Archives par mot-clé : imaginaires

Appel à contributions : “Rétrotopies”, Pagaille, revue de littératures et médias comparés

Appel à publications pour le troisième numéro de la revue Pagaille, revue de littératures et médias comparés : “Rétrotopies”

Échéance des propositions : 15 mars 2023

En 2017, l’essai Retrotopia de Zygmunt Baumann, publié de manière posthume, interroge le rapport qu’entretiennent les sociétés occidentales avec le passé. Selon le sociologue, ces dernières se caractériseraient par une perte de foi en l’avenir, « devenu le réceptacle même de tous les cauchemars » (BAUMANN, 2017). Elles seraient ainsi animées par un mouvement de nostalgie envers un passé fantasmé, censé garantir la stabilité en réconciliant sécurité et liberté. Cet élan que Baumann définit comme une rétrotopie est qualifié de réactionnaire, tendant à fermer les imaginaires, à entraîner des régressions politiques, sociales, à construire des communautarismes. Dans une perspective différente mais complémentaire, la réflexion de François Hartog sur le présentisme posait un constat similaire sur nos sociétés contemporaines, devenues incapables de se projeter dans un futur trop anxiogène, bloquées à « un moment d’arrêt, de stase » (HARTOG, 2003), enfermées dans une crise du rapport au temps.

Ce troisième numéro de Pagaille propose ainsi de réfléchir à la manière dont la fiction s’est souvent nourrie de cet élan rétrotopique pour construire des univers parallèles, des mondes possibles, des « utopies régressives » (MURVAI, 2018), caractérisés par un même mouvement de retour vers un passé idéalisé, contrepoint salutaire à un présent décevant ou projection réflexive permettant de dialoguer avec le monde contemporain, de l’enrichir, de rêver à ce qu’il aurait pu être. Ce phénomène est-il bien une « constante de l’esprit humain confronté au temps » comme l’affirment Bénédicte Brémard et Marc Rolland dans De l’âge d’or aux regrets, ou est-il un trait particulièrement saillant de nos sociétés actuelles emmurées dans une crise de l’imaginaire?

La réflexion proposée invite à travailler à la fois sur des œuvres rétrotopiques, sur des œuvres questionnant le phénomène de la rétrotopie, mais aussi à développer une lecture rétrotopique d’œuvres qui ne le sont pas. Continuer la lecture de Appel à contributions : “Rétrotopies”, Pagaille, revue de littératures et médias comparés

Appel à contributions : Créer, résister et faire soi-même : le do it yourself (DIY) et ses imaginaires

Journée d’études : Créer, résister et faire soi-même : le do it yourself (DIY) et ses imaginaires

Mardi 4 juillet 2023, UFR STAPS, Université de Franche-Comté, Besançon

Échéance des propositions : 20 février 2023

Cette journée d’étude est en partenariat entre l’ANR Aiôn et le laboratoire Idea (Nancy). Elle fait suite à un cycle de séminaires éponymes qui se sont déroulés en 2022. Elle vise plus précisément à questionner les imaginaires associés au « faire soi-même » à différents niveaux, afin d’approcher la problématique des tensions entre création et résistance. Elle se situe dans une perspective pluridisplinaire. 

Cet appel à communications vient conclure un cycle de séminaires éponymes qui se sont déroulés entre Besançon et Nancy au cours de l’année 2022. Les contributions et les échanges qui ont émergé au cours de ces rencontres ont fait ressortir différentes pistes de réflexion autour des usages du « faire soi-même », pistes que nous souhaitons prolonger à travers cette journée d’étude. Ce projet fait partie du programme de recherche Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs) et est élaboré conjointement avec le laboratoire IDEA (Université de Lorraine). L’expression Do it yourself désigne une attitude qui consiste à préférer le « faire par soi-même » plutôt qu’à consommer (cultiver son jardin, construire sa maison, fabriquer ses vêtements, etc.). Une réappropriation de techniques de fabrication ou de création oubliées, remplacées par l’organisation capitaliste, constitue ainsi un moyen de lutter contre le modèle consumériste en place (Duncombe, 2008). Dans une dynamique collective, il accompagne la structuration de véritables « communautés de pratique » (Wenger, 2005) qui en font l’étendard d’un style de vie (Hebdige, 2008 [1979]). Ces dernières tendent à se l’approprier dans une perspective radicale afin de l’ériger comme une « critique en acte de la marchandisation » (Grün, 2022). En ce sens, de nombreux travaux portant sur le Do it yourself (DIY) se situent aux confins des contre-cultures musicales, en particulier du mouvement punk1 (Dale, 2016 ; Robène et Serre, 2016) qui a érigé le DIY en un véritable « modus operandi » (Hein, 2012 : 15). Dans son étude sur les fanzines DIY punk, Anna Zaytseva (2018) l’appréhende sous le prisme d’une éthique libertaire d’autogestion. Dans la fabrication des fanzines, le DIY permet de repenser la division du travail productif et l’on observe ainsi une absence de division du travail « traditionnelle » (conception/production/distribution) au profit d’une organisation horizontale et non-hiérarchique. Le DIY semble conduire en permanence ceux et celles qui le pratiquent aux frontières d’un système institué, normalisé et il s’exprime dans des marges qu’il contribue à façonner et à structurer ; il produit une culture liminale. Le domaine des arts tend également à constituer un espace d’expression privilégié du DIY puisque certains courants artistiques partagent une posture critique dont les formes d’expression peuvent être plurielles. Faire soi-même, ou nous-mêmes, amène à naviguer entre une structuration plutôt flottante (la débrouille, le système D) et une structuration plus radicale, qui se définit par opposition à un système dominant. Le DIY apparaît ainsi comme un mode de fonctionnement, plus ou moins délimité par des valeurs et des normes, partagées par des individus souhaitant rejoindre un style de vie autre que celui proposé par les sphères capitalistes ou bien s’inscrivant dans ce qu’Étienne Wenger appelle un « répertoire partagé » par les membres d’une communauté (Wenger, 2005).

Tout à la fois mouvement, philosophie et pratiques, le DIY constitue autant une solution concrète à une situation donnée (manque de moyens, notamment) qu’une réponse apportée à différentes formes d’institutionnalisation, de normalisation et de régulation. Au cours de plusieurs séminaires thématiques portant sur cette question du « faire soi-même », nous avons souhaité étudier plus précisément la postérité du DIY et, en particulier, les imaginaires afférents que produisent et révèlent ses manifestations toujours renouvelées. La première séance du séminaire avait pour thématique l’usage du DIY dans les recherches universitaires, notamment dans une perspective méthodologique. À cet égard, il s’agissait de questionner la manière dont la recherche peut se positionner sur le terrain et auprès des acteurs rencontrés, sous l’angle du Do it together (DIT) et du Do it ourselves (DIO) et des recherches participatives et/ou créatives (Donaghey, 2022). Le second séminaire, pour sa part, a mis en dialogue le DIY et les mécanismes de résistance. Si l’accent, pour cette séance, a davantage été porté sur la dimension musicale – les scènes punks mobilisant le DIY comme outil de résistance face à la dimension mercantile des sociétés capitalistes –, d’autres pratiques pourraient également être étudiées par ce prisme de la résistance, à l’instar de l’usage de l’éthique du « faire soi-même » dans les sports alternatifs et/ou émergents, tels que le quidditch ou le roller derby (Riffaud, 2018 ; Tuaillon Demésy, 2021 ; Soulé et Walk, 2007). Le troisième séminaire conduisant au présent appel à communications était consacré aux usages créatifs du DIY, à la manière dont celui-ci favorise le l’apparition de nouvelles pratiques, que celles-ci soient artistiques, culturelles, sportives, littéraires, etc. Cette troisième séance a souligné comment la pratique collective, notamment par le biais du DIT, permet de dynamiser différentes formes de création. Les contributions et les échanges de ces trois séminaires, ainsi que diverses recherches menées en parallèle (Messey et Tuaillon Demésy, 2023) ont fait émerger le fait que le DIY pouvait être appréhendé comme un outil, pratique et réflexif, permettant de s’extirper d’un système dominant ou bien d’y créer des brèches afin de proposer d’« autres choses ». Qu’il vise à créer et/ou à résister, qu’il soit imposé ou choisi, revendiqué ou subi (Le Roulley, 2016), il peut être mobilisé par une pluralité d’acteurs, aussi bien dans le champ contre-culturel ou subculturel que dans le cadre de pratiques davantage mainstream. Nous proposons, à travers cet appel d’approfondir, ces différentes réflexions. Si les pistes à explorer sur la question des imaginaires associés au « faire soi-même » sont plurielles, elles nous semblent partager la problématique des tensions entre création et résistance. Nous suggérons donc plusieurs axes pour aborder le DIY selon cette approche. Ces derniers ne sont ni hermétiques ni contraignants, et nous encourageons les croisements thématiques ainsi que les propositions marginales.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Créer, résister et faire soi-même : le do it yourself (DIY) et ses imaginaires

Parution : Res Futurae n°20, “Théorie(s) de la science-fiction”

Res Futurae n°20, “Théorie(s) de la science-fiction“, dir. Irène Langlet, 2022.

La grande affaire de la théorie de la science-fiction a longtemps été de la définir. Après le tournant des études culturelles, quelle pensée de la SF comme ensemble de pratiques peut-on promouvoir? Dix ans après le lancement de Res Futurae, ce numéro s’arrête sur les théorie(s) et les éléments de la science-fiction.

Comité de rédaction de Res Futurae : Éditorial n°20 [Texte intégral]

  • Théorie(s) de la science-fiction, sous la direction d’Irène Langlet

Irène Langlet, Pour une French (Science Fiction) Theory [Texte intégral]

 

Aurélie Huz, Démêlés avec le novum : démontages et remontages de la notion dans une perspective culturelle intermédiatique [Texte intégral]

Bastien Descombes, De l’avantage (ou non) de définir la science-fiction (comme expérience de pensée) [Texte intégral]

Margot Châtelet, Les univers partagés de science-fiction : pour une transauctorialité [Texte intégral]

Emmanuelle Lescouet, Gestes de lecture numérique et lecture immersive de science-fiction [Texte intégral]

Matthieu Letourneux, Le genre comme fait de discours : pour une définition molle de la science-fiction[Texte intégral]

Simon Bréan, Pour un usage externe des théories de la science-fiction [Texte intégral]

  • En direct de Science Fiction Studies

Simon Spiegel, Le monde en plus étrange : à propos du concept d’« estrangement » en théorie de la science-fiction  [Texte intégral]

Istvan Csicsery-Ronay (Jr.), Science-Fiction et Empire [Texte intégral]

  • Comptes rendus

Irène Langlet, Les Compagnons de la théorie (de la science-fiction) [Texte intégral]

Parution : Les Peurs de la Belle époque. Crimes, attentats, catastrophes et autres périls (A.-D. Houte)

Arnaud-Dominique Houte, Les Peurs de la Belle époque. Crimes, attentats, catastrophes et autres périls, Paris, Tallandier, 2022.

Paris, 1889 : la tour Eiffel éclaire la Ville Lumière. La Belle Époque qui s’annonce est faite de progrès technique, de prospérité économique, de démocratie politique et de grandeur diplomatique. Mais rien n’est si simple : la modernité éveille aussi les peurs, qui se nourrissent des menaces de guerre, des tensions sociales, des divisions partisanes, d’une sensibilité croissante aux violences et aux drames. Loin d’être cachées ou refoulées, ces craintes sont au coeur de l’imaginaire des hommes et des femmes de 1900 : les meurtres, les mauvais coups des « apaches », les accidents spectaculaires, les épidémies, les attentats anarchistes, les manifestations réprimées dans le sang et les menaces plus ou moins fantasmées s’épanouissent dans la presse, les feuilletons et même le cinéma naissant.

Arnaud-Dominique Houte étudie, de l’Exposition universelle de 1889 à la mobilisation générale de l’été 1914, les préoccupations de la société française. Ses chapitres sont autant d’éclats dans lesquels se décrypte l’imaginaire de la Belle Époque ; leur combinaison constitue une formidable traversée de la France de 1900.

Arnaud-Dominique Houte est professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne-Université, spécialiste des questions de sécurité et de la Troisième République. Il est notamment l’auteur de Propriété défendue : La société française à l’épreuve du vol (2021), prix du Sénat du livre d’histoire.

 

Parution : Les littératures de l’imaginaire (Anne Besson)

Anne Besson, Les littératures de l’imaginaire, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. “L’Opportune”, 2022.

Science-fiction, fantasy et fantastique sont plus que jamais au cœur des consommations culturelles contemporaines, de Star Wars à Game of Thrones en passant par Harry Potter. Ces « genres de l’imaginaire », qui s’étendent dans tous les médias, mais dont l’origine est littéraire, sont pourtant trop mal connus par les publics qui les plébiscitent, faute d’ouvrage de référence récent. Cette petite synthèse, par la spécialiste Anne Besson, vient combler ce manque, en présentant clairement les différences entre les trois grands genres, mais aussi leur proximité tout au long de leur histoire et jusqu’aux hybridations contemporaines.

SOMMAIRE

Introduction : le parti pris de l’imaginaire

1. Trois genres pour un domaine

2. Histoires parallèles

3. De constantes hybridations

4. Nouveaux mondes

Conclusion : nouveaux questionnements

Glossaire

Bibliographie

Appel à contributions : Entre science et magie : les savoirs dans les cultures de l’imaginaire (MSH Bretagne, Rennes)

Colloque jeune chercheurs·euses : Entre science et magie : les savoirs dans les cultures de l’imaginaire

1 au 3 mars 2023, Maison des Sciences et de l’Homme en Bretagne

Organisé par le laboratoire des imaginaires

Échéance des propositions : 13 Janvier 2023

“Knowledge is power”, Petyr Baelish (Game of Thrones)

Organisé par l’association du Laboratoire des Imaginaires, ce colloque est destiné en priorité aux jeunes chercheurs·euses, doctorants·es, masterants·es, ou étudiants·es en licence qui souhaitent consacrer une part de leurs recherches aux cultures de l’imaginaire.
Lorsque l’on pense à la science-fiction et à la fantasy, on en vient souvent à les opposer à travers deux de leurs éléments matriciels : la science et la magie. Pour autant, ces deux concepts, si évocateurs dans le cadre de cette comparaison, semblent irrémédiablement liés en ce qu’ils transfigurent un élément-clef de ces deux genres : le savoir. 

Tout comme la fantasy et la science-fiction ne sont pas si étrangères l’une envers l’autre, voire se mêlent de manière presque alchimique au sein d’oeuvres de science-fantasy, la science et la magie ne seraient qu’une même chose : une somme rationnelle de connaissances qu’il est possible de saisir et d’appréhender par l’observation, la méthode et l’expérience. Dès lors, on saisit bien que la distinction entre science et magie tient plus de la notion de perspective, et naît plutôt de l’opposition que l’on fait entre certains de leurs usages. Selon les trilogies de Star Wars et la découverte du concept de midichloriens, selon qu’on suive ou non des personnages de Jedis, on considérera la Force comme une magie mystérieuse, ou une dynamique physique qui sous-tend la galaxie. Dans la série des Elder Scrolls, les phénomènes magiques créés par les Aedra et Daedra sont ceux qui façonnent le monde, sa physique et ses limites : en comprendre le fonctionnement revient à développer une science. Au sein du double triptyque de La Tour de Garde (Claire Duvivier, Guillaume Chamanadjian), la Maison de la Recluse traque les jeunes enfants capables de modeler la glaise et la pierre avec leurs propres mains, une magie férocement gardée au service de l’ingénierie urbaine et du savoir architectural. Les écrivain·e·s elleux-mêmes notent cette miscibilité, tel Arthur C. Clarke : “Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie”. Quant aux praticien·ne·s de la science ou de la magie mis·es en scène dans ces différents univers fictionnels, iels vivent le plus souvent leur art comme une expérience rationnelle, et d’autant plus d’apprentissage – nombre de ces fictions restent des coming of age stories. 

Magie et science se révèlent ainsi être deux faisceaux du savoir, qui, selon la perspective choisie, conservent quelques traits communs : le savoir s’apprend, bien entendu, mais il peut être nécessaire de pratiquer, de s’entraîner pour l’obtenir (Avatar le dernier maître d’air), le tout en étant le plus souvent guidé par une ou des figures tutélaires (Harry Potter). On y trouve pourtant quelques différences dans l’appréhension du savoir : la science se caractérise plus volontiers par la volonté de compréhension et la méthode, quand la magie se trouve souvent définie par un désir de maîtrise. Mais cette distinction n’occulte pas la porosité entre les pratiques liées à l’un et à l’autre, le désir de gloire venant par exemple souvent motiver ces pratiques (des “savants fous” aux Mangemorts (Harry Potter)).

En retraçant les liens entre science et magie, ce sont ces différentes acceptions du savoir selon les cultures de l’imaginaire qu’on se propose d’explorer dans le cadre de ce colloque, afin de considérer quelles définitions et représentations en sont proposées au public. Il s’agirait aussi d’explorer la manière dont ces mêmes sciences et magies dépassent la frontière fictionnelle, en amenant ce savoir à s’infuser et à se transmettre dans les cadres de la réception et de la création.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Entre science et magie : les savoirs dans les cultures de l’imaginaire (MSH Bretagne, Rennes)

Appel à contributions : “Littératures de l’imaginaire et genres littéraires” (Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques)

Appel à contributions : “Littératures de l’imaginaire et genres littéraires”, Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques)

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

Dans sa préface à la traduction française de The Difference EngineLa Machine à différences – savoureuse uchronie née de l’imagination fertile de William Gibson et Bruce Sterling, l’érudit Gérard Klein déplorait que les universitaires, francophones surtout, aient fait le choix de se détourner des littératures de l’imaginaire, de la science-fiction, de la fantasy, du cyperbunk, du steampunk et des autres sous-genres, alors que tous puisent abondamment dans nombre d’œuvres classiques, de l’Histoire véritable de Lucien de Samosate aux romans futuristes de Herbert George Wells, via les canulars d’Edgar Allan Poe, L’Étrange cas du Dr. Jeckyll et de Mr. Hyde, les romans d’anticipation de JulesVerne… pour se restreindre délibérément à une liste des plus étroites.

Publiée sous l’égide des Éditions Traverse(s), la revue Imagin(r)s a pour finalité de publier des articles inédits dédiés aux littératures de l’imaginaire, appréhendées dans toutes les composantes de leur diversité, dans des numéros thématiques et des varia. Elle se veut lieu de rencontre entre chercheurs en littérature, en linguistique, en histoire, en anthropologie, en cinéma, en bande dessinée, etc. mais aussi entre romanciers, nouvellistes, illustrateurs, graphistes, dessinateurs afin de contribuer à mieux faire connaître les littératures de l’imaginaire.

Le premier numéro aura pour thème Littératures de l’imaginaire et genres littéraires. La date de remise des propositions, à adresser à revue.imaginrs@gmail.com  est fixée au 30 septembre 2022, pour une parution en juin 2023. Il s’agira de réunir des contributions explorant la genèse de ces littératures et leurs articulations par rapport aux genres littéraires canoniques, d’analyser comment se sont constitués les genres et sous-genres des littératures de l’imaginaire. Les propositions d’article devront comporter un titre, une présentation entre 850 et 1000 signes et quelques mots-clés. La revue ayant vocation à toucher un public international, les langues acceptées sont le français, l’anglais, l’italien et l’allemand.

La revue paraîtra dans un premier temps en version papier. Chaque auteur recevra un exemplaire à titre d’hommage. Chaque numéro sera vendu séparément et pourra être commandé en librairie – Distribution Hachette Livres. Continuer la lecture de Appel à contributions : “Littératures de l’imaginaire et genres littéraires” (Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques)

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes

Échéance des propositions : 25 juin 2022

17-18 novembre 2022, Université de Toulon
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Fascistes ou libertaires vont s’emparer de la notion d’Utopie, rêver à des mondes alternatifs, tenter d’imprimer sur le monde réel leur imaginaire, en dystopie, en paradigme.

Les portes de la perception ainsi entrouvertes par le poète et peintre anglais William Blake en 1790[4], réactualisées en 1954 par l’écrivain de Science-fiction Aldous Huxley[5], vont conduire les écrivains à réinventer le genre, autour d’une interpolarité temporelle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)

Aliénor Vauthey est assistante diplômée et doctorante en littérature française moderne à l’Université de Lausanne, en Suisse romande. Elle rédige une thèse intitulée « La fabrique des mondes : pratiques démiurgiques en littérature de fantasy française (XIXe) », sous la co-direction de Dominique Kunz Westerhoff (Université de Lausanne) et d’Anne Besson (Université d’Artois). Ses domaines de recherche sont la littérature de fantasy, les mondes imaginaires et les pratiques de world-building. 

Page personnelle

Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Séminaire doctoral Science-fiction, séance 2 : “Politiques de l’imaginaire“.

Vendredi 13 mai 2022, 10h-13h, Université Gustave Eiffel (Noisy-Champs).

Inscription : frederic.guignard@unil.ch  

La séance s’interrogera sur la possibilité ou l’impossibilité pour les littératures de l’imaginaire d’échapper au politique. Le choix de coordonnées spatio-temporelles implique un choix de référentiel idéologique qui force souvent à problématiser l’assentiment immédiat au « réel » (naturalisé libéral, dans les fictions qui nous intéressent). S’ils ont longtemps été réaffirmation de valeurs, « massage idéologique » (R. Bozzetto) pour la classe moyenne américaine, la science-fiction et les genres apparentés contiennent un potentiel révolutionnaire indéniable (sur les enjeux de genre, climatiques ou d’organisation économique). Il s’agira également de comprendre comment chaque sous-genre de l’imaginaire (SF, fantasy, utopies) configure spécifiquement son champ politique.

Organisateur : Frédéric Guignard
Médiatrice : Margot Châtelet

Intervenant·es :
– Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)
– Manon Berthier (UPEC)
– Frédéric Guignard (Université de Lausanne)

Répondante : Anne Besson, professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois

Continuer la lecture de Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)