Archives par mot-clé : images

Appel à contributions : Imageries et imaginaires du cirque / Images and Representation of the circus (Rouen)

Colloque : Imageries et imaginaires du cirque

Rouen, Musée des Beaux-arts, Hôtel des sociétés savantes

2, 3, 4 mars 2022

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Organisé à Rouen au Musée des Beaux-arts et à l’Hôtel des sociétés savantes, ce colloque international sera consacré aux imageries et imaginaires du cirque. Il s’agira de faire de cette thématique l’objet central des débats en conviant des chercheur·e·s inscrit·e·s dans divers cadres disciplinaires et spécialités universitaires : sociologie, anthropologie, histoire, littérature, musicologie, arts du spectacle, études visuelles, STAPS… Les travaux de recherche sur le cirque connaissent aujourd’hui un essor important. En France, le Collectif de Chercheur·e·s sur le Cirque initié au milieu des années 2000 autour de travaux portant alors principalement sur l’émergence du cirque contemporain, est aujourd’hui structuré en association et rassemble des chercheurs et chercheuses français comme étrangers. En Amérique du Nord, d’autres réseaux (comme le Montreal Working Group/Groupe de recherches montréalais en arts du cirque ou le réseau Circus and Its Others), contribuent à dynamiser les travaux de recherche sur le cirque. À l’Université de Rouen-Normandie, des recherches ont été menées sur le cirque et ses espaces, notamment régionaux (Lefevre et Sizorn, 2004 ; Percheron, 2007 ; Loret, 2012). L’histoire locale du cirque comme sa dynamique contemporaine sont en effet particulièrement riches. Rouen accueillait le premier manège stable de France en 1797, rue Duguay-Trouin, où Franconi se produisit ; Philip Astley, considéré comme le fondateur du cirque moderne vint à Rouen en 1785-1786 ; le Cirque de Rouen, inauguré en 1894 par le Cirque Rancy et détruit en 1973, fut une salle de spectacle très importante pour la ville, accueillant la programmation du Théâtre des Arts suite à sa destruction pendant les bombardements de 1944. À une vingtaine de kilomètres, le Cirque-Théâtre, construit à Elbeuf en 1892 et rénové en 2007, est aujourd’hui Pôle national Cirque. Il accompagne la production et la diffusion du cirque contemporain. Le bâtiment est l’un des huit derniers cirques stables historiques encore visibles en France, le seul avec piste et scène de théâtre à l’italienne.

La 9e édition du Temps des collections organisée par la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie accueillera l’exceptionnelle collection de Jeanne-Yvonne et Gérard Borg « Cirque et Saltimbanques » dans 4 musées de la Métropole de décembre 2021 à mai 2022 : affiches, photographies, peintures, costumes sont des traces de l’histoire du cirque, comme de ses liens avec d’autres arts.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Imageries et imaginaires du cirque / Images and Representation of the circus (Rouen)

Appel à publications : Cultures publicitaires (Sociétés & Représentations)

Appel à publications : « Cultures publicitaires », Revue Sociétés & Représentations (Éditions de la Sorbonne)

Date limite d’envoi des articles : 15 octobre 2021

Située au croisement de nombreux champs d’études (études visuelles, histoire et géographie urbaines, histoire des médias, histoire de l’art, histoire de la photographie, histoire du design, histoire du graphisme, sociologie, sémiologie, littérature, etc.), la publicité a pris, à l’époque contemporaine, des formes variées : placards, affiches, enseignes, imprimés, spots radio ou télé-diffusés, dessins de lettres, de logos ou de modèles, marketing web, participent à modeler le rapport des individus à la société commerciale.

Ce numéro thématique de la revue Sociétés & Représentations souhaite faire le point sur les recherches récentes touchant à l’histoire publicitaire, de la Révolution à nos jours, en interrogeant les formes et les objets de la (ou des) culture(s) publicitaire(s). Quelles sont les méthodes, les sources à la disposition des historiens pour saisir ces objets ? Pour quelle histoire ?

Afin de croiser les approches, plusieurs axes peuvent être envisagés, qu’ils touchent à l’esthétique publicitaire, à la construction d’une identité visuelle d’une industrie, d’un commerce ou d’un produit, aux espaces publics de la publicité, ou, dans une perspective d’histoire sociale, à la culture d’entreprise ou d’atelier, et aux usages de celle-ci. Peut également être interrogée, dans la perspective d’une histoire visuelle, la présence de la publicité dans les représentations, la manière dont elle est discutée par les critiques d’art et théoriciens, ou encore l’influence qu’elle a pu exercer sur les créateurs.

Plus largement, à travers l’étude des pratiques et des acteurs, il s’agit de cerner les contours d’une ou de plusieurs cultures publicitaires, voire d’en examiner les enjeux au-delà du seul cadre commercial. Comment ces pratiques et stratégies publicitaires, sans cesse élargies, modèlent-elles les rapports sociaux mais aussi l’environnement (urbain, rural) ? L’histoire culturelle et sociale, ainsi que l’histoire des médias ou de la communication politique, interrogent ainsi l’appropriation par différents acteurs d’une rhétorique publicitaire – les stratégies d’autopromotion, de médiatisation, de construction d’une identité publique ou professionnelle –, dont les enjeux sont parfois explicitement politiques. Les pratiques contestataires (adbusting, détournements d’affiches ou de panneaux publicitaires) pourront à ce titre être envisagées en tant que révélateur de rapports critiques, voire hostiles, à la culture publicitaire.

Il s’agira, enfin, de poser la question plus anthropologique d’une économie de l’attention (du consommateur, du flâneur, du spectateur) propre à l’époque contemporaine.

Modalités de soumission :

Les articles, d’une longueur de 25 000 à 40 000 signes (espaces et notes compris), devront être envoyés avant le 15 octobre 2021 à Anne-Sophie Aguilar et Eléonore Challine, coordinatrices du numéro :

eleonore.challine@univ-paris1.fr

annesophie.aguilar@parisnanterre.fr

Parution : Dérégler l’art moderne. De la caricature au caricatural, au XIXe siècle (Bertrand Tillier)

Depuis la Renaissance, les peintres ont pratiqué la caricature, d’abord comme un jeu d’atelier, puis comme une intervention politique et sociale à destination de l’opinion publique, à la faveur des Lumières et de la Révolution française. Tout au long d’un xixe  siècle attaché aux normes, aux genres et aux hiérarchies, qui a été le siècle de la reproductibilité technique des images et de la densification de leur circulation, le champ artistique s’est trouvé confronté à l’inflation des images satiriques. Grimaçante et expressive, la caricature a connu une expansion inédite, qui a d’abord été perçue comme une menace pour la peinture, d’autant que Hogarth, Goya, David, Delacroix ou Daumier s’y adonnaient.

Progressivement, cet objet partisan et utilitaire, doté d’une faible légitimité artistique et culturelle, considéré comme ingrat et régressif, quand il ne passait pour vulgaire, a pourtant été disjoint de ses intentions initiales  – le comique, la polémique et la critique –, pour devenir un langage formel. De la sorte, les procédés usuels de l’image satirique  – la déformation, l’exagération, l’altération ou la condensation  – se sont institués en moyens plastiques, selon un double processus de translation et de déterritorialisation qui caractérise aussi la modernité de Courbet, Cézanne ou Ensor.
Cet essai analyse comment, dans l’historiographie, la critique d’art et la pratique même des artistes, la caricature et son arsenal de dérèglements sont devenus, jusqu’au xxe  siècle, le lieu d’invention du caricatural, comme en témoignent les œuvres de Rouault, Klee, Grosz, Picasso, Erró, Basquiat ou Combas.

Colloque : Circulation des cartes postales dans la culture visuelle et littéraire (XXe – XXIe siècle) (en ligne, Institut pour la photographie)

Colloque : Circulation des cartes postales ans la culture visuelle et littéraire (XXe – XXIe siècle)

Institut pour la photographie, en ligne

10-12 mai 2021

Sous la direction de Magali Nachtergael et Anne Reverseau

Ce colloque rassemblera artistes et chercheurs de différents horizons pour explorer le rôle qu’un objet, a priori banal, a pu avoir dans la culture visuelle et littéraire des XXe et XXIe siècles. Il s’agira d’étudier, jusqu’à l’époque contemporaine, les différentes façons dont poètes, écrivains et artistes ont regardé, ont manipulé, ont joué avec la carte postale et comment ils se sont appropriés ou se sont opposés à ce modèle médiatique plus polémique qu’il n’y paraît. Comment la carte postale, en étant réinvestie par les artistes contemporains, en particulier dans les protocoles iconographiques et de collection, connaît un renouveau qui amène aussi un regard critique sur cette production vernaculaire de masse ?

En abordant à la fois l’imaginaire de la carte postale dans les avant-gardes historiques et ses réinventions contemporaines, ce colloque entend proposer une relecture de ce medium moderne qui insiste sur ses enjeux communicationnels. Malgré les fluctuations de la production et la variabilité des supports, la notion de «carte postale» reste opérante et usitée jusque dans les correspondances numériques, témoignant du modèle médiatique qu’elle représente encore aujourd’hui.

Téléchargez le programme complet
Inscription* via mail : contact@institut-photo.com
Colloque gratuit, envoi des liens 24 h avant chaque journée d’intervention 

Appel à communications : Les Contagions visuelles au prisme des nouveaux médias

Les Contagions visuelles au prisme des nouveaux médias

Colloque en anglais et en français, les 13, 14 et 15 septembre 2021.

(English below)

Comment la circulation des images et la diffusion de certaines plus que d’autres prennent-elles forme dans les cultures visuelles informatisées ? Le jeu-vidéo, la culture Internet, ou l’art numérique témoignent selon différentes dynamiques d’une circulation accrue des images à l’échelle globale. Celle-ci exploite autant les logiques de l’intermédialité que celles de l’hybridation et de la remixabilité, et inscrit ces champs de production dans une mondialisation par les images que les chercheur.se.s n’ont pas suffisamment étudiée. Les contagions visuelles, d’un médium à un autre et d’un champ à un autre, sont aussi des phénomènes privilégiés pour mettre en lumière les effets des nouveaux médias sur les cultures contemporaines.

Les dispositifs vidéoludiques, en particulier, ont porté une culture de l’image intrinsèquement mondialisée, ayant joui d’un paradigme technologique favorable à sa diffusion et à des phénomènes de contagion. Le phénomène est ample, de la circulation des images de jeux-vidéo sur différents supports à leur reprise par des artistes contemporains, comme par des usagers d’Internet (memers, vidéastes) qu’on appelle parfois prosommateurs. Dans la même perspective, ladite culture Internet subsume un grand nombre de pratiques proches du Culture jamming ou de la Remix culture. Celles-ci dialoguent avec des médiums qui leur sont antérieurs (peinture, cinéma, jeu-vidéo, télévision), un dialogue qui incite à interroger le caractère novateur ou plus ancien de la synthèse médiale opérée par l’ordinateur. Les arts numériques, envisagés comme un domaine de recherche et de création, étendent encore ce dialogue et lui donnent une perspective réflexive et critique, dont le Game art ou le Net art sont des exemples saillants.                

Continuer la lecture de Appel à communications : Les Contagions visuelles au prisme des nouveaux médias

Journée d’études : Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle

Atelier de la SERD : « Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle »

Organisation : Delphine Gleizes et Axel Hohnsbein
Journée d’étude en ligne le 5 février 2021, de 9h30 à 15h30

Vitrines, étalages, photographies, tableaux, affiches, cartes de visites, cartes postales, livres, journaux, musées et spectacles, projections lumineuses, cinématographe, rayons X… Au fil du xixe siècle, textes et images peuplent de plus en plus d’espaces, bouleversant définitivement notre relation à la lecture. À la mobilité du corps du lecteur/promeneur répond une nécessaire mobilité interprétative, le texte et l’image entretenant désormais une relation compliquant singulièrement la tâche à qui veut distinguer les arts nobles des arts populaires.

La richesse iconographique des espaces urbains et textuels impose à ceux qui les organisent de maintenir et développer l’idée de seuil : les musées, les magasins (de pierre et de papier), les journaux, livres et revues, le métropolitain, les expositions, les passages, les cafés, les salles de spectacles, etc., conçoivent ou reconfigurent leurs seuils respectifs afin d’être instantanément identifiables aux yeux d’un lecteur/promeneur envisagé en tant qu’amateur d’images et acheteur potentiel.

Continuer la lecture de Journée d’études : Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle

Colloque en ligne : Créativité et émergence iconique : images, histoire, narrations

Le Colloque « Créativité et émergence iconique : images, histoire, narrations » est organisé par le LIRCES UPR 3159 et EUR CREATES, Université Côte d’Azur et CRC, École des Mines Paris-Tech : 
Franck Guarnieri, Marc Marti, Céline Masoni. 

10 et 11 décembre 2020

Inscriptions: le colloque se tenant sous ZOOM, merci d’envoyer votre inscription pour recevoir le lien de connexion en écrivant à Marc.MARTI@univ-cotedazur.fr ou Celine.MASONI-LACROIX@univ-cotedazur.fr 

Il s’agit d’un projet financé par le programme UCA-JEDI ANR-15-IDEX-01.

L’image, des lettres aux arts, des sciences humaines et sociales aux sciences de l’ingénieur, est un objet de recherche nécessairement interdisciplinaire. Du schéma scientifique à l’œuvre d’art iconographique, audiovisuelle, vidéoludique, elle est un des supports privilégiés de la créativité humaine, appréhendée dans son sens le plus large. Sans cesse réinventée et réinterprétée, elle est le témoin de nouveaux modes de pensée et d’action, de leur inscription dans le temps et de leur émergence dans tous les champs de la connaissance. L’image est loin d’avoir un simple rapport analogique avec la pensée ou le réel. En effet, elle possède aussi une capacité à déclencher la narration en étroite relation avec son contexte culturel, dans lequel sont immergés producteur et spectateur, grâce aussi à sa capacité à mobiliser des stéréotypes relevant de l’imaginaire social, ainsi qu’à la façon dont l’image les donne à voir et les représente. Elle peut être aussi, en ce sens, un facilitateur de la cognition sociale.

Télécharger le programme

Parution : Textimage n°12, « Illustrer ? »

J. J. Grandville, dessin préparatoire à la planche finale
des Scènes de la vie privée et publique des animaux, Paris, J. Hetzel, 1842,
tome I, plume et encre sépia. Anvers, Collection Ronny Van De Velde

Textimage, Revue d’étude du dialogue texte-image, « Illustrer ? », Automne 2020.

Numéro composé par Hélène Campaignolle-Catel, Ségolène Le Men et Marianne Simon-Oikawa

En hommage à Barbara Wright

Hélène Campaignolle-Catel, Ségolène Le Men et Marianne Simon-Oikawa : Illustrer ? Introduction        

L’illustration à l’œuvre : théories artistiques et relectures

Ségolène Le Men : L’illustration, pour ou contre ?        

Torahiko Terada : Les éditions illustrées des contes de Guy de Maupassant : procédés photomécaniques et stratégies éditoriales        

Rivka Susini : Les symbolistes face à l’illustration        

Zoé Monti : Les Illuminations illustrées d’Arthur Rimbaud        

L’illustration dans la presse au XIXe siècle

Sarah Hervé : Bataille de symboles : la caricature comme arme

Laurence Danguy : Illustrer la Suisse ? Revendications, stratégies visuelles et  cumul symbolique d’un périodique suisse à la fin du XIXe siècle

Axel Hohnsbein : Les merveilles de La Nature. Illustration et vulgarisation  scientifique dans la seconde moitié du XIXe siècle

Laurence Guignard : Illustrer la lune. Un exemple de divulgation d’un corpus d’images scientifiques dans la presse de vulgarisation (XIXe siècle)  Continuer la lecture de Parution : Textimage n°12, « Illustrer ? »

Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Actes du colloque de Lausanne, les 15-16 novembre 2018.

En accès libre sur Fabula

Les études actuelles sur la presse littéraire du XIXe siècle, comme celles qui portent notamment sur les différents mercures des XVIIe et XVIIIe siècles, soulignent un lien privilégié entre la littérature et la poétique journalistique. Or, si l’on peut se réjouir du dynamisme critique qui caractérise aujourd’hui les études sur la presse littéraire, force est de constater que leurs résultats demeurent cloisonnés du point de vue diachronique.

La vocation première de ce recueil est par conséquent d’établir un dialogue entre les spécialistes des périodes pré-moderne et moderne autour des rapports entre presse et littérature envisagés dans un spectre chronologique peu exploré. L’image matérielle (gravure, photographie) et textuelle (description, ekphrasis) constitue en ce sens un levier optimal pour engager ce dialogue. Le postulat principal serait ainsi que l’image dans la presse littéraire entretient des rapports spécifiques avec la temporalité (transposition visuelle d’un fait d’actualité, d’un moment narratif singulier, etc.) dont l’expression s’exacerbe dans le cas d’une publication périodique, tributaire des contraintes éditoriales qu’implique une parution régulière.

Il s’agit en effet d’envisager à nouveaux frais les rapports entre des formes littéraires soumises à des formes de périodicité variées (presse périodique, livraisons, recueils, etc.) et différentes manifestations, figuratives et textuelles, du visuel ; et d’interroger notamment la nature et les usages des modèles littéraires qui informent les poétiques et les rhétoriques de la presse littéraire illustrée, les conditions matérielles qui modalisent la mise en image d’un fait d’actualité, le rythme particulier induit dans la lecture du périodique par la présence de l’image, la question de l’impact émotionnel des images dans leur articulation à la diffusion et à la conservation de l’information.

Textes réunis par Marta Caraion et Barbara Semelci et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Continuer la lecture de Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Colloque : Images fixes et Images animées

Colloque international 

Images fixes et Images animées. Livres illustrés, bandes dessinées et courts métrages d’animation 

du 19 au 21 mars 2020 – Roanne 

Contexte et argument

Ce colloque poursuit une réflexion initiée lors d’une journée d’études organisée à l’occasion de l’édition 2019 du Festival Ciné Court Animé de Roanne. Les travaux de cette journée d’études feront l’objet, avec ceux de ce colloque, d’une publication au sein de la collection Cinémas d’animations de L’Harmattan – elle-même faisant suite à l’édition d’un premier ouvrage reprenant la journée d’études et le colloque qui se sont tenus en 2017 et 2018.

Alors que la première phase de ces réflexions se consacrait principalement à la problématique de l’adaptation littéraire dans le cadre du court métrage d’animation, ce colloque souhaite les prolonger en ouvrant à d’autres espaces artistiques dans un monde où « toutes les formes de communication fonctionnent maintenant comme des vases communicants. » (A. Martin).

Nous nous proposons donc de nous pencher sur les rapports – terme qui inclut l’adaptation mais se propose aussi de lui échapper – entre, d’un côté, les formes courtes du cinéma d’animation et, de l’autre, des formes livresques unissant textuel et visuel, à l’image des livres illustrés et des bandes dessinées.  Continuer la lecture de Colloque : Images fixes et Images animées