Archives par mot-clé : intermédialité

Journée d’études : Théâtre & Radio en Suisse romande (Université de Lausanne)

Journée d’étude : Théâtre & radio en Suisse romande

10 novembre 2022, Université de Lausanne

organisée par le Centre des Sciences historiques de la culture (SHC),  le Pôle d’Histoire audiovisuelle du contemporain (HAC) de l’Université de Lausanne  et les Archives & Musée de la Littérature (AML, Bruxelles).

Les relations entre la radio romande et le domaine théâtral, si elles sont d’une longévité et d’une richesse indéniables, n’ont pas encore retenu l’attention du monde académique. Outre les captations scéniques, c’est sous l’enseigne du radiothéâtre que les studios de Lausanne et de Genève ont propulsé la RTS dans le champ de la création radiophonique européenne, en partageant leur activité entre lesdites « dramatiques », les feuilletons populaires et d’exigeants programmes de nature expérimentale.

L’ambition de cette rencontre est de fournir un tremplin pour l’étude systématique de ce répertoire (dont l’âge d’or est délimité par les décennies 1940 et 1990), en favorisant un premier dialogue entre littéraires, historien∙ne∙s et spécialistes en études théâtrales (encore globalement peu initié∙e∙s au maniement des archives sonores), les représentant∙e∙s du domaine de la conservation/patrimonialisation du sonore, et d’ancien∙ne∙s producteur∙rice∙s, réalisateur∙rice∙s et auteur∙rice∙s du radiothéâtre romand. Pensée comme le préambule d’une dynamique de recherche durable et pluridisciplinaire, elle se donne ce triple objectif : faire le point sur les sources et archives disponibles, poser les bases méthodologiques pour leur juste compréhension et esquisser de premières analyses de corpus.  

Continuer la lecture de Journée d’études : Théâtre & Radio en Suisse romande (Université de Lausanne)

Parution : Intermediality in French-Language Comics and Graphic Novels (dir. J. Baetens, H. Frey, and F. Leroy)

Jan Baetens, Hugo Frey, and Fabrice Leroy (dir.), Intermediality in French-Language Comics and Graphic Novels, University of Louisiana Press, 2022. 

This collection of essays is devoted to the study of intermediality in French-language comics and graphic novels. It explores the relations or interconnections between the modalities of expression and representation used in bande dessinée and that of other media. This book provides a theoretical reflection on the notion of intermediality in comics, as well as thirteen chapters studying comics that transgress established boundaries between media, create a dialogue between their respective devices, or combine various vehicles or platforms of representation. These individual analyses discuss mixed-media uses of comic art and film, literature, reportage, painting, photography, religious iconography, history, memory studies, video games, and music. All chapters primarily focus on French-language works, although some comparative essays partially discuss graphic works in other languages.

Essays by Maaheen Ahmed, Renée Altergott, Jan Baetens, Livio Belloï, Michelle Bumatay, Erwin Dejasse, Hugo Frey, Maxence Leconte, Fabrice Leroy, Mark McKinney, Ana Oancea, Tamara Tasevska, Fred Truyen, and Charlotte F. Werbe. 

Continuer la lecture de Parution : Intermediality in French-Language Comics and Graphic Novels (dir. J. Baetens, H. Frey, and F. Leroy)

Journées d’études :

Journées Textyles :  De la page au micro. Radio et littérature en Belgique francophone (1924-2022)

KBR, audiorium De Greef, Bruxelles, 20 et 21 octobre 2022.

Alors que les rapports entre littérature et radio font l’objet d’un intérêt académique croissant dans le domaine des lettres anglo-américaines, germaniques et françaises, l’histoire de la production radiolittéraire belge demeure une parfaite terra incognita. La numérisation progressive des fonds sonores de la Sonuma et des Archives & Musée de la Littérature, combinée au récent inventaire des archives papier de la Radio-télévision belge (RTB), autorisent désormais l’ouverture des études littéraires à ces ressources riches et méconnues. 

À la veille du centenaire de la radiodiffusion belge, à l’heure où les podcasts et la création sonore rencontrent un succès toujours plus vif, nous voulons poursuivre un chantier engagé en 2021 à l’occasion de la journée Textyles « Écrans à la page : littérature et télévision en Belgique », en proposant un second volet d’exploration des archives audiovisuelles de la littérature belge. 

Les journées des 20 et 21 octobre 2022 permettront de poser les premiers jalons d’une recherche au long cours, que nous souhaitons collective et interdisciplinaire. Les points de rencontre entre radio et lettres seront considérés dans leurs déclinaisons multiples ; les corpus soumis à l’analyse iront des productions proprement littéraires (captations théâtrales, adaptations et œuvres spécialement conçues pour la radio) aux émissions vouées à la médiatisation de l’œuvre et/ou des auteurs et autrices. 

Trois axes transversaux structurent les communications et discussions au programme :

Continuer la lecture de Journées d’études :

Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express – Cultx: “Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ?” / “Melting and dissolution: a contemporary aesthetic?”

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

(english version below)

« Où sont les neiges d’antan ? », demandait le poète François Villon, une interrogation qui nous rend aujourd’hui nostalgique des rudesses et du manteau blanc des paysages hivernaux. Adam Gopnik l’interprète ainsi, illustrant l’idée de la perte esthétique et affective de l’hiver dans le cadre du dérèglement climatique, dont le réchauffement est un symptôme :

Je songe ici bien sûr à la dévastation du Nord, à l’avènement du changement climatique causé par l’homme et à la perte effective de l’hiver. […] La liste des pertes que nous risquons de subir, des villes transformées en marécage à la fonte des icebergs en passant par la transformation irrévocabled’environnements entiers, a été dressée, la suite prophétisée. […] Et bientôt, à ces latitudes, la toundra va commencer à se réchauffer, le pergélisol à fondre et le gaz carbonique à s’échapper : la toundra, de grand climatiseur de la nature, deviendra une source de chaleur supplémentaire. La fin du monde n’est peut-être pas pour demain, mais nous risquons d’assister — et plus vite que nous l’imaginons — à la fin de l’hiver tel que nous le connaissons (Gopnik, 2019, p. 268-270).

Si ce ressort narratif, et presque rhétorique, n’est pas récent, ainsi que le souligne François Walter, puisqu’il revient de manière cyclique, il est renouvelé et actualisé dans les productions contemporaines. Elles-mêmes sont alimentées par une narration de l’inquiétude s’imprégnant des pratiques discursives et culturelles (médias, littérature, films, chansons, etc.), à divers degrés. Et, à l’heure de l’Anthropocène, ce temps où la cyclicité des saisons n’a plus cours, car leur immuabilité est ébranlée (Bensaude-Vincent, 2021), les repères climatiques caractéristiques de l’hiver s’estompent dans les forêts occidentales (Wohlleben, 2017).

Par ailleurs, la fascination croissante pour les fictions catastrophiques démultiplie l’effet d’écho de cette narration. Le fantasme de la fin du monde, d’une finitude ou de nos fins, est au cœur des fictions de l’Anthropocène (Trexler, 2015 ; Boulard, 2018 ; Engélibert, 2019). Au sein de ces climate fictions, quelle part d’entre elles met l’accent sur une esthétique de la fonte et de la dissolution ? 

L’imaginaire de l’hiver est intrinsèquement attaché au Nord (arctique) dans la pensée occidentale — le froid, la neige, l’hiver sont des schèmes de « l’imaginaire du Nord » (Chartier, 2018) —, et cet espace, plus encore que les autres, est victime des effets du changement climatique. La fragilité des paysages glaciaires a pour conséquence leur dissolution, leur évaporation face à la hausse des températures. Mais le Nord n’a pas l’apanage de cette saison ni du froid, bien que la perte, physique et affective, de ces deux composantes soit un préjudice pour les habitants des espaces polaires (Watt-Cloutier, 2018), et l’Hiver est un chronotope en soi (Walter, 2013).

Deux mouvements nous semblent se dégager de la dissolution de l’hiver dans les corpus contemporains. D’une part, les territoires associés à cette saison se réchauffent, voire s’étéisent, inversant alors le paradigme climatique (Blå [La Fin des océans], Maja Lund, 2017 ; Extincta, Victor Dixen, 2019 ; Greenland. Le dernier refuge, Ric Roman Waugh, 2020), provoquant des conflits pour les ressources et illustrant les théories de « Heat Death » selon lesquelles la sécheresse et le réchauffement de l’atmosphère seraient tels que la vie disparaîtrait de la planète (Boia, 2004).

D’autre part, un imaginaire de la montée des eaux est également à l’œuvre dans les fictions, appuyé sur des réactualisations du mythe du Déluge (Trexler, 2015), dans un déversement des glaces fondues sur le reste de la planète (After the Flood: A Novel [Quand les eaux auront englouti la Terre], Kassandra Montag, 2020 ; Climax, Thomas B. Reverdy, 2021), réveillant inévitablement les croyances d’une fin du monde. La dépendance accrue de l’humain à la technologie favorise parallèlement l’exacerbation des craintes des cataclysmes climatiques liés à l’eau : « Les pluies abondantes, les chutes de neige, les grands froids sont toujours susceptibles de produire des calamités, ou, au moins, des dérèglements » (Boia, 2004, p. 106) sur les infrastructures (transports, habitation, etc.). Une crainte alimentée par la peur de la fonte totale des pôles, du fait d’une hausse des températures, redessinant la carte mondiale, réorganisant les modèles économiques et politiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contribution : “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa” (revue Transcr(é)ation)

Transcr(é)ation, n°2, “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa”, hiver 2023

Échéance des propositions : 15 août 2023

Transcr(é)ation est une revue spécialisée consacrée à la transmédialité et aux dialogues texte – film, sans hiérarchisation de l’un sur l’autre. Nous accueillons des travaux théoriques ou analytiques ainsi que des dossiers thématiques sur les questions de l’intermédialité, du dialogue entre les médiums, ou toute autre ouverture encore peu ou prou investiguée. 

Pour notre second numéro, nous faisons un appel bilingue (anglais ou français) portant sur

l’adaptation de bandes-dessinées, comics et graphic novels (et vice versa).

Langues de rédaction : Anglais, Français

Appel – « L’adaptation – De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa » (hiver 2023)

D’après les éditeurs de Transmédialité, Bande dessinée et Adaptation (2019), la bande dessinée aurait été tenue à l’écart de la réflexion sur l’intermédialité alors que l’on peut retracer la naissance de la première adaptation filmique de BD aussi loin qu’au 19e siècle, avec L’arroseur arrosé des frères Lumière. A l’époque, cette nouvelle forme de divertissement qu’était le cinéma aurait non seulement cherché d’accéder à une certaine crédibilité artistique mais aussi à une stabilité narrative, en s’inspirant des autres médiums, déjà bien assis. Bien que le 7e art ait notamment puisé dans les genres romanesque et dramatique, l’adaptation de bande dessinées avait (et maintient), d’après Burke, une présence non négligeable dans le corpus. Cela ne semble en effet pas étonnant puisque, « en établissant une relation active avec son lecteur durant le processus de lecture, [le système bédéique] devient un médium au riche potentiel lorsqu’il s’agit de contribuer à la compression des mécanismes narratifs propres au contexte numérique, où tant la non-linéarité de la trame que le type de lecture qui implique activement le lecteur deviennent l’essence de l’acte narratif » (Deprêtre et Duarte, 9).

Bien que nous ne comptons pas revenir, dans ce dossier, sur les successifs courants de pensée de la critique sur l’adaptation cinématographique, nous aimerions prolonger la réflexion entamée par ces collègues concernant les dialogues entre la BD (à entendre au sens large) et le médium filmique. Même si certains estiment que les adaptations de BD n’ont que rarement été édifiés au rang de canon, figurent quasiment jamais dans la liste des meilleurs films, ni n’emportent la faveur des fans (Lefèvre, 1), nous pensons que les échanges qui parcourent les corpus bédéique et filmique méritent une attention plus soutenue. L’objet « BD » se laisse en effet saisir comme un médium composite, en tant que combinaison d’images et de mots, fonctionnant à la fois ensemble et indépendamment en vue de raconter une histoire. Il partage donc un certain nombre de caractéristiques avec le cinéma tout en évoquant également les pratiques romanesques, mais ne peut être réduit ni à l’un ni à l’autre de ces médiums.

Continuer la lecture de Appel à contribution : “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa” (revue Transcr(é)ation)

Appel à contributions : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) (Université ClerMont Auvergne)

Colloque international : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) 

8 et 9 décembre 2022Université Clermont AuvergneCELIS (UPR 4280)

Échéance des propositions : 31 août 2022

La révolution numérique que nous vivons a modifié en profondeur le neuvième art tant en Europe qu’en Amérique Latine. L’invention d’un nouveau système technologique a alimenté la création numérique en bande dessinée (logiciels graphiques, tablettes, technologies web, etc.) et les auteurs, les éditeurs, s’appropriant ces nouvelles technologies, font preuve d’innovation (BAUDRY, 2018) dans deux directions qui peuvent paraître contradictoires : la standardisation et l’expérimentation.

Cet élargissement du champ de la bande dessinée, qui « recouvre des réalités croisées et protéiformes » (ESCANDE-GAUQUIE & SOUCHIER, 2011), pose la question des dépassements supposés de frontières, si l’on veut bien considérer la bande dessinée numérique du point de vue de son appropriation et de sa réception. Dépassement des frontières génériques, d’une part, dans la mesure où le numérique favorise la multimodalité – un des champs les plus dynamiques de la narratologie (RYAN, 2014) –, et ouvre sur de multiples possibilités inter et transmédiatiques ; dépassement des frontières d’audience, d’autre part, puisqu’elle offre la possibilité d’une expression et d’une communication « déterritorialisées », tout en étant propice à la création de petits espaces d’expression localisés, regroupant une communauté autour d’un intérêt commun.

Dans le prolongement du colloque de la Ghent University (« Comics strike back : Digital Comics, Digital Audiences, Digital Practices ») qui invite à « recadrer la bande dessinée numérique dans une perspective holistique qui rende compte des particularités du médium tout en parvenant à les placer dans un contexte plus large envisagé dans une perspective multidisciplinaire1 », le colloque international organisé à l’Université Clermont Auvergne (Clermont-Ferrand) mettra au centre de ses interrogations la création, les pratiques et les usages de la bande dessinée numérique de l’espace culturel ibérique et d’Amérique Latine, sans exclure toutefois d’autres productions dans une optique comparatiste.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) (Université ClerMont Auvergne)

  1. « Comics strike back : Digital Comics, Digital Audiences, Digital Practices » : https://www.digitalcomics.ugent.be/call-for-paper/ []

Elise Ternoy (Université d’Artois)

Aires de recherche : Littérature de jeunesse / Séries télévisées / Ensembles romanesques : cycles et séries / Adaptations, intermédialités

Formation universitaire

2022- : Université d’Artois, Thèse en littérature comparée (rattachement à l’unité de recherche « Textes et Cultures » et à l’EDSHS 586, bénéficiaire d’un contrat doctoral MESRI)

  • Sujet de thèse : Adaptation en séries télévisées de romans à destination de la jeunesse
  • Co-directrices : Mmes Anne BESSON (PR Littérature comparée, université d’Artois, directrice principale)  et Virginie DOUGLAS (Maître de conférence HDR, Université de Rouen, ERIAC, co-directrice)
  • Abstract : Plébiscitée dans les pratiques cinématographique, l’adaptation n’est apparemment pas traditionnellement privilégiée dans le domaine des séries télévisées qui, du moins jusqu’à une date récente, préféraient plutôt recourir à un support scénaristique original. Pourtant, au sein du champ plus spécifique des romans à destination de la jeunesse, l’adaptation sous forme de série télévisée est pratiquée depuis longtemps (on peut penser à La Petite maison dans la prairie – emblématique du genre – ou à la série Anne of Green Gables, produite dès 1952). Cette tendance ne fit que se renforcer au fil du temps : dans le contexte de la peak TV, l’adaptation d’œuvres pour la jeunesse en séries télévisées est une pratique en constante expansion et l’essor des plateformes de streaming n’a fait que renforcer le phénomène. De His Dark Materials à Alex Rider, les exemples contempo- rains sont nombreux et reflètent un renouveau à la fois dans la manière d’adapter mais aussi dans la manière d’envisager les publics de ce type de productions. Ce travail de thèse a donc pour objectif d’analyser les logiques à l’œuvre dans l’adaptation de romans pour la jeunesse en séries télévisées. Nous étudierons la genèse et l’évolution de la pratique de l’adaptation des romans jeunesse en séries télévisées ainsi que les étapes les plus signifiantes de la construction de ce genre, ses constantes mais aussi ses variations.
     

    Continuer la lecture de Elise Ternoy (Université d’Artois)

Appel à contributions : Transmédiagénie et transécriture (Bucarest)

Transmédiagénie et transécriture

7 octobre 2022, Université Nationale d’Arts Théâtraux et Cinématographiques I.L. Caragiale, Bucarest, Roumanie

Échéance des propositions : 10 juillet 2022

L’évolution aussi rapide et prestigieuse du cinéma serait encore plus surprenante si l’on ne prenait pas en compte ses relations avec les autres arts, notamment avec la littérature. Longtemps, la majeure partie des débats théoriques portant sur ces relations se sont limités à la problématique des adaptations cinématographiques, vues non pas comme un enrichissement réciproque, mais comme un service rendu magnanimement par la littérature à un art plus jeune. Lorsque le cinéma a gagné son autonomie esthétique et s’est positionné de plain-pied au même niveau que « sa Majesté le Dire » (pour reprendre la formule de Godard) les études théoriques ont tenté elles aussi de sortir de cette perspective stérile d’une condition ancillaire du cinéma par rapport à la littérature et de tenir le pas avec la nouvelle réalité esthétique. Le développement des études sémiotiques a contribué à orienter les recherches vers la prise en compte des spécificités codiques du cinéma, l’adaptation étant de plus en plus considérée comme une forme distincte de sémiotisation.

L’essor des études sur la médialité et l’intermédialité a permis d’ajouter à la perspective sémiotique une perspective anthropologique. Selon Nelson Goodman, cette dernière présente l’avantage d’intégrer une reconceptualisation du symbolique attentive à la multiplicité et à la diversité de ses modes de présentation et de réception, ainsi qu’à ses modalités de fonctionnement. Durant les dernières décennies, donc, de nouveaux concepts sont venus prendre place dans l’arène des débats théoriques sur les adaptations. 

Notre conférence se propose de remettre en discussion plus particulièrement deux de ces termes, à savoir la transmédiagénie et la transécriture. Proposé par André Gaudreault et Philippe Marion lors du colloque de Cerisy de 1993, le terme de transécriture va supplanter de plus en plus celui d’adaptation, car il a le mérite de s’écarter du vieux paradigme de la « fidélité » envers l’écriture première et de repenser l’adaptation en tenant compte autant de la poétique du nouveau créateur que des réaménagements sémiotiques spécifiques au médium–cible. La transmédiagénie est une notion mise en place par Philippe Marion en 1997, dans un article qui essayait de mettre les bases d’une narratologie médiatique. Définie comme « capacité d’étoilement, de circulation, de propagation transmédiatique que possède un récit», cette notion venait faire pendant à celle de médiagénie, avancée par le même chercheur deux ans avant le colloque de Cérisy, et qui désignait quant à elle « la capacité d’un sujet ou projet narratif de se réaliser de manière optimale en choisissant le partenaire médiatique qui lui convient le mieux ». (Philippe Marion, « Narratologie médiatique et médiagénie des récits »)

Continuer la lecture de Appel à contributions : Transmédiagénie et transécriture (Bucarest)

Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

« De la bande dessinée polar au cinéma », revue Plasticités

Université de Toulouse-Jean Jaurès, (LLA-CREATIS) Université Paris Nord, (Pléiade)

Échéance des propositions : 10 mai 2022

En complément de la journée d’études qui s’est tenue le 19 Novembre 2021, nous souhaiterions faire un appel à contributions écrites en vue d’une publication dans la revue Plasticité.
Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, en revanche celle de la bande dessinée polar au cinéma n’a soulevé que très peu d’études. D’ailleurs, il convient de signaler que peu de spécialistes se sont intéressés à ce phénomène transmédiatique et complexe qui sollicite des outils autres que ceux qui relèvent des codes de la forme cinématographique et qui soulève des problématiques afférentes à la transposition. L’adaptation, une des formes de la transposition, est le processus -l’opération- par lequel on modifie une œuvre. Cette opération a lieu généralement lorsqu’on fait passer cette œuvre, soit d’un genre à un autre au sein d’une même sémiotique (langage), soit d’une sémiotique à une autre. Ce phénomène peut d’ailleurs s’apparenter au terme de transposition intermédiatique.

La bande dessinée offre de nombreuses possibilités de processus adaptatifs. Qu’elle soit œuvre source ou but, elle entretient en effet des relations avec d’autres médias tel que le cinéma.
Il convient de signaler que le polar qui regroupe trois tendances, le roman d’énigme, le roman noir et le roman de suspense peut être transposé dans la bande dessinée polar. Ainsi, en recense-t-on un certain nombre, notamment Le Lotus bleu d’Hergé, paru en 1946, en noir et blanc, qui a inspiré Serge Grieco pour réaliser un film d’espionnage intitulé, Opération lotus bleu, en 1966. De plus, L’Île noire d’Hergé, parue en 1938 chez Casterman a marqué les séquences filmiques de Gilles Grangier, Le Cave se rebiffe, en 1961 ; de même Le Secret de la licorne d’Hergé, en 1942, est transposé à l’écran, en 2011 sous le titre Les Aventures de Tintin, Le Secret de la licorne. La bande dessinée d’énigme au même titre que le roman anglo-saxon sous le terme anglais whodunit (contraction « who has done it ? », « Qui l’a fait ?») détermine qui est le coupable. Cette remarque fondamentale se trouve dans la plupart des bandes dessinées que nous venons de citer. Ainsi, le lecteur est-il amené à se poser ces questions : Qui est à la tête de l’organisation de trafiquants de drogue ? Qui a perpétré l’attentat ? Qui a pris le magot ? Qui a volé la maquette de la Licorne ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre)

Doctorante en Littérature française et Littératures francophones à l’Université degli Studi Roma Tre

Sujet de thèse

Les rapports entre rap et littérature, théorisés et analysés dans une perspective médiologique et postcoloniale.

Thèmes de recherche

Musique et littérature, littératures de la migration, intermédialite, transmédialité, études postcoloniales

Formation

  • Novembre 2019-Présent, Rome : Doctorat en Littératures française et francophones (Università degli Studi Roma Tre)
  • 2019, Rome-Paris : Double Master 2 Recherche en Littérature comparée (Università degli Studi di Roma La Sapienza – Université Paris-Sorbonne Paris IV)
  • 2017, Rome : Licence en Lettres modernes (Università degli Studi Roma Tre)
  • Erasmus+ auprès de l’Université Sorbonne Nouvelle

Publications

  • « Gaël Faye : le rappeur des deux continents », Ponti/Ponts, n° 20, 2020, pp. 35-58.
  • « Leïla Houari : une poésie de l’entre-deux », Dialogues Francophones, n° 24, 2020, pp. 61-79.
  • « La visione transnazionale di due scrittrici italo-quebecchesi: Mary Melfi e Bianca Zagolin », Novecento transnazionale, vol. 5, n° 2, 2020, pp. 213-228.
  • « Gravures de sons : la mémoire coloniale dans le rap de Médine », Al-Mukhatabat, n° 41, 2022, pp. 265-282.
  • À paraitre : « Abd Al Malik : quand le rap actualise la littérature », Interculturel Francophonies, n° 23, février 2022.

Communications

  • Conférence francophone interdisciplinaire internationale Migrations & Minorités, 14-16 octobre 2021, Université de Galati.
  • Communication : « Gravures de sons : la mémoire coloniale dans le rap de Médine ».

Page personnelle (Academia)