Archives par mot-clé : imaginaires

Colloque : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

Colloque International en ligne : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

20 et 21 Avril 2021 

Université de Toulon – Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC), Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI), Laboratoire BABEL

organisé par Ugo ROUX, Laurent COLLET, Anne GAGNEBIEN et Alessandro LEIDUAN 

Voir l’appel à contributions 

Télécharger le programme

Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

« Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires »

Strenae, n°21

Échéance des propositions : 1er septembre 2021

 Dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier

Le récent décès du dessinateur André Chéret (5 mars 2020), créateur avec le scénariste Roger Lécureux du célèbre héros préhistorique de la bande dessinée Rahan, plonge dans une certaine nostalgie les très nombreux‧euses quadra et quinquagénaires abreuvé‧e‧s par la lecture, durant leurs jeunes années, de cette série culte (plus de 200 épisodes) de Pif Gadget, magazine de bandes dessinées fortement ancré dans le monde ouvrier.

Issu d’un organe clandestin de jeunes résistants communistes né en 1942 (Medioni 2012), Pif Gadget est la quatrième dénomination d’une revue appelée préalablement Le Jeune Patriote, Vaillant et Le Journal de Pif. Au tournant des années 1950-1960, le journal, en perte de vitesse (passage sous la barre des 100 000 exemplaires), est contraint de modifier sa ligne éditoriale première. Une nouvelle direction est nommée et de nouvelles stratégies commerciales voient le jour permettant ainsi au journal d’atteindre un succès record. En 1980, Pif Gadget rivalise avec ses concurrents Le Journal de Mickey et Picsou magazine en tirant tous les trois au-dessus des 300 000 exemplaires. À cette même période, Spirou passe sous la barre des 80 000, Pilote sous les 60 000 et Tintin sous les 50 000 (Lesage 2018 : 309). Les Pif Gadget n°60 (1970), n°137 (1971) et n°443 (1977) sont tirés à un million d’exemplaires.

Ce magazine d’obédience communiste se révèle être un médium d’envergure. Il invite à questionner son impact, notamment sur les jeunes, au cours de la fin du XXe siècle. À n’en point douter, cette publication « est, par la variété des évolutions ou ruptures idéologiques qu’elle propose, un intéressant objet d’étude » (Bruno 2008 : 127). La longévité de Pif Gadget et son lien avec le PCF interrogent évidemment quant à la bolchévisation éventuelle des jeunes d’une génération très hétéroclite (Bantigny & Jablonka 2009 ; Lahire 2019). Cependant, cette « politisation ouvrière » et communiste (Pudal 2000) via Pif Gadget est-elle aussi durable et puissante qu’on pourrait le penser ? Résiste-t-elle à l’uniformisation des imaginaires par la culture de masse (Rioux & Sirinelli 2002) ? La lecture de Pif Gadget est-elle vraiment une pratique culturelle de classe (Coulangeon 2005) destinée aux enfants les moins favorisés dans un contexte de « dissolution de la subculture ouvrière » (Vigna 2012 : 323) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

Appel à communications : Les enfants mis en cases

Appel à communications : « Les enfants mis en cases »

Poitiers 21 octobre 2021 – Angoulême 11 mars 2022

La presse satirique, en particulier L’Assiette au Beurre avait consacré plusieurs numéros au « scandale » de Mettray, notamment en 1909, conçu comme un reportage visuel qui a marqué durablement les imaginaires sociaux de plusieurs générations. 

Très tôt, la bande dessinée s’est saisie de l’enfermement. Dans les années 1930, de chaque côté de l’Atlantique, des cellules, des prisons de fortune, des cages aussi enferment les héros que suit le public juvénile. Mais les maisons de corrections, colonies agricoles et pénitentiaires et autres établissements pour mineurs ont fait une entrée souvent discrète dans l’univers de la bande dessinée. Dans La profession du père, l’armoire de l’appartement est appelée « Maison de correction » ; dans Le fils de l’officier, il s’agit cette fois non pas d’un meuble mais d’un véritable « bagne pour enfants ». Dans un autre album, Le Bagne de la honte, Joachim, un enfant de 11 ans, se retrouve, en 1855, dans un centre pénitentiaire pour enfants.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les enfants mis en cases

Parution : Dossier thématique : Jeux, sports et espaces

Jeux, sports et espace, Mundus Fabula – La fabrique des mondes

Dossier sous la direction de Sébastien Haissat et Audrey Tuaillon Demésy.

Ce dossier présente les actes de la 2e édition des ateliers-séminaires « Loisirs et imaginaires ». Pensés comme des temps de travail et d’échanges entre les chercheurs présents, ces ateliers se déroulent dans le cadre de l’ANR Aiôn (https://aion-project.org), en partenariat avec le laboratoire C3S (EA 4660) (https://laboratoire-c3s.fr).

Dans la continuité de la première édition qui visait à saisir les façons dont la notion d’imaginaire peut être appréhendée en sciences sociales (https://mf.hypotheses.org/948), en 2019, le thème retenu était « Jeux, sports et imaginaires ». Il s’agissait alors de questionner la manière dont les espaces ludiques interrogent les imaginaires. Trois articles et une introduction composent ce dossier, permettant d’éclairer la pluralité des espaces ludiques étudiés, entre jeux vidéos et jeux sportifs. Continuer la lecture de Parution : Dossier thématique : Jeux, sports et espaces

Parution : Combat Death in Contemporary American Culture: Popular Conceptions of War since WWII

Agnieszka Soltysik Monnet, Combat Death in Contemporary American Culture: Popular Conceptions of War since WWII, Lanham, Lexington Books, 2020.

Combat Death in Contemporary American Culture: Popular Cultural Conceptions of War since World War II explores how war has been portrayed in the United States since World War II, with a particular focus on an emotionally charged but rarely scrutinized topic: combat death. Agnieszka Soltysik Monnet argues that most stories about war use three main building blocks: melodrama, adventure, and horror. Monnet examines how melodrama and adventure have helped make war seem acceptable to the American public by portraying combat death as a meaningful sacrifice and by making military killing look necessary and often even pleasurable. Horror no longer serves its traditional purpose of making the bloody realities of war repulsive, but has instead been repurposed in recent years to intensify the positivity of melodrama and adventure. Thus this book offers a fascinating diagnosis of how war stories perform ideological and emotional work and why they have such a powerful grip on the American imagination.

Agnieszka Soltysik Monnet is professor of American literature and culture at the University of Lausanne in Switzerland.

Parution : Res Futurae, 16, « Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction »

Res Futurae, 16, 2020, Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction

sous la direction de Jean Nimis et Yves Iehl

Sommaire

Yves Iehl et Jean Nimis : Terres agglutinées, fragments de mondes possibles : les récits brefs de science-fiction [Texte intégral]

Yves Iehl : Les Novelettes astrales (1912) ou l’utopie subversive de Paul Scheerbart [Texte intégral]

Raphaëlle Costa de Beauregard : Aelita (Iakov Protazanov, 1924) : la science-fiction à l’écran en question [Texte intégral]

Jean Nimis : Lemmings : le récit de science-fiction et le « vice de forme »  [Texte intégral]

Sylvia Chassaing : Robots poètes chez Stanisław Lem : réflexions sur la nécessaire étrangeté de la langue littéraire en contexte soviétique [Texte intégral]

Dominique Kunz Westerhoff : Toi, cyborg ? L’hybridation prothétique dans la nouvelle de science-fiction [Texte intégral]

Michèle Soriano : « Monstreuses » : biotechnologies, figures et fictions féministes dans le récit bref de science-fiction [Texte intégral]

Simon Bréan : L’altérité au prisme de la polytextualité : les artefacts science-fictionnels de Points chauds (Laurent Genefort) [Texte intégral]

En direct de Science Fiction Studies

Connor Pitetti : Les usages de la fin du monde : L’apocalypse et la post-apocalypse en tant que modes narratifs [Texte intégral]

En direct de Foundation

Paul Graham Raven : Rhétorique de la futurité : scénarios, design fiction, prototypes et autres modalités évaporées de la science-fiction [Texte intégral]

Comptes rendus

Irène Langlet : Répertoires visuels, matrices narratives : spéculations astronomiques et science-fiction  [Texte intégral]

Yannick Rumpala : Quelques précisions et remarques à propos du compte rendu « Science-fiction et fin du monde » [Texte intégral]

Parution : Agatha Christie. Le droit apprivoisé

Nicolas Bareït, Agatha Christie. Le droit apprivoisé, Paris, Classiques Garnier, « Esprit des Lois, Esprit des Lettres » n°12, 2020.

L’œuvre d’Agatha Christie peut donner lieu à une lecture juridique, car l’auteur y déploie une véritable poétique du droit. Le procès, le couple et la mort sont les trois motifs à la fois littéraires et juridiques qui participent à la structuration de son imaginaire et lui confèrent sa singularité. Continuer la lecture de Parution : Agatha Christie. Le droit apprivoisé

Parution : San-Antonio International – Circulation et imaginaire d’une série policière française

Loïc Artiaga, Dominique Jeannerod (dir.), San-Antonio International – Circulation et imaginaire d’une série policière française, Presses Universitaires de Limoges, « Médiatextes », 2020. 

San-Antonio, parangon supposé d’ une littérature policière dérivative et franco-centrée, est-il compréhensible, voire apte à intéresser hors de France ? Depuis les années 1950, la série des aventures du «beau Commissaire» a pourtant articulé nombre de problématiques liées aux relations internationales et à la mondialisation des échanges. Elle a aussi été largement traduite à travers l’ Europe, en Amérique et en Asie.

C’ est cette histoire mondiale méconnue de l’ œuvre inventée par Frédéric Dard que le présent ouvrage invite à découvrir. On y interrogera les représentations de l’ autre et de soi, celles des diverses communautés, nationales, linguistiques ou imaginaires. On apercevra les contours d’ un continent aujourd’ hui à peu près perdu, celui des millions de livres et de plusieurs centaines de titres, pour beaucoup illisibles et introuvables, qui matérialisent l’ expansion de l’ univers de San-Antonio en langues étrangères. On y appréciera l’ art déployé par les traducteurs pour acclimater dans leurs cultures la langue et l’ esprit réputés intraduisibles de San-Antonio, ainsi que la manière dont il a été présenté et lu à travers le monde.

Au-delà du paradoxe d’une série mondialisée à son corps défendant, qui exporte des représentations de l’ étranger souvent chauvines, offrant un miroir peu flatteur aux lecteurs internationaux auxquels elle se voit proposée, ce livre envisage aussi la question de l’ internationalisation de San-Antonio sous deux angles. D’ une part comme produit de la culture de masse hexagonale, machine sans pilote à la conquête d’univers éditoriaux inconnus, au risque de l’ accident industriel. D’ autre part dans la perspective d’ une histoire de la francophonie et de de la francophilie. L’ examen du rôle des lecteurs et des traducteurs, dans leur fonction de prescripteurs et de passeurs culturels, renverse ici les perspectives habituelles de l’ histoire et de la critique littéraire. San-Antonio International permet de réévaluer les échanges internationaux dans le domaine de l’ édition comme dans les marges de la promotion officielle des œuvres. Se dessine ici l’  histoire populaire d’ une œuvre populaire, vestige d’ une mondialisation culturelle à la française. Continuer la lecture de Parution : San-Antonio International – Circulation et imaginaire d’une série policière française

Parution : Les métamorphoses de la grandeur. Imaginaire social et célébrité au Québec

Alex Gagnon, Les métamorphoses de la grandeur. Imaginaire social et célébrité au Québec (de Louis Cyr à Dédé Fortin), Presses de l’Université de Montréal, coll. Socius, 2020. 

En mai 2000, à Montréal, le chanteur André « Dédé » Fortin s’enlève la vie et laisse dans le deuil une collectivité affligée. Un an plus tard, le commandant Robert Piché fait atterrir aux Açores un avion en panne, arrachant à une mort certaine quelques centaines de passagers. À l’été 2005, la criminelle Karla Homolka sort de prison et plonge dans la peur la région montréalaise. Au même moment, une biographie de Louis Cyr ravive la gloire du célèbre athlète du XIXe siècle.

Le « génie », le « héros », le « monstre » et le « champion » : ce livre retrace l’histoire de ces quatre figures de la grandeur dans l’imaginaire social québécois des dernières décennies. Leur vie dans l’espace public de notre société met en jeu des systèmes complexes de pratiques et de représentations collectives ; ce n’est pas l’affaire du biographe, mais celle de l’histoire culturelle, des études littéraires et des sciences sociales.

Aussi loin de la glorification que de la dénonciation, cet ouvrage cherche à restituer, pour les comprendre, les logiques collectives qui gouvernent, dans la société contemporaine et dans la québécoise en particulier, les mécanismes d’élaboration de la célébrité et de la grandeur. Rédigé dans une prose à la fois vivante et savante, il contribue à éclairer, plus largement, les dynamiques constitutives de l’imaginaire et de son histoire, l’étude des figures autour desquelles se rassemble une collectivité donnant au chercheur un accès intime à ce qu’elle pense, éprouve et sent, bref à tout ce qui fait et refait, à chaque moment de son existence, la vie d’une société et d’une culture. Continuer la lecture de Parution : Les métamorphoses de la grandeur. Imaginaire social et célébrité au Québec

Appel à propositions : L’imaginaire du Nord dans les arts

Journée d’études : L’imaginaire du Nord dans les arts 

Maison des Sciences de l’Homme – CHEC (Centre d’Histoire « Espaces et Cultures »), Université Clermont Auvergne (UCA), Clermont-Ferrand

11 juin 2021

Dans un contexte globalisé, une approche géographique des arts tend à mettre en valeur des particularismes locaux conçus comme des îlots d’authenticités dans un océan standardisé (Crang, 1998). Or, cette quête d’une culture autochtone authentique peut s’avérer contre-productive et impliquer des formes de réinvention nostalgique relevant d’une psychogéographie (Coverley, 2006). Cette observation s’applique éloquemment au cas de la zone nordique (Scandinavie, Islande, Groenland, Canada, Alaska, Russie…), qui est abordée dans les arts, les légendes et la littérature depuis l’Antiquité selon deux axes antithétiques : soit par une approche utopique, les communautés peuplant ces territoires étant considérés comme des modèles de vertu en symbiose avec une nature laissée à l’abri de l’exploitation ; soit suivant une conception qui place des communautés septentrionales laissées à l’écart des progrès techniques dans un environnement menaçant où règnent la mort et la désolation (Davidson, 2005). Cet imaginaire plaqué sur une zone géographique et les habitants qui la peuplent peut s’inspirer de faits, notions et symboles liés à l’identité, la culture ou le paysage et se place sur le point de jonction entre l’objectif et le subjectif, le factuel et le fictif, le réel et le représentationnel. Cette activité de création de représentation est même si intense concernant la zone arctique qu’elle s’est parée au début des années 2010 d’un terme nouveau destiné à la caractériser : le boréalisme (Schram, 2011). Continuer la lecture de Appel à propositions : L’imaginaire du Nord dans les arts