Archives par mot-clé : infox

Parution : Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain

David Colon, Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain, Flammarion, « Champs histoire », 2021

« Fake news», « infox », « post-vérité » : le monde contemporain ne cesse d’être confronté aux enjeux de l’information de masse. On croyait la propagande disparue avec les régimes totalitaires du XXe siècle mais, à l’ère de la révolution numérique et des réseaux sociaux, elle est plus présente et plus efficace que jamais. Chaque jour apporte ainsi son lot de désinformation, de manipulation, de rumeurs et de théories du complot.
Loin de se limiter à la sphère politique et à la « fabrique du consentement », la propagande imprègne aujourd’hui tous les aspects de notre vie en société, les spécialistes du marketing, du storytelling ou les théoriciens du nudge s’efforçant d’influencer nos choix et comportements.
Embrassant plus d’un siècle d’histoire et couvrant un vaste espace géographique, David Colon explique les fondements et les techniques de la persuasion de masse dans le monde contemporain. Il montre que la propagande n’a cessé de se perfectionner à mesure que les sciences sociales et les neurosciences ont permis d’améliorer l’efficacité des techniques de persuasion, d’influence ou de manipulation.
À travers une synthèse accessible et percutante, David Colon livre une contribution essentielle pour mieux cerner les ravages causés par la désinformation, hier comme aujourd’hui.

Parution : D’Havas à l’AFP. Histoire d’une agence de presse unique

Jade Azzoug Montané, D’Havas à l’AFP. Histoire d’une agence de presse unique, L’Harmattan, « Historiques », 2020. 

En tant qu’héritière de la branche information de l’agence Havas, créée par Charles-Louis Havas en 1832, l’AFP est la doyenne des agences de presse. Pourtant son travail est méconnu du grand public alors que ses informations sont présentes dans les journaux, les sites web d’actualités, les télévisions et les radios du monde entier. Société sans capital, soumise à des logiques politiques, journalistiques et commerciales particulières, l’AFP a su préserver son indépendance éditoriale à l’égard des pouvoirs politiques et économiques ainsi que son réseau mondial en restant fidèle à ses principes fondamentaux : fournir une information fiable, vérifiée et immédiate. Son nom est devenu un label, synonyme d’une information de qualité au temps des réseaux sociaux et des infox.

Jade Azzoug Montané est docteure en histoire. Elle est chargée à l’AFP des projets d’éducation, et enseigne à l’université de Saint-Quentin en Yvelines, la pratique des médias.

Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Presse et conflits dans les pays de langue romane

Dans le prolongement de la Journée d’Études qui s’est tenue à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, en novembre 2019, notre publication a pour ambition de revenir sur les rapports qui existent depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours entre la presse et les parties prenantes d’un conflit d’ordre diplomatique, socio-économique ou culturel. Elle nous donne l’occasion de faire dialoguer différents champs disciplinaires (histoire culturelle, sociale ou politique, linguistique, littérature et arts visuels) pour réfléchir sur l’importance et l’influence de la presse dans la représentation discursive ou sociétale de faits d’actualité bruts.

Argumentaire

Pour couvrir les crises et les conflits qui secouent le monde, les médias mobilisent au péril de leurs vies des professionnels aux multiples fonctions (correspondants de guerre, grands reporters, photographes) et des moyens techniques conséquents pour rendre compte d’une actualité brûlante, puis, dans un temps second, ils « créent l’événement ». Teinté de polémique, ce lieu commun rend manifeste un processus de configuration selon lequel les faits d’actualité sont façonnés par différentes instances qui, au terme d’un travail interprétatif, produisent une construction narrative chargée d’implicites et de présupposés. Continuer la lecture de Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Dalhousie French Studies. Infox, Fake News et«Nouvelles faulses » : perspectives historiques (XVe – XXe siècles)

Déjà en 1537 La Prognostication des prognostications de Bonaventure des Périers dénonçait l’engouement pour les « nouveautez nouvelles » dont souffrait un monde désormais « affamé de Nouvelles », cherchant à dévorer constamment les nouvelles, n’importe quelles nouvelles, toujours plus de nouvelles, avec une insatiabilité qui attire, qui se repait tout particulièrement des « nouvelles faulses » :

Et tant tu es les Nouvelles leschant,
Que tu prens tout, le bon, et le meschant :
Car bien souvent les faulses et meschantes
Sont celles là pour lesquelles plus chantes.

« Tu vas », accuse des Périers, s’adressant à un monde transformé par ce nouveau média qu’était alors l’imprimerie (et plus particulièrement les brochures et publications occasionnelles), « tu cours ça et là, par ces rues, en mengeant [les nouvelles], et [en les] rongeant toutes crues ».

Tantost de toy sont bonnes [nouvelles] approuvées,
Tu les reprens, tu les prises et notes,
À belles dents […] les grignotes,
En te saoulant de tes Nouvelles faulses,
Comme ung souillard cuysinier de ses saulses.1

Notre XXIe siècle, persuadé par ses propres pulsions médiatiques que tout est inouï, extraordinaire, nouveau, n’aurait-il pas avantage à ralentir le pas, ou même à revenir en arrière, pour faire l’archéologie de ces « nouveautez nouvelles », ou peut-être de ces fausses nouveautés, que sont les Fakes News ? Il y aurait fort à faire. L’historien Robert Darnton l’affirmait récemment : « on retrouve tout au long de l’Histoire l’équivalent des textes et tweets venimeux que l’on observe aujourd’hui » ; il donnait alors lui-même les exemples des pasquinades au XVIe siècle, des canards parisiens du XVIIe, de la presse à scandale londonienne et des gazettes françaises manuscrites et clandestines au XVIIIe2 . On peut ajouter à cela la véritable jungle de l’imprimé qui fleurit au XIXe, suite aux progrès techniques de l’imprimerie, avec l’explosion de la grande presse, le développement des journaux d’opinion aux orientations idéologiques marquées, et la naissance des premiers grands groupes d’édition. Et pour terminer, le XXe, riche en informations alternatives, à l’enseigne du « bourrage de crânes » dénoncé lors du premier conflit mondial, de la propagande élevée en science qui marque la deuxième guerre, et des contestations soixante-huitardes s’élevant contre les mensonges médiatiques au service du pouvoir.
Avant d’établir des comparaisons, de dresser des parallèles, de s’intéresser aux évolutions, aux permanences, aux discontinuités de ces traditions de nouvelles faulses, il convient d’étudier d’abord le passé lui-même, en lui-même, et c’est pour ce faire que la revue Dalhousie French Studies propose un numéro thématique consacré à « Infox, Fake News et “Nouvelles faulses” ». Les dates butoirs annoncées par notre titre, « XVe – XXe siècles », soulignent la profondeur historique recherchée, voire les effets de continuités, et correspondent à l’ère de l’imprimé, depuis Gutenberg et ses premières brochures (moins connues que ses bibles), jusqu’aux journaux du premier XXe siècle (ceux que déclasseront par la suite la radio, la télévision, puis l’Internet, mais qui alors règnent en maîtres), en passant par les pamphlets, les Gazettes, les mazarinades, etc. Ces dates sont flexibles, du moins en amont : les propositions consacrées à l’époque médiévale seront également considérées.

Continuer la lecture de Dalhousie French Studies. Infox, Fake News et«Nouvelles faulses » : perspectives historiques (XVe – XXe siècles)