Archives par mot-clé : lecture

Parution : Hervé Glevarec, L’expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles

Hervé Glevarec, L’expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles, Le Bord de l’eau,  2021. 

« J’ai tout appris par la littérature. » Voilà bien une affirmation qui suppose de considérer les usages de la culture sur les plans de son expérience et de ses effets mais qui mérite aussi d’être évaluée quant à la question du savoir.

Conséquence de la diffusion et de la densité de l’offre culturelle qui caractérisent les sociétés contemporaines, le rapport aux œuvres culturelles s’est progressivement transformé en un rapport expérientiel. L’expérience culturelle est à la fois sous-étudiée, éclipsée par la critique des fonctions sociales de la culture, et sous-évaluée comme paradigme du rapport contemporain à la culture, rapport moins déférent, moins distancié et moins institutionnel. Écoute quotidienne de la musique, visionnage vespéral des séries, lecture immersive, évasive ou édifiante, sociabilité amicale de la sortie au cinéma, pratique familiale de la visite muséale, visites patrimoniales en vacances, moments festivaliers, etc. sont autant d’expériences culturelles retirées de la fréquentation des œuvres culturelles par les individus. Au point de donner lieu à ce qu’on peut appeler un « paradigme de l’expérience » dans la culture.

Adossé à une enquête de terrain auprès de Français, l’ouvrage examine les dimensions de cette expérience en termes d’attachement, d’intérêt et de savoir. Il traite des conditions et de la différenciation sociale des expériences culturelles, mais aussi de leurs effets sur la connaissance et la transformation de soi et du rapport au monde. Que ce soit en mode mineur de la pratique quotidienne ou en mode majeur de la pratique rare et intense, l’expérience permise par la multiplication de l’offre culturelle et des dispositifs qui n’ont plus le Lieu culturel (avec une majuscule) comme leur lieu de réalisation privilégié (espace dédié, rendez-vous fixe, présence d’autrui, format prédéfini), est l’objet de cet ouvrage.

Hervé Glevarec est directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique au laboratoire IRISSO, Université Paris Dauphine, PSL Research University. Il a mené des enquêtes qualitative et quantitative sur les loisirs culturels et médiatiques (La différenciation culturelle; Ma radio ; La culture à l’ère de la diversité ; La culture de la chambre), sur la consommation des séries télévisées américaines (Séries — avec Clément Combes –, La sériephilie), ainsi que sur le patrimoine (Le Patrimoine saisi par les associations — avec Guy Saez).

Appel à contributions : Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse (Revue ILCEA)

 “Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse”

ILCEA n° 49

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Très présent en tant que thématique et motif dans la littérature de jeunesse, qui est, à de nombreux égards, une littérature d’exploration et de voyages réels ou imaginaires, souvent entendu comme ce lieu indéfini où se rejoignent ciel et terre, l’horizon contribue aussi à construire et à dessiner l’espace urbain. Il peut être ainsi considéré comme une limite apportée au regard, au champ visuel, déterminant une certaine perception du paysage, donnant à voir certains éléments, en suggérant les pièces, morceaux, composantes cachées et stimulant ainsi l’imagination. La ligne et la création visuelle de l’horizon variant selon le point de vue de l’observateur, ligne imaginaire qui crée la perspective, ouverture vers l’inconnu, la « hauteur d’enfant » souvent adoptée par le texte littéraire ne peut qu’apporter des observations intéressantes. Démarcation, frontière, l’horizon fait aussi figure « d’une limite ouvrante et mouvante, non d’une clôture fixe » (Collot, 2018). Il permet de changer progressivement et parfois imperceptiblement les repères en reposant la question de la position, spatiale mais aussi culturelle, de celui qui regarde. La perception de ce marqueur varie en fonction du temps, qu’il s’agisse d’heures ou de saisons, ces rêveries ouvrant souvent la voie aux escapades dans des mondes imaginaires (Bachelard, Poétique de l’espace, 1957 ; Poétique de la rêverie, 1960). 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse (Revue ILCEA)

Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Marion Mas et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.) Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre, Classiques Garnier, “Rencontres”, n°459, 2021

Cet ouvrage vise à définir la littérature de jeunesse à travers ses rapports avec la littérature dite « générale » en examinant comment certains écrivains, ayant écrit explicitement tantôt pour les enfants tantôt pour les adultes, investissent ces deux champs.

Parution : Ecritures et formats médiatiques (Belphégor)

Belphégor, n° 2021-1, “Écritures et formats médiatiques”, 2021, sous la direction de Simon Bréan et Matthieu Letourneux

I. Ecritures et formats médiatiques

II. Varia

III. Comptes-rendus

Parution : L’intelligence artificielle des textes (D. Mayaffre, L. Vanni, dir.)

Damon Mayaffre et Laurent Vanni (dir.), L’intelligence artificielle des textes. Des algorithmes à l’interprétation, Honoré Champion, collection “Lettres numériques”, 2021

Les arts et les sciences du texte peuvent-ils tirer parti de la puissance nouvelle des machines ? Que peuvent nous apprendre les algorithmes de deep learning sur une œuvre, un auteur, un genre, une époque ? L’Intelligence artificielle peut-elle offrir à l’analyste des parcours de lecture inédits et faire émerger de nouveaux observables textuels comme autant de passages pertinents à interpréter ? En retour enfin, l’expertise linguistique du texte permet-elle d’éclairer la boite noire et le fonctionnement des réseaux de neurones artificiels ? C’est à ces questions ambitieuses que les auteurs de cet ouvrage, linguistiques, informaticiens, historiens, statisticiens essayent de répondre.

Consulter la table des matières.

Parution : Formes brèves en littérature de jeunesse

Elodie Bouygues, Yvon Houssais (dir.), Formes brèves en littérature de jeunessePresses Universitaires de Franche-Comté, 2020.

L’ouvrage constitue la première étude portant sur le texte bref en littérature de jeunesse sous toutes ses formes, en s’intéressant à la fois à son écriture et à sa place dans le champ littéraire. Il propose un large éventail d’études d’œuvres, allant de la comtesse de Ségur à l’époque contemporaine, où la transgression des genres et le brouillage des codes sont de mise. Il offre également de riches perspectives sur les pratiques de lecture en classe du texte bref, dont les enseignants tireront profit.

Continuer la lecture de Parution : Formes brèves en littérature de jeunesse

Parution : Lire le récit multimodal, à la limite de ses habitudes

Côme Martin, Lire le récit multimodal, à la limite de ses habitudes
Presses Universitaires de Liège, “ACME”, 2020.

Cet ouvrage se propose d’examiner des oeuvres, romans, bandes dessinées et récits numériques, qui déploient des stratégies multimodales innovantes et complexes dans la construction de leur narration, en postulant qu’elles peuvent mettre en difficulté leur lectorat et amener à les lire à la limite de ses habitudes. Les récits multimodaux contemporains étudiés en ces pages vont ainsi aller à l’encontre de l’horizon d’attente de leur lectorat et faire de l’acte de lecture, habituellement irréfléchi, un processus actif et volontaire.
Lire ces oeuvres multimodales à la limite de ses habitudes, c’est les considérer sous tous les angles et les approcher comme démonstrations les plus évidentes que l’aspect visuel d’un livre, dans sa totalité, repose sur un certain nombre de conventions désormais invisibles car assimilées par le lectorat. Parce que de tels dispositifs bouleversent nos habitudes de lecture, on ne peut les ignorer : ils amènent des anomalies ou des déviations invitant à être interrogées, analysées, explorées. C’est la feuille de route que se propose, modestement, cet ouvrage : à travers des oeuvres inhabituelles, dans tous les sens du terme, mettre en lumière différents aspects matériels et esthétiques du récit littéraire et graphique que l’on aurait tendance à tenir pour acquis.

Côme Martin est docteur en littérature contemporaine américaine ; il travaille sur les relations entre texte et image et sur les formes matérielles du livre, aussi bien en bande dessinée qu’au sein du roman.

Appel à contributions : Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Alma Mater Studiorum – Università di Bologna

Dipartimento di Lingue, Letterature e Culture Moderne 

COLLOQUE INTERNATIONAL DE JEUNES CHERCHEURS

Bologne, 10 et 11 février 2021 

Conférence inaugurale : Professeur Paolo Costa (Université de Pavie) 

Le colloque invite à réfléchir à des questions d’une brûlante actualité sur les modalités d’écriture, de lecture et de partage dans la contemporaneité, selon des perspectives interdisciplinaires, intermodales et transmediales.

Mème[1], twittérature, micro-récits social, fanfictions et web comics ne sont que quelques exemples des nouvelles formes d’écriture apparues dans le domaine de la culture post-médiale. À l’arrivée des nouvelles technologies et de l’ère du social a suivi la prolifération de nouvelles pratiques de lecture, de (ré)écriture et de partage, qui transforment actuellement en profondeur le panorama littéraire, en ouvrant la voie à des phénomènes de production collective et en stimulant un vertigineux travail de re-signification. De telles expériences trouvent dans le web et en particulier dans les social media leur écosystème de développement et de propagation, en atteignant souvent une audience globale : on assiste ainsi à une extraordinaire multiplication des produits culturels dérivés, dont la matrice est fréquemment ignorée par l’utilisateur final.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Parution : Figures de bibliothécaires

Isabelle d’Antonutti (dir.), Figures de bibliothécaires, Presses de l’ENSSIB, 2020.

Cet ouvrage dirigé par Isabelle Antonutti avec la contribution d’un comité de pilotage composé de 4 rédacteurs scientifiques, Jean-Charles Geslot, Amélie Jehan, Agnès Sandras et Cécile Swiatek, est le premier dictionnaire biographique consacré au monde des bibliothèques françaises.
L’équipe scientifique réunie par Isabelle Antonutti a choisi 90 personnalités, femmes ou hommes, ayant exercé du milieu du XIXe à la fin du XXe siècle, à Paris ou en province. À travers elles, on retrouve toutes les évolutions du métier : pionniers de la lecture publique, bâtisseurs de l’université, savants du patrimoine, techniciens de la bibliothéconomie… Plus de 50 rédacteurs se sont associés à ce livre exceptionnel par son ambition comme par son projet : montrer qu’une bibliothèque est d’abord un projet social et humain. Continuer la lecture de Parution : Figures de bibliothécaires