Archives par mot-clé : images

Appel à contributions : « Just take a pinch of psychedelic ». Les esthétiques psychédéliques des XXe et XXIe siècles

Journée d’études : « Just take a pinch of psychedelic ». Les esthétiques psychédéliques des XXe et XXIe siècles

Mardi 26 septembre 2023, Auditorium, site Saint Charles 2, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Échéance des propositions : 28 février 2023

Cette journée d’étude s’intéresse à la généalogie et à la dynamique des esthétiques psychédéliques au cours des XXe et XXIe siècles. Elle ne limite délibérément pas la notion de « psychédélisme » au mouvement contre-culturel des années 1960, mais l’aborde comme l’une des voies majeures empruntées par l’art occidental pour devenir et rester « moderne ». Elle l’envisage ainsi sur une durée relativement longue, dans l’ensemble des productions culturelles (musique populaire ou savante, arts de l’image, fiction littéraire, cinéma, graphisme et typographie, architecture, jeux vidéo, etc), et du point de vue de sa productivité formelle.

Le projet serait de questionner quelques uns des opérateurs esthétiques ayant permis aux principes d’expansion perceptive et de conscience modifiée (extase, hallucination, rêve, hypnagogie, psychose…), autant dire de multidimensionnalité et d’illimination, de s’articuler aux différents supports, pratiques ou matières de l’art au cours des XXe et XXIe siècles. À titre indicatif, on pourra s’interroger sur les notions d’organicité et de cinétisme, de syncrétisme et d’improvisation, de densité immersive et de distorsion, de saturation, d’ornement, de démultiplication – qualités qui situent indistinctement le psychédélisme du côté des puissances de capture, d’exagération et de débordement sensitif, de ce que l’on peut considérer comme une expérience de « réel augmenté », de « quatrième dimension » ou de « potentialisation de la vie ».

Plus concrètement, les analyses pourront porter sur les ondulations du Jugendstill comme sur la bande défilée immersive (Phallaina de Marietta Ren, 2016) ; sur les expériences de cinéma étendu qui ponctuent le siècle, comme sur William Burroughs (Les Lettres du Yage, 1963), Henri Michaux (Misérable Miracle, 1956) ou Joao Tordo (Le Domaine du Temps, 2009) ; sur Frantiszek Kupka ou Odilon Redon, Ernst Fuchs ou Philippe Druillet ; sur l’art de la lumière qui se développe dès les années 1910 (Lumia, Thomas Wilfred), sur les films d’Oskar Fishinger ou de Jordan Belson, sur le color field, les dispositifs stroboscopiques (Dream Machine, Brion Gyrin) ; sur les compositions de Terry Riley (Mescalin Mix, 1960-1962) et sur l’art optique de Bridget Riley ; sur les dream houses de La Monte Young, les Ganzfelds de James Turrell, la création digitale ou les œuvres récentes d’Arnaud Maguet — du moment qu’elles s’efforcent de montrer ce que l’idée psychédélique fait aux arts, comment elle s’en saisit et les travaille tout au long du siècle, dans l’espoir répété qu’ils deviennent les instruments d’une entreprise de déconditionnement des formes de vie et d’utopisation sensible du monde.

Les propositions de communication, d’un format de 25 minutes, peuvent être adressées à Lambert Barthélémy avant le 28 février 2023, accompagnées d’une petite notice bio-bibliographique. Une réponse sera donnée fin mars. 

lambert.barthelemy@univ-montp3.fr

barthelemy.lambert@orange.fr

Parution : Magali Nachtergael, Anne Reverseau (dir.), Un monde en cartes postales. Cultures en circulation

Magali Nachtergael, Anne Reverseau (dir.), Un monde en cartes postales. Cultures en circulation, Marseille, Le Mot et le reste, 2022.

Avec 90 illustrations en couleurs

Démodée la carte postale ? Avec l’essor du numérique, on aurait pu le croire. Constamment réinventée, de manière souvent critique par les artistes et les écrivains, sa fabrique et son histoire restent plus que jamais d’actualité, autant que ses liens avec les représentations géographiques et culturelles. L’histoire de son économie et de sa diffusion à l’échelle globale est éclairée par des contributions d’artistes et de spécialistes en histoire de l’art, littérature et philosophie.

Un monde en cartes postales donne à voir les circulations d’un médium d’apparence banale dans la culture moderne. Richement illustré, cet ouvrage renouvelle notre regard sur un objet patrimonial toujours séduisant, et à portée de main.

Avec des contributions de Pauline Basso, Marie Boivent, Marie-Ève Bouillon, Elisa Bricco, documentation céline duval, Renaud Epstein, Julie Guiches, Aglaïa Konrad, Sofiane Laghouati, Cyrielle Levêque, Danièle Méaux, Sara Meurant, Magali Nachtergael, Wolfram Nitsch, Antoine Quilici, Marie-Clémence Régnier, Anne Reverseau, Mathilde Roussigné, Denis Saint-Amand, Géraldine Sfez, Gaëlle Théval, Kim Timby, Sarah Troche et Oriol Vilanova. 

Parution : Papiers Nickelés n° 74

Papiers Nickelés. La revue de l’image populaire, n° 74, octobre 2022

Les mains coupées des enfants, une fake news de l’état-major, par Yves Frémion*
Les dessins de guerre de Henri ZISLIN, par Yves Frémion
Le logo du Black Panther party, par Antonin Erwan
VALLÉE, Georges (1872-1961) et l’esprit de conjecture, par Guy Costes
“Captivant” de CHALAND et CORNILLON censuré, par Claude Ecken
Louis-Félix CLAUDEL, illustrateur et graveur, par Philippe Aurousseau
À la mode de CRUMB, par Antonin Erwan
Les cartes chromos de Tom Tit, par Théophraste Épistolier
Ne dites pas que nous ne vous avons pas prévenus… (La pédophilie du clergé espagnol), par Michel Malty
GODEFROY, Humour noir et Chat noir, par Théophraste Épistolier
Les auto-publicités des éditions Mondiales, par Francis Saint Martin
LAPLACE débute, par Antonin Erwan
Couverture : Zislin – Dessin de guerre IV HS 1: “La résurection”

*voir notre commentaire en réaction à cet article

Parution : Le Trésor d’Épinal. Imagerie populaire (J. Heim, C. Rochette)

Jennifer Heim, Christelle Rochette, Le Trésor d’Épinal. Imagerie populaire, Paris, Gallimard, coll. “Découvertes”, 2022.

Parmi les centres imagiers qui s’épanouissent en France au début du XIXe siècle, Épinal, dans les Vosges, se distingue rapidement par sa production et sa notoriété internationale. À travers les collections du musée de l’Image, cet ouvrage nous révèle l’art de fabriquer ces estampes coloriées au pochoir, leur diffusion dans les campagnes, et leurs nombreux usages : décorer les intérieurs modestes, protéger tel un talisman, informer des faits d’actualités, raconter l’épopée napoléonienne, éduquer, distraire.

Dans les années 1850, la lithographie remplace la gravure sur bois et fait entrer la production dans l’ère industrielle. La concurrence fait rage, à grands renforts de nouveautés qui ciblent le jeune public, avec l’édition d’historiettes et d’abécédaires, de jeux de société et de construction. Autant d’images d’Épinal qui appartiennent à notre mémoire collective.

Parution : Aquariorama. Histoire d’un dispositif (Guillaume Le Gall)

Guillaume Le Gall, Aquariorama. Histoire d’un dispositif, Sesto San Giovanni (Italie), Mimèsis, 2022.

Apparu dans les années 1840, l’aquarium offre un accès visuel à un milieu et à des formes en mouvement jusqu’alors inaccessibles. Cette révolution du regard marque une rupture dans l’histoire de la représentation. Mais cet objet technique va rapidement sortir de son cadre expérimental et fournir dans le contexte des expositions universelles des mises en scène spectaculaires et des images luminocinétiques originales.

De ce point de vue, l’aquarium est un objet hybride qui s’enracine dans la culture visuelle et littéraire du XIX e siècle, et au-delà, au point de constituer une forme paradigmatique des dispositifs de vision à travers.

Ce livre propose une archéologie de l’aquarium comme média en replaçant cet objet dans une nouvelle généalogie des dispositifs optiques, depuis le diorama daguerrien jusqu’aux tableaux lumineux de Jeff Wall en passant par le cinéma, la vitrine, la morgue, le théâtre de Loïe Fuller ou l’architecture de la serre.

Appel à contributions : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant (Université Rennes 2)

Colloque international : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant

9 et 10 mars 2023, Université Rennes 2

Échéance des propositions : 12 septembre 2022

Organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, le Fonds patrimonial Heure joyeuse – médiathèque Françoise-Sagan et le laboratoire CELLAM-GRECES de l’Université Rennes 2, avec le soutien de l’Afreloce.

En 1996, la Joie par les livres proposait une journée d’étude consacrée à la photographie dans le livre pour la jeunesse et la Revue des livres pour Enfants publiait à cette occasion, dans son numéro 168-169, un dossier intitulé : « La photographie dans les livres pour enfants : une approche sensible ».

En 2001, la Bibliothèque des enfants et des jeunes La Joie par les livres à Clamart accueillait  l’exposition Flash sur les livres de photographies pour enfants et son catalogue-répertoire offrait un coup de projecteur sur les premières éditions d’une centaine d’albums de photographies, des années 1920 à nos jours.

En 2012, le Fonds patrimonial Heure joyeuse, depuis conservé à la médiathèque Françoise-Sagan, organisait l’exposition L’enfant et la photographie qui mettait en évidence l’évolution au cours du temps de la représentation de l’enfant et de la place de la photographie d’auteur dans les livres qui lui sont destinés.

Depuis lors, études, expositions, colloques internationaux, rencontres, mémoires, thèse de doctorat et ouvrages  grand public concourent à poursuivre la réflexion autour de cette production, désormais baptisée « photolittérature»  et couvrant le territoire dans lequel sont agencés art de la photo et texte littéraire. Parallèlement, au cours des deux décennies écoulées, les éditeurs ont multiplié, dans un bouillonnement créatif, le nombre d’albums qui intègrent la photographie, devenue par ailleurs omniprésente dans la vie quotidienne.

Le colloque « 1, 2, 3… regarde ! la photo, le livre, l’enfant » organisé conjointement par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, la médiathèque Françoise-Sagan et le laboratoire CELLAM-GRECES de l’Université Rennes 2, entend accueillir des contributions portant sur l’histoire de cette littérature photographique, du 19ème siècle à nos jours, et à travers le monde. Ce genre largement diffusé, particulièrement prisé des enfants, est pourtant longtemps demeuré méconnu, noyé sous d’autres appellations, malgré la diversité des productions et les collaborations célèbres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant (Université Rennes 2)

Appel à contributions : “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies” (Semen n°53)

Appel à contributions : Semen, n°53, “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies”

Échéance des propositions : dimanche 1er mai 2022

Parution Printemps 2023

Pas un jour ou presque ne passe sans qu’une image fasse l’objet d’une controverse en ligne et/ou dans les médias. Fixes ou animées, ces images sont commentées, partagées (Gunthert, 2015), diffusées et discutées, en termes de fiabilité de l’information (Cordier, 2019), de dynamique interprétative (Saemmer & Tréhondart, 2022, 2020 ; Cervulle & Julliard, 2018) ou de stratégies de réception affective, notamment lorsqu’il s’agit d’images violentes, sexuelles ou haineuses (Jehel, 2021).

Ces controverses se matérialisent tout particulièrement sur les réseaux socionumériques, dont les cadres d’énonciation algorithmiques et architextes (Souchier et al., 2019) favorisent la mise en visibilité de positionnements idéologiques divergents (Simon, 2020), allant de l’affirmation d’un point de vue à des formes de polémiques et de conflits haineux (Jost, 2020). Ces controverses interprétatives appuient, d’une part, des stratégies de marchandisation médiatique, intensifiées par les affordances des plateformes numériques ; elles interrogent, d’autre part, la variabilité culturelle et sociale de nos modes de construction du regard ainsi que la manière dont la conflictualité interprétative s’articule autour d’enjeux de sémiotisation et de formes diverses de « domination visuelle » (Boidy, 2017).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies” (Semen n°53)

Parution : La destruction des images en bande dessinée (Henri Garric)

Henri Garric, La destruction des images en bande dessinée, Presses Universitaires François Rabelais, coll. “Iconotextes”, 2022. 

La prolifération des images a un envers, ou une zone sombre : leur destruction constante, indispensable à leur constante recréation. Après L’Engendrement des images en bande dessinée (dirigé par Henri Garric dans la même collection), ce livre se penche sur une série d’œuvres majeures de la bande dessinée contemporaine, de Batman à Edika en passant par Enki Bilal, Alison Bechdel, Marc-Antoine Mathieu ou Guido Crepax, pour y étudier le lien profond entre création et destruction des images.
Du découpage au cadrage en passant par l’ellipse, la bande dessinée dispose de moyens esthétiques propres pour traiter de la destruction. Jeunes chercheuses et chercheurs et spécialistes internationalement reconnus (Thierry Groensteen, Benoît Peeters, Denis Mellier) décrivent ici de quelle manière ces outils permettent à la bande dessinée de traiter visuellement le thème de la destruction (au sens physique, psychologique, social ou historique), mais aussi de représenter concrètement dans ses pages la destruction des images elle-même : la bande dessinée contemporaine se révèle ainsi capable de construire une véritable réflexion consciente sur la destruction des images.

Henri Garric est professeur de Littérature comparé à l’université de Bourgogne. Il est également l’auteur de :

  • Portraits de villes. Marches et cartes : la représentation urbaine dans les discours contemporains, Paris, Honoré Champion, 2007, collection « Bibliothèque de littérature générale et comparée ».
  • Parole muette, récit burlesque : les expressions silencieuses aux XIXe-XXe siècles, Paris, Classiques Garnier, collection « Perspectives comparatistes – série Modernités et avant-gardes » (à paraître 2015).

Appel à contributions : “Materialities of the photobook” (Compendium. Journal of Comparative Studies)

Compendium. Journal of Comparative Studies, “Materialities of the Photobook”

Deadline for submissions: July 31, 2022

Editors: David Campany (International Center of Photography/U. Westminster), José Bértolo (U. Nova de Lisboa/Caldas da Rainha School of Arts & Design)

Compendium invites submissions for its second issue on the theme of Materialities of the Photobook. This special issue welcomes essays that explore the photobook, contemporary or historical, as an art object, looking into the processes that guide its composition, its specific materiality and objecthood, its reception and the reading/seeing experience.
 
In the last decades, we have witnessed a “photobook phenomenon” corresponding with a significant rise in the publication, acquisition, and circulation of photobooks. Canons and counter-canons have been established, and the photobook has become a recognised form with a set of lineages. New independent and specialized publishers have emerged across the world, along with new audiences of not only collectors and photographers but also occasional and non-professional consumers.
 
While an exhibition demands consideration of elements such as spatiality, volume, scale and presentation, among others, the book asks for a different set of decisions. The specificities of the photobook imply a new object, and a new form, in which images, text, sequence, design and choices of materiality all play a part in the constitution of the work.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Materialities of the photobook” (Compendium. Journal of Comparative Studies)

Parution : La Science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903) (Axel Hohnsbein)

Axel Hohnsbein, La science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903), Épistémocritique, 2021. 

On ignore beaucoup de la façon dont le public a accueilli la presse de vulgarisation scientifique au XIXe siècle. On sait en revanche que l’attrait qu’a pu exercer ce pan monumental de la presse dure encore et qu’il repose en grande partie sur les illustrations de ces périodiques. Cette évidence se mesure facilement à l’aune d’Internet, qui regorge d’images empruntées aux périodiques de vulgarisation scientifique, La Nature en particulier.
Elle se mesure aussi à l’aune des pratiques artistiques, le travail de Max Ernst sur La Femme 100 têtes constituant l’exemple le plus frappant de la persistance de cette iconographie dans notre « inconscient optique » :  Max Ernst fait le choix rare, viale collage, d’intégrer à sa réflexion le support médiatique ayant nourri l’imaginaire des lecteurs de cette époque, pointant du doigt la parenté et surtout la persistance des sentiments que peuvent susciter ces machines et les textes illustrés voués à les vulgariser. C’est sur la naissance, la construction et l’évolution de ce lien diffus entre optique et presse de vulgarisation scientifique du XIXe siècle que porte cette étude.

Télécharger le livre