Archives par mot-clé : industrie musicale

Parution : Volume ! n° 18-1 – Back to work

Volume ! n° 18-1 – Back to work

Numéro consacré à la musique comme travail.

Étudier la musique, c’est aussi étudier la manière dont les gens travaillent dans la musique, en particulier pour ceux qui n’accèdent pas à la célébrité et au parcours qu’on peut qualifier d’artisanal. Aujourd’hui, les acquis de la sociologie impliquent de prendre au sérieux, au-delà des travaux sur le numérique, les dimensions les plus laborieuse, matérielle, économique, de pratiques certes « artistiques » mais qui ne s’inscrivent pas moins dans un marché de l’emploi très inégalitaire. Les six articles de ce dossier sont issus d’interventions réalisées dans le cadre du réseau de recherche international Working in Music. Les auteurs, venant de différents pays d’Europe (Grèce, Suisse, Grande-Bretagne, France), mobilisent des terrains variés mais aussi, de plus en plus, un corpus commun de références, montrant là tout le dynamisme et la robustesse des recherches contemporaines sur le travail musical.

Volume ! La revue des musiques populaires est une revue semestrielle à comité de lecture, fondée en 2002 par Samuel Etienne, Gérôme Guibert et Marie-Pierre Bonniol. La revue offre un espace autonome aux chercheurs souhaitant développer des recherches spécifiques consacrées à l’étude pluridisciplinaire des musiques populaires, en croisant les apports méthodologiques et théoriques français (musicologie, ethnomusicologie, sociologie de la culture, histoire culturelle etc.) avec ceux des « cultural » et « popular music studies ». La revue a été publiée sous le titre Copyright Volume ! de 2001 à 2008.
Volume ! est publié par les éditions Mélanie Seteun, une structure associative montée en 1998 par Samuel Etienne et Gérôme Guibert, alors deux doctorants désireux de publier des « réflexions sérieuses sur les musiques populaires », généralement peu investies par la recherche universitaire, ou du moins avec l’attention habituellement accordée à d’autres produits de la culture considérés comme plus légitimes.

Equipe de rédaction : Catherine Guesde, Gérôme Guibert, Emmanuel Parent, Dario Rudy, Matthieu Saladin, Jedediah Sklower.

Parution : Music by Numbers

Richard Osborne and Dave Laing (dir.), Music by Numbers. The Use and Abuse of Statistics in the Music Industries, Intellect, 2021

The music industries are fuelled by statistics: sales targets, breakeven points, success ratios, royalty splits, website hits, ticket revenues, listener figures, piracy abuses and big data. Statistics are of consequence. They influence the music that consumers get to hear, they determine the revenues of music makers, and they shape the policies of governments and legislators. Yet many of these statistics are generated by the music industries themselves, and their accuracy can be questioned. This original new book sets out to explore this shadowy terrain.

While there are books that offer guidelines about how the music industries work, as well as critiques from academics about the policies of music companies, this is the first book that takes a sustained look at these subjects from a statistical angle. This is particularly significant as statistics have not just been used to explain the music industries, they are also essential to the ways that the industries work: they drive signing policy, contractual policy, copyright policy, economic policy and understandings of consumer behaviour.

Continuer la lecture de Parution : Music by Numbers

Parution : Hot, Cool & Vicious

Keivan Djavadzadeh, Hot, Cool & Vicious. Genre, race et sexualité dans le rap états-­unien

Éditions Amsterdam, coll. « Les prairies ordinaires », février 2021, 240p.

Communément associé à l’expression d’un discours misogyne, le rap reste un champ musical dominé par des hommes. Pourtant, les femmes l’ont très tôt investi : de la fin des années 1970 à aujourd’hui, de The Sequence à Megan Thee Stallion, en passant par Queen Latifah, Salt-N-Pepa, Lil’ Kim, Nicki Minaj et Cardi B, l’histoire du rap, c’est aussi celle des femmes talentueuses qui se sont emparées de ce genre. Qui ont écoulé des centaines de millions de disques et participé de manière significative au développement artistique et commercial de cette musique, sans pour autant être reconnues à la hauteur de leur contribution.

Cet ouvrage leur donne enfin la place qu’elles méritent. En rendant compte des rapports de domination et des formes de subjectivation possibles pour celles qui évoluent dans cette industrie, il restitue toute la diversité et la complexité de leur musique. Elles ont ouvert un espace de discussion sur des problématiques relatives à la condition des femmes noires des classes populaires et, à rebours des représentations hégémoniques, fait évoluer les mentalités dans la culture hip-hop sur des sujets aussi brûlants que la race, la sexualité ou les violences de genre. Que cela plaise ou non, la motherfucking bitch era n’est pas près de se refermer.