Archives par mot-clé : lecture

Appel à contributions : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) (Université ClerMont Auvergne)

Colloque international : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) 

8 et 9 décembre 2022Université Clermont AuvergneCELIS (UPR 4280)

Échéance des propositions : 31 août 2022

La révolution numérique que nous vivons a modifié en profondeur le neuvième art tant en Europe qu’en Amérique Latine. L’invention d’un nouveau système technologique a alimenté la création numérique en bande dessinée (logiciels graphiques, tablettes, technologies web, etc.) et les auteurs, les éditeurs, s’appropriant ces nouvelles technologies, font preuve d’innovation (BAUDRY, 2018) dans deux directions qui peuvent paraître contradictoires : la standardisation et l’expérimentation.

Cet élargissement du champ de la bande dessinée, qui « recouvre des réalités croisées et protéiformes » (ESCANDE-GAUQUIE & SOUCHIER, 2011), pose la question des dépassements supposés de frontières, si l’on veut bien considérer la bande dessinée numérique du point de vue de son appropriation et de sa réception. Dépassement des frontières génériques, d’une part, dans la mesure où le numérique favorise la multimodalité – un des champs les plus dynamiques de la narratologie (RYAN, 2014) –, et ouvre sur de multiples possibilités inter et transmédiatiques ; dépassement des frontières d’audience, d’autre part, puisqu’elle offre la possibilité d’une expression et d’une communication « déterritorialisées », tout en étant propice à la création de petits espaces d’expression localisés, regroupant une communauté autour d’un intérêt commun.

Dans le prolongement du colloque de la Ghent University (« Comics strike back : Digital Comics, Digital Audiences, Digital Practices ») qui invite à « recadrer la bande dessinée numérique dans une perspective holistique qui rende compte des particularités du médium tout en parvenant à les placer dans un contexte plus large envisagé dans une perspective multidisciplinaire1 », le colloque international organisé à l’Université Clermont Auvergne (Clermont-Ferrand) mettra au centre de ses interrogations la création, les pratiques et les usages de la bande dessinée numérique de l’espace culturel ibérique et d’Amérique Latine, sans exclure toutefois d’autres productions dans une optique comparatiste.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) (Université ClerMont Auvergne)

  1. « Comics strike back : Digital Comics, Digital Audiences, Digital Practices » : https://www.digitalcomics.ugent.be/call-for-paper/ []

Parution : Cahiers Robinson n° 51, “Ces petites filles qui lisent”

Cahiers Robinson, n° 51, “Ces petites filles qui lisent”, Artois Presses Université, 2022. 

Les récits, littéraires comme audiovisuels, multiplient les personnages de jeunes lectrices, dont l’identité se définit, ou même se résume à ce rapport privilégié aux livres et au savoir. Certaines sont passées à la postérité, comme Jo March, Hermione ou Matilda, et incarnent à elles seules ce motif littéraire de « la fille qui lit ».

Le fait qu’un personnage féminin lise, – souvent avec plaisir et régularité -, joue un rôle narratif essentiel dans ces œuvres où les héroïnes utilisent leurs lectures pour dynamiser le récit et venir à bout de périls variés, selon l’idée « scientia potentia est ». Car les filles lisent aussi autre chose que des romans et des contes, et emploient ce goût éclectique pour s’émanciper, aider leurs amis ou même sauver le monde.

Sommaire « Ces petites filles qui lisent »

Introduction – Justine Breton 

Enjeux intertextuels et métatextuels dans Matilda de Roald Dahl : portrait d’une lectrice idéale – Florence Casulli 

Hermione Granger ou les multiples facettes de l’héroïne lectrice du monde de Harry Potter – Marie-France Burgain

Jo March, héroïne littéraire et modèle d’identification – Priscille Croce

Aléthiomètre et mains d’animiste : lectrices atypiques dans À la croisée des mondes et La Passe-miroir – Amelha Timoner

Les paradoxes de la jeune lectrice dans la littérature de jeunesse : entre marginalisation et héroïsation de la lectrice – Nadège Langbour

Images de fillettes lectrices dans l’album pour la jeunesse : du stéréotype au motif littéraire – Christiane Connan-Pintado

Lire pour se réinventer : ce que re-content les réécritures du Petit Chaperon rouge – Pascale Hellégouarc’h

Formes et uniformes de la lectrice à l’écran : représentation, monstration et identification – Vincent Baudart

Les filles veulent tout simplement lire des bandes dessinées : la déconstruction des stéréotypes et des formats dans Flora & Ulysse – Eva Van de Wiele

À l’école de la joie. Une étude de Rebecca of Sunnybrook Farm, A Little Princess et Anne of Green Gables – Marguerite Mouton

L’amour des livres et l’éthique de la reconnaissance dans A Little Princess de Frances Hodgson Burnett – Tessa Ashlin Nunn

La vulgarisation des sciences à destination des fillettes au XIXe siècle : une fiction spécifique – Catherine Borot Alcantara

Ces petites filles qui ne lisent pas : les jeunes lectrices contrariées des classes populaires – Victoria Pleuchot

Couverture (PDF)

Parution : “Agir en politique ?” (Lecture jeune n°181)

Lecture jeune, n°181, “Agir en politique ?“, mars 2022. 

Indifférents ou très investis, apathiques ou dangereux, peu intéressés à la politique ou hyperpolitisés… on entend tout et son contraire quand il s’agit de désigner le rapport des jeunes à la politique ! Loin de ces représentations fantasmant une jeunesse dans laquelle les adultes placent leurs peurs ou leurs espoirs, la réalité montre plutôt une appropriation plurielle de la politique.

Trop jeunes pour aller voter, certains adolescents s’impliquent ainsi dans des organisations politiques, participent aux débats sur les réseaux sociaux ou manifestent pour leurs droits. Si la majorité des 12-18 ans n’agit pas forcément politiquement, les médiateurs observent chez ces derniers un réel intérêt pour les sujets politiques, que ce soit dans le cadre de projets menés en classe, des cours d’éducation civique, ou même dans leurs lectures et leurs passages en librairie.

Alors que les élections présidentielles vont occuper les débats, comment les enseignants, les bibliothécaires, les animateurs peuvent-ils contribuer à développer l’esprit critique des jeunes à travers la lecture ? Comment les textes destinés à la jeunesse s’emparent-ils – ou pas – des questions politiques ? Quelle place la lecture et l’écriture sous toutes leurs formes (textes, réseaux sociaux…) peuvent-elles occuper dans l’information, la prise de conscience, et l’engagement politique des adolescents ?

Continuer la lecture de Parution : “Agir en politique ?” (Lecture jeune n°181)

Lecture jeune, n°181, “Agir en politique ?“, mars 2022. 

Indifférents ou très investis, apathiques ou dangereux, peu intéressés à la politique ou hyperpolitisés… on entend tout et son contraire quand il s’agit de désigner le rapport des jeunes à la politique ! Loin de ces représentations fantasmant une jeunesse dans laquelle les adultes placent leurs peurs ou leurs espoirs, la réalité montre plutôt une appropriation plurielle de la politique.

Trop jeunes pour aller voter, certains adolescents s’impliquent ainsi dans des organisations politiques, participent aux débats sur les réseaux sociaux ou manifestent pour leurs droits. Si la majorité des 12-18 ans n’agit pas forcément politiquement, les médiateurs observent chez ces derniers un réel intérêt pour les sujets politiques, que ce soit dans le cadre de projets menés en classe, des cours d’éducation civique, ou même dans leurs lectures et leurs passages en librairie.

Alors que les élections présidentielles vont occuper les débats, comment les enseignants, les bibliothécaires, les animateurs peuvent-ils contribuer à développer l’esprit critique des jeunes à travers la lecture ? Comment les textes destinés à la jeunesse s’emparent-ils – ou pas – des questions politiques ? Quelle place la lecture et l’écriture sous toutes leurs formes (textes, réseaux sociaux…) peuvent-elles occuper dans l’information, la prise de conscience, et l’engagement politique des adolescents ?

Continuer la lecture de Parution : “Agir en politique ?” (Lecture jeune n°181)

Parution : Lectures et écritures numériques. Nouvelles formes, nouvelles pratiques ? (dir. M. Dendani, F. Soldini)

Mohamed Dendani et Fabienne Soldini (dir.), Lectures et écritures numériques. Nouvelles formes, nouvelles pratiques ?, Rennes, PUR, 2022.

Malgré sa massification dans la plupart des domaines d’activité, le numérique questionne toujours spécialistes et chercheurs. Ainsi, alors que les pratiques numériques sont supposées être démocratisées, pourquoi l’aisance dans la lecture et dans l’écriture numériques demeure bien souvent l’apanage des classes aisées et cultivées ainsi que des jeunes, dont les compétences en littératie varient sensiblement selon leur origine sociale ? De même, comment se hiérarchisent les usages différenciés du numérique ? Voici des questions auxquelles cet ouvrage répond en présentant les travaux de sociologues de l’éducation, de la lecture et de la culture, qui analysent différentes formes de littératie numérique.

Ils montrent que l’origine sociale demeure la variable fondamentale pour la maîtrise du numérique en général et des compétences en littératie en particulier, reproduisant dans le domaine du numérique les inégalités sociales, éducatives et culturelles, voire les amplifiant. Mais d’autres variables apparaissent déterminantes pour une réelle démocratisation du numérique : l’influence de la sociabilité comme formation informelle ou l’assiduité de la pratique.

avec le soutien du LAMES-UMR 7305-CNRS et de la fondation A*MIDEX d’Aix-Marseille Université 

Continuer la lecture de Parution : Lectures et écritures numériques. Nouvelles formes, nouvelles pratiques ? (dir. M. Dendani, F. Soldini)

Parution : Hervé Glevarec, L’expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles

Hervé Glevarec, L’expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles, Le Bord de l’eau,  2021. 

« J’ai tout appris par la littérature. » Voilà bien une affirmation qui suppose de considérer les usages de la culture sur les plans de son expérience et de ses effets mais qui mérite aussi d’être évaluée quant à la question du savoir.

Conséquence de la diffusion et de la densité de l’offre culturelle qui caractérisent les sociétés contemporaines, le rapport aux œuvres culturelles s’est progressivement transformé en un rapport expérientiel. L’expérience culturelle est à la fois sous-étudiée, éclipsée par la critique des fonctions sociales de la culture, et sous-évaluée comme paradigme du rapport contemporain à la culture, rapport moins déférent, moins distancié et moins institutionnel. Écoute quotidienne de la musique, visionnage vespéral des séries, lecture immersive, évasive ou édifiante, sociabilité amicale de la sortie au cinéma, pratique familiale de la visite muséale, visites patrimoniales en vacances, moments festivaliers, etc. sont autant d’expériences culturelles retirées de la fréquentation des œuvres culturelles par les individus. Au point de donner lieu à ce qu’on peut appeler un « paradigme de l’expérience » dans la culture.

Adossé à une enquête de terrain auprès de Français, l’ouvrage examine les dimensions de cette expérience en termes d’attachement, d’intérêt et de savoir. Il traite des conditions et de la différenciation sociale des expériences culturelles, mais aussi de leurs effets sur la connaissance et la transformation de soi et du rapport au monde. Que ce soit en mode mineur de la pratique quotidienne ou en mode majeur de la pratique rare et intense, l’expérience permise par la multiplication de l’offre culturelle et des dispositifs qui n’ont plus le Lieu culturel (avec une majuscule) comme leur lieu de réalisation privilégié (espace dédié, rendez-vous fixe, présence d’autrui, format prédéfini), est l’objet de cet ouvrage.

Hervé Glevarec est directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique au laboratoire IRISSO, Université Paris Dauphine, PSL Research University. Il a mené des enquêtes qualitative et quantitative sur les loisirs culturels et médiatiques (La différenciation culturelle; Ma radio ; La culture à l’ère de la diversité ; La culture de la chambre), sur la consommation des séries télévisées américaines (Séries — avec Clément Combes –, La sériephilie), ainsi que sur le patrimoine (Le Patrimoine saisi par les associations — avec Guy Saez).

Appel à contributions : Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse (Revue ILCEA)

 “Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse”

ILCEA n° 49

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Très présent en tant que thématique et motif dans la littérature de jeunesse, qui est, à de nombreux égards, une littérature d’exploration et de voyages réels ou imaginaires, souvent entendu comme ce lieu indéfini où se rejoignent ciel et terre, l’horizon contribue aussi à construire et à dessiner l’espace urbain. Il peut être ainsi considéré comme une limite apportée au regard, au champ visuel, déterminant une certaine perception du paysage, donnant à voir certains éléments, en suggérant les pièces, morceaux, composantes cachées et stimulant ainsi l’imagination. La ligne et la création visuelle de l’horizon variant selon le point de vue de l’observateur, ligne imaginaire qui crée la perspective, ouverture vers l’inconnu, la « hauteur d’enfant » souvent adoptée par le texte littéraire ne peut qu’apporter des observations intéressantes. Démarcation, frontière, l’horizon fait aussi figure « d’une limite ouvrante et mouvante, non d’une clôture fixe » (Collot, 2018). Il permet de changer progressivement et parfois imperceptiblement les repères en reposant la question de la position, spatiale mais aussi culturelle, de celui qui regarde. La perception de ce marqueur varie en fonction du temps, qu’il s’agisse d’heures ou de saisons, ces rêveries ouvrant souvent la voie aux escapades dans des mondes imaginaires (Bachelard, Poétique de l’espace, 1957 ; Poétique de la rêverie, 1960). 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse (Revue ILCEA)

Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Marion Mas et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.) Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre, Classiques Garnier, “Rencontres”, n°459, 2021

Cet ouvrage vise à définir la littérature de jeunesse à travers ses rapports avec la littérature dite « générale » en examinant comment certains écrivains, ayant écrit explicitement tantôt pour les enfants tantôt pour les adultes, investissent ces deux champs.

Parution : Ecritures et formats médiatiques (Belphégor)

Belphégor, n° 2021-1, “Écritures et formats médiatiques”, 2021, sous la direction de Simon Bréan et Matthieu Letourneux

I. Ecritures et formats médiatiques

II. Varia

III. Comptes-rendus

Parution : L’intelligence artificielle des textes (D. Mayaffre, L. Vanni, dir.)

Damon Mayaffre et Laurent Vanni (dir.), L’intelligence artificielle des textes. Des algorithmes à l’interprétation, Honoré Champion, collection “Lettres numériques”, 2021

Les arts et les sciences du texte peuvent-ils tirer parti de la puissance nouvelle des machines ? Que peuvent nous apprendre les algorithmes de deep learning sur une œuvre, un auteur, un genre, une époque ? L’Intelligence artificielle peut-elle offrir à l’analyste des parcours de lecture inédits et faire émerger de nouveaux observables textuels comme autant de passages pertinents à interpréter ? En retour enfin, l’expertise linguistique du texte permet-elle d’éclairer la boite noire et le fonctionnement des réseaux de neurones artificiels ? C’est à ces questions ambitieuses que les auteurs de cet ouvrage, linguistiques, informaticiens, historiens, statisticiens essayent de répondre.

Consulter la table des matières.