Archives par mot-clé : lanterne magique

Parution : Lanterne magique. Avant le cinéma (Jérôme Prieur)

Jérôme Prieur, Lanterne magique. Avant le cinémaFario, coll. “Théodore Balmoral”, 2021.

Avec Lanterne magique, Jérôme Prieur nous propose une réflexion sur l’émergence, en plein siècle des Lumières, d’une pratique dont les ressorts occultes sont néanmoins essentiels : celle des projections publiques de lanterne magique qui débutent durant l’An VI, c’est-à-dire en 1797 – 1798.

Cette archéologie du cinéma passe par celle de l’image lumineuse à partir de deux livres, Du côté de chez Swann de Marcel Proust et les Mémoires d’Étienne-Gaspard Robertson (1763 – 1837), l’inventeur de la fantasmagorie qui fit carrière sous le Directoire et le Consulat quand les lanternes magiques sont connues depuis la fin du XVIIe siècle. 

On connaît bien le premier, la fameuse série de six plaques de lanterne magique racontant l’Histoire de Geneviève de Brabant et le fameux passage : 

“On avait bien inventé, pour me distraire les soirs où on me trouvait l’air trop malheureux, de me donner une lanterne magique, dont, en attendant l’heure du diner, on coiffait ma lampe ; et, à l’instar des premiers architectes et maîtres verriers de l’âge gothique, elle substituait à l’opacité des murs d’impalpables irisations, de surnaturelles apparitions multicolores, où des légendes étaient dépeintes comme dans un vitrail vacillant et momentané.” M. P.

On connaît moins ou pas du tout le second et ses Mémoires récréatifs, scientifiques et anecdotiques d’un physicien aéronaute. En plein siècle des Lumières, Étienne-Gaspard Robertson (peintre, dessinateur, physicien aéronaute, mécanicien, fantasmagorien et mémorialiste) est un véritable illusionniste. Comme l’écrit Jérôme Prieur dans sa préface, Robertson propose « de l’intérieur, une réflexion sur le spectacle lumineux, sur l’illusion et la croyance, une réflexion sur le spectateur – ce hors champ laissée dans l’ombre des histoires du cinéma et du pré-cinéma, cette part d’ombre consubstantielle aux images nocturnes. Bien avant le grand Hitchcock, Étienne-Gaspard Robertson a été le premier à comprendre que les spectacles optiques que préfigure sa fantasmagorie ne devaient pas se contenter de mettre en mouvement les images, mais qu’ils devaient mettre en scène les désirs et les peurs que suscitent les images, qu’ils devaient diriger le spectateur, notre double assis à notre place dans la nuit lumineuse.

Est-ce vraiment un hasard si son écran de projection, Robertson l’appelait « miroir » ?

Continuer la lecture de Parution : Lanterne magique. Avant le cinéma (Jérôme Prieur)

Appel à contributions : défilement, projection, performance. La lanterne magique comme dispositif narratif

Défilement, projection, performance. La lanterne magique comme dispositif narratif
Les Cahiers de narratologie (juillet 2022)

Sous la direction de Sébastien Fevry (UCLouvain) et Philippe Marion (UCLouvain)

Trop souvent, la lanterne magique reste considérée comme un simple précurseur du cinéma, n’ayant finalement d’intérêt que par son aspect pré-cinématographique dans une histoire du cinéma pensée erronément de façon téléologique. Or, on sait aujourd’hui que la lanterne constitua un média de masse très populaire au XIXe siècle, utilisée non seulement à des fins de divertissement, mais aussi pour des usages scientifiques, religieux ou propagandistes. À la fin du XIXe siècle, des plaques pour lanternes étaient produites à grande échelle, tant aux États-Unis qu’en Europe, tandis qu’une grande diversité de lanternes optiques étaient commercialisées et utilisées dans le cadre des universités, des écoles, des églises ou simplement dans le salon familial…

À ce jour, les recherches sur la lanterne magique ont surtout été effectuées d’un point de vue historique, pas seulement dans le domaine de l’archéologie médiatique (Mannoni, 2009), mais aussi du point de vue des usages de l’appareil dans le secteur des sciences ou de l’éducation religieuse (Saint-Martin, 2003) par exemple. En plus de certains articles (notamment dans la revue Early Popular Visual Culture), de monographies ou de bases de données comme LUCERNA, des projets de recherche de plus grande ampleur se sont récemment développés au niveau européen comme A Million Pictures ou Bmagic visant à explorer le rôle de la lanterne magique en tant que média de masse en Belgique de 1830 à 1940. Continuer la lecture de Appel à contributions : défilement, projection, performance. La lanterne magique comme dispositif narratif