Archives par mot-clé : journalisme

Parution: Autour de Vallès n° 50, 2020, Retours d’exils

Céline LÉGER et Jean-Marie ROULIN (dir.)

Éditée par l’association Les Amis de Jules Vallès
Revue soutenue par l’IHRIM
n° 50, décembre 2020 (parution janvier 2021)
ISSN 0763-779

Voir en ligne : Site de la revue

Le numéro 50 de la revue Autour de Vallès sonde la question des retours d’exils dans la seconde moitié du XIXe siècle, plus particulièrement entre 1848 et 1885. Cet empan chronologique englobe les transportés et les déportés de Juin, les proscrits de l’Empire, les exilés de la Commune ou ceux et celles qui s’approchent plus ou moins volontairement de leurs trajectoires. Qu’ils fassent œuvre d’écrivains, de journalistes ou d’historiens, ces derniers tissent entre la Deuxième République, le Second Empire et la Troisième République de possibles « filiations » des retours d’exilés, qui n’ont encore fait l’objet d’aucune étude spécifique. Ce numéro s’intéresse à l’écriture du retour d’exil sous diverses formes et aborde cette question inédite, à travers un angle résolument pluridisciplinaire, qui mêle des approches littéraires, journalistiques, historiques ou encore sociologiques. Ses contributeurs convoquent des auteurs français d’horizons variés, dont certains textes restent encore aujourd’hui méconnus et en partie inexplorés.

Parution : D’Havas à l’AFP. Histoire d’une agence de presse unique

Jade Azzoug Montané, D’Havas à l’AFP. Histoire d’une agence de presse unique, L’Harmattan, « Historiques », 2020. 

En tant qu’héritière de la branche information de l’agence Havas, créée par Charles-Louis Havas en 1832, l’AFP est la doyenne des agences de presse. Pourtant son travail est méconnu du grand public alors que ses informations sont présentes dans les journaux, les sites web d’actualités, les télévisions et les radios du monde entier. Société sans capital, soumise à des logiques politiques, journalistiques et commerciales particulières, l’AFP a su préserver son indépendance éditoriale à l’égard des pouvoirs politiques et économiques ainsi que son réseau mondial en restant fidèle à ses principes fondamentaux : fournir une information fiable, vérifiée et immédiate. Son nom est devenu un label, synonyme d’une information de qualité au temps des réseaux sociaux et des infox.

Jade Azzoug Montané est docteure en histoire. Elle est chargée à l’AFP des projets d’éducation, et enseigne à l’université de Saint-Quentin en Yvelines, la pratique des médias.

Parution : News Values from an Audience Perspective

Parution : Médiamorphoses. Presse, littérature et médias, culture médiatique et communication (2e édition)

Pascal Durand, Médiamorphoses. Presse, littérature et médias, culture médiatique et communication, 2e édition, Presses Universitaires de Liège, 2020. 

Anecdotique ou survoltée, l’analyse des rapports entre littérature et journalisme et, plus largement, entre culture et médias a longtemps été réservée aux historiens de la presse ou aux théoriciens de la communication. Ces rapports alimentent un nombre croissant de travaux dans le domaine des études littéraires. Objets de langage, les oeuvres étaient enfermées dans leurs propres contours. Voici qu’elles sont de plus en plus envisagées comme les produits de vastes configurations discursives, sociales et techniques, dont les variations à travers l’histoire font aussi varier leur perception et leur interprétation.
Le mot-valise médiamorphoses résume assez bien les choses et la conversion de notre regard sur ces choses. Adhésion des objets culturels à leurs supports. Relation circulaire des uns avec les autres. Mais aussi changements de perspective quant à ces objets, par effet de l’univers médiatique contemporain sur nos schémas de compréhension.
Ces processus sont abordés ici d’un triple point de vue. Point de vue historique, des années 1830 à nos jours : Lamartine, Mallarmé ou Dumas, Le Bon ou Tarde, Gramsci, Benjamin ou McLuhan sont tour à tour convoqués, acteurs autant que témoins des mutations de la sensibilité en régime journalistique puis médiatique. Point de vue analytique, sur des objets divers : de la poésie au roman-feuilleton, de la littérature à la publicité, des débats sur le reportage naissant aux formes journalistiques actuelles, des langages du pouvoir à la rhétorique réactionnaire. Point de vue théorique enfin, articulant esthétique et critique des médias : moyen d’entrevoir, derrière la rationalité des dispositifs et des théories de la communication, les fantasmagories que celle-ci recouvre, entre contrôle des esprits et évasion imaginaire.

Pascal DURAND est professeur ordinaire à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège. Parmi ses publications figurent La Censure invisible (Actes Sud, 2006), Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités (Seuil, 2008) et Histoire de l’édition en Belgique (avec T. Habrand, Les Impressions Nouvelles, 2018).

Parution : La valeur des informations. Ressorts et contraintes du marché des idées

Bertrand Labasse, La valeur des informations. Ressorts et contraintes du marché des idées, Presses de l’Université d’Ottawa, 2020. 

Pourquoi les messages qui nous plaisent nous plaisent-ils ? Derrière cette question simple se cache l’un des plus vieux problèmes théoriques de la communication, mais aussi l’un des plus importants dans le bouillonnement contemporain des contenus culturels, politiques, médiatiques et distractifs.

Cette recherche s’attaque à ce défi sous un angle nouveau, au moyen d’une approche interdisciplinaire et expose de façon très stimulante les ressorts cognitifs et sociaux qui expliquent les logiques de production et de réception des multiples messages – triviaux ou érudits – en concurrence pour l’attention du public.

La clarté de sa construction permettra à chacun de suivre pas à pas les étapes d’une quête captivante menée pendant plus de vingt ans sur des contextes discursifs aussi variés que le journalisme, la littérature ou la communication scientifique et médicale.

Au fil d’un cheminement méthodique dont la rigueur n’exclut pas l’humour, on découvre comment des facteurs psychologiques et normatifs similaires, connus de longue date mais rarement rapprochés jusqu’à maintenant, s’exercent conjointement et comment ils contribuent globalement à façonner, pour le meilleur ou le pire, la société ultracommunicante dans laquelle nous vivons.

Bertrand Labasse est professeur aux départements de français et de communication de l’Université d’Ottawa et professeur invité à ESJ Lille. Précédemment directeur scientifique du centre national de recherche-développement des éditeurs de presse français. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les pratiques et logiques sociocognitives de la production des contenus médiatiques ou culturels et leur réception par le public.

Appel à contribution : Le détour de l’événement au prisme du journalisme

Appel à contributions pour un dossier de Communication, Revue du département d’information et de communication de l’Université Laval

Le détour de l’événement au prisme du journalisme

VOLUME 38/1

Numéro thématique coordonné par Gloria AWAD (Université d’Artois) et Nicolas PELISSIER (Université Côte d’Azur)

Date limite d’envoi des propositions : 20 avril 2020

Crise, risque, catastrophe, urgence, scandale, affaire, fait divers, guerre, conflit, fait politique, fait de société, acte terroriste, cérémonie, fête, exposition … autant de catégories invoquées, tant par la couverture journalistique dont ils font l’objet que par leurs différentes parties prenantes, pour nommer ce qui arrive. Ces catégories se caractérisent par leur porosité du fait de leur inscription dans la catégorie matricielle de l’événement.

L’événement en tant que catégorie analytique constitue un objet d’étude classique pour les sciences humaines et sociales, qu’il s’agisse de la philosophie, de l’histoire, de la sociologie ou de la psychologie, ainsi que pour les sciences du langage. L’irruption du nouveau, à quoi l’événement nous confronte, a trait à la fois au monde humain, à l’action humaine et à la communication humaine. L’événementialité est à la fois « un mode d’être » de ce qui arrive et de ce que nous faisons arriver par des modalités sociotechniques d’avènement dans des espaces de visibilité et des réalités. Continuer la lecture de Appel à contribution : Le détour de l’événement au prisme du journalisme

Appel à contributions : Communication & Management N° 3/2020

Le Storytelling, le récit entre construction et atomisation de
l’image et du discours

Limite de réception des propositions (3000 signes) 3 février 2020

Entendu communément comme l’art de raconter des histoires, comme type spécifique de récit évocateur ou de mise en scène d’un message, ou technique narrative, le storytelling se caractérise également par un flou, signe d’une instabilité tant dans sa forme que dans les contenus qu’il véhicule. Christian Salmon, qui a introduit la notion dans le grand public prédisait dans son dernier ouvrage, L’Ère du clash (2019), la fin du storytelling. Et pourtant, les analyses des campagnes de diverses institutions ou des discours politiques font montre d’une large utilisation de cette communication narrative.
(…)

Ce numéro de revue s’inscrit dans la volonté de prendre en considération, au-delà de l’analysedes contenus et des dispositifs techniques, les discours qui les accompagnent, les pratiques qui les sous-tendent, mais également la relation qu’ils créent avec le public par le biais d’un contrat de communication (Charaudeau) ou d’un contrat de lecture (Verón). Divers terrains et champs en ligne, et hors ligne, sont attendus dans ce numéro thématique : la communication des organisations, la communication politique et publique, les narrations médiatiques…

Continuer la lecture de Appel à contributions : Communication & Management N° 3/2020

Parution : femmes de presse, femmes de lettres

Le nouvel ouvrage de Marie-Ève Thérenty, Femmes de presse, femmes de lettres. De Delphine de Girardin à Florence Aubenas,  vient de paraître aux éditions CNRS.

Alors que l’histoire de la presse célèbre volontiers ses grands hommes, elle n’a jusqu’ici accordé quasiment aucune place aux femmes journalistes, qu’elles aient été célèbres en leur temps comme Delphine de Girardin, Séverine ou Titaÿna, ou des écrivaines reconnues comme George Sand ou Colette. Pourtant, dès le XVIIIe siècle, des femmes créent et dirigent des feuilles périodiques. Les femmes journalistes du XIXe siècle, qui écrivent un journalisme de chronique directement issu du bel esprit des salons, sont leurs héritières.

Continuer la lecture de Parution : femmes de presse, femmes de lettres

Impression, projection. Une histoire médiatique entre cinéma et journalisme

Richard Bégin, Thomas Carrier-Lafleur, Mélodie Simard-Houde (dir.), Impression, projection. Une histoire médiatique entre cinéma et journalisme, Presses de l’Université Laval, coll. « Littérature et imaginaire contemporain », 5 novembre 2019, 316 pages.

Le cinéma et la presse ont toujours possédé un grand nombre d’affinités électives, de même qu’ils ont toujours été en compétition. Leurs canaux de diffusion et leurs plateformes ne cessent de se croiser, depuis les actualités filmées du début du XXe siècle jusqu’au journalisme participatif du Web 2.0. Leurs matériaux et leur langage connaissent également des hybridités et des échanges foisonnants, que le journalisme investisse petit et grand écrans ou que le cinéma absorbe la matière journalistique. De nouveaux genres cinématographiques – tels le reportage cinématographique et le film-enquête –, et genres journalistiques – telle la critique cinématographique – en sont nés. À ces remédiations s’ajoutent les représentations réciproques, le cinéma ayant continuellement mis à l’épreuve le journalisme, le journalisme ayant participé à l’avènement comme à l’institutionnalisation du cinéma. À travers les alliances et les rivalités, les correspondances et les contradictions, les simultanéités et les renversements, ce volume propose ainsi d’explorer la redéfinition continuelle de nos médias et de leurs identités.

Nineteenth-Century Transmedia Practices

Type: Call for Papers
Date: January 30, 2020 to February 1, 2020
Subject Fields: Popular Culture Studies, Journalism and Media Studies, Literature, Cultural History / Studies, Art, Art History & Visual Studies
 

CFP, International Symposium: “Nineteenth-Century Transmedia Practices”

30th January – 1st February 2020

University of Vienna, Austria

Organizers: Univ.-Prof. Dr. Monika Pietrzak-Franger (University of Vienna, Austria) and Prof. Dr. Christina Meyer (FU Berlin, Germany)

The notion that media content can proliferate and that consumption practices converge has given rise to a host of fascinating research projects in and outside of academia in the past years. Next to pedagogy, literary and cultural studies, such disciplines as economics, film and media studies along with legal studies have begun to trace, analyze and interpret various patterns and practices of transmediality. Simultaneously, numerous (globally operating) transmedia consulting companies began to invest in transmediality as a central marketing strategy (M.-L. Ryan 2017). In general, scholarship on transmediality has tended to focus on contemporary participatory media practices and media convergences in a networked culture (e.g. Jenkins, Ford, and Green 2013) along with addressing various principles of storytelling (cf. H. Jenkins 2008; M. Freeman 2017, 2018; M.-L. Ryan & J.-N. Thon 2014; etc.). In the meantime, some efforts have been made to trace historical developments and cultural specificities in transmedia practices (esp. Freeman 2014, 2016), very few of these, however, went beyond the beginnings of the 20th century.

This conference aims to instead focus on the historicity of transmedia practices, with particular focus on the long nineteenth century (roughly from 1780 to 1920), a century that famously saw the birth of the mass media and brought the “frenzy of the visible” (J.-L. Comolli 1980). We understand practices not just as activities or performative acts of an individual, or a human being, but of ‘transpersonal” institutions (such as clubs, libraries, academies, advertising companies, syndicates, etc.). We thus read practices as forms and ways of actions, agency and performance that are discursive and systemic (networked) rather than as isolated acts. Moreover, the conference is interested in how specific content(s) in multiple media that stay recognizably the same dispersed across cultures in a time before digital convergence. Tracing the processes, economics and technologies involved in transmedia practices and the aesthetics of expansion and transgression in the long nineteenth century will allow for an enhanced understanding of specific configurations in the past and reconfigurations in our present moment. We are interested in contributions, both case studies that may act as models for specific developments as well as more theory-driven investigations, that address questions like:

Continuer la lecture de Nineteenth-Century Transmedia Practices