Archives par mot-clé : italie

Parution : L’Envers du décor journalistique. Acteurs et formes médiatiques en Méditerranée au XIXe siècle

Julien Contes, Gian Luca Fruci, Jean-Paul Pellegrinetti (dir.), L’Envers du décor journalistique. Acteurs et formes médiatiques en Méditerranée au XIXe siècle, Classiques Garnier, coll. “Les Méditerranées”, 2024.

Le présent ouvrage collectif explore un envers du décor journalistique, ou l’histoire d’une multitude d’acteurs, d’actrices et d’entreprises de presse, ainsi que de pratiques et de formes médiatiques modernes à travers un long XIXᵉ siècle.

Table des matières

Julien Contes – Introduction

Première partie : Pratiques et circulations
journalistiques

Roberto Paiva – Une avide curiosité. La circulation des journaux français en Espagne dans les premières années de la Révolution (1789-1793)

Karl-Alexandre Zimmer – Une république de papier. Dans les coulisses méditerranéennes du Courrier de la Sarthe (1831-1849)  Continuer la lecture de Parution : L’Envers du décor journalistique. Acteurs et formes médiatiques en Méditerranée au XIXe siècle

Appel à contributions : Italie : médialités, intermédialités, transmédialités (Cahiers du FoReLLIS)

Italie : médialités, intermédialités et transmédialités

Échéance des propositions : 22 septembre 2023

L’université de Poitiers a accueilli le 61e Congrès annuel de la Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur (SIES), inauguré le jeudi 16 juin 2022 une journée d’études doctorale et post-doctorale portant sur le sujet suivant : « médialités, intermédialités et transmédialités ». Il s’agit d’un des trois axes retenus par l’équipe poitevine du FoReLLIS B pour structurer ses recherches lors de la période 2021-2025.

Les questions liées à l’intermédialité ou à la transmédialité nous ont notamment amenés à étudier les adaptations d’œuvres littéraires, scéniques ou cinématographiques, et aussi, plus largement, la manière dont les personnages ou les récits circulent et s’incarnent dans des œuvres à travers différentes pratiques artistiques. Nous avons également été conduits à analyser l’hybridité présente au sein d’une création pouvant être qualifiée d’intermédiale ou de transmédiale. Enfin, nous avons observé qu’il n’était pas nécessaire que se réalise un transfert d’une aire artistique vers une autre pour placer au centre de la réflexion la question du support de l’œuvre (et celle du processus allant de la création à la réception). Dans tous les cas, une réflexion théorique sur le médium est indispensable.

Un numéro des Cahiers du FoReLLIS accueillera les articles tirés des communications de la journée d’études ainsi que d’autres contributions sur le même thème qui pourront ainsi s’adjoindre au dossier déjà constitué.

Les propositions tiendront compte des éléments ci-dessus et pourront concerner des sujets variés, qu’il s’agisse des périodes (Moyen-Âge, Renaissance, époque contemporaine, etc.) aussi bien que des pratiques (littérature, arts visuels, musique, arts du spectacle…).

Les propositions (autour de 40 000 signes) seront envoyées au plus tard le vendredi 22 septembre 2023 à Laurent Baggioni (laurent.baggioni@sorbonne-nouvelle.fr) et Etienne Boillet (etienne.boillet@univ-poitiers.fr). Chaque texte doit être précédé du nom de l’auteur-e et de son affiliation institutionnelle, d’une bio-bibliographie de moins de 400 signes, d’un résumé et de quelques mots-clés, le tout en français et en anglais.

La langue de rédaction est le français.

Parution : Pinocchio. Les aventures d’un pantin doublement commentées et trois fois illustrées (G. Agamben)

Giorgio Agamben, Pinocchio. Les aventures d’un pantin doublement commentées et trois fois illustrées, Paris, Rivages, 2022.

Traduction Léo Texier

“Pinocchio n’est pas un conte ni un roman, il n’est assignable à aucun genre littéraire ; tout comme son protagoniste, qui n’est ni un animal ni un garçon, n’est pas même un « quoi », mais seulement un « comment » : il est, au sens le plus strict, une voie de sortie, ou une échappatoire, aussi bien hors de l’humain que de l’inhumain – c’est pour cela qu’il ne fait que courir, et que quand il s’arrête, à la fin, il est perdu”. (Giorgio Agamben).

Un texte magistral sur le livre “Pinocchio” par l’un des grands philosophes de notre époque.

Parution : Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940) (dir. Alessandra Marangoni, Julien Schuh)

Alessandra Marangoni, Julien Schuh (dir.), Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940), Turin, Rosenberg & Sellier, coll. “Biblioteca di studi francesi”, 2022.

Au tournant des XIXe et XXe siècles, les «petites revues» de littérature et d’art ont été de véritables laboratoires d’expérimentation esthétique, mais aussi des lieux de discussion, de débats, d’échanges à une echelle internationale. C’est aussi au sein de ces périodiques, qui circulaient à travers toutes les grandes villes européennes, que se sont tissées et consolidées les relations culturelles entre la France et l’Italie. Leurs collaborateurs, tels Remy de Gourmont, Ricciotto Canudo, Guillaume Apollinaire ou Giovanni Papini, ont oeuvré de concert à l’émergence de réseaux artistiques et littéraires.

Les revues, objets collectifs, hétéroclites, mêlant les genres (poésie, roman, chroniques, critique, beaux-arts) et les médias (texte, illustration, photographie, experimentations typographiques voire musique) sont par nature des lieux de comparaison, de dialogue, de réappropriation, de jonction entre des champs et des espaces culturels différents.

L’étude de ces périodiques permet de dévoiler les mécanismes des échanges culturels internationaux dans l’Europe de la Belle Époque.

Ce volume collectif, issu de deux Journées d’étude à Padoue et à Paris, offre des pistes pour repenser l’histoire des circulations culturelles entre l’Italie et la France au prisme des revues. Continuer la lecture de Parution : Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940) (dir. Alessandra Marangoni, Julien Schuh)

Parution : Le cinéma muet italien à la croisée des arts (Céline Gailleurd)

Céline Gailleurd (dir.), Le cinéma muet italien à la croisée des artsSaint-Denis/Dijon, EUR ArTeC/Les Presses du réel, coll. “La Grande Collection ArTeC”, 2022.

Premier ouvrage collectif explorant le cinéma muet italien des années 1896 à 1930

Grâce à la recherche, la restauration et la numérisation, de nouvelles perspectives s’offrent à nous.

L’histoire du cinéma possède encore des continents mystérieux. Parmi ceux-là, une Atlantide oubliée depuis trop longtemps : le cinéma muet italien. Il a pourtant bénéficié, dès les années qui succédèrent son invention, d’une renommée internationale, fascinant les foules, les intellectuels et les artistes de l’Europe entière. Ces films tournés en Italie entre 1896 et 1930 deviennent désormais accessibles grâce aux campagnes de restauration, de digitalisation et de mise en ligne qui offrent enfin la possibilité de poser un nouveau regard sur ce patrimoine culturel.

L’ouvrage plonge au coeur de ce qui fonde l’esthétique du cinéma muet italien dans le rapport intrinsèque qu’il entretient avec les autres arts. Danse, théâtre, opéra, littérature, arts figuratifs : le cinéma s’invente aussi bien à partir des grandes oeuvres classiques que celles les plus en vogue circulant à travers des médias alors en pleine expansion. Des premières vues documentaires, immortalisant les paysages et monuments italiens, aux péplums monumentaux, en passant par les mélodrames qui révélèrent les premières stars, ou encore les adaptations littéraires de la Film d’Arte Italiana, le cinéma naît avec cette faculté à absorber, revisiter et transformer une multitude de formes et de disciplines artistiques. L’ensemble des textes sont traversés par une forte volonté d’insister sur la portée innovante du septième art dans sa capacité de réemploi.

Dirigé par Céline Gailleurd, maîtresse de conférences en cinéma à l’université Paris 8. Son long métrage documentaire Italia, Le Feu, La Cendre a été développé dans le cadre du projet de recherche-création « Le cinéma muet italien à la croisée des arts européens (1896-1930) » qu’elle porte via l’EUR ArTeC et de l’université Paris Lumière. Il vient d’obtenir le Prix du meilleur film Flat Parioli au Torino Film Festival (39e). Elle vient de codiriger l’ouvrage Sergueï Loznitsa, un cinéma à l’épreuve du monde (Presses universitaires du Septentrion, 2022).

Contributions de Marco Bertozzi, Ivo Blom, Stella Dagna, Raffaele De Berti, Elisabetta Gagetti, Fernando Gizzi, Laurent Guido, Denis Lotti, Maria Assunta Pimpinelli et Elisa Uffreduzzi.

Participation de Silvio Alovisio et Luca Mazzei. 

Continuer la lecture de Parution : Le cinéma muet italien à la croisée des arts (Céline Gailleurd)

Parution : Pupi et guarattelle, les marionnettes de Naples et de Palerme. Une korémachie italienne (Anna Leone)

Anna Leone, Pupi et guarattelle, les marionnettes de Naples et de Palerme. Une korémachie italienne, Classiques Garnier, 2022. 

Les pupi et les guarattelle, des marionnettes très anciennes, continuent à dominer la scène contemporaine italienne. Pour saisir la façon dont elles articulent leur passé « populaire » avec le présent, ce livre étudie leur image à travers le temps et leurs performances contemporaines.

Diane Bracco (Université de Limoges)

Diane Bracco est hispaniste et spécialiste de cinéma à l’Université de Limoges. Elle est membre de l’axe « Espaces des cultures médiatiques (genres et imaginaires) » du laboratoire EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles). Agrégée d’espagnol, qualifiée en langues romanes (CNU 14) et en arts (CNU 18), elle est l’autrice d’une thèse de doctorat intitulée Anatomie de l’outrance. Une esthétique du débordement dans le cinéma espagnol de la démocratie (Université Paris 8 – Vincennes–Saint-Denis, 2015).

Elle a consacré de nombreux articles et communications à divers cinéastes hispaniques, essentiellement espagnols. Depuis quelques années, elle a élargi ses recherches au cinéma italien et aux filiations entre les cinématographies espagnole et italienne. Dès le doctorat, ses travaux l’ont conduite à s’intéresser au cinéma de genre et, très récemment, aux fictions criminelles méditerranéennes.

Elle intervient dans les Licences LLCER espagnol, LEA anglais-espagnol, le Master LEA Management Interculturel, dont elle est responsable depuis 2018, le Master Transferts Culturels et Traduction, ainsi que le Master MEEF parcours espagnol et la formation à l’agrégation interne d’espagnol.

Continuer la lecture de Diane Bracco (Université de Limoges)

Giorgio Busi Rizzi (Université de Gand)

Giorgio Busi Rizzi est chercheur postdoctoral BOF à l’Université de Gand, avec un projet d’enquête sur la bande dessinée numérique expérimentale. Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles sous la direction conjointe des Universités de Bologne et de Louvain ; le projet de doctorat analysait l’esthétique et les pratiques nostalgiques liées aux romans graphiques contemporains. Il a publié dans des revues scientifiques et des volumes édités, et a fait des présentations lors de nombreuses conférences nationales et internationales. Il est membre fondateur du groupe de recherche international sur la bande dessinée italienne SNIF – Studying ‘n’ Investigating Fumetti, et membre de plusieurs groupes de recherche internationaux sur la bande dessinée (CSS, ComFor, La Brèche, ACME). Il s’intéresse aux comics studies, à la narratologie, aux humanités numériques, à la théorie et à la traduction de l’humour.

Site UGent: https://research.flw.ugent.be/en/giorgio.busirizzi

Appel à contributions : Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane XIXe-XXIe s. (Cahiers d’Études Romanes)

“Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane (XIX/ XXIe)”

Cahiers d’Études Romanes, n°45, 2022

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Sous la direction d’Anne-Sophie Canto, Gerardo Iandoli, Claudio Milanesi (Aix Marseille Université, CAER)

Le crime organisé est un phénomène séculaire, international et particulièrement complexe et caractérisé de surcroît par son aspect protéiforme. Il évolue selon le contexte socio-économique des régions qu’il gangrène, selon les périodes et les latitudes : des campagnes siciliennes du XIXsiècle – berceau de Cosa Nostra – jusqu’à la prison de Tabauté au Brésil qui fait naître le Primeiro Comando da Capital en 1993, du Mexique des narcos à la Costa brava refuge des Vory v Zacone géorgiens, c’est une vaste géographie des organisations criminelles qui se dessine dans toute l’aire romane.

Les sources qui mentionnent le crime organisé, de même que celles qui en font un objet d’étude, sont aujourd’hui pléthoriques et variées. Du point de vue factuel, nous avons désormais accès à de nombreux comptes rendus d’enquêtes policières, judiciaires et journalistiques, ainsi qu’à des témoignages qui donnent la parole à des criminels repentis comme à des victimes. Parallèlement et à degrés variables, la fiction s’est mêlée à la réalité dans des récits littéraires, des films ou des séries et à des compositions musicales. Progressivement, l’ensemble de cet apport est venu à bout de l’aura de mystère qui planait sur des organisations autrefois perçues comme marginales et secrètes. Pourtant, le crime organisé continue d’occuper la scène artistique. En effet, ce thème demeure intrinsèquement lié à la profonde fascination que procure la perpétration du mal, à travers un mécanisme ambivalent d’attirance et de répulsion. Ainsi, le paradigme du mythe s’est diffusé à travers la littérature, la musique et les arts visuels qui n’ont cessé de représenter la figure criminelle pour l’ériger en modèle de l’anti-héros ou pour la condamner sèchement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane XIXe-XXIe s. (Cahiers d’Études Romanes)

Parution : The Young Pope : la tiare et l’image (Cyril Gerbron)

Cyril Gerbron, The Young Pope : la tiare et l’image, Presses universitaires François-Rabelais, coll. “Sérial”, 2021.

L’histoire de l’art est un aspect majeur de la poétique visuelle de la série de Paolo Sorrentino The Young Pope.

Dans cette série qui raconte la montée en puissance de Pie XIII, jeune pape américain décalé et réactionnaire, les tableaux, les statues, les œuvres d’art du passé jouent un rôle important dans l’effet de vraisemblance, puisque le Vatican est effectivement rempli d’images. Contemplées et commentées par les personnages, ou utilisées pour leurs dévotions, ces œuvres sont bien plus que des éléments de décor, elles sont « activées » et deviennent vivantes.

Les images de la série sont elles-mêmes nourries d’images du passé et The Young Pope met en scène ces « voyages d’images », parcours visuels et sémantiques que le livre se propose d’explorer.

Docteur en histoire de l’art, Cyril Gerbron est l’auteur de Fra Angelico : liturgie et mémoire (Brépols, 2016). Il a été boursier à la Villa I Tatti à Florence et a rédigé ce livre lors d’une année passée comme pensionnaire à la Villa Médicis. Il est décédé en 2019

Continuer la lecture de Parution : The Young Pope : la tiare et l’image (Cyril Gerbron)