conférences et animations du festival de bandes dessinées BDFIL et membre du comité d’édition de la revue Archipel.

Publications

Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Journée d’études : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs

Université de Caen (Laslar), Université de Rouen (CÉRÉdI)

24-25 juin 2021

https://webconf.unicaen.fr/b/dsi-r9t-xrz-kln

PROGRAMME

24 juin (Université de Caen) – Salle des actes de la MRSH

Matin

9h 30 Introduction (J. Anselmini, V. Vignaux)

10 h Conférence inaugurale

Lifranum (L. Perticoz, L. Feugère, J.-P Fewou-N’Gouloure), « Migration de la critique littéraire en régime numérique : des blogs à Youtube »

Session 1 (modérateur : V. Rivron) – Nouveaux périmètres critiques

11 h Samantha Caretti, « Critique d’amateurs, critique d’éclairés ? Pratiques critiques des sociétés d’amis d’écrivains sur le web »

11 h 25 Elisabeth Viain, « La critique de théâtre contemporain sur le web – Entre professionnels et amateurs, entre recensions bienveillantes et polémiques désordonnées : un espace fourre-tout ou fécond et libérateur ? »

Continuer la lecture de Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Parution : Characters and Figures: Conceptual and Critical Approaches (dir. Carlos Reis et Sara Grünhagen)

Carlos Reis et Sara Grünhagen (dir.), Characters and Figures: Conceptual and Critical Approaches, Almedina, 2021

Dirigé par Carlos Reis et Sara Grünhagen, cet ouvrage collectif en anglais se compose de six chapitres, précédés d’une introduction qui replace le recueil dans son contexte. Des questions théoriques sur la catégorie des personnages sont analysées, reprises sous des angles spécifiques que le caractère pluriel et interdisciplinaire des études narratives a favorisé. Certains des essais traitent, par exemple, de personnages traditionnellement moins valorisés ou éloignés d’une vision strictement littéraire et canonisante du récit. En ce sens, la diversité des approches de cet ouvrage met en évidence la condition dynamique du personnage, configurant ainsi un état de l’art toujours provisoire et qui s’inscrit dans un contexte plus large de redimensionnement théorique et d’ouverture transdisciplinaire des études narratives. Le débat qui en résulte concerne donc tout à la fois la catégorie narrative analysée et le champ d’études qui l’examine.

Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur.

Journées d’études : Fiction et nouveaux discours historiques (Université de Paris)

Journées d’études : Fictions et nouveaux discours historiques 

28-29 juin 2021

Université de Paris, Bâtiment Sophie Germain, 1 Place Aurélie Nemours, 75013 Paris, salle 1021

Il sera également possible de suivre les journées d’études à distance. Pour ce faire, merci de compléter les informations dans le formulaire d’inscription en ligne : https://form.123formbuilder.com/5928801/form.

Vous recevrez le lien d’invitation Zoom par courriel. Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 26 juin 2021, 18h.

Organisatrices

Laurence CROS (maître de conférences en études canadiennes, Université de Paris, LARCA-UMR 8225)
Marie-Jeanne ROSSIGNOL (professeure d’histoire américaine, Université de Paris, LARCA-UMR 8225)

Organisation

Université de Paris ; Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones (LARCA UMR 8225) ; CNRS

Continuer la lecture de Journées d’études : Fiction et nouveaux discours historiques (Université de Paris)

Parution : Bandits, pirates et hors-la-loi au temps des Lumières (Lise Andries)

Lise Andries, Bandits, pirates et hors-la-loi au temps des Lumières, Classiques Garnier, coll. « L’Europe des Lumières », 2021.

Brigands, pirates et hors-la-loi sont des hommes dans la force de l’âge, énergiques et violents. Ce sont des héros d’archives et des brigands de papier, à la ligne de crête entre réalité et fiction. Le livre se propose d’en suivre l’image, de plus en plus positive, au long du XVIIIe siècle.

Table des matières