Archives par mot-clé : images

Colloque en ligne : Créativité et émergence iconique : images, histoire, narrations

Le Colloque « Créativité et émergence iconique : images, histoire, narrations » est organisé par le LIRCES UPR 3159 et EUR CREATES, Université Côte d’Azur et CRC, École des Mines Paris-Tech : 
Franck Guarnieri, Marc Marti, Céline Masoni. 

10 et 11 décembre 2020

Inscriptions: le colloque se tenant sous ZOOM, merci d’envoyer votre inscription pour recevoir le lien de connexion en écrivant à Marc.MARTI@univ-cotedazur.fr ou Celine.MASONI-LACROIX@univ-cotedazur.fr 

Il s’agit d’un projet financé par le programme UCA-JEDI ANR-15-IDEX-01.

L’image, des lettres aux arts, des sciences humaines et sociales aux sciences de l’ingénieur, est un objet de recherche nécessairement interdisciplinaire. Du schéma scientifique à l’œuvre d’art iconographique, audiovisuelle, vidéoludique, elle est un des supports privilégiés de la créativité humaine, appréhendée dans son sens le plus large. Sans cesse réinventée et réinterprétée, elle est le témoin de nouveaux modes de pensée et d’action, de leur inscription dans le temps et de leur émergence dans tous les champs de la connaissance. L’image est loin d’avoir un simple rapport analogique avec la pensée ou le réel. En effet, elle possède aussi une capacité à déclencher la narration en étroite relation avec son contexte culturel, dans lequel sont immergés producteur et spectateur, grâce aussi à sa capacité à mobiliser des stéréotypes relevant de l’imaginaire social, ainsi qu’à la façon dont l’image les donne à voir et les représente. Elle peut être aussi, en ce sens, un facilitateur de la cognition sociale.

Télécharger le programme

Parution : Textimage n°12, « Illustrer ? »

J. J. Grandville, dessin préparatoire à la planche finale
des Scènes de la vie privée et publique des animaux, Paris, J. Hetzel, 1842,
tome I, plume et encre sépia. Anvers, Collection Ronny Van De Velde

Textimage, Revue d’étude du dialogue texte-image, « Illustrer ? », Automne 2020.

Numéro composé par Hélène Campaignolle-Catel, Ségolène Le Men et Marianne Simon-Oikawa

En hommage à Barbara Wright

Hélène Campaignolle-Catel, Ségolène Le Men et Marianne Simon-Oikawa : Illustrer ? Introduction        

L’illustration à l’œuvre : théories artistiques et relectures

Ségolène Le Men : L’illustration, pour ou contre ?        

Torahiko Terada : Les éditions illustrées des contes de Guy de Maupassant : procédés photomécaniques et stratégies éditoriales        

Rivka Susini : Les symbolistes face à l’illustration        

Zoé Monti : Les Illuminations illustrées d’Arthur Rimbaud        

L’illustration dans la presse au XIXe siècle

Sarah Hervé : Bataille de symboles : la caricature comme arme

Laurence Danguy : Illustrer la Suisse ? Revendications, stratégies visuelles et  cumul symbolique d’un périodique suisse à la fin du XIXe siècle

Axel Hohnsbein : Les merveilles de La Nature. Illustration et vulgarisation  scientifique dans la seconde moitié du XIXe siècle

Laurence Guignard : Illustrer la lune. Un exemple de divulgation d’un corpus d’images scientifiques dans la presse de vulgarisation (XIXe siècle)  Continuer la lecture de Parution : Textimage n°12, « Illustrer ? »

Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Actes du colloque de Lausanne, les 15-16 novembre 2018.

En accès libre sur Fabula

Les études actuelles sur la presse littéraire du XIXe siècle, comme celles qui portent notamment sur les différents mercures des XVIIe et XVIIIe siècles, soulignent un lien privilégié entre la littérature et la poétique journalistique. Or, si l’on peut se réjouir du dynamisme critique qui caractérise aujourd’hui les études sur la presse littéraire, force est de constater que leurs résultats demeurent cloisonnés du point de vue diachronique.

La vocation première de ce recueil est par conséquent d’établir un dialogue entre les spécialistes des périodes pré-moderne et moderne autour des rapports entre presse et littérature envisagés dans un spectre chronologique peu exploré. L’image matérielle (gravure, photographie) et textuelle (description, ekphrasis) constitue en ce sens un levier optimal pour engager ce dialogue. Le postulat principal serait ainsi que l’image dans la presse littéraire entretient des rapports spécifiques avec la temporalité (transposition visuelle d’un fait d’actualité, d’un moment narratif singulier, etc.) dont l’expression s’exacerbe dans le cas d’une publication périodique, tributaire des contraintes éditoriales qu’implique une parution régulière.

Il s’agit en effet d’envisager à nouveaux frais les rapports entre des formes littéraires soumises à des formes de périodicité variées (presse périodique, livraisons, recueils, etc.) et différentes manifestations, figuratives et textuelles, du visuel ; et d’interroger notamment la nature et les usages des modèles littéraires qui informent les poétiques et les rhétoriques de la presse littéraire illustrée, les conditions matérielles qui modalisent la mise en image d’un fait d’actualité, le rythme particulier induit dans la lecture du périodique par la présence de l’image, la question de l’impact émotionnel des images dans leur articulation à la diffusion et à la conservation de l’information.

Textes réunis par Marta Caraion et Barbara Semelci et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Continuer la lecture de Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Colloque : Images fixes et Images animées

Colloque international 

Images fixes et Images animées. Livres illustrés, bandes dessinées et courts métrages d’animation 

du 19 au 21 mars 2020 – Roanne 

Contexte et argument

Ce colloque poursuit une réflexion initiée lors d’une journée d’études organisée à l’occasion de l’édition 2019 du Festival Ciné Court Animé de Roanne. Les travaux de cette journée d’études feront l’objet, avec ceux de ce colloque, d’une publication au sein de la collection Cinémas d’animations de L’Harmattan – elle-même faisant suite à l’édition d’un premier ouvrage reprenant la journée d’études et le colloque qui se sont tenus en 2017 et 2018.

Alors que la première phase de ces réflexions se consacrait principalement à la problématique de l’adaptation littéraire dans le cadre du court métrage d’animation, ce colloque souhaite les prolonger en ouvrant à d’autres espaces artistiques dans un monde où « toutes les formes de communication fonctionnent maintenant comme des vases communicants. » (A. Martin).

Nous nous proposons donc de nous pencher sur les rapports – terme qui inclut l’adaptation mais se propose aussi de lui échapper – entre, d’un côté, les formes courtes du cinéma d’animation et, de l’autre, des formes livresques unissant textuel et visuel, à l’image des livres illustrés et des bandes dessinées.  Continuer la lecture de Colloque : Images fixes et Images animées

Parution : Bernard Hinault

Bernard face à Hinault, de Bernard Hinault et Jean Cléder, Mareuil Éditions, mai 2016

 

Image : Tour de France, 1982

Après avoir collaboré avec l’écrivain Christian Laborde (Bernard Hinault, l’épopée du Blaireau, Mareuil Éditions), le quintuple vainqueur du Tour de France a choisi de travailler pour ce livre avec l’universitaire Jean Cléder. Maître de conférence en littérature comparée (Université Rennes 2), celui-ci travaille sur les rapports entre les arts. Il a publié notamment des ouvrages sur Patrice Chéreau, Christophe, Marguerite Duras, Michael Lonsdale.

En partenariat avec l’Université Rennes 2, le Cellam et l’Ina, ce livre augmenté (il propose des QR codes renvoyant aux courses) donne enfin au coureur la possibilité d’analyser sa carrière, de décrypter Continuer la lecture de Parution : Bernard Hinault

Parution : « Polyptique » de Pascal Robert

Polyptyque. Pour une anthropologie communicationnelle des images

Pascal ROBERT

Hermann, « Cultures numériques », 2015

polyptique Robert

Ce livre se veut une exploration du polyptyque que déploient nos images dans leur diversité. On peut y entrer par n’importe quel chapitre, sauf le dernier qui s’offre comme une synthèse. Inévitablement pluridisciplinaire, cette anthropologie communicationnelle s’ouvre sur l’histoire de l’art, la sociologie, la sémiotique, la philosophie politique tout autant que les SIC. Elle s’intéresse à des images de peinture comme à des images « machinées » par la photographie, le cinéma ou l’informatique, à des images de la culture cultivée comme aux images plus triviales d’aujourd’hui, celles des jeux vidéo, de la bande-dessinée ou de la télévision. Cette anthropologie se veut communicationnelle, non pour dire que « ça communique », mais qu’il en va d’une aptitude des images à mettre en scène et/ou à conjurer la logique de l’incommunication et à gérer ce que l’on appelle ici le « paradoxe de la simultanéité ». Loin d’être isolée, la question du numérique est alors réinscrite dans une anthropologie globale des images qui prête attention à leur matérialité comme aux jeux de leurs signes et qui en offre, au final, une approche comparatiste raisonnée.