Archives par mot-clé : littérature

Parution : Récits de l’apocalypse (Andrevon)

Jean-Pierre Andrevon, Récits de l’apocalypse. Catastrophes, cataclysmes et fins du monde, dans la littérature et au cinéma, Vendémiaire, 2021

Qu’y a-t-il de commun entre Mary Shelley, Edgar Allan Poe, J.G. Ballard et Mikhaïl Boulgakov? Ou entre Georges Méliès, Friedrich Wilhelm Murnau, Stanley Kubrick et Michael Haneke ? Ils ont prévu, représenté, décrit dans ses moindres détails, avec une verve éblouissante, la fin du monde. Jusqu’à en faire un spectacle inoubliable : une œuvre destinée à passer à la postérité, et à façonner nos imaginaires. À l’heure du Covid-19 et d’Ébola, des explosions chimiques, des bouleversements écologiques, du souvenir lancinant de Fukushima et de Tchernobyl, quelle hantise pourrait nous être plus familière ?

Pour la première fois, une encyclopédie répertorie, avec une érudition pointilleuse et une jubilation assumée, toutes les pluies de météorites, les séismes, les éruptions volcaniques, les tsunamis et les pandémies qui ont irrigué le champ du cinéma, comme ceux de la littérature ou de la bande dessinée, depuis le XIXe siècle. De Hector Servadac à Vongozero en passant par Akira ou Le Mur invisible, du Pic de Dante à Mad Max sans oublier La Route ou Le Jour d’après, c’est une farandole vertigineuse qui se déroule devant nous, à la fois horrifique et fascinante.

La fin du monde est bien un genre à part entière, auquel cette somme rend enfin justice.

Appel à contributions : Banlieue-poétique dans le rap et la littérature (Cergy Paris)

Journée d’étude Banlieue-poétique dans le rap et la littérature

18 mars 2022

Université CY Cergy Paris

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

Organisée par Sylvie Brodziak, Marion Coste

L’espace urbain qu’est la banlieue est, au XXIème siècle, un des hauts lieux de la création artistique. Thème récurrent dans le rap et la littérature, il rompt avec la langue, questionne la forme et modifie les représentations. Il s’agira donc dans  cette journée d’étude d’explorer  la poétique que fait naitre la banlieue en littérature et dans le rap , tout en respectant la singularité des modes d’expression artistique.

En effet, la proximité thématique ne doit pas faire oublier que le rap, étant un genre musical, voire musical et visuel si l’on considère que le clip fait partie intégrante du morceau, s’exprime à travers des médias sonores, visuels et textuels, là où le roman ne s’exprime que par le texte, très partiellement par l’image si l’on prend en compte la couverture. Il s’agira dans cette journée d’étude de voir comment cette différence médiatique influe sur l’expression des banlieues. On étudiera aussi, autour de ce thème de la banlieue, les rencontres du livre et du rap, l’un pouvant citer l’autre dans l’optique de s’en démarquer ou au contraire de s’y associer. On pourra aussi interroger la façon dont la littérature et le rap s’approprient certaines caractéristiques de l’oralité des grands ensembles urbains, avec des ambitions variées : donner voix à celles et ceux qu’on n’écoute pas, contredire des discours stéréotypés sur les cités, alerter sur les conditions de vie et les dérives potentielles qui pourraient en découler, choquer son public ou renouveler les formes du roman, et la liste reste ouverte. Enfin, on pourra s’intéresser aux mises en scène de soi, dans le rap ou la littérature, de l’artiste comme banlieusard.

Ces quelques problématiques pourront être étudiées à travers l’analyse de romans accordant une place importante aux banlieues (Rachid Djaïdani, Faïza Guène, Kaoutar Harchi, Léonora Miano, Charles Robinson, Bakary Sakho, Sami Tchak entre autres) et des morceaux de rap –  de IAM à Niska, la liste serait trop longue à établir – appréhendés à la fois comme texte, musique et clip vidéo. Un intérêt tout particulier pourrait être apporté aux romans écrits par des rappeurs, comme René  ou Les Derniers de la rue Ponty de Disiz. Nous privilégierons les approches intermédiales, qui rapprocheront les pratiques musicales et littéraires autour de la description des banlieues, ainsi que les corpus d’étude associant textes littéraires et morceaux de rap.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Banlieue-poétique dans le rap et la littérature (Cergy Paris)

Parution : Trauma & Memory. The Holocaust in Contemporary Culture (dir. Christine Berberich)

Christine Berberich (ed.), Trauma & Memory. The Holocaust in Contemporary CultureRoutledge, 2021. 

Over the past decades, the memory of the Holocaust has not only become a common cultural consciousness but also a cultural property shared by people all over the world. This collection brings together academics, critics and creative practitioners from the fields of Holocaust Studies, Literature, History, Media Studies, Creative Writing and German Studies to discuss contemporary trends in Holocaust commemoration and representation in literature, film, TV, the entertainment industry and social media.

The essays in this trans-disciplinary collection debate how contemporary culture engages with the legacy of the Holocaust now that, 75 years on from the end of the Second World War, the number of actual survivors is dwindling. It engages with ongoing cultural debates in Holocaust Studies that have seen a development from, largely, testimonial presentations of the Holocaust to more fictional narratives both in literature and film. In addition to a number of chapters focusing in particular on literary trends in Holocaust representation, the collection also assesses other forms of cultural production surrounding the Holocaust, ranging from recent official memorialisation in Germany to Holocaust presentation in film, computer games and social media. The collection also highlights the contributions by creative practitioners such as writers and performers who use drama and the traditional art of storytelling in order to keep memories alive and pass them on to new generations.

The chapters in this book were originally published as a special issue of Holocaust Studies: A Journal of Culture and History.

Parution : The Frankenstein Notebooks. Part Two Draft Notebook B and Fair-Copy Notebooks C1 and C2 (éd. Charles E. Robinson)

The Frankenstein Notebooks. Part Two Draft Notebook B and Fair-Copy Notebooks C1 and C2, édité par Charles E. Robinson, Routledge, 2021. 

Mary Shelley’s Frankenstein is arguably the best known work of the English Romantic period. First published in 1996, this edition of The Frankenstein Notebooks contains not only facsimiles and transcriptions of all of surviving manuscripts related to the novel and a corrected, critical text of Frankenstein (or The Modern Prometheus) but also a full range of factual information, drawn from Shelley’s and William Godwin’s letters and journals, from newspaper ads of the day, and from other available scholarship about the conception, gestation, and birth of Mary Shelley’s monster.

This two volume set contains a wealth of information vital to the creation and reception of Frankenstein. It will enable scholars, critics and students to see for themselves the exact extent of P. B. Shelley’s editorial contributions and trace the artistic and ideological development of the novel at various stages in its formation. It will also enable the reader to explore the text itself to test and evaluate their own theses. Part two contains the draft notebook B, which was written between December 1816 and April 1817, and the fair-copy notebooks which were compiled between April and May 1817.

This set will be of keen interest to those studying Frankenstein, the Romantics and 19th century literature.

Table of Contents:

The Frankenstein Notebooks: Photofacsimiles and Transcriptions; Appendix A: Parallel Texts of Draft and Extant Fair Copy; Appexndix B: Parallel Texts of PBS and MWS Fair Copies; Appendix C: Photofacsimiles of the Cyrus Fragment

Parution : Lire en numérique (Biens symboliques n°7)

Biens symboliques – Revue de sciences sociales sur les arts, la culture et les idées, n°7, « Lire en numérique », sous la direction de Cécile Rabot, OpenEdition, 2021. 

Les écrits sur le numérique et ses effets sur la culture sont nombreux, mais insuffisants pour qui veut tenter de comprendre ce que le numérique fait à la lecture littéraire ordinaire. De nombreux discours, optimistes ou inquiets, pointent les possibles ouverts par les nouveaux supports ou les menaces qu’ils font apparaître. Les neurosciences semblent pouvoir conforter les deux positions, selon l’interprétation qu’elles font de leurs données ; elles n’offrent souvent qu’une compréhension limitée en n’intégrant guère les variations sociales des usages et en replaçant peu les usages dans une pratique et dans un contexte. Les sciences de l’information et de la communication se concentrent plus largement sur les dispositifs, les usages et usager·ère·s qu’ils supposent ou favorisent, que sur leurs appropriations réelles. Les statistiques publiques mesurent des usages sans pouvoir en rendre compte.
Ce dossier de Biens symboliques entend réinscrire la lecture dans les perspectives offertes à la fois par l’histoire du livre et par les sciences sociales. Pour sortir de débats largement idéologiques qui opposent les anciens et les modernes, il se propose de réunir des enquêtes empiriques qui à la fois distinguent les supports et sont attentives aux variations sociales entre les usages.
Le dossier s’ouvre par un entretien avec Roger Chartier qui situe la lecture numérique dans le temps long de l’histoire de l’écrit et interroge la rupture que le numérique a opérée dans l’ordre des livres. Trois enquêtes sociologiques sur des pratiques de lecture ordinaire mettent ensuite cette interrogation à l’épreuve du terrain : qu’est-ce qui change dans le passage de l’imprimé aux écrans pour les lecteur·rice·s socialisé·e·s dans l’ordre des livres qui deviennent des adeptes du support numérique, testent un dispositif de prêt de liseuses ou au contraire n’imaginent pas du tout transposés en numérique les profits qu’ils tirent du livre papier ? Le dossier explore enfin quelques usages propres permis par le numérique, de pratiques savantes ordinaires qui passent par l’usage de corpus numérisés à des pratiques de lecture/commentaire d’une production littéraire de bande dessinée nativement numérique. Si « métamorphose du lecteur » il y a, selon l’expression de Pierre Assouline, où se situe-t-elle ? Sans prétendre en préciser toutes les facettes, ce dossier vise à montrer l’intérêt de l’enquête empirique sur une question qui a fait couler beaucoup d’encre mais reste largement ouverte.

Continuer la lecture de Parution : Lire en numérique (Biens symboliques n°7)

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Vendredi 9 avril 2021, 9h30-17h, en visioconférence

Université d’Artois, Centre de recherches Textes et Cultures 

Organisé par les membres du Séminaire littéraire des Armes de la Critique (ENS Ulm) : Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven, FNS), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Voir l’appel à communications

Télécharger le programme

informations et inscriptions : je.cultural.studies@gmail.com

Programme [mis à jour le 25/03/2021]

9h30-10h  Accueil des participant·e·s et introduction

10h-10h45

  • Edward LEE-SIX (ENS Paris) : Le concept de culture dans les écrits de Raymond Williams

Présidence de séance : Thierry Labica (Nanterre Université)  

Continuer la lecture de Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)

Journée d’études : Plateformes d’écriture en ligne (Université Jean Moulin Lyon III, en ligne)

Journée d’études : Plateformes d’écriture en ligne

26 mars 2021

Université Jean Moulin Lyon III, Marge

Les plateformes d’écriture en ligne francophones, apparues avant l’émergence des réseaux sociaux du Web 2.0, continuent aujourd’hui d’abriter des communautés de plusieurs milliers d’écrivain·es. Alors même qu’elles rassemblent, quantitativement, une large part de la production littéraire nativement numérique, les études les concernant sont rares et se penchent peu sur les spécificités littéraires des objets qui y sont produits.

Intégrer ces derniers dans la définition de la littérature numérique fait encore débat : en 2005, dans Un laboratoire de littératures. Littératures numériques et Internet, les productions de la communauté littéraire numérique Ecrits…vains ? sont exclues de cette définition ; plus récemment, dans une conférence donnée à Lille en mars 2019, Servanne Monjour affirme que les romans postés sur Wattpad relèvent de la littérature numérique. Cette tension définitionnelle est le lieu d’un débat fécond, puisqu’il permet d’interroger la poétique d’objets littéraires sous l’angle de leur support sociotechnique d’insertion.

Il s’agira, le temps d’une journée d’étude, d’aborder les spécificités des plateformes d’écriture en matière de création littéraire ; situées au carrefour de la tradition des communautés littéraires – cénacles, avant-gardes ou salons – et de la culture numérique des communs, leur dimension collective et participative informe les pratiques de leurs membres et les singularise face aux autres formes de créativité littéraire numérique. Elles offrent de plus une structuration technique particulière et contraignante avec laquelle les écrivain·es doivent négocier.

Continuer la lecture de Journée d’études : Plateformes d’écriture en ligne (Université Jean Moulin Lyon III, en ligne)

Parution : Intercripol. Revue de critique policière, n° 2

Intercripol. Revue de critique policière, n° 2, 2020. 

Ce numéro comprend notamment un grand dossier collectif sur Georges Perec, centré sur son dernier et mystérieux roman inachevé, « 53 jours ». Il met également la littérature des XIXe et XXe siècles à l’honneur, avec des enquêtes sur les soeurs Brontë, Stendhal, Balzac, Mérimée, Henry James et Giono. À noter également, la réouverture du dossier Baskerville, résolu en 2008 par Pierre Bayard, avec des élèves de lycée, par notre détective médiéviste tout-terrain S. Delale.

Le cinéma n’est pas oublié dans les publications de nos membres, avec une enquête sur Cruising, un ouvrage sur les adaptations de Boris Vian co-dirigé par notre bureau australien, et une enquête de C. Julliot sur les liens cachés entre les personnages des contes de fées de Cocteau et de Demy, paru dans un dossier dirigé par R. Atzenhoffer (U. de Strasbourg) de la revue Cult-express.  Continuer la lecture de Parution : Intercripol. Revue de critique policière, n° 2

Parution : La Commune des écrivains

La Commune des écrivains. Paris, 1871 : vivre et écrire l’insurrection, Gallimard, « Folio Classique » (n° 6920), 2021

Édition de Jordi Brahamcha-Marin et Alice De Charentenay

18 mars-28 mai 1871 : le peuple de Paris prend les armes pour s’opposer à la défaite de la guerre franco-allemande de 1870 et à une Assemblée nationale à majorité monarchiste. Commence alors une expérience d’autogestion, une utopie fraternelle et sociale. Ouvriers, artisans, hommes et femmes : une population jusqu’alors invisible se fait entendre. Malgré sa brièveté, la Commune occupe dans les mémoires la place lumineuse d’un événement fondateur. Comme l’affaire Dreyfus, elle a divisé pour longtemps les Français, entre fédérés et versaillais, insurgés et légitimistes.

Vivre un tel événement pousse à écrire : témoigner, tirer un bilan, donner à entendre le bruit des balles qui claquent depuis les collines de Paris, offrir le goût du temps des cerises. Une littérature s’invente au printemps 1871, qui ne se cantonne ni aux genres canoniques ni aux auteurs consacrés. A côté des romans, poèmes et pièces de théâtre, on trouve des chansons populaires, hymnes politiques, articles de presse, affiches placardées sur les murs, témoignages de combattants. Hugo, Flaubert, Rimbaud, Verlaine, Vallès voisinent avec Malvina Blanchecotte ou Alix Payen. L’extraordinaire foisonnement de textes lus et entendus dans les rues de Paris se retrouve dans les pages de cette anthologie.

Parution : Marâtre Nature. Quand Gaïa contre-attaque

Publication du premier numéro de la revue Pagaille

http://revue-pagaille.fr

Marâtre Nature. Quand Gaïa contre-attaque (1 | 2021)

Par sa puissance heuristique, la comparaison fait naître des chemins de traverse sans nul doute essentiels dans ce moment de crise qu’est l’Anthropocène. Face à des défis qui paraissent insurmontables, les sociétés néolibérales ont plus que jamais besoin d’une pensée mise en regard d’un Autre, construit volontairement comme représentation alternative.

Sommaire

Introduction
Manon Amandio, Julie Brugier, Hélène Dubail, Amandine Lebarbier & Sébastien Wit

Perspectives historiques

Gaï/ia sur la scène. Figurations de la terre chez Eschyle et Bruno Latour
Déborah Bucchi

La Marâtre indifférente et le poète inconsolable (Du Bellay, Ronsard et Leopardi)
Louise Dehondt

« La nature finira par se venger ! » Lectures croisées de Chen Yingsong, Gao Xingjian et Yan Lianke
Virginie Berthebaud

Perspectives écoféministes

La « Marâtre nature » et la femme révoltée : visions subversives chez Marie Darrieussecq, Laura Pugno et Han Kang
Irene Cecchini

Le Mur invisible [Die Wand] de Marlen Haushofer, une robinsonnade moderne au féminin
Annabel Audureau

Fictions de la catastrophe et extinction de l’être humain

De la violence naturelle à la nature des violences contemporaines. Considérations sur les présupposés théoriques des fictions catastrophistes
Miruna Craciunescu

Du figuré au littéral. Apocalypse végétale dans quelques récits de fin du monde
Aude Volpilhac

Billets d’humeur

Pompéi au Grand Palais : la violence de la Nature en 3 dimensions
Amandine Lebarbier

Temporalités de la catastrophe. Marâtre Nature en bande dessinée
Hélène Dubail