Archives par mot-clé : industrie culturelle

Parution : Transgenerational Media Industries

Derek Johnson,Transgenerational Media Industries. Adults, Children, and the Reproduction of Culture, The University of Michigan Press, 2019
Description
Within corporate media industries, adults produce children’s entertainment. Yet children, presumed to exist outside the professional adult world, make their own contributions to it—creating and posting unboxing videos, for example, that provide content for toy marketers. Many adults, meanwhile, avidly consume entertainment products nominally meant for children. Media industries reincorporate this market-disrupting participation into their strategies, even turning to adult consumers to pass fandom to the next generation.

Derek Johnson presents an innovative perspective that looks beyond the simple category of “kids’ media” to consider how entertainment industry strategies invite producers and consumers alike to cross boundaries between adulthood and childhood, professional and amateur, new media and old. Revealing the social norms, reproductive ideals, and labor hierarchies on which such transformations depend, he identifies the lines of authority and power around which legacy media institutions like television, comics, and toys imagine their futures in a digital age. Johnson proposes that it is not strategies of media production, but of media reproduction, that are most essential in this context. To understand these critical intersections, he investigates transgenerational industry practice in television co-viewing, recruitment of adult comic readers as youth outreach ambassadors, media professionals’ identification with childhood, the branded management of adult fans of LEGO, and the labor of child YouTube video creators. These dynamic relationships may appear to disrupt generational and industry boundaries alike. However, by considering who media industries empower when generating the future in these reproductive terms and who they leave out, Johnson ultimately demonstrates how their strategies reinforce existing power structures.

This book makes vital contributions to media studies in its fresh approach to the intersections of adulthood and childhood, its attention to the relationship between legacy and digital media industries, and its advancement of dialogue between media production and consumption researchers. It will interest scholars in media industry studies and across media studies more broadly, with particular appeal to those concerned about the current and future reach of media industries into our lives.

Derek Johnson is Professor of Media and Cultural Studies in the Department of Communication Arts at the University of Wisconsin–Madison.
 

APPEL À COMMUNICATION : MONDES IMAGINAIRES ET UNIVERS TRANSMÉDIATIQUES

La date limite d’envoi des propositions pour le colloque “Mondes imaginaires et univers tansmédiatiques” a été repoussée au 1er mars 2020

Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) 

Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI) 

7, 8 et 9 avril 2020 à Toulon, France

Texte de l’appel

Les propositions devront être envoyées sous format *.doc ou *.docx à l’adresse de messagerie suivante : ugo.roux@univ-amu.fr, laurent.collet@univ-tln.fr, anne.gagnebien@univ-tln.fr et alessandro.leiduan@univ-tln.fr. 

Appel à contribution : « Globalisation de la culture et circulation des biens culturels », Réseaux

Appel à intentions de contribution pour un numéro thématique 

« Globalisation de la culture et circulation des biens culturels » 

Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre (Université de Paris, Ceped/IRD ; Deps, MCC, Gemass, Sorbonne/CNRS).

Bien que la littérature sur la globalisation de la culture soit très vaste, notamment dans le monde anglo-saxon, il existe des lacunes que ce numéro spécial de Réseaux souhaiterait combler, en suscitant des contributions dans les domaines de la production, des politiques culturelles, de la réception et de l’hégémonie culturelle. 

1/ Du côté de la production, des basculements s’opèrent et voient l’avènement d’un monde multipolaire : les États-Unis, qui jusque récemment dominaient perdent la première place au profit de la Chine devenue, depuis 2013, le premier exportateur de biens et services culturels. La Turquie et l’Inde font désormais partie des 10 premiers exportateurs mondiaux. Si les pays occidentaux restent les principaux consommateurs, ce qu’ils consomment provient désormais de diverses régions du monde. Par ailleurs, des conglomérats mondiaux dominent les marchés globaux (Disney, Ubisoft etc) tandis que la convergence entre acteurs des NTIC et industries culturelles transforme le paysage des offreurs (Netflix, Amazon Prime, etc.). Quels sont les effets de ces mutations structurelles en termes de diversité produite ?  Continuer la lecture de Appel à contribution : « Globalisation de la culture et circulation des biens culturels », Réseaux

Appel à communication : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

Colloque international organisé par Ugo ROUX, Laurent COLLET, Anne GAGNEBIEN et Alessandro LEIDUAN 

Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) 

Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI) 

7, 8 et 9 avril 2020 à Toulon, France

Date limite d’envoi des propositions : 15 février 2020

D’un côté la fiction et le récit occupent une place majeure au sein de la culture dans nos sociétés modernes, et de l’autre les technologies de l’information et de la communication étendent les possibilités de leur production et de consommation. Parmi les diverses formes d’expression des récits qui ont vu leurs logiques changées par cette imprégnation numérique, la transmédialité apparaît comme étant une facette fondamentale (Cornillon, 2018), notamment au sein des industries culturelles.

La notion de transmédia a ainsi été créée pour qualifier les phénomènes d’extension de structures narratives sur de multiples médias « pour créer des oeuvres aux développements transmédiatiques autant qu’intertextuelles et autoréférentielles » (Peyron, 2008, pp. 355-356). Plus généralement, la production de contenus transmédiatiques semble s’articuler autour de trois éléments principaux : 

1. L’extension de l’oeuvre originale sur plusieurs médias ; chaque extension est autonome (elle n’a pas besoin de l’oeuvre originale pour être appréciée et inversement) et contribue par son apport à l’oeuvre globale. 

2. Le monde narratif qui doit idéalement proposer à la fiction la possibilité d’évoluer avec de nouveaux contenus pertinents, ce que Henry Jenkins (2008) qualifie de « worldmaking » ; afin d’assurer sa cohérence lors de son expansion, un univers fictionnel doit se conformer au canon que fixe l’oeuvre dont il est tiré (Saint-Gelais, 2011) ; cette règle tend à s’effacer lorsque cette extension se tourne vers une terra incognita de l’oeuvre de départ (Périer, 2017). 

3. Le public ; la participation de ce dernier est essentielle à mesure que la narration gagne de nouveaux médias ; « il s’agit de miser sur l’engagement des fans et leur goût pour l’approfondissement, ce que Henry Jenkins nomme le forage (drillability) » (Peyron, 2014, p. 53). 

Or, si ce phénomène a fait l’objet d’une cristallisation autour d’une notion partagée chez les chercheurs, les professionnels et (éventuellement) les amateurs de la culture populaire, et même si des propositions de catégorisations ont vu le jour (Cailler et Masoni Lacroix, 2017 ; Groupierre, 2017 ; Ryan, 2017), la définition du transmédia et sa circonscription ne font pas encore consensus. Cette déficience a certainement pour cause le continuum des possibilités induit par « la ductilité du concept de storytelling transmedia proposé par Henry Jenkins. » (Cailler et Masoni Lacroix, 2017).  Continuer la lecture de Appel à communication : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

Appel : Animation et industrie culturelle

“Animation as Cultural Industry? Designing and Making Cartoons”, appel à articles pour la RFSIC (Revue française des sciences de l’information et de la communication n° 18, Sébastien François et Marie Pruvost-Delaspre (dir.) 

Pour le 31 mars 2019

Even though academic interest for the animated medium remains on the fringe of media studies, it seems to have gained much importance during in the last few decades (Crafton, 1982; Pilling, 1997; Lamarre, 2008; Wells, 2012). Following the impetus of the thriving “animation studies” in the English-speaking context and the pioneering work of the Society for Animation Studies (SAS) founded in 1987, scientific research on animation has started to spread across different linguistic areas and countries. Nevertheless, animation as a field of research still appears in a state of dispersal and fragmentation, marked by recurrent tropisms. Indeed, due to their dependence to related scientific projects or events, the works conducted on animation and its multiple formats and techniques have been developed within different disciplinary fields, such as film and media studies, communication studies, history or sociology, but in a certain state of unawareness of one another (Pilling, 1998; Denis, 2011). They also have been mainly focused on aesthetics and contents –and to some extent on reception–, putting aside the practical conditions of the making of animation.

Continuer la lecture de Appel : Animation et industrie culturelle

Parution : Culture et (in)dépendance

Olivier Alexandre, Sophie Noël, Aurélie Pinto (éd.)

Culture et (in)dépendance : les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles

Peter Lang, 2017

« Indépendant », « alternatif », « indie », « underground », « avant-garde », « de création »… Depuis les années 1970, la revendication d’indépendance a pris une importance grandissante dans les univers de production culturelle. Qu’elle se rapporte à des contenus, des méthodes de travail ou des dispositifs de médiation, cette revendication propose une alternative à la domination des groupes et des productions mainstream. Son succès conduit cependant à s’interroger sur la cohérence même d’une notion progressivement transformée en label de qualité.

À travers douze contributions traitant de l’édition, du cinéma, de la musique, des médias et de la vulgarisation scientifique, cet ouvrage Continuer la lecture de Parution : Culture et (in)dépendance

Journée “Fabrique de l’animation”

La Fabrique de l’animation.

Une industrie culturelle saisie par les sciences sociales

Mardi 6 juin 2017, Maison de la Recherche (Paris 3), 4 rue des Irlandais, 75005 Paris 

(animateurs travaillant sur le film Les Aventures de Pinocchio – 1936. Romolo Bacchni)

Cette journée d’étude internationale, à l’initiative du Laboratoire d’excellence « Industries culturelles et création artistique » (LabEx ICCA) et deux de ses composantes, le laboratoire EXPERICE (Université Paris 13) et l’IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle) et soutenue par l’association NEF Animation, a pour objectif de donner une visibilité aux recherches en sciences sociales qui traitent de l’animation en tant que processus de production et phénomène socioéconomique. Moment de rencontre et d’échanges entre chercheurs, elle vise également à construire des ponts avec le secteur lui-même.

En plus de sessions thématiques qui feront se croiser recherches académiques et points de vue professionnels, deux conférences (en anglais), assurées par Chris Pallant (Canterbury Christ Church University) et Timothy G. Jones (UCLA), alimenteront la réflexion.

Programme Continuer la lecture de Journée “Fabrique de l’animation”

Colloque : Prescription culturelle

La prescription culturelle en question

Cultural prescription in question

Dijon, 5-7 avril 2017

Tout au long du XXe siècle, tout du moins dans les pays qui avaient accès à ces ressources, l’essor de l’industrie des spectacles et de la musique, de la radio, du cinéma, de la télévision, de l’offre muséale et plus généralement des réseaux de communication a impliqué une forte diversification des modes de prescription culturelle et de leur circulation. Ce colloque se propose de décrire, discuter et analyser différentes formes de prescription culturelle que celles-ci soient traditionnelles ou émergentes et ce dans un contexte de globalisation croissante et de crise de l’expertise.

Colloque international à la MSH de Dijon organisé par le GEP (Groupe d’Études de la Prescription) avec le soutien des laboratoires Cimeos et Geriico, de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté et de l’ESPE (Université de Bourgogne).

Programme

5 avril, Demi journée 1

Continuer la lecture de Colloque : Prescription culturelle

Appel: Bad Literature/La Mauvaise littérature

Appel/CFP

Bad Literature/La Mauvaise littérature

Bad Literature
A Graduate Student Conference Hosted by the Yale University Department of French
January 31 – February 1, 2014

(la version française suit)
“I have known people who have actually read all, or almost all, the guaranteed Hundred Best Books. God save us from reading nothing but the best.” (Robertson Davies)
“What should we read?” As students and scholars of literature, we are expected to answer this question. There are of course the (relatively) obvious answers: works of the canon, whose aesthetic, moral, political, or even historical merits have been established, at least for the time being. These are the “good” books. And then, there is everything else. The guilty pleasures. The unfortunate literary experiments. The popular bestsellers, often opposed – but by whom, how and why? – to aesthetically-valued works of literature. Personal favorites, too, that one often cannot defend on higher grounds than those of sentiment. There are also the subversive books – the libertine novels, the politically contentious or philosophically problematic ones – those that get banned or censored. Whether with respect to aesthetic, political, social, or moral norms, these are the “bad” books, those that shouldn’t be read – even though they are, often more so than the good ones.
Or shouldn’t they – be read, be studied? Yale’s 2014 French Graduate student conference will be devoted to addressing this central question. While it is true that there always seems to be at least a norm against which we measure books, it is also true that norms change – but how? And why? What is the relationship between good and bad literature? Is there something that can be learned – by writers, critics, or casual readers – from works of allegedly questionable aesthetic and literary qualities? Is there an enjoyment of the text that is inextricable to the idea of it being “bad”? What can contentious or criticized books tell us about their modes of production and of reception? These are only a few of the questions we hope will arise from bringing to the fore forgotten, discarded, vilified, ridiculed, and sometimes eventually rehabilitated works of literature.

Possible topics include but are not limited to:

  • Works of literature whose aesthetic assessment has changed over time
  • Works of literature considered to be politically or morally dangerous
  • Unknown works by revered authors
  • The literary tastes of fictional characters: the representation of reading and its value
  • Canon formation, the reception of canonical works
  • Erotic or Harlequin novels
  • Forgotten bestsellers, forgotten genres
  • Popular literature, popular genres
  • Theories of aesthetics
  • The creation of literary norms
  • Banned books and censorship
  • Subversive literature
  • The libertine novel
  • The influence of “bad” literature on respected works
  • Reading and pleasure
  • Allegedly failed works
  • The influence of gender, sexuality, and identity politics on the reception of works of literature.
  • The relationship between literature, reading practices, and school (or the university)

We invite submissions for papers focusing on French and Francophone works of literature and film. Presentations may be in French or English and should not exceed fifteen minutes.

Please send abstracts of 250 words by email to yalefrenchgradconference2014@gmail.com by November 1, 2013. Proposals should include your paper title, name, contact information, and institutional/departmental affiliation.

*****

La mauvaise littérature
Conférence organisée par les étudiants de cycle supérieur du département de français de l’Université Yale
Du 31 janvier au 1e février 2014

«I have known people who have actually read all, or almost all, the guaranteed Hundred Best Books. God save us from reading nothing but the best.» (Robertson Davies)

« Quels sont les livres à lire ? » – question épineuse à laquelle peu d’étudiants de lettres échapperont dans leur vie. Ceci dit, les réponses classiques, prudentes, ne manquent pas : suffit de nommer une quelconque œuvre canonique, dont les mérites esthétiques, moraux, politiques ou historiques ont été établis – mais comment et à quel point, voilà une toute autre question. Ces livres, ce sont les « bons » livres. Il y en a néanmoins une myriade d’autres qui échappent à ce genre de réponse. Les plaisirs coupables. Les expériences littéraires malencontreuses. Les succès de librairie, souvent dénigrés au profit de ces chefs d’œuvres littéraires aux vertus esthétiques prétendument indéniables. Il y a aussi de ces livres aimés pour des raisons qui ne semblent pas dépasser l’affection pure et simple. Puis viennent les livres séditieux – les romans libertins, ceux qui provoquent des révolutions ou alimentent de dangereux débats philosophiques –, ceux qui tombent sous le couperet de la censure. Que ce soit en fonction d’une norme esthétique, politique, sociale ou encore éthique, ceux-là sont tous de « mauvais » livres, des livres à ne pas lire – même s’ils le sont, souvent plus et plus volontiers que leurs honorables et honorées contreparties.

Or, est-il vrai que nous ne devrions pas les lire, les étudier ? C’est à cette question que sera dédiée la conférence organisée cette année par les étudiants de cycle supérieur du département de français de l’Université Yale. Même en acceptant l’idée qu’il nous faille toujours au moins une norme en vertu de laquelle évaluer la valeur d’une œuvre littéraire, il faut aussi reconnaître que les normes changent et varient – mais comment ? Et pourquoi ? Quels sont les rapports entre bonne et mauvaise littérature ? Y a-t-il quelque chose qu’un écrivain, qu’un lecteur, qu’un critique puisse tirer d’un livre aux qualités littéraires contestées ? Y a-t-il un plaisir du texte inextricablement lié à l’idée que ce dernier soit « mauvais » ? Que peuvent nous apprendre les livres critiqués ou subversifs à propos de leur mode de production et de consommation ? Voilà seulement quelques-unes des questions que nous espérons voir émerger durant les quelques jours que nous dédierons à l’étude de livres oubliés, rejetés, censurés, ridiculisés et parfois heureusement réhabilités.

Parmi les sujets possibles, on trouve entre autres :

  • L’évolution de la réception et de la valeur attribuée à une certaine œuvre littéraire
  • Les œuvres littéraires considérées dangereuses, que ce soit d’un point de vue politique ou moral
  • Les œuvres méconnues ou oubliées d’auteurs canoniques
  • La représentation littéraire de la lecture, de ses normes et de sa valeur (question des goûts et habitudes de lecture de personnages littéraires)
  • L’invention du canon, la réception d’œuvres canoniques
  • Les livres Harlequin, érotiques ou pornographiques
  • Les bestsellers ou genres oubliés
  • L’esthétique, la théorie littéraire
  • La création des normes littéraires
  • La littérature subversive
  • Le roman libertin
  • L’influence de la « mauvaise » littérature sur la « bonne »
  • La lecture et le plaisir
  • Les soi-disant livres « ratés »
  • L’influence des identités sexuelles, culturelles, ethniques ou autres sur la réception d’œuvres littéraires
  • La relation entre la littérature, la lecture et le milieu scolaire ou académique

Les propositions de communication peuvent être écrites en français ou en anglais, ne devraient pas dépasser 250 mots et devraient traiter, au moins dans une perspective comparatiste, d’œuvres littéraires et cinématographiques françaises ou francophones. Elles doivent être envoyées à yalefrenchgradconference2014@gmail.com d’ici le 1e novembre 2013 et doivent contenir le titre de la présentation, le nom, l’adresse électronique et le département de leur auteur.

Parution: Fantômas! Biographie d'un criminel imaginaire

Parution

Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux

Fantômas, Biographie d’un criminel imaginaire

Paris, Les Prairies Ordinaires, “Singulières Modernités”, 2013

Fantômas ! Le nom du « Génie du crime » a traversé tout le XXe siècle. À bien des égards, Pierre Souvestre et Marcel Allain ont enfanté en 1911 une œuvre monstre. Fantômas, revers obscur et grimaçant de notre monde, y invente, page après page, une violence sans visage, sans motivations et sans signification apparente. La série des Fantômas a fasciné les avant-gardes des années 1920-1930, qui en ont loué le génie créatif et la puissance subversive. Le mythe du criminel voleur d’identités, tueur cruel, virtuose de la mise en scène morbide, a inspiré tableaux, films expérimentaux, textes poétiques et polémiques. Nourri par un travail de collecte inédit, cet ouvrage propose de relire Fantômas à la lumière des travaux qui ont questionné la place des fictions dans les sociétés contemporaines. La trajectoire du protagoniste éclaire l’organisation du champ littéraire, partagé entre littérature légitime et productions de grande consommation. Consacrant la toute-puissance de l’information et des faits divers, l’œuvre apparaît bien comme « l’Énéide des temps modernes », selon la formule de Blaise Cendrars. La modernité du XXe siècle naissant y est, il est vrai, partout : grands magasins, chirurgie plastique, nouvelles techniques policières… En subvertissant les logiques classiques du detective novel où la raison et la progression de l’enquête priment sur le crime, Fantômas questionne les identités sociales, le maintien de l’Ordre et la répression des pulsions.