Archives par mot-clé : légitimité

Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae n°22)

« Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album »

Strenae, n°22

Date de remise des propositions à strenae@revues.org accompagnées d’une courte biographie et bibliographie. (2000 à 3000 signes espaces et bibliographie comprises) : 17 mars 2022

Date de remise des articles complets (30 000 signes espaces et notes compris : 5 octobre 2022

Date de remise des versions corrigées des textes à la rédaction de Strenæ : 16 décembre 2022

Date de mise en ligne du numéro : 15 février 2023

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution d’un appel à contributions pour le n°22 de notre revue Strenæ. Dirigé par Dominique Perrin (Université Lyon 1/Inspé), avec l’appui d’Hélène Weis, le numéro s’intitulera Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album.

L’album sériel occupe une place centrale dans le champ de la littérature adressée à l’enfance, sous quelque jour qu’on l’appréhende : celui de l’histoire et de l’actualité, du rayonnement culturel et de l’histoire des formes, des luttes d’influence et des controverses éducatives. Il est au cœur des pratiques de lecture propres à l’enfance – des premiers livres partagés à la première autonomie des jeunes lecteurs. Il exemplifie les conditions générales de la création en littérature de jeunesse : discrétion relative et pluralité de la fonction auteur, importance de l’éditeur et des médiations adultes, mais aussi de l’équation des coûts de production et prix d’achat ; il exemplifie aussi les enjeux spécifiques de la tradition – au sens complexe de médiation, transmission et recréation des contenus culturels – aux premiers stades de l’échange littéraire. Aussi divers dans ses réalisations historiques que repérable dans ses grandes caractéristiques éditoriales, il emblématise, à sa manière, les singularités les plus irréductibles de la littérature d’enfance.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae n°22)

Appel à contributions : « Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada » (Voix plurielles)

« Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada »

Voix plurielles

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

 Date prévue de parution : fin 2022

Créer, publier, lire des bandes dessinées ou des comics, cela a longtemps été des activités marginales tant pour la haute culture que la culture industrielle qui a trouvé des canaux plus immédiatement profitables. Il en fut de même au Canada, plus particulièrement anglophone. Cependant, même dans ces marges s’est développé un champ de production dans lequel s’est formé un centre, voire des centres, dans l’économie du champ national. Ainsi, depuis au moins trente ans, Montréal occupe dans le domaine une position centrale tant pour la BD francophone que pour les comics et romans graphiques/« graphic novels » (avec Drawn & Quarterly), et ce tant au Québec que dans le reste du Canada. Toronto, centre dans le domaine de l’édition, l’est moins dans le champ des récits dessinés. Mais si cette ville a pu, par la notoriété de sa presse, agir comme un centre, c’est aussi bien relatif compte tenu du poids culturel de États-Unis dans le champ des comics et dans celui voisin de la production culturelle de l’illustration de presse.

Dans ce numéro de Voix plurielles, nous voulons explorer les mondes de la bande dessinée et des comics en prenant en compte qu’il y a eu évolution parallèle selon les langues et les zones culturelles hors des espaces qui ont occupé ou occupent une position centrale au Canada. Nous invitons particulièrement, mais non exclusivement, des contributions sur les questions suivantes :

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada » (Voix plurielles)

Colloque : Cultures populaires et savantes. Frontières de la légitimité (université d’Artois)

Colloque doctoral international Cultures populaires et cultures savantes : frontières de la légitimité

9-10 septembre 2021

Université d’Artois (Arras), Maison de la Recherche, salle des colloques

Coorganisé par Anne Besson (Université d’Artois), Alain Boillat (UNIL) et Matthieu Letourneux (Université Paris-Nanterre)

Dans le cadre du programme doctoral « Dispositifs de vision : cinéma, photographie et autres médias »

Programme :

Jeudi 9 septembre 2021

Ouverture 9h

Mot d’accueil 9h30

Matinée
Séance 1 « Partages de l’autorité au XXe siècle »
(présidence, Alain Boillat)

9h45-10h30 : Séance ouverte par Alain Boillat, « Étude du cinéromanphoto de l’adaptation par AutantLara du Rouge et le noir de Stendhal (1954) : le rôle de légitimation de la référence au patrimoine littéraire français dans des médias populaires »

Pause

10h45-11h15 Sophie Bros (Nanterre) « Du cinéma à l’écrit : le genre de la novellisation ou la légitimité des pratiques culturelles en question »

11h15-11h45 Victoria Pleuchot (Artois) « La littérature prolétarienne : vers une légitimité de l’expérience ? »

11h45-12h15 : discussion

12h30-14h : déjeuner

Après-midi
Séance 2 « Commerce, culture et contre-culture »
(présidence, Matthieu Letourneux)

14h-14h45 Séance ouverte par Matthieu Letourneux, « Énonciation éditoriale et redéfinition de la valeur : l’exemple de Métal hurlant »

Pause

15h-15h30 Raphaël Oesterlé (UNIL) « Entre commerce et patrimonialisation : la pratique de rééditions des éditions Dupuis »

15h30-16h Camille Huygen (UNIL) « Étude des discours de réception, entre industrie cinématographique et mondes de l’art : le cas Giger »

16h-16h15, discussion

Pause

Séance 3 : « Art contemporain et cultures populaires »

16h30 Isabelle Bonnet (Paris 1 Sorbonne), « La photographie de « scène de crime » : la traduction de ses imaginaires dans le champ artistique »

17h Jade Cervetti (Artois), « Artivisme queer : la légitimation du travestissement performatif en France, transformations intra-communautaires et influence exercée par la culture savante »

17h30-18h : discussion

Vendredi 10 septembre

Matinée 2
Séance 4 « Images et imaginaires des genres littéraires et médiatiques »
(présidence Anne Besson)

9h45-10h30 Séance ouverte par Anne Besson, « La pertinence politique, une stratégie de légitimation à double tranchant pour les genres de l’imaginaire »

Pause

10h45 Aliénor Vauthey (UNIL-Artois), « Au coeur du taillis mercantile : les « beaux arbres » de la fantasy française »

11h15 Theodore Deghan (Nanterre), « Une légitimation impossible ? Ce que révèle la production académique dédiée au yaoi sur son sujet »

11h45 Elsa De Smet (PSL), « Portrait d’un trou noir : entre culture populaire et culture scientifique, une image qui fait événement »

12h15-12h45 : discussion

Journée d’étude : Des expériences au rabais ? Esthétique des arts discrédités (Sorbonne Université, en ligne)

Journée d’étude : Des expériences au rabais ? Esthétique des arts discrédités

3 mai 2021, 9h-17h, en ligne

Organisée par Thomas Mercier-Bellevue et Thomas Morisset

EA 3552 – Métaphysique : histoire, transformations, actualités / Centre-Victor Basch

Journée d’étude en ligne, via Zoom.

ID de réunion : 930 1778 6786

Mot de passe : viT29x

L’esthétique philosophique, telle qu’elle s’est constituée aux XVIIème et XVIIIème siècles, avait pour vocation de parler du sentiment esthétique en général. Mais il n’en reste pas moins qu’elle s’est développée en prenant pour paradigme des arts particuliers : les arts majeurs, savants, légitimes. Nous sommes encore tributaires de ces conceptions classiques qui tendent à identifier certaines pratiques et arts comme impropres à provoquer une expérience proprement esthétique : l’érotisme, le jeu, l’effort physique, la consommation, ou la participation seraient autant de traits réputés pour leur incompatibilité avec une attitude désintéressée que rien ne devrait venir troubler. Or, un tel paradigme minore le fait que l’attitude esthétique est avant tout un mode d’être au monde – attentionnel, émotionnel, cognitif – qui peut advenir dans de multiples contextes que le canon traditionnel des arts ne saurait épuiser.

Continuer la lecture de Journée d’étude : Des expériences au rabais ? Esthétique des arts discrédités (Sorbonne Université, en ligne)

Appel à contributions : Bandes dessinées hors-champs

Bandes dessinées hors-champs / Comics On the Outside

3-4 juin 2021, Université libre de Bruxelles

« Planche de bande dessinée sauvage », exposition « La bande d’Antoine Marchalot dessinée », FIBD Angoulême, 2020, photographies de Margaux Duseigneur

Dans sa thèse de doctorat La Bande dessinée et son double, Jean-Christophe Menu avance l’idée de « corpus hors-champ de la bande dessinée » pour décrire « tout un corpus d’œuvres relevant […] indéniablement de son domaine mais qu’elle [la bande dessinée] n’intègre pas dans son Histoire, et donc qu’elle ne reconnaît pas comme partie intégrante de son champ » (2011, 432). Ce colloque a pour ambition de se saisir de cette notion de « corpus hors-champ ». Celle-ci est apte à catalyser divers intérêts de recherche et à faire émerger de nouveaux objets d’études jusqu’alors tenus en marge des discours sur la bande dessinée.  

Elargir un corpus

Le hors-champ invite ainsi à élargir un corpus à une série d’objets, d’œuvres, de pratiques situées aux limites et aux marges de ce qui est établi comme champ. Les effets de démarcation, de hiérarchisation et de légitimation liés à la « constitution du champ de la bande dessiné » (Boltanski 1975) sont apparus d’avantage en « demi-teinte » (Maigret 1994), autant que l’unité du champ ne fait plus nécessairement valeur commune. Plutôt que de s’essayer à de vaines tentatives de redéfinir le périmètre d’un champ, ce colloque invite à une acception large et fluctuante de celui-ci, défini par effet de contraste : le « hors-champ » est ici envisagé dans une tension dynamique avec le « champ », les deux termes s’impliquant mutuellement. Ces catégories sont en effet mouvantes ; une œuvre, une pratique, un objet pouvant glisser du champ vers le hors-champ et inversement. La focale choisie et la méthode d’approche participent pleinement de la construction de ce « corpus hors-champ ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Bandes dessinées hors-champs

Parution : « Belphégor : Legipop »

https://journals.openedition.org/belphegor/1450

Anne Besson, Anne Isabelle François, Sarah Lécossais, Matthieu Letourneux et Anne-Gaëlle Weber

Dossier « Mutations des légitimités dans les productions culturelles contemporaines »

  • Anne-Gaëlle Weber

Formes de l’érudition littéraire au XIXe siècle

  • Juliette Mascart et Rémy Arcemisbéhère

Le dilettante et l’érudit : du discours académique à la critique romantique du savoir (Stendhal, Nerval)

  • Cédric Hannedouche

De La Gazette des Études Lupiniennes à L’Aiguille Preuve : 50 ans de bulletins d’érudition populaire

  • Simon Bréan et Irène Langlet

Le chercheur face au fandom de SF : retour sur le fil M

Continuer la lecture de Parution : « Belphégor : Legipop »

APPEL : Légitimité et illégitimité de la littérature et du théâtre – Qui a le droit d’écrire quoi ? Qui a le droit de montrer quoi ?

Colloque interuniversitaire jeunes chercheur·se·s
28 et 29 juin 2019
Sorbonne Université / Sorbonne Nouvelle

« [I]l y a des limites que la littérature, même la plus légère, ne doit pas dépasser, et dont Gustave Flaubert et co-inculpés paraissent ne s’être pas suffisamment rendu compte ». Ces mots sont ceux du jugement rendu à l’issue du procès intenté à Gustave Flaubert devant le tribunal correctionnel de la Seine le 8 février 1857[1], tels qu’on les trouve rapportés par la Gazette des tribunaux. Quelques mois plus tard, le 20 août, l’avocat Ernest Pinard, qui occupait déjà la fonction de procureur général lors du procès de Madame Bovary, prononce un réquisitoire à l’encontre du Baudelaire des Fleurs du mal : « De bonne foi, croyez-vous qu’on puisse tout dire, tout peindre, tout mettre à nu […] ?[2] » Pierre Desproges se demandait si l’on pouvait « rire de tout », ce n’était en fait que le déplacement et la limitation au seul domaine de l’humour d’une question plus vaste que l’on pourrait formuler ainsi :  « peut-on écrire de tout ? », ou encore « peut-on tout écrire ? »

Continuer la lecture de APPEL : Légitimité et illégitimité de la littérature et du théâtre – Qui a le droit d’écrire quoi ? Qui a le droit de montrer quoi ?

Colloque « Mauvais genre », Amiens

Colloque interdisciplinaire : « Mauvais genre ».  L’énergie noire du système littéraire

15-17 mars, Logis du Roy, Amiens 

La mauvaise littérature est condamnée à l’oubli. Limitée aux seules œuvres reconnues, notre connaissance de l’espace littéraire est de fait réduite à une part infime de l’ensemble des œuvres. Le « bon goût » opère inlassablement sa sélection parmi elles, malgré sa versatilité à travers l’histoire et en dépit de l’instabilité du canon des grands textes tout comme des institutions chargées de les transmettre. Sont ainsi implacablement rejetés dans l’obscurité des textes de nature diverse : ouvrages ratés, textes mercenaires ou illégitimes, écritures du dimanche, plagiats ou autres impostures, mais aussi ce qui s’est trouvé recueilli sous la notion problématique de paralittérature. Mais le « mauvais », ainsi refoulé par le « bon goût », ne pourrait-il pas être semblable à cette énergie noire, invisible mais fondamentale et prédominante dans l’univers ?

L’espace littéraire fait coexister, à travers des systèmes de relations et d’appréciations qui sont au fondement de ce colloque, la grande littérature, avec son alignement de monuments consacrés, et une masse informe d’œuvres oubliées ou méprisées. Pourtant, la première semble bien avoir besoin de la seconde pour exister, s’en détacher comme sur une espèce de fond hétéroclite et anonyme. Au-delà du rôle de faire-valoir qu’on ne saurait lui dénier, quelles sont les fonctions de cette mauvaise littérature dans l’économie du système littéraire ? Quant à notre jugement, qui se forme largement sur le patrimoine accessible et élaboré avant nous, n’est-t-il pas en grande partie déterminé par le jugement de nos devanciers ?

 

Jeudi 15 mars (Logis du Roy)

9h30 – Accueil des participants. Ouverture du colloque par Anne DUPRAT (Pr, directrice du CERCLL, doyenne de l’UFR de Lettres, UPJV)

10h00 – La valeur du mauvais  (Mod. C. GRALL)

Nathalie HEINICH (Pr, EHESS) La hiérarchie des genres à la lumière de la sociologie des valeurs Continuer la lecture de Colloque « Mauvais genre », Amiens

Journée « (Dé)construire la légitimité »

Journée d’études « (Dé)construire la légitimité »

Vendredi 16 mars 2018, MESHS Lille-Nord de France, Salle  2

 


Projet structurant LégiPop : 
legipop.hypotheses.org

Organisation : Anne Besson, Matthieu Letourneux et Laura Muller-Thoma

***

PROGRAMME

Matin

9h : accueil

9h15 : Introduction de la journée par Matthieu Letourneux

9h30-10h30 : Séance 1, Légitimités en crise

Hervé Glévarec (CNRS/Dauphine) : « Légitimité, reconnaissance et désirabilité des biens artistiques : fondements contemporains des rapports à la culture artistique »

Eric Maigret (Paris III-Sorbonne nouvelle) : « Les enjeux de la postlégitimité culturelle : l’exemple de la culture BD »

11h-12h : Séance 2, Publics et marchés

Diana Holmes (Leeds) : « Une littérature illégitime : le “middlebrow” » Continuer la lecture de Journée « (Dé)construire la légitimité »

Colloque : Erudition des amateurs

Colloque « Des savants amateurs aux fans experts : contours et évolutions de l’érudition, entre populaire et académique »

16 et 17 novembre 2017

Organisé par Anne Besson et Anne-Gaëlle Weber dans le cadre du projet LégiPop

MESHS Lille-Nord de France (2 Rue des Canonniers, 59000 Lille), Salle 2

Voir le texte d’appel.

Programme :

Jeudi 16 novembre Continuer la lecture de Colloque : Erudition des amateurs