Archives par mot-clé : jeunesse

Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Marion Mas et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.), Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autreParis, Classiques Garnier, coll. Rencontres, 2020.

Cet ouvrage vise à définir la littérature de jeunesse à travers ses rapports avec la littérature dite « générale » en examinant comment certains écrivains, ayant écrit explicitement tantôt pour les enfants tantôt pour les adultes, investissent ces deux champs.

Table des matières…

Lire les résumés… 

Continuer la lecture de Parution : Écrire pour la jeunesse et pour les adultes. D’un lectorat à l’autre

Parution : Littérature de jeunesse : la construction du lecteur

Nadège Langbour, Littérature de jeunesse: la construction du lecteur, L’Harmattan, collection « Prix Scientifique L’Harmattan », 2020.

La littérature de jeunesse joue un rôle essentiel dans la construction du jeune lecteur parce qu’elle s’adresse aux lecteurs de demain : elle tente à la fois d’aiguiser leurs goûts littéraires et leurs compétences de lecture, Elle met régulièrement en scène le personnage du lecteur sous les traits de l’enfant ou de l’adolescent : pour sublimer l’acte de lire mais aussi fictionnaliser les pratiques de la lecture qui vont de l’identification au personnage par le « lisant » à l’interprétation herméneutique des textes par le « lectant ».

L’étude compare vingt fictions françaises et étrangères destinées à un jeune lectorat. Elle s’intéresse à cette problématique complexe, embrassant dans un même mouvement la dimension métaréflexive et intertextuelle de la littérature de jeunesse, la question de la représentation du lecteur et de la lecture et les transpositions didactiques de ces réflexions qui peuvent être concrètement réalisées en classe.

Entre théorie et pratique pédagogique, cet essai sur « la construction du lecteur dans et par la littérature de jeunesse » invite à penser la construction de l’enfant lecteur. Mais il propose de repenser la posture des lecteurs prescripteurs de littérature de jeunesse qui trouveront dans cette littérature une fontaine de jouvence pour renouveler leur plaisir de lecteur et réinventer leur statut de médiateur entre le livre et l’enfant.

Un essai qui donne envie de lire et de faire lire. Un hommage à la littérature de jeunesse et à son remarquable essor.

Llittérature de jeunesse: la construction du lecteur, ouvrage de Nadège Langbour, a été lauréat du Prix scientifique L’Harmattan 2019. Continuer la lecture de Parution : Littérature de jeunesse : la construction du lecteur

Parution : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Textes réunis et présentés par Christiane Connan-Pintado, Sylvie Lalagüe-Dulac et Gersende Plissonneau,

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Modernités n° 45 », 2020.

Depuis la promulgation de la loi Taubira en 2001, qui institue l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes, les fictions historiques pour la jeunesse abordant cette période se sont multipliées. Plusieurs d’entre elles ont pris place sur les listes de référence du Ministère de l’éducation nationale et peuvent servir de support à l’enseignement de cette page d’histoire à travers trois disciplines : l’histoire, la littérature et l’éducation civique. À partir d’un corpus d’ouvrages publiés en France, dont certains en traduction, il s’agit d’interroger le genre de la fiction historique, ses atouts et ses limites dans un domaine régi par une tension permanente entre le docere et le placere. Il convient en effet de soupeser le couple disparate formé par la fabulation et l’archive car il pourra, selon le cas, incliner l’ouvrage vers la vocation documentaire ou vers une fictionnalisation débridée.

Afin d’envisager les différentes propositions de l’édition pour la jeunesse autour de la question vive de l’esclavage, l’ouvrage trace un parcours en trois étapes. La première opère un retour sur les origines de cette production et se penche, d’une part, sur la réception française des authentiques récits d’esclaves et du premier roman abolitionniste, La Case de l’Oncle Tom, d’autre part, sur le détournement d’une œuvre littéraire, quand un écrivain en vient à l’adapter pour la jeunesse. L’étape suivante s’attache au statut des personnages d’esclaves mis en exergue dans les ouvrages du corpus, des personnages privés d’histoire, dont l’identité et les origines ont été niées et auxquels la littérature tente de redonner vie. Enfin, sont explorées, en dernière partie, les voies génériques empruntées par les auteurs pour la jeunesse : d’abord le roman, genre dominant, qui tient la balance entre fiction et histoire de manière contrastée ; puis les genres graphiques, bande dessinée et album, qui diffusent une représentation iconotextuelle de l’esclavage.

Nourri par l’histoire et agrémenté par la fiction, ce parcours d’œuvres adressées à la jeunesse pour aborder la question de l’esclavage, se propose d’approfondir des enjeux et une poétique propres à retenir aussi bien l’attention des littéraires que celle des historiens.

Ouvrage publié avec le soutien des équipes TELEM (EA 4195, Université Bordeaux-Montaigne), E3D (Université de Bordeaux) et de l’INSPE de l’académie de Bordeaux.  Continuer la lecture de Parution : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Appel à communications : « Vive le feu ! » Bérurier Noir branché sur courant alternatif

« VIVE LE FEU ! »

Bérurier Noir, branchés sur courant alternatif

 Ça a existé, ici, en France…

Ça n’est pas encore assez su mais il s’est passé quelque chose de puissant et de profond au sein de la société française des années 80. Une agitation, plus qu’une révolte à proprement parler, qui a secoué ces années Mitterrand pendant lesquelles fut enterré l’espoir d’une révolution socialiste et même d’un simple changement qui transformerait la vie de tous. L’expression fut musicale, rageuse et festive, mais plus fondamentalement elle fut l’expression d’une immense envie de vivre et de vivre libre, c’est-à-dire libéré des carcans imposés par une société vieille, vieille de ses sempiternelles considérations « bourgeoises ». Sans doute y avait-il encore un écho lointain de 68, mais sans le soulèvement et avec une génération toute fraîche qui n’avait pas connu l’effervescence de mai, parce qu’elle était précisément sortie du ventre maternel à peu près à ce moment là, ou juste après. Une réplique, éloignée donc, du même cri de la jeunesse, contre la pesanteur étouffante de la société.

Apparu dans les squats puis sur les petites scènes de MJC avec des groupes chantant presque exclusivement en français, ce souffle naît aussi des derniers soubresauts importés du punk anglais de la décennie précédente. Même si l’énergie est sensiblement la même, le phénomène est bien différent dans le sens où l’esprit et les formes du mouvement sont nourris de conditions socioculturelles bien d’ici, en faisant un bouillonnement de culture tout à fait hexagonal. Il s’agissait d’insuffler un peu de jus et de décibels dans cette société française un peu terne et timorée, de vivre à nouveau au contact cru de la liberté, de crier, de créer, de vivre comme on voulait, entre « nous » les jeunes, à notre sauce (tomato Ketchup bien sûr), avec nos haines, nos joies et nos peines.

 Le phénomène n’a pas duré, à peine une décennie, et fut d’ailleurs baptisé «  alternatif », comme si le retour inexorable du continu devait dès le départ l’emporter sur cette fièvre trop forte pour être autre chose que passagère. Mais dans cette parenthèse, que d’aventures et de rages existentielles se sont jouées ! C’est pour cela que trente cinq ans plus tard, dans la jeunesse à son tour renouvelée, beaucoup les connaissent et les écoutent encore, y retrouvent quelque chose de sismique et d’authentiquement jouissif.

 Ce cri de la jeunesse, même s’il a été porté par beaucoup de groupes dans cette décennie (Oberkampf, La souris déglinguée, Ludwig von 88, Les Endimanchés, Les Wampas, etc.), s’est surtout incarné dans Bérurier Noir. « Les Bérus » sont, et de loin, le groupe phare de la scène underground française de l’époque, du « rock alternatif » comme on l’a appelé. À l’occasion d’une poignée d’albums et d’un peu plus de concerts, ils ont marqué profondément de leur rage contagieuse le paysage affectif de leur génération, des squats parisiens aux cours de lycée de province. Peu médiatisés évidemment, ils ont cependant massivement investi les radiocassettes et les conversations d’une frange de la jeunesse qui a étrenné avec eux sa sensibilité révoltée et une forme encore tâtonnante de radicalité. Continuer la lecture de Appel à communications : « Vive le feu ! » Bérurier Noir branché sur courant alternatif

Parution : Cahiers Robinson n° 48 : « Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières »

Cahiers Robinson n° 48. Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières2020.

sous la direction de Christine Prévost et Aurélie Gille- Comte Sponville

Cette livraison s’intéresse à la partie de l’œuvre de Paul-Jacques Bonzon qui n’entre pas dans le cadre des séries. Des romans comme Du gui pour ChristmasLes Orphelins de Simitra, L’Éventail de Séville, ou encore Le Viking au bracelet d’argent, ont connu un grand succès tant auprès du public que des prescripteurs. Relire ces romans permet d’éclairer le développement de la littérature de jeunesse dans les décennies des Trente Glorieuses.

Relire Bonzon aujourd’hui, c’est aussi mesurer l’écart entre notre monde et celui de l’après-guerre, encore désuet, un monde dans l’attente d’une modernité qui va l’emporter, un monde où les gens semblent avoir des désirs simples mais où l’appel de l’exotisme se fait sentir avec insistance. Continuer la lecture de Parution : Cahiers Robinson n° 48 : « Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières »

Parution : Goûts, pratiques et usages culturels des jeunes en milieu populaire

Il s’est donc agi de construire, à travers les monographies de trois quartiers de la politique de la ville (situés à Bourgoin-Jallieu, Villejuif et Dammarie-les-Lys), qui sont autant de « tableaux » des jeunesses populaires, une vue générale et non exhaustive des pratiques culturelles d’adolescent·e·s partageant des conditions sociales et territoriales proches, en privilégiant des comparaisons internes à ce groupe social. Pour documenter les pratiques de ces adolescent·e·s aussi précisément que possible, l’étude questionne le périmètre actuel d’une définition sociologique de la « culture » : saisir le rapport de ces jeunes aux institutions culturelles et scolaires ainsi qu’aux pratiques dites « légitimes » est nécessaire, mais finalement pas suffisant pour cartographier fidèlement la galaxie de leurs pratiques. Elle tente donc d’appréhender ces pratiques indépendamment des objectifs de démocratisation qui sous-tendent les politiques culturelles, sans se contenter d’une énumération déceptive de ce qu’elles ne sont pas.

Cette recherche, enfin, aborde la culture populaire comme une culture à part entière et qui, comme toute culture, sert à poser des normes et des valeurs qui soudent le groupe social. Les chercheuses et chercheurs ont étudié comment se comportaient les différents agents de la socialisation que sont la famille, les pairs, les médias et l’école dans l’appropriation par les jeunes de normes et de valeurs.

L’enquête présente les univers culturels dans lesquels baignent les jeunes interrogés dans le domaine du sport, des médias audiovisuels, de la musique, de la lecture, des pratiques artistiques et créatives et des sorties culturelles. Elle a ainsi permis de mettre en avant la diversité de pratiques des jeunes issus de milieux populaires et de tempérer une vision par trop « univore » de leurs pratiques. Elle revient aussi sur l’opposition classique entre le savant et le populaire en mettant en lumière combien des pratiques populaires peuvent être savantes.

Télécharger le rapport

Appel à communication : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Le programme de recherche Pifgadg&Cie a pour but d’analyser les contenus des succès de presse que sont Vaillant puis Vaillant, Le journal de Pif (1965) et Pif Gadget (1969-1993 puis 2004-2008). Impliquant notamment des collègues de l’université de Bourgogne/Franche-Comté provenant de laboratoires différents, le projet entend valoriser les approches pluri et transdisciplinaires, de façon à questionner la supposée fabrication d’un imaginaire collectif et la construction d’une mémoire commune communiste à travers ce magazine de jeunesse.

Cet événement scientifique sera organisé dans les locaux de la MSHE Ledoux à Besançon les 4 et 5 février 2021. Ce projet PIGAD&CIE a le soutien de la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté.

Continuer la lecture de Appel à communication : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Parution : Les Novellisations pour la jeunesse

Laurent Déom et Benoît Glaude (dir.)

Les Novellisations pour la jeunesse. Nouvelles perspectives transmédiatiques sur le roman pour la jeunesse

Louvain-la-Neuve : Academia, coll. « Texte-Image », 2020, 330 p., 34 EUR, 330 p., 34 EUR, 9782806105165

 

Cet ouvrage collectif aborde les transpositions littéraires, à destination de la jeunesse, d’œuvres issues d’autres médias que la littérature : romans et albums transmédiatiques, du XIXe au XXIe siècle, qui proviennent de médias aussi divers que le film et le dessin animé, la série et le jeu télévisés, le manga et la bande dessinée, la peinture et la carte géographique.

Table des matières

INTRODUCTION

  • Les novellisations pour la jeunesse, un continent à explorer (Benoît Glaude & Laurent Déom)
  • Nouvelles recherches sur la novellisation (Jan Baetens)

LES BIBLIOTHEQUES « ROSE » ET « VERTE »

  • Entretien avec Sophie Marvaud, novélisatrice chez Hachette jeunesse (2005-2016) (Prisca Grignon)
  • « Pas de baratin… » Les Galapiats (Pierre Gaspard-Huit), de l’écran au roman (Laurent Déom)
  • Novellisation des mangas Dragon Ball, One Piece et Naruto : recréation d’un objet transculturel (Bounthavy Suvilay)
  • L’émission dont vous êtes le héros. Novélisations « interactives » de jeux télévisés (Laurent Bozard)

L’ALBUM ET LA NOVELLISATION VISUELLE

  • La novellisation dans la stratégie transmédiale de Casterman (années 1960 – années 1980) (Florian Moine)
  • Du poème filmique aux livres illustrés de photographies, les films d’Albert Lamorisse (Laurence Le Guen)
  • La novellisation comme « pont des arts » (Ivanne Rialland)

DES AUTONOVELLISATIONS POUR LA JEUNESSE

  • L’Île au trésor de Stevenson, le roman de la carte ? Étude sur l’hypothèse d’une novellisation cartographique (Sabrina Messing)
  • Où sont les anti-anti-adaptations ? Dave Eggers coscénariste et adaptateur de Where the Wild Things Are (Fanny Geuzaine)
  • Stratégies novellisatrices à l’origine du mini-roman (Stéphanie Delneste)

NOVELLISER POUR RENOUVELER: RESTER JEUNE GRACE A LA NOVELLISATION

  • Mettre en mots un esprit pop : les novellisations de Bibi & Tina et de Hanni & Nanni (Élodie Malanda)
  • Une lecture palimpseste des contes : le roman du film Descendants (Bochra Charnay)
  • Les Premiers de Xabi Molia. Une novellisation littéraire du genre superhéroïque pour une jeunesse prolongée (Chris Reyns-Chikuma)
  • Les aventures de Tintin dans la littérature américaine (Frederic Tuten et Alexander Irvine) (Maaheen Ahmed & Benoît Glaude).

 

Parution : Cahiers Robinson n°47, ROALD DAHL, LA FABRIQUE D’UN IMAGINAIRE

Noëlle Benhamou et Philippe Blondeau (éd.)

Le succès des livres de Roald Dahl tient en grande partie à l’efficacité d’un imaginaire à la fois singulier et riche de résonances universelles, qui mêle habilement les registres, oscillant toujours entre l’humour et la cruauté, entre le réel et le surnaturel, entre la morale et la dérision. C’est le travail de cet imaginaire, si reconnaissable et si séduisant par ses ambiguïtés même, que l’on se propose ici d’interroger. Il s’agit d’en explorer les origines, l’élaboration et le fonctionnement, selon des perspectives historiques, génériques, thématiques et transmédiatiques. En s’appuyant à la fois sur les œuvres pour adultes et sur les œuvres pour la jeunesse on s’intéresse notamment aux diverses formes d’intertextualité, aux stratégies développées en fonction des publics et des médias, à la question des genres et des registres, aux données biographiques et à leurs échos dans l’œuvre.

Source : Artois Presses Universités

Journée : jeunesse et égalité genrée

Égalité fictionnelle, égalité réelle ?Représentations des filles et des garçons dans les productions pour la jeunesse

30 novembre 2018, Musée national de l’éducation, Centre de ressources, 6 rue de Bihorel, Rouen

Journée d’étude en partenariat scientifique et professionnel sous la responsabilité de Magali Jeannin et Anne Schneider.

9h45 – Ouverture de la journée Delphine Campagnolle, Directrice du MUNAÉ & Jeanne Chiron (Université de Rouen Normandie – ÉSPÉ de l’académie de Rouen) : remerciements et introduction

Sophie Devineau (Université de Rouen Normandie) : Présentation du projet MixPrim

Laurent Trémel (MUNAÉ) : Présentation de l’exposition « Filles/garçons : égalité des chances ? »

SESSION 1 : REPRÉSENTATIONS DES MÉTIERS ET DE LA RÉUSSITE SOCIALE  

10h30
Sylvie Cromer (U. de Lille / CRDO) : Quel genre les magazines pour petites filles promeuvent-ils ?

Sophie Devineau (U. de Rouen / DySoLab) et Anne Schneider (U. de Caen-ÉSPÉ / LASLAR) : Représentations des métiers dans la littérature jeunesse : quels enjeux de genre et quelles évolutions ?

12h : Table ronde : Comment est présentée l’égalité professionnelle dans les manuels scolaires ? Discutante : Anne Schneider. Avec  Amandine Berton-Schmitt (Centre Hubertine Auclert) : Inégalités professionnelles et représentations des métiers dans les manuels scolaires : éléments de synthèse. Et Catherine Dufour (autrice du Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses) : Quelle fabrique de modèles pour les filles ?

13h – 14h : Déjeuner

SESSION 2 : QUELLES RESSOURCES POUR PROMOUVOIR L’ÉGALITÉ FILLES / GARÇONS ? 14h45 

Christiane Connan-Pintado (U. de Bordeaux-ÉSPÉ / TELEM) : Parité/disparités. Études de genre et littérature pour la jeunesse

Laurence Faron (Fondatrice des éditions Talents Hauts) : Éditer des livres pour la jeunesse sans stéréotypes : éthique et pratique

Mathilde Lévêque (U. Paris 13 / Pléiade) : Le projet européen GBook (Gender Identity: Child Readers and Library Collections) : objectifs et premiers résultats

15h40 – 16h : Pause

SESSION 3 : REPRÉSENTATIONS FILLES / GARÇONS DANS LES MÉDIAS ISSUS DE LA CULTURE POPULAIRE ET MÉDIATIQUE ET LEUR RAPPORT À L’ÉCOLE Discutant : Laurent Trémel

Hélène Breda (U. Paris 13 / LabSIC) : Représentations genrées dans les séries animées pour enfants, à partir d’un corpus issu de Netflix Kids

Fanny Lignon (U. Lyon 1 – ÉSPÉ / THALIM) : Utiliser les images pour former à l’égalité entre les femmes et hommes : les atouts des jeux vidéo

17h30 : Fin des échanges

COMITÉ D’ORGANISATION Jeanne CHIRON (U. de Rouen Normandie – ÉSPÉ / CÉRÉdl-LIS), Laurent TREMEL (Musée national de l’Éducation / CIRNEF), Anne SCHNEIDER (U. de Caen-ÉSPÉ / LASLAR). COMITÉ SCIENTIFIQUE Olivier BERNARD (U. Laval, Québec), Christiane CONNAN-PINTADO (U. de Bordeaux-ÉSPÉ), Jeanne CHIRON (U. de Rouen-ÉSPÉ), Sylvie CROMER (U. de Lille 2), Sophie DEVINEAU (U. de Rouen Normandie), Magali JEANNIN (U. de Caen-ÉSPÉ), Anne SCHNEIDER (U. de Caen-ÉSPÉ), Laurent TRÉMEL (Musée national de l’Éducation).