Archives par mot-clé : légitimité

APPEL : Légitimité et illégitimité de la littérature et du théâtre – Qui a le droit d’écrire quoi ? Qui a le droit de montrer quoi ?

Colloque interuniversitaire jeunes chercheur·se·s
28 et 29 juin 2019
Sorbonne Université / Sorbonne Nouvelle

« [I]l y a des limites que la littérature, même la plus légère, ne doit pas dépasser, et dont Gustave Flaubert et co-inculpés paraissent ne s’être pas suffisamment rendu compte ». Ces mots sont ceux du jugement rendu à l’issue du procès intenté à Gustave Flaubert devant le tribunal correctionnel de la Seine le 8 février 1857[1], tels qu’on les trouve rapportés par la Gazette des tribunaux. Quelques mois plus tard, le 20 août, l’avocat Ernest Pinard, qui occupait déjà la fonction de procureur général lors du procès de Madame Bovary, prononce un réquisitoire à l’encontre du Baudelaire des Fleurs du mal : « De bonne foi, croyez-vous qu’on puisse tout dire, tout peindre, tout mettre à nu […] ?[2] » Pierre Desproges se demandait si l’on pouvait « rire de tout », ce n’était en fait que le déplacement et la limitation au seul domaine de l’humour d’une question plus vaste que l’on pourrait formuler ainsi :  « peut-on écrire de tout ? », ou encore « peut-on tout écrire ? »

Continuer la lecture de APPEL : Légitimité et illégitimité de la littérature et du théâtre – Qui a le droit d’écrire quoi ? Qui a le droit de montrer quoi ?

Colloque « Mauvais genre », Amiens

Colloque interdisciplinaire : « Mauvais genre ».  L’énergie noire du système littéraire

15-17 mars, Logis du Roy, Amiens 

La mauvaise littérature est condamnée à l’oubli. Limitée aux seules œuvres reconnues, notre connaissance de l’espace littéraire est de fait réduite à une part infime de l’ensemble des œuvres. Le « bon goût » opère inlassablement sa sélection parmi elles, malgré sa versatilité à travers l’histoire et en dépit de l’instabilité du canon des grands textes tout comme des institutions chargées de les transmettre. Sont ainsi implacablement rejetés dans l’obscurité des textes de nature diverse : ouvrages ratés, textes mercenaires ou illégitimes, écritures du dimanche, plagiats ou autres impostures, mais aussi ce qui s’est trouvé recueilli sous la notion problématique de paralittérature. Mais le « mauvais », ainsi refoulé par le « bon goût », ne pourrait-il pas être semblable à cette énergie noire, invisible mais fondamentale et prédominante dans l’univers ?

L’espace littéraire fait coexister, à travers des systèmes de relations et d’appréciations qui sont au fondement de ce colloque, la grande littérature, avec son alignement de monuments consacrés, et une masse informe d’œuvres oubliées ou méprisées. Pourtant, la première semble bien avoir besoin de la seconde pour exister, s’en détacher comme sur une espèce de fond hétéroclite et anonyme. Au-delà du rôle de faire-valoir qu’on ne saurait lui dénier, quelles sont les fonctions de cette mauvaise littérature dans l’économie du système littéraire ? Quant à notre jugement, qui se forme largement sur le patrimoine accessible et élaboré avant nous, n’est-t-il pas en grande partie déterminé par le jugement de nos devanciers ?

 

Jeudi 15 mars (Logis du Roy)

9h30 – Accueil des participants. Ouverture du colloque par Anne DUPRAT (Pr, directrice du CERCLL, doyenne de l’UFR de Lettres, UPJV)

10h00 – La valeur du mauvais  (Mod. C. GRALL)

Nathalie HEINICH (Pr, EHESS) La hiérarchie des genres à la lumière de la sociologie des valeurs Continuer la lecture de Colloque « Mauvais genre », Amiens

Journée « (Dé)construire la légitimité »

Journée d’études « (Dé)construire la légitimité »

Vendredi 16 mars 2018, MESHS Lille-Nord de France, Salle  2

 


Projet structurant LégiPop : 
legipop.hypotheses.org

Organisation : Anne Besson, Matthieu Letourneux et Laura Muller-Thoma

***

PROGRAMME

Matin

9h : accueil

9h15 : Introduction de la journée par Matthieu Letourneux

9h30-10h30 : Séance 1, Légitimités en crise

Hervé Glévarec (CNRS/Dauphine) : « Légitimité, reconnaissance et désirabilité des biens artistiques : fondements contemporains des rapports à la culture artistique »

Eric Maigret (Paris III-Sorbonne nouvelle) : « Les enjeux de la postlégitimité culturelle : l’exemple de la culture BD »

11h-12h : Séance 2, Publics et marchés

Diana Holmes (Leeds) : « Une littérature illégitime : le “middlebrow” » Continuer la lecture de Journée « (Dé)construire la légitimité »

Colloque : Erudition des amateurs

Colloque « Des savants amateurs aux fans experts : contours et évolutions de l’érudition, entre populaire et académique »

16 et 17 novembre 2017

Organisé par Anne Besson et Anne-Gaëlle Weber dans le cadre du projet LégiPop

MESHS Lille-Nord de France (2 Rue des Canonniers, 59000 Lille), Salle 2

Voir le texte d’appel.

Programme :

Jeudi 16 novembre Continuer la lecture de Colloque : Erudition des amateurs

Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Journée « Cultures savantes, cultures populaires : Trajectoires de légitimation »

séminaire doctoral « TransLittéraires », E.A.  Textes et Cultures, projet LégiPop de la MESHS Nord

vendredi 5 mai, Université d’Artois (Arras) en Salle des colloques de  la maison de la recherche

 

Programme

9h : accueil et mot d’introduction

9h15 Francis Marcoin (U. Artois)  « Le cas littéraire de M. Hector Malot »

10h Marianne Closson (U. Artois)  « Le roman-feuilleton de la démonologie : Le Diable au XIXe siècle de Léo Taxil »

10h45 : pause

11h Anne-Isabelle François (Paris 3-Sorbonne nouvelle), « Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques »

11h45 Sarah Lécossais (Paris 13, LabSic), « Les séries télévisées : “légitimité” d’un objet de recherche » Continuer la lecture de Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Appel : « Genres et enjeux de légitimation »

Appel à contributions

Troisième numéro de la revue en ligne À l’épreuve : «  Genres et enjeux de légitimation »

Image : dessin de Benjamin Roubaud, 1842. « La Grande Chevauchée de la Postérité »

Reposant sur l’établissement de contrastes qui permettent de dégager des traits distinctifs pertinents, l’activité classificatoire se trouve au cœur des processus d’élaboration des savoirs. En littérature et plus généralement dans les arts, c’est la notion de « genre » qui sert à opérer un ensemble de discriminations indispensables au travail de conceptualisation de divers pans de la production culturelle.

Bien que génératrice de nombreuses taxinomies dont on peut facilement mesurer l’efficacité pratique dans notre vie quotidienne – des étiquettes comme « polar » ou « rap » aident non seulement la pensée à reconnaître immédiatement une forme particulière mais également le potentiel acheteur à s’orienter vers ou tel ou tel rayonnage en fonction de ses goûts –, il s’agit de l’une des notions théoriques les plus nébuleuses et par là-même des plus polémiques.

Et cela parce qu’elle fait, selon les cas, entrer en jeu des critères taxinomiques très divers. Tentant d’en résumer la totalité dans le domaine littéraire, Daniel Couégnas énumère : Continuer la lecture de Appel : « Genres et enjeux de légitimation »

Appel: Le Thriller métaphysique

Le Thriller métaphysique

Colloque bilingue (anglais/français)

Université de Liège, CIPA, Belspo

Liège, Belgique – 26-27 septembre 2013

Fin de l’appel à candidatures le 16 Juin 2013

Le thriller métaphysique est souvent considéré comme un phénomène typiquement contemporain dont l’apogée coïncide avec le dernier quart de siècle. Il est aussi généralement associé au développement de la fiction postmoderne expérimentale. Mais, au final, qu’est-ce que le thriller métaphysique ?

Le colloque s’intéressera au « thriller » et au « métaphysique » selon une approche diachronique et/ou synchronique. Il s’agira de décrire les différents avatars de la littérature policière de Poe à nos jours, ainsi que la capacité de ce genre à intégrer certaines considérations qui dépassent les enjeux traditionnels de la littérature policière et de ses nombreuses manifestations sous-génériques.

Le plus souvent, les écrits policiers métaphysiques récents mettent en exergue métafiction et autoréflexivité. Ces aspects seront comparés aux structures plus habituelles de la littérature policière « traditionnelle ». Une telle approche nous amènera à reconsidérer le contrat de lecture des œuvres envisagées tout en interrogeant la nature même du « fictionnel » ainsi que la question fondamentale des « limites de la connaissance ». A la lumière de telles stratégies anti-narratives, le terme « métaphysique » sera aussi remis en question et confronté à d’autres terminologies.

On peut regretter le peu de sources secondaires concernant le thriller métaphysique. Toutefois, l’ouvrage dirigé par Patricia Merivale et Susan Elizabeth Sweeney, intitulé Detecting Texts: The Metaphysical Detective Story from Poe to Postmodernism (1999), établit les bases fondamentales d’une recherche approfondie dans le domaine, ébauchant une définition du genre tout en soulignant les éléments de parodie et/ou de subversion des conventions de base de la littérature policière dite traditionnelle. Il est à noter que cette notion apparait comme étant de plus en plus problématique au regard de la richesse et de la variété de ce genre depuis son apparition, durant la seconde moitié du 19e siècle.

Les articles sur des sujets incluant les thèmes suivants, sans toutefois s’y limiter, sont les bienvenus :

  • la « métaphysique fictionnelle » et la « fiction métaphysique »
  • les lectures rapprochées d’écrivains tels que E.A. Poe, Franz Fafka, J.L. Borges, Vladimir Nabokov, Umberto Eco, Alain Robbe-Grillet, Georges Perec, William Faulkner, Paul Auster, …
  • les structures et thèmes récurrents (e.g., le double, la pièce fermée, le labyrinthe, …)
  • l’héritage de Poe (e.g., les paradigmes de la lettre volée et de « l’homme des foules »)
  • l’ambiguïté ou l’absence de signification des indices matériels, des preuves et des témoignages
  • les éléments de métafiction et/ou d’intertextualité
  • le détective vaincu
  • le thriller métaphysique en tant que phénomène postmoderne
  • les stratégies ontologiques et épistémologiques dans la littérature policière
  • les identités perdues, transformées ou échangées
  • l’absence de fin, la circularité narrative et l’effet de boucle

Veuillez envoyer vos propositions (300 mots maximum) pour des interventions de 20 minutes à adechene@ulg.ac.be et mdelville@ulg.ac.be avant le 16 juin 2013.

Pour plus d’informations veuillez contacter :

Antoine Dechêne, Université de Liège adechene@ulg.ac.be

Michel Delville, Université de Liège mdelville@ulg.ac.be

CIPA website: www.cipa.ulg.ac.be

Appel à contributions: Max Jacob et la “culture populaire” (date limite 1e octobre 2013)

Appel à contributions: Max Jacob et la “culture populaire”

Les Cahiers Max Jacob souhaitent constituer un dossier consacré à Max Jacob et la « culture populaire ». Dès ses débuts d’écrivain, avec la publication du conte pour enfants « Histoire du roi Kaboul Ier et du marmiton Gauwain », Max Jacob (1876-1944) interroge la culture de masse et les formes dites “populaires”. Avant que dada et le surréalisme n’aient définitivement établi la légitimité d’une telle démarche, Jacob puise dans des sources aussi diverses que le cinéma, le folklore, la romance, le roman feuilleton, l’opérette et le théâtre du boulevard, pour n’en nommer que quelques-unes. Le conte en tout genre – conte folklorique, conte pour enfants, conte merveilleux ou conte de fées – occupe parmi ces genres  populaires une place de choix chez Jacob. Que ce soit sur le mode de l’emprunt ou de la parodie, de l’allusion isolée ou de l’usage global d’une forme, Jacob n’hésite pas à mélanger librement le “savant” et le populaire, et à faire voir leur potentiel de renversement ou de réversibilité : car le populaire d’une époque peut bientôt devenir matière à gloses érudites, tandis que quelque production académique est susceptible de s’infiltrer dans les productions populaires. Cette propension à faire sien tout discours hétéronome fait de l’œuvre de Max Jacob un bouillon de culture unique en son genre, un kaléidoscope de discours hétérogènes où prime toujours le merveilleux et l’envol de l’imagination. Mais quels sont les enjeux de cette démarche chez Max Jacob? Comment diffère-t-elle des récupérations surréalistes qui peuvent paraître analogues au premier abord? Comment le populaire s’articule-t-il au religieux chez l’écrivain catholique que fut Max Jacob? Comment ce recours à des sources oubliées ou minorées influe-t-elle sur la réception de l’œuvre jusqu’à aujourd’hui? Autant de questions que ce numéro des Cahiers Max Jacob cherchera à approfondir et à éclaircir.

L’axe d’étude que nous proposons de mettre en œuvre a été jusque-là peu balisé par les études critiques consacrées à Max Jacob. Il semble nécessaire aujourd’hui d’aller vers une exploration en conjuguant les méthodes et les questionnements. Ce numéro propose une exploration selon trois axes principaux :

Les formes et les sources : Les formes sous lesquelles le « populaire » est susceptible d’apparaître dans les textes de Jacob, l’usage que Jacob en fait et les transformations qu’il fait subir à la matière « populaire ».

L’hybridité, le mélange, la mosaïque/la marqueterie, la ménippée

L’intertextualité, la parodie, le pastiche et le collage, usage des faits divers (recyclage)

Le conte, le merveilleux : L’influence formelle ou thématique du récit populaire sous toutes ses formes.

La place et les formes du récit dans la poésie de Jacob (historiettes et anecdotes en vers, e.g.)

Folklore breton (ou français) – contes et chansons

L’oralité et les traditions orales

Contes pour enfants

Mythologie

Miracles et visions

(Ir)réalisme et fantastique dans les récits de Jacob

Le voyage et le dépaysement

Questions de réception : Destins et destinations de l’œuvre littéraire, tel que la matière populaire influe sur ceux-ci.

Canonicité, (il)légitimité et réception(s) de l’œuvre d’art

L’art et l’érudition, l’art et le (non-)savoir

Destinations de l’œuvre de Max Jacob : quel(s) public(s) ?

PROPOSITION DE CONTRIBUTION : en langue française, 1 500 signes, accompagnée d’une notice bio-bibliographique, à envoyer avant le 1er octobre 2013 à Alexander Dickow, Assistant Professor of French at Virginia Tech, responsable du dossier thématique : ard@vt.edu.

ARTICLE FINAL : 30 000 signes

Publication : LES CAHIERS MAX JACOB, publication bisannuelle des Amis de Max Jacob, revue à comité scientifique (www : // cahiersmaxjacob.org).

DATE DE PARUTION :  1er octobre 2015

Direction scientifique DES CAHIERS MAX JACOB : Antonio Rodriguez, Professeur de littérature française à l’Université de Lausanne

Appel: James Graham Ballard (1930-2009), regards critiques (15 décembre 2012)

JAMES GRAHAM BALLARD (1930-2009) REGARDS CRITIQUES

APPEL À CONTRIBUTION

Date limite : 15 décembre 2012

Fer de lance de la New Wave de science-fiction britannique, expérimentateur surréaliste, auteur d’autofictions et de récits apocalyptiques, écrivain de polars postmodernes, romancier, nouvelliste, essayiste, l’oeuvre de James Graham Ballard a suscité de nombreuses études critiques. En réunissant les chercheurs actifs en France ayant travaillé sur l’oeuvre de cet auteur britannique contemporain (1930-2009), la journée d’études anglophone organisée à Amiens le 15 mars 2013 proposera des points de vue parfois différents sur une oeuvre fondamentalement éclectique. Il s’agira moins de construire des oppositions entre ces diverses lectures critiques que de cerner collectivement la spécificité du texte « ballardien ». Dans cette perspective, cette journée souhaite rendre compte de la richesse et de la diversité de l’oeuvre de Ballard, en abordant notamment les axes suivants :

– Ballard et la science-fiction

– Ballard le surréaliste

– Ballard l’autobiographe

– Ballard et le récit d’investigation

– Ballard et le postmodernisme

– Mythopoïétique ballardienne

– Ballard et la fin du monde

Les propositions de communications, en anglais, de 400 mots environ, accompagnées d’un titre et d’une présentation bio-bibliographique, devront être envoyées par courrier électronique au responsable de cette journée d’études le 15 décembre au plus tard :

Stephan KRAITSOWITS, Université du Picardie-Jules Verne :

stephan.kraitsowits@u-picardie.fr

La journée d’étude aura lieu de 10h à 17h dans les locaux de l’Université de Picardie-Jules Verne, au logis du Roi, Maison du Sagittaire, à deux pas de la gare d’Amiens.

Les communications ne devront pas durer plus de 25 minutes.

Les frais de transport seront à la charge des intervenants.

La publication en anglais des communications est envisagée.

Colloque international: L'œuvre romanesque Pierre Benoit (3 et 14 décembre 2012)

L’œuvre romanesque Pierre Benoit

Colloque international >> 13 et 14 décembre 2012

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Colloque organisé par Anne Struve-Debeaux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CSLF, EA 1586) et l’équipe REAGIR (Recherches sur les Avant-Gardes, leurs Interférences et le Roman au XXème siècle) dirigée par Myriam Boucharenc.

Avec le soutien du CSLF (Centre des sciences de la littérature française, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), du centre HAR (Histoire des Arts et Représentations, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), et des éditions Albin Michel.

En collaboration avec l’Association des Amis de Pierre Benoit et le CRAM (Centre de Réflexion sur les auteurs méconnus)

Argumentaire

Romancier prolifique et grand voyageur, Pierre Benoit a publié une quarantaine de romans. Parmi les plus connus : Koenigsmark (1918), L’Atlandide (1919), Mademoiselle de La Ferté (1923), La Châtelaine du Liban (1924), Axelle (1928)… A l’occasion du cinquantenaire de la mort de l’écrivain, alors que les éditions Albin Michel s’apprêtent à rééditer un certain nombre de titres, il paraît intéressant de revenir à cette œuvre qui, incontestablement, a marqué la production romanesque de l’entre-deux-guerres, mais aussi les débuts du cinéma, avec plusieurs adaptations, dont celle de L’Atlandide par Jacques Feyder en 1921. Teintée d’un certain érotisme, et mêlant le plus souvent l’aventure, le fantastique et l’exotisme, elle n’est pas étrangère, non plus, au domaine du roman de caractère, par son exploration du cœur de l’homme et de ses passions.

Jeudi 13 décembre 2012

9h30-10h — Accueil des participants.

10h- 10h15 — Allocution d’ouverture par Myriam BOUCHARENC, Professeur de littérature française, responsable de l’équipe REAGIR (Recherches sur les Avant-Gardes, leurs Interférences et le Roman au XXème siècle) du CSLF.

Séance présidée par Yves Baudelle

10h15 — Daniel ARANJO (Univ. du Sud Toulon-Var) : « Pierre Benoit sans œillères, universitaires ou autres »

10h35 — Jean-François CROZ (CPGE) – « Pierre Benoit et le monde savant : entre séduction et dérision. »

10h55– Catherine HELBERT (Univ. Paris IV-Sorbonne) — « La réception critique de Pierre Benoit par Benjamin Crémieux et la NRF »

11h15– Luc RASSON (Univ. d’Anvers) – « Modernité de Pierre Benoit ? »

11h35-12h — Discussion

12h-14 h — Déjeuner

Séance présidée par Gérard de Cortanze

14h — Hossein TENGOUR (Univ. Paris VII): « La prose de Pierre Benoit, entre roman d’aventures et récit poétique ».

14h20 — Yves BAUDELLE  (Univ. Lille III-Charles de Gaulle) : « Romanesque et parodie : L’Atlantide »».

14h40 — Chantal FOUCRIER ( Univ. de Rouen) : « L’Atlantide de Pierre Benoit, ou : l’art d’accommoder les restes »

15h — Thierry OZWALD (Univ. de Limoges) : « Pierre Benoit et Prosper Mérimée »

15h20-15h-45 : Discussion

15h45-16h : Pause

16h — Henri LHERITIER (écrivain) : « Une verticale de Pierre Benoit »

16h20-17 h — Table ronde

Gérard de CORTANZE et Stéphane HÉAUME (écrivains)

Dégustation et dédicaces.

Vendredi 14 décembre 2012

Séance présidée par Chantal Foucrier

10h15 — Maurice THUILIERE (écrivain) : « Du voyage au reportage, puis au roman : l’exemple du Soleil de Minuit »

10h35 — Anne STRUVE-DEBEAUX (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Réalité et création littéraire dans Notre-Dame de Tortose ».

10h55 — Eleni TATSOPOULOU (Univ. d’Athènes) : «Saint-Jean d’Acre de Pierre Benoit, à la croisée des cultures et des passions »

11h15 — Jean ARROUYE (Aix-Marseille Université) : « Erromango, bilan négatif de la colonisation »

11h35-12h : Discussion

12h-14 h : Déjeuner

Séance présidée par Daniel Aranjo

14h00– Edith PERRY (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Mademoiselle de la Ferté, une poétique de l’ambiguïté »

14h20– Paul KAWCZAK (Univ. de Franche-Comté ) : «La mort de l’aventurier dans Koenigsmark et L’Atlantide de Pierre Benoit : une mort idéale ?

14h40-15h — Discussion

15h-15h15 : Pause

Séance présidée par Jean Arrouye

15h15– Erik PESENTI-ROSSI (Univ. de Mulhouse) : « Les adaptations cinématographiques de L’Atlantide ».

15h35–Laurence SCHIFANO (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le mythique, un enjeu d’adaptation dans L’Atlantide (Die Herrin von Atlantis) de G.W. Pabst, 1932 ».

16h55– Prosper HILLAIRET (Univ. Paris VIII – Vincennes- Saint Denis) : les adaptations cinématographiques de La Châtelaine du Liban (Gastyne (1926), Epstein (1934), Pottier (1956))

16h15 — Laurent VERAY (Univ. Paris III-Sorbonne Nouvelle) : Kœnigsmark de Léonce Perret  (1923)

16h35-17h : Discussion et conclusion.