Archives par mot-clé : imprimé

Journée d’études : Partoches (Université Panthéon-Sorbonne)

Journée d’études : Partoches

Organisée par Marie Goupil-Lucas-Fontaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, UR 3550, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Sorbonne Université

3 décembre 2022, Amphi Richelieu, 17, rue de la Sorbonne 75005 Paris

Inscription : sophie.lhermitte@univ-paris1.fr

Aussi évidente soit-elle pour le musicien d’hier et d’aujourd’hui, la partition musicale est un objet mal connu des historiens. Véritable archive ouverte, elle donne pourtant accès à une infinité d’usages et d’interprétations par sa multimodalité : images, texte, notation musicale s’entremêlent pour offrir un support unique qui fait appel, autant que la carte géographique, à l’imagination du lecteur.
Cette journée d’étude est une incitation à regarder la partition autrement que pour ses usages strictement musicaux, en s’interrogeant notamment sur la façon dont sont conçus ces supports en dehors de la ligne musicale. La partition, se situe précisément à la frontière des formes culturellement légitimes de l’imprimé en versant alternativement du côté de l’édition classique pour les formes musicales les plus complexes ou, à l’opposé, du côté de la culture médiatique, confondant presse, éphémères imprimés et airs du temps, aussi vite chantés qu’oubliés. Il existe ainsi une hiérarchie tacite au sein des imprimés musicaux, les plus complets, le « matériel » orchestral s’adressant aux bons lecteurs de musique, ceux qui pratiquent un instrument, tandis que les formes allégées visent un public de moins en moins familier de la notation musicale. Du grand format chant et piano pour artistes et amateurs éclairés au petit format pour chant seul à destination du « grand public », en passant par la presse et toutes les formes de recueils, poétiques, médiatiques, parfois sans notation musicale mais toujours destinés à faire de la musique ou du chant « sur l’air de » comme seule référence mélodique, tous les formats de l’édition musicale appellent à un traitement et à une réflexion spécifique.

Informations et programme

Parution : Chanter le crime. Canards sanglants & Complaintes tragiques (Jean-François “Maxou” Heintzen)

Jean-François “Maxou” Heintzen, Chanter le crime. Canards sanglants & Complaintes tragiques, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour, coll. “Grands Essais”, 2022.

Préface de Jean Lebrun

La complainte criminelle – reproduite sur une feuille illustrée, ou « canard sanglant » – narrait un fait divers marquant sur un air connu.
Après son âge d’or de 1870 à 1940, elle s’est effacée derrière la radio et la télévision. Écrite par des auteurs le plus souvent anonymes et interprétée à voix nue par ses colporteurs, elle exprimait l’horreur des crimes du temps pour mieux la mettre à distance.

Pionnier, l’ouvrage donne à lire, voir et entendre cette production populaire, foisonnante et méconnue. En même temps qu’il décrit son histoire, il éclaire d’un nouveau jour maintes affaires, oubliées ou non : Landru, Violette Nozière, Dreyfus, Stavisky… Et, à l’heure des réseaux sociaux, il donne à réfléchir sur la médiatisation du fait divers qui n’est plus chanté en plein vent.

Deux films sonores, via une clé USB encartée dans le premier rabat de couverture, accompagnent et prolongent cet ouvrage :

• Conter le crime, une libre interprétation contemporaine des complaintes criminelles servie par les talents de comédiens, chanteurs et musiciens : Olivier Perrier et Monique Brun, Yannick Guilloux, Mathilde Paris, Roland Brou, Patrick Couton, Jean-François “Maxou” Heintzen, Riton la Manivelle et Arnaud Moyencourt, dit « le facteur ».

• Jean-François “Maxou” Heintzen dialogue avec Yannick Guilloux. L’entretien proposé réunit l’auteur du livre, Jean-François “Maxou” Heintzen, et Yannick Guilloux, docteure en littérature, professeure de Lettres, chanteuse et spécialiste des répertoires populaires du Centre de la France. Leur dialogue est émaillé de chants interprétés par Monique Brun, Roland Brou, Patrick Couton et par eux-mêmes ; on entend également Patrick Couton, à la guitare et à la autoharpe, et Jean-François “Maxou” Heintzen, à la vielle.

Continuer la lecture de Parution : Chanter le crime. Canards sanglants & Complaintes tragiques (Jean-François “Maxou” Heintzen)

Appel à contributions : 3e colloque Médias 19 des doctorant.e.s en littérature et culture médiatique (Québec)

3e colloque Médias 19 des doctorant.e.s en littérature et culture médiatique

Vendredi 28 octobre 2022Université Laval (Québec, Canada)

Échéance des propositions : 1er juillet 2022

« Le journal participe d’une temporalité collective rassurante. »1

Marie-Ève Thérenty 

Suite à ces temps d’isolement contraints par la crise sanitaire, la troisième journée d’étude des jeunes chercheur.e.s en littérature et culture médiatique est l’occasion d’enfin se retrouver autour d’un support qui se veut lui-même « collectif » et « rassurant ». Ancré dans l’actualité, le journal permet en effet de créer une dynamique où se croisent des discours en tous genres.

À l’image de la riche polyphonie de la presse, cette journée souhaiterait rassembler les différentes voix des chercheur.e.s autour des cultures croisées de l’imprimé. Plus précisément, le colloque invite les étudiant.e.s de doctorat et les postdoctorant.e.s à présenter leurs travaux de recherche en cours, notamment les méthodes, thématiques, problématiques et difficultés rencontrées. Suite à ces échanges, la publication d’un article plus abouti sur un aspect de la présentation pourrait être envisagée sur le site Médias 19, selon les critères de sélection du comité de suivi.

Le colloque aura lieu le vendredi 28 octobre 2022 à l’Université Laval en modalité hybride. Les propositions de communication, attendues avant le 1er juillet, sont à envoyer à l’adresse cjcmedia19@gmail.com. Elles doivent comprendre : un titre, un résumé d’environ 250 mots au format Word, une courte biographie de l’étudiant.e (comprenant l’institution de rattachement).

Comité d’organisation

Fernanda Conciani, doctorante

Leïla De Vicente, doctorante

Johanna Hekkig, doctorante

Simon Pelletier, doctorant

Guillaume Pinson, professeur, codirecteur de Médias 19

Mahmoud Vahidpour, doctorant 

  1. Marie-Ève Thérenty, « Vivre au rythme du journal », in Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La Civilisation du journal, Histoire culturelle et littéraire de la presse, Paris, éd. Nouveau Monde, 2011, p. 1315. []

Appel à communications : La fabrique journalistique des célébrités (Université de Toronto)

Colloque : La fabrique journalistique des célébritésVedettariat, presse et culture médiatique dans la francophonie nord-atlantique  (XVIIIe-XXIe siècles)

27 et 28 avril 2023, Université de Toronto, Canada

Échéance des propositions : 1er juin 2022

Comité organisateur
Adrien Rannaud, Université de Toronto
Mélodie Simard-Houde, Université du Québec à Trois-Rivières

Comité scientifique
Olivier Bara, Université Lumière Lyon 2
Stéfany Boisvert, Université du Québec à Montréal
André Gunthert, École des hautes études en sciences sociales
Marie-Pier Luneau, Université de Sherbrooke
Will Straw, Université McGill

Selon Antoine Lilti, la culture de la célébrité moderne apparaîtrait en Europe dès la seconde moitié du XVIIIe siècle sous le coup d’une « première révolution médiatique[1] ». Dans cette perspective, l’histoire de la célébrité serait indissociable de celle de la presse, plus encore à partir du XIXe siècle, qui constitue le cadre de réalisation de ce qu’on nomme la « civilisation du journal[2] ». On sait que les quotidiens, revues et autres périodiques alimentent dès la décennie 1830 un régime de l’actualité fondé sur la chose vue et sur la récurrence de signatures, de noms et de figures publiques[3]. Au cours de la deuxième moitié du siècle, plusieurs mutations médiatiques déterminantes influent sur les représentations de la célébrité en accentuant « la place accordée à l’individu dans les discours d’information[4] », telle l’invention du reportage et de l’interview, qui fait suite au développement du portrait comme genre journalistique. C’est aussi la naissance de la presse mondaine française (Figaro, Gil Blas) et, du côté nord-américain, au croisement de la presse mondaine et du news magazine, d’une presse people qui nourrit l’intérêt des lecteurs·trices pour les vedettes artistiques, culturelles, littéraires, sportives et politiques. Au XXe siècle et plus particulièrement à partir de l’entre-deux-guerres, l’image photographique y est reine : elle s’accompagne de rubriques et de textes qui empruntent au potin ou au récit biographique, lorsqu’il ne s’agit pas de confidences et d’entretiens avec les stars. Fourmillant de scripts, de postures et de figures topiques (métaphores de la lumière et de l’ombre, analyse de la mystique du lien entre fans et vedettes, scénographie du true success), le journalisme du vedettariat mise désormais sur la porosité entre l’intime, le notoire et le spectaculaire, dans un rapport à la fois conflictuel et complémentaire avec les médias audiovisuels et radiophoniques. Aujourd’hui, on peut supposer que la presse écrite et, dans une mesure similaire mais dont les contours resteraient à étudier, les médias numériques (comme les tabloïds en ligne), offrent un relais et un espace de concrétisation du capital symbolique des vedettes d’Internet et des réseaux sociaux (influenceur·seuses, Youtubeur·euses), en permettant aux individus connus d’accéder à une autre communauté d’interprétation que garantirait la sphère, spécialisée ou généraliste, des médias journalistiques. En ce sens, et en tablant sur le large terrain d’enquête que constitue l’aire francophone nord-atlantique, le colloque entend inviter les chercheur·euses à raffiner notre compréhension des rapports qu’entretiennent la presse, la culture médiatique et la célébrité, depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

Continuer la lecture de Appel à communications : La fabrique journalistique des célébrités (Université de Toronto)

Parution : D’encre et de papier : une histoire du livre imprimé (O. Deloignon, J.-M. Chatelain, J.-Y. Mollier)

Olivier Deloignon, Jean-Marc Chatelain, Jean-Yves Mollier, D’encre et de papier : une histoire du livre imprimé, Actes Sud, 2021. 

1455. Gutenberg et Fust se consacrent activement à « l’œuvre des livres » (Werck der bucher). Sous la plume d’un tabellion mayençais, cette mention marque de façon moins anodine qu’il n’y paraît les prémices d’une révolution majeure. Attesté quelques décennies plus tôt en Corée, le procédé typographique vient en effet d’être éprouvé à Strasbourg et donne le jour à la prestigieuse Bible « à 42 lignes ». C’est l’acmé d’une période d’expérimentations qui a conduit des premières impressions xylographiques aux livres en lettres mobiles. Puis tout ne sera que perfectionnements mais aussi tentatives de contrôle de la diffusion des savoirs et des idées, et règlementations. Au fil de plus de cinq siècles, les tirages et les éditions auront été multipliés sans discontinuer, faisant et défaisant les fortunes intellectuelles ou littéraires, comme financières.
Mais que savons-nous de l’histoire de cet objet prodigieux, fruit de l’esprit et de la rencontre d’innombrables savoir-faire ? S’offrant pour la réflexion autant que pour la rêverie, il est jugé tantôt chef-d’œuvre tantôt bien quelconque, couvert d’éloges ou de critiques, il peut être contrôlé, censuré parfois ; s’acquérant à grands frais ou pour presque rien, il est quelquefois volé, souvent collectionné, classé… mais aussi pilonné.
C’est cette histoire longue et complexe que trois spécialistes nous relatent au prisme des connaissances les plus récentes, et d’une riche et inédite iconographie. Ils nous rappellent que, de l’aube de l’imprimerie jusqu’au XXIe siècle, le livre n’a cessé de révolutionner les pratiques d’écriture et de lecture, de bouleverser les langues et l’univers des images, qu’il marque matériellement et idéologiquement les sociétés, les imaginaires, les mémoires. Et ils restituent avec subtilité et vigueur le rôle majeur du livre imprimé en un temps où la publication numérique pourrait substituer sa culture propre au règne sans partage du livre imprimé sur l’accès et la diffusion de la pensée.

Ouvrage publié sous la direction d’Olivier Deloignon.

 

Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Les livres ont-ils un genre ? (XVIe-XXe siècles)

Revue Histoire et civilisation du livre

Échéance des propositions : 15 juillet 2021

Date prévue de parution : 2023 

Coordonné par Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université / EPHE), Sabine Juratic (CNRS/ IHMC)

Comité scientifique

Marie-Cécile Bouju (Univ. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Jean-Charles Geslot (Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Rémi Jimenes (Univ. Tours), Annette Keilhauer (Friedrich-Alexander Univ. Erlangen-Nürenberg), Edwige Keller-Rahbé (Univ. Lumière – Lyon 2), Sylvain Lesage (Univ. Lille).

Argumentaire 

Depuis la fin des années 1990, une bibliographie croissante s’est intéressée aux relations entretenues par les femmes avec les livres et, plus largement, avec le monde de l’imprimé en Occident. Les travaux ont mis en évidence la participation des femmes à la production et au commerce des livres, des ateliers d’Ancien Régime (Jimenes 2017) au développement des éditions féministes dans les années 1970 (Pavard 2005, Mazzone 2007), jusqu’à la place occupée par les « petites » maisons d’édition fondées par des femmes dans un champ éditorial, celui de la fin des années 1990, globalement guetté par une « révolution conservatrice » (Bourdieu 1999). Au cœur de nombreuses recherches, les lectrices ont été saisies à la fois comme construction normative (la lectrice idéale) et comme réalité sociale (von Tippelskirch 2011, Matamoros 2017). Les travaux ont éclairé les contraintes matérielles, sociales et culturelles qui s’exerçaient sur la lecture féminine, autant que la capacité des lectrices à s’en accommoder, à les contourner ou à les renverser à leur profit (Brouard-Arends 2003). Enfin, la place des femmes dans le champ littéraire, leur accès longtemps mesuré et contraint à la publication, le façonnement de figures d’autrices ont été questionnés dans la longue durée (Reid 2020).

Récemment, plusieurs travaux ont proposé une perspective plus englobante, embrassant l’ensemble du circuit du livre, dans la France (Broomhall 2002), l’Angleterre (Smith 2012) ou l’Italie (Richardson 2020) des xvie et xviie siècles : les femmes y sont saisies à leur table de travail, à écrire, traduire, préfacer, copier, préparer les textes pour la presse, dans l’atelier, la rue et les corporations de métier, dans leurs interactions avec les auteurs, les imprimeurs et les patrons, dans leur confrontation, plume à la main, avec le texte lu, offert, prêté ou échangé.

Il n’est plus contestable qu’observer les femmes à l’œuvre ou même, comme le suggère Brian Richardson, de regarder « how activities related to books looked through the eyes of the women », permet d’ouvrir des perspectives latérales, de produire un autre regard sur des réalités consolidées par l’historiographie, d’interroger différemment les manières de lire, les formes de l’auctorialité, le genre des inky fingers, les paratextes (Keller-Rahbé et Clément 2017), en bref d’examiner autrement l’ordre des livres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Parution : Lire en numérique (Biens symboliques n°7)

Biens symboliques – Revue de sciences sociales sur les arts, la culture et les idées, n°7, “Lire en numérique”, sous la direction de Cécile Rabot, OpenEdition, 2021. 

Les écrits sur le numérique et ses effets sur la culture sont nombreux, mais insuffisants pour qui veut tenter de comprendre ce que le numérique fait à la lecture littéraire ordinaire. De nombreux discours, optimistes ou inquiets, pointent les possibles ouverts par les nouveaux supports ou les menaces qu’ils font apparaître. Les neurosciences semblent pouvoir conforter les deux positions, selon l’interprétation qu’elles font de leurs données ; elles n’offrent souvent qu’une compréhension limitée en n’intégrant guère les variations sociales des usages et en replaçant peu les usages dans une pratique et dans un contexte. Les sciences de l’information et de la communication se concentrent plus largement sur les dispositifs, les usages et usager·ère·s qu’ils supposent ou favorisent, que sur leurs appropriations réelles. Les statistiques publiques mesurent des usages sans pouvoir en rendre compte.
Ce dossier de Biens symboliques entend réinscrire la lecture dans les perspectives offertes à la fois par l’histoire du livre et par les sciences sociales. Pour sortir de débats largement idéologiques qui opposent les anciens et les modernes, il se propose de réunir des enquêtes empiriques qui à la fois distinguent les supports et sont attentives aux variations sociales entre les usages.
Le dossier s’ouvre par un entretien avec Roger Chartier qui situe la lecture numérique dans le temps long de l’histoire de l’écrit et interroge la rupture que le numérique a opérée dans l’ordre des livres. Trois enquêtes sociologiques sur des pratiques de lecture ordinaire mettent ensuite cette interrogation à l’épreuve du terrain : qu’est-ce qui change dans le passage de l’imprimé aux écrans pour les lecteur·rice·s socialisé·e·s dans l’ordre des livres qui deviennent des adeptes du support numérique, testent un dispositif de prêt de liseuses ou au contraire n’imaginent pas du tout transposés en numérique les profits qu’ils tirent du livre papier ? Le dossier explore enfin quelques usages propres permis par le numérique, de pratiques savantes ordinaires qui passent par l’usage de corpus numérisés à des pratiques de lecture/commentaire d’une production littéraire de bande dessinée nativement numérique. Si « métamorphose du lecteur » il y a, selon l’expression de Pierre Assouline, où se situe-t-elle ? Sans prétendre en préciser toutes les facettes, ce dossier vise à montrer l’intérêt de l’enquête empirique sur une question qui a fait couler beaucoup d’encre mais reste largement ouverte.

Continuer la lecture de Parution : Lire en numérique (Biens symboliques n°7)

Parution : Petite Histoire de la librairie française

Patricia Sorel, Petite Histoire de la librairie française, La fabrique, 2021, 248 p.

À quoi ressemblaient les ancêtres des boutiques familières que nous fréquentons aujourd’hui à la recherche d’un livre ou au hasard de leurs rayonnages ? Comment se sont diffusés L’Encyclopédie, Notre-Dame-de-Paris et la littérature surréaliste ? D’où viennent « l’office », le prix unique et les boîtes vertes des bouquinistes des bords de Seine ? Voilà le genre de questions auxquelles répond cette Petite histoire de la librairie française. On y suivra l’évolution du métier, depuis sa naissance à la fin du Moyen Âge, au gré des innovations techniques, des bouleversements sociaux et de la réglementation d’un commerce singulier qui a préoccupé les pouvoirs successifs. On y rencontrera des personnages emblématiques, telle Adrienne Monnier, figure de l’entre-deux-guerres. On verra enfin comment les libraires ont su à travers les siècles se maintenir dans le paysage en défendant leur indépendance et le savoir-faire qui les rendent si essentiels.

Patricia Sorel est maître de conférences HDR en histoire à l’université Paris-Nanterre et membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines). Dernier livre paru: Napoléon et le livre. La censure sous le Consulat et le Premier Empire (1799-1815).

Continuer la lecture de Parution : Petite Histoire de la librairie française

Journée d’études : Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle

Atelier de la SERD : “Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle”

Organisation : Delphine Gleizes et Axel Hohnsbein
Journée d’étude en ligne le 5 février 2021, de 9h30 à 15h30

Vitrines, étalages, photographies, tableaux, affiches, cartes de visites, cartes postales, livres, journaux, musées et spectacles, projections lumineuses, cinématographe, rayons X… Au fil du xixe siècle, textes et images peuplent de plus en plus d’espaces, bouleversant définitivement notre relation à la lecture. À la mobilité du corps du lecteur/promeneur répond une nécessaire mobilité interprétative, le texte et l’image entretenant désormais une relation compliquant singulièrement la tâche à qui veut distinguer les arts nobles des arts populaires.

La richesse iconographique des espaces urbains et textuels impose à ceux qui les organisent de maintenir et développer l’idée de seuil : les musées, les magasins (de pierre et de papier), les journaux, livres et revues, le métropolitain, les expositions, les passages, les cafés, les salles de spectacles, etc., conçoivent ou reconfigurent leurs seuils respectifs afin d’être instantanément identifiables aux yeux d’un lecteur/promeneur envisagé en tant qu’amateur d’images et acheteur potentiel.

Continuer la lecture de Journée d’études : Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle

Appel à propositions : “Éteignoirs” ou “lanternes” ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration

« Éteignoirs » ou « lanternes » ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration

Colloque CUSO – Université de Lausanne – 7 octobre 2021

Depuis une vingtaine d’années, littéraires et historiens « repensent la Restauration » et de nombreux travaux ont notamment questionné les divers supports médiatiques – livres, journaux, pamphlets, chansons, estampes – abondamment exploités par les contemporains pour forger l’opinion publique. Plusieurs études ont permis de préciser les cadres d’élaboration de ces supports autour du geste et de la matérialité éditoriale, de la production et de la diffusion des imprimés, tout comme de leur surveillance. Si certains de ces angles d’approche paraissent désormais mieux connus – pensons notamment aux travaux de Jean-Claude Caron, Ségolène Le Men, Jean-Yves Mollier, Emmanuel de Waresquiel, Raymond Trousson et François Bessire ou plus récemment Marie-Claire Boscq, Emmanuel Fureix, Sophie-Anne Leterrier et Olivier Tort – nous pouvons affirmer qu’ils sont loin d’être épuisés. Temps « des chevauchements » où cohabitent plusieurs générations – celles des Lumières, de la Révolution ou de l’Empire –, temps aussi des « intermédiaires », la Restauration offre un champ particulièrement stimulant pour questionner le rôle, l’action et la production des acteurs de la chaîne de l’imprimé en France.

Dans la foulée de la journée d’étude de la CUSO prévue le 30 octobre 2020, il s’agit de reporter le débat sur le lien entre matérialité des oeuvres et histoire des idées à l’époque de la Restauration. Cette période marque un moment charnière dans l’histoire de la diffusion des textes et des idées : renouveau des techniques d’impression, développement de formats aisément reproductibles, diffusables à plus large échelle et augmentation du lectorat accompagnent les bouleversements politiques des années post-révolutionnaires. On assiste bien à une redéfinition du rôle de l’objet imprimé dans l’espace public. Reste à étudier les tenants et les aboutissants de l’action jouée par les différentes instances de production, de réception et de contrôle. Continuer la lecture de Appel à propositions : “Éteignoirs” ou “lanternes” ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration