Archives par mot-clé : jeunesse

Colloque : Habiter dans la littérature pour la jeunesse (Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse)

Habiter dans la littérature pour la jeunesse

Vendredi 15 et samedi 16 octobre 2021

Auditorium de la médiathèque Marguerite Yourcenar, 41 rue d’Alleray, 75015 Paris (Métro ligne 12 : Vaugirard ou Convention; Bus : 62, 88, 89, 95)

Sur inscription avant le 30 septembre 2021

organisé par le CRILJ (Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse)

« J’ai une maison/Pleine de fenêtres »

Dans les livres comme dans la vie, on habite, ici ou là, seul ou à plusieurs, des lieux réels ou imaginaires. En 2020-2021, le CRILJ met en place un ensemble d’actions qui questionnent la notion d’ « Habiter » et les représentations qui en sont données dans la littérature pour la jeunesse d’hier et d’aujourd’hui. Ce qui conduit à interroger l’espace en tant qu’espace de vie, du point de vue de ses habitants, parce qu’habiter c’est bien plus que se loger, c’est « être présent au monde et à autrui »  (Habiter, le propre de l’humain, sous la direction de Michel Lussault, Thierry Paquot et Chris Younès, La Découverte, 2007)

« Et des portes aussi/Faut le reconnaître »

Le colloque pluridisciplinaire Habiter dans la littérature pour la jeunesse se tiendra à Paris les 15 et 16 octobre 2021. Il réunira auteurs/illustrateurs, bibliothécaires, chercheurs, enseignants, libraires, médiateurs, pour un temps de réflexion et d’échange. Des organismes et associations présenteront les actions concrètes qu’ils mènent sur « Comment habiter ? » en mettant en relation le vécu et l’espace, l’être et le monde, en lien avec la lecture des enfants et des jeunes.

Continuer la lecture de Colloque : Habiter dans la littérature pour la jeunesse (Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse)

Appel à contributions : Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse (Revue ILCEA)

 « Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse »

ILCEA n° 49

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Très présent en tant que thématique et motif dans la littérature de jeunesse, qui est, à de nombreux égards, une littérature d’exploration et de voyages réels ou imaginaires, souvent entendu comme ce lieu indéfini où se rejoignent ciel et terre, l’horizon contribue aussi à construire et à dessiner l’espace urbain. Il peut être ainsi considéré comme une limite apportée au regard, au champ visuel, déterminant une certaine perception du paysage, donnant à voir certains éléments, en suggérant les pièces, morceaux, composantes cachées et stimulant ainsi l’imagination. La ligne et la création visuelle de l’horizon variant selon le point de vue de l’observateur, ligne imaginaire qui crée la perspective, ouverture vers l’inconnu, la « hauteur d’enfant » souvent adoptée par le texte littéraire ne peut qu’apporter des observations intéressantes. Démarcation, frontière, l’horizon fait aussi figure « d’une limite ouvrante et mouvante, non d’une clôture fixe » (Collot, 2018). Il permet de changer progressivement et parfois imperceptiblement les repères en reposant la question de la position, spatiale mais aussi culturelle, de celui qui regarde. La perception de ce marqueur varie en fonction du temps, qu’il s’agisse d’heures ou de saisons, ces rêveries ouvrant souvent la voie aux escapades dans des mondes imaginaires (Bachelard, Poétique de l’espace, 1957 ; Poétique de la rêverie, 1960). 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse (Revue ILCEA)

Appel à contributions : « Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse » (Revue Internationale de Photolittérature)

« Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse »

Revue Internationale de Photolittérature 

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Une actualité récente montre un intérêt actuel et international pour la littérature pour la jeunesse qui accueille des photographies. En effet, une exposition d’ouvrages photolittéraires italiens et internationaux pour la jeunesse, intitulée « Look Book » a été présentée aux spectateurs à La Fondazione Pastificio Cerere de Rome à l’automne dernier. L’exposition « Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse » se tient depuis février 2021 à la médiathèque Jose Cabanis de Toulouse et accueille table ronde et conférence sur l’histoire de ces productions. Le CNLJ de la BNF a accueilli la conférence « 150 ans de livres photo-illustrés » le 16 avril dernier. Enfin, un colloque « Photography in Children Literature », réunissant les spécialistes internationaux de la littérature de jeunesse désireux de s’intéresser à ces ouvrages, s’est tenue à Stockholm en mai dernier.

La photolittérature pour enfant est devenue un indicateur privilégié des idées que les adultes se font de la photographie, de son rôle éducatif et illustratif. Le champ de la photolittérature pour enfants est également un terrain d’exploration et de jeu qui accueille de nouveaux dispositifs photo-textuels défiant nos habitudes de lire (telles les œuvres de Katy Couprie) et devenant suffisamment bons pour être lus par les enfants (comme l’insinue Michel Tournier lors de la réécriture et adaptation de ses livres adultes au jeune public). On peut même faire le constat que la photographie a fait plus que laisser son empreinte sur le livre pour enfants. Elle a construit avec lui un nouveau genre d’ouvrages.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse » (Revue Internationale de Photolittérature)

Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Marion Mas et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.) Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre, Classiques Garnier, « Rencontres », n°459, 2021

Cet ouvrage vise à définir la littérature de jeunesse à travers ses rapports avec la littérature dite « générale » en examinant comment certains écrivains, ayant écrit explicitement tantôt pour les enfants tantôt pour les adultes, investissent ces deux champs.

Colloque : « La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIe siècle » (3e Biennale de littérature de jeunesse, BnF)

La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIe siècle

Colloque international 16 et 17 juin 2021

BnF et site universitaire de Gennevilliers

Troisième Biennale de la littérature de jeunesse (Master de littérature de jeunesse de l’INSPE del’Académie deVersailles -laboratoire EMA / BnF / CNLJ)

En 2021, la Bibliothèque nationale de France/Centre national de la littérature pour la jeunesses’associe avec le Master Littérature de jeunesse de l’université CY Cergy Paris pour la Troisième Biennale de la littérature pour la jeunesse. Cette rencontre permettra aux chercheurs et aux acteurs professionnels (bibliothécaires, éditeurs, libraires, enseignants, associations…) d’articuler leur réflexion autour des pratiques de médiation qui rendent accessibles aux jeunes lecteurs les objets culturels, sous forme papier ou numérique.

Entrée gratuite sur inscription

Continuer la lecture de Colloque : « La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIe siècle » (3e Biennale de littérature de jeunesse, BnF)

Appel à contributions : Théâtre et jeunesse au XIXe siècle (Cahiers Fablijes)

« Théâtre et jeunesse au XIXe siècle »

Cahier Fablijes

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

Les Cahiers Fablijes sont la revue du séminaire de recherche la Fabrique des littératures des jeunesses, animé par Marion Mas (INSPE-Lyon 1) et Amélie Calderone (IHRIM-CNRS), dont le premier numéro doit paraître à l’automne prochain. Ce groupe de travail entend, dans une perspective interdisciplinaire, mettre au jour et explorer le laboratoire esthétique et pédagogique que put être la littérature de jeunesse au XIXe siècle. Pour son troisième numéro, dirigé par Marine Wisniewski (Lyon 2 – IHRIM), la revue se propose d’explorer les rapports entre théâtre et jeunesse.

Dans l’ouvrage qu’elle consacre à Léon Chancerel, fondateur de l’une des premières troupes professionnelles de théâtre pour la jeunesse dans les années 1930, le Théâtre de l’Oncle Sébastien, Maryline Romain affirme : « Jusqu’au début du XXesiècle, en dehors du cirque, du guignol et des théâtres d’ombres, il n’existe pas en France de théâtre spécifique pour la jeunesse. L’enfant-spectateur découvre le théâtre en famille à travers le répertoire « tout public » (vaudeville, opérettes, mélodrames) des théâtres de boulevard et des troupes ambulantes1 ». Nicolas Faure, auteur d’une thèse pionnière sur le théâtre de jeunesse contemporain, confirme ce propos, soulignant qu’avant le XXe siècle, l’enfant est « soit spectateur aux côtés des adultes, soit spectateur de ses pairs, c’est-à-dire d’autres enfants en représentation d’un théâtre pédagogique ou commercial2 ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théâtre et jeunesse au XIXe siècle (Cahiers Fablijes)

  1. Maryline Romain, Léon Chancerel : portrait d’un réformateur du théâtre français (1886-1965), Lausanne, L’Âge d’homme, 2005, p. 246. []
  2. Nicolas Faure, Le Théâtre jeune public. Un nouveau répertoire, Rennes, PUR, 2009, p. 8. []

Parution : Children’s Literature in the Long 19th Century (dir. Catherine Butler, Ann Alston)

Catherine Butler, Ann Alston (dir.), Children’s Literature in the Long 19th Century, Routledge, 2021.

In this collection the multidimensional story of children’s literature in the formative period of the long nineteenth century is illuminated, questioned, and, in some respects, rewritten.
Children’s literature might be characterised as the love-child of the Enlightenment and the Romantic movements, and much of its history over the long nineteenth century shows it being defined, shaped, and co-opted by a variety of agents, each of whom has their own ambitions for it and for its child readership. Is children’s literature primarily a way of educating children in the principles of reason and morality? A celebration of the Rousseauesque child? A source of pleasure and entertainment? Women, both as writers and as nurturers involved at an intimate and daily level with the raising of children, recognised early and often very explicitly the multiple capacities of literature to provide entertainment, useful information, moral education and social training, and the occasionally conflicting nature of these functions.
This book was originally published as a special issue of Women’s Writing.

Table of Contents:

Introduction 1. The British Reception of Genlis’s Adèle et Théodore, Preceptive Fiction and the Professionalization of Handmade Literacies 2. The Metropolis and Female Citizenship in Mary Wollstonecraft’s Original Stories from Real Life 3. Satirical Conservatism in Catherine Ann Dorset’s Papillonades 4. « How One Subject Springs Out of Another! »: The Strickland Family and Early Nineteenth-Century Children’s Literature 5. « Marietza »: An Example of Catherine Maria Sedgwick’S Depiction of the « Other » in Her Books for Children 6. American Woman: Feminine Speech and the Reformation of National Identity through Female Community in Louisa May Alcott’s An Old-Fashioned Girl 7. The Empire Girl Goes to War: Bessie Marchant’s World War I Fiction

Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

« Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires »

Strenae, n°21

Échéance des propositions : 1er septembre 2021

 Dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier

Le récent décès du dessinateur André Chéret (5 mars 2020), créateur avec le scénariste Roger Lécureux du célèbre héros préhistorique de la bande dessinée Rahan, plonge dans une certaine nostalgie les très nombreux‧euses quadra et quinquagénaires abreuvé‧e‧s par la lecture, durant leurs jeunes années, de cette série culte (plus de 200 épisodes) de Pif Gadget, magazine de bandes dessinées fortement ancré dans le monde ouvrier.

Issu d’un organe clandestin de jeunes résistants communistes né en 1942 (Medioni 2012), Pif Gadget est la quatrième dénomination d’une revue appelée préalablement Le Jeune Patriote, Vaillant et Le Journal de Pif. Au tournant des années 1950-1960, le journal, en perte de vitesse (passage sous la barre des 100 000 exemplaires), est contraint de modifier sa ligne éditoriale première. Une nouvelle direction est nommée et de nouvelles stratégies commerciales voient le jour permettant ainsi au journal d’atteindre un succès record. En 1980, Pif Gadget rivalise avec ses concurrents Le Journal de Mickey et Picsou magazine en tirant tous les trois au-dessus des 300 000 exemplaires. À cette même période, Spirou passe sous la barre des 80 000, Pilote sous les 60 000 et Tintin sous les 50 000 (Lesage 2018 : 309). Les Pif Gadget n°60 (1970), n°137 (1971) et n°443 (1977) sont tirés à un million d’exemplaires.

Ce magazine d’obédience communiste se révèle être un médium d’envergure. Il invite à questionner son impact, notamment sur les jeunes, au cours de la fin du XXe siècle. À n’en point douter, cette publication « est, par la variété des évolutions ou ruptures idéologiques qu’elle propose, un intéressant objet d’étude » (Bruno 2008 : 127). La longévité de Pif Gadget et son lien avec le PCF interrogent évidemment quant à la bolchévisation éventuelle des jeunes d’une génération très hétéroclite (Bantigny & Jablonka 2009 ; Lahire 2019). Cependant, cette « politisation ouvrière » et communiste (Pudal 2000) via Pif Gadget est-elle aussi durable et puissante qu’on pourrait le penser ? Résiste-t-elle à l’uniformisation des imaginaires par la culture de masse (Rioux & Sirinelli 2002) ? La lecture de Pif Gadget est-elle vraiment une pratique culturelle de classe (Coulangeon 2005) destinée aux enfants les moins favorisés dans un contexte de « dissolution de la subculture ouvrière » (Vigna 2012 : 323) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

Parution : Fantasy et enfance (Cahiers Robinson n°49)

Cahiers Robinson n°49, « Fantasy et Enfance », sous la direction de Marie-Lucie Bougon, Justine Breton et Amelha Timoner, premier semestre 2021.

En littérature comme au cinéma, la fantasy accorde une place de choix aux enfants, qu’il s’agisse de les mettre en scène au Pays des Merveilles, dans un univers parallèle ou dans tout autre école de sorcellerie, ou de montrer comment l’on grandit quand le monde est peuplé de dragons. Les personnages d’enfants, garçons et filles d’apparence ordinaire mais recelant d’impressionnants pouvoirs, sont des héros privilégiés, vivant des aventures magiques où il est cependant question de transition vers l’adolescence ou l’âge adulte : l’enfance en fantasy ne serait-elle qu’un point de départ qu’il faut quitter ? Peut-on considérer qu’il existe une fantasy pour la jeunesse distincte de la fantasy pour adultes ? Ces questions sont approchées avec des études de grands classiques du genre, de corpus thématiques internationaux ou de la question de la réception de ces œuvres en bibliothèque. 

Continuer la lecture de Parution : Fantasy et enfance (Cahiers Robinson n°49)

Parution : Rape Culture, Purity Culture, and Coercive Control in Teen Girl Bibles

Caroline Blyth, Rape Culture, Purity Culture, and Coercive Control in Teen Girl BiblesRoutledge, 2021

In this fascinating book, Caroline Blyth takes a close look at Bibles marketed to teen girls and asks how these might perpetuate harmful gender stereotypes that lie at the heart of rape culture.

The author considers the devotionals, commentaries, and advice sections placed throughout these Bibles, which offer teen girl readers life advice on topics such as friendships, body image, and how to navigate romantic relationships. Within these discussions, there is a strong emphasis on modesty, purity, and sexual passivity as markers of young women’s ‘godliness’. Yet, as the author argues, these gendered ideals are prescribed to readers using rape-supportive discourses and the tactics of coercive control. Moreover, the placement of these various editorial inserts within the pages of sacred scripture gives them considerable power to reinforce deeply harmful ideologies about gender, sexuality, and sexual violence. Given the seeming popularity of these Bibles among Christian teen girls, the need to dismantle their damaging rhetoric is especially urgent.

This book will be of particular interest to those studying the Bible, religion, gender, and theology, as well as the general reader.

Table of contents & Authors Biography