Archives par mot-clé : journaux

Appel à communications : Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

9, 10 et 11 décembre 2021

Centre Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Les propositions de communication seront envoyées avant le 1er juin 2021 à Sophie.Lhermitte@univ-paris1.fr

Elles devront comporter un titre, un résumé de la proposition ainsi que les sources envisagées (une page maximum). Le comité scientifique donnera sa réponse avant la fin du mois de juin.

Argumentaire

Commencée à la fin des années 1980, l’œuvre scientifique de Dominique Kalifa se déploie sur trois décennies ; par son ambition comme par son originalité, elle ouvre et/ou accompagne nombre des transformations de l’historiographie du XIXe siècle (entendu dans le sens élargi que lui assignait Dominique Kalifa, qui n’hésitait pas à prolonger l’âge des révolutions, de l’urbanisation et de l’industrialisation jusqu’aux guerres mondiales et aux grandes ruptures du milieu du XXe siècle). S’il s’est d’abord fait reconnaître comme un pionnier de l’histoire du crime, des faits divers et des médias, auxquels il avait consacré sa thèse (L’Encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Fayard, 1995) et son habilitation (Naissance de la police privée, 2000 ; Crime et culture au XIXe siècle, 2002), s’il n’a jamais renoncé à explorer ce vaste et fécond champ d’enquête sous la forme d’écrits personnels, de travaux collectifs ou de directions de recherche, Dominique Kalifa ne s’est pas contenté d’une spécialité thématique, et il a su diversifier ses objets au gré de ses curiosités et des opportunités, accompagnant et suscitant des recherches doctorales particulièrement variées et novatrices, voyageant lui-même des « Bat d’Af’ » (Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Perrin, 2009) aux mauvais quartiers (Les Bas-Fonds. Histoire d’un imaginaire, Seuil, 2013), des amoureux qui « s’bécotent » sous les ponts de Paris (Paris, une histoire érotique, Payot, 2018) aux fastes réinventés des années 1900 (La véritable histoire de la Belle Époque, Fayard, 2017).

Faisant suite aux nombreux et émouvants hommages qui ont suivi la disparition brutale de Dominique Kalifa à la toute fin de l’été 2020, le colloque organisé par le Centre d’Histoire du XIXe siècle, dont il fut le co-directeur pendant près de vingt ans, a pour ambition de relire l’œuvre de l’historien, d’en distinguer les nuances et les inflexions, d’en éclaircir les héritages et les prolongements, d’en discuter les apports et les défis. En fidélité à son enseignement, il s’agit d’ouvrir un véritable débat historiographique sur la portée d’une œuvre qui s’est construite au tournant des XXe et XXIe siècles.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

Parution : Discours et imaginaires de la Commune (Contextes n°30)

COnTEXTES n° 30, « Discours et imaginaires de la Commune », 2021

Sous la direction de Justine Huppe et Denis Saint-Amand

Présentation de l’éditeur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du 30e numéro de COnTEXTES, dédié aux « Discours et imaginaires de la Commune ». Il y a cent-cinquante ans, le 18 mars 1871, le peuple parisien empêchait l’armée française de récupérer les canons de la butte Montmartre, et se lançait dans une expérience d’auto-organisation visant à concrétiser le rêve d’une vie meilleure — plus juste, plus libre. Cette livraison, dirigée par Denis Saint-Amand et Justine Huppe, rassemble des contributions consacrées au Cri du peuple, aux recherches formelles menées par Vermersch, Lissagaray et Reclus pour dépasser l’écrasement de l’insurrection, au traitement de cette dernière chez Vallès et chez Zola, à l’édition des œuvres de Louise Michel et à la mémoire de l’événement chez Darien ou Descaves, mais aussi à la façon dont la Commune a infléchi les écrits du Comité invisible et le cinéma d’Eisenstein, à la manière dont elle est mise en scène par Watkins ou déplacée fictionnellement dans le Montréal du XXIe siècle par Simon Leduc — ce numéro interroge aussi la façon dont cet épisode historique charrie des représentations vives, parfois contradictoires sinon antagonistes, portées par des pratiques poétiques longtemps tenues à l’écart des études littéraires (celles du journal, de la chanson, du tag ou de l’affiche), alors qu’elles sont les premières à faire bouger les lignes de nos imaginaires. 

Le dossier est composé d’articles de David Charles, Sylvain David, Quentin Deluermoz, Jeremy Hamers, Céline Léger, Aurélien Lorig, Patrick Marcolini, Julie Moucheron, Cécile Robelin, Pascal Rousse, Frédéric Thomas, Sidonie Verhaeghe, et d’entretiens avec Michèle Audin et avec Michèle Riot-Sarcey. L’ensemble est disponible intégralement à l’adresse :  https://journals.openedition.org/contextes/9911.

Continuer la lecture de Parution : Discours et imaginaires de la Commune (Contextes n°30)

Parution : Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870) (CÉLINE LÉGER)

Céline Léger, Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870)Presses universitaires de Saint-Etienne, coll. « Le XIXe siècle en représentation(s) », 2021.

L’œuvre de Jules Vallès s’inscrit de manière exemplaire au confluent de l’histoire, de la presse et de la littérature. Elle entretient une proximité étroite avec les bouleversements de son siècle. Elle apparaît donc comme un point d’optique idéal pour analyser l’écriture de l’événement. Or, en dehors de la Commune, l’événement en tant que tel reste un impensé dans la critique vallésienne. Entre 1857 et 1870, sous le Second Empire, qu’est-ce qu’un événement au sens fort du terme pour Vallès ? Bien au-delà des grandes dates communément admises, en quoi sa vision de ce qui fait ou ne fait pas événement le conduit à reconfigurer l’histoire de son époque ? Dans des articles de presse percutants, Vallès interroge les artefacts culturels et les violences ambigües de son temps. Mais les événements s’avèrent plus encore un mode d’exploration efficace de l’histoire du XIXe siècle. Ils esquissent un autoportrait de l’écrivain en clair-obscur et permettent au reporter de témoigner sur le présent, plongeant le lecteur au cœur des expériences restituées. Ils deviennent enfin de puissants révélateurs des injustices et de l’âpreté de la société, au moment où la France s’industrialise. Sous la plume de cet extraordinaire journaliste, se construit une histoire militante, qui déplace et subvertit les hiérarchies courantes, explique et remet en question les structures conventionnelles.  

Céline Léger est agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française du XIXsiècle. Ses recherches portent sur le journalisme de Vallès et, au-delà, sur les écritures conjointes de l’histoire, de l’actualité et de l’intime au xixe siècle. Auteure d’une vingtaine de communications et de publications autour de ces questions, elle s’est ouverte plus récemment à l’écriture scénaristique et à la réalisation d’un court-métrage historique sur Vallès et Séverine.

Parution : De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression (dir. Cédric Passard et Denis Ramond)

Cédric Passard et Denis Ramond (dir.), De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression, CNRS Editions, 2021

Qu’elle provienne du Canard enchaîné, des Guignols de l’info ou de Dieudonné, la satire frappe et scandalise. Elle bouscule les normes sociales et dérange le politique en usant d’armes singulières : le comique, l’exagération et la caricature. Distincte du simple pamphlet, elle est d’abord un genre littéraire et artistique dans lequel le satiriste oppose ses valeurs morales à une réalité qu’il juge absurde.
Les attentats contre Charlie Hebdo de 2015, les polémiques à répétition au sujet de dessins de presse et de certains registres humoristiques révèlent que la satire se situe sur une ligne de crête : dénonçant les travers de la société ou le ridicule de certains comportements, elle est souvent accusée de mépriser les plus faibles et de tourner en dérision les choses les plus sacrées. En réunissant historiens, juristes, philosophes, politistes, sociologues et linguistes, cet ouvrage offre un large regard sur la pratique satirique, sur les contraintes qui l’entourent et les conditions qui la rendent possible, notamment les contours de la liberté d’expression. Il examine la façon dont la satire se construit entre conventions artistiques et règles juridiques, comment elle a évolué dans ses formes, ses contenus et ses stratégies depuis le XIXe siècle jusqu’à ses usages politiques récents, en particulier pendant les élections présidentielles de 2017.
Alors qu’elle doit désormais jouer avec un nouvel « esprit de censure », la satire montre qu’elle est depuis bien longtemps l’art périlleux de choisir ses cibles.

Avec les contributions de Marc Angenot, Paul Aron, Laurent Bihl, Marlène Coulomb-Gully, Laurence Danguy, Philippe Darriulat, Marie Duret-Pujol, Guillaume Grignard, Pierre-Emmanuel Guigo, Guy Haarscher, Olivier Ihl, Dominique Lagorgette, Jacques Le Rider, Nelly Quemener, Denis Saint-Amand, Carole Talon-Hugon, Léa Tilkens, Dominique Tricaud et David Vrydaghs.

Continuer la lecture de Parution : De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression (dir. Cédric Passard et Denis Ramond)

Parution : La Commune des écrivains

La Commune des écrivains. Paris, 1871 : vivre et écrire l’insurrection, Gallimard, « Folio Classique » (n° 6920), 2021

Édition de Jordi Brahamcha-Marin et Alice De Charentenay

18 mars-28 mai 1871 : le peuple de Paris prend les armes pour s’opposer à la défaite de la guerre franco-allemande de 1870 et à une Assemblée nationale à majorité monarchiste. Commence alors une expérience d’autogestion, une utopie fraternelle et sociale. Ouvriers, artisans, hommes et femmes : une population jusqu’alors invisible se fait entendre. Malgré sa brièveté, la Commune occupe dans les mémoires la place lumineuse d’un événement fondateur. Comme l’affaire Dreyfus, elle a divisé pour longtemps les Français, entre fédérés et versaillais, insurgés et légitimistes.

Vivre un tel événement pousse à écrire : témoigner, tirer un bilan, donner à entendre le bruit des balles qui claquent depuis les collines de Paris, offrir le goût du temps des cerises. Une littérature s’invente au printemps 1871, qui ne se cantonne ni aux genres canoniques ni aux auteurs consacrés. A côté des romans, poèmes et pièces de théâtre, on trouve des chansons populaires, hymnes politiques, articles de presse, affiches placardées sur les murs, témoignages de combattants. Hugo, Flaubert, Rimbaud, Verlaine, Vallès voisinent avec Malvina Blanchecotte ou Alix Payen. L’extraordinaire foisonnement de textes lus et entendus dans les rues de Paris se retrouve dans les pages de cette anthologie.

Journée d’études : À la recherche des femmes dans la presse ancienne numérisée (1850-1950)

À la recherche des femmes dans la presse ancienne numérisée (1850-1950)

10 h – 17 h 30

Diffusion en ligne

Comment appréhender et faire de la recherche dans les corpus de presse ancienne numérisés ? Au cours de cette journée de présentation du projet européen NewsEye, A Digital Investigator for Historical Newspapers, plusieurs propositions de réponses seront apportées grâce à des exemples concrets de recherche ayant trait à la thématique des femmes, et par la démonstration de plusieurs outils : Gallica, RetroNews, mais aussi un nouvel outil de recherche en ligne développé par le projet NewsEye.

L’objectif du projet NewsEye est d’améliorer l’accès à la presse ancienne (1850-1950) pour les chercheurs, usagers des bibliothèques mais aussi pour le grand public. Pour cela, il développe des outils de reconnaissance  de caractères, d’analyse automatique de la structure des journaux (extraction des thématiques, identification des articles) et de traitement multilingue des contenus (reconnaissance des noms de personnes,  de lieux, d’organisations ; analyse d’opinion et de sentiment ; fouille de texte et de données) fondée sur l’intelligence artificielle. Son ambition est de proposer une boîte à outils d’analyse à très grande échelle des journaux numérisés dans n’importe quelle langue et en provenance de différentes sources. Pour se faire, le projet rassemble huit partenaires de quatre pays (Allemagne, Autriche, Finlande et France).

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube et sur cette page le lundi 15 mars à 10 h.

Continuer la lecture de Journée d’études : À la recherche des femmes dans la presse ancienne numérisée (1850-1950)

Appel à communications : 8ème Rencontre Transfopress, « Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle) »

VIIIe Rencontre du réseau Transfopress : « Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle) »

Date : 9-11 mars 2022

Lieu : Paris (BNF, BULAC)

Organisateur : Réseau Transfopress

Coordinateur (au nom du réseau Transfopress) : Nicolas Pitsos

Institutions co-organisatrices : Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université Paris-Saclay), BNF, CREE (Inalco), ICT (Université de Paris), LARCA UMR 8225 (Université de Paris, CNRS)

Partenaires : BULAC, La contemporaine

Comité d’organisation : Diana Cooper-Richet, Bénédicte Deschamps, Stéphanie Prévost, Isabelle Richet

Paris, comme d’autres mégapoles-métropoles européennes et mondiales, s’est construite au fil du temps par une succession de migrations internes, auxquelles sont venues s’ajouter plusieurs vagues d’immigration. République des arts et des lettres, lieu de refuge, de création et de légitimation, surnommée la « Babel des temps modernes », la Ville-Lumière a été au cours de deux derniers siècles, une destination privilégiée de différents types de mouvement de population. Sous la Monarchie de Juillet, le Second Empire et jusqu’à la Troisième République, des étudiants et des artistes de toutes origines évoluent dans l’espace parisien à côté de réfugiés politiques et d’ouvriers de provenances multiples, mais également de visiteurs et de résidents fortunés. On s’installe à Paris pour fuir la répression ou la persécution politique, pour échapper à des scandales financiers ou sexuels (Oscar Wilde), pour profiter de l’offre culturelle et scientifique de la ville, ou encore en espérant y trouver un moyen de subsistance. Depuis la Deuxième Guerre mondiale, la Guerre Froide, la décolonisation, la multiplication de guerres civiles ou de confrontations régionales à partir des années 1990, des victimes de régimes autoritaires et totalitaires ou de conflits y ont côtoyé des artistes attirés par la créativité culturelle de la capitale française, des dissidents et exilés politiques y ont rejoint des migrants à la recherche d’un meilleur avenir. Des personnes d’horizons géographiques divers et variés, ont constitué la société parisienne et ont contribué à la fabrique d’une métropole cosmopolite et polyphonique.

Continuer la lecture de Appel à communications : 8ème Rencontre Transfopress, « Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle) »

Appel à communications : Periodicals as/in Media Constellations

Periodicals as/in Media Constellations

International Conference of the DFG-Research Unit « Journal Literature » (FOR 2288)

25.−27. November 2021

University of Cologne

PRESENTATION

From the 19th century on, periodicals—and especially magazines—, because of their capacity to act as meta-media, have been central sites to unfold and discuss media developments and constellations. On the one hand, they develop textual discourses on media and their relationships to one another; on the other hand, they also integrate other media, such as images, illustrations and reproductions, which are incorporated into their own format via intermedial processes and remediation. In doing so, journals not only address the idiosyncrasies of the various media in their environment, but also consistently reflect (on) their own mediality—whether explicitly in articles about their own format and journal culture in general, or implicitly in their layout, their text-image relationships, their graphic design. Because the form of periodicals displays a characteristic openness towards the integration of other media, it makes for an apt starting point to discuss different media constellations and their evolution(s). Continuer la lecture de Appel à communications : Periodicals as/in Media Constellations

Journée d’étude sur les hebdomadaires d’information (1950-1970)

Le jeudi 11 février prochain, de 9h à 17h, se déroulera, en ligne – et à l’université Paul-Montpellier 3 (Salle Panathénées 006, Saint-Charles 2) si les conditions sanitaires le permettent – la journée d’étude Numapresse sur les hebdomadaires d’informations (1950-1970). Initialement prévue le 3 avril 2020 et reportée en raison de la crise du COVID19, la journée d’étude « Les hebdomadaires d’information des années cinquante et soixante. Histoire culturelle, poétique médiatique et humanités numériques » propose de plonger dans le corpus vaste et peu étudié des hebdomadaires d’information qui accompagnent et soutiennent, c’est l’hypothèse qui sera développée dans un prochain numéro de Sociétés et représentations, « l’hebdomadairisation » de la société française au XXe siècle. Dans le prolongement des années trente et jusqu’à l’invention-importation du newsmagazine autour de 1964, les hebdomadaires se divisent en deux formules : le « miroir photographique » (Radar, Paris Match) et « l’hebdomadaire de lecture » (France-Observateur, L’Express). Grâce aux outils numériques développés par l’ANR Numapresse (http://www.numapresse.org), de très grands corpus d’hebdomadaires sont explorés, exploités et croisés afin de les replacer plus efficacement dans l’histoire médiatique et culturelle de la deuxième moitié du XXe siècle. L’actualité politique, sociale, artistique, littéraire est traitée par ces périodiques grâce à une mosaïque textuelle et iconographique. Elle sera analysée dans une perspective médiapoétique, de façon à dégager et à interroger leurs dispositifs et leurs représentations.

Cette journée d’étude se situe dans la continuité des travaux menés par Numapresse sur les hebdomadaires du XXe siècle et poursuit le cycle d’événements scientifiques qui leur sont consacrés depuis 2019 : Les hebdomadaires d’actualité dans les années trente (Vu, Voilà, Marianne, Gringoire, Candide, Vendredi) les 13 et 14 juin 2019 ; Paris Match, le poids des mots, le choc des photos le 12 avril 2019.

L’accès à cette journée est libre et ne nécessite pas d’inscription.

Lien vers la visioconférence : Https://urlz.fr/eJSP

Programme de la journée

Parution : D’Havas à l’AFP. Histoire d’une agence de presse unique

Jade Azzoug Montané, D’Havas à l’AFP. Histoire d’une agence de presse unique, L’Harmattan, « Historiques », 2020. 

En tant qu’héritière de la branche information de l’agence Havas, créée par Charles-Louis Havas en 1832, l’AFP est la doyenne des agences de presse. Pourtant son travail est méconnu du grand public alors que ses informations sont présentes dans les journaux, les sites web d’actualités, les télévisions et les radios du monde entier. Société sans capital, soumise à des logiques politiques, journalistiques et commerciales particulières, l’AFP a su préserver son indépendance éditoriale à l’égard des pouvoirs politiques et économiques ainsi que son réseau mondial en restant fidèle à ses principes fondamentaux : fournir une information fiable, vérifiée et immédiate. Son nom est devenu un label, synonyme d’une information de qualité au temps des réseaux sociaux et des infox.

Jade Azzoug Montané est docteure en histoire. Elle est chargée à l’AFP des projets d’éducation, et enseigne à l’université de Saint-Quentin en Yvelines, la pratique des médias.