Archives par mot-clé : langue française

Appel à contributions : Argot(s) et chanson(s) Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Argot(s) et chanson(s). Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Budapest, 17-19 juin 2021

Les auteurs-compositeurs et interprètes de la chanson française et francophone ont souvent eu recours à des variétés périphériques du langage pour exprimer leurs pensées et ont ainsi souvent joué un rôle éminent dans la diffusion de l’argot, du langage populaire, etc., auprès du grand public. À partir du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, des chanteurs tels que Bruant, Fréhel, Perret, Renaud, etc., puis des rappeurs et slameurs de IAM ou Grand Corps Malade à Moha la Squale ou Vîrus, ont marqué la scène musicale par des chansons dont les paroles sont émaillées de variétés argotiques. Revendications, aspirations, affirmations identitaires ainsi que positionnements idéologiques et politiques peuvent expliquer – parmi d’autres motifs et raisons – que, dans de nombreuses chansons, les auteurs emploient, et souvent à dessein, des variétés de langue non standard. 

Dans la lignée de plusieurs colloques sur les variétés et la littérature périphériques voire argotiques, organisés à l’Université ELTE de Budapest (« L’argot : un universel du langage ? », en 2005, « Parlures argotiques et pratiques sportives et corporelles », en 2014, « Langue(s) et littérature des cités », en 2017, et « Comment traduire les variétés périphériques ? De l’argot traditionnel au français contemporain des cités », en 2019), ce colloque a pour but de réunir des spécialistes intéressés par les questions relatives à la mise en musique de variétés périphériques, dans le domaine de la chanson, du rock, du rap, du hip-hop ou du slam, qu’il s’agisse de variétés du français ou d’autres langues, de variétés anciennes ou contemporaines, afin de permettre des échanges et d’aboutir à une réflexion commune. Continuer la lecture de Appel à contributions : Argot(s) et chanson(s) Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Parution : Lettres argotiques de Bibi Chopin

Léon de Bruant, Lettres argotiques de Bibi Chopin (dans La Lanterne de Bruant, 1897-1899), Classiques Garnier, « Classiques de l’argot et du jargon », 2020. 

Éditeur scientifique : Denis Delaplace 

Les Lettres argotiques de Bibi Chopin, publiées en parler populaire et argotique parisien dans la revue satirique La Lanterne de Bruant (1897-1899) et inédites depuis en volume séparé, sont un ensemble de chroniques rédigées sur l’actualité de l’époque par Léon de Bercy, chansonnier montmartrois.

 

Appel à participation créative : Au-delà des deux solitudes dans le monde canadien des BD : La communication entre la BD canadienne et les comics canadiens

En 1945, Hugh MacLennan, Canadien-Montréalais anglophone, publie son deuxième roman intitulé Two Solitudes. Ce livre remporte un énorme succès et l’expression « 2 solitudes » en français et en anglais a rapidement pris racine dans la culture canadienne pour traduire le manque de communication entre les 2 communautés linguistiques, francophone et anglophone. Ce manque était réel tant dans la vie quotidienne et ordinaire que dans la vie culturelle. Ainsi la littérature en français n’était que rarement lue ou traduite par des anglophones ou influencée par la littérature canadienne anglophone, et réciproquement.
 
L’histoire des comics canadiens et des bandes dessinées québécoises (BDQ) ne fait pas exception. Les deux volets de la production nationale se sont développés de façon parallèle sans vraiment tisser de liens ou de ponts. De plus, même si la production de BD et comics des Premières Nations en langues européennes ou en langues autochtones est plus récente, elle est souvent ignorée par les deux autres traditions.
 
Par cet Appel à participation, nous proposons à des artistes professionnels, artistes amateurs et artistes en herbe (étudiants en arts graphiques, …) de nous envoyer une bande dessinée-strip, d’au minimum 3 cases au maximum d’une page (papier ou numérique), qui met en scène de manière humoristique, dramatique ou tragique, les relations entre les bandes dessinées franco-canadiennes, anglo-canadiennes et/ou autochtones.
 
Les 10 gagnant.e.s du concours recevront un prix (le premier de 1000$, le deuxième, 500$, et les suivants de 250$) et verront leur création exposée dans un lieu public officiel (musée, université, …) dans diverses villes canadiennes pendant un mois en 2021.
 
Soumission des BD créées : 20/12/2020
 
Annonce des gagnants : 20/01/2021
 
Les oeuvres lauréates seront exposées : Alberta 06/2021 (pendant le Congrès des Sciences humaines); Saskatchewan 09/2021; Manitoba 10/2021; Québec 11/2021; Ontario 12/ 2021; Maritimes 01/2022.
 
Pour plus d’informations : 
 
 

Parution : Dictionnaire Brassens


Jean-Louis Garitte, Brassens, Mais où sont les mots d’antan ?, Atlande coll. « Références/
Chanson et Poésie »

Photographie Jean-Pierre Leteuil / INA.



Présentation de l’éditeur :
« Chez moi tout part des mots, je suis un amoureux des mots » avait coutume de dire Brassens. Quoi de mieux alors qu’un dictionnaire pour redécouvrir l’oeuvre de cet « affamé de poésie » ? Jean-Louis Garitte invite ainsi tous les amoureux de la chanson et de la langue
française à flâner parmi les airs et les textes d’un des plus grands poètes, auteurs compositeurs et interprètes du XXème siècle : expressions et vocabulaire d’antan, références historiques et littéraires, jurons piquants ou expressions argotiques. C’est toute la fantaisie du style de Brassens que le lecteur est amené à redécouvrir à travers les différentes entrées du dictionnaire. Une première partie est consacrée aux mots et expressions, une seconde aux
allusions et références dont fourmillent les textes des chansons, toutes répertoriées dans un index final. Fruit du travail de recherche d’un érudit passionné, le spécialiste belge Jean-Louis Garitte, ce dictionnaire renouvelle la fantaisie poétique de Brassens, qui aimait mêler l’argot, jouer avec une langue qui s’enracine dans un « antan » où les références populaires dialoguent avec les réminiscences littéraires et culturelles les plus classiques.

« Ne jetez pas la pierre à la femme adultère, je suis derrière », « « Des idées qui font trois petits morts et puis s’en vont », « En suivant les chemins qui ne mènent pas à Rome »… Une partie du dictionnaire est consacrée aux « phrases défigées » des chansons de Brassens. Elle
rassemble les transformations les plus savoureuses opérées par le poète sur des expressions ou des locutions consacrées. On y trouve les vers les plus représentatifs du génie de Brassens, capable de rendre hommage à la langue française tout en la réinventant sans cesse.