Archives par mot-clé : industrie culturelle

Parution : « Approches transmédiales du récit dans les fictions contemporaines », Cahiers de narratologie n°37 (Assises LPCM 2018)

Rémi Cayatte & Anaïs Goudmand (dir.), 2020, « Approches transmédiales du récit dans les fictions contemporaines », Cahiers de narratologie n°37.

Ce numéro des Cahiers de Narratologie réunit des articles issus d’une partie des interventions qui ont eu lieu lors des premières Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques, organisées à l’initiative de l’Association internationale des chercheurs en littératures populaires et culture médiatique, du 11 au 13 octobre 2018 à l’Université Paris Nanterre et à l’Université Paris Sorbonne.  Suivant le principe d’une publication multi-support, il sera suivi par des dossiers à paraître dans diverses revues (Belphégor, Le Pardaillan, Sciences du jeu…).

Les articles réunis ici ont pour objectif commun d’aborder les fictions non pas à l’échelle d’un seul média, mais à l’échelle de l’écologie médiatique au sein de laquelle elles s’inscrivent. Tout en adoptant des perspectives différentes (diachroniques, historiques, économiques, conceptuelles), ils s’inscrivent dans une approche transmédiale en abordant différentes comparaisons entre des objets médiatiquement hétérogènes pour en faire ressortir les multiples points de contact sur le plan narratologique. Continuer la lecture de Parution : « Approches transmédiales du récit dans les fictions contemporaines », Cahiers de narratologie n°37 (Assises LPCM 2018)

Appel à communications : Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia

« Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia »

Journée d’études interdisciplinaire

Cette journée d’études, qui aura lieu le 20 novembre 2020 à l’Université Côte d’Azur, entend préparer les travaux d’un colloque international prévu pour le printemps 2021 ainsi que la création, à l’Université Côte d’Azur, d’un Observatoire du Récit Criminel (ORC-UCA).

Date limite d’envoi des propositions : 10 août 2020

Télécharger le texte de l’appel

Dans ce cadre évolutif, on souhaite explorer l’actuel écosystème transmédiatique afin de privilégier l’analyse des modalités de création, production, diffusion et réception dans de multiples médias d’œuvres de fiction ayant en partage la représentation de la criminalité organisée. En effet, sans négliger les apports critiques déjà disponibles, il ne s’agit pas ici de se consacrer à des problématiques générales, de privilégier le débat sur les nouveaux usages transmédiatiques des histoires ou, comme cela a été fait à de nombreuses reprises dans la dernière décennie, sur la définition même de transmédialité. Il s’agit plutôt de tester les acquis et de faire avancer la réflexion in vivo. Continuer la lecture de Appel à communications : Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia

Parution : Transgenerational Media Industries

Derek Johnson,Transgenerational Media Industries. Adults, Children, and the Reproduction of Culture, The University of Michigan Press, 2019
Description
Within corporate media industries, adults produce children’s entertainment. Yet children, presumed to exist outside the professional adult world, make their own contributions to it—creating and posting unboxing videos, for example, that provide content for toy marketers. Many adults, meanwhile, avidly consume entertainment products nominally meant for children. Media industries reincorporate this market-disrupting participation into their strategies, even turning to adult consumers to pass fandom to the next generation.

Derek Johnson presents an innovative perspective that looks beyond the simple category of “kids’ media” to consider how entertainment industry strategies invite producers and consumers alike to cross boundaries between adulthood and childhood, professional and amateur, new media and old. Revealing the social norms, reproductive ideals, and labor hierarchies on which such transformations depend, he identifies the lines of authority and power around which legacy media institutions like television, comics, and toys imagine their futures in a digital age. Johnson proposes that it is not strategies of media production, but of media reproduction, that are most essential in this context. To understand these critical intersections, he investigates transgenerational industry practice in television co-viewing, recruitment of adult comic readers as youth outreach ambassadors, media professionals’ identification with childhood, the branded management of adult fans of LEGO, and the labor of child YouTube video creators. These dynamic relationships may appear to disrupt generational and industry boundaries alike. However, by considering who media industries empower when generating the future in these reproductive terms and who they leave out, Johnson ultimately demonstrates how their strategies reinforce existing power structures.

This book makes vital contributions to media studies in its fresh approach to the intersections of adulthood and childhood, its attention to the relationship between legacy and digital media industries, and its advancement of dialogue between media production and consumption researchers. It will interest scholars in media industry studies and across media studies more broadly, with particular appeal to those concerned about the current and future reach of media industries into our lives.

Derek Johnson is Professor of Media and Cultural Studies in the Department of Communication Arts at the University of Wisconsin–Madison.
 

APPEL À COMMUNICATION : MONDES IMAGINAIRES ET UNIVERS TRANSMÉDIATIQUES

La date limite d’envoi des propositions pour le colloque « Mondes imaginaires et univers tansmédiatiques » a été repoussée au 1er mars 2020

Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) 

Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI) 

7, 8 et 9 avril 2020 à Toulon, France

Texte de l’appel

Les propositions devront être envoyées sous format *.doc ou *.docx à l’adresse de messagerie suivante : ugo.roux@univ-amu.fr, laurent.collet@univ-tln.fr, anne.gagnebien@univ-tln.fr et alessandro.leiduan@univ-tln.fr. 

Appel à contribution : « Globalisation de la culture et circulation des biens culturels », Réseaux

Appel à intentions de contribution pour un numéro thématique 

« Globalisation de la culture et circulation des biens culturels » 

Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre (Université de Paris, Ceped/IRD ; Deps, MCC, Gemass, Sorbonne/CNRS).

Bien que la littérature sur la globalisation de la culture soit très vaste, notamment dans le monde anglo-saxon, il existe des lacunes que ce numéro spécial de Réseaux souhaiterait combler, en suscitant des contributions dans les domaines de la production, des politiques culturelles, de la réception et de l’hégémonie culturelle. 

1/ Du côté de la production, des basculements s’opèrent et voient l’avènement d’un monde multipolaire : les États-Unis, qui jusque récemment dominaient perdent la première place au profit de la Chine devenue, depuis 2013, le premier exportateur de biens et services culturels. La Turquie et l’Inde font désormais partie des 10 premiers exportateurs mondiaux. Si les pays occidentaux restent les principaux consommateurs, ce qu’ils consomment provient désormais de diverses régions du monde. Par ailleurs, des conglomérats mondiaux dominent les marchés globaux (Disney, Ubisoft etc) tandis que la convergence entre acteurs des NTIC et industries culturelles transforme le paysage des offreurs (Netflix, Amazon Prime, etc.). Quels sont les effets de ces mutations structurelles en termes de diversité produite ?  Continuer la lecture de Appel à contribution : « Globalisation de la culture et circulation des biens culturels », Réseaux

Appel à communication : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

Colloque international organisé par Ugo ROUX, Laurent COLLET, Anne GAGNEBIEN et Alessandro LEIDUAN 

Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) 

Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI) 

7, 8 et 9 avril 2020 à Toulon, France

Date limite d’envoi des propositions : 15 février 2020

D’un côté la fiction et le récit occupent une place majeure au sein de la culture dans nos sociétés modernes, et de l’autre les technologies de l’information et de la communication étendent les possibilités de leur production et de consommation. Parmi les diverses formes d’expression des récits qui ont vu leurs logiques changées par cette imprégnation numérique, la transmédialité apparaît comme étant une facette fondamentale (Cornillon, 2018), notamment au sein des industries culturelles.

La notion de transmédia a ainsi été créée pour qualifier les phénomènes d’extension de structures narratives sur de multiples médias « pour créer des oeuvres aux développements transmédiatiques autant qu’intertextuelles et autoréférentielles » (Peyron, 2008, pp. 355-356). Plus généralement, la production de contenus transmédiatiques semble s’articuler autour de trois éléments principaux : 

1. L’extension de l’oeuvre originale sur plusieurs médias ; chaque extension est autonome (elle n’a pas besoin de l’oeuvre originale pour être appréciée et inversement) et contribue par son apport à l’oeuvre globale. 

2. Le monde narratif qui doit idéalement proposer à la fiction la possibilité d’évoluer avec de nouveaux contenus pertinents, ce que Henry Jenkins (2008) qualifie de « worldmaking » ; afin d’assurer sa cohérence lors de son expansion, un univers fictionnel doit se conformer au canon que fixe l’oeuvre dont il est tiré (Saint-Gelais, 2011) ; cette règle tend à s’effacer lorsque cette extension se tourne vers une terra incognita de l’oeuvre de départ (Périer, 2017). 

3. Le public ; la participation de ce dernier est essentielle à mesure que la narration gagne de nouveaux médias ; « il s’agit de miser sur l’engagement des fans et leur goût pour l’approfondissement, ce que Henry Jenkins nomme le forage (drillability) » (Peyron, 2014, p. 53). 

Or, si ce phénomène a fait l’objet d’une cristallisation autour d’une notion partagée chez les chercheurs, les professionnels et (éventuellement) les amateurs de la culture populaire, et même si des propositions de catégorisations ont vu le jour (Cailler et Masoni Lacroix, 2017 ; Groupierre, 2017 ; Ryan, 2017), la définition du transmédia et sa circonscription ne font pas encore consensus. Cette déficience a certainement pour cause le continuum des possibilités induit par « la ductilité du concept de storytelling transmedia proposé par Henry Jenkins. » (Cailler et Masoni Lacroix, 2017).  Continuer la lecture de Appel à communication : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

Appel : Animation et industrie culturelle

« Animation as Cultural Industry? Designing and Making Cartoons », appel à articles pour la RFSIC (Revue française des sciences de l’information et de la communication n° 18, Sébastien François et Marie Pruvost-Delaspre (dir.) 

Pour le 31 mars 2019

Even though academic interest for the animated medium remains on the fringe of media studies, it seems to have gained much importance during in the last few decades (Crafton, 1982; Pilling, 1997; Lamarre, 2008; Wells, 2012). Following the impetus of the thriving “animation studies” in the English-speaking context and the pioneering work of the Society for Animation Studies (SAS) founded in 1987, scientific research on animation has started to spread across different linguistic areas and countries. Nevertheless, animation as a field of research still appears in a state of dispersal and fragmentation, marked by recurrent tropisms. Indeed, due to their dependence to related scientific projects or events, the works conducted on animation and its multiple formats and techniques have been developed within different disciplinary fields, such as film and media studies, communication studies, history or sociology, but in a certain state of unawareness of one another (Pilling, 1998; Denis, 2011). They also have been mainly focused on aesthetics and contents –and to some extent on reception–, putting aside the practical conditions of the making of animation.

Continuer la lecture de Appel : Animation et industrie culturelle

Parution : Culture et (in)dépendance

Olivier Alexandre, Sophie Noël, Aurélie Pinto (éd.)

Culture et (in)dépendance : les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles

Peter Lang, 2017

« Indépendant », « alternatif », « indie », « underground », « avant-garde », « de création »… Depuis les années 1970, la revendication d’indépendance a pris une importance grandissante dans les univers de production culturelle. Qu’elle se rapporte à des contenus, des méthodes de travail ou des dispositifs de médiation, cette revendication propose une alternative à la domination des groupes et des productions mainstream. Son succès conduit cependant à s’interroger sur la cohérence même d’une notion progressivement transformée en label de qualité.

À travers douze contributions traitant de l’édition, du cinéma, de la musique, des médias et de la vulgarisation scientifique, cet ouvrage Continuer la lecture de Parution : Culture et (in)dépendance

Journée « Fabrique de l’animation »

La Fabrique de l’animation.

Une industrie culturelle saisie par les sciences sociales

Mardi 6 juin 2017, Maison de la Recherche (Paris 3), 4 rue des Irlandais, 75005 Paris 

(animateurs travaillant sur le film Les Aventures de Pinocchio – 1936. Romolo Bacchni)

Cette journée d’étude internationale, à l’initiative du Laboratoire d’excellence « Industries culturelles et création artistique » (LabEx ICCA) et deux de ses composantes, le laboratoire EXPERICE (Université Paris 13) et l’IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle) et soutenue par l’association NEF Animation, a pour objectif de donner une visibilité aux recherches en sciences sociales qui traitent de l’animation en tant que processus de production et phénomène socioéconomique. Moment de rencontre et d’échanges entre chercheurs, elle vise également à construire des ponts avec le secteur lui-même.

En plus de sessions thématiques qui feront se croiser recherches académiques et points de vue professionnels, deux conférences (en anglais), assurées par Chris Pallant (Canterbury Christ Church University) et Timothy G. Jones (UCLA), alimenteront la réflexion.

Programme Continuer la lecture de Journée « Fabrique de l’animation »

Colloque : Prescription culturelle

La prescription culturelle en question

Cultural prescription in question

Dijon, 5-7 avril 2017

Tout au long du XXe siècle, tout du moins dans les pays qui avaient accès à ces ressources, l’essor de l’industrie des spectacles et de la musique, de la radio, du cinéma, de la télévision, de l’offre muséale et plus généralement des réseaux de communication a impliqué une forte diversification des modes de prescription culturelle et de leur circulation. Ce colloque se propose de décrire, discuter et analyser différentes formes de prescription culturelle que celles-ci soient traditionnelles ou émergentes et ce dans un contexte de globalisation croissante et de crise de l’expertise.

Colloque international à la MSH de Dijon organisé par le GEP (Groupe d’Études de la Prescription) avec le soutien des laboratoires Cimeos et Geriico, de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté et de l’ESPE (Université de Bourgogne).

Programme

5 avril, Demi journée 1

Continuer la lecture de Colloque : Prescription culturelle