Archives par mot-clé : journalisme

Parution : Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle (R. Pinker)

Roy Pinker, Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 2022.

Un « chourinage » dans la Seine en 1890, l’empoisonnement d’une archiduchesse d’Autriche par ses bas noirs en 1894, l’inquiétude autour d’une maison hantée à Yzeures-sur-Creuse en 1897, la mystérieuse disparition d’un étudiant en 1906, l’explosion de l’outil piégé d’un marbrier en 1914, un meurtre de chien en 2015 : voilà quelques-unes des affaires sélectionnées ici par Roy Pinker dans la presse du XIXe au XXIe siècle. Ces faits divers, incidents, accidents, canulars, délits, voire crimes, mettent en scène une incongruité du quotidien, un déraillement de la logique, une petite vie obscure ou infâme soudainement rendue visible par un journal.

Ces petits faits curieux, loin d’être insignifiants, apparaissent alors comme les symptômes des inquiétudes ou des enthousiasmes d’une société ; ils forment les éléments significatifs d’un vaste imaginaire social et médiatique, qui passionnait l’historien du crime, Dominique Kalifa, auquel ce livre est dédié, abordant tous ses sujets de prédilection : le fait divers, le sensationnalisme, les marginaux, la Belle Époque, le bagne, les bas-fonds, l’érotisme.

Pour Faits divers et vies déviantes (2022), Roy Pinker dissimule une trentaine d’universitaires, de journalistes et d’écrivains, amis de Dominique Kalifa auquel le livre rend hommage. L’ouvrage a été piloté par Marie-Ève Thérenty.

Préface d’Alain Corbin.

Roy Pinker était un pseudonyme collectif utilisé par les journalistes de Détective dans les années trente pour faire croire que leur hebdomadaire avait aux États-Unis un dynamique correspondant particulier et pour pratiquer en fait un journalisme inventif, créatif et parfois romancé. Ce pseudonyme a été repris par une équipe d’historiens de la presse (voir le projet Numapresse) qui signent ainsi des livres inventifs avec une écriture plus grand public que les ouvrages académiques.  

Appel à contributions : La “civilisation du journal” dans les espaces méditerranéens de la fin du XVIIIe s. à la Première Guerre mondiale (Université Côte d’Azur, Nice)

Colloque : La “civilisation du journal” dans les espaces méditerranéens de la fin du XVIIIe s. à la Première Guerre mondiale

Jeudi 23 et vendredi 24 mars 2023, Université Côte d’Azur, Nice.

Échéance des propositions : 10 novembre 2022.

À partir de la fin du XVIIIe siècle, une grande transformation médiatique a marqué la transition entre les anciens régimes et le monde contemporain, avant de s’approfondir tout au long du XIXe siècle. Entre les gazettes de la fin de l’époque moderne et les organes de la presse de masse apparus un siècle plus tard, une véritable « civilisation du journal » (D. Kalifa, P. Régnier, M.-È. Thérenty, A. Vaillant, 2011) s’est épanouie, au gré des luttes pour la liberté de la presse, du développement industriel et de l’alphabétisation massive des populations. Si pendant longtemps l’historiographie a privilégié un prisme politique pour l’étudier, depuis deux décennies les recherches ont porté une grande attention aux dimensions culturelles, sociales et matérielles des journaux.

C’est ce renouvellement historiographique qu’il s’agit d’approfondir, à partir d’un terrain d’étude : les espaces méditerranéens. Ceux-ci n’ont pas été précurseurs dans le développement d’une presse moderne, à l’inverse d’espaces plus septentrionaux (comme le Royaume-Uni) ou atlantiques (États-Unis). Toutefois, les départements méditerranéens français, l’Italie, l’Espagne, puis des espaces plus orientaux, telle la Grèce, sont entrés progressivement dans cette nouvelle « civilisation du journal ».L’objectif n’est pas d’envisager un espace médiatique proprement méditerranéen, mais plutôt la manière dont, à partir de la fin du XVIIIe siècle, ces territoires, avec leurs caractéristiques propres (rôle fondamental des villes portuaires dans les réseaux journalistiques) et leurs liens extérieurs (qui les relient aux espaces septentrionaux) sont entrés progressivement dans la modernité médiatique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La “civilisation du journal” dans les espaces méditerranéens de la fin du XVIIIe s. à la Première Guerre mondiale (Université Côte d’Azur, Nice)

Appel à contributions : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet (ANR Numapresse, ENS Lyon)

Colloque : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet.

Organisé par Stéphanie Dord-Crouslé et Sarah Mombert dans le cadre de l’ANR Numapresse

Jeudi 9 et vendredi 10 février 2023, École Normale Supérieure de Lyon

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

L’un des objectifs que s’est fixés le projet ANR Numapresse est d’analyser les phénomènes de viralité médiatique à l’œuvre tout au long de l’histoire de la presse périodique. C’est une expérience commune que de constater d’une part que les journaux semblent se recopier les uns les autres, d’autre part que certains textes journalistiques sont repris dans des contextes éditoriaux différents, parfois longtemps après leur première parution. Certains genres journalistiques, par exemple les faits divers, les anecdotes et les bons mots, circulaient d’un journal à l’autre aux débuts de la presse de masse comme les fake news font aujourd’hui le tour d’internet.

Mais certains journaux se sont fait une spécialité de reproduire du texte produit par leurs confrères. Dans la lignée du Voleur, lancé en 1828 par Émile de Girardin, on voit se multiplier les titres tels que Le Compilateur, L’Estafette ou le Journal des faits. Certains sont des journaux reproducteurs ou compilateurs plus qu’exclusivement voleurs, mais ils partagent une caractéristique commune : ils pratiquent de façon systématique la reproduction littérale sans accord préalable et prospèrent dans la zone grise des lois sur la propriété littéraire.

L’atelier préparatoire de ce colloque, qui s’est tenu à l’ENS de Lyon pendant deux ans, s’est concentré sur l’exploration d’un corpus d’une dizaine de ces feuilles prédatrices. Il a tenté de comprendre le contexte historique, industriel et légal des journaux voleurs des années 1828-1860. Une version aboutie de ces travaux préparatoires sera présentée lors du colloque, qui sera l’occasion d’approfondir certaines pistes et d’en explorer de nouvelles.

Nous souhaitons que cette rencontre donne l’occasion de croiser les approches disciplinaires, en mobilisant sur ce phénomène du couper/coller journalistique des historiens, des juristes, des spécialistes de la communication médiatique et des humanités numériques. Au-delà de notre premier terrain d’exploration, nous voudrions que le phénomène de la reproduction journalistique soit envisagé sur le temps long et à l’échelle mondiale.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet (ANR Numapresse, ENS Lyon)

Appel à contributions : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles (Université de Gand)

Colloque : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles

14 -15 septembre 2023, Université de Gand, Belgique

Échéance des propositions : 15 novembre 2022

En partenariat avec l’université d’Anvers (Belgique), l’université de Göteborg (Suède), l’université de Louvain (Belgique) et la Vrije Universiteit Brussels (VUB) (Belgique)

L’histoire du féminisme et le féminisme à travers la littérature sont souvent étudiés séparément, alors que ces deux domaines sont fortement liées. Afin de mieux étudier leurs points communs et leurs intersections, ce colloque international propose d’aborder le thème du féminisme à travers le prisme médiatique. Plus spécifiquement, nous proposons d’aborder les modes de popularisation (nationaux, internationaux, transnationaux) auxquels les militant(e)s des droits des femmes (journalistes, rédacteurs en chef, écrivains) ont eu recours du début du dix-neuvième jusqu’à la fin du vingtième siècle. Le but de ce colloque est d’engager une discussion sur l’évolution et surtout les transformations culturelles et idéologiques du féminisme au-delà des frontières géographiques et linguistiques.

Ce colloque est organisé grâce à un projet financé par le fonds de la recherche scientifique flamande (FWO) affilié à l’université de Gand (Belgique). Cet appel à contributions concerne toute question et tout thème liés au sujet principal, mais nous nous intéresserons plus particulièrement aux perspectives transnationales et transculturelles, aux approches multilingues et globales, sur le thème du féminisme. Pour des questions pratiques, la langue de travail du colloque sera l’anglais.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles (Université de Gand)

Appel à contributions : Figures et trajectoires de journalistes dans la presse en langue étrangère du Siècle des Lumières à l’époque des nationalismes (Université de la Sarre)

Colloque international du réseau TRANSFOPRESS : Figures et trajectoires de journalistes dans la presse en langue étrangère du Siècle des Lumières à l’époque des nationalismes. Configurations et mises en perspectives comparatistes, Europe – Amériques (XVIIIe – début XXe siècles)

11-12 mai 2023, Université de la Sarre/Universität des Saarlandes

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

Organisateurs/trices : Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre, Département de Romanistik, Allemagne)
Anaïs Nagel (Université de Strasbourg, Département d’Histoire, France)

Si pour Pierre Albert, l’histoire de la presse – par sa transversalité – est malaisée à délimiter, elle a pour vertu de se trouver au croisement des disciplines. Elle ne saurait ainsi se construire, ni se comprendre, sans une prise en considération de l’histoire plus globale, de la sociologie de la littérature, des sciences politiques ou de l’économie. Entretenant des relations étroites avec les cadres administratifs et institutionnels ainsi qu’avec le monde de la communication orale, les journaux – publiés depuis le XVe siècle – se présentent comme des supports privilégiés pour diffuser de l’information et servir de plateforme publique pour des débats, en particulier à caractère politique, intellectuel et culturel. Progressivement – en particulier à partir du XVIIIe siècle –, nouvelles gouvernementales et rumeurs populaires se côtoient dans ces feuilles périodiques qui participent ainsi à la diffusion d’une culture politique en évolution. À partir de la Révolution française, le métier de journaliste tend à se professionnaliser et les rédacteurs – qui se distinguent par leur engagement – deviennent des porte-paroles des nouvelles idées politiques, sociales et culturelles. Les parcours transnationaux de ces « journalistes-tribuns » (Pierre Rétat) ainsi que leurs aptitudes linguistiques, sont autant d’atouts pour contribuer à la politisation et à l’ouverture (trans-)culturelle des publics de lecteurs. Souvent des immigrés ou des exilés maîtrisant une langue minoritaire, ces acteurs de la presse allophone se font le relais de la construction des identités nationales, mais aussi minoritaires, entre la fin du XVIIIe et le début du XXe siècles, période marquée par les révolutions américaines et françaises, mais également par l’émancipation des pays d’Amérique du Sud.

Dans le cadre de ce colloque, nous souhaiterions aborder le rôle des journalistes allophones comme médiateurs interculturels et vecteurs de transferts culturels à l’ère des nationalismes. Il s’agira ainsi de considérer la presse en langue étrangère et leurs rédacteurs comme des acteurs des porte-paroles des nouvelles idées politiques et culturelles qui se diffusent entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XXe siècle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Figures et trajectoires de journalistes dans la presse en langue étrangère du Siècle des Lumières à l’époque des nationalismes (Université de la Sarre)

Appel à contributions : La presse dans l’Empire colonial français – XIXe-XXe s. (Le Mans Université)

Colloque international : La presse dans l’Empire colonial français – XIXe-XXe siècles

Le Mans Université, 21-22 juin 2023

Échéance des propositions : 1er août 2022

Les études de presse (presse périodique et revues) portant sur les espaces coloniaux sont encore relativement rares et commencent à peine à bénéficier des avancées conceptuelles et méthodologiques qui ont marqué le renouvellement en France depuis une quinzaine d’années de l’histoire et de la critique des périodiques en métropole (Blandin, Charle, Delporte, Kalifa, Mollier, Robinet, Thérenty, Vaillant…), elles-mêmes en partie tributaires du renouveau des études sur l’histoire du livre, de la lecture, et des pratiques culturelles liées à l’écrit (Chartier, Cavallo, Lyons, Lahire…). La presse des colonies (à distinguer de la presse « coloniale » publiée en métropole) n’est encore souvent convoquée que comme source documentaire, ou seulement évaluée en fonction du positionnement de tel ou tel titre dans l’échiquier politique local. La prise en compte des organes de presse animés par les autochtones est plus faible encore, à l’exception parfois de ceux qui ont hébergé un temps de grandes figures littéraires et politiques, et/ou qui ont joué un rôle explicite dans l’accession à l’indépendance. Or la presse périodique constitue un excellent point d’entrée pour étudier les transformations politiques, sociales et culturelles, et identifier au plus près le système complexe des interactions entre les différentes forces socio-ethniques en présence et au travail dans le cadre colonial – interactions qui ne peuvent être décrites seulement en termes d’imitation, de confrontation, d’aliénation, ou de simple transfert.

Centrées sur l’Empire colonial français (colonies, mandats, protectorats, concessions) et sur la période 1830-1960, les propositions peuvent porter (liste non limitative) sur les rapports entre la presse métropolitaine et la presse publiée dans les colonies, sur les liens entre les différents espaces coloniaux (emprunts, circulation des textes), sur les relations entre presse francophone et presse publiée dans les langues locales, sur le rôle de la presse dans l’émergence d’élites locales et dans les mutations culturelles et politiques des sociétés colonisées, sur l’articulation entre presse « autochtone » des espaces coloniaux et les modalités précoloniales locales de publication et d’information et enfin sur les problèmes d’accessibilité des collections, de localisation des fonds et l’usage des outils numériques en vue de leur exploitation.

Les propositions (300 mots environ) accompagnées d’une brève bio-bibliographie (150 mots environ) sont à adresser avant le 1er août 2022 à l’adresse suivante : colloquepressecolonies@gmail.com.

Les participants seront notifiés le 15 septembre 2022.

Parution : Affaires de style : du cas Molière à l’affaire Grégory, la stylométrie mène l’enquête (F. Cafiero, J.-B. Camps)

Florian Cafiero, Jean-Baptiste Camps, Affaires de style : du cas Molière à l’affaire Grégory, la stylométrie mène l’enquête, Paris, Le Robert, 2022.

En passant au crible les textes et leurs styles, linguistes et statisticiens mènent l’enquête grâce à la stylométrie. Cette méthode d’investigation révolutionnaire qui prend ses sources chez les scribes de Galilée, s’est solidifiée il y a plus d’un demi-siècle dans les couloirs de Harvard avant d’arriver dans nos tribunaux. L’objectif ? Identifier qui se cache derrière n’importe quel texte.

De César à Shakespeare, en passant par les complotistes de l’affaire QAnon, Elena Ferrante ou encore le corbeau de l’affaire Grégory, la stylométrie n’épargne rien ni personne… au point d’élucider certains des plus vieux cold cases et mystères de l’histoire. Pour le meilleur – et pour le pire ?

Premières pages

Continuer la lecture de Parution : Affaires de style : du cas Molière à l’affaire Grégory, la stylométrie mène l’enquête (F. Cafiero, J.-B. Camps)

Appel à contributions : “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies” (Semen n°53)

Appel à contributions : Semen, n°53, “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies”

Échéance des propositions : dimanche 1er mai 2022

Parution Printemps 2023

Pas un jour ou presque ne passe sans qu’une image fasse l’objet d’une controverse en ligne et/ou dans les médias. Fixes ou animées, ces images sont commentées, partagées (Gunthert, 2015), diffusées et discutées, en termes de fiabilité de l’information (Cordier, 2019), de dynamique interprétative (Saemmer & Tréhondart, 2022, 2020 ; Cervulle & Julliard, 2018) ou de stratégies de réception affective, notamment lorsqu’il s’agit d’images violentes, sexuelles ou haineuses (Jehel, 2021).

Ces controverses se matérialisent tout particulièrement sur les réseaux socionumériques, dont les cadres d’énonciation algorithmiques et architextes (Souchier et al., 2019) favorisent la mise en visibilité de positionnements idéologiques divergents (Simon, 2020), allant de l’affirmation d’un point de vue à des formes de polémiques et de conflits haineux (Jost, 2020). Ces controverses interprétatives appuient, d’une part, des stratégies de marchandisation médiatique, intensifiées par les affordances des plateformes numériques ; elles interrogent, d’autre part, la variabilité culturelle et sociale de nos modes de construction du regard ainsi que la manière dont la conflictualité interprétative s’articule autour d’enjeux de sémiotisation et de formes diverses de « domination visuelle » (Boidy, 2017).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies” (Semen n°53)

Parution : Presse et patrimoine (Médias 19)

Morgane Avellaneda, Lucien Derainne, Apolline Strèque, “Presse et patrimoine“, Québec, Médias 19, 2022.

En 2022, la plateforme scientifique Médias 19, consacrée à l’étude de la culture médiatique, a procédé à une importante refonte visuelle de son contenu. Nous lançons, avec “Presse et patrimoine”, le premier dossier scientifique édité au nouveau format de Médias 19. 

En approfondissant des exemples de rencontre entre la presse et le patrimoine au cours du XVIIIe et du XIXe siècle, ce dossier montre qu’à travers les deux termes, ce sont deux conceptions complémentaires de l’histoire et du bien public qui interagissent l’une avec l’autre pour définir de nouveaux cadres culturels. Les auteurs explorent ainsi, entre autres, les patrimoines asssyrien, égyptien, romain ou encore gothique, à travers l’étude de documents journalistiques variés.

Médias 19 est un site scientifique en accès libre, dirigé à l’Université Laval par Guillaume Pinson et à l’Université de Montpellier 3 par Marie-Ève Thérenty.

Continuer la lecture de Parution : Presse et patrimoine (Médias 19)

Parution : Les longs formats dans la presse (Komodo 21)

Komodo 21, n°16, “Les longs formats dans la presse”, dir. Valérie Jeanne-Perrier, Violaine Sauty, Oriane Deseilligny, 2022.

Valérie Jeanne-Perrier, Violaine Sauty, Oriane Deseilligny
Présentation

Valérie Jeanne-Perrier
Les Gulliver contre les Lilliputiens ? Sémio-genèse des formats longs de la presse en ligne en France

Oriane Deseilligny
Le long format au cœur des métamorphoses numériques d’un quotidien : le cas de La Croix

Marie-Ève Thérenty
« Lâcher la rampe ». Configuration et mise en intrigue dans les longs formats de Florence Aubenas

Violaine Sauty
Effets et enjeux de la réédition des reportages long format : l’exemple de Surdose d’Alexandre Kauffmann

Marie Vanoost
Le journalisme narratif aux États-Unis : de l’imprimé aux nouveaux formats en ligne

Isabelle Meuret
Raconter l’inimaginable : long format pour micro-histoires. Récit de la pandémie dans le New York Times Magazine