Archives par mot-clé : intermédialité

Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Epopée et intermédialité

Troisième colloque du CIMEEP (Centre International et Multidisciplinaire d’Études Épiques), en collaboration avec le FoReLLIS pôle B (Poitiers)

Échéance des propositions : 30 avril 2021
 

La tradition de l’épopée ou du « rêve de l’épopée » (H. Christians, 2004), la recherche de l’idéal par définition inaccessible du modèle homérique, s’est toujours accompagnée d’une remise en cause des frontières entre les différents médias : la description du bouclier d’Achille dans l’Iliade, première ekphrasis de l’histoire littéraire européenne, signe traditionnellement le début des réflexions sur les relations texte-image. Ainsi, depuis l’Antiquité, l’idée de l’aède et l’idéal de l’écriture déterminée par la présentation orale ont accompagné la production de textes épiques intrinsèquement ambivalents, situés à la frontière entre le texte et la parole. La matière épique – des histoires de héros rayonnants qui se battent pour le collectif – inspire les auteurs dans leur recherche d’un texte idéal, capable de décrire et en même temps d’unir la communauté dans un langage sophistiqué et souvent versifié. Mais dans la même mesure, ces matières, qu’elles reposent sur un texte concret ou sur des sources hybrides, deviennent aussi des motifs des arts visuels : on les retrouve sous forme de peintures ou de sculptures. La question de l’intermédialité de l’épopée se pose également lorsque la matière épique est mise en scène – de la tragédie et de l’opéra classiques aux longs drames historiques du XIXesiècle, qui font souvent délibérément référence à la tradition des épopées nationales et sont reçus comme des « drames épiques ». Mais alors que les possibilités de représentation sur la scène classique étaient soumises à des limites spatiales et morales claires, l’émergence du film, au XXesiècle, a pu ouvrir des possibilités totalement nouvelles : à l’écran, de nombreuses adaptations de matières épiques classiques obtiennent finalement le succès populaire tant attendu ; à Hollywood, l’epic filmdevient même un genre à part. Plus récemment encore, ce succès a été prolongé par le jeu vidéo et la bande dessinée, ce qui a permis entre autres de remettre en cause la linéarité du récit et de recourir à de nombreuses citations intertextuelles et intermédiales. L’évolution, au fil des siècles, montre que chaque nouveau médium évoque le scepticisme des précédents, tout en ouvrant de nouvelles possibilités aux matières épiques traditionnelles ou plus récentes. L’émergence d’esthétiques nouvelles reflète ainsi toujours la longue tradition du récit épique.

Continuer la lecture de Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Appel à communications : Intermédialité. Dialogue des arts et des genres

Colloque international virtuel « Intermédialité : dialogue des arts et des genres », 1-2 avril 2021

Organisé par le Laboratoire Langues, Littératures, Arts et Cultures de l’Université Mohammed V de Rabat. 

Coordonné par le professeur Abdelmajid AZOUINE de l’Université Mohammed V de Rabat et par l’écrivain et chercheur Mountajab SAKR. 

Poète invité : Philippe Tancelin, professeur émérite à Paris 8, directeur de la collection « Poètes des cinq Continents » à l’Harmattan.

Échéance des propositions : 8 mars 2021.

Appel

Le dialogue arts et des genres se situe au cœur de la création littéraire, il déclenche un débat sur le processus de chevauchement des genres artistiques et littéraires dans une seule œuvre. Pour aborder un tel champ de croisement entre chant et danse, poésie et théâtre, récit, témoignage, calligraphie et dessin, etc. les chercheurs peuvent se pencher sur l’analyse des œuvres littéraires qui hébergent une diversité au niveau de la forme et du contenu.

Un retour à l’histoire littéraire en Europe nous rappelle qu’au XVIIIe siècle, les salons littéraires ont réuni des artistes d’horizons divers tels que la musique, la peinture et la littérature. Ces réunions ont bien évidemment précédé l’émergence de l’édition au XIXe siècle, et ces formes de rencontres artistiques sont réapparues fortement dans les courants artistiques en fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle Tels que le dadaïsme, le futurisme, l’expressionnisme, l’impressionnisme, le cubisme, le surréalisme et autres.

Continuer la lecture de Appel à communications : Intermédialité. Dialogue des arts et des genres

Parution : Photolittérature (Archipel, n° 42)

Archipel, n° 42 : « Photolittérature« , 2020, 273 p.

PRÉSENTATION

La notion de « photolittérature », qui donne son titre à ce quarante-deuxième numéro d’Archipel, peut désigner des œuvres très diverses, qui ont pour point commun d’exploiter le dialogue entre les modes d’expression a priori distincts que sont l’écriture littéraire et la photographie. Dès son invention dans la première partie du XIXe siècle, cette dernière a fasciné les écrivain·e·s. De fait, ces derniers·ères ont établi un dialogue constant avec la photo, des virulentes critiques de Baudelaire lui niant toute possibilité d’accéder au rang d’art à son utilisation comme embrayeur de la narration par des écrivain·e·s contemporain·e·s – songeons par exemple à Annie Ernaux, dont l’autobiographie Les Années est rythmée par la description de photos, ou à Anne-Marie Garat, qui travaille notamment à partir de clichés d’inconnu·e·s chinés dans les marchés aux puces dans Photos de familles. Un Roman de l’album. Il semble que la photo, qui capture et fige un instant du réel, appelle irrésistiblement une mise en récit que la littérature peut lui offrir. La nature des points de contact qui existent entre ces deux médias est extrêmement diverse. En effet, la mise en scène de personnages de photographes, l’utilisation de clichés dans une logique d’enquête, ou encore la réflexion théorique sur la nature de l’image reproduite mécaniquement sont autant de pratiques littéraires qui intègrent une dimension «photographique». Le statut des clichés dans le texte est également variable, mais qu’ils soient donnés à voir dans leur matérialité ou seulement décrits sous la plume de l’auteur·rice, leur spectre semble n’avoir de cesse de hanter la littérature depuis près de deux siècles. Continuer la lecture de Parution : Photolittérature (Archipel, n° 42)

Appel à communications : Periodicals as/in Media Constellations

Periodicals as/in Media Constellations

International Conference of the DFG-Research Unit « Journal Literature » (FOR 2288)

25.−27. November 2021

University of Cologne

PRESENTATION

From the 19th century on, periodicals—and especially magazines—, because of their capacity to act as meta-media, have been central sites to unfold and discuss media developments and constellations. On the one hand, they develop textual discourses on media and their relationships to one another; on the other hand, they also integrate other media, such as images, illustrations and reproductions, which are incorporated into their own format via intermedial processes and remediation. In doing so, journals not only address the idiosyncrasies of the various media in their environment, but also consistently reflect (on) their own mediality—whether explicitly in articles about their own format and journal culture in general, or implicitly in their layout, their text-image relationships, their graphic design. Because the form of periodicals displays a characteristic openness towards the integration of other media, it makes for an apt starting point to discuss different media constellations and their evolution(s). Continuer la lecture de Appel à communications : Periodicals as/in Media Constellations

Appel à contributions : défilement, projection, performance. La lanterne magique comme dispositif narratif

Défilement, projection, performance. La lanterne magique comme dispositif narratif
Les Cahiers de narratologie (juillet 2022)

Sous la direction de Sébastien Fevry (UCLouvain) et Philippe Marion (UCLouvain)

Trop souvent, la lanterne magique reste considérée comme un simple précurseur du cinéma, n’ayant finalement d’intérêt que par son aspect pré-cinématographique dans une histoire du cinéma pensée erronément de façon téléologique. Or, on sait aujourd’hui que la lanterne constitua un média de masse très populaire au XIXe siècle, utilisée non seulement à des fins de divertissement, mais aussi pour des usages scientifiques, religieux ou propagandistes. À la fin du XIXe siècle, des plaques pour lanternes étaient produites à grande échelle, tant aux États-Unis qu’en Europe, tandis qu’une grande diversité de lanternes optiques étaient commercialisées et utilisées dans le cadre des universités, des écoles, des églises ou simplement dans le salon familial…

À ce jour, les recherches sur la lanterne magique ont surtout été effectuées d’un point de vue historique, pas seulement dans le domaine de l’archéologie médiatique (Mannoni, 2009), mais aussi du point de vue des usages de l’appareil dans le secteur des sciences ou de l’éducation religieuse (Saint-Martin, 2003) par exemple. En plus de certains articles (notamment dans la revue Early Popular Visual Culture), de monographies ou de bases de données comme LUCERNA, des projets de recherche de plus grande ampleur se sont récemment développés au niveau européen comme A Million Pictures ou Bmagic visant à explorer le rôle de la lanterne magique en tant que média de masse en Belgique de 1830 à 1940. Continuer la lecture de Appel à contributions : défilement, projection, performance. La lanterne magique comme dispositif narratif

Appel à propositions : Fictions biographiques dans la littérature, les romans graphiques et le cinéma des années 1990 à aujourd’hui

Germanica n° 70/2022

Fictions biographiques dans la littérature, les romans graphiques et le cinéma des années 1990 à aujourd’hui

dir. Elisabeth Kargl et Aurélie Le Née

Comme l’écrit Alexandre Gefen dans l’introduction de son ouvrage Inventer la vie, le genre biographique est actuellement à la mode, non seulement dans le domaine cinématographique, mais aussi littéraire :

« Alors que les affiches des salles de cinéma abondent en biopics, les vitrines de nos librairies nous rappellent les nécrologues du XVIIIe siècle ou encore les séries didactiques des panthéons du XIXe siècle : on y fait mémoire en toutes choses, on s’y laisse gouverner par les morts, on y construit le devenir par la quête de l’antérieur. De Jean Rouaud à Jacques Roubaud, de Patrick Modiano à Antoine Volodine, de Pascal Quignard à Pierre Michon, de Jean Echenoz aux « Incultes », s’appellent désormais vie les formes « biographoïdes » les plus variées, allant de l’autofiction pure à la biographie conventionnelle en passant par le roman historique1. »

Si Alexandre Gefen ne cite ici que des auteurs de langue française, le constat qu’il fait peut sans aucun doute être étendu à d’autres sphères linguistiques, et notamment germanophone. Le numéro 70 de la revue Germanica propose de se pencher, pour les pays de langue allemandes, sur ce genre, qui suscite de nouveau l’intérêt du public depuis une bonne vingtaine d’années2.

Continuer la lecture de Appel à propositions : Fictions biographiques dans la littérature, les romans graphiques et le cinéma des années 1990 à aujourd’hui

  1. Alexandre Gefen, Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, Bruxelles, Les impressions nouvelles, 2015, p. 13. []
  2. A propos de l’engouement du public pour le biopic, Rémi Fontanel précise : « Dans les années 1960, le genre s’épuise, réapparaît dans les années 1980-1990, pour se développer dans des proportions démesurées au début des années 2000 (depuis 2005 surtout). […] La prochaine décennie (2010-2020) ne promet pas une vague, non, mais bien une ‘déferlante biopic’ ». Rémi Fontanel, « Préambule : La réalité sera toujours plus captivante… », in Rémi Fontanel (dir.), Biopic : de la réalité à la fiction, Condé-sur-Noireau, Editions Charles Corlet, 2011, p. 18. []

Appel à contribution : Du texte à l’écran

Intercâmbio nº 13, 2º série – 2020

Adaptation et transposition des œuvres littéraires d’expression française vers d’autres médias

Appel

La transposition des œuvres littéraires – notamment d’expression française – dans de nouveaux supports a gagné depuis les années 1980 un nouvel éclairage théorique et critique à la faveur de l’émergence de l’approche intermédiale, laquelle fait converger l’interaction des différents médias mobilisés dans l’élaboration et réélaboration d’une œuvre (Müller, 2000). En effet, l’étude des transpositions artistiques engage, au-delà de la simple adaptation, des phénomènes intermédiaux complexes de combinaison et de référence qui dépassent et enrichissent la perspective intertextuelle qui avait précédemment marqué les études littéraires (Rajewsky, 2005).  

Continuer la lecture de Appel à contribution : Du texte à l’écran

Colloque « Frankensteins intermédiatiques »

Programme

Jeudi 18 octobre matin (9h00-12h30)

Salle Jean Borde, Maison des Sciences de l’Homme, Campus universitaire

9h00 Ouverture du colloque

Conférence inaugurale :Michel Porret (Professeur d’Histoire, Université de Genève) Chair, sang et sexe pour Frankenstein. Les imaginaires de la série B (circa 1950-1980)

Session 1 (10h30-12h30) Au fil de la plume : le mythe littéraire

10h45-11h05 : Natacha VAS DEYRES, Université Bordeaux-Montaigne, Les Frankenstein de Benoît Becker (Jean-Claude Carrière): une réécriture du mythe à la française ?

11h05-11h25 : Clément HUMMEL, Université de Caen Normandie, L’ombre du mythe : Frankenstein délivré (Brian Aldiss, 1973), une relecture du Prométhée moderne ?

Continuer la lecture de Colloque « Frankensteins intermédiatiques »

Alice Jacquelin (Université de Limoges)

Mots-clés : Littérature comparée, intermédialité, fictions criminelles, études médiatiques, humanités numériques

Alice Jacquelin est chercheuse postdoctorale dans le cadre du projet européen DETECt (Detecting Transcultural Identity in European Popular Crime Narratives) piloté en France par l’Université de Limoges (http://www.detect-project.eu). Sa thèse Genèse et circulations d’un paradigme culturel populaire en régime médiatique : le cas du Country Noir. France-États-Unis. 1996-2016 a été dirigée par Denis Mellier (Université de Poitiers). Elle porte sur l’émergence médiatique d’un champ culturel contemporain autour de récits criminels ruraux en France et aux États-Unis. Ce nouveau paradigme intermédial appelé « Country Noir » se décline sur différents supports de la culture populaire et industrielle (roman noir, séries télévisées, cinéma, bande dessinée) et charrie des imaginaires politiques proches de l’anarchisme, du libertarisme et de l’écologisme.

Elle est co-commissaire de l’exposition « L’Europe du polar » inaugurée à la BiLiPo (Bibliothèque des Littératures Policières) avec Matthieu Letourneux, Catherine Chauchard et Adrien Frenay sur les circulations médiatiques des fictions criminelles en Europe depuis la fin du XIXe siècle et la cristallisation des imaginaires criminels européens (https://europedupolar.paris.fr). Elle est membre de l’association LPCM et elle a participé aux Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018 (https://lpcm.hypotheses.org/10874).

Elle a enseigné le roman noir, l’intermédialité et l’Histoire des Idées aux universités de Poitiers et de Versailles-Saint-Quentin et s’est formée aux humanités numériques à l’École d’hiver EnExDi 2019. Elle participe à la diffusion de la recherche sur les fictions policières en tant que modératrice dans des festivals (l’Instant Polar de Dissay, Bruits de Langue de Poitiers), productrice et programmatrice radiophonique (France Inter, France Culture, Radio Libertaire) et critique culturelle (Esprit https://esprit.presse.fr/actualites/alice-jacquelin/seules-les-betes-de-dominik-moll-un-country-noir-42558). En tant que lectrice pour la Série Noire de Gallimard et pour les commissions « Avances sur recettes » et « Aides aux films de genres » du CNC, elle a aussi participé au champ médiatique de la création policière contemporaine.

Thèse

2019. Genèse et circulations d’un paradigme culturel populaire en régime médiatique : le cas du Country Noir. France-États-Unis. 1996-2016.

L’expression « Country Noir », apparue en littérature sous la plume de l’écrivain étatsunien Daniel Woodrell en 1996, a ensuite connu une fortune critique aux États-Unis et en France dans l’interdiscours médiatique. Les critiques littéraires mais aussi les maisons d’édition se sont saisis de cette catégorie pour qualifier toute une production littéraire contemporaine de romans noirs qui se déroulent à la campagne. L’appellation circule ensuite entre la France et les États-Unis, d’un côté à l’autre de l’Atlantique, et migre sur différents supports médiatiques : à partir des années 2009-2010, elle s’applique aussi à des films, des séries télévisées et des bandes dessinées. Notre hypothèse est la suivante : montrer comment les circulations transnationales et intermédiales jouent dans la cristallisation d’un paradigme médiatique populaire et comment le Country Noir se fait le creuset des préoccupations contemporaines sur la fin du monde paysan et rural. À partir d’une analyse sociolittéraire en distant reading de la réception critique, grâce aux humanités numériques, pour circonscrire la nébuleuse Country Noir dans ses pratiques et ses usages, nous examinons ensuite un large corpus textuel et audiovisuel en close reading, retrouvant ainsi « une poétique des fictions industrielles », qu’Irène Langlet appelait de ses vœux. Le Country Noir hérite de deux courants littéraires étatsuniens, le Southern Gothic et le Nature Writing, auxquels il emprunte une esthétique gothique étonnante dans le cadre des fictions criminelles ainsi qu’une idéologie politique libertaire. Car le Country Noir est avant tout un paradigme critique qui déconstruit quelques grands mythes occidentaux comme la croissance, la masculinité et la blancheur. Ces catégories, empruntées aux Cultural Studies, démontrent comment le Country Noir se fait le miroir des imaginaires collectifs du déclin et du déclassement.

Articles et publications

À paraître. « The Glory and Misery of the EUROCOPS/EUROFLICS series (1989-1994). Archeology of a European Cooperation in Crime TV Fiction », revue Academic Quarter.

À paraître. « Genèse et circulations d’un sous-genre populaire en régime médiatique : le cas du ‘country noir’ », Écritures et formats médiatiques, revue Belphégor, en ligne.

À paraître.  « L’enquête empêchée, le tragique dans le country noir contemporain », L’Enquête en Arts et Littérature, PUR, Rennes.

2018. « L’indice policier, une trace indécidable ? », Trace(s), PULIM, Limoges.

2018. « Comment se fier à la parole criminelle ? Les récits troubles des narratueurs chez Ellroy, Banville et Ellis », revue Chameaux n°10, en ligne, https://revuechameaux.org/numeros/mensonge/comment-se-fier-a-la-parole-criminelle-les-recits-troubles-des-narratueurs-chez-ellroy-banville-et-ellis/

2017. « Les teen-movies des années 90 adaptés d’œuvres littéraires ou comment les classiques littéraires peuvent-ils aspirer à la consécration hollywoodienne ? », revue Le Pardaillan n°3, Lille.

Conférences et communications

À venir (reporté). Cours-conférence « Polar et Ruralité », Bibliothèque francophone multimédia, Limoges, initialement prévu le 31/03/2020. https://bfm.limoges.fr/evenement/polar-et-ruralite

2018. Assises de la Recherche en Culture Populaire et Médiatique, Université de Paris-Nanterre. Communication : « Genèse et circulations d’un sous-genre populaire en régime médiatique : le cas du ‘country noir’ »

2017. Colloque Trace(s) de doctorants de l’ED « Lettres, pensée, arts et histoire », La Rochelle. Communication : « L’indice policier, une trace indécidable ? »

2016. Conférence Noire is the new noir : the Série Noire and the Franco-American detective traditions, Université Américaine de Paris, Paris. Communication : « La mort est dans le pré : Minville et Guittaut, l’avènement d’un country noir à la française ? »

2016. Colloque international et interdisciplinaire de jeunes chercheurs Cannibales !, Centre Littératures, Imaginaire et Sociétés (LIS) de l’Université de Lorraine, Nancy. Communication : « L’hannibalisme, un syndrome de dévoration narrative ? »

2016. Journée d’étude interdisciplinaire Impuretés, Laboratoire Forell de l’Université de Poitiers, Poitiers. Communication : « Impuretés du polar »

2016. Conférence internationale Airport culture(s), Institut of Modern Langage Research of the University of London, Londres. Communication : « How to fall in love in a non-place ? Airports in Three French and American Romantic Comedies »

2016. Colloque international de jeunes chercheurs Mensonge et littérature, Université de Laval, Québec. Communication : « Comment se fier à la parole criminelle ? Les récits troubles des narratueurs chez Ellroy, Banville et Ellis »

2016. Séminaire de jeunes chercheurs Aux confins de l’enquête – séance 1 « Échec de l’enquête », laboratoire ALEF de Rennes 2, Rennes. Communication : « L’enquête empêchée, le tragique dans le country noir contemporain », https://laboalef.hypotheses.org/tag/country-noir

Manifestations scientifiques et diffusion de la recherche

À venir (reporté). Modération de la table ronde « Les femmes dans le polar ». Invitées : Sophie Chabanel, Michèle Pedinielli et Éléna Piacentini, festival L’Instant Polar, Dissay.

2018. Organisation de la journée d’étude Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie, Laboratoire Forellis, Université de Poitiers, MHSH, 02/05/2018. Invité.e.s : Anne-Laure Bonvalot, Oliver Gallmeister, Madeleine Mialocq, Anne-Rachel Hermetet, Benoît Tadié, Sébastian Thiltges

2019. Modération de la table ronde « Le polar face à l’Histoire ». Invités : Didier Daenincks, François Muratet, Hugues Pagan, festival L’Instant Polar, Dissay.

2018. Modération de la table ronde « Polar et journalisme : citez vos sources ». Invités : Olivier Truc, Jean Weber, Marc Fernandez, festival L’Instant Polar, Dissay.

2017. Organisation et modération de la table ronde « Quand le noir se met au vert : le polar rural ». Invités : Laurence Biberfeld, Patrick K. Dewdney, Pierric Guittaut, UFR Lettres et Langues, Université de Poitiers.

2017-2018. Productrice des émissions Polar Palace et Les Sorcières de Paname, Radio Libertaire, FM 89,4.

2013-2017. Attachée de production, France Inter et France Culture et productrice du documentaire radiophonique « Les deux Christian de Gardanne », Les Pieds Sur Terre, Sonia Kronlund, France Culture, 04/03/2014, 26 min

Vivien Bessières (Université de Limoges)

Vivien Bessières

Maître de conférences

Equipe CeReS, Université de Limoges

Contacts : vivien.bessieres@unilim.fr

vivien-bessieres

 

Mots-clés :

Stylistique de la prose

Narratologie

Intermédialité

Pratiques d’écriture

Réception de l’Antiquité

 

Sujet de thèse :

« Antiquité et postmodernité. Les intertextes gréco-latins dans les arts à récit depuis les années soixante (fiction, théâtre, cinéma, série télévisée, bande dessinée). »

Soutenue en septembre 2011, à l’Université Toulouse 2 Le Mirail.

Mention « Très honorable avec les félicitations du jury ».

Jury : Mireille Dottin-Orsini, Florence Dupont, Jacques Dürrenmatt (directeur), Dominique Rabaté (rapporteur), Bernard Vouilloux (rapporteur).

 

Axes / thématiques de recherche :

Stylistique et esthétique des arts narratifs contemporains (fiction, théâtre, cinéma, série télévisée, bande dessinée).

Stylistique comparée et intermédiale (entre langues anciennes, anglais et français, entre arts du texte et de l’image).

Stylistique participative – ou comprendre une œuvre sans l’interpréter : niveau affectif (stylistique cognitive), niveau corporel (soma-esthétique), niveau pratique de l’imitation et de la création (ateliers et manuels d’écriture).

Réception, actualité de l’Antiquité et des lettres classiques dans le monde d’aujourd’hui.  Continuer la lecture de Vivien Bessières (Université de Limoges)