Archives par mot-clé : internet

Colloque en ligne : ANR COLLABORA – La fabrique de la participation culturelle. Plateformes numériques et enjeux démocratiques.

ANR COLLABORA – La fabrique de la participation culturelle. Plateformes numériques et enjeux démocratiques.

30 nov.-1 déc. 2020 Colloque en ligne (France)

Le colloque se tiendra en ligne. Les liens sont disponibles sur cette page.

L’inscription est gratuite. Vous pouvez vous inscrire sur ce site avec un compte Sciencesconf ou en envoyant un email à anrcollabora@gmail.com avec votre prénom, nom, structure de rattachement et choix entre actes numériques et actes papier. Continuer la lecture de Colloque en ligne : ANR COLLABORA – La fabrique de la participation culturelle. Plateformes numériques et enjeux démocratiques.

Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Presse et conflits dans les pays de langue romane

Dans le prolongement de la Journée d’Études qui s’est tenue à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, en novembre 2019, notre publication a pour ambition de revenir sur les rapports qui existent depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours entre la presse et les parties prenantes d’un conflit d’ordre diplomatique, socio-économique ou culturel. Elle nous donne l’occasion de faire dialoguer différents champs disciplinaires (histoire culturelle, sociale ou politique, linguistique, littérature et arts visuels) pour réfléchir sur l’importance et l’influence de la presse dans la représentation discursive ou sociétale de faits d’actualité bruts.

Argumentaire

Pour couvrir les crises et les conflits qui secouent le monde, les médias mobilisent au péril de leurs vies des professionnels aux multiples fonctions (correspondants de guerre, grands reporters, photographes) et des moyens techniques conséquents pour rendre compte d’une actualité brûlante, puis, dans un temps second, ils « créent l’événement ». Teinté de polémique, ce lieu commun rend manifeste un processus de configuration selon lequel les faits d’actualité sont façonnés par différentes instances qui, au terme d’un travail interprétatif, produisent une construction narrative chargée d’implicites et de présupposés. Continuer la lecture de Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Parution : Derrière les écrans. Les nettoyeurs du Web à l’ombre des réseaux sociaux

Sarah T. Roberts, Derrière les écrans. Les nettoyeurs du Web à l’ombre des réseaux sociaux, La Découverte, 2020. 

Employés par des sous-traitants aux quatre coins du monde, les modératrices et modérateurs de contenu sont les travailleurs de l’ombre chargés de purger les sites Internet, les réseaux sociaux et les applications mobiles des photos, vidéos ou commentaires abjects qui les inondent : propos haineux, cyber-harcèlement, injures racistes ou sexistes, automutilations et tortures, viols et décapitations, pédophilie…
À travers des dizaines d’entretiens menés avec ces collecteurs de déchets numériques dans les zones rurales de l’Iowa, dans la Silicon Valley, au Canada et aux Philippines, cette enquête met au jour l’économie souterraine d’une industrie dont les coulisses tranchent avec le progressisme revendiqué. À rebours de l’optimisme libertaire des pionniers du Web, le filtrage des torrents de violence, de pornographie et de fiel déversés sur nos écrans s’impose aujourd’hui comme une tâche à la fois indispensable et sisyphéenne. Ses enjeux en termes de réglementation de la liberté d’expression et de délimitation des frontières du dicible et du montrable à l’échelle planétaire restent néanmoins largement ignorés.
Alors que les controverses autour des fake news, des discours de haine et du harcèlement en ligne obligent peu à peu les plateformes à rompre l’illusion d’une modération « automatique », Sarah Roberts révèle les conditions de travail des substituts de l’« intelligence artificielle » et les risques psychologiques auxquels sont exposés celles et ceux dont le quotidien connecté consiste à visionner à la chaîne des contenus insoutenables pour que nous n’y soyons pas confrontés.

Sarah T. Roberts est chercheuse et enseignante en sciences de l’information à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA). Continuer la lecture de Parution : Derrière les écrans. Les nettoyeurs du Web à l’ombre des réseaux sociaux

Appel à contributions : Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Alma Mater Studiorum – Università di Bologna

Dipartimento di Lingue, Letterature e Culture Moderne 

COLLOQUE INTERNATIONAL DE JEUNES CHERCHEURS

Bologne, 10 et 11 février 2021 

Conférence inaugurale : Professeur Paolo Costa (Université de Pavie) 

Le colloque invite à réfléchir à des questions d’une brûlante actualité sur les modalités d’écriture, de lecture et de partage dans la contemporaneité, selon des perspectives interdisciplinaires, intermodales et transmediales.

Mème[1], twittérature, micro-récits social, fanfictions et web comics ne sont que quelques exemples des nouvelles formes d’écriture apparues dans le domaine de la culture post-médiale. À l’arrivée des nouvelles technologies et de l’ère du social a suivi la prolifération de nouvelles pratiques de lecture, de (ré)écriture et de partage, qui transforment actuellement en profondeur le panorama littéraire, en ouvrant la voie à des phénomènes de production collective et en stimulant un vertigineux travail de re-signification. De telles expériences trouvent dans le web et en particulier dans les social media leur écosystème de développement et de propagation, en atteignant souvent une audience globale : on assiste ainsi à une extraordinaire multiplication des produits culturels dérivés, dont la matrice est fréquemment ignorée par l’utilisateur final.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Lire, (ré)écrire et partager: anciennes et nouvelles pratiques de signification

Appel à communications : Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia

« Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia »

Journée d’études interdisciplinaire

Cette journée d’études, qui aura lieu le 20 novembre 2020 à l’Université Côte d’Azur, entend préparer les travaux d’un colloque international prévu pour le printemps 2021 ainsi que la création, à l’Université Côte d’Azur, d’un Observatoire du Récit Criminel (ORC-UCA).

Date limite d’envoi des propositions : 10 août 2020

Télécharger le texte de l’appel

Dans ce cadre évolutif, on souhaite explorer l’actuel écosystème transmédiatique afin de privilégier l’analyse des modalités de création, production, diffusion et réception dans de multiples médias d’œuvres de fiction ayant en partage la représentation de la criminalité organisée. En effet, sans négliger les apports critiques déjà disponibles, il ne s’agit pas ici de se consacrer à des problématiques générales, de privilégier le débat sur les nouveaux usages transmédiatiques des histoires ou, comme cela a été fait à de nombreuses reprises dans la dernière décennie, sur la définition même de transmédialité. Il s’agit plutôt de tester les acquis et de faire avancer la réflexion in vivo. Continuer la lecture de Appel à communications : Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia

Fantasy, Retour aux sources : ouverture du site internet, conférence d’Anne Besson

FANTASY, RETOUR AUX SOURCES – « ANTHOLOGIE » D’UN GENRE LITTÉRAIRE : ORIGINE, INFLUENCE ET RÉCEPTION DE LA FANTASY

16 jan. 2020, 18h30-20h
BnF François-Mitterrand
Petit auditorium

En donnant la parole à la fois aux experts et aux créateurs, ce cycle de conférences permet de retracer l’histoire et les sources littéraires de la fantasy, ainsi que ses métamorphoses multiples dans le domaine du jeu vidéo ou du cinéma.

À l’occasion de l’ouverture du site web Fantasy, retour aux sources, cette conférence présente le genre depuis ses origines au XIXe siècle et ses sources dans les mythes et le folklore jusqu’aux évolutions de sa réception contemporaine.

Par Anne Besson, professeure en littérature comparée, UFR Lettres et Arts, université d’Artois

Continuer la lecture de Fantasy, Retour aux sources : ouverture du site internet, conférence d’Anne Besson

Appel: HACKERS – la fiction du virtuel

Appel à communications

HACKERS : la fiction du virtuel

Journée d’étude organisée par Frédérique Toudoire-Surlapierre et Matthieu Freyheit, Université de Haute Alsace, ILLE (EA 4363)

Mulhouse, 11 avril 2014

De nombreux chercheurs en Humanités Numériques interrogent aujourd’hui les différentes influences des technologies liées au cyberespace sur nos usages du monde et nos rapports aux autres comme à soi. Nos pratiques de lecture ne sont pas épargnées, et le discours commun est le plus souvent alarmiste. Milad Doueihi calme cependant les esprits en scindant deux savoir-lire distincts et non exclusifs : « Lire en ligne n’est pas la même chose que lire un livre : les deux opérations sont radicalement différentes. […] la compétence numérique est une compétence autonome, qu’il ne faut pas nécessairement lier au savoir-lire de la culture imprimée et à ses institutions1». Il reste que la littérature demeure victime, dans les esprits, de cette nouvelle culture numérique, au même titre qu’un monde tout entier livré en pâture à d’étranges wizzards, cow-boys et autres brigands de grands chemins numériques : les hackers.

Yannick Chatelain et Loïck Roche2 voient dans ces figures l’avènement – parfois fantasmé – d’un cinquième pouvoir angoissant : notre monde appartient-il aux hackers ? Influences politiques, économiques, sociales et culturelles, le hacker semble capable de tout dans un monde qu’il pénètre et domine depuis l’ombre éclairante de son écran. Héros de la libération technologique, les hackers ont, sous leurs diverses formes, fait du chemin dans l’imaginaire collectif qui les saisit à son tour dans une pluralité d’objets. Leur portée littéraire reste pourtant à interroger. Ces héros immobiles ont bien leur place dans la production romanesque : de la culture cyberpunk au roman policier en passant par la littérature de jeunesse, la cyberaventure augmente peu à peu sa bibliothèque. Mais si le hacker influence notre monde et son devenir, sa mise en littérature l’influence-t-elle à son tour ? La mise en roman ou en film du hacker constitue-t-elle une tentative de reprise du pouvoir en opposant la fiction au virtuel ?

Cette journée d’étude propose de remettre l’objet fictionnel au centre du débat, et d’interroger les manières dont nous nous saisissons du hacker pour le comprendre, l’interroger, l’admirer, le craindre… Piratage, hacking, hacktivisme, cracking : comment la fiction s’empare-t-elle des visages démultipliés de ce nouvel acteur social ? À titre d’exemple, la mise en avant de héros adolescents pour une histoire adolescente mérite d’être interrogée, notamment au sein d’une littérature de jeunesse présente sur le sujet. De la même manière, les problématiques de genre questionnent les représentations masculin/féminin des usages numériques. Les motifs de la cybercriminalité, du pouvoir technologique et du risque numérique enregistrent quant à elles les terreurs virtuelles que les hackers nous imposent, tandis que ceux de la révolte et de la résistance convoquent l’idée d’une libération par le numérique. Par ailleurs, les problématiques d’identité virtuelle et de devenir-numérique interrogent la position numérique de l’individu mis en situation de développer des compétences nouvelles, et de nouvelles faiblesses. Dans un retour primitif de la proie et du chasseur, le hacker réalise une ouverture des champs de l’aventure, et impose de définir le rôle et l’agencement de la fiction dans la relation du réel au virtuel.

Littérature comparée, littérature de jeunesse, bande dessinée, cinéma, et autres : les organisateurs accueillent les propositions de tous les champs d’étude de la création fictionnelle.

Les propositions, longues d’une vingtaine de lignes environ, accompagnées d’une bibliographie indicative ainsi que d’une courte présentation bio-bibliographique, sont à envoyer au plus tard le 31 octobre 2013 aux deux adresses suivantes :

frédérique.toudoire@free.fr

matthieu.freyheit@gmail.com

Une publication est envisagée aux éditions Orizons.

1. Milad Douehi, La Grande conversion numérique, Paris, Seuil, 2011, p.50-55.

2. Yannick Chatelain, Loïck Roche, Hackers! Le cinquième pouvoir: qui sont les pirates de l’internet?, Paris, Maxima, 2002.

Parution: Histoire de l'Internet, L'Internet dans l'histoire (Le Temps des médias)

Le temps des medias n°18

« Histoire de l’Internet, L’Internet dans l’histoire »

La SPHM (Société pour l’histoire des médias) publie le dix-huitième numéro de sa revue Le Temps des Médias, dirigée par Christian Delporte, directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines et professeur à l’UVSQ. Son dossier, sous la direction de Jérôme Bourdon et Valérie Schafer, s’intitule : Histoire de l’Internet, l’Internet dans l’histoire.

Intitulé « Histoire de l’internet, l’Internet dans l’histoire », le dossier du nouveau numéro du Temps des médias s’interroge sur l’histoire de l’infrastructure du réseau et sur celle de ses usages. Jérôme Bourdon et Valérie Schafer, directeurs du numéro, ont incité les auteurs à comparer internet aux réseaux qui l’ont précédé, pour se projeter dans la longue durée de l’histoire des médias et réinterroger la notion même de média. Ce dossier est ouvert aux sciences politiques, à la sociologie et aux sciences de l’information, qui suggèrent de nouvelles sources aux historiens. Il revendique aussi une importante dimension internationale, abordant aussi bien la naissance du réseau aux Etats-Unis que ses récents développements en Chine.

DOSSIER : Histoire de l’Internet, l’Internet dans l’histoire
• Présentation(Jérôme Bourdon et Valérie Schafer)
• Aux origines américaines de l’Internet : projets militaires, intérêts commerciaux,
désirs de communauté (Paul E. Cerruzzi)
• La gouvernance de l’internet. Une internationalisation inachevée
(Françoise Massit-Folléa)
• L’Inria, ses chercheurs et Internet des années 1970 aux années 1990
(Pascal Griset,Valérie Schafer)
• Utilisateurs et communautés d’utilisateurs au premier âge de l’informatique
personnelle et des réseaux grand public (1978-1990) (Benjamin Thierry)
• Les médias sociaux : une histoire de participation (Alexandre Coutant, Thomas Stenger)
• R@S: la naissance d’un acteur majeur de l’«!Internet militant!» français
(Fabien Granjon, Asdrad Torres)
• Protester sur le Web chinois (1994-2011) (Séverine Arsène)
• La mémoire culturelle d’Internet : le folklore de Usenet (Camille Paloque-Berges)
• Les langues sur Internet : de l’hégémonie de l’anglais au règne de la traduction
(Michaël Oustinoff)
• «!A l’image de l’Homme!»: cyborgs, avatars, identités numériques (Fanny Georges)
• Réseaux de communication horizontale, un aperçu à travers le temps
(Jacques Perriault)
• L’historiographie de sites Web : quelques enjeux fondamentaux (Niels Brügger)
• L’histoire de l’Internet au prisme des STS (Janet Abbate)
• Repères chronologiques internationaux et nationaux de la fondation de l’ARPA
au Sommet Mondial de la Société de l’Information
TERRITOIRES D’ÉTUDES
• Ce que les dieux, les religions et les églises font des médias. Pour une science
du divin ? A nouvelle religion, nouvelle revue (Nicole Edelman)
• L’allégorie politique et ses limites. Sur quelques adaptations cinématographiques
et musicales d’Animal Farm(George Orwell, 1945) (Sébastien Denis)
• Un patron de presse méconnu : Henry Poidatz (1854-1905) (Dominique Pinsolle)

Les Cahiers du journalisme, n° 22/23, « Le journalisme numérique : formes, formats, frontières

LE JOURNALISME NUMÉRIQUE : FORMES, FORMATS, FRONTIÈRES

(dossier coordonné par Bernard Delforce et Yannick Estienne)

Introduction
Yannick ESTIENNE .. 02

Article 1
Les médias à l’ère numérique
Jean-Marie CHARON .. 14

Article 2
Création, contribution, recommandation : les strates du journalisme participatif
Franck REBILLARD .. 28

Article 3
Le participatif perçu par les professionnels du journalisme : état des lieux

Aurélie AUBERT .. 42

Article 4
La modération des fils de discussion dans la presse en ligne
Amandine DEGAND et Mathieu SIMONSON .. 56

Article 5
Médias du 21e siècle : passer du public passif aux contributeurs actifs
Nicolas FILIO .. 74

Article 6
La mise en jeu des informations : le cas du newsgame
Olivier MAUCO .. 84

Article 7
Journalisme et jeux vidéo : un public en invention
Gersende BLANCHARD, Aurélia LAMY et Philippe USEILLE .. 100

Article 8
L’expérience immersive du web documentaire : étude de cas et pistes de réflexion
Laure BOLKA et Samuel GANTIER .. 118

Article 9
Évolutions des pratiques journalistiques sur Internet : journalisme « augmenté », data journalism et journalisme hacker – Entretien avec Jean-Marc Manach
Yannick ESTIENNE .. 134

Article 10
Portrait du journaliste en programmeur. L’émergence d’une figure du journaliste hacker
Éric DAGIRAL et Sylvain PARASIE .. 144

Article 11
Les formations au journalisme doivent devenir des laboratoires
Marc MENTRÉ .. 156

AUTRES CONTRIBUTIONS

(partie coordonnée par Thierry Watine)

Article 12
L’accélération de la circulation de l’information : une perspective historique, économique, technique et sociale
Éric GEORGE .. 168

Article 13
Intégrer pour mieux surveiller les journalistes de guerre
Aimé-Jules BIZIMANA .. 180

Article 14
La crédibilité de médiateurs de presse en France chez les journalistes du Monde, de RFI et de France 3
Marc-François BERNIER .. 200

Article 15
Le changement de format du Soleil de Québec dans un contexte hyperconcurrentiel : se différencier pour mieux se rapprocher
Geneviève DROLET .. 216

Article 16
Journalistes scientifiques d’Afrique francophone : photographie du début de millénaire
Gervais MBARGA .. 242

Article 17
Crise financière : la notion d’utilité sociale agite les médias britanniques
Jean-Marc POILPRÉ .. 260

Article 18
David contre Goliath à Washington ou la sourde bataille entre Politico et le Washington Post
Antoine CHAR .. 278