Archives par mot-clé : imaginaires

Appel à communications : Le rôle de la littérature dans la réflexion sociale sur les catastrophes naturelles, de l’Antiquité à nos jours (en ligne)

Journée d’études “Le rôle de la littérature dans la réflexion sociale sur les catastrophes naturelles, de l’Antiquité à nos jours”

30 mai 2024

En ligne

Date d’échéance des propositions : mercredi 20 mars 2024

Organisée par le CELIS, sous la direction de Kim Lefebvre et d’Hélène Vial (Université Clermont Auvergne, CELIS)

Texte de l’appel

Cette journée d’études s’inscrit dans un projet scientifique porté conjointement par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS, UR 4280) et par le Centre International de Recherche « Catastrophes naturelles et développement durable »  (CIR-4) mis en place par le CAP 20-25 du label I-Site de l’Université Clermont Auvergne.

Le programme multidisciplinaire du CIR-4 vise à « étudier l’ensemble des facteurs de la chaîne des risques liés aux aléas naturels générateurs de catastrophes (éruptions volcaniques, séismes, tsunamis, orages, précipitations intenses, crues…), depuis l’aléa lui-même jusqu’à la prise en compte de ses dimensions humaines, sociales et économiques, afin d’en réduire les impacts et les conséquences ». Cette journée d’étude a pour objectif d’enrichir les recherches conduites par le CIR-4 sur les interactions complexes entre les aléas naturels et les sociétés avec une approche littéraire et, plus spécifiquement, sociopoétique. Celle-ci consiste à étudier l’influence des représentations sociales dans la création littéraire en ce qu’elles constituent un champ culturel servant d’avant-texte ; la compréhension des interactions entre les représentations sociales circulant dans l’imaginaire collectif et le processus d’écriture permet d’éclairer les œuvres et les réflexions et évolutions sociales qu’elles peuvent à leur tour susciter.

Continuer la lecture de Appel à communications : Le rôle de la littérature dans la réflexion sociale sur les catastrophes naturelles, de l’Antiquité à nos jours (en ligne)

PARUTION : LA NOUVELLE-AQUITAINE À L’ÉCRAN (Pierre Beylot et Diane Bracco)

Pierre Beylot et Diane Bracco (dir.), La Nouvelle-Aquitaine à l’écran. Tome I : Territoires et imaginaires fictionnels, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. “Cinéma(s)”, 2024. 
 
Parution du premier tome de La Nouvelle-Aquitaine à l’écran, consacré aux territoires et imaginaires fictionnels, coordonné par Pierre Beylot et Diane Bracco (PUB, coll. “Cinéma(s)”). Il s’agit des premiers ouvrages consacrés à l’image que le cinéma, les téléfilms et les séries donnent de la Nouvelle-Aquitaine des années 1960 à nos jours. Ils rassemblent les contributions de spécialistes de cinéma, de langues, de littérature et de géographie, ainsi que des témoignages de réalisateurs.
 
Quels liens se tissent entre un territoire et les films qui le représentent ? Des sentiers de l’île de Ré aux rivages de la côte basque ou aux territoires plus secrets de la forêt landaise ou de la Montagne limousine, la région Nouvelle-Aquitaine est de longue date une terre d’élection pour les tournages de cinéma et de télévision. Cet ouvrage explore la très grande cinégénie des paysages néo-aquitains et s’interroge sur les territoires qu’elle privilégie ou qu’elle laisse dans l’ombre. Elle envisage tour à tour le territoire comme terre d’accueil ou lieu refuge, aussi bien pour les victimes des vicissitudes de l’histoire contemporaine que pour les citadins en quête d’un havre de sérénité et de verdure, l’inscription dans ces territoires de genres tels que le polar ou le thriller, ou encore la réinvention d’un territoire par le truchement de la fiction et le statut des lieux – « ordinaires » ou « remarquables » – qu’elle représente. Des Combattants à Madre, des Petits Mouchoirs à La Promesse ou à Meurtres à, l’ouvrage analyse films d’auteur et grand public, téléfilms et séries tournés en Nouvelle-Aquitaine. Rassemblant les contributions d’une douzaine d’universitaires, il recueille également la parole de réalisateurs (Abel Moreno Pradas pour Fugir de l’oblit, Peter Dourountzis pour Vaurien) qui ont tourné dans la région et évoque la mission patrimoniale de la Cinémathèque de Nouvelle-Aquitaine.

Appel à contributions : Fictions et crises

Fictions et crises

Crises et sociétés

Échéance des propositions : 18 mars 2024

Date prévue de parution : avril-mai 2025

La revue Crises et Société a pour ambition d’interroger la notion de « crise » à travers ses différentes manifestations. Ce quatrième numéro tentera de le faire à la lumière des fictions.

« Je ne suis pas sûr que le public puisse supporter une autre saison en ce moment », a avoué le scénariste de la série Black Mirror Charlie Brooker, au moment de la crise sanitaire du Covid-19 en mai 2020. Le créateur de la série reconnaissait que sa fiction dystopique avait été dépassée par la crise protéiforme causée par la pandémie mondiale.

Nous pouvons comprendre la fiction comme « un produit de l’imagination qui n’a pas de modèle complet dans la réalité » (CNRTL). Elle renvoie principalement à une « construction imaginaire consciente ou inconsciente se constituant en vue de masquer ou enjoliver le réel ». Elle peut cependant comporter un aspect plus péjoratif comme « un mensonge, une dissimulation faite volontairement en vue de tromper autrui ». En outre, on lui connaît un aspect utilitariste, que ce soit en didactique où la fiction correspond à « une hypothèse dont on sait à l’avance si elle est juste ou fausse, qui permet l’élaboration d’un raisonnement », ou en droit avec la fiction juridique « fait sans aucune réalité, mais dont la loi suppose l’existence, pour constituer le fondement d’un droit ». L’usage de la fiction est le plus souvent volontaire, mais peut aussi être involontaire ou inconscient. Elle peut avoir de multiples supports : écrits, oraux, visuels, auditifs, ou relever seulement de l’en-soi. Si la fiction fait référence à l’imagination, la crise, quant à elle, renvoie à une réalité subjective marquée par des difficultés ou des changements soudains qui nécessitent des prises de décision. Les notions de fiction et de crise semblent a priori antinomiques. Cependant, ces termes sont classiquement et subtilement associés. En effet, la fiction peut apparaître comme remède à la crise, ou tout du moins, une échappatoire. De la même manière, la crise n’a pas vocation à durer. C’est alors que la fiction intervient pour proposer des alternatives, des solutions pour stabiliser une situation. Parfois, la fiction constitue un support dénonçant une crise politique, écologique, etc. Fiction et crise évoluent ainsi conjointement dans des sociétés toujours en mouvement. La fiction se construit en lien avec l’invention, l’irréel, en opposition avec la réalité, le factuel. Quel rôle peut-elle alors avoir dans un monde de crises ? Et quand la fiction aborde le factuel, quid de cette porosité ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fictions et crises

Appel à communications : Imaginaires culturels de la marge : déplacer et décentrer la théorie littéraire (Universidad Autónoma de Tlaxcala)

Congrès international « Imaginaires culturels de la marge : déplacer et décentrer la théorie littéraire »

6, 7 et 8 mai 2024

Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad Autónoma de Tlaxcala (Mexique) et en ligne par visioconférence

Échéance des propositions : 11 février 2024

Organisé par Julia Isabel EISSA OSORIO, Sofía MATEOS GÓMEZ, Nicolas PIEDADE, Bertrand WESTPHAL et Mingfei ZHA

Texte de l’appel

L’ordre mondialisé des sociétés contemporaines se caractérise par la circulation accélérée des produits culturels et des formes de représentation. Loin de mettre un terme aux processus de hiérarchisation, cette planétarisation accentue la portée du phénomène. La circulation à grande échelle connecte en effet des cultures hétérogènes (García Canclini, 1999) qui risquent d’être exposées à la tentation d’une uniformisation globale. 

Continuer la lecture de Appel à communications : Imaginaires culturels de la marge : déplacer et décentrer la théorie littéraire (Universidad Autónoma de Tlaxcala)

Chloé Chaudet (Université Clermont Auvergne)

MCF HDR Littérature générale et comparée, Université Clermont Auvergne

Domaines de recherche

  • Littérature générale et comparée (domaines linguistiques, par ordre de maîtrise : français et francophone, germanophone, anglophone, hispanophone, lusophone [italien lu])
  • Littérature et politique, XIXe-XXIe siècles (avec une ouverture aux arts visuels)
  • Littérature et mondialisation, en particulier à l’échelle atlantique
  • Articulations entre poétique, esthétique et étude des imaginaires sociaux
  • Dans ce contexte, recherches en cours sur (1.) les (re)configurations de l’engagement littéraire et artistique et (2.) les fictions et imaginaires du complot

CV et publications 

Parution : “Representing The Crusades from Medieval Imagination to Contemporary Popular Culture”

Sandra Gorgievski, Representing The Crusades from Medieval Imagination to Contemporary Popular Culture, Jefferson, McFarland, 2023. 

How are the Crusades portrayed in popular culture today? Have the medieval images of chivalric and military heroes survived the eras of Orientalism and decolonization?
The first of its kind, this comparative study examines representations of the Crusades in both European and Arab medieval texts and in 20th and 21st century transmedia recreations. It follows the cartography and illuminated manuscripts of the Middle Ages through modern, hybridized narratives in novels, film, comics and gaming. The shifting literary tastes, political agendas and cultural exchanges of audiences on both sides of the Mediterranean reflect their anxieties and ideals.

Table of contents

Acknowledgments v
Preface 1
Part I. Constructing Memory: Geographical Space and Images of Empires
1. Mapping the Other: Mappa Mundi, the Evolution of Maps and Charts in Medieval Arab and Western Geography 8
2. The Wonders of the East: Iconology in Eastern and Western Illuminated Manuscripts 24
3. Propaganda: Nostalgia for the Orient and Topoi of the Crusades in the Fourteenth and Fifteenth Centuries 61
4. Orientalism in the Nineteenth Century: A New Repertoire of Images 76
Part II. The Making of Heroes: Perceptions, Representations, Idealization, Propaganda, Mythmaking
5. Mirrored Chivalric Images of Saladin and Richard in Arab and Western Sources from Medieval Illuminations to Crusade Films and Illustration 80
6. The Rhetoric of Violence: From Medieval Hyperbole to Combat in Comic Books and Euphemized, Virtual Death in Gaming 121
7. Patrimonialism and the Cult of Crusading Heroes and Jihâd Militants in the Twentieth and ­Twenty-First Centuries 147
Part III. Reframing History: Time, History, and Uchronia
8. Literary Manipulation: The Crusades as ­Pre-Text in Novels 160
9. Redesigning the Orient: Syncretism in Western Illustration and Comic Series 181
10. Gaming, Multiculturalism, and Transmedia Narrative 204
Conclusion: The Reception of the Crusades Today 216
Chapter Notes 219
Bibliography 229
Index 249.

Parution : Vampirologie (A. Party)

Adrien Party, Vampirologie, s.l., Actu SF éditions, coll. “Les trois souhaits”, 2022. 

Les vampires hantent toujours aujourd’hui nos cauchemars. Depuis leurs débuts, ils ont essaimé dans la littérature, le cinéma, le théâtre, les séries, la BD, le jeu de rôle, la musique… aucun média n’a échappé à la fascination qu’ils exercent sur nous, pauvres mortels. Vampirologie est un ouvrage clef pour comprendre le phénomène, suivre sa trace à travers l’histoire et tous les angles sous lesquels ils ont été abordés dans les arts.

Rédigé par Adrien Party, grand spécialiste des vampires (il tient depuis vingt ans le site vampirisme.com), ce livre fait le point et s’interroge sur ce que les vampires disent de nous.

Extrait sur Actualitte.com

Appel à contributions : Le Moyen Âge fait-il vendre ? Colloque 2024 de l’Association “Modernités Médiévales” (Université d’Artois)

Colloque 2024 de l’Association « Modernités Médiévales », organisé par le laboratoire « Textes et Cultures » de l’Université d’Artois, Arras : Le Moyen Âge fait-il vendre ? 

Responsables : Anne Besson, Isabelle Olivier, Myriam White-Le Goff

Arras, 18-19 janvier 2024

Échéance des propositions :  4 septembre 2023

Contact :

modernitesmedievales@gmail.com , anne.besson@univ-artois.fr, myriam.white@univ-artois.fr ; isabelle.olivier@univ-artois.fr 

Un des indices remarquables du succès continu du Moyen Âge depuis le XIXe siècle – ce phénomène qu’on qualifie de « médiévalisme », qui fait fonds sur les représentations collectives, mouvantes, de la période médiévale – est sa présence dans le monde des objets (Aurell et al., 2023), de la consommation, de la publicité (Florian Besson, 2022, Danièle Alexandre-Bidon et Yohann Chanoir, 2017) : c’est dire à quel point il participe du domaine de la marchandise, et combien, symétriquement, il a pu participer à penser la marchandisation. Au-delà des produits alimentaires qui semblent les premiers concernés (bières ou fromages associés aux savoir-faire ancestraux des couvents et abbayes, farines ou tisanes « authentiques », William Blanc, 2018), tout objet ou service peut se promouvoir en faisant référence, au premier degré ou par un décalage ironique, aux valeurs ou aux clichés associés au Moyen Âge dans nos imaginaires. Tel logo évoquera des armoiries, tel visuel ou spot fera place aux figures archétypales du chevalier, du viking, de la sorcière ou du barbare des steppes…

L’histoire du médiévalisme a accompagné l’essor de la culture de masse et participe aujourd’hui pleinement de la société de consommation. Si la publicité en fournit un symptôme évident, c’est plus largement la place du produit « Moyen Âge » dans les différents secteurs du « marché » de la culture et de la communication, et jusqu’au rôle de l’imaginaire médiéval dans les représentations de l’industrie ou du capitalisme(« barons voleurs », « cathédrales du travail »…), que ce colloque souhaite mettre en lumière et interroger.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le Moyen Âge fait-il vendre ? Colloque 2024 de l’Association “Modernités Médiévales” (Université d’Artois)

Appel à contributions : Studies in Medievalism, vol. XXXIII, “En(Gender)Ing Medievalism”

Studies in Medievalism, vol. XXXIII, “En(Gender)Ing Medievalism”.

From Sir Walter Scott’s chivalrous knights and damsels in distress, through George R. R. Martin’s bestial lords and serpentine queens, medievalism is often quite sexist. Sometimes these biases are defended as originating in the Middle Ages themselves, or at least being true to what is known about them. But do these prejudices actually represent medieval practices and/or perceptions? To what degree is that knowable and does it matter? What about inevitable (albeit perhaps small) differences in those approaches, in their application, and among the contexts in which they are deployed? How, if at all, might medievalism have initiated or at least shaped broader perceptions of gender? How have perceptions about gender shaped medievalism? What role, if any, has been played by ambiguities in the definitions of gender and of medievalism, particularly as the latter relates to the Middle Ages? Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is seeking not only feature articles of 6,000-12,000 words (including notes) on any postmedieval responses to the Middle Ages, but also 3,000-word essays that respond to one or more of these questions.

Applicants are encouraged to give particular examples, but submissions, which should be sent to Karl Fugelso at kfugelso@towson.edu in English and Word by 1 June 2023, should also address the implications of those examples for the discipline as a whole. (Note that priority will be given to papers in the order they are received and submissions that have not been translated into fluent English will not be considered.)

Studies in Medievalism is the oldest academic journal that is dedicated entirely to the study of post-medieval images and perceptions of the Middle Ages. Its aim is to promote the interdisciplinary study of medievalism as a contemporary cultural phenomenon. This year the series saw its 30th publication Studies in MedievalismXXX: Politics and Medievalism (Studies) II.

Appel à contributions : Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series

Edited volume on Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series

Deadline: May 31st, 2023

We invite proposals for an edited collection of essays on issues of power and society in the fantasy world created by Terry Pratchett in his Discworld series. The book proposal will be submitted to Bloomsbury Academic’s new series “Perspectives on Fantasy”.

In his Discworld series, Terry Pratchett depicted a comprehensive – and hilarious – view of an organised society set in a fantasy world, where groups and individuals are moved by various and often conflicting powers, including supernatural forces. Following a few brilliant papers highlighting specific social and political implications of Pratchett’s worlds[1], we intend to propose in this edited collection a wide-ranging approach to the way the Discworld is built alongside social powers, and the way power and society interact with fantasy.

Proposals could tackle topics such as: social movements (for golems or goblins, etc.) and their reception within the Discworld; interactions between society and magical powers (witches, Unseen University, etc.); economic policies; races and their interactions; official forces (Patrician Vetinari, nobility, the Watch, the guilds, etc.); unofficial forces, including groups and individuals (Lady Sybil, Moist von Lipwig, Granny Weatherwax, religious groups, etc.); superpowers and supernatural forces (Death, Time, etc.), their personification and their interactions with society; passive resistance; tyranny vs. democracy; peace vs. war; civilization; fantasy countries; etc. We encourage proposals about individual and collective forms of power, as well as proposals about the social organisation of this fantasy world. Continuer la lecture de Appel à contributions : Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series