Archives par mot-clé : imaginaire

Colloque « Renaissance imaginaire »

Renaissance imaginaire :
la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe– XXIe siècles)

Université de Rouen/EPHE, 31 mars-2 avril 2016

Organisatrices : Mélanie Bost-Fievet, Perrine Galand, Louise Katz et Sandra Provini

Comité scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Véronique Gély (Paris-Sorbonne), Daniele Maira (Göttingen), Gérard Milhe Poutingon (Rouen), Jean-Charles Monferran (Strasbourg), Isabelle Pantin (École Normale Supérieure), Stéphane Rolet (Paris 8), Jean Vignes (Paris-Diderot)

PROGRAMME

Jeudi 31 mars, Université de Rouen Continuer la lecture de Colloque « Renaissance imaginaire »

Parution : « Le Dépossédé », sur Jacques Abeille

Le Dépossédé – Territoires de Jacques Abeille

Arnaud Laimé et collectif, Jacques Abeille

le-depossede-territoires-de-jacques-abeille

Le Dépossédé regroupe les contributions de chercheurs et d’amateurs passionnés par l’œuvre de Jacques Abeille qui se sont réunis lors d’une journée d’étude organisée en 2014. Il s’agit de la première analyse d’importance dédiée à cet auteur surréaliste né en 1942 et dont la reconnaissance critique ne cesse de croître ces dernières années, notamment depuis la redécouverte en 2010 de son roman phare, Les Jardins statuaires.

Cette édition est enrichie d’un texte et de dessins inédits de Jacques Abeille.

Couverture : François Schuiten

 

LIRE UN EXTRAIT sur le site du Tripode.

À l’origine du projet et directeur de cet ouvrage, Arnaud Laimé est maître de conférences à 
l’université Paris 8. Ses recherches se concentrent sur la réception des textes oubliés par l’histoire littéraire. Spécialiste de la littérature néolatine française du début du XVIe siècle, il se consacre depuis plusieurs années à l’étude de l’œuvre de Jacques Abeille.

Avec des contributions d’Anne Besson, Louis Boulet, Elsa Caboche, Michel Costantini, Arnaud Laimé, Daniel Launay, Erwann Perchoc, Ivanne Rialland, Pierre Vilar.

Colloque « Imaginaire sériel », Grenoble, 28-29 mai

 

Le colloque fait suite à une série de séminaires organisés à l’université Stendhal (octobre 2013 – décembre 2014), et dont l’objectif était de proposer une réflexion sur le rapport entre la série télévisée et le mythe. Il vise à élargir ce questionnement de façon à interroger l’impact de la sérialité sur notre imaginaire.

 

JEUDI 28 MAI

Séances du matin, salle Jacques Cartier, LANSAD

8h30-9h30 Accueil

9h30-10h Discours d’ouverture et mot d’introduction

10h-11h Keynote Speaker: Malcolm Andrews, Fiction on a Drip-Feed: Dickens and Serialisation

11h-12h15 Session 1 : Matérialité et médium, l’objet livre en série Continuer la lecture de Colloque « Imaginaire sériel », Grenoble, 28-29 mai

Appel : « Renaissance imaginaire »

Renaissance imaginaire : la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe XXIe siècles)

 EPHE/Université de Rouen, 1-2 avril 2016

Comité d’organisation

Mélanie Bost-Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE), Louise Katz (EPHE, CNRS-IRHT) et Sandra Provini (CÉRÉdI/Rouen)

Crédits image : Assassin’s Creed 2, Ubisoft, 2009

Les études de réception, qui constituent aujourd’hui en France un champ de la recherche en plein essor, ont abordé largement la présence du Moyen Âge[1] et, plus récemment, de l’Antiquité gréco-latine[2] aux XXe et XXIe siècles, en prenant de plus en plus fréquemment en compte les littératures de l’imaginaire et la culture populaire contemporaine. Le colloque organisé en 2012 sur L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain : fantasy, science-fiction, fantastique[3] a notamment permis de mettre en évidence la complexité des jeux de réécriture, de citation, de détournement, et la fécondité des motifs et mythes antiques dans la construction d’univers secondaires, mais a aussi fait apparaître la Renaissance comme un jalon incontournable de la réception de l’Antiquité aux XXe et XXIe siècles.

Pourtant, cette période, envisagée ici sur la longue durée, du Quattrocento à la fin du XVIe siècle, n’a pas encore reçu en France toute l’attention qu’elle semble mériter et que lui accordent déjà depuis plusieurs années les recherches anglophones sur le devenir de la Renaissance anglaise[4]. Continuer la lecture de Appel : « Renaissance imaginaire »

Appel : « Imaginaire Sériel », Université de Grenoble III

Appel à communication : Imaginaire sériel

28-29 Mai 2015: Université Stendhal, Grenoble 3

Réponses attendues pour le 5 janvier 2015

Ce colloque fait suite à une série de séminaires organisés à l’université Stendhal (octobre 2013 – décembre 2014 (http://mytheserie.hypotheses.org/) et dont l’objectif était de proposer une réflexion sur le rapport entre la série télévisée et le mythe. Ce colloque vise à présent à élargir ce questionnement de façon à interroger l’impact de la sérialité sur notre imaginaire.

Continuer la lecture de Appel : « Imaginaire Sériel », Université de Grenoble III

Formes contemporaines de l’imaginaire informatique – Programme

Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

 Colloque organisé du 7 au 9 octobre 2015 à l’Université Paul-Valéry Montpellier, dans le cadre des travaux du centre de recherche RIRRA21, par Cédric Chauvin et Éric Villagordo

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale 2015 de l’association LPCM

Programme

 

Mercredi 7 octobre

 

 

13h30 Accueil des participants

14h00 Présentation du colloque par Marie-Ève Thérenty, Cédric Chauvin et Éric Villagordo

14h30 Conférence inaugurale d’Isabelle Krzywkowski (Université Stendhal – Grenoble 3), « L’ordinateur n’est pas une machine. À Jean-Pierre Balpe »

 

15h30 Discussion et pause

 

Séance 1. Imaginaire informatique et société

 

16h00 Jean-Paul Fourmentraux (Université Aix-Marseille), « Création numérique et médiactivisme »

16h30 David Peyron (Université Jean Moulin Lyon 3), « L’évolution de la figure du geek dans la fiction populaire »

 

17h00 Discussion

 

 

Jeudi 8 octobre

 

Séance 2. Spatialités cyberpunk

 

9h00 Henri Desbois (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Des cités hallucinées à la grille invisible, William Gibson et les métamorphoses du cyberespace »

9h30 Simon Bréan (Université Paris 4 – Sorbonne), « Hanter la machine : reconquêtes de la conscience humaine dans le cyberpunk à la française »

10h00 Isabelle Périer (Université du Maine), « Jouer dans un monde informatisé, ou l’imaginaire informatique dans les jeux de rôle cyberpunk »

 

10h30 Discussion et pause

 

Séance 3. Imaginaire des langages informatiques

 

11h00 Philippe Birgy (Université Toulouse – Jean Jaurès), « Les artifices de la pensée dans Permutation City de Greg Egan »

11h30 Irène Langlet (Université de Limoges), « Code is poetry »

 

12h00 Discussion et pause-déjeuner

 

Séance 4. Images d’hybrides

 

13h30 Bounthavy Corbaux-Suvilay (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « L’âme des machines dans The Ghost in the Shell »

14h00 Maxence Duarte (Université de Rouen), « Les super-ordinateurs des comic books américains : de l’homme-machine à l’homme-virtuel »

 

14h30 Discussion et pause

 

 

Séance 5. Imaginaire informatique et représentations du réel contemporain

 

15h00 Florence Thérond (Université Paul-Valéry Montpellier 3), «  L’ordinateur intime »

15h30 Natacha Levet (Université de Limoges), « Polar français et imaginaire informatique »

16h00 Sébastien Candelon (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « L’évolution de l’informatique dans l’univers terroriste des blockbusters américains »

 

16h30 Discussion et pause

 

17h00 Assemblée générale 2015 de la LPCM

 

19h30 Rencontre avec Claude Ecken et Laurent Genefort, animée par Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne) et Olivier Legendre (Librairie Sauramps, Montpellier), suivie d’un banquet (Brasserie Le Dôme, Montpellier).

 

 

 

Vendredi 9 octobre

 

Séance 6. L’éros informatique

 

9h30 Jean-Christophe Valtat (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « La M-à-J des femmes : Il grande ritratto (1953), Galatea 2.2 (1995) »

10h Bruno Dupont (Université de Liège), « “KOMM – PROGRAMMIERE MICH / ICH LIEBE DICH !” Sensualité et érotique de l’ordinateur en littérature allemande »

10h30 Anthony Masure (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Pia Pandelakis (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « Machines désirantes : des sexbots aux OS amoureux »

 

11h00 Discussion et pause

 

Séance 7. Informatique, magie et archaïsme

 

11h30 Anne Besson (Université d’Artois), « « Magie du numérique : l’ordinateur comme boîte à merveilles »

12h00 Arnaud Despax (Université Toulouse – Jean Jaurès), « « Les consoles de l’éternel, à l’ombre des ordinateurs : Les cordelettes de Browser de Tristan Garcia »

 

12h30 Pause-déjeuner

 

Séance 8. Représentations du jeu vidéo

 

14h00 Éric Villagordo (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Les Technopères : la carte informatique, un chemin initiatique »

14h30 Hélène Sellier (Université de Limoges), « Le personnage jeu vidéo dans la littérature contemporaine »

 

15h00 Discussion et pause

 

Séance 9. Réflexivités du jeu vidéo

 

15h30 Thierry Serdane (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « The Stanley Parable : questionner une pseudo-liberté »

16h00 Estelle Dalleu (Université de Strasbourg), « hacking > < jeu vidéo »

 

 

16h30 Discussion et clôture du colloque

Dans son ouvrage de 2010, Machines à écrire. Littérature et technologies du XIXe au XXIe siècles, Isabelle Krzywkowski montre comment les objets techniques, d’abord « exclus du champ esthétique », se sont, au cours du XXe siècle, rapprochés du cœur de la création littéraire,
depuis un statut de thème privilégié à l’époque moderniste jusqu’à une complémentarité essentielle dans le cas de la « littérature informatique » ; de façon corollaire, quoique davantage synchronique, de tout récents travaux ont pu mettre au jour des relations dialectiques entre livre et jeu vidéo – d’une légitimation du jeu vidéo par le livre et d’une modernisation du livre par le jeu vidéo, jusqu’à l’avènement de formes tierces, matérielles ou virtuelles, où les deux médias se réinventent réciproquement, et se dépassent (Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo (dir.), Mémoires du livre : livre et jeu vidéo, 2014). C’est dans la continuité de telles entreprises scientifiques que nous proposons de développer une réflexion sur les représentations fictionnelles de l’ordinateur et de l’informatique depuis le début des années 1980 et leurs traitements respectifs ou croisés dans les différents genres et médias susceptibles de les prendre en charge. Une proposition de généalogie de ces représentations permettra de formuler les questions qui seront au cœur du colloque.

Dès l’entre-deux-guerres apparaissent les premiers projets puis réalisations de grands calculateurs électroniques : l’image de l’ordinateur dans la fiction a longtemps été celle d’une machine aussi rare et solitaire qu’inquiétante par l’ampleur mystérieuse de ses capacités totalisantes voire totalitaires – on peut penser à la « Machine » de A. E. Van Vogt dès 1945, dans les romans du Ā, ou à HAL 9000 chez Arthur C. Clarke et Stanley Kubrick en 1968 ; l’ordinateur a alors un nom qui lui est propre, et une autonomie inquiétante. Il semble en revanche qu’à partir du début des années 1980 et l’invention du personal computer, le statut imaginaire de l’ordinateur ait évolué. Dès 1984, dans Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif (Beaux-Arts de Paris, 2007, p. 81-83), Fredric Jameson oppose ainsi, d’un côté, une « idolâtrie relativement mimétique des machines du monde futuriste », caractéristique d’un modernisme de l’énergie et de la vitesse, et de l’autre une « machine de reproduction plus que de production », « l’ordinateur, dont la coquille extérieure n’a de pouvoir ni emblématique ni visuel ». À ce premier aspect neutre et familier, celui du “dehors” de l’objet informatique, Jameson associe une seconde valeur opposée, celle de l’opacité du “dedans” : de fait, au début des années 80, l’informatique rejoint notre quotidien, et dans Tron (Steven Lisberger et Bonnie McBird, 1982) et la littérature cyberpunk, l’homme plonge dans l’ordinateur. Or pour Jameson, de telles œuvres visent à « capter les réseaux du processus reproductif » opéré par chaque ordinateur puis par les ordinateurs entre eux : il identifie alors « un sublime technologique ou postmoderne », où la complexité des entrailles de la machine nous renvoie à « nos représentations défectueuses d’un immense réseau communicationnel et informatique », celui du « capitalisme multinational actuel ». Depuis l’écriture de ce texte en 1984, il semble encore que, d’une surface lisse dissimulant des profondeurs insondables, la technologie numérique, sortant de l’ordinateur, se soit comme étendue de façon invisible à tout notre habitat : l’humanité occidentale, comme aspirée par la machine, évoluerait ainsi dans un monde devenu informatique ; corollairement, les sujets trouveraient dans la « toile » un espace où projeter leur intériorité et multiplier leurs expériences.

Trois faisceaux de questions peuvent être dégagés des trois temps évoqués précédemment – temps qui sont plutôt, sans doute, des facettes d’un même objet. L’ordinateur-personnage de jadis a-t-il bel et bien perdu de son autonomie pour se fondre dans le décor, ou reste-t-il singularisé, selon des fonctions narratives, des propriétés visuelles ou descriptives et des caractérisations axiologiques qu’il s’agira le cas échéant de définir ? On songe autant aux figures traditionnellement menaçantes de l’ordinateur central dans le bref récit graphique Le rêveur de Caza en 1981 ou de SHODAN dans System Shock 1 et 2 (Looking Glass Studios, 1994-1999), qu’à la « neuromatrice » davantage ambiguë des Racines du mal de Maurice G. Dantec en 1995 – voire aux logiciels amoureux du film Her de Spike Jonze, en 2014… Ensuite, les œuvres de fiction font-elles écho à la thèse, proposée par Jameson, d’un vertige face à la complexité informatique vue comme figure de « la totalité impossible du système-monde contemporain » ? Alors que la saga graphique Les technopères de Jodorowsky, Janjetov et Beltran (1998-2006) met en scène l’informatique des jeux vidéo comme possible arme d’ascension sociale par le biais d’une nouvelle religion des mondes virtuels, dans La théorie de l’information d’Aurélien Bellanger en 2012 l’exploitation intensive de Wikipedia (comme dans La carte et le territoire de Michel Houellebecq en 2010) sert la description des milieux économiques responsables du développement tentaculaire de l’informatique contemporaine. Comment, enfin, les figures d’un milieu informatique où chacun d’entre nous se trouverait aujourd’hui immergé (chez Greg Egan ou dans Matrix [Wachowski, 1999], volontairement ou non, les humains migrent dans la machine), et réinventerait son identité autant que ses relations à autrui (Véronique Taquin, dans Un roman du réseau en 2011, décrit la multiplication des biographies individuelles sur internet), se trouvent-elles disposées ?

De façon complémentaire et davantage théorique, il s’agira d’envisager la représentation de l’imaginaire informatique selon les fonctions qu’elle occupe spécifiquement, autant que de façon comparative, dans chaque genre ou média. Trois exemples : on pourra problématiser l’hypothèse de départ d’une relation d’altérité où le roman se penserait en creux – Pierre Bordage, en 2002-2003, oppose transmission orale des Griots célestes et vampirisme encyclopédique de l’ordinateur PRIMA ; on pourra au contraire étudier des stratégies d’autoréférentialité par métonymie où le jeu vidéo réfléchirait son propre gameplay – ainsi, exemplairement, des jeux fondés sur le hacking, d’Uplink en 2001 à Watch Dogs en 2014 ; le statut des images de l’ordinateur en bande-dessinée pourra encore être approché de façon tensionnelle depuis le carrefour où elle semble se situer – entre héritage des représentations d’objets techniques dans l’histoire de l’art du XXe siècle, et expression des imaginaires narratifs et culturels les plus populaires, science-fictifs en particulier. Ces pistes ne doivent pas être vues comme restrictives ; d’autres types d’interrogation pourront être envisagés, dans d’autres genres fictionnels, et d’autres médias. L’analyse d’objets transmédiatiques sera enfin la bienvenue : elle permettra la mise en regard de traitements distincts au sein d’un même dispositif.

Contacts: Cédric Chauvin (cedric.chauvin@univ-montp3.fr) et Éric Villagordo (eric.villagordo@univ-montp3.fr).

Appel à contributions : Les frontières au prisme du genre, ancrages du genre et genre des lieux (22 novembre 2013, Marseille)

Dans le cadre des 10 ans d’EFiGiES
Deuxième journée d’études – EFiGiES Aix-Marseille

« Les frontières au prisme du genre » : ancrages du genre et genre des lieux
Vendredi 22 novembre 2013, Centre Norbert Elias, Marseille.

Résumé

La notion de genre, en affirmant la dimension sociale des identités  sexuées a permis de repenser la personne en son entier. Cette dernière a pu être conçue comme un ensemble complexe et articulé de relations et de rôles sociaux. Le couple dichotomique masculin/féminin, et avec lui
d’autres oppositions structurantes, se révèlent être des entités historiquement changeantes dont les frontières ne cessent d’être retravaillées. A la croisée de la tradition interactionniste et des études de genre, la journée d’étude organisée en 2012 avait permis d’illustrer la fécondité du concept de genre pour interroger les grands partages sociaux. Le genre constitue un exemple de frontière sociale particulièrement prégnante, et un concept analytique permettant de voir autrement les frontières, quelles qu’elles soient.

Pour nous, lire la notion de frontière au prisme du genre, c’est tenir ensemble trois propositions :

  • l’existence d’une frontière est toujours relative, et tributaire  d’un processus : aucune frontière n’est donnée une fois pour toute ;
  • les frontières sont le fruit d’activités collectives : les gens font  et défont sans cesse diverses frontières sociales, par des  opérations à la fois matérielles (répartir, organiser, ordonner les
  • êtres et les choses) et discursives (assigner ou contester une place) ;
  • étudier une frontière ce n’est pas chercher une ligne de démarcation  fixe et univoque, mais prendre en compte un espace, une « zone  frontière » dans laquelle, souvent, les partages dichotomiques s’avèrent problématiques.

Les communications discutées lors de la première journée « Les frontières au prisme du genre », en mars 2012 (http://efigies-ateliers.hypotheses.org/923), ont permis de décrire comment les activités sociales travaillent des partages en partie instables et marqués par des zones de flous. Par l’élaboration d’un regard raciste et sexiste dans les sciences médicales françaises, par la négociation des statuts juridiques dans le quotidien de couples palestiniens, ou par le jeu entre parenté et amitié dans la succession des rites matrimoniaux au Mexique, actrices et acteurs sociaux manipulent le partage dichotomique masculin/féminin.

Annonce

Afin de poursuivre notre réflexion, nous souhaitons organiser une deuxième journée EFiGiES. Il s’agira cette fois de faire travailler la métaphore de la frontière à partir du registre spatial sur lequel elle s’appuie : comment les frontières sociales contribuent-elles à découper ou unifier des territoires ? comment les partages géographiques ou leurs représentations alimentent-ils les frontières sociales ?

Nous souhaitons donc réunir des communications autour des thèmes suivants :

  • Comment le genre contribue-t-il à produire l’espace ? La différence  de sexe participe à modeler à la fois matériellement et symboliquement l’espace. Quels sont les effets de la division sexuelle du travail sur l’aménagement des lieux ? Comment le genre soutient-il l’existence de mondes imaginés ? De quelles façons et avec quels effets certains espaces se voient-ils investis de connotations genrées ?
  • Comment l’espace modèle-t-il le genre ? L’ancrage spatial des  pratiques sociales dans des lieux, des sites, des territoires, des parcours ou des trajectoires participe à la production, tangible et symbolique, d’un système binaire lié au genre. Que nous aident à penser les mécanismes de ségrégation sexuelle de l’espace ? De quelles manières les mobilités géographiques engagent-elles le genre ? Comment les enjeux géopolitiques mobilisent-ils le genre ?

Nous souhaiterions que chaque contribution insiste sur la dimension spatiale des analyses présentées, et examine la question de la (re-)production ou de la transformation du genre sur le terrain étudié. Nous sommes également intéressé-es par des interventions proposant une critique explicite du cadre esquissé ici, à partir d’autres approches théoriques.

Modalités de soumission

Les propositions d’intervention (une à deux pages dans lesquelles  seront explicités le contenu de l’intervention, l’objet empirique, la méthode d’enquête ainsi que quelques repères théoriques) sont à envoyer à efigies.aixmarseille@gmail.com <mailto:efigies.aixmarseille@gmail.com> avant le 15 juillet 2013.