Archives par mot-clé : jeux

Appel: La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques (15 février 2014)

La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques

Circulation, adaptations, mutations

Colloque organisé par Matthieu Letourneux et Mathilde Lévêque

avec le concours de l’Afreloce (association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance)

Université Paris 13

24-26 septembre 2014.

Depuis une vingtaine d’années, les études littéraires tendent à déplacer leur centre d’intérêt des productions légitimées (celle du canon institué par l’histoire littéraire) vers l’ensemble des productions textuelles. En parallèle, les recherches influencées par les cultural studies ressaisissent les productions textuelles dans l’ensemble des pratiques culturelles : non seulement celles des productions médiatiques (cinéma, télévision, jeux vidéo), mais aussi celles de la culture matérielle (jeux et produits industriels).

Paradoxalement, la recherche consacrée à la littérature pour la jeunesse, en quête de légitimité institutionnelle, a encore peu étudié la relation des œuvres littéraires aux autres productions de la culture médiatique et de la culture matérielle de l’enfance. Pourtant, c’est sans doute dans ce domaine que les échanges ont été les plus intenses et les plus fructueux. On a souvent souligné (Jenkins, Ferrier) l’emprise des industries culturelles sur la littérature pour la jeunesse contemporaine, et les travaux sur la novellisation (Baetens et Lits) ont mis en évidence leur enracinement dans les cultures de jeunesse. A l’inverse, la littérature de jeunesse apparaît comme une source inépuisable d’inspiration pour les industries culturelles. Enfin, l’univers du livre participe, parfois de façon centrale, parfois de façon marginale, aux logiques de poly-exploitations qui marquent l’ensemble des productions pour la jeunesse : non seulement les fictions narratives, mais aussi les supports de fiction ludiques (jeux et jouets) et les objets industriels qui sont destinés à ce public.

Si de tels échanges sont devenus massifs ces dernières décennies avec l’avènement des nouveaux médias électroniques et les transformations de l’industrie culturelle, on a pu montrer que les relations entre industrie culturelle et littérature de jeunesse sont anciennes. Pour comprendre les politiques de licences et de déclinaisons transmédiatiques des séries à succès, il faut sans doute les replacer dans une périodicité longue, remontant au XIXe siècle. Pour cela, il convient d’articuler un questionnement social (avec les transformations des pratiques de consommation et de loisirs), économique (avec le développement d’une industrie et d’une édition visant les jeunes publics), médiatique (avec le rôle joué par le cinéma, la presse, la radio puis la télévision), juridique (avec par exemple le glissement aux Etats-Unis d’une logique de copyrights à une logique de trademarks), et étudier l’évolution des pratiques culturelles et des légitimités. Mais il convient également de mettre en évidence les spécificités des pratiques contemporaines de la culture de jeunesse, celles des médiacultures (Maigret), de la convergence culturelle (Jenkins), du médiamix (Ito) et des œuvres-mondes (Besson, Wolf). Enfin, il importe de réfléchir plus généralement aux spécificités des pratiques culturelles des jeunes publics ayant favorisé de telles mixités : importance des échanges entre fictions pour la jeunesse et l’univers du jeu (Brougère), fictions oscillant entre pratiques narratives et ludiques (Caïra, Grouling Cover), logiques d’appropriation, de recomposition, de déclinaisons à travers des activités créatives et ludiques.

L’ambition de ce colloque est de questionner la place de la littérature pour la jeunesse dans les imaginaires médiatiques et les productions industrielles pour la jeunesse, en tentant de mettre en évidence les logiques d’adaptations, de traductions intersémiotiques, de synergies et de rapports de force qui sont engagés dans ces pratiques.

On pourra par exemple explorer les pistes suivantes, soit dans une perspective générale, soit à partir d’études de cas :

1. Transferts intersémiotiques et transmédiatiques

– Dans les échanges entre les médias, on peut questionner les mécanismes de traduction intersémiotique (du livre vers les autres médias et des autres médias vers le livre) : comment les auteurs tentent-ils de restituer les imaginaires médiatiques dans lesquels ils inscrivent leur œuvre et avec lesquels ils dialoguent, mais aussi comment les novellisations peuvent-elles correspondre à des stratégies de différenciation exploitant les spécificités du support imprimé ? A l’inverse, dans quelle mesure les imaginaires littéraires ont pu être altérés par leurs adaptations médiatiques successives ?

– Mais le livre est loin de se cantonner au domaine des novellisations : les atlas, encyclopédies, livres-jeux, livres à offrir, mettent en évidence d’autres pratiques de l’imprimé aux relations complexes avec les univers de fiction médiatiques. De tels ouvrages, négligés par la recherche, pourront ainsi être abordés. De même, on s’intéressera à l’ensemble des productions littéraires exploitant des univers de fiction ludiques (livres et revues exploitant les univers des jeux et jouets, jeux de rôle, jeux vidéo).

– – On s’intéressera tout particulièrement aux relations qui existent entre la littérature, qu’il s’agisse de fiction narrative ou non narrative, et les formes de fiction ludiques : jeux, jeux de rôle, jeux vidéo, jouets. Cette attention pourra prendre une forme théorique, historique, économique et médiatique.

2. Mutations médiatiques, création et édition :

– On se demandera en outre comment les auteurs et les éditeurs assimilent eux-mêmes ces mutations médiatiques dans leurs logiques de communication. Quelle est l’incidence de ces nouvelles pratiques médiatiques sur la conception que les auteurs se font de leur œuvre et de leur travail d’écriture ?

– La question des contextes économiques, juridiques, sociaux et médiatiques du livre (quand celui-ci exploite des imaginaires et des univers de fiction développés avant tout sur d’autres supports) pourra être abordée. Quelles sont les conditions de production ? Quels sont les acteurs en jeu dans la création de l’œuvre ? De quel processus et de quelles dynamiques de négociation l’œuvre est-elle le résultat ?

– On cherchera à comprendre quels sont les enjeux de l’adaptation des œuvres littéraires dans les systèmes médiatiques : on se demandera quelles œuvres sont adaptées, ce qui en est conservé, retenu, les contraintes que font subir les coûts et les enjeux de développement sur le processus d’adaptation, etc.

3. Perspective historique, regard contemporain

– L’Histoire des échanges entre la littérature de jeunesse et les autres médias reste encore largement à écrire. Quels ont été les événements littéraires et médiatiques qui peuvent être considérés comme des jalons de cette histoire ? Y a-t-il eu des conditions juridiques ou industrielles ayant favorisé de telles transformations des pratiques ? On pourra également s’interroger sur les questions de résistance et d’imperméabilité, revers des phénomènes d’échanges et de circulation, qui fonctionnent pourtant comme autant de miroirs révélateurs.

– On peut se demander également si les mutations contemporaines affectant en profondeur la communication littéraire – internet, les logiques industrielles de convergence, les pratiques participatives des jeunes consommateurs (et leur récupération par les industriels) – peuvent modifier en retour le regard que l’on porte sur l’histoire de la littérature pour la jeunesse et de sa place de l’imprimé dans l’ensemble de la culture de jeunesse.

Les propositions (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 15 février 2014 à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Mathilde Lévêque (mathilde.leveque@univ-paris13.fr).

Comité scientifique :

Jan Baetens (Université de Louvain-la-Neuve), Laurent Bazin (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Anne Besson (Université d’Artois), Gilles Brougère (Université Paris 13), Olivier Caïra (IUT d’Evry), Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Mathilde Lévêque (Université Paris 13), Déborah Lévy-Bertherat (ENS Paris), Sarah Sépulchre (Université de Louvain-la-Neuve)

Bibliographie

– Jan Baetens, La Novellisation, du film au roman, Liège, Impressions Nouvelles, 2008.

– Jan Baetens et Marc Lits (ed.), La Novellisation : du film au roman ; Novelization : From Film to Novel, Leuven, Leuven University Press, 2004.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Editions « Littérature », 2004.

– Gilles Brougère, Jouets et compagnie, Paris, Stock, « Un Ordre d’idées », 2003.

– Olivier Caïra, Jeux de rôle, Les Forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007.

– Collectif, Les Formes de la fiction dans la culture de jeunesse, Strenae, 2, 2011.

– Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! Le concept de littérarité appliqué aux livres pour la jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

– Jennifer Grouling Cover, The Creation of Narrative in Tabletop Role-Playing Games, McFarland, 2010.

– Mizuko Ito, « Technologies of the Childhood Imagination; Yugioh, Media Mixes, and Everyday Cultural Production », in J. Karaganis and N. Jeremijenko (ed.), Structures of Participation in Digital Culture, Duke University Press, 2005.

– Henry Jenkins, La Convergence culturelle, Paris, Armand Colin, « Mediamix », 2013.

– Eric Maigret, Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005

– Mark Wolf, Building Imaginary Worlds, Londres, Routledge, 2012.

Parution: Sciences du jeu n° 1 (Hommage à Jacques Henriot)

Lancement du numéro 1 de la revue Sciences du jeu

n°1 | Automne 2013

30 ans de Sciences du jeu à Villetaneuse. Hommage à Jacques Henriot

Revue internationale et interdisciplinaire, Sciences du jeu a pour mission de développer la recherche en langue française sur le jeu, de lui donner une visibilité, de nourrir le dialogue entre les disciplines autour de cet objet, et de susciter des débats. Elle a pour objectif de publier des articles scientifiques inédits sur le jeu. Elle est ouverte à toutes les approches ou méthodes disciplinaires, portant sur tous les objets ludiques (dont, mais non exclusivement, les jeux vidéo), et a pour ambition de présenter des recherches issues de différents terrains concernant le jeu dans un sens large (objets, structures, situations, expériences, attitudes ludiques).

Actuellement l’université Paris 13 à travers le centre de recherche EXPERICE (axe B) en assume la gestion pratique dans le cadre d’une association avec d’autres universités représentées au comité de rédaction de la revue. D’autres personnes et institutions pourront se joindre à cette équipe de départ. La gestion pourra également tourner en fonction des possibilités offertes par telle ou telle institution.

Sciences du jeu est disponible intégralement en libre accès. Les numéros sont thématiques, et peuvent aussi contenir des articles hors dossier dans une rubrique « Varia », ainsi que des comptes rendus. Si les propositions hors dossier de qualité sont abondantes, des numéros de varia (ou avec des dossiers réduits) peuvent être mis en chantier.

Appel: Mondes possibles, mondes numériques : enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Appel à communications

Mondes possibles, mondes numériques :

enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Colloque organisé du 18 au 20 juin 2014 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre des travaux du 3L. AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans), par Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince.

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale de la LPCM (association des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique)

S’il est périlleux de prétendre rendre compte des mutations d’épistémè dans le temps même qu’elles sont censées se produire, du moins peut-on sans risque d’erreur mettre en évidence le changement de paradigme qui a vu l’ère du numérique succéder en quelques décennies seulement à la galaxie Gutenberg. Dit autrement, on est passé d’une civilisation de l’imprimé à la prépondérance des écrans ; il en résulte la mise en œuvre de nouveaux cadres de référence et de réception dont la montée en puissance pourrait sembler reléguer l’écrit en général, et le texte littéraire en particulier, en marge de la conscience contemporaine au profit de l’immédiateté des médias, de la fascination des images et du prestige du Web.

À ce constat désenchanté, il faut toutefois opposer la persistance du champ littéraire, avec en particulier l’essor éditorial de la littérature pour la jeunesse, dont la place avérée dans les pratiques de consommation culturelle témoigne de son rôle structurant dans la constitution d’un imaginaire collectif des jeunes générations, de même que l’évolution des littératures de l’imaginaire (fantasy, science-fiction…) qui touchent elles aussi un public élargi. Loin de s’opposer à la révolution numérique, de telles productions semblent au contraire l’accompagner, voire la mettre en scène, à travers le motif récurrent des mondes possibles, thème obsessionnel de la fiction contemporaine.

Reste à savoir comment ces différentes modalités de l’évasion dans d’autres univers (à travers les textes ou par le biais des jeux vidéo, jeux de rôle et autres jeux en ligne) entrent en résonance dans les perceptions contemporaines. Peut-on considérer que les expériences sont superposables dès lors que « fiction » et « play » sont souvent confondus au nom d’une adhésion collective au paradigme de l’immersion ? Ou bien faut-il les considérer comme radicalement distinctes, comme ont pu un temps le revendiquer les game studies ? On se rappelle que Jean-Marie Schaeffer, dans la fameuse ouverture de Pourquoi la fiction ?, rapprochait pour sa part Madame Bovary de Lara Croft dans l’intention de couvrir la totalité du spectre fictionnel, considérant précisément que le propre de la fiction serait d’instituer un mode d’immersion dans l’univers postulé (la feintise ludique), caractérisé par des modes de projection similaires par-delà la disparité de leurs réalisations.

Ce ne serait donc pas un hasard si la fortune critique des théories de la fiction visant à rendre compte des phénomènes littéraires à l’aune du vieux mythe des mondes possibles[1] coïncide avec le succès de « mondes imaginaires » revisités par le cinéma (Harry Potter adapté par Hollywood, Tolkien revu et corrigé par Peter Jackson, Narnia de C.S. Lewis ou His Dark Materials de Philip Pullman promus en blockbusters), la généralisation croissante des consoles de jeux ou encore l’engouement médiatique et public pour les existences alternatives et les univers persistants (Second life, World of Warcraft …).

L’objet de ce colloque est donc d’interroger la façon dont s’entrelacent aujourd’hui les trois notions de « fiction », de « monde » et de « jeu ». On pourra notamment et entre autres développer les pistes de réflexion suivantes :

– imaginaires des mondes et paradigmes théoriques, dans leurs différents investissements disciplinaires ;

– représentations de l’expérience des mondes ludiques dans la littérature, et symétriquement, modes de présence des mondes littéraires quand ils font l’objet d’adaptations ludiques ;

– multiplication des expériences « transmedia » et « crossmedia » autour de « mondes » partagés : quelles places y tiennent les différents médias, avec quels enjeux ?

– analyse des comportements psycho-cognitifs mis en jeu selon les modalités de l’immersion ;

– sociologie des pratiques et usages en fonction des supports considérés…

Ce sont ces convergences et ces nuances qu’il s’agira d’observer, voire de remettre en cause dans leur évidence première, pour tenter de forger une conception moderne de ce que serait une culture accordant la même valeur à la dimension artistique qu’au poids du numérique. C’est dire qu’une telle réflexion ne relève pas seulement du champ de l’esthétique, mais tout autant du politique dans la mesure où s’y jouent des questions d’héritage et de rupture, de transmissions patrimoniales et de conflits intergénérationnels, bref de comportements (inter)culturels et donc de modes de vie, de représentation autant que de pensée.

Le colloque proprement dit se déroulera pendant les deux journées du 19 et 20 juin. Il sera précédé le 18 juin après-midi par un workshop pour les jeunes chercheurs  s’inscrivant dans la problématique et dans le contexte théorique et méthodologique du colloque. Ce workshop, avec modérateur, consistera en une présentation rapide de leurs travaux de recherches s’appuyant sur un poster.

Les propositions (environ 3000 signes espaces compris, précisant s’il s’agit d’un poster ou d’une communication pour le colloque) doivent être envoyées, accompagnées d’une courte notice biographique, à Laurent Bazin (laurentbazin60@gmail.com), Anne Besson (annebesson@free.fr) et Nathalie Prince (nathalie.prince@bbox.fr) avant le 31 décembre 2013.

Organisation

Laurent Bazin, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Anne Besson, E.A. « Textes et Cultures », Université d’Artois

Nathalie Prince, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Comité scientifique

Gilles Brougère, Université Paris Nord-Villetaneuse

Vincent Ferré, Université Paris Est Créteil (UPEC)

Irène Langlet, Université de Limoges

Françoise Lavocat, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle

Marc Lits, Université de Louvain

Francis Marcoin, Université d’Artois (Arras)

Brigitte Ouvry-Vial, Université du Maine

Richard Saint-Gelais, Université Laval (Québec)

Url de référence :

http://3lam.univ-lemans.fr/fr/index.html


[1] Entre autres : Pavel, Univers de la fiction ; Dolezel, Heterocosmica ; Eco, Lector in fabula ; Ryan, Possible Worlds, Artificial Intelligence and Narrative Theory ; Lavocat, La Théorie des mondes possibles et l’analyse littéraire

Parution: Cahiers Robinson n°32, Le jeu dans les dramaturgies jeunes publics, sous la direction de Françoise Heulot-Petit et Sandrine Le Pors

Parution

Cahiers Robinson n°32

Le jeu dans les dramaturgies jeunes publics

sous la direction de Françoise Heulot-Petit et Sandrine Le Pors

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution des Cahiers Robinson n°32, Le jeu dans les dramaturgies jeunes publics, sous la direction de Françoise Heulot-Petit et Sandrine Le Pors

Au-delà du plaisir et de son caractère gratuit, le jeu est le lieu d’un excédent de vitalité mais aussi l’expression d’une intériorité complexe parce qu’en devenir. Son caractère spontané met à jour les instincts, les peurs, les désirs et les rêves qui habitent l’enfant. Au théâtre, l’auteur, en se plaçant du point de vue de l’enfant, interroge et ménage pour le lecteur/spectateur un espace de jeu « depuis l’enfance ». Ainsi, la diversité des écritures qui s’exprime aujourd’hui dans le théâtre jeune public nécessite un premier repérage des enjeux de cette notion, à la fois comme jeu dans l’écriture et écriture du jeu.

L’espace et le temps du jeu s’inscrivent dans la fiction, ébrèchent l’écriture du dialogue et participent à une inclinaison de l’écriture contemporaine vers la narration : l’épique (raconter et se raconter des histoires) et l’action ludique (le jeu concret, précisé ou non dans les didascalies) sont autant d’échappées vers le lyrisme et l’onirisme qui déplacent les catégories du drame.

D’autre part, oscillant entre ludisme et « paysages dévastés », l’auteur habité par le souci de ne pas « blesser l’enfance » arpente un territoire et pose des balises qui devraient permettre à l’enfant de se repérer. Si l’enfant peut s’y perdre, éprouvant frayeur et plaisir, il retrouve souvent le chemin de la stabilité qui l’aide à grandir et à faire face au monde.

Les cahiers robinson explorent, sans s’y limiter ni s’y enfermer, le domaine de la littérature de jeunesse, des lectures, des récits et des activités de l’enfant.

imagination et savoir sont considérés dans une perspective ouverte aux questions historiques, sociales, esthétiques.

à paraître :

Filmer la classe

Le livre de poche comme bibliothèque de la jeunesse

L’enfance et la question animale



Le Jeu dans les dramaturgies jeunes publics

Françoise Heulot-Petit & Sandrine Le Pors

Introduction

Françoise Heulot-Petit

Figurations de l’ami imaginaire : jouer avec son ombre ?

Christiane Page

Du jeu comme acte au jeu comme discours

Denise Schropfer

Le jeu des sept familles ou la dialectique du jeu entre parents et enfants

Anaïs Bonnier

Jeux macabres et jeux cruels : l’exemple de Monsieur Fugue de Lilian Atlan

Sibylle Lesourd

Mise en jeu identitaire et jeu de rôles dans le théâtre pour adolescents :
le cas Hart-Emily de Fabrice Melquiot

Sandrine Le Pors

L’énigme didascalique et l’instance ludique

Marie Bernanoce

La voix didascalique du jeu dans l’écriture théâtrale jeunesse :
portée esthétique, portée éthique

Marie-Aude Hemmerlé

À l’épreuve du récit. Les jeux du récit dans les dramaturgies québécoises contemporaines

Marie-Isabelle Boula de Mareuil

Jouer à l’enfant : la promesse du retour
Étude de Bled de Daniel Danis

Julie Valero

Les jeux du numérique : Christophe Pellet, Qui a peur du loup ?

Katell Tison-Deimat

L’action « Thea »

Textes d’auteurs

Joseph Danan

Écrire est un jeu d’enfant

Eugène Durif

Ouaouarons, maudits ouaouarons (extrait)

Thibault Fayner & Sandrine Le pors

Écrire une pièce jeune public

VARIA

Notes de lecture

Jocelyne Lassale-Gharios

L’édition francophone pour la jeunesse au Liban

Kimiko Wanatabe

Les traductions de Sans famille au Japon à l’Ère Meiji

Enfances au cinéma

Alain Arnaud

La rhétorique de la grâce dans True grit de Joel et Ethan Coen

Parution: Vincent Berry L’expérience virtuelle : jouer,vivre, apprendre dans un jeu vidéo.

Parution

Vincent Berry

L’expérience virtuelle : jouer,vivre, apprendre dans un jeu vidéo.

Présentation

En s’affranchissant d’un certain nombre de paniques morales au profit d’une analyse empirique des pratiques cet ouvrage propose une ethnographie des mondes virtuels et des habitants qui les fréquentent. Qui sont les joueurs ? Quel âge ont-ils? Combien de temps jouent-ils? À quels types d’activité s’adonnent- ils? De quelles natures sont les relations tissées dans ces univers? Au-delà d’un simple mais nécessaire compte-rendu sociologique cet ouvrage a pour ambition d’analyser la notion d’expérience virtuelle entendue comme ce que ces mondes numériques « font et font faire » à leurs habitants, comment ils sont vécus, quelles significations ils produisent, quels savoirs et compétences ils mobilisent. Derrière l’analyse de ces univers virtuels la relation entre jeu et apprentissages informels est ainsi interrogée.

TABLE DES MATIÈRES

REMERCIEMENTS ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..9
PRÉFACE DE GILLES BROUGÈRE …………………………………………………………………………………………………………………… 11
PROLOGUE : ENTRETIENS AVEC DES JOUEURS ………………………………………………………………………………………………. 15
INTRODUCTION ……………………………………………………………………………………………………………………………………………….. 19
Chapitre I
JEUX VIDÉO : LA FABRICATION D’UNE CULTURE ………………………………………………………………………………………… 33
L’invention d’un loisir : université, guerre froide et science-fiction ………………………………. 35
Sports et fantasy anglo-saxonnes : diversification de la culture vidéoludique ………….. 36
Jouet, culture enfantine et jeu vidéo ………………………………………………………………………………………….. 38
Sociologie des pratiques vidéoludiques …………………………………………………………………………………….. 40
« Pratiques savantes et pratiques vulgaires » : distinctions vidéoludiques ………………… 42
La légitimation du jeu vidéo ………………………………………………………………………………………………………….. 43
Mondes du jeu : la fabrication d’un public ……………………………………………………………………………… 45
De la culture enfantine aux pratiques adultes : la perspective des sciences du jeu … 47
Chapitre II
DÉMOGRAPHIE DES MONDES VIRTUELS ……………………………………………………………………………………………………….. 49
Des MUD à World of Warcraft ………………………………………………………………………………………………………… 49
World of Warcraft : présentation générale …………………………………………………………………………………. 50
Frontières du jeu : les frontières de la langue …………………………………………………………………………. 52
Jeunes adultes citadins ……………………………………………………………………………………………………………………. 56
Classes moyennes salariées ……………………………………………………………………………………………………………. 58
Étudiants, lycéens, collégiens ……………………………………………………………………………………………………….. 60
Sans activité rémunérée :
chômage, retraites, maternité, arrêts maladie, handicaps… …………………………………………….. 61
Mondes virtuels et situations familiales ……………………………………………………………………………………. 63
Goûts, pratiques et préférences culturelles : jeu, livres, films, musique et cinéma …. 64
La fantasy : culture dominante ……………………………………………………………………………………………………… 68
La population des joueurs de MMO : différences et répétitions ……………………………………… 69

Chapitre III
DES HISTOIRES PARTAGÉES D’APPRENTISSAGE : PLAYER VERSUS ENVIRONMENT ……………………………………. 71
Un monde de cueilleur/chasseur :
chasse, « pex », nature et traditions ludiques …………………………………………………………………………. 71
Des sociabilités contraintes par un dispositif …………………………………………………………………………. 72
Des mondes sans fins ? ……………………………………………………………………………………………………………………. 74
Équipement, loots et theorycrafting : à la recherche de la distinction …………………………… 77
Des explorateurs immobiles : une expérience du voyage ………………………………………………….. 80
Apprentissages par frayage : imitation, observation, imprégnation ………………………………. 84
Apprentissages guidés : conseil, tutorat, mentorat ………………………………………………………………. 87
Apprentissage par la guilde : un compagnonnage numérique …………………………………………. 89
Les guildes comme communautés de pratique :
des histoires d’apprentissage ………………………………………………………………………………………………………….. 91
Apprentissages hors ligne ………………………………………………………………………………………………………………. 93
Des pédagogies différenciées …………………………………………………………………………………………………………. 94
Chapitre IV
L’EXPÉRIENCE DE LA FICTION : QUÊTES, FANFICTIONS, MACHINIMAS ………………………………………………………. 95
Des « ludo-narrations » : les quêtes ……………………………………………………………………………………………. 99
Background et storyline : des joueurs/lecteurs ………………………………………………………………………… 97
Stratégie industrielle et saturation marketing ………………………………………………………………………… 99
Les produits dérivés comme exhausteurs de jeu : les fans ……………………………………………… 101
Des joueurs/auteurs de fiction ……………………………………………………………………………………………………. 102
Des contributions à une culture ludique : le recyclage tolkienien ………………………………. 107
Parodies et caricatures : une culture populaire …………………………………………………………………… 109
Apprentissages collatéraux ………………………………………………………………………………………………………….. 111
Chapitre V
SPORTS, JEUX DE BAGARRES ET EXPÉRIENCES AGONISTIQUES : LE PVP ………………………………………………… 113
Un monde en guerre ……………………………………………………………………………………………………………………… 114
Teamplay, gameplay et apprentissage « par corps » …………………………………………………………… 116
Les teams fixes : l’expérience sportive …………………………………………………………………………………….. 117
Chahuts, combats de masse et inégalités ludiques …………………………………………………………….. 119
Insulte, fanfaronnade et provocation : relâchement du contrôle social …………………….. 121
« L’affaire Ulcan » : rupture de cadre ……………………………………………………………………………………….. 123
Jeu et second degré ………………………………………………………………………………………………………………………… 125
Un chaos réglementé …………………………………………………………………………………………………………………….. 126
À la recherche du beau jeu, du beau geste, du beau combat …………………………………………. 129
Goûts, dégoûts et habitus (vidéo)ludiques …………………………………………………………………………… 130
À la recherche de l’expérience optimale : entre ennui et plaisir …………………………………… 133
Des expériences agonistiques ……………………………………………………………………………………………………… 135

Chapitre VI
FABRIQUER, ACHETER, VENDRE DES BIENS VIRTUELS : LE CRAFT ………………………………………………………….. 137
Artisans du numérique …………………………………………………………………………………………………………………. 138
L’art de jouer en faisant tout autre chose ……………………………………………………………………………….. 139
Apprentissages fortuits et savoirs minuscules ……………………………………………………………………… 141
Le jeu : une affaire d’agencement ……………………………………………………………………………………………… 143
Traders du numérique : l’expérience de la bourse ……………………………………………………………… 145
Escroqueries, vols et autres délits virtuels …………………………………………………………………………….. 147
Quand le symbolique devient économique …………………………………………………………………………… 149
Un jeu sérieux ? ……………………………………………………………………………………………………………………………….. 150
De la différence entre simuler et jouer : un jeu de la marchande (néo)libérale …….. 152
Chapitre VII
DES EXPÉRIENCES IDENTITAIRES : JEUX DE POUPÉES, DÉGUISEMENTS, CARNAVAL ET ROLEPLAY ……… 155
Un jeu de poupées virtuelles : réflexivité sur le genre ……………………………………………………… 155
Sexisme vidéoludique et stéréotypes de genre : le point de vue des joueuses ………… 158
Des esthétiques en jeu ………………………………………………………………………………………………………………….. 159
Jeux de faire semblant : le roleplay …………………………………………………………………………………………… 160
Mariages virtuels …………………………………………………………………………………………………………………………….. 162
Enterrements virtuels ……………………………………………………………………………………………………………………. 164
Du déguisement virtuel au cosplay IRL …………………………………………………………………………………… 168
Des mondes carnavalesques ………………………………………………………………………………………………………… 169
Habitus vidéoludiques ………………………………………………………………………………………………………………….. 171
Corps de substitution ou corps-jouets ……………………………………………………………………………………. 173
Les joueurs et leurs avatars : des rapports différenciés ……………………………………………………. 174
Les MMO comme expérience identitaire :
l’apprentissage des stéréotypes de genre ………………………………………………………………………………… 176
Chapitre VIII
DES EXPÉRIENCES SOCIALES : COMMUNAUTÉS ET SOCIABILITÉS VIRTUELLES ……………………………………… 179
Formation des guildes de joueurs …………………………………………………………………………………………….. 180
Intégrer une guilde de joueurs : organisation, fonctionnement et netiquette ………….. 181
Vie ludique et vie privée ………………………………………………………………………………………………………………. 184
Identité réelle, identité ludique et identité supposée : l’art de deviner l’autre ………… 188
Les rencontres IRL : l’intrusion de la vraie vie …………………………………………………………………….. 191
« Mais t’es une fille ? » : des expériences sociologiques ………………………………………………….. 195
Mixité sociale et ludophilie …………………………………………………………………………………………………………. 197
Agrégations homogènes, homophilie et affinités électives ……………………………………………… 199
Comment penser ces communautés virtuelles ? …………………………………………………………………. 201
Vie et mort des guildes : l’espérance de vie communautaire …………………………………………. 204
Expériences sociales et communautaires ………………………………………………………………………………. 206

Chapitre IX
LES MONDES VIRTUELS DANS L’ESPACE SOCIAL : EXPÉRIENCES ET APPRENTISSAGES SITUÉS ……………. 209
Harry (11 ans), chef de guilde : le jeu vidéo comme passion ……………………………………….. 209
Pierre (19 ans), sans activité : le jeu vidéo comme moratoire ………………………………………. 211
Yves (43 ans), « boulot de merde » : le MMO comme exutoire ……………………………………. 212
Lucie (27 ans) : « pro-sociale » et « mariée » ……………………………………………………………………… 209
Alexandre (35 ans) « joueur de jeu de rôle » ………………………………………………………………………. 215
Robin (26 ans) : des sociabilités à domicile …………………………………………………………………………. 216
Sonia (33 ans) : l’exception qui confirme la règle ……………………………………………………………… 217
Ayhan (47 ans), Milo (10 ans) et Martial (26 ans) : « accrocs » ………………………………….. 219
Un loisir invasif ou symbiotique ……………………………………………………………………………………………….. 221
École, travail, sommeil : domestiquer le jeu ………………………………………………………………………… 223
Les mondes virtuels au sein du couple :
libertés individuelles et logiques de vie à deux …………………………………………………………………… 225
Parents, enfants et jeux vidéo …………………………………………………………………………………………………….. 229
« Addiction », « dépendance », « aliénation », « jeu excessif »…
quand les joueurs en parlent ………………………………………………………………………………………………………. 231
Les adieux au jeu ……………………………………………………………………………………………………………………………. 235
Expériences et apprentissages …………………………………………………………………………………………………….. 237
Conclusion
L’EXPÉRIENCE VIRTUELLE …………………………………………………………………………………………………………………………… 243
BIBLIOGRAPHIE …………………………………………………………………………………………………………………………………………….. 253
JOUEURS CITÉS AU COURS DE L’OUVRAGE ………………………………………………………………………………………………….. 261
ENVOI …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 271

Séminaire Afreloce: Littérature et culture de l’enfance : d’un support à l’autre

afreloce

association française de recherches

sur les livres et objets culturels de l’enfance

Littérature et culture de l’enfance : d’un support à l’autre

Séminaire de recherche organisé en collaboration avec le département LiLa

(littérature et langage) de l’École Normale Supérieure, 2012-2013

Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, des historiens du livre, des sociologues, des spécialistes des sciences de l’éducation et des anthropologues. Il est organisé en partenariat avec l’Afreloce (Association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance : http://magasindesenfants, hypotheses.org), lieu de confrontation et d’enrichissement des approches disciplinaires sur les livres, produits des industries culturelles contemporaines, objets des sociétés traditionnelles, destinés aux enfants. Le séminaire est ouvert à tous, et concernera cette année les transferts d’un support à un autre : entre le livre et les pratiques ludiques (jeux, jouets, activités fictionnalisantes), entre texte et l’image (illustration, arts plastiques, cinéma, musique), entre papier et versions numériques, audio, vidéo. La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés, pour faire connaître des recherches récentes (thèses) ou des travaux en cours.

Samedi 20 octobre

Adrienne Boutang (Université Paris 3), Du journal intime au blockbuster, chroniques d’adolescentes ordinaires ?

Samedi 17 novembre

Nadeije Dagen (ENS), Grandir avec des jouets, grandir avec des animaux : la peinture et le genre.

Samedi 8 décembre

Irène Langlet (Université de Limoges), Retour sur la gamme LEGO Bionicle : les compétences analytiques des joueurs dans le dédale transmédiatique (avec la participation de Samuel Poulain).

Samedi 19 janvier

Olivier Caïra (EHESS), Transferts et jeux de rôles.

Samedi 9 février

Anne Besson (Université d’Artois), À la recherche du transmédia : quelques exemples d’exploitation d’univers de l’imaginaire contemporain.

Samedi 16 mars

De Lascaux à l’IPad

Pascale Gossin (Université de Strasbourg), C’est un livre ? Tour d’horizon et regard sur la production de «livres» numériques en littérature de jeunesse.

Anne Larue (Université Paris 13), Les grottes de Lascaux, un album grandeur nature ?

Samedi 13 avril

Annie Renonciat (ENS – MNE), Michel Manson (Paris 13), Culture matérielle de l’enfance : un champ de recherche

Atelier de Strenae

Florence Gaiotti et Eléonore Hamaide, Rythmes et temporalités de l’album.

Samedi 18 mai

Béatrice Michielsen (Association des Amis d’André Hellé), André Hellé, créateur et imagier du jouet.

CFP:Tabletop Board Games and the Televisual Imagination (deadline: july 25)

TABLETOP BOARD GAMES AND THE TELEVISUAL IMAGINATION

(SCMS – Chicago, March 6 – 10, 2013)

submission deadline: July 25, 2012

Tabletop Board Games and the Televisual Imagination

Call for Papers: SCMS 2013

[panel proposal for next year’s Society for Cinema and Media Studies conference in Chicago (March 6 – 10, 2013)]

Beginning in the early 1950s, when the Milton Bradley Company contributed to the widespread appeal and fervent fan following of the DuMont Television Network’s science-fiction series Captain Video (1949-1955), tabletop board games have played an important, if critically overlooked, role in expanding the paratextual horizons of cult TV programs. Indeed, because play itself is such an engrained part of the board game experience, the many television shows blessed (or, perhaps, “burdened”) with such paratexts can likewise be said to exude a kind of ludic aura, luring audiences into a playfully participatory arena of “textual gaming.” Although much of the recent scholarly work on immersive and extendable fictions in popular culture (such as Frank Rose’s The Art of Immersion, a chapter of which is entitled “Television: The Game”) has focused on video games, online RPGs, and virtual worlds, little attention has been given to older, more “traditional” forms of gameplay, which continue to draw TV audiences to material sites of individual strategizing and small-group interaction where luck and skill each play a part.

This panel seeks to fill a gap in the critical discourse surrounding both board games and television, two mediums with distinct, yet overlapping, histories whose reciprocal influence can be traced back to the 1950s and 1960s. During those decades, programs as diverse as Dragnet (1951-1959), Perry Mason (1957-1966), The Munsters (1964-1966), Lost in Space (1965-1968), and Star Trek (1966-1969) spawned a host of fun and interactive, if sometimes crude and simplistic, board games, setting a precedent for more recent releases built around such contemporary TV series as The Simpsons (1989- ), Futurama (1999- ), CSI: Crime Scene Investigation (2000- ), NCIS (2003- ), Battlestar Galactica (2004-2009), Lost (2004-2010), It’s Always Sunny in Philadelphia (2005- ), The Office (2005- ), The Walking Dead (2010- ), and A Game of Thrones (2011- ). Many of these board games are considerably more complex than their 1950s and 1960s predecessors, matching the narrative intricacies of their respective television series while fostering a deeper understanding of the original shows’ textual universes.

Panel participants are encouraged to select any TV-themed board game and adopt a variety of methodologies or modes of critical engagement so as to highlight its cultural significance.

Potential paper topics include, but are not limited to:

• Theories of play and their applicability to televisual hermeneutics
• Theories of fandom and their applicability to board gaming culture
• Online board game communities (http://boardgamegeek.com, etc.)
• In-game social interaction (player partnerships, negotiation, bluffing, etc.)
• Paratextuality and television’s game-related promotional culture
• Board game collectability and connoisseurship
• Material culture and the physicality/tactility of play (game pieces, dice, cards, bodies, etc.)
• The aesthetics of board games (visual design, layout, colors, etc.)
• Game-play mechanics, televisual “turn-taking,” and narrative organization
• Character-based role-play and board game performativity
• Ethnicity, gender, and identity in TV-themed board games
• Board game/TV franchise crossovers (Seinfeld Monopoly, Family Guy Operation, etc.)
• Gaming subcategories/subdomains:
o TV-themed card games (Buffy the Vampire Slayer: Pergamum Prophecy, Doctor Who: The Twelve Doctors, Vampire Diaries, etc.)
o TV-themed party games (Bullwinkle and Rocky, The Bachelorette, Big Bang Theory, etc.)
o TV-themed trivia games (M*A*S*H, Friends, Sex and the City, The Sopranos, Modern Family, Nick at Night Classic TV, etc.)
• Board game auteurs and production companies:
o Designers of TV-themed board games (Cory Jones, Corey Konieczka, Christian Petersen, etc.)
o Publishers of TV-themed board games (Cardinal, Edge Entertainment, Cryptozoic Entertainment, etc.)

Please send a 250-300-word abstract with at least 3 bibliographic references and a brief biographical note to David Scott Diffrient (scott.diffrient@colostate.edu) by July 25, 2012. Selections for the panel will be made by August 1, 2012.

Journée en hommage à Jacques Henriot, 4 mai 2012, Université Paris 13.

Journée en hommage à Jacques Henriot
Vendredi 4 mai 2012
Université Paris 13 – Campus de Villetaneuse
Salle T204

A l’occasion du trentième anniversaire des sciences du jeu à l’Université Paris 13, une journée
scientifique est organisée en hommage à son fondateur, le philosophe Jacques Henriot. Il
s’agira à travers lui de retourner aux fondements épistémologiques d’une approche dont les
inspirations multiples – philosophie, sociologie, ethnologie, histoire, etc. – nourrissent l’étude
d’un même objet : les jeux de toutes sortes, de tous lieux et de tous temps. Une discipline qui,
depuis la création en 1981 d’un DESS en sciences du jeu, a formé plusieurs générations
d’étudiants à explorer cette diversité ludique sous l’angle de l’éducation et des loisirs.
Le renouveau de la recherche sur le jeu lié au développement du jeu vidéo, à celui des games
studies dans le monde anglophone donne une nouvelle actualité au travail de Jacques Henriot,
ce dont témoignent des publications récentes. Que peuvent apporter les sciences du jeu telles
qu’elles ont été conçues à Paris 13 il y a 30 ans ?

8h30-9h00 : Café d’accueil
9h00-9h30 : Accueil et ouverture par Elisabeth BELMAS (Université Paris 13, CRESC)
9h30-10h00 : Introduction par Gilles BROUGERE (Université Paris 13, EXPERICE)

Les sciences du Jeu
10h00-10h30 : Patrick SCHMOLL (Université de Strasbourg, LCSE)
Relire Jacques Henriot à l’ère de la société ludique et des jeux vidéo
10h30-10h45 : Pause
10h45-11h15 : Mathieu TRICLOT (Université de Belfort-Montbéliard, RECITS)
Game studies ou étude du play ?
11h15-12h00 : Bernard PERRON (Université de Montréal, GRAFICS) (Sous réserve)
Des games studies sans l’attitude de Jacques Henriot
12h00-12h30 : Débat
12h30-14h : Déjeuner

Le temps des nouveaux joueurs
14h00-14h30 : Sébastien GENVO (Université Paul Verlaine – Metz, CREM)
Penser les phénomènes de transformation du jeu : l’apport de Jacques Henriot
14h30-15h00 : Haydée SILVA (Université Nationale Autonome du Mexique)
La « gamification » de la vie : sous couleur de jouer ?
15h00-15h30 : Débat
15h30-15h45 : Pause
Espace virtuel et métaphore ludique
15h45-16h15 : Etienne Armand AMATO (Université Paris 8, CITU-PARAGRAPHE)
Le jeu : un processus entre métaphore et autoréférentialité
16h15-17h00 : Maude BONENFANT (Université du Québec à Montréal, Homo Ludens)
Le concept de « distance » de Jacques Henriot vu comme un espace virtuel de jeu
17h00-17h30 : Aymeric BRODY (Université Paris 13, EXPERICE)
La métaphore ludique chez les joueurs de poker
17h30-18h00 : Débat
18h00 : Cocktail des 30 ans
La participation au séminaire est gratuite, mais du fait du nombre de places limitées
l’inscription préalable est nécessaire et doit se faire à l’adresse e-mail suivante :
aymericbrody@yahoo.fr

Parution: Olivier Caïra, définir la fiction.

Olivier Caïra, Définir la fiction. Du roman au jeu d’échecs

Préface de Jean-Marie Schaeffer

Paris : Editions de l’EHESS, coll. “En temps & lieux”, 2011.

264 p.

EAN 9782713222931

Du canular au roman historique, en passant par les jeux de rôle ou les séries TV, Olivier Caïra décortique des exemples singuliers de fiction, appelle à ouvrir cette notion trop souvent réduite au littéraire, et interroge le lien fiction et vérité.

“Pour vous, qu’est ce que la fiction ? ” À l’origine de cette étude, telle était la question posée par Olivier Caïra à quelques personnes de son entourage. Loin de tout poncif, les réponses recueillies furent aussi nombreuses que déconcertantes : sudoku, exercice de mathématiques, jeu d’échecs, jeu de rôle, série télévisée… Très vite, se dessina dans l’esprit du sociologue un territoire complexe des oeuvres et des expériences de fiction, lequel allait bientôt donner lieu à une odyssée à travers les sciences sociales, en quête de l’objet « fiction ». S’engageant résolument contre toute approche monodisciplinaire, qu’elle soit littéraire ou philosophique, l’auteur appelle donc à ouvrir la notion pour y inclure des phénomènes que la plupart des théories classiques ont jusque-là négligé, notamment les jeux de simulation et les énoncés logico-mathématiques. En multipliant les exemples singuliers, les expériences ambiguës et les cas contestés de fictionnalité, c’est l’inscription de la fiction dans le réel qui apparaît plus clairement. Souvent à l’origine de vives controverses, les canulars tels que la fausse indépendance de la Flandre déclarée dans une émission télévisée, l’autofiction dans le roman français contemporain ou l’exploitation du réel dans les films d’Hollywood permettent de mieux cerner ce qui nous attire et nous intrigue dans l’univers de la fiction.Par son approche originale, Olivier Caïra tient compte du point de vue des producteurs de fiction comme de celui des publics et réinterroge le lien entre fiction et vérité.

SOMMAIRE
Préface, de Jean-Marie Schaeffer
Introduction
Chapitre premier – La fiction en débat
Une controverse dense mais lacunaire
« Faire sans… » : en quête d’une définition parcimonieuse
Chapitre 2 – Dualisme de la communication documentaire
Versions et points nodaux
Le recoupement des versions comme antidote au panfictionnalisme
La pensée axiomatique
Dérivation et isomorphisme : formes internes et externes de la preuve
Chapitre 3 – Définition et corollaires
Pour une pragmatique réformée
Définition absolue, applications relatives
Conséquences formelles
Conséquences ontologiques
Chapitre 4 – Hybrides et faux amis
Des fictions ancrées dans la réalité
La fiction dans l’activité académique
Gradients d’irréalité
En deçà et au-delà du narratif
Chapitre 5 – Des cadres à la fictionnalité incertaine
Polémiques radiophoniques et télévisuelles
Jeux en ligne : une fictionnalité de masse
Chapitre 6 – La fiction comme zone de non-droit
« Toute ressemblance… » : le disclaimer hollywoodien
Pays perdu : entre fiction à clé et respect de la vie privée
Conclusion
Annexes – Index (auteurs cités, oeuvres littéraires et des bandes dessinées, films, oeuvres télévisuelles, jeux) – Bibliographie