Archives par mot-clé : lecteurs

Appel à communications : Public(s) et Illustration(s) jeunesse(s) : regards, pratiques et perspectives (Moulins)

Public(s) et Illustration(s) jeunesse(s) : regards, pratiques et perspectives.

17 et 18 octobre 2024

Musée de l’Illustration Jeunesse à Moulins

Date d’échéance : 15 juin 2024

Colloque organisé par Cyril Devès (Historien de l’art, coordinateur scientifique du CRHI, Ecole Emile Cohl et directeur de Mnémos’Arts) et Emmanuelle Martinat-Dupré (responsable scientifique du mij, Moulins).

Texte de l’appel :

Résonances scientifiques de l’illustration jeunesse

Première édition – Quand l’illustration jeunesse rencontre ses publics.

Le musée de l’illustration jeunesse (mij), patrimoine du Conseil départemental de l’Allier, lance sa première édition des Résonances scientifiques et rencontres de l’illustration jeunesse, les 17 et 18 octobre 2024. C’est l’occasion pour le musée de proposer un colloque dont le propos vise à faire un état des lieux de l’illustration jeunesse. Quoi de mieux pour lancer un événement qui se veut pérenne et bisannuel que de s’attarder sur les premiers concernés, le public. C’est pour lui que l’illustrateur illustre, l’auteur écrit et que l’éditeur édite. Un constat évident mais qui n’est pas sans poser des questions. L’emploi du singulier pour « Illustration jeunesse » ne met-il pas à mal ce domaine de création ? Ne devient-elle pas une expression « fourre-tout », voire restrictive ? Ne serait-il pas préférable d’en préférer son pluriel, plus à même de répondre à ses lecteurs. Pour preuve, la typologie du public est vaste et implique une multiplicité de l’image. Continuer la lecture de Appel à communications : Public(s) et Illustration(s) jeunesse(s) : regards, pratiques et perspectives (Moulins)

Appel à contributions : Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française, de 1945 à aujourd’hui (Cahiers d’études italiennes)

Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française,  de 1945 à aujourd’hui

Cahiers d’études italiennes, Novecento… e dintorni , n° 42, printemps 2026  

Université Grenoble Alpes

Date d’échéance : 28 février 2025

Sous la direction d’Enzo Neppi, Stefano Lazzarin, Diego Pellizzari, et Valentina Sturli.

Texte de l’appel :

Les intrigues dystopiques et apocalyptiques sont fréquentes dans la littérature récente et contemporaine. Pour en saisir toute la portée, il faut néanmoins les replacer dans le contexte historique constitué par la révolution scientifique (théorisée par Francis Bacon), la transformation capitaliste de l’économie, la philosophie de l’histoire (née dans la seconde moitié du XVIIIe siècle) ainsi que par les courants « messianiques » modernes auxquels ces intrigues apocalyptiques s’opposent.

Depuis Kant, qui théorise la « paix universelle » et le « royaume des fins » comme « fin cachée de la nature », jusqu’à Kurzweil, qui présente l’expansion de l’intelligence dans le cosmos comme la « fin de l’univers », en passant par Fichte, Condorcet, Constant, Shelley, Fourier, Marx, Nietzsche, Marinetti, Trotski, Keynes, Ayn Rand et bien d’autres, le messianisme « laïc » a traversé les deux derniers siècles sous des formes différentes. Continuer la lecture de Appel à contributions : Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française, de 1945 à aujourd’hui (Cahiers d’études italiennes)

Appel à communications : Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ? (Arras)

Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ?

Séminaire le 7 juin 2024

Arras, université d’Artois

Date d’échéance : 29 mars 2024

Texte de l’appel :

Dans la lignée des travaux de « Textes et Cultures » sur les transformations du patrimoine et du numéro 44 des Cahiers Robinson, Bible et littérature de jeunesse, ce séminaire, qui aura lieu le 7 juin, s’intéresse aux enjeux des réécritures de mythes dans la littérature de jeunesse contemporaine. Il vise à confronter, sous l’angle très circonscrit du destinataire enfantin, les trois sources majeures de la culture européenne, comme le rappelle Olivier Millet, que sont les mythes d’origine biblique, gréco-romaine et celtique. Cela permettra d’interroger la manière dont tout un pan du patrimoine immatériel est transmis, actualisé, détourné, voire instrumentalisé pour le jeune lectorat. Continuer la lecture de Appel à communications : Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ? (Arras)

Parution : Le cinéma des midinettes. Cinémonde, ses « potineuses » et ses « potineurs » (1946-1967) (G. Sellier)

Geneviève Sellier, Le cinéma des midinettes. Cinémonde, ses « potineuses » et ses « potineurs » (1946-1967), Toulouse, Presses universitaires du Midi, coll. « En tous genres », 2023.

Entre 1946 et 1967, la rubrique hebdomadaire de courriers des lecteurs du magazine Cinémonde est le lieu d’expression d’un lectorat jeune, populaire et majoritairement féminin qui utilise le cinéma pour discuter de ses goûts et de ses aspirations. Le cinéma en France après la Libération devient le loisir favori de la jeunesse populaire, et les magazines spécialisés, comme Cinémonde, le plus diffusé d’entre eux, proposent un courrier des lecteurs et lectrices qui, au-delà de sa fonction de fidélisation, construit au cours des années 1950 une communauté de fans cimentée par le goût des acteurs et actrices et l’amour des films comme leçons de vie. Cet ouvrage propose une exploration sur 20 ans de la rubrique hebdomadaire de Cinémonde, intitulée « Potinons », son évolution au cours de ces deux décennies, sa composition sociologique et genrée, le parcours de quelques « potineuses » et « potineurs », une analyse des préférences cinéphiliques des courriéristes, très majoritairement féminines, et la réception de quelques films français et hollywoodiens des années 1950 qui ont fait date pour ce public jeune et populaire, et enfin la rencontre avec la Nouvelle Vague au tournant des années 1960. Cette rubrique se révèle en particulier une source sans équivalent pour documenter des formes de cinéphilie féminine et leurs spécificités par rapport à la cinéphilie dominante, quasi exclusivement masculine à l’époque.

 

Appel à contributions : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe. XIXe-XXIe s. (Université de Sherbrooke, Québec)

Colloque international : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe (XIXe-XXIe siècles)

Université de Sherbrooke, Québec, Canada, les 7, 8, 9 juin 2023

Échéance des propositions : 1er juin 2022

Romans sentimentaux et romans policiers ont coutume d’être mis dos à dos, en tant que sous-genres très distincts. On les situe régulièrement aux antipodes au sein des productions paralittéraires. La désignation de collections « roses » et « noires » demeure l’emblème le plus visible d’un tel système d’oppositions. Entre l’amour et le crime, il n’y aurait pas de chevauchement possible, d’autant plus que l’on suppose une division genrée des lectorats (l’un suspecté d’être « féminin », et l’autre « masculin ») qui recoupe une hiérarchisation du capital symbolique : de manière générale, alors que le « polar » occupe le haut de l’échelle, le roman sentimental, ramené à de la « guimauve », en colonise les plus bas niveaux.

Les genres sentimentaux et policiers, qui se sont industrialisés au même moment, ne sont pourtant pas aussi imperméables qu’on le suppose. Tant sur le plan du rêve que des craintes auxquelles ils renvoient, les deux sous-genres dialoguent : qu’on n’évoque ici à titre d’exemple que leur fascination commune pour les positions économiques extrêmes (les personnages évoluant dans les hautes sphères sociales et/ou dans leurs bas-fonds) ou leur parti pris pour les opportunités de la vie urbaine. Que le géant Harlequin ait développé des collections comme « Black Rose », « Intrigues » et « Mira » ne confirme-t-il pas cette demande d’amalgame des genres, de la part du lectorat populaire? Ces mutations s’inscrivent par ailleurs dans le contexte plus large des phénomènes d’hybridation des imaginaires génériques, caractéristiques de la culture postfordiste[1].

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe. XIXe-XXIe s. (Université de Sherbrooke, Québec)

Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Marion Mas et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.) Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre, Classiques Garnier, “Rencontres”, n°459, 2021

Cet ouvrage vise à définir la littérature de jeunesse à travers ses rapports avec la littérature dite « générale » en examinant comment certains écrivains, ayant écrit explicitement tantôt pour les enfants tantôt pour les adultes, investissent ces deux champs.

Parution : Lire en numérique (Biens symboliques n°7)

Biens symboliques – Revue de sciences sociales sur les arts, la culture et les idées, n°7, “Lire en numérique”, sous la direction de Cécile Rabot, OpenEdition, 2021. 

Les écrits sur le numérique et ses effets sur la culture sont nombreux, mais insuffisants pour qui veut tenter de comprendre ce que le numérique fait à la lecture littéraire ordinaire. De nombreux discours, optimistes ou inquiets, pointent les possibles ouverts par les nouveaux supports ou les menaces qu’ils font apparaître. Les neurosciences semblent pouvoir conforter les deux positions, selon l’interprétation qu’elles font de leurs données ; elles n’offrent souvent qu’une compréhension limitée en n’intégrant guère les variations sociales des usages et en replaçant peu les usages dans une pratique et dans un contexte. Les sciences de l’information et de la communication se concentrent plus largement sur les dispositifs, les usages et usager·ère·s qu’ils supposent ou favorisent, que sur leurs appropriations réelles. Les statistiques publiques mesurent des usages sans pouvoir en rendre compte.
Ce dossier de Biens symboliques entend réinscrire la lecture dans les perspectives offertes à la fois par l’histoire du livre et par les sciences sociales. Pour sortir de débats largement idéologiques qui opposent les anciens et les modernes, il se propose de réunir des enquêtes empiriques qui à la fois distinguent les supports et sont attentives aux variations sociales entre les usages.
Le dossier s’ouvre par un entretien avec Roger Chartier qui situe la lecture numérique dans le temps long de l’histoire de l’écrit et interroge la rupture que le numérique a opérée dans l’ordre des livres. Trois enquêtes sociologiques sur des pratiques de lecture ordinaire mettent ensuite cette interrogation à l’épreuve du terrain : qu’est-ce qui change dans le passage de l’imprimé aux écrans pour les lecteur·rice·s socialisé·e·s dans l’ordre des livres qui deviennent des adeptes du support numérique, testent un dispositif de prêt de liseuses ou au contraire n’imaginent pas du tout transposés en numérique les profits qu’ils tirent du livre papier ? Le dossier explore enfin quelques usages propres permis par le numérique, de pratiques savantes ordinaires qui passent par l’usage de corpus numérisés à des pratiques de lecture/commentaire d’une production littéraire de bande dessinée nativement numérique. Si « métamorphose du lecteur » il y a, selon l’expression de Pierre Assouline, où se situe-t-elle ? Sans prétendre en préciser toutes les facettes, ce dossier vise à montrer l’intérêt de l’enquête empirique sur une question qui a fait couler beaucoup d’encre mais reste largement ouverte.

Continuer la lecture de Parution : Lire en numérique (Biens symboliques n°7)

Parution : Littérature de jeunesse : la construction du lecteur

Nadège Langbour, Littérature de jeunesse: la construction du lecteur, L’Harmattan, collection “Prix Scientifique L’Harmattan”, 2020.

La littérature de jeunesse joue un rôle essentiel dans la construction du jeune lecteur parce qu’elle s’adresse aux lecteurs de demain : elle tente à la fois d’aiguiser leurs goûts littéraires et leurs compétences de lecture, Elle met régulièrement en scène le personnage du lecteur sous les traits de l’enfant ou de l’adolescent : pour sublimer l’acte de lire mais aussi fictionnaliser les pratiques de la lecture qui vont de l’identification au personnage par le « lisant » à l’interprétation herméneutique des textes par le « lectant ».

L’étude compare vingt fictions françaises et étrangères destinées à un jeune lectorat. Elle s’intéresse à cette problématique complexe, embrassant dans un même mouvement la dimension métaréflexive et intertextuelle de la littérature de jeunesse, la question de la représentation du lecteur et de la lecture et les transpositions didactiques de ces réflexions qui peuvent être concrètement réalisées en classe.

Entre théorie et pratique pédagogique, cet essai sur « la construction du lecteur dans et par la littérature de jeunesse » invite à penser la construction de l’enfant lecteur. Mais il propose de repenser la posture des lecteurs prescripteurs de littérature de jeunesse qui trouveront dans cette littérature une fontaine de jouvence pour renouveler leur plaisir de lecteur et réinventer leur statut de médiateur entre le livre et l’enfant.

Un essai qui donne envie de lire et de faire lire. Un hommage à la littérature de jeunesse et à son remarquable essor.

Llittérature de jeunesse: la construction du lecteur, ouvrage de Nadège Langbour, a été lauréat du Prix scientifique L’Harmattan 2019. Continuer la lecture de Parution : Littérature de jeunesse : la construction du lecteur

Parution : BD, intelligence et subversion

Pascal Robert, La bande dessinée, une intelligence subversive, Lyon, Presses de l’Enssib, 2018.

Pascal Robert se propose de revenir sur la manière dont la bande dessinée donne à voir les mondes qu’elle met en scène. En réhabilitant la capacité réflexive de la bande dessinée, il revalorise la place et la fonction narrative du décor et du corps, questionne la figure du lecteur et interroge le dialogue que la bande dessinée a noué avec ses supports.
Il discerne ainsi une forme singulière d’intelligence graphique, profondément subversive.
Pascal Robert est professeur des universités à l’Enssib où il anime le séminaire « La bande dessinée en questions ». Il a dirigé Bande dessinée et numérique (CNRS Éditions, 2016) et publié De l’incommunication au miroir de la bande dessinée (Presses universitaires Blaise Pascal, 2017)

4ème de couverture :

“Ce livre fait le pari de l’intelligence de la bande dessinée. Une intelligence profondément subversive.

Intelligence cognitive, puisqu’elle sait fort bien se théoriser elle-même. L’analyste n’ayant plus, dès lors, qu’à se mettre modestement à son écoute -première subversion. Continuer la lecture de Parution : BD, intelligence et subversion

Booktubeurs et communautés de lecteurs

lecture jeunesse

Le 9 juin 2016, à Paris, Lecture Jeunesse, avec le soutien du MCC et en partenariat avec le CNL et la médiathèque Marguerite Duras, organise un colloque sur les booktubers et les communautés de lecteurs. Deux tables rondes seront notamment proposées : l’une portera sur les réseaux de lecteurs en ligne et l’autre interrogera les représentations de la lecture et de la prescription aujourd’hui. L’après-midi, des booktubers viendront eux-mêmes présenter leur contenu et leur activité.

Pour en savoir plus, le site de Lecture jeunesse

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search