Archives par mot-clé : intermédialité

Appel à contribution : Du texte à l’écran

Intercâmbio nº 13, 2º série – 2020

Adaptation et transposition des œuvres littéraires d’expression française vers d’autres médias

Appel

La transposition des œuvres littéraires – notamment d’expression française – dans de nouveaux supports a gagné depuis les années 1980 un nouvel éclairage théorique et critique à la faveur de l’émergence de l’approche intermédiale, laquelle fait converger l’interaction des différents médias mobilisés dans l’élaboration et réélaboration d’une œuvre (Müller, 2000). En effet, l’étude des transpositions artistiques engage, au-delà de la simple adaptation, des phénomènes intermédiaux complexes de combinaison et de référence qui dépassent et enrichissent la perspective intertextuelle qui avait précédemment marqué les études littéraires (Rajewsky, 2005).  

Continuer la lecture de Appel à contribution : Du texte à l’écran

Colloque « Frankensteins intermédiatiques »

Programme

Jeudi 18 octobre matin (9h00-12h30)

Salle Jean Borde, Maison des Sciences de l’Homme, Campus universitaire

9h00 Ouverture du colloque

Conférence inaugurale :Michel Porret (Professeur d’Histoire, Université de Genève) Chair, sang et sexe pour Frankenstein. Les imaginaires de la série B (circa 1950-1980)

Session 1 (10h30-12h30) Au fil de la plume : le mythe littéraire

10h45-11h05 : Natacha VAS DEYRES, Université Bordeaux-Montaigne, Les Frankenstein de Benoît Becker (Jean-Claude Carrière): une réécriture du mythe à la française ?

11h05-11h25 : Clément HUMMEL, Université de Caen Normandie, L’ombre du mythe : Frankenstein délivré (Brian Aldiss, 1973), une relecture du Prométhée moderne ?

Continuer la lecture de Colloque « Frankensteins intermédiatiques »

Alice Jacquelin (Université de Limoges)

Mots-clés : Littérature comparée, intermédialité, fictions criminelles, études médiatiques, humanités numériques

Alice Jacquelin est chercheuse postdoctorale dans le cadre du projet européen DETECt (Detecting Transcultural Identity in European Popular Crime Narratives) piloté en France par l’Université de Limoges (http://www.detect-project.eu). Sa thèse Genèse et circulations d’un paradigme culturel populaire en régime médiatique : le cas du Country Noir. France-États-Unis. 1996-2016 a été dirigée par Denis Mellier (Université de Poitiers). Elle porte sur l’émergence médiatique d’un champ culturel contemporain autour de récits criminels ruraux en France et aux États-Unis. Ce nouveau paradigme intermédial appelé « Country Noir » se décline sur différents supports de la culture populaire et industrielle (roman noir, séries télévisées, cinéma, bande dessinée) et charrie des imaginaires politiques proches de l’anarchisme, du libertarisme et de l’écologisme.

Elle est co-commissaire de l’exposition « L’Europe du polar » inaugurée à la BiLiPo (Bibliothèque des Littératures Policières) avec Matthieu Letourneux, Catherine Chauchard et Adrien Frenay sur les circulations médiatiques des fictions criminelles en Europe depuis la fin du XIXe siècle et la cristallisation des imaginaires criminels européens (https://europedupolar.paris.fr). Elle est membre de l’association LPCM et elle a participé aux Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018 (https://lpcm.hypotheses.org/10874).

Elle a enseigné le roman noir, l’intermédialité et l’Histoire des Idées aux universités de Poitiers et de Versailles-Saint-Quentin et s’est formée aux humanités numériques à l’École d’hiver EnExDi 2019. Elle participe à la diffusion de la recherche sur les fictions policières en tant que modératrice dans des festivals (l’Instant Polar de Dissay, Bruits de Langue de Poitiers), productrice et programmatrice radiophonique (France Inter, France Culture, Radio Libertaire) et critique culturelle (Esprit https://esprit.presse.fr/actualites/alice-jacquelin/seules-les-betes-de-dominik-moll-un-country-noir-42558). En tant que lectrice pour la Série Noire de Gallimard et pour les commissions « Avances sur recettes » et « Aides aux films de genres » du CNC, elle a aussi participé au champ médiatique de la création policière contemporaine.

Thèse

2019. Genèse et circulations d’un paradigme culturel populaire en régime médiatique : le cas du Country Noir. France-États-Unis. 1996-2016.

L’expression « Country Noir », apparue en littérature sous la plume de l’écrivain étatsunien Daniel Woodrell en 1996, a ensuite connu une fortune critique aux États-Unis et en France dans l’interdiscours médiatique. Les critiques littéraires mais aussi les maisons d’édition se sont saisis de cette catégorie pour qualifier toute une production littéraire contemporaine de romans noirs qui se déroulent à la campagne. L’appellation circule ensuite entre la France et les États-Unis, d’un côté à l’autre de l’Atlantique, et migre sur différents supports médiatiques : à partir des années 2009-2010, elle s’applique aussi à des films, des séries télévisées et des bandes dessinées. Notre hypothèse est la suivante : montrer comment les circulations transnationales et intermédiales jouent dans la cristallisation d’un paradigme médiatique populaire et comment le Country Noir se fait le creuset des préoccupations contemporaines sur la fin du monde paysan et rural. À partir d’une analyse sociolittéraire en distant reading de la réception critique, grâce aux humanités numériques, pour circonscrire la nébuleuse Country Noir dans ses pratiques et ses usages, nous examinons ensuite un large corpus textuel et audiovisuel en close reading, retrouvant ainsi « une poétique des fictions industrielles », qu’Irène Langlet appelait de ses vœux. Le Country Noir hérite de deux courants littéraires étatsuniens, le Southern Gothic et le Nature Writing, auxquels il emprunte une esthétique gothique étonnante dans le cadre des fictions criminelles ainsi qu’une idéologie politique libertaire. Car le Country Noir est avant tout un paradigme critique qui déconstruit quelques grands mythes occidentaux comme la croissance, la masculinité et la blancheur. Ces catégories, empruntées aux Cultural Studies, démontrent comment le Country Noir se fait le miroir des imaginaires collectifs du déclin et du déclassement.

Articles et publications

À paraître. « The Glory and Misery of the EUROCOPS/EUROFLICS series (1989-1994). Archeology of a European Cooperation in Crime TV Fiction », revue Academic Quarter.

À paraître. « Genèse et circulations d’un sous-genre populaire en régime médiatique : le cas du ‘country noir’ », Écritures et formats médiatiques, revue Belphégor, en ligne.

À paraître.  « L’enquête empêchée, le tragique dans le country noir contemporain », L’Enquête en Arts et Littérature, PUR, Rennes.

2018. « L’indice policier, une trace indécidable ? », Trace(s), PULIM, Limoges.

2018. « Comment se fier à la parole criminelle ? Les récits troubles des narratueurs chez Ellroy, Banville et Ellis », revue Chameaux n°10, en ligne, https://revuechameaux.org/numeros/mensonge/comment-se-fier-a-la-parole-criminelle-les-recits-troubles-des-narratueurs-chez-ellroy-banville-et-ellis/

2017. « Les teen-movies des années 90 adaptés d’œuvres littéraires ou comment les classiques littéraires peuvent-ils aspirer à la consécration hollywoodienne ? », revue Le Pardaillan n°3, Lille.

Conférences et communications

À venir (reporté). Cours-conférence « Polar et Ruralité », Bibliothèque francophone multimédia, Limoges, initialement prévu le 31/03/2020. https://bfm.limoges.fr/evenement/polar-et-ruralite

2018. Assises de la Recherche en Culture Populaire et Médiatique, Université de Paris-Nanterre. Communication : « Genèse et circulations d’un sous-genre populaire en régime médiatique : le cas du ‘country noir’ »

2017. Colloque Trace(s) de doctorants de l’ED « Lettres, pensée, arts et histoire », La Rochelle. Communication : « L’indice policier, une trace indécidable ? »

2016. Conférence Noire is the new noir : the Série Noire and the Franco-American detective traditions, Université Américaine de Paris, Paris. Communication : « La mort est dans le pré : Minville et Guittaut, l’avènement d’un country noir à la française ? »

2016. Colloque international et interdisciplinaire de jeunes chercheurs Cannibales !, Centre Littératures, Imaginaire et Sociétés (LIS) de l’Université de Lorraine, Nancy. Communication : « L’hannibalisme, un syndrome de dévoration narrative ? »

2016. Journée d’étude interdisciplinaire Impuretés, Laboratoire Forell de l’Université de Poitiers, Poitiers. Communication : « Impuretés du polar »

2016. Conférence internationale Airport culture(s), Institut of Modern Langage Research of the University of London, Londres. Communication : « How to fall in love in a non-place ? Airports in Three French and American Romantic Comedies »

2016. Colloque international de jeunes chercheurs Mensonge et littérature, Université de Laval, Québec. Communication : « Comment se fier à la parole criminelle ? Les récits troubles des narratueurs chez Ellroy, Banville et Ellis »

2016. Séminaire de jeunes chercheurs Aux confins de l’enquête – séance 1 « Échec de l’enquête », laboratoire ALEF de Rennes 2, Rennes. Communication : « L’enquête empêchée, le tragique dans le country noir contemporain », https://laboalef.hypotheses.org/tag/country-noir

Manifestations scientifiques et diffusion de la recherche

À venir (reporté). Modération de la table ronde « Les femmes dans le polar ». Invitées : Sophie Chabanel, Michèle Pedinielli et Éléna Piacentini, festival L’Instant Polar, Dissay.

2018. Organisation de la journée d’étude Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie, Laboratoire Forellis, Université de Poitiers, MHSH, 02/05/2018. Invité.e.s : Anne-Laure Bonvalot, Oliver Gallmeister, Madeleine Mialocq, Anne-Rachel Hermetet, Benoît Tadié, Sébastian Thiltges

2019. Modération de la table ronde « Le polar face à l’Histoire ». Invités : Didier Daenincks, François Muratet, Hugues Pagan, festival L’Instant Polar, Dissay.

2018. Modération de la table ronde « Polar et journalisme : citez vos sources ». Invités : Olivier Truc, Jean Weber, Marc Fernandez, festival L’Instant Polar, Dissay.

2017. Organisation et modération de la table ronde « Quand le noir se met au vert : le polar rural ». Invités : Laurence Biberfeld, Patrick K. Dewdney, Pierric Guittaut, UFR Lettres et Langues, Université de Poitiers.

2017-2018. Productrice des émissions Polar Palace et Les Sorcières de Paname, Radio Libertaire, FM 89,4.

2013-2017. Attachée de production, France Inter et France Culture et productrice du documentaire radiophonique « Les deux Christian de Gardanne », Les Pieds Sur Terre, Sonia Kronlund, France Culture, 04/03/2014, 26 min

Vivien Bessières (Université de Limoges)

Vivien Bessières

Maître de conférences

Equipe CeReS, Université de Limoges

Contacts : vivien.bessieres@unilim.fr

vivien-bessieres

 

Mots-clés :

Stylistique de la prose

Narratologie

Intermédialité

Pratiques d’écriture

Réception de l’Antiquité

 

Sujet de thèse :

« Antiquité et postmodernité. Les intertextes gréco-latins dans les arts à récit depuis les années soixante (fiction, théâtre, cinéma, série télévisée, bande dessinée). »

Soutenue en septembre 2011, à l’Université Toulouse 2 Le Mirail.

Mention « Très honorable avec les félicitations du jury ».

Jury : Mireille Dottin-Orsini, Florence Dupont, Jacques Dürrenmatt (directeur), Dominique Rabaté (rapporteur), Bernard Vouilloux (rapporteur).

 

Axes / thématiques de recherche :

Stylistique et esthétique des arts narratifs contemporains (fiction, théâtre, cinéma, série télévisée, bande dessinée).

Stylistique comparée et intermédiale (entre langues anciennes, anglais et français, entre arts du texte et de l’image).

Stylistique participative – ou comprendre une œuvre sans l’interpréter : niveau affectif (stylistique cognitive), niveau corporel (soma-esthétique), niveau pratique de l’imitation et de la création (ateliers et manuels d’écriture).

Réception, actualité de l’Antiquité et des lettres classiques dans le monde d’aujourd’hui.  Continuer la lecture de Vivien Bessières (Université de Limoges)

Appel: “Le roman graphique”: des influences de la BD sur le roman

fantomas-cortazar

“Le roman graphiqué”: des influences de la BD sur le roman

            D’une part, il existe des études sur la poésie influencée par la peinture (Reverdy) ou sur le roman influencé par le cinema (voir Morissette); d’autre part, il existe des articles sur les réalisateurs séduits par les « comics » (e.g. Resnais, Snyder dans les 300) et sur les peintres utilisant les comics comme inspiration (e.g. Warhol, Lichtenstein). Cependant, il n’y a presque rien sur le roman influencé par la BD ou les “comics”.

Ces romans informés par la BD le sont-ils par ses thèmes, ses techniques narratives, ses spécificités visuelles ? Cette autre novelisation est-elle une preuve supplémentaire de légitimation de la BD ?

Dans le monde anglo-saxon, il existe déjà quelques articles avant-coureurs sur cette problématique et sur les quelques auteurs anglophones, tous américains, qui ont exploré cette esthétique transmédiatique comme: Tom de Haven (Funny Papers, 1985), Jay Kantor (Krazy Kat, 1987), Frederic Tuten (Tintin in the New World, 1993), Austin Grossman (Soon I will be Invincible, 2007), et sans doute le plus connu, Michael Chabon (Kavalier & Clay, prix Pulitzer 2001). Comment ces romanciers représentent-ils les « comics », les BD et les mangas ? S’ils utilisent souvent des thèmes et personnages (auteurs ou protagonistes de « comics »), usent-ils aussi de techniques spécifiques inspirées par la BD et les comics? Et si oui, lesquelles ?  Y a-t-il d’autres auteurs anglo-saxons influencés par les comics ? Britanniques ? Australiens ? Africains ?

Et qu’en est-il des auteurs d’autres langues/cultures comme l’Italie (e.g. Umberto Eco—La Misteriosa Fiamma de la regina Loana), la France et le Japon pour ne parler que de trois pays qui ont une tradition de la BD, longue et dynamique ? D’autres cultures produisent-elles des romans marqués par les tebeo, beeldverhaal, banda desenhada, komiks ? Les romanciers qui sont aussi bédéistes séparent-ils hermétiquement leurs univers selon qu’ils composent un roman ou une BD ? Jean Teulé dans un ouvrage au titre évocateur Bord cadrage (2009) joue-t-il aussi avec une esthétique BD ? Et quid de Harry Morgan qui est romancier, bédéiste et en plus théoricien de la  BD ? Et Ludovic Debeurme (Ocean Park, 2014), Joann Sfar (L’éternel, 2012), Willy Mouele (Willy the Kid, 2011), et les travaux transmédiatiques d’un Benoit Peeters ? La BD est traditionnelement un domaine masculin. Y a-t-il des romancières américaines, françaises ou d’autres langues inspirées par certaines BD?

Existe-il en français des exemples de novelisation de livres pour la jeunesse comme c’est le cas en anglais des “Fantastic four” dans les années 1960 ou plus récemment Where the Wild Things are par Dave Eggers?

Nous invitons des propositions sur un ou des auteurs de fictions (romans, nouvelles), ou sur des problèmes plus directement théoriques (narratologie spécifique à la BD; adaptation transmédiatique), soit dans dans une langue/culture, soit sur plusieurs dans une perspective comparative, ainsi que des entretiens avec des romanciers qui s’intéressent à la BD.

Dates-limites:

Proposition (400-500 mots) pour le 30 septembre 2014; article complet (4000-5000 mots) pour le 30 janvier 2015; après double lecture en aveugle, les textes acceptés seront publiés dans Image & Narrative; langues: anglais ou français.

Contacter: Hugo Frey (h.frey@chi.ac.uk ) ET Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca).

Aurélie Huz (Université de Lorraine)

 

Aurélie Huz est attachée temporaire d’enseignement et de recherche en Études culturelles à l’université de Lorraine (Nancy), où elle assure des cours sur les fictions médiatiques contemporaines et leurs filiations historiques, sur les productions pour la jeunesse, les fictions de l’imaginaire et les théories de la culture.

Spécialiste de la science-fiction, de l’intermédialité et des univers transmédiatiques, elle a soutenu en 2018 à l’université de Limoges une thèse de littérature française intitulée « L’intermédialité dans la science-fiction française de La Planète sauvage à Kaena (1973-2003) » et dirigée par Mme Irène Langlet (jury : Anne Besson, Matthieu Letourneux, Hélène Machinal, Denis Mellier, Jacques Migozzi).

Elle est membre du comité éditorial de la revue d’études de la science-fiction ReS Futurae.

Champs de recherche

  • histoire et théorie de la science-fiction
  • cultures médiatiques et populaires
  • intermédialité, transmédia, cross-média, sémiotique et narratologie comparées des médias
  • théories de la fiction, univers transmédiatiques, transfictionnalité
  • fictions ludiques, interactivité, immersion

Publications

Articles

Aurélie Huz, « Les novellisations de Bordage : expérimentations transmédiatiques du multimédia dans la science-fiction française », ReS Futurae [en ligne], n° 13 : « Pierre Bordage », 2019, à paraître.

Aurélie Huz, « Arborescences transmédiales d’un arbre-monde de science-fiction. Kaena, la prophétie : du film à la novellisation », Publije [en ligne], n° 1, 2017, URL : http://revues.univ-lemans.fr/index.php/publije/article/view/7

Chapitres d’ouvrage

Aurélie Huz, Irène Langlet, « Une SF de la déglingue : le cycle Nikopol d’Enki Bilal », in Henri Garric (dir.), La Destruction des images en bande dessinée, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », à paraître.

Aurélie Huz, « Arzach, rhapsodie médiatique », in Elsa Caboche et Désirée Lorenz (dir.), Bande dessinée et intermédialité, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », à paraître.

Aurélie Huz, Nicolas Perez Prada, Hélène Sellier, « Littérature et cultures médiatiques : positionnement, pratiques et dynamiques de la jeune recherche », in Anne Besson (dir.), Fictions médiatiques et récits de genre. Pour en finir avec le populaire ?, SFLGC, coll. « Poétiques comparatistes », 2016, p. 73-86.

Aurélie Huz, Irène Langlet, « Bilal et le Monstre. Une Yougoslavie de science-fiction, une guerre en bande dessinée (et vice-versa) », in Bertrand Westphal (dir.), Le Silence et la parole au lendemain des guerres yougoslaves, Presses universitaires de Limoges, coll. « Espaces Humains », 2015, p. 211-239.

En ligne

https://univ-lorraine.academia.edu/AurélieHuz