Archives par mot-clé : littérature

Parution : La représentation de la ville dans la littérature et les arts

Complexus, n° 3, « La représentation de la ville dans la littérature et les arts  » volume 2, mai  2024.

Ce volume continue l’exploration commencée dans le numéro précédent, en présentant la diversité et la richesse des représentations urbaines à travers diverses perspectives littéraires et artistiques.

Contributions :

Bara NDIAYE (Sénégal) : « Quand la ville inspire Baudelaire, tout est entre « la boue » et « l’or » »
John Vernon MIKELET (France) : « Considération de la ville dans les dystopies postmodernes d’Afrique centrale des années 2000 »
Shayma SAIDANI (Tunisie) : « La ville comme espace criminogène dans les romans de l’écrivain français Georges Bernanos » Continuer la lecture de Parution : La représentation de la ville dans la littérature et les arts

Festival Plumes de Presse 2024 (Montpellier)

Festival Plumes de Presse – Journalisme, enquêtes et littérature

15 au 17 mai 2024

Saint-Charles, place Albert Ier – Université Paul -Valéry Montpellier 3

Organisé par Marie-Ève Thérenty (Université Paul Valéry Montpellier3, RIRRA21, IUF) avec Amélie Chabrier (Université de Nîmes, RIRRA21) pour la partie exposition et les activités ludiques et Christine Marcandier (Université Aix-Marseille et Seuil), Nicolas Le Flahec (Université de Bordeaux) et Adeline Wrona (Celsa, Paris-Sorbonne) pour la partie rencontres.

Présentation

Depuis une dizaine d’années, les rentrées littéraires sont marquées par des ouvrages d’écrivains-journalistes ou de journalistes-écrivains et par des prix littéraires attribués à des écrivains-journalistes. La littérature française s’ouvre de plus en plus à un genre littéraire qui semblait l’apanage des États-Unis : la non-fiction. Parallèlement la presse écrite, entrée en crise au moins depuis le développement d’internet, cherche une légitimité dans de nouvelles écritures. Enfin, en France, sont apparus aussi bien du côté de la presse, de la production éditoriale que du web, des dispositifs hybrides se rattachant à la fois à la littérature et à l’information : des mooks, des sites de journalisme narratif, des maisons d’édition…

C’est à ces phénomènes et à d’autres qui font bouger la frontière depuis longtemps poreuse entre journalisme et littérature que se consacre le festival Plumes de presse, à travers des expositions, des rencontres, des activités ludiques, des dédicaces, des conférences.

Partenaires : Université Paul-Valéry Montpellier 3, La Comédie du livre-10 jours en mai, RIRRA21, Unîmes, Institut Universitaire de France, ANR Polarisation, Libération, Sauramps.

Consulter le programme du Festival Plumes de Presse 2024

Parution : Littérature et design. Visualités et visualisations du texte en régime numérique

Pascal Mougin (dir), Littérature et design. Visualités et visualisations du texte en régime numérique, Les Presses du réel, collection « Figures », 2024

Nouvelles manières de visualiser, de lire et d’écrire la littérature à l’ère numérique : les apports possibles de la pensée du design à la théorie littéraire. Plateformes d’écriture en ligne, sites spécifiques d’écrivains, de poètes ou d’artistes programmeurs, réseaux sociaux et environnements généralistes sont autant de nouveaux espaces de création littéraire. Que le numérique y impose ses formats ou offre aux auteurs d’exploiter à leur guise la plasticité du texte à l’écran, il favorise le devenir image de l’écrit et occasionne de nouvelles interférences du visible et du lisible.

Parallèlement, les traitements algorithmiques des données littéraires et des corpus numérisés (statistique textuelle, distant reading, text mining) donnent lieu à des imageries inédites (cartes, graphes, nuages de mots, schémas de réseaux) qui modifient la perception des œuvres et de l’histoire littéraire.

Les contributions réunies ici interrogent ces nouvelles visualités et ces nouvelles visualisations de la littérature en régime numérique. À la lumière des sciences de l’art, des sciences de l’information et de la communication ou encore des computing et software studies, elles soulignent l’importance du design graphique, du design d’interface et de la dataviz dans l’écriture comme dans la lecture ordinaire ou savante, suggérant ainsi les apports possibles de la pensée du design à la théorie littéraire.

Textes de : Marc Jahjah, Rossana De Angelis, Ximena Miranda Barrantes & René Audet, Ariane Mayer, Camille Bloomfield, Antoine Fauchié, Françoise Cahen, Jean-Paul Fourmentraux, Christophe Schuwey, Ioana Galleron, Michel Bernard & Baptiste Bohet, Karolina Suchecka & Nathalie Gasiglia, Johanna Drucker.

Continuer la lecture de Parution : Littérature et design. Visualités et visualisations du texte en régime numérique

Parution : L’ Écocritique. Repenser l’environnement au prisme de la littérature

Sophie Chiari, L’Écocritique. Repenser l’environnement au prisme de la littérature, Presses Universitaire Blaise Pascal, collection « L’Opportune », 2024 

Apparue dans les années 1990, l’écocritique a radicalement changé notre façon d’appréhender la littérature. Elle a en effet décentré notre regard, jusque-là capté par les actions et les sentiments des personnages, pour l’orienter vers une nature longtemps considérée comme un arrière-plan, voire un simple décor. Cet ouvrage expose en les illustrant les grandes caractéristiques de cette nouvelle approche critique, plurielle par essence, qui analyse non seulement ce qu’on a nommé tour à tour la nature, l’environnement ou le non-humain dans les textes littéraires, mais qui appelle aussi, à l’heure de l’Anthropocène, une lecture plus engagée des œuvres de fiction.

Sommaire : 

Introduction

1. La naissance de l’écocritique

2. Les grandes mouvances écocritiques : Du commencement à aujourd’hui

3. Et la France ?

4. Bilan et perspectives

Conclusion : Repenser le non-humain, de l’art à l’action

Sélection bibliographique

Continuer la lecture de Parution : L’ Écocritique. Repenser l’environnement au prisme de la littérature

Appel à communication – Les rencontres de la fiction historique : la France imaginaire (Campus Condorcet, Aubervilliers)

Les rencontres de la fiction historique : la France imaginaire

Date : 12 et 13 novembre 2024

Lieu : Campus Condorcet, Aubervilliers

Échéance des propositions : 3 juin 2024

Organisé par : Victor Faingnaert (HisTeMé, Université de Caen), Julien Lalu (Criham, Université de Poitiers) et Romain Vincent (Experice, Université Sorbonne Paris-Nord)

Texte de l’appel

En 2019, Laurence Cros et Marie-Jeanne Rossignol invitaient les historien·nes « à surmonter leur réticence, presque instinctive, vis-à-vis de la fiction et à aborder les produits culturels comme objets légitimes de recherches historiques ». Ce projet de recherche s’est traduit par plusieurs colloques et journées d’études pendant deux années ainsi que par la publication d’un numéro du Temps des médias en 2021 dédié à la « fiction historique anglo-américaine ». Les articles sélectionnés abordent des fictions historiques variées : les romans historiques de Walter Scott, les séries Vikings, Peaky Blinders et Borgia, la comédie musicale Hamilton, les films fantastiques sur la guerre de Sécession et les jeux vidéo Assassin’s Creed.

Ce colloque cherche à prolonger ces recherches et ces espaces de rencontres afin d’étudier les fictions historiques, comprises comme un genre médiatique qui situe le récit fictionnel dans le cadre historique précis d’un passé proche ou lointain. Ainsi, l’usage de l’adjectif « historique » ne place pas ces fictions dans un régime scientifique, mais permet de les définir par l’importance du cadre temporel de leurs intrigues. L’objectif est d’étudier à travers ces productions ce qu’Éric Macé et Éric Maigret appellent des médiacultures, soit « une somme de médiation par lesquelles chaque société se configure elle-même à travers ses objets culturels, juridiques, techniques, artistiques ou médiatiques [tels que le cinéma, les jeux vidéo, la bande dessinée, et d’autres] et leurs formes d’appropriations ». Il s’agit donc d’analyser tout à la fois leur contenu, leur rôle dans la construction de représentations ainsi que les usages sociaux qui en sont faits. Continuer la lecture de Appel à communication – Les rencontres de la fiction historique : la France imaginaire (Campus Condorcet, Aubervilliers)

Appel à communications : La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires (Saint-Étienne)

La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires.

3 et 4 octobre 2024

Université Jean Monnet, Saint-Etienne

Date d’échéance : 24 mai 2024

Journées d’études organisées par Vincent Jaunas et Jonathan Tichit.

Texte de l’appel :

Si les fictions nord-américaines regorgent de récits de fins du monde et d’environnements postapocalyptiques variés, elles témoignent d’une fascination particulière pour l’effondrement du mode de vie urbain. A maintes reprises, New York a par exemple été envahie par des monstres (Je suis une légende, Richard Matheson, 1954), des zombies et des vampires (Empire of the Dead, tome 1, George Romero et Alex Maleev, 2014), des Kaiju (Cloverfield, Matt Reeves, 2008) ou des extra-terrestres (Avengers, Joss Whedon, 2012). Elle est aussi devenue trop chaude pour l’espèce humaine (Le Dieu venu du Centaure, Philip K. Dick, 1965), a été engloutie (New York 2140, Kim Stanley Robinson, 2017), ensevelie (La Planète des singes, Franklin Schaffner, 1968) et a sombré dans l’anarchie après un virus mortel (Tom Clancy’s The Division, Ubisoft, 2016) ou une décision politique (New York 1997, John Carpenter, 1981). La ruine totale d’une mégalopole, identifiable au premier coup d’œil, acquiert une dimension emblématique, signifiant par métonymie la ruine du monde. Depuis l’adaptation filmique de La Planète des singes réalisée par Franklin Schaffner et son célèbre twist final, on ne compte plus le nombre de représentations figurant la Statue de la Liberté sous la forme d’un vestige, pour sa capacité à symboliser à elle seule un futur postapocalyptique. Continuer la lecture de Appel à communications : La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires (Saint-Étienne)

Parution : Dumas – Création et Rédemption

Alexandre Dumas, Création et Rédemption, édition de Julie Anselmini, Paris, Gallimard, 2024 [1870].

Présentation

Ultime chef-d’œuvre de Dumas, Création et Rédemption (1869-1870) renferme à la fois une chronique tumultueuse de la Révolution française, une histoire d’amour à rebondissements et un récit merveilleux qui fait la part belle à l’alchimie et au magnétisme. En 1785, dans un petit village du Berry, le docteur Jacques Mérey recueille la jeune Éva. Le tuteur et sa pupille tombent amoureux, mais la révélation de la noble ascendance d’Éva les contraint à se séparer. Élu député de la Convention, Jacques part pour Paris, où il côtoie intimement Danton et assiste au tournant de la Terreur. Derrière la trajectoire romanesque de ces amants maudits, c’est la scission violente entre le peuple et l’aristocratie d’Ancien Régime que Dumas donne à voir.
Magistrale plongée au cœur de la tourmente révolutionnaire, ce grand roman oublié retrouve ici son titre et son architecture d’origine, tels que les a pensés celui qui, selon Michelet, « a plus appris d’histoire au peuple que tous les historiens réunis ».

Parution : La fiction face au viol

Véronique Locher, Zoé Schweitzer et Enrica Zanin (dirs.), La fiction face au viol, Paris, Hermann, 2024.

 

Présentation

Sujet impossible, le viol menace les capacités représentatives de la fiction et interroge ses rapports avec le réel. Il est pourtant omniprésent dans la fiction, depuis les mythes de l’Antiquité jusqu’aux séries télévisées de l’ère #MeToo. Comment interpréter cette confrontation continue ? Comment articuler autonomie esthétique et responsabilité éthique ? Pour comprendre les échanges entre viol et fiction, les trois autrices se tournent vers des œuvres de la première modernité qui parlent des violences sexuelles, à une époque où elles demeurent largement taboues. De Boccace à Richardson, de Shakespeare à Pauline Peyrade, d’Ovide à Sarah Kane, l’ouvrage tisse des liens entre contextes passés et questionnements présents et montre comment la fiction, à travers ses mutations, répond aux nombreux défis lancés par la représentation du viol.

Table des matières et introduction disponibles en ligne

Appel à communications : Urgence climatique : quand les cultures populaires crient au réveil écologique (La Rochelle)

Urgence climatique : quand les cultures populaires crient au réveil écologique (La Rochelle)

La Rochelle Université

Date d’échéance : 19 avril 2024

Texte de l’appel :

C’est principalement le XIXe siècle, et les profonds changements technologiques, sociaux et économiques dus à la seconde révolution industrielle, qui vont poser les bases de ce qui deviendra le mouvement environnementaliste dont différentes branches se développeront à partir des années 1960. Parallèlement, les cultures populaires produisent des œuvres de fiction où les auteurs interrogent la préservation de l’environnement et questionnent les conséquences de nos modes de vie sur la planète. Ainsi sont publiés des récits qui mettent en exergue les conséquences désastreuses que les sociétés humaines peuvent avoir sur les écosystèmes, imaginant aussi des modes de vie alternatifs. Le roman de Frank Herbert, Dune, 1965, est un exemple très connu et représentatif de récit de science-fiction qui traite de l’impact ravageur de l’exploitation des ressources naturelles et prône la préservation des écosystèmes, mais il n’est pas le seul. Continuer la lecture de Appel à communications : Urgence climatique : quand les cultures populaires crient au réveil écologique (La Rochelle)

Appel à contributions : Raconter / Construire des mondes. Productions et réceptions hors de l’Occident (revue Communications)

Raconter / Construire des mondes. Productions et réceptions hors de l’Occident

Revue Communications (2026)

Date d’échéance : 1er juin 2024

Texte de l’appel :

English Version Below

Mots-clés : Industries culturelles, Franchises, Worldbuiling, Fandoms, Asie, Afrique, Amérique latine

Les sciences humaines et sociales ont pris acte de deux phénomènes caractéristiques de l’évolution récente des formes narratives. D’un côté les récits de longue haleine se multiplient dans la plupart des médias ; de l’autre, des encyclopédies (cartographies, généalogies, étymologies, bestiaires, etc.) s’y développent bien au-delà de la narration proprement dite. Ce sont aujourd’hui les mondes, davantage que les récits ou les personnages, qui structurent l’activité des industries de loisirs, dessinent le périmètre de la propriété intellectuelle et créent du lien au sein des communautés de fans.

De Balzac au jeu vidéo, l’idée d’« œuvre-monde » s’est ainsi imposée, au risque de se trivialiser. Pour autant, tout récit long ne donne pas forcément lieu à une diégèse qui « fait monde » ; en retour, le worldbuilding ne produit pas automatiquement de l’intrigue. Le numéro interrogera les articulations qui existent entre narration longue et construction de mondes, au lieu de les traiter comme des phénomènes nécessairement conjoints. Continuer la lecture de Appel à contributions : Raconter / Construire des mondes. Productions et réceptions hors de l’Occident (revue Communications)