Archives par mot-clé : journalisme

Parution : Ce que publier signifie. Une révolution par l’encre et le papier, Nice (1847-1850) (Julien Contes)

Julien Contes, Ce que publier signifie. Une révolution par l’encre et le papier, Nice (1847-1850)préface rédigée par Jean-Paul Pellegrinetti, Paris, Classiques Garnier, coll. Les Méditerranées, 2021.

À travers l’étude d’une équipe de rédaction qui découvre la liberté de la presse à Nice dans le contexte des révolutions européennes de 1848, ce livre explore, grâce à une riche documentation inédite, des aspects sociaux, culturels et matériels encore méconnus de la civilisation du journal du xixe siècle.

Table des matières

Appel à communications : Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

9, 10 et 11 décembre 2021

Centre Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Les propositions de communication seront envoyées avant le 1er juin 2021 à Sophie.Lhermitte@univ-paris1.fr

Elles devront comporter un titre, un résumé de la proposition ainsi que les sources envisagées (une page maximum). Le comité scientifique donnera sa réponse avant la fin du mois de juin.

Argumentaire

Commencée à la fin des années 1980, l’œuvre scientifique de Dominique Kalifa se déploie sur trois décennies ; par son ambition comme par son originalité, elle ouvre et/ou accompagne nombre des transformations de l’historiographie du XIXe siècle (entendu dans le sens élargi que lui assignait Dominique Kalifa, qui n’hésitait pas à prolonger l’âge des révolutions, de l’urbanisation et de l’industrialisation jusqu’aux guerres mondiales et aux grandes ruptures du milieu du XXe siècle). S’il s’est d’abord fait reconnaître comme un pionnier de l’histoire du crime, des faits divers et des médias, auxquels il avait consacré sa thèse (L’Encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Fayard, 1995) et son habilitation (Naissance de la police privée, 2000 ; Crime et culture au XIXe siècle, 2002), s’il n’a jamais renoncé à explorer ce vaste et fécond champ d’enquête sous la forme d’écrits personnels, de travaux collectifs ou de directions de recherche, Dominique Kalifa ne s’est pas contenté d’une spécialité thématique, et il a su diversifier ses objets au gré de ses curiosités et des opportunités, accompagnant et suscitant des recherches doctorales particulièrement variées et novatrices, voyageant lui-même des « Bat d’Af’ » (Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Perrin, 2009) aux mauvais quartiers (Les Bas-Fonds. Histoire d’un imaginaire, Seuil, 2013), des amoureux qui « s’bécotent » sous les ponts de Paris (Paris, une histoire érotique, Payot, 2018) aux fastes réinventés des années 1900 (La véritable histoire de la Belle Époque, Fayard, 2017).

Faisant suite aux nombreux et émouvants hommages qui ont suivi la disparition brutale de Dominique Kalifa à la toute fin de l’été 2020, le colloque organisé par le Centre d’Histoire du XIXe siècle, dont il fut le co-directeur pendant près de vingt ans, a pour ambition de relire l’œuvre de l’historien, d’en distinguer les nuances et les inflexions, d’en éclaircir les héritages et les prolongements, d’en discuter les apports et les défis. En fidélité à son enseignement, il s’agit d’ouvrir un véritable débat historiographique sur la portée d’une œuvre qui s’est construite au tournant des XXe et XXIe siècles.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

Parution : Discours et imaginaires de la Commune (Contextes n°30)

COnTEXTES n° 30, « Discours et imaginaires de la Commune », 2021

Sous la direction de Justine Huppe et Denis Saint-Amand

Présentation de l’éditeur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du 30e numéro de COnTEXTES, dédié aux « Discours et imaginaires de la Commune ». Il y a cent-cinquante ans, le 18 mars 1871, le peuple parisien empêchait l’armée française de récupérer les canons de la butte Montmartre, et se lançait dans une expérience d’auto-organisation visant à concrétiser le rêve d’une vie meilleure — plus juste, plus libre. Cette livraison, dirigée par Denis Saint-Amand et Justine Huppe, rassemble des contributions consacrées au Cri du peuple, aux recherches formelles menées par Vermersch, Lissagaray et Reclus pour dépasser l’écrasement de l’insurrection, au traitement de cette dernière chez Vallès et chez Zola, à l’édition des œuvres de Louise Michel et à la mémoire de l’événement chez Darien ou Descaves, mais aussi à la façon dont la Commune a infléchi les écrits du Comité invisible et le cinéma d’Eisenstein, à la manière dont elle est mise en scène par Watkins ou déplacée fictionnellement dans le Montréal du XXIe siècle par Simon Leduc — ce numéro interroge aussi la façon dont cet épisode historique charrie des représentations vives, parfois contradictoires sinon antagonistes, portées par des pratiques poétiques longtemps tenues à l’écart des études littéraires (celles du journal, de la chanson, du tag ou de l’affiche), alors qu’elles sont les premières à faire bouger les lignes de nos imaginaires. 

Le dossier est composé d’articles de David Charles, Sylvain David, Quentin Deluermoz, Jeremy Hamers, Céline Léger, Aurélien Lorig, Patrick Marcolini, Julie Moucheron, Cécile Robelin, Pascal Rousse, Frédéric Thomas, Sidonie Verhaeghe, et d’entretiens avec Michèle Audin et avec Michèle Riot-Sarcey. L’ensemble est disponible intégralement à l’adresse :  https://journals.openedition.org/contextes/9911.

Continuer la lecture de Parution : Discours et imaginaires de la Commune (Contextes n°30)

Séminaire Numapresse : « La fabrique médiatique des récits de vie » (en ligne)

Séminaire Numapresse : « La fabrique médiatique des récits de vie »

Lundi 22 mars de 14h à 16h

lien du séminaire : meet.google.com/jss-yahc-zzj

Dans le cadre des études portant, au sein de Numapresse, sur les phénomènes médiatiques de viralité, on se propose d’accorder une attention particulière aux récits de vie et à leur circulation médiatique et transmédiatique, depuis les biographies de contemporains en vogue sous le Second Empire (du Dictionnaire universel des contemporains de Vapereau aux Binettes contemporaines ou au Panthéon-Nadar qu’étudia Loïc Chotard) jusqu’aux pages biographiques rédigées aujourd’hui selon un mode collectif et participatif sur Wikipédia. Plus précisément, il s’agira d’observer de près la mise en place, l’imposition et la circulation d’une série de biographèmes, ces passages obligés de toute biographie, attachés à des personnalités du monde artistique, culturel ou politique. On tentera ainsi de remonter à l’acte de naissance supposé de tel biographème dans une rubrique journalistique (portrait, interview, nécrologie…), dans une brochure (comme Les Contemporains de Mirecourt), dans une notice de dictionnaire. On observera aussi la circulation de ce biographème et le jeu d’inflexions, modifications, amplifications qui l’affectent au fil des reprises, avant leur éventuel effacement ou remplacement. Les travaux pourront ainsi concerner une vie illustre dont on suivrait la mise en récit transmédiatique sur un temps long, ou se concentrer sur un ensemble de biographèmes attachés à une catégorie de personnalités (l’acte de naissance supposé d’une vocation artistique, par exemple), ou encore envisager l’élection soudaine d’une personne élevée par la viralité (trans)médiatique, hier ou aujourd’hui, au rang de « figure publique » (voir Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850, Fayard, 2014). Les raisons de l’élection d’une personne ou de la crispation à son sujet sur tels biographèmes seront questionnées. Plus généralement, une réflexion poétique sur l’évolution des codes biographiques pourra accompagner l’étude culturelle des modifications historiques des conditions de la célébrité.  

Lors du séminaire, deux exemples seront traités en guise de mise à l’épreuve des hypothèses et des outils de recherche ou d’analyse : Bocage, comédien et directeur de théâtre (Olivier Bara) et George Sand (Marie-Eve Thérenty).  Pierre-Carl Langlais présentera également les outils d’analyse de viralité permettant ces nouvelles explorations.

Contact : Julien Schuh – schuh.julien@gmail.com 

Parution : Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870) (CÉLINE LÉGER)

Céline Léger, Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870)Presses universitaires de Saint-Etienne, coll. « Le XIXe siècle en représentation(s) », 2021.

L’œuvre de Jules Vallès s’inscrit de manière exemplaire au confluent de l’histoire, de la presse et de la littérature. Elle entretient une proximité étroite avec les bouleversements de son siècle. Elle apparaît donc comme un point d’optique idéal pour analyser l’écriture de l’événement. Or, en dehors de la Commune, l’événement en tant que tel reste un impensé dans la critique vallésienne. Entre 1857 et 1870, sous le Second Empire, qu’est-ce qu’un événement au sens fort du terme pour Vallès ? Bien au-delà des grandes dates communément admises, en quoi sa vision de ce qui fait ou ne fait pas événement le conduit à reconfigurer l’histoire de son époque ? Dans des articles de presse percutants, Vallès interroge les artefacts culturels et les violences ambigües de son temps. Mais les événements s’avèrent plus encore un mode d’exploration efficace de l’histoire du XIXe siècle. Ils esquissent un autoportrait de l’écrivain en clair-obscur et permettent au reporter de témoigner sur le présent, plongeant le lecteur au cœur des expériences restituées. Ils deviennent enfin de puissants révélateurs des injustices et de l’âpreté de la société, au moment où la France s’industrialise. Sous la plume de cet extraordinaire journaliste, se construit une histoire militante, qui déplace et subvertit les hiérarchies courantes, explique et remet en question les structures conventionnelles.  

Céline Léger est agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française du XIXsiècle. Ses recherches portent sur le journalisme de Vallès et, au-delà, sur les écritures conjointes de l’histoire, de l’actualité et de l’intime au xixe siècle. Auteure d’une vingtaine de communications et de publications autour de ces questions, elle s’est ouverte plus récemment à l’écriture scénaristique et à la réalisation d’un court-métrage historique sur Vallès et Séverine.

Parution : Ethnic Minorities, Media and Participation in Hong Kong. Creative and Tactical Belonging

Lisa Y. M. Leung, Ethnic Minorities, Media and Participation in Hong Kong. Creative and Tactical Belonging, Routledge, 2021. 

Second and third generation South and Southeast Asian minorities in Hong Kong, being marginalized from mainstream social and political affairs, have developed an ambivalent sense of belonging to their host society. Unlike their forefathers who first settled in Hong Kong under British colonial rule, these younger generations have spent their formative years in the territory. As such, they have increasingly engaged in the public and political realms of society, partly in response to the territory’s rapid political changes. Leung discusses and analyses the complex and diverse engagement of migrant and minority youths in Hong Kong – and their struggle for recognition, while desiring to ‘be-long’ to a place they call home. Some are joining the calls for democratic changes in the territory. In particular, she argues that much of this struggle can be seen in minorities’ involvement in creative sectors of society.

While it will be of especial interest to scholars with an interest in Hong Kong, this book presents a compelling case study for anyone interested in the dynamics of migrant and minority engagement in the creative sector as a strategy for engagement.

Lisa Y.M. Leung is Associate Professor in the Department of Cultural Studies, Lingnan University, Hong Kong. She has researched and published extensively in the area of minority and migration studies, and is co-author of the book Understanding South Asian Minorities in Hong Kong (2014). She has also researched extensively into the role of social media in social movements, having published journal articles such as ‘Online radio listening as affective publics? (Closeted) participation in the post-Umbrella Movement everyday’ in Cultural Studies (2018), and ‘Free TV as Cultural Right: the case of HKTV Movement’ in Inter-Asia Cultural Studies (2015).

Parution : Presse et bande dessinée. Une aventure sans fin

Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal : elle a dès l’origine exploité les enjeux de l’actualité, et a très vite imaginé des personnages qui sont eux-mêmes journalistes. Le lecteur croisera ainsi les parcours de nombreux héros reporters connus et moins connus, il se plongera dans l’histoire mouvementée des magazines et il pourra saisir les multiples interactions entre la bande dessinée et la presse. Si la perspective retenue concerne essentiellement la BD franco-belge, deux chapitres évoquent la tradition des comics anglo-saxons qui, depuis la naissance de Superman, a elle aussi vu naître un imaginaire du journalisme particulièrement riche.

En dépit de la mort de revues comme Pilote ou Tintin, la généralisation de l’album n’a fait disparaître ni les héros reporters ni la presse de bande dessinée. L’ouvrage se penche aussi sur le succès du reportage graphique et de magazines tels que La Revue dessinée, qui témoignent de la vivacité intacte des échanges entre le journalisme et le neuvième art.

Parution : La Presse française historique. Histoire d’un genre et histoire de la langue

Mairi McLaughlin, La Presse française historique. Histoire d’un genre et histoire de la langue, Classiques Garnier, « Histoire et évolution du français », 2021. 

Cet ouvrage présente les résultats de la première grande étude de la langue de la presse française historique. Il a un double objectif : éclairer l’histoire du genre journalistique, et explorer ce qu’une étude de périodiques historiques peut apporter à la compréhension de l’histoire de la langue.

Journée d’étude sur les hebdomadaires d’information (1950-1970)

Le jeudi 11 février prochain, de 9h à 17h, se déroulera, en ligne – et à l’université Paul-Montpellier 3 (Salle Panathénées 006, Saint-Charles 2) si les conditions sanitaires le permettent – la journée d’étude Numapresse sur les hebdomadaires d’informations (1950-1970). Initialement prévue le 3 avril 2020 et reportée en raison de la crise du COVID19, la journée d’étude « Les hebdomadaires d’information des années cinquante et soixante. Histoire culturelle, poétique médiatique et humanités numériques » propose de plonger dans le corpus vaste et peu étudié des hebdomadaires d’information qui accompagnent et soutiennent, c’est l’hypothèse qui sera développée dans un prochain numéro de Sociétés et représentations, « l’hebdomadairisation » de la société française au XXe siècle. Dans le prolongement des années trente et jusqu’à l’invention-importation du newsmagazine autour de 1964, les hebdomadaires se divisent en deux formules : le « miroir photographique » (Radar, Paris Match) et « l’hebdomadaire de lecture » (France-Observateur, L’Express). Grâce aux outils numériques développés par l’ANR Numapresse (http://www.numapresse.org), de très grands corpus d’hebdomadaires sont explorés, exploités et croisés afin de les replacer plus efficacement dans l’histoire médiatique et culturelle de la deuxième moitié du XXe siècle. L’actualité politique, sociale, artistique, littéraire est traitée par ces périodiques grâce à une mosaïque textuelle et iconographique. Elle sera analysée dans une perspective médiapoétique, de façon à dégager et à interroger leurs dispositifs et leurs représentations.

Cette journée d’étude se situe dans la continuité des travaux menés par Numapresse sur les hebdomadaires du XXe siècle et poursuit le cycle d’événements scientifiques qui leur sont consacrés depuis 2019 : Les hebdomadaires d’actualité dans les années trente (Vu, Voilà, Marianne, Gringoire, Candide, Vendredi) les 13 et 14 juin 2019 ; Paris Match, le poids des mots, le choc des photos le 12 avril 2019.

L’accès à cette journée est libre et ne nécessite pas d’inscription.

Lien vers la visioconférence : Https://urlz.fr/eJSP

Programme de la journée

Parution: Autour de Vallès n° 50, 2020, Retours d’exils

Céline LÉGER et Jean-Marie ROULIN (dir.)

Éditée par l’association Les Amis de Jules Vallès
Revue soutenue par l’IHRIM
n° 50, décembre 2020 (parution janvier 2021)
ISSN 0763-779

Voir en ligne : Site de la revue

Le numéro 50 de la revue Autour de Vallès sonde la question des retours d’exils dans la seconde moitié du XIXe siècle, plus particulièrement entre 1848 et 1885. Cet empan chronologique englobe les transportés et les déportés de Juin, les proscrits de l’Empire, les exilés de la Commune ou ceux et celles qui s’approchent plus ou moins volontairement de leurs trajectoires. Qu’ils fassent œuvre d’écrivains, de journalistes ou d’historiens, ces derniers tissent entre la Deuxième République, le Second Empire et la Troisième République de possibles « filiations » des retours d’exilés, qui n’ont encore fait l’objet d’aucune étude spécifique. Ce numéro s’intéresse à l’écriture du retour d’exil sous diverses formes et aborde cette question inédite, à travers un angle résolument pluridisciplinaire, qui mêle des approches littéraires, journalistiques, historiques ou encore sociologiques. Ses contributeurs convoquent des auteurs français d’horizons variés, dont certains textes restent encore aujourd’hui méconnus et en partie inexplorés.