Archives par mot-clé : intermédialité

Appel à contributions : Séminaire LPCM 2022, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

Séminaire LPCM 2022 : « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

À partir du mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h, en visioconférence

Échéance des propositions : 5 novembre 2021

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine. Depuis sa création, l’Association a fédéré des initiatives interdisciplinaires variées permettant une saisie problématisée des récits multimédiatiques produits et diffusés par les industries culturelles et circulant dans l’espace public depuis l’avènement du roman-feuilleton. Fondatrice, en 2001, de la revue en ligne Belphégor, l’Association a aussi, parmi bien d’autres projets collectifs, co-organisé les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018, qui ont réuni un grand nombre de spécialistes des cultures populaires autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ».

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM se tiendra le mercredi de 17h à 19h à partir du 26 janvier 2022. Il visera à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

L’appel est ouvert aux jeunes chercheur·se·s (masterant·e·s et doctorant·e·s) aussi bien qu’aux chercheur·se·s confirmé·e·s. Nous souhaitons encourager la présentation de recherches en cours, en insistant plus particulièrement sur leur dimension méthodologique : il s’agira de nous interroger sur les outils et les méthodes pour analyser les phénomènes caractéristiques de la production et de la réception des littératures populaires et de la culture médiatique (sérialité, transmédialité, histoire des supports, construction de monde, fandom, usages ludiques ou politiques…). Chaque séance de l’atelier sera composée de deux interventions (d’une durée maximale de 30 minutes chacune), suivies d’un temps de discussion avec un·e répondant·e, visant à offrir aux participant·e·s un cadre de réflexion collectif entre pairs permettant, en fonction des besoins, d’enrichir des problématiques de travail en cours, de suggérer de nouvelles pistes de recherche ou d’interroger des difficultés ou blocages éventuels. En fonction des propositions reçues, des séances de conférence pourront aussi être organisées ponctuellement pour présenter des recherches plus abouties ou des travaux et projets collectifs.

Si la situation sanitaire le permet, le séminaire se tiendra sous une forme hybride et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Université Paris Nanterre, Sorbonne-Université, Université de Limoges, Université de Lausanne…). 

Les propositions, de 300 mots ou 2000 signes maximum et accompagnées d’une brève notice biobibliographique, devront être adressées avant le 5 novembre 2021 à l’adresse suivante : atelierlpcm@protonmail.com 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Séminaire LPCM 2022, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

Parution : « Bande dessinée et approches intermédiales » (Plasticité, n° 3)

Plasticité, n° 3, « Bande dessinée et approches intermédiales », sous la direction de Valérie Dupuy et Mireille Raynal-Zougari, 2021

Université de Toulouse Jean Jaurès

Table des matières

Présentation du numéro

Fatima Seddaoui et Agatha Mohring

Note sur les illlustrations

Valérie Dupuy et Mireille Raynal-Zougari

Bande dessinée et plasticité numérique

Philippe PAOLUCCI

« How can the spaces between the pages be as meaningful as the pages ? » Du montage en bande dessinée

Louise ALEKSIEJEW

Bande dessinée et rhétorique des émotions

Philippe MAUPEU

Génocides et B.D. : l’intermédialité, une manière de transmettre l’indicible

Marie-Cécile CHARLES

Quelques éléments intermédiaux dans le roman graphique Dr Uriel de Sento

Fatima SEDDAOUI

De la carte au croquis : intermédialité pédagogique et intimiste de la mémoire dans le roman graphique Los surcos del azar de Paco Roca

Agatha Mohring

Le rapport entre les histoires comiques de Joḥa et leur illustration dans la bande dessinée

Mountajab SAKR

Tissage intermédial : l’exemple du roman graphique Nymphéas noirs de Michel Bussi, Didier Cassegrain et Fred Duval

Pascale HELLÉGOUARC’H

Les auteurs

Parution : Architectures fictives (Eidôlon)

Eidôlon, n° 129 : « Architectures fictives« , sous la direction de Renaud Robert et Gaëlle Herbert de la Portbarré-Viard, Presses Universitaires de Bordeaux, 2021

Un intérêt renouvelé pour l’histoire des représentations de l’architecture a été éveillé par la floraison, depuis quelques années, de nouveaux supports d’image, dotés de moyens techniques nouveaux, grâce auxquels l’imaginaire architectural a pris une ampleur inédite : les jeux vidéo, les productions cinématographiques, la bande dessinée ou le roman graphique ont donné au décor une place prépondérante et l’architecture, mémorielle ou futuriste, y occupe une place de premier plan. Dès l’Antiquité, les architectures fictives jouent un rôle majeur dans le décor public ou privé ; aux époques médiévale et moderne elles investissent la littérature, mais aussi les arts visuels, notamment dans leur application aux décors feints du théâtre, des fêtes royales, des palais, voire même dans la peinture où les édifices imaginaires envahissent les arrière-plans.

Le présent volume a pour objet les rapports entre l’architecture et les autres arts à travers la question des architectures « rêvées », qu’il s’agisse de transposer l’architecture par le langage ou l’art pictural, ou d’imaginer des formes nouvelles entretenant avec les constructions existantes des rapports complexes, fondés sur l’emprunt, l’hybridation ou la réinvention.

Les contributions réunies couvrent un large éventail de manifestations artistiques (scénographie, installations, design, dessin, gravure) et de formes littéraires (poésie, roman, textes théoriques). Après une première publication consacrée à l’Antiquité, le volume est centré sur les époques moderne et contemporaine.

Continuer la lecture de Parution : Architectures fictives (Eidôlon)

Appel à contributions : Banlieue-poétique dans le rap et la littérature (Cergy Paris)

Journée d’étude Banlieue-poétique dans le rap et la littérature

18 mars 2022

Université CY Cergy Paris

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

Organisée par Sylvie Brodziak, Marion Coste

L’espace urbain qu’est la banlieue est, au XXIème siècle, un des hauts lieux de la création artistique. Thème récurrent dans le rap et la littérature, il rompt avec la langue, questionne la forme et modifie les représentations. Il s’agira donc dans  cette journée d’étude d’explorer  la poétique que fait naitre la banlieue en littérature et dans le rap , tout en respectant la singularité des modes d’expression artistique.

En effet, la proximité thématique ne doit pas faire oublier que le rap, étant un genre musical, voire musical et visuel si l’on considère que le clip fait partie intégrante du morceau, s’exprime à travers des médias sonores, visuels et textuels, là où le roman ne s’exprime que par le texte, très partiellement par l’image si l’on prend en compte la couverture. Il s’agira dans cette journée d’étude de voir comment cette différence médiatique influe sur l’expression des banlieues. On étudiera aussi, autour de ce thème de la banlieue, les rencontres du livre et du rap, l’un pouvant citer l’autre dans l’optique de s’en démarquer ou au contraire de s’y associer. On pourra aussi interroger la façon dont la littérature et le rap s’approprient certaines caractéristiques de l’oralité des grands ensembles urbains, avec des ambitions variées : donner voix à celles et ceux qu’on n’écoute pas, contredire des discours stéréotypés sur les cités, alerter sur les conditions de vie et les dérives potentielles qui pourraient en découler, choquer son public ou renouveler les formes du roman, et la liste reste ouverte. Enfin, on pourra s’intéresser aux mises en scène de soi, dans le rap ou la littérature, de l’artiste comme banlieusard.

Ces quelques problématiques pourront être étudiées à travers l’analyse de romans accordant une place importante aux banlieues (Rachid Djaïdani, Faïza Guène, Kaoutar Harchi, Léonora Miano, Charles Robinson, Bakary Sakho, Sami Tchak entre autres) et des morceaux de rap –  de IAM à Niska, la liste serait trop longue à établir – appréhendés à la fois comme texte, musique et clip vidéo. Un intérêt tout particulier pourrait être apporté aux romans écrits par des rappeurs, comme René  ou Les Derniers de la rue Ponty de Disiz. Nous privilégierons les approches intermédiales, qui rapprocheront les pratiques musicales et littéraires autour de la description des banlieues, ainsi que les corpus d’étude associant textes littéraires et morceaux de rap.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Banlieue-poétique dans le rap et la littérature (Cergy Paris)

Appel à contributions : Mappemondes sonores au XXIe siècle (EHESS)

Journée d’étude interdisciplinaire Mappemondes sonores au XXIe siècle. Une autre approche des lieux

Vendredi 3 septembre 2021

EHESS (Paris)

Échéance des propositions : 20 juin 2021

Organisée par Noémie Fargier, chercheuse postdoctorale à l’EHESS (CRAL)

Les cartes sonores en ligne utilisent la technologie des web maps pour associer la prise de son d’un lieu à ses coordonnées géographiques, et ainsi apporter des informations sonores sur une localité, dont la carte nous offre un aperçu visuel. Cette pratique de la prise de son en extérieur (dans l’espace naturel ou l’espace public) et cette collecte de sons in situ, communément désignées par le terme de « field recording » [enregistrement de terrain], mais aussi, dans le monde anglophone, par celui de « location sound » [son d’un lieu], sont à la fois liées au développement de l’écologie acoustique initiée par Raymond Murray Schafer et le World Soundscape Project à la fin des années 1960 et à celui de techniques d’enregistrement portatives. Celles-ci ont permis, à partir des années 1970, à quelques passionnés, artistes, techniciens ou chercheurs, de s’aventurer seuls, en dehors des studios, pour enregistrer les sons de leurs environnements proches ou ceux de territoires éloignés, dans des conditions climatiques mettant souvent à rude épreuve leurs équipements. À partir du milieu des années 2000, le développement d’enregistreurs numériques portatifs de bonne qualité permet à des milliers d’individus de se lancer dans des enregistrements de terrain, en toute autonomie. C’est également à cette même période que le champ interdisciplinaire des sound studies a commencé à se développer, ouvrant la voie, au sein des sciences humaines et sociales, des études artistiques et intermédiales, mais aussi de l’architecture et du paysagisme, à une autre approche sensible, introduisant une attention au sonore et à l’écoute venant contrebalancer ou interroger l’hégémonie du visible, et stimulant de nouveaux territoires de recherches et de création.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Mappemondes sonores au XXIe siècle (EHESS)

Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Colloque Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée : nommer, dénoncer, représenter, mettre en image ou en musique

9-10 décembre 2021

Université de Versailles-Saint-Quentin

Échéance des propositions : 15 juin 2021

Dans le cadre du projet AVISA, colloque co-dirigé par Armel Dubois-Nayt de l’université de Versailles-Saint-Quentin (DYPAC) et Réjane Vallée de l’université d’Évry Val d’Essonne (Centre Pierre Naville en collaboration avec le SLAM) avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay et le parrainage de la SIEFAR et de la SAGEF. Ce projet entend ouvrir le chantier de l’historicisation sur la longue période du phénomène social qualifié aujourd’hui de harcèlement sexuel en mobilisant la littérature, l’histoire, le cinéma, les arts. Pour une présentation générale, voir le site : https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Appel :

Françoise Héritier s’interrogeait quelque temps avant sa mort sur le moment historique que l’Occident vit sous l’effet de l’affaire Harvey Weinstein, un moment qui semble marquer une rupture de sensibilité sur la question du harcèlement sexuel et qui correspondrait à une libération de la parole des femmes devant les violences qu’elles subissent.

Pour établir la singularité de l’ère post-Weinstein, il apparaît cependant nécessaire de considérer le harcèlement sexuel comme un phénomène historique ayant connu des occurrences antérieures à la post-modernité, une position déjà défendue en 1994 par Carol Bacchi et Jim Jose, qui mettaient en garde contre la tendance à représenter le harcèlement sexuel comme une « découverte » des mouvements féministes actuels (Bacchi & Jose 263). Telle est la dynamique générale du projet AVISA.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Appel à contributions : Les personnages de l’ombre dans la littérature et les arts (revue Pagaille)

« Les personnages de l’ombre dans la littérature et les arts »

Revue Pagaille

Échéance des propositions : 18 juin 2021

Date de parution prévue : juin 2022

 

Mais que serait Sherlock Holmes sans Mrs Hudson ? 

Si les lecteurs de Conan Doyle ont déjà pu se demander ce que ferait le célèbre détective sans le docteur Watson, combien se sont préoccupés de Mrs Hudson ? Combien se sont demandé pourquoi Sherlock Holmes bénéficiait d’un logement bon marché chez elle, pourquoi la logeuse s’occupait de lui comme d’un enfant gâté, supportant tous les importuns qui se pressent à la porte de son locataire excentrique, capricieux, hyperactif, drogué, puéril et bruyant ?

Que nous apprennent des personnages comme Mrs Hudson, ces êtres souvent invisibles et muets, écrasés par les puissances géniales des personnages principaux ? Il ne s’agit pas seulement de s’intéresser ici aux personnages dits secondaires mais de remonter plus loin dans le degré d’insignifiance. Jusqu’à ces petits personnages qui constituent plutôt une sorte de toile de fond à l’intrigue, travaillent dans l’ombre, apparaissent pour disparaître aussitôt, alors même qu’ils peuvent parfois jouer le rôle d’éminences grises.

Les propositions d’articles pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants, en adoptant une perspective comparatiste :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les personnages de l’ombre dans la littérature et les arts (revue Pagaille)

Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Epopée et intermédialité

Troisième colloque du CIMEEP (Centre International et Multidisciplinaire d’Études Épiques), en collaboration avec le FoReLLIS pôle B (Poitiers)

Échéance des propositions : 30 avril 2021
 

La tradition de l’épopée ou du « rêve de l’épopée » (H. Christians, 2004), la recherche de l’idéal par définition inaccessible du modèle homérique, s’est toujours accompagnée d’une remise en cause des frontières entre les différents médias : la description du bouclier d’Achille dans l’Iliade, première ekphrasis de l’histoire littéraire européenne, signe traditionnellement le début des réflexions sur les relations texte-image. Ainsi, depuis l’Antiquité, l’idée de l’aède et l’idéal de l’écriture déterminée par la présentation orale ont accompagné la production de textes épiques intrinsèquement ambivalents, situés à la frontière entre le texte et la parole. La matière épique – des histoires de héros rayonnants qui se battent pour le collectif – inspire les auteurs dans leur recherche d’un texte idéal, capable de décrire et en même temps d’unir la communauté dans un langage sophistiqué et souvent versifié. Mais dans la même mesure, ces matières, qu’elles reposent sur un texte concret ou sur des sources hybrides, deviennent aussi des motifs des arts visuels : on les retrouve sous forme de peintures ou de sculptures. La question de l’intermédialité de l’épopée se pose également lorsque la matière épique est mise en scène – de la tragédie et de l’opéra classiques aux longs drames historiques du XIXesiècle, qui font souvent délibérément référence à la tradition des épopées nationales et sont reçus comme des « drames épiques ». Mais alors que les possibilités de représentation sur la scène classique étaient soumises à des limites spatiales et morales claires, l’émergence du film, au XXesiècle, a pu ouvrir des possibilités totalement nouvelles : à l’écran, de nombreuses adaptations de matières épiques classiques obtiennent finalement le succès populaire tant attendu ; à Hollywood, l’epic filmdevient même un genre à part. Plus récemment encore, ce succès a été prolongé par le jeu vidéo et la bande dessinée, ce qui a permis entre autres de remettre en cause la linéarité du récit et de recourir à de nombreuses citations intertextuelles et intermédiales. L’évolution, au fil des siècles, montre que chaque nouveau médium évoque le scepticisme des précédents, tout en ouvrant de nouvelles possibilités aux matières épiques traditionnelles ou plus récentes. L’émergence d’esthétiques nouvelles reflète ainsi toujours la longue tradition du récit épique.

Continuer la lecture de Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Appel à communications : Intermédialité. Dialogue des arts et des genres

Colloque international virtuel « Intermédialité : dialogue des arts et des genres », 1-2 avril 2021

Organisé par le Laboratoire Langues, Littératures, Arts et Cultures de l’Université Mohammed V de Rabat. 

Coordonné par le professeur Abdelmajid AZOUINE de l’Université Mohammed V de Rabat et par l’écrivain et chercheur Mountajab SAKR. 

Poète invité : Philippe Tancelin, professeur émérite à Paris 8, directeur de la collection « Poètes des cinq Continents » à l’Harmattan.

Échéance des propositions : 8 mars 2021.

Appel

Le dialogue arts et des genres se situe au cœur de la création littéraire, il déclenche un débat sur le processus de chevauchement des genres artistiques et littéraires dans une seule œuvre. Pour aborder un tel champ de croisement entre chant et danse, poésie et théâtre, récit, témoignage, calligraphie et dessin, etc. les chercheurs peuvent se pencher sur l’analyse des œuvres littéraires qui hébergent une diversité au niveau de la forme et du contenu.

Un retour à l’histoire littéraire en Europe nous rappelle qu’au XVIIIe siècle, les salons littéraires ont réuni des artistes d’horizons divers tels que la musique, la peinture et la littérature. Ces réunions ont bien évidemment précédé l’émergence de l’édition au XIXe siècle, et ces formes de rencontres artistiques sont réapparues fortement dans les courants artistiques en fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle Tels que le dadaïsme, le futurisme, l’expressionnisme, l’impressionnisme, le cubisme, le surréalisme et autres.

Continuer la lecture de Appel à communications : Intermédialité. Dialogue des arts et des genres

Parution : Photolittérature (Archipel, n° 42)

Archipel, n° 42 : « Photolittérature« , 2020, 273 p.

PRÉSENTATION

La notion de « photolittérature », qui donne son titre à ce quarante-deuxième numéro d’Archipel, peut désigner des œuvres très diverses, qui ont pour point commun d’exploiter le dialogue entre les modes d’expression a priori distincts que sont l’écriture littéraire et la photographie. Dès son invention dans la première partie du XIXe siècle, cette dernière a fasciné les écrivain·e·s. De fait, ces derniers·ères ont établi un dialogue constant avec la photo, des virulentes critiques de Baudelaire lui niant toute possibilité d’accéder au rang d’art à son utilisation comme embrayeur de la narration par des écrivain·e·s contemporain·e·s – songeons par exemple à Annie Ernaux, dont l’autobiographie Les Années est rythmée par la description de photos, ou à Anne-Marie Garat, qui travaille notamment à partir de clichés d’inconnu·e·s chinés dans les marchés aux puces dans Photos de familles. Un Roman de l’album. Il semble que la photo, qui capture et fige un instant du réel, appelle irrésistiblement une mise en récit que la littérature peut lui offrir. La nature des points de contact qui existent entre ces deux médias est extrêmement diverse. En effet, la mise en scène de personnages de photographes, l’utilisation de clichés dans une logique d’enquête, ou encore la réflexion théorique sur la nature de l’image reproduite mécaniquement sont autant de pratiques littéraires qui intègrent une dimension «photographique». Le statut des clichés dans le texte est également variable, mais qu’ils soient donnés à voir dans leur matérialité ou seulement décrits sous la plume de l’auteur·rice, leur spectre semble n’avoir de cesse de hanter la littérature depuis près de deux siècles. Continuer la lecture de Parution : Photolittérature (Archipel, n° 42)