Archives par mot-clé : intertextualité

Appel à propositions : Cahiers Dumas, n°46 : « Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition »

Les Cahiers Dumasn°46, « Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition »

dir. Cédric Hannedouche

PRÉSENTATION

Considéré à juste titre comme le principal fondateur du roman historique en France, Alexandre Dumas fut dès son vivant imité par une constellation d’auteurs. Le roman historique connaît alors dès le Second Empire sur le territoire national puis en Europe un incontestable âge d’or. Du chevalier justicier Henri de Lagardère de Paul Féval aux formidables prouesses du cycle des Pardaillan chez Michel Zévaco, cinquante années suffisent en effet pour voir éclore une abondante descendance d’auteurs dans un genre à succès. Ces derniers ne dissimulent pas, dans les choix retenus (époque, lieux et personnages choisis) l’influence du grand maître. Leurs héros déplacés dans un passé à reconquérir se caractérisent surtout par un héroïsme exacerbé, un culte de passions mélodramatiques mais surtout évoluent indéniablement dans un style à reproduire. Cette reconduction par les épigones des romans historiques « à la Dumas » participe ainsi à la construction d’une nouvelle culture médiatique (M. Letourneux). Continuer la lecture de Appel à propositions : Cahiers Dumas, n°46 : « Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition »

Appel à communications : Un jour un conte. Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Cycle « Un jour un conte ». Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Colloque international, Université de Lille, 1- 2 mars 2021 

« La narrativité hypertextuelle peut nous éduquer à la créativité et à la liberté. C’est bien, mais ce n’est pas tout. Les récits « déjà faits » nous apprennent aussi à mourir »

Umberto Eco, De la littérature, Grasset, 2003, p. 27.

Le conte du Petit Chaperon rouge est sans conteste le plus célèbre, le plus répandu et le plus chéri des contes français si l’on en croit l’ampleur de ses expansions hypertextuelles en tous genres et pour tout âge, depuis la maternelle aux éditions pour adultes. C’est aussi le conte le plus connu de Charles Perrault qui est le créateur du surnom (sobriquet ?) du personnage éponyme, Petit Chaperon rouge, qu’il a fabriqué par typification en le répétant pas moins de 13 fois dans son texte, alors que dans les ethno-contes, dont il s’inspire en partie, l’héroïne est simplement appelée le plus souvent « la fillette » ou « la petite ». De plus, généralement, le ra-contage actuel ne peut s’empêcher d’achever le conte sur une note optimiste, le sauvetage de la fillette et de sa mère-grand par éventration du loup puis sa mise à mort, alors que chez Perrault l’héroïne finit dévorée. En fait, tout en l’ignorant, le raconteur ou la raconteuse contemporain-e synthétise la réécriture de Perrault et celle des frères Grimm qui ont « inventé » cette fin en l’empruntant, comme on sait, à un autre conte-type. Les ethno-contes sont divisés selon ces deux tendances : une fin pessimiste et une autre optimiste très différente de celle des Grimm où l’héroïne se sauve par ruse. Continuer la lecture de Appel à communications : Un jour un conte. Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Pamela ELLAYAH (Université du Maine-Le Mans)


FORMATION

Master LIJE (Littérature pour la jeunesse), Université du Maine-Le Mans
Travaux de mémoire sous la direction de Nathalie Prince : le rythme dans l’œuvre de Maurice Sendak (M1) ; les collections patrimoniales anglophones dans les maisons d’édition contemporaines pour la jeunesse (M2)
Master LLCE Anglais, Université Paris IV-Sorbonne
Travaux de mémoire : les éléments fantastiques dans Le Portrait de Dorian Gray (M1) ; le surnaturel dans la peinture nocturne victorienne (M2)

DOMAINES DE RECHERCHE
Les albums anglophones pour enfants
Les collections patrimoniales d’albums pour enfants
La notion de rythme dans l’album
Les maillages intertextuels (littérature, period movies et histoire de l’art) Continuer la lecture de Pamela ELLAYAH (Université du Maine-Le Mans)

Appel à contributions – Les Cahiers Dumas (n°46), Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition

Considéré à juste titre comme le principal fondateur du roman historique en France, Alexandre Dumas fut dès son vivant imité par une constellation d’auteurs. Le roman historique connaît alors dès le Second Empire sur le territoire national puis en Europe un incontestable âge d’or. Du chevalier justicier Henri de Lagardère de Paul Féval aux formidables prouesses du cycle des Pardaillan chez Michel Zévaco, cinquante années suffisent en effet pour voir éclore une abondante descendance d’auteurs dans un genre à succès. Ces derniers ne dissimulent pas, dans les choix retenus (époque, lieux et personnages choisis) l’influence du grand maître. Leurs héros déplacés dans un passé à reconquérir se caractérisent surtout par un héroïsme exacerbé, un culte de passions mélodramatiques mais surtout évoluent indéniablement dans un style à reproduire. Cette reconduction par les épigones des romans historiques « à la Dumas » participe ainsi à la construction d’une nouvelle culture médiatique (M. Letourneux).

Continuer la lecture de Appel à contributions – Les Cahiers Dumas (n°46), Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition

Parution : Cahiers Robinson n°47, ROALD DAHL, LA FABRIQUE D’UN IMAGINAIRE

Noëlle Benhamou et Philippe Blondeau (éd.)

Le succès des livres de Roald Dahl tient en grande partie à l’efficacité d’un imaginaire à la fois singulier et riche de résonances universelles, qui mêle habilement les registres, oscillant toujours entre l’humour et la cruauté, entre le réel et le surnaturel, entre la morale et la dérision. C’est le travail de cet imaginaire, si reconnaissable et si séduisant par ses ambiguïtés même, que l’on se propose ici d’interroger. Il s’agit d’en explorer les origines, l’élaboration et le fonctionnement, selon des perspectives historiques, génériques, thématiques et transmédiatiques. En s’appuyant à la fois sur les œuvres pour adultes et sur les œuvres pour la jeunesse on s’intéresse notamment aux diverses formes d’intertextualité, aux stratégies développées en fonction des publics et des médias, à la question des genres et des registres, aux données biographiques et à leurs échos dans l’œuvre.

Source : Artois Presses Universités

Parution : Belle au bois dormant

La Belle au bois dormant en ses métamorphoses. Textualité, transtextualité, iconotextualité, Pascale Auraix-Jonchière et Frédéric Calas (dir.) , Clermont-Ferrand, PU Blaise Pascal, 2018


Kizzy Matiakis, Aurore dans La Belle au Bois dormant, ballet royal du Danemark, 2010. Source : http://blueballet.blog.lemonde.fr

La séduction et le charme des contes ont partie liée avec leur capacité à se métamorphoser au cours du temps en adoptant tout type de scénographies, de genres et de supports tout en réin- vestissant de nouvelles significations et en variant ou mêlant les destinataires. C’est ce pouvoir métamorphique fort que le présent volume interroge à partir d’un personnage qui incarne mieux que tout autre ces virtualités latentes : la Belle endormie aux rêves insondables. L’approche retenue est motivée par la nature du dialogue qui se noue entre deux productions littéraires elles-mêmes riches de résonances intertextuelles, distantes de deux siècles et ancrées dans deux pays et cultures différents : « La Belle au bois dormant » de Charles Perrault et « Dornröschen » des frères Grimm. Ce rapport problématique sert de point d’ancrage aux diverses réécritures auxquelles ces deux contes, tour à tour isolés ou croisés, donnent lieu dans les domaines du texte et de l’image jusqu’à l’époque contemporaine.

Parution : « French Crime Fiction and the Palimpsest »

 Rewriting Wrongs: French Crime Fiction and the Palimpsest  (Angela Kimyongür et Amy Wigelsworth, éd.), septembre 2014

 0127183_rewriting-wrongs_300

 

Rewriting Wrongs: French Crime Fiction and the Palimpsest furthers scholarly research into French crime fiction and, within that broad context, examines the nature, functions and specificity of the palimpsest. Because the practice of rewriting is so central to popular fiction as a whole, crime fiction is replete with hypertextual transformations. The palimpsest also has tremendous extra-diegetic resonance, in that crime fiction frequently involves the rewriting of criminal or historical events and scandals. This collection of essays therefore exemplifies and interrogates the various manifestations and implications of the palimpsest in French crime fiction. Continuer la lecture de Parution : « French Crime Fiction and the Palimpsest »