Archives par mot-clé : journalisme

Parution : Ethnic Minorities, Media and Participation in Hong Kong. Creative and Tactical Belonging

Lisa Y. M. Leung, Ethnic Minorities, Media and Participation in Hong Kong. Creative and Tactical Belonging, Routledge, 2021. 

Second and third generation South and Southeast Asian minorities in Hong Kong, being marginalized from mainstream social and political affairs, have developed an ambivalent sense of belonging to their host society. Unlike their forefathers who first settled in Hong Kong under British colonial rule, these younger generations have spent their formative years in the territory. As such, they have increasingly engaged in the public and political realms of society, partly in response to the territory’s rapid political changes. Leung discusses and analyses the complex and diverse engagement of migrant and minority youths in Hong Kong – and their struggle for recognition, while desiring to ‘be-long’ to a place they call home. Some are joining the calls for democratic changes in the territory. In particular, she argues that much of this struggle can be seen in minorities’ involvement in creative sectors of society.

While it will be of especial interest to scholars with an interest in Hong Kong, this book presents a compelling case study for anyone interested in the dynamics of migrant and minority engagement in the creative sector as a strategy for engagement.

Lisa Y.M. Leung is Associate Professor in the Department of Cultural Studies, Lingnan University, Hong Kong. She has researched and published extensively in the area of minority and migration studies, and is co-author of the book Understanding South Asian Minorities in Hong Kong (2014). She has also researched extensively into the role of social media in social movements, having published journal articles such as ‘Online radio listening as affective publics? (Closeted) participation in the post-Umbrella Movement everyday’ in Cultural Studies (2018), and ‘Free TV as Cultural Right: the case of HKTV Movement’ in Inter-Asia Cultural Studies (2015).

Parution : Presse et bande dessinée. Une aventure sans fin

Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal : elle a dès l’origine exploité les enjeux de l’actualité, et a très vite imaginé des personnages qui sont eux-mêmes journalistes. Le lecteur croisera ainsi les parcours de nombreux héros reporters connus et moins connus, il se plongera dans l’histoire mouvementée des magazines et il pourra saisir les multiples interactions entre la bande dessinée et la presse. Si la perspective retenue concerne essentiellement la BD franco-belge, deux chapitres évoquent la tradition des comics anglo-saxons qui, depuis la naissance de Superman, a elle aussi vu naître un imaginaire du journalisme particulièrement riche.

En dépit de la mort de revues comme Pilote ou Tintin, la généralisation de l’album n’a fait disparaître ni les héros reporters ni la presse de bande dessinée. L’ouvrage se penche aussi sur le succès du reportage graphique et de magazines tels que La Revue dessinée, qui témoignent de la vivacité intacte des échanges entre le journalisme et le neuvième art.

Parution : La Presse française historique. Histoire d’un genre et histoire de la langue

Mairi McLaughlin, La Presse française historique. Histoire d’un genre et histoire de la langue, Classiques Garnier, « Histoire et évolution du français », 2021. 

Cet ouvrage présente les résultats de la première grande étude de la langue de la presse française historique. Il a un double objectif : éclairer l’histoire du genre journalistique, et explorer ce qu’une étude de périodiques historiques peut apporter à la compréhension de l’histoire de la langue.

Journée d’étude sur les hebdomadaires d’information (1950-1970)

Le jeudi 11 février prochain, de 9h à 17h, se déroulera, en ligne – et à l’université Paul-Montpellier 3 (Salle Panathénées 006, Saint-Charles 2) si les conditions sanitaires le permettent – la journée d’étude Numapresse sur les hebdomadaires d’informations (1950-1970). Initialement prévue le 3 avril 2020 et reportée en raison de la crise du COVID19, la journée d’étude « Les hebdomadaires d’information des années cinquante et soixante. Histoire culturelle, poétique médiatique et humanités numériques » propose de plonger dans le corpus vaste et peu étudié des hebdomadaires d’information qui accompagnent et soutiennent, c’est l’hypothèse qui sera développée dans un prochain numéro de Sociétés et représentations, « l’hebdomadairisation » de la société française au XXe siècle. Dans le prolongement des années trente et jusqu’à l’invention-importation du newsmagazine autour de 1964, les hebdomadaires se divisent en deux formules : le « miroir photographique » (Radar, Paris Match) et « l’hebdomadaire de lecture » (France-Observateur, L’Express). Grâce aux outils numériques développés par l’ANR Numapresse (http://www.numapresse.org), de très grands corpus d’hebdomadaires sont explorés, exploités et croisés afin de les replacer plus efficacement dans l’histoire médiatique et culturelle de la deuxième moitié du XXe siècle. L’actualité politique, sociale, artistique, littéraire est traitée par ces périodiques grâce à une mosaïque textuelle et iconographique. Elle sera analysée dans une perspective médiapoétique, de façon à dégager et à interroger leurs dispositifs et leurs représentations.

Cette journée d’étude se situe dans la continuité des travaux menés par Numapresse sur les hebdomadaires du XXe siècle et poursuit le cycle d’événements scientifiques qui leur sont consacrés depuis 2019 : Les hebdomadaires d’actualité dans les années trente (Vu, Voilà, Marianne, Gringoire, Candide, Vendredi) les 13 et 14 juin 2019 ; Paris Match, le poids des mots, le choc des photos le 12 avril 2019.

L’accès à cette journée est libre et ne nécessite pas d’inscription.

Lien vers la visioconférence : Https://urlz.fr/eJSP

Programme de la journée

Parution: Autour de Vallès n° 50, 2020, Retours d’exils

Céline LÉGER et Jean-Marie ROULIN (dir.)

Éditée par l’association Les Amis de Jules Vallès
Revue soutenue par l’IHRIM
n° 50, décembre 2020 (parution janvier 2021)
ISSN 0763-779

Voir en ligne : Site de la revue

Le numéro 50 de la revue Autour de Vallès sonde la question des retours d’exils dans la seconde moitié du XIXe siècle, plus particulièrement entre 1848 et 1885. Cet empan chronologique englobe les transportés et les déportés de Juin, les proscrits de l’Empire, les exilés de la Commune ou ceux et celles qui s’approchent plus ou moins volontairement de leurs trajectoires. Qu’ils fassent œuvre d’écrivains, de journalistes ou d’historiens, ces derniers tissent entre la Deuxième République, le Second Empire et la Troisième République de possibles « filiations » des retours d’exilés, qui n’ont encore fait l’objet d’aucune étude spécifique. Ce numéro s’intéresse à l’écriture du retour d’exil sous diverses formes et aborde cette question inédite, à travers un angle résolument pluridisciplinaire, qui mêle des approches littéraires, journalistiques, historiques ou encore sociologiques. Ses contributeurs convoquent des auteurs français d’horizons variés, dont certains textes restent encore aujourd’hui méconnus et en partie inexplorés.

Parution : D’Havas à l’AFP. Histoire d’une agence de presse unique

Jade Azzoug Montané, D’Havas à l’AFP. Histoire d’une agence de presse unique, L’Harmattan, « Historiques », 2020. 

En tant qu’héritière de la branche information de l’agence Havas, créée par Charles-Louis Havas en 1832, l’AFP est la doyenne des agences de presse. Pourtant son travail est méconnu du grand public alors que ses informations sont présentes dans les journaux, les sites web d’actualités, les télévisions et les radios du monde entier. Société sans capital, soumise à des logiques politiques, journalistiques et commerciales particulières, l’AFP a su préserver son indépendance éditoriale à l’égard des pouvoirs politiques et économiques ainsi que son réseau mondial en restant fidèle à ses principes fondamentaux : fournir une information fiable, vérifiée et immédiate. Son nom est devenu un label, synonyme d’une information de qualité au temps des réseaux sociaux et des infox.

Jade Azzoug Montané est docteure en histoire. Elle est chargée à l’AFP des projets d’éducation, et enseigne à l’université de Saint-Quentin en Yvelines, la pratique des médias.

Parution : News Values from an Audience Perspective

Parution : Médiamorphoses. Presse, littérature et médias, culture médiatique et communication (2e édition)

Pascal Durand, Médiamorphoses. Presse, littérature et médias, culture médiatique et communication, 2e édition, Presses Universitaires de Liège, 2020. 

Anecdotique ou survoltée, l’analyse des rapports entre littérature et journalisme et, plus largement, entre culture et médias a longtemps été réservée aux historiens de la presse ou aux théoriciens de la communication. Ces rapports alimentent un nombre croissant de travaux dans le domaine des études littéraires. Objets de langage, les oeuvres étaient enfermées dans leurs propres contours. Voici qu’elles sont de plus en plus envisagées comme les produits de vastes configurations discursives, sociales et techniques, dont les variations à travers l’histoire font aussi varier leur perception et leur interprétation.
Le mot-valise médiamorphoses résume assez bien les choses et la conversion de notre regard sur ces choses. Adhésion des objets culturels à leurs supports. Relation circulaire des uns avec les autres. Mais aussi changements de perspective quant à ces objets, par effet de l’univers médiatique contemporain sur nos schémas de compréhension.
Ces processus sont abordés ici d’un triple point de vue. Point de vue historique, des années 1830 à nos jours : Lamartine, Mallarmé ou Dumas, Le Bon ou Tarde, Gramsci, Benjamin ou McLuhan sont tour à tour convoqués, acteurs autant que témoins des mutations de la sensibilité en régime journalistique puis médiatique. Point de vue analytique, sur des objets divers : de la poésie au roman-feuilleton, de la littérature à la publicité, des débats sur le reportage naissant aux formes journalistiques actuelles, des langages du pouvoir à la rhétorique réactionnaire. Point de vue théorique enfin, articulant esthétique et critique des médias : moyen d’entrevoir, derrière la rationalité des dispositifs et des théories de la communication, les fantasmagories que celle-ci recouvre, entre contrôle des esprits et évasion imaginaire.

Pascal DURAND est professeur ordinaire à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège. Parmi ses publications figurent La Censure invisible (Actes Sud, 2006), Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités (Seuil, 2008) et Histoire de l’édition en Belgique (avec T. Habrand, Les Impressions Nouvelles, 2018).

Parution : La valeur des informations. Ressorts et contraintes du marché des idées

Bertrand Labasse, La valeur des informations. Ressorts et contraintes du marché des idées, Presses de l’Université d’Ottawa, 2020. 

Pourquoi les messages qui nous plaisent nous plaisent-ils ? Derrière cette question simple se cache l’un des plus vieux problèmes théoriques de la communication, mais aussi l’un des plus importants dans le bouillonnement contemporain des contenus culturels, politiques, médiatiques et distractifs.

Cette recherche s’attaque à ce défi sous un angle nouveau, au moyen d’une approche interdisciplinaire et expose de façon très stimulante les ressorts cognitifs et sociaux qui expliquent les logiques de production et de réception des multiples messages – triviaux ou érudits – en concurrence pour l’attention du public.

La clarté de sa construction permettra à chacun de suivre pas à pas les étapes d’une quête captivante menée pendant plus de vingt ans sur des contextes discursifs aussi variés que le journalisme, la littérature ou la communication scientifique et médicale.

Au fil d’un cheminement méthodique dont la rigueur n’exclut pas l’humour, on découvre comment des facteurs psychologiques et normatifs similaires, connus de longue date mais rarement rapprochés jusqu’à maintenant, s’exercent conjointement et comment ils contribuent globalement à façonner, pour le meilleur ou le pire, la société ultracommunicante dans laquelle nous vivons.

Bertrand Labasse est professeur aux départements de français et de communication de l’Université d’Ottawa et professeur invité à ESJ Lille. Précédemment directeur scientifique du centre national de recherche-développement des éditeurs de presse français. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les pratiques et logiques sociocognitives de la production des contenus médiatiques ou culturels et leur réception par le public.

Appel à contribution : Le détour de l’événement au prisme du journalisme

Appel à contributions pour un dossier de Communication, Revue du département d’information et de communication de l’Université Laval

Le détour de l’événement au prisme du journalisme

VOLUME 38/1

Numéro thématique coordonné par Gloria AWAD (Université d’Artois) et Nicolas PELISSIER (Université Côte d’Azur)

Date limite d’envoi des propositions : 20 avril 2020

Crise, risque, catastrophe, urgence, scandale, affaire, fait divers, guerre, conflit, fait politique, fait de société, acte terroriste, cérémonie, fête, exposition … autant de catégories invoquées, tant par la couverture journalistique dont ils font l’objet que par leurs différentes parties prenantes, pour nommer ce qui arrive. Ces catégories se caractérisent par leur porosité du fait de leur inscription dans la catégorie matricielle de l’événement.

L’événement en tant que catégorie analytique constitue un objet d’étude classique pour les sciences humaines et sociales, qu’il s’agisse de la philosophie, de l’histoire, de la sociologie ou de la psychologie, ainsi que pour les sciences du langage. L’irruption du nouveau, à quoi l’événement nous confronte, a trait à la fois au monde humain, à l’action humaine et à la communication humaine. L’événementialité est à la fois « un mode d’être » de ce qui arrive et de ce que nous faisons arriver par des modalités sociotechniques d’avènement dans des espaces de visibilité et des réalités. Continuer la lecture de Appel à contribution : Le détour de l’événement au prisme du journalisme