Archives par mot-clé : jeunesse

Parution : Fantasy et enfance (Cahiers Robinson n°49)

Cahiers Robinson n°49, “Fantasy et Enfance”, sous la direction de Marie-Lucie Bougon, Justine Breton et Amelha Timoner, premier semestre 2021.

En littérature comme au cinéma, la fantasy accorde une place de choix aux enfants, qu’il s’agisse de les mettre en scène au Pays des Merveilles, dans un univers parallèle ou dans tout autre école de sorcellerie, ou de montrer comment l’on grandit quand le monde est peuplé de dragons. Les personnages d’enfants, garçons et filles d’apparence ordinaire mais recelant d’impressionnants pouvoirs, sont des héros privilégiés, vivant des aventures magiques où il est cependant question de transition vers l’adolescence ou l’âge adulte : l’enfance en fantasy ne serait-elle qu’un point de départ qu’il faut quitter ? Peut-on considérer qu’il existe une fantasy pour la jeunesse distincte de la fantasy pour adultes ? Ces questions sont approchées avec des études de grands classiques du genre, de corpus thématiques internationaux ou de la question de la réception de ces œuvres en bibliothèque. 

Continuer la lecture de Parution : Fantasy et enfance (Cahiers Robinson n°49)

Parution : Rape Culture, Purity Culture, and Coercive Control in Teen Girl Bibles

Caroline Blyth, Rape Culture, Purity Culture, and Coercive Control in Teen Girl BiblesRoutledge, 2021

In this fascinating book, Caroline Blyth takes a close look at Bibles marketed to teen girls and asks how these might perpetuate harmful gender stereotypes that lie at the heart of rape culture.

The author considers the devotionals, commentaries, and advice sections placed throughout these Bibles, which offer teen girl readers life advice on topics such as friendships, body image, and how to navigate romantic relationships. Within these discussions, there is a strong emphasis on modesty, purity, and sexual passivity as markers of young women’s ‘godliness’. Yet, as the author argues, these gendered ideals are prescribed to readers using rape-supportive discourses and the tactics of coercive control. Moreover, the placement of these various editorial inserts within the pages of sacred scripture gives them considerable power to reinforce deeply harmful ideologies about gender, sexuality, and sexual violence. Given the seeming popularity of these Bibles among Christian teen girls, the need to dismantle their damaging rhetoric is especially urgent.

This book will be of particular interest to those studying the Bible, religion, gender, and theology, as well as the general reader.

Table of contents & Authors Biography

Parution : Formes brèves en littérature de jeunesse

Elodie Bouygues, Yvon Houssais (dir.), Formes brèves en littérature de jeunessePresses Universitaires de Franche-Comté, 2020.

L’ouvrage constitue la première étude portant sur le texte bref en littérature de jeunesse sous toutes ses formes, en s’intéressant à la fois à son écriture et à sa place dans le champ littéraire. Il propose un large éventail d’études d’œuvres, allant de la comtesse de Ségur à l’époque contemporaine, où la transgression des genres et le brouillage des codes sont de mise. Il offre également de riches perspectives sur les pratiques de lecture en classe du texte bref, dont les enseignants tireront profit.

Continuer la lecture de Parution : Formes brèves en littérature de jeunesse

Parution : Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture

Christophe Cosker, Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture, L’Harmattan, 2021.

Cet ouvrage propose un aperçu anthologique de la littérature de jeunesse produite par les écrivains métropolitains – wazungu – résidant ou ayant résidé à Mayotte. En choisissant un extrait significatif de chaque œuvre littéraire, selon un ordre du simple vers le complexe, il raconte, en filigrane, une histoire – mahoraise – à celui qui, quel que soit son âge, en tourne les pages.

Indépendamment de son intérêt propre, cet ouvrage permet au lecteur curieux de Mayotte de compléter une cartographie littéraire de l’île dont la littérature coloniale a été explorée dans L’Invention de Mayotte (La Route des Indes, 2019) et la littérature postcoloniale dans Anthologie des lettres francophones à Mayotte (L’Harmattan, 2018).

Continuer la lecture de Parution : Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture

Colloque : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Le colloque « Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires » se tiendra les 4 et 5 février 2021.

Le programme de recherche PIFGADG&CIE a pour but d’analyser les contenus des succès de presse que sont Vaillant puis Vaillant, Le journal de Pif (1965) et Pif Gadget (1969-1993 puis 2004-2008). Impliquant notamment des collègues de l’Université de Bourgogne/Franche-Comté provenant de laboratoires différents, le projet entend valoriser les approches pluri- et transdisciplinaires, de façon à questionner la supposée fabrication d’un imaginaire collectif et la construction d’une mémoire commune communiste à travers ce magazine de jeunesse. Cet événement s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche porté par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier et (Laboratoire C3S) et soutenu par la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté.

Les succès des ouvrages de Richard Medioni (2003, 2012) et de Christophe Quillien (2018) témoignent de l’intérêt pour l’histoire de Pif Gadget pour de nombreux anciens lecteurs. Pourtant, Pif Gadget et son inscription dans la mémoire collective suscitent peu de travaux au sein de l’université. Un précédent projet de recherche, PIFERAI « Pif, dans tous ses états : recherches, archives, interdisciplinarité » monté par Henri Garric et Jean Vigreux en 2018 et soutenu par la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté, comble un manque certain sur les origines et la genèse de Pif Gadget. Le présent colloque s’inscrit dans le prolongement de ce projet PIFERAI pour questionner les décennies suivantes. La longévité de Pif Gadget et son lien avec le PCF interrogent évidemment quant à la bolchévisation éventuelle des jeunes d’une génération très hétéroclite. Cependant, cette « politisation ouvrière » et communiste via Pif Gadget est-elle aussi durable et puissante qu’on pourrait le penser ? Résiste-t-elle à l’uniformisation des imaginaires par la culture de masse ? La lecture de Pif Gadget est-elle vraiment une pratique culturelle de classe destinée aux enfants les moins favorisés dans un contexte de « dissolution de la subculture ouvrière » (Vigna 2012) ? A la croisée des Media Studies, des Childhood Studies et des Communist Studies, ce colloque vise à apporter des éclairages originaux à ces champs en plein renouvellement comme le montrent les travaux récents publiés sur la presse en France ou le PCF.
Compte tenu du contexte épidémique, ce colloque se déroulera en distanciel et sera retransmis en direct en streaming grâce au lien suivant : https://mediacenter.univ-fcomte.fr/Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires 

Continuer la lecture de Colloque : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Marion Mas et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.), Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autreParis, Classiques Garnier, coll. Rencontres, 2020.

Cet ouvrage vise à définir la littérature de jeunesse à travers ses rapports avec la littérature dite « générale » en examinant comment certains écrivains, ayant écrit explicitement tantôt pour les enfants tantôt pour les adultes, investissent ces deux champs.

Table des matières…

Lire les résumés… 

Continuer la lecture de Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Parution : Littérature de jeunesse : la construction du lecteur

Nadège Langbour, Littérature de jeunesse: la construction du lecteur, L’Harmattan, collection “Prix Scientifique L’Harmattan”, 2020.

La littérature de jeunesse joue un rôle essentiel dans la construction du jeune lecteur parce qu’elle s’adresse aux lecteurs de demain : elle tente à la fois d’aiguiser leurs goûts littéraires et leurs compétences de lecture, Elle met régulièrement en scène le personnage du lecteur sous les traits de l’enfant ou de l’adolescent : pour sublimer l’acte de lire mais aussi fictionnaliser les pratiques de la lecture qui vont de l’identification au personnage par le « lisant » à l’interprétation herméneutique des textes par le « lectant ».

L’étude compare vingt fictions françaises et étrangères destinées à un jeune lectorat. Elle s’intéresse à cette problématique complexe, embrassant dans un même mouvement la dimension métaréflexive et intertextuelle de la littérature de jeunesse, la question de la représentation du lecteur et de la lecture et les transpositions didactiques de ces réflexions qui peuvent être concrètement réalisées en classe.

Entre théorie et pratique pédagogique, cet essai sur « la construction du lecteur dans et par la littérature de jeunesse » invite à penser la construction de l’enfant lecteur. Mais il propose de repenser la posture des lecteurs prescripteurs de littérature de jeunesse qui trouveront dans cette littérature une fontaine de jouvence pour renouveler leur plaisir de lecteur et réinventer leur statut de médiateur entre le livre et l’enfant.

Un essai qui donne envie de lire et de faire lire. Un hommage à la littérature de jeunesse et à son remarquable essor.

Llittérature de jeunesse: la construction du lecteur, ouvrage de Nadège Langbour, a été lauréat du Prix scientifique L’Harmattan 2019. Continuer la lecture de Parution : Littérature de jeunesse : la construction du lecteur

Parution : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Textes réunis et présentés par Christiane Connan-Pintado, Sylvie Lalagüe-Dulac et Gersende Plissonneau,

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. “Modernités n° 45”, 2020.

Depuis la promulgation de la loi Taubira en 2001, qui institue l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes, les fictions historiques pour la jeunesse abordant cette période se sont multipliées. Plusieurs d’entre elles ont pris place sur les listes de référence du Ministère de l’éducation nationale et peuvent servir de support à l’enseignement de cette page d’histoire à travers trois disciplines : l’histoire, la littérature et l’éducation civique. À partir d’un corpus d’ouvrages publiés en France, dont certains en traduction, il s’agit d’interroger le genre de la fiction historique, ses atouts et ses limites dans un domaine régi par une tension permanente entre le docere et le placere. Il convient en effet de soupeser le couple disparate formé par la fabulation et l’archive car il pourra, selon le cas, incliner l’ouvrage vers la vocation documentaire ou vers une fictionnalisation débridée.

Afin d’envisager les différentes propositions de l’édition pour la jeunesse autour de la question vive de l’esclavage, l’ouvrage trace un parcours en trois étapes. La première opère un retour sur les origines de cette production et se penche, d’une part, sur la réception française des authentiques récits d’esclaves et du premier roman abolitionniste, La Case de l’Oncle Tom, d’autre part, sur le détournement d’une œuvre littéraire, quand un écrivain en vient à l’adapter pour la jeunesse. L’étape suivante s’attache au statut des personnages d’esclaves mis en exergue dans les ouvrages du corpus, des personnages privés d’histoire, dont l’identité et les origines ont été niées et auxquels la littérature tente de redonner vie. Enfin, sont explorées, en dernière partie, les voies génériques empruntées par les auteurs pour la jeunesse : d’abord le roman, genre dominant, qui tient la balance entre fiction et histoire de manière contrastée ; puis les genres graphiques, bande dessinée et album, qui diffusent une représentation iconotextuelle de l’esclavage.

Nourri par l’histoire et agrémenté par la fiction, ce parcours d’œuvres adressées à la jeunesse pour aborder la question de l’esclavage, se propose d’approfondir des enjeux et une poétique propres à retenir aussi bien l’attention des littéraires que celle des historiens.

Ouvrage publié avec le soutien des équipes TELEM (EA 4195, Université Bordeaux-Montaigne), E3D (Université de Bordeaux) et de l’INSPE de l’académie de Bordeaux.  Continuer la lecture de Parution : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Appel à communications : “Vive le feu !” Bérurier Noir branché sur courant alternatif

« VIVE LE FEU ! »

Bérurier Noir, branchés sur courant alternatif

 Ça a existé, ici, en France…

Ça n’est pas encore assez su mais il s’est passé quelque chose de puissant et de profond au sein de la société française des années 80. Une agitation, plus qu’une révolte à proprement parler, qui a secoué ces années Mitterrand pendant lesquelles fut enterré l’espoir d’une révolution socialiste et même d’un simple changement qui transformerait la vie de tous. L’expression fut musicale, rageuse et festive, mais plus fondamentalement elle fut l’expression d’une immense envie de vivre et de vivre libre, c’est-à-dire libéré des carcans imposés par une société vieille, vieille de ses sempiternelles considérations « bourgeoises ». Sans doute y avait-il encore un écho lointain de 68, mais sans le soulèvement et avec une génération toute fraîche qui n’avait pas connu l’effervescence de mai, parce qu’elle était précisément sortie du ventre maternel à peu près à ce moment là, ou juste après. Une réplique, éloignée donc, du même cri de la jeunesse, contre la pesanteur étouffante de la société.

Apparu dans les squats puis sur les petites scènes de MJC avec des groupes chantant presque exclusivement en français, ce souffle naît aussi des derniers soubresauts importés du punk anglais de la décennie précédente. Même si l’énergie est sensiblement la même, le phénomène est bien différent dans le sens où l’esprit et les formes du mouvement sont nourris de conditions socioculturelles bien d’ici, en faisant un bouillonnement de culture tout à fait hexagonal. Il s’agissait d’insuffler un peu de jus et de décibels dans cette société française un peu terne et timorée, de vivre à nouveau au contact cru de la liberté, de crier, de créer, de vivre comme on voulait, entre « nous » les jeunes, à notre sauce (tomato Ketchup bien sûr), avec nos haines, nos joies et nos peines.

 Le phénomène n’a pas duré, à peine une décennie, et fut d’ailleurs baptisé «  alternatif », comme si le retour inexorable du continu devait dès le départ l’emporter sur cette fièvre trop forte pour être autre chose que passagère. Mais dans cette parenthèse, que d’aventures et de rages existentielles se sont jouées ! C’est pour cela que trente cinq ans plus tard, dans la jeunesse à son tour renouvelée, beaucoup les connaissent et les écoutent encore, y retrouvent quelque chose de sismique et d’authentiquement jouissif.

 Ce cri de la jeunesse, même s’il a été porté par beaucoup de groupes dans cette décennie (Oberkampf, La souris déglinguée, Ludwig von 88, Les Endimanchés, Les Wampas, etc.), s’est surtout incarné dans Bérurier Noir. « Les Bérus » sont, et de loin, le groupe phare de la scène underground française de l’époque, du « rock alternatif » comme on l’a appelé. À l’occasion d’une poignée d’albums et d’un peu plus de concerts, ils ont marqué profondément de leur rage contagieuse le paysage affectif de leur génération, des squats parisiens aux cours de lycée de province. Peu médiatisés évidemment, ils ont cependant massivement investi les radiocassettes et les conversations d’une frange de la jeunesse qui a étrenné avec eux sa sensibilité révoltée et une forme encore tâtonnante de radicalité. Continuer la lecture de Appel à communications : “Vive le feu !” Bérurier Noir branché sur courant alternatif

Parution : Cahiers Robinson n° 48 : “Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières”

Cahiers Robinson n° 48. Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières2020.

sous la direction de Christine Prévost et Aurélie Gille- Comte Sponville

Cette livraison s’intéresse à la partie de l’œuvre de Paul-Jacques Bonzon qui n’entre pas dans le cadre des séries. Des romans comme Du gui pour ChristmasLes Orphelins de Simitra, L’Éventail de Séville, ou encore Le Viking au bracelet d’argent, ont connu un grand succès tant auprès du public que des prescripteurs. Relire ces romans permet d’éclairer le développement de la littérature de jeunesse dans les décennies des Trente Glorieuses.

Relire Bonzon aujourd’hui, c’est aussi mesurer l’écart entre notre monde et celui de l’après-guerre, encore désuet, un monde dans l’attente d’une modernité qui va l’emporter, un monde où les gens semblent avoir des désirs simples mais où l’appel de l’exotisme se fait sentir avec insistance. Continuer la lecture de Parution : Cahiers Robinson n° 48 : “Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières”