Archives par mot-clé : images

Appel à contributions : “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies” (Semen n°53)

Appel à contributions : Semen, n°53, “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies”

Échéance des propositions : dimanche 1er mai 2022

Parution Printemps 2023

Pas un jour ou presque ne passe sans qu’une image fasse l’objet d’une controverse en ligne et/ou dans les médias. Fixes ou animées, ces images sont commentées, partagées (Gunthert, 2015), diffusées et discutées, en termes de fiabilité de l’information (Cordier, 2019), de dynamique interprétative (Saemmer & Tréhondart, 2022, 2020 ; Cervulle & Julliard, 2018) ou de stratégies de réception affective, notamment lorsqu’il s’agit d’images violentes, sexuelles ou haineuses (Jehel, 2021).

Ces controverses se matérialisent tout particulièrement sur les réseaux socionumériques, dont les cadres d’énonciation algorithmiques et architextes (Souchier et al., 2019) favorisent la mise en visibilité de positionnements idéologiques divergents (Simon, 2020), allant de l’affirmation d’un point de vue à des formes de polémiques et de conflits haineux (Jost, 2020). Ces controverses interprétatives appuient, d’une part, des stratégies de marchandisation médiatique, intensifiées par les affordances des plateformes numériques ; elles interrogent, d’autre part, la variabilité culturelle et sociale de nos modes de construction du regard ainsi que la manière dont la conflictualité interprétative s’articule autour d’enjeux de sémiotisation et de formes diverses de « domination visuelle » (Boidy, 2017).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies” (Semen n°53)

Parution : La destruction des images en bande dessinée (Henri Garric)

Henri Garric, La destruction des images en bande dessinée, Presses Universitaires François Rabelais, coll. “Iconotextes”, 2022. 

La prolifération des images a un envers, ou une zone sombre : leur destruction constante, indispensable à leur constante recréation. Après L’Engendrement des images en bande dessinée (dirigé par Henri Garric dans la même collection), ce livre se penche sur une série d’œuvres majeures de la bande dessinée contemporaine, de Batman à Edika en passant par Enki Bilal, Alison Bechdel, Marc-Antoine Mathieu ou Guido Crepax, pour y étudier le lien profond entre création et destruction des images.
Du découpage au cadrage en passant par l’ellipse, la bande dessinée dispose de moyens esthétiques propres pour traiter de la destruction. Jeunes chercheuses et chercheurs et spécialistes internationalement reconnus (Thierry Groensteen, Benoît Peeters, Denis Mellier) décrivent ici de quelle manière ces outils permettent à la bande dessinée de traiter visuellement le thème de la destruction (au sens physique, psychologique, social ou historique), mais aussi de représenter concrètement dans ses pages la destruction des images elle-même : la bande dessinée contemporaine se révèle ainsi capable de construire une véritable réflexion consciente sur la destruction des images.

Henri Garric est professeur de Littérature comparé à l’université de Bourgogne. Il est également l’auteur de :

  • Portraits de villes. Marches et cartes : la représentation urbaine dans les discours contemporains, Paris, Honoré Champion, 2007, collection « Bibliothèque de littérature générale et comparée ».
  • Parole muette, récit burlesque : les expressions silencieuses aux XIXe-XXe siècles, Paris, Classiques Garnier, collection « Perspectives comparatistes – série Modernités et avant-gardes » (à paraître 2015).

Appel à contributions : “Materialities of the photobook” (Compendium. Journal of Comparative Studies)

Compendium. Journal of Comparative Studies, “Materialities of the Photobook”

Deadline for submissions: July 31, 2022

Editors: David Campany (International Center of Photography/U. Westminster), José Bértolo (U. Nova de Lisboa/Caldas da Rainha School of Arts & Design)

Compendium invites submissions for its second issue on the theme of Materialities of the Photobook. This special issue welcomes essays that explore the photobook, contemporary or historical, as an art object, looking into the processes that guide its composition, its specific materiality and objecthood, its reception and the reading/seeing experience.
 
In the last decades, we have witnessed a “photobook phenomenon” corresponding with a significant rise in the publication, acquisition, and circulation of photobooks. Canons and counter-canons have been established, and the photobook has become a recognised form with a set of lineages. New independent and specialized publishers have emerged across the world, along with new audiences of not only collectors and photographers but also occasional and non-professional consumers.
 
While an exhibition demands consideration of elements such as spatiality, volume, scale and presentation, among others, the book asks for a different set of decisions. The specificities of the photobook imply a new object, and a new form, in which images, text, sequence, design and choices of materiality all play a part in the constitution of the work.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Materialities of the photobook” (Compendium. Journal of Comparative Studies)

Parution : La Science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903) (Axel Hohnsbein)

Axel Hohnsbein, La science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903), Épistémocritique, 2021. 

On ignore beaucoup de la façon dont le public a accueilli la presse de vulgarisation scientifique au XIXe siècle. On sait en revanche que l’attrait qu’a pu exercer ce pan monumental de la presse dure encore et qu’il repose en grande partie sur les illustrations de ces périodiques. Cette évidence se mesure facilement à l’aune d’Internet, qui regorge d’images empruntées aux périodiques de vulgarisation scientifique, La Nature en particulier.
Elle se mesure aussi à l’aune des pratiques artistiques, le travail de Max Ernst sur La Femme 100 têtes constituant l’exemple le plus frappant de la persistance de cette iconographie dans notre « inconscient optique » :  Max Ernst fait le choix rare, viale collage, d’intégrer à sa réflexion le support médiatique ayant nourri l’imaginaire des lecteurs de cette époque, pointant du doigt la parenté et surtout la persistance des sentiments que peuvent susciter ces machines et les textes illustrés voués à les vulgariser. C’est sur la naissance, la construction et l’évolution de ce lien diffus entre optique et presse de vulgarisation scientifique du XIXe siècle que porte cette étude.

Télécharger le livre

Parution : Le monde à la une. Une histoire de la presse par ses rubriques (Marie-Ève Therenty, Sylvain Venayre)

Marie-Ève Thérenty et Sylvain Venayre, 2021, Le monde à la une. Une histoire de la presse par ses rubriques, Anamosa.

Chaque jour, la presse française a apporté et apporte encore des récits et des images d’ailleurs. Elle l’a fait très différemment selon les époques, du fait des contraintes techniques notamment ; elle le fait très diversement, surtout, selon les rubriques. On ne raconte pas le monde de la même façon dans le roman-feuilleton, la chronique boursière, la correspondance, le reportage, la mode, le sport, la météo ou l’horoscope. On ne le montre pas de la même manière à la une, en gravure, en photographie ou encore en bande dessinée…

Dans cet ouvrage à la fois savant et ludique, Marie-Ève Thérenty et Sylvain Venayre ont réuni les meilleur·es spécialistes, littéraires et historien·ne·s, afin de parcourir près de deux siècles d’histoire, tout en s’interrogeant sur la manière dont les supports informent leurs lectrices et lecteurs des événements du monde.

Continuer la lecture de Parution : Le monde à la une. Une histoire de la presse par ses rubriques (Marie-Ève Therenty, Sylvain Venayre)

Appel à contributions : Imageries et imaginaires du cirque / Images and Representation of the circus (Rouen)

Colloque : Imageries et imaginaires du cirque

Rouen, Musée des Beaux-arts, Hôtel des sociétés savantes

2, 3, 4 mars 2022

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Organisé à Rouen au Musée des Beaux-arts et à l’Hôtel des sociétés savantes, ce colloque international sera consacré aux imageries et imaginaires du cirque. Il s’agira de faire de cette thématique l’objet central des débats en conviant des chercheur·e·s inscrit·e·s dans divers cadres disciplinaires et spécialités universitaires : sociologie, anthropologie, histoire, littérature, musicologie, arts du spectacle, études visuelles, STAPS… Les travaux de recherche sur le cirque connaissent aujourd’hui un essor important. En France, le Collectif de Chercheur·e·s sur le Cirque initié au milieu des années 2000 autour de travaux portant alors principalement sur l’émergence du cirque contemporain, est aujourd’hui structuré en association et rassemble des chercheurs et chercheuses français comme étrangers. En Amérique du Nord, d’autres réseaux (comme le Montreal Working Group/Groupe de recherches montréalais en arts du cirque ou le réseau Circus and Its Others), contribuent à dynamiser les travaux de recherche sur le cirque. À l’Université de Rouen-Normandie, des recherches ont été menées sur le cirque et ses espaces, notamment régionaux (Lefevre et Sizorn, 2004 ; Percheron, 2007 ; Loret, 2012). L’histoire locale du cirque comme sa dynamique contemporaine sont en effet particulièrement riches. Rouen accueillait le premier manège stable de France en 1797, rue Duguay-Trouin, où Franconi se produisit ; Philip Astley, considéré comme le fondateur du cirque moderne vint à Rouen en 1785-1786 ; le Cirque de Rouen, inauguré en 1894 par le Cirque Rancy et détruit en 1973, fut une salle de spectacle très importante pour la ville, accueillant la programmation du Théâtre des Arts suite à sa destruction pendant les bombardements de 1944. À une vingtaine de kilomètres, le Cirque-Théâtre, construit à Elbeuf en 1892 et rénové en 2007, est aujourd’hui Pôle national Cirque. Il accompagne la production et la diffusion du cirque contemporain. Le bâtiment est l’un des huit derniers cirques stables historiques encore visibles en France, le seul avec piste et scène de théâtre à l’italienne.

La 9e édition du Temps des collections organisée par la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie accueillera l’exceptionnelle collection de Jeanne-Yvonne et Gérard Borg « Cirque et Saltimbanques » dans 4 musées de la Métropole de décembre 2021 à mai 2022 : affiches, photographies, peintures, costumes sont des traces de l’histoire du cirque, comme de ses liens avec d’autres arts.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Imageries et imaginaires du cirque / Images and Representation of the circus (Rouen)

Appel à publications : Cultures publicitaires (Sociétés & Représentations)

Appel à publications : « Cultures publicitaires », Revue Sociétés & Représentations (Éditions de la Sorbonne)

Date limite d’envoi des articles : 15 octobre 2021

Située au croisement de nombreux champs d’études (études visuelles, histoire et géographie urbaines, histoire des médias, histoire de l’art, histoire de la photographie, histoire du design, histoire du graphisme, sociologie, sémiologie, littérature, etc.), la publicité a pris, à l’époque contemporaine, des formes variées : placards, affiches, enseignes, imprimés, spots radio ou télé-diffusés, dessins de lettres, de logos ou de modèles, marketing web, participent à modeler le rapport des individus à la société commerciale.

Ce numéro thématique de la revue Sociétés & Représentations souhaite faire le point sur les recherches récentes touchant à l’histoire publicitaire, de la Révolution à nos jours, en interrogeant les formes et les objets de la (ou des) culture(s) publicitaire(s). Quelles sont les méthodes, les sources à la disposition des historiens pour saisir ces objets ? Pour quelle histoire ?

Afin de croiser les approches, plusieurs axes peuvent être envisagés, qu’ils touchent à l’esthétique publicitaire, à la construction d’une identité visuelle d’une industrie, d’un commerce ou d’un produit, aux espaces publics de la publicité, ou, dans une perspective d’histoire sociale, à la culture d’entreprise ou d’atelier, et aux usages de celle-ci. Peut également être interrogée, dans la perspective d’une histoire visuelle, la présence de la publicité dans les représentations, la manière dont elle est discutée par les critiques d’art et théoriciens, ou encore l’influence qu’elle a pu exercer sur les créateurs.

Plus largement, à travers l’étude des pratiques et des acteurs, il s’agit de cerner les contours d’une ou de plusieurs cultures publicitaires, voire d’en examiner les enjeux au-delà du seul cadre commercial. Comment ces pratiques et stratégies publicitaires, sans cesse élargies, modèlent-elles les rapports sociaux mais aussi l’environnement (urbain, rural) ? L’histoire culturelle et sociale, ainsi que l’histoire des médias ou de la communication politique, interrogent ainsi l’appropriation par différents acteurs d’une rhétorique publicitaire – les stratégies d’autopromotion, de médiatisation, de construction d’une identité publique ou professionnelle –, dont les enjeux sont parfois explicitement politiques. Les pratiques contestataires (adbusting, détournements d’affiches ou de panneaux publicitaires) pourront à ce titre être envisagées en tant que révélateur de rapports critiques, voire hostiles, à la culture publicitaire.

Il s’agira, enfin, de poser la question plus anthropologique d’une économie de l’attention (du consommateur, du flâneur, du spectateur) propre à l’époque contemporaine.

Modalités de soumission :

Les articles, d’une longueur de 25 000 à 40 000 signes (espaces et notes compris), devront être envoyés avant le 15 octobre 2021 à Anne-Sophie Aguilar et Eléonore Challine, coordinatrices du numéro :

eleonore.challine@univ-paris1.fr

annesophie.aguilar@parisnanterre.fr

Parution : Dérégler l’art moderne. De la caricature au caricatural, au XIXe siècle (Bertrand Tillier)

Depuis la Renaissance, les peintres ont pratiqué la caricature, d’abord comme un jeu d’atelier, puis comme une intervention politique et sociale à destination de l’opinion publique, à la faveur des Lumières et de la Révolution française. Tout au long d’un xixe  siècle attaché aux normes, aux genres et aux hiérarchies, qui a été le siècle de la reproductibilité technique des images et de la densification de leur circulation, le champ artistique s’est trouvé confronté à l’inflation des images satiriques. Grimaçante et expressive, la caricature a connu une expansion inédite, qui a d’abord été perçue comme une menace pour la peinture, d’autant que Hogarth, Goya, David, Delacroix ou Daumier s’y adonnaient.

Progressivement, cet objet partisan et utilitaire, doté d’une faible légitimité artistique et culturelle, considéré comme ingrat et régressif, quand il ne passait pour vulgaire, a pourtant été disjoint de ses intentions initiales  – le comique, la polémique et la critique –, pour devenir un langage formel. De la sorte, les procédés usuels de l’image satirique  – la déformation, l’exagération, l’altération ou la condensation  – se sont institués en moyens plastiques, selon un double processus de translation et de déterritorialisation qui caractérise aussi la modernité de Courbet, Cézanne ou Ensor.
Cet essai analyse comment, dans l’historiographie, la critique d’art et la pratique même des artistes, la caricature et son arsenal de dérèglements sont devenus, jusqu’au xxe  siècle, le lieu d’invention du caricatural, comme en témoignent les œuvres de Rouault, Klee, Grosz, Picasso, Erró, Basquiat ou Combas.

Colloque : Circulation des cartes postales dans la culture visuelle et littéraire (XXe – XXIe siècle) (en ligne, Institut pour la photographie)

Colloque : Circulation des cartes postales ans la culture visuelle et littéraire (XXe – XXIe siècle)

Institut pour la photographie, en ligne

10-12 mai 2021

Sous la direction de Magali Nachtergael et Anne Reverseau

Ce colloque rassemblera artistes et chercheurs de différents horizons pour explorer le rôle qu’un objet, a priori banal, a pu avoir dans la culture visuelle et littéraire des XXe et XXIe siècles. Il s’agira d’étudier, jusqu’à l’époque contemporaine, les différentes façons dont poètes, écrivains et artistes ont regardé, ont manipulé, ont joué avec la carte postale et comment ils se sont appropriés ou se sont opposés à ce modèle médiatique plus polémique qu’il n’y paraît. Comment la carte postale, en étant réinvestie par les artistes contemporains, en particulier dans les protocoles iconographiques et de collection, connaît un renouveau qui amène aussi un regard critique sur cette production vernaculaire de masse ?

En abordant à la fois l’imaginaire de la carte postale dans les avant-gardes historiques et ses réinventions contemporaines, ce colloque entend proposer une relecture de ce medium moderne qui insiste sur ses enjeux communicationnels. Malgré les fluctuations de la production et la variabilité des supports, la notion de «carte postale» reste opérante et usitée jusque dans les correspondances numériques, témoignant du modèle médiatique qu’elle représente encore aujourd’hui.

Téléchargez le programme complet
Inscription* via mail : contact@institut-photo.com
Colloque gratuit, envoi des liens 24 h avant chaque journée d’intervention 

Appel à communications : Les Contagions visuelles au prisme des nouveaux médias

Les Contagions visuelles au prisme des nouveaux médias

Colloque en anglais et en français, les 13, 14 et 15 septembre 2021.

(English below)

Comment la circulation des images et la diffusion de certaines plus que d’autres prennent-elles forme dans les cultures visuelles informatisées ? Le jeu-vidéo, la culture Internet, ou l’art numérique témoignent selon différentes dynamiques d’une circulation accrue des images à l’échelle globale. Celle-ci exploite autant les logiques de l’intermédialité que celles de l’hybridation et de la remixabilité, et inscrit ces champs de production dans une mondialisation par les images que les chercheur.se.s n’ont pas suffisamment étudiée. Les contagions visuelles, d’un médium à un autre et d’un champ à un autre, sont aussi des phénomènes privilégiés pour mettre en lumière les effets des nouveaux médias sur les cultures contemporaines.

Les dispositifs vidéoludiques, en particulier, ont porté une culture de l’image intrinsèquement mondialisée, ayant joui d’un paradigme technologique favorable à sa diffusion et à des phénomènes de contagion. Le phénomène est ample, de la circulation des images de jeux-vidéo sur différents supports à leur reprise par des artistes contemporains, comme par des usagers d’Internet (memers, vidéastes) qu’on appelle parfois prosommateurs. Dans la même perspective, ladite culture Internet subsume un grand nombre de pratiques proches du Culture jamming ou de la Remix culture. Celles-ci dialoguent avec des médiums qui leur sont antérieurs (peinture, cinéma, jeu-vidéo, télévision), un dialogue qui incite à interroger le caractère novateur ou plus ancien de la synthèse médiale opérée par l’ordinateur. Les arts numériques, envisagés comme un domaine de recherche et de création, étendent encore ce dialogue et lui donnent une perspective réflexive et critique, dont le Game art ou le Net art sont des exemples saillants.                

Continuer la lecture de Appel à communications : Les Contagions visuelles au prisme des nouveaux médias