Archives par mot-clé : linguistique

Appel à communications : 8ème Rencontre Transfopress, « Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle) »

VIIIe Rencontre du réseau Transfopress : « Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle) »

Date : 9-11 mars 2022

Lieu : Paris (BNF, BULAC)

Organisateur : Réseau Transfopress

Coordinateur (au nom du réseau Transfopress) : Nicolas Pitsos

Institutions co-organisatrices : Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université Paris-Saclay), BNF, CREE (Inalco), ICT (Université de Paris), LARCA UMR 8225 (Université de Paris, CNRS)

Partenaires : BULAC, La contemporaine

Comité d’organisation : Diana Cooper-Richet, Bénédicte Deschamps, Stéphanie Prévost, Isabelle Richet

Paris, comme d’autres mégapoles-métropoles européennes et mondiales, s’est construite au fil du temps par une succession de migrations internes, auxquelles sont venues s’ajouter plusieurs vagues d’immigration. République des arts et des lettres, lieu de refuge, de création et de légitimation, surnommée la « Babel des temps modernes », la Ville-Lumière a été au cours de deux derniers siècles, une destination privilégiée de différents types de mouvement de population. Sous la Monarchie de Juillet, le Second Empire et jusqu’à la Troisième République, des étudiants et des artistes de toutes origines évoluent dans l’espace parisien à côté de réfugiés politiques et d’ouvriers de provenances multiples, mais également de visiteurs et de résidents fortunés. On s’installe à Paris pour fuir la répression ou la persécution politique, pour échapper à des scandales financiers ou sexuels (Oscar Wilde), pour profiter de l’offre culturelle et scientifique de la ville, ou encore en espérant y trouver un moyen de subsistance. Depuis la Deuxième Guerre mondiale, la Guerre Froide, la décolonisation, la multiplication de guerres civiles ou de confrontations régionales à partir des années 1990, des victimes de régimes autoritaires et totalitaires ou de conflits y ont côtoyé des artistes attirés par la créativité culturelle de la capitale française, des dissidents et exilés politiques y ont rejoint des migrants à la recherche d’un meilleur avenir. Des personnes d’horizons géographiques divers et variés, ont constitué la société parisienne et ont contribué à la fabrique d’une métropole cosmopolite et polyphonique.

Continuer la lecture de Appel à communications : 8ème Rencontre Transfopress, « Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle) »

Parution : Des cris et des crêtes. Chanter punk en français (1977-1989)

Olivier Migliore, Des cris et des crêtes. Chanter punk en français (1977-1989), Riveneuve, « En marge ! », 2020. 

Troisième ouvrage de la collection sur le punk « En marge ! » pilotée par des chercheurs reconnus sur le phénomène de la voix dans le punk, entre violence et insolence, à travers les outils de la musicologie, la linguistique et l’analyse du signal acoustique.

Le troisième ouvrage d’une collection « En marge ! » sur le punk et les cultures marginales qui s’impose
Une analyse hors pair sur la voix dans le punk, entre violence et insolence, à travers les outils de la musicologie, la linguistique et l’analyse du signal acoustique.
Un ouvrage très graphique de format élégant, avec un couverture de couleur et des rabats souples.

Publication : Pour une théorie poétique de la narration, S.-Y. Kuroda

Pour une théorie poétique de la narration, S.-Y. Kuroda

Pour une théorie poétique de la narration, essais de S.-Y. Kuroda, traduits de l’anglais par Cassian Braconnier, Tiên Fauconnier et Sylvie Patron, introduction, notes et édition de Sylvie Patron (Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », 2012).

Les six essais qui composent cet ouvrage concernent tous, centralement ou de façon plus marginale, le problème de la narration de fiction, envisagé d’un point de vue linguistique. Ces textes interrogent aussi bien les fondements linguistiques de certaines théories de la narration existantes que la place que pourrait avoir une théorie descriptivement plus adéquate de la narration de fiction dans une théorie générale de l’usage du langage. La plupart des essais ont été écrits et publiés dans la décennie 1970. Ils doivent, bien sûr, être lus et replacés dans leur temps, dans la conjoncture intellectuelle qui leur est propre. On peut néanmoins leur reconnaître une importance fondamentale dans le contexte de la réflexion actuelle.

Ces essais résument et synthétisent la nature et la force de l’œuvre de Kuroda comme une sorte de synecdoque. On y retrouve des idées et des principes que Kuroda partage avec les autres membres de sa communauté de travail et de recherche : l’autonomie et le primat de la syntaxe, le recours aux jugements des locuteurs, l’opposition entre la compétence et la performance linguistiques, le mentalisme ; mais aussi un certain nombre de traits qui contribuent puissamment à son originalité : le primat du japonais, l’intérêt constant pour la sémantique, l’inflexion philosophique de la linguistique, donnée notamment par la philosophie du langage européenne.

S.-Y. Kuroda (1934-2009) a été l’un des plus grands linguistes de sa génération. Il a étudié les mathématiques et la linguistique à l’université de Tokyo (Japon), puis au Massachussetts Institute of Technology (Cambridge, Mass., États-Unis), où il a fait sa thèse sous la direction de Noam Chomsky. Il a été professeur à l’université de Californie à San Diego et a également enseigné en tant que professeur invité à l’université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis dès l’année de sa fondation.

Sylvie Patron est maître de conférences en langue et littérature françaises à l’université Paris Diderot-Paris 7. Elle est membre du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires de l’UFR de lettres, arts, cinéma (CÉRILAC, Université Paris Diderot) et participe au programme HERMÈS, financé par l’Agence nationale pour la recherche (ANR), qui soutiennent l’un et l’autre la publication de cet ouvrage.

CONTENT

Introduction

  • Les arrière-plans intellectuels des essais de Kuroda
  • Son intérêt pour ce domaine (I) : problèmes de syntaxe japonaise
  • Son intérêt pour ce domaine (II) : problèmes généraux
  • Importance des essais de Kuroda dans le contexte de la réflexion actuelle

Origine des essais

1. Où l’épistémologie, la grammaire et le style se rencontrent : examen d’un exemple japonais

  • Appendice

2. Grammaire et récit

3. Réflexions sur les fondements de la théorie de la narration

  • La théorie communicationnelle de la narration
  • Critiques de la théorie communicationnelle de la narration
  • Vers une autre conception de la narration
  • Une théorie poétique de la narration

4. Quelques réflexions sur les fondements de la théorie de l’usage du langage

5. La théorie des actes de discours reformulée. Pour une théorie de l’usage du langage

6. Étude du « marqueur de topique » wa dans des passages de romans de Tolstoï, Lawrence et Faulkner (en traduction japonaise, évidemment)

http://www.armand-colin.com/livre/398847/pour-une-theorie-poetique-de-la-narration.php