Archives par mot-clé : illustration

Parution : L’effet livre – Métamorphoses de la bande dessinée (Sylvain Lesage)

 

Un nouvel ouvrage de Sylvain Lesage, consacré aux métamorphoses de la bande-dessinée, est disponible depuis le 31 octobre 2019 aux Presses Universitaires François-Rabelais, dans la collection “Iconotextes”.

Longtemps perçue avec méfiance, la bande dessinée a depuis gagné sa place dans les bibliothèques, les écoles, les musées, les galeries… Si elle a obtenu de haute lutte le statut de “neuvième art” en France et en Belgique, c’est notamment grâce à une nouvelle génération d’auteurs, au cercles bédéphiles et même, en France, grâce à l’Etat. Toutefois, son entrée au panthéon des arts est aussi le fruit d’une mutation décisive dans les circuits de diffusion.

Continuer la lecture de Parution : L’effet livre – Métamorphoses de la bande dessinée (Sylvain Lesage)

Colloque : “Tracing Types”, 3-4 juin 2016

Colloque international

“Tracing Types. Comparative Analyses of Nineteenth-Century Sketches”

Université de Gand, Belgique, 3 et 4 juin 2016

Colloque Tracing Types

Informations pratiques et programme sur le site: http://www.tracingtypes.ugent.be/

Argumentaire

A new wave of scholarship has emerged in recent years, which examines nineteenth-century sketches (sometimes referred to as ‘panoramic literature’) from a transnational perspective.The present international conference seeks to continue this comparative reflection by placing the spotlight on the comparative analysis of texts and images of specific types and by tracing how these representations vary across sketches from different places, media and editorial contexts.

Parution : “Le Dépossédé”, sur Jacques Abeille

Le Dépossédé – Territoires de Jacques Abeille

Arnaud Laimé et collectif, Jacques Abeille

le-depossede-territoires-de-jacques-abeille

Le Dépossédé regroupe les contributions de chercheurs et d’amateurs passionnés par l’œuvre de Jacques Abeille qui se sont réunis lors d’une journée d’étude organisée en 2014. Il s’agit de la première analyse d’importance dédiée à cet auteur surréaliste né en 1942 et dont la reconnaissance critique ne cesse de croître ces dernières années, notamment depuis la redécouverte en 2010 de son roman phare, Les Jardins statuaires.

Cette édition est enrichie d’un texte et de dessins inédits de Jacques Abeille.

Couverture : François Schuiten

 

LIRE UN EXTRAIT sur le site du Tripode.

À l’origine du projet et directeur de cet ouvrage, Arnaud Laimé est maître de conférences à 
l’université Paris 8. Ses recherches se concentrent sur la réception des textes oubliés par l’histoire littéraire. Spécialiste de la littérature néolatine française du début du XVIe siècle, il se consacre depuis plusieurs années à l’étude de l’œuvre de Jacques Abeille.

Avec des contributions d’Anne Besson, Louis Boulet, Elsa Caboche, Michel Costantini, Arnaud Laimé, Daniel Launay, Erwann Perchoc, Ivanne Rialland, Pierre Vilar.

BD et Illustration : journées d’étude

fanzine

Le laboratoire de recherche De Traits et d’esprit de l’atelier d’illustration de la Hear (ex école des arts décoratifs de Strasbourg) organise 2 journées d’études consacrées à la BD et à l’illustration.

23 novembre 2015 :  Fanzines, feuillets et non-livres, avec Gert Meesters, Mael Rannou, Elise Canaple, Jean-Charles Andrieu de Levis, Aline Leguen, Loïc Urbaniak.

Lundi 14 décembre 2015 : Le style titille t-il ?, avec Olivier Deloignon, Florent Ruppert, Guillaume Dégé, Léon Maret, Dominique Goblet, Benjamin Roure.

Ces deux journées se déroulerons dans l’auditorium de la Hear, 1 rue de l’Académie à Strasbourg, de 9 h 30 à 17 h 00. L’entrée est libre.

renseignements : odeloignon@club-internet.fr

Parution: “(Bé)vues du futur”

(Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940)

Collectif dirigé par Clément Dessy et Valérie Stiénon, Presses du Septentrion, 2015

 

bévues du futur

Aujourd’hui inscrite au cœur des cultures télévisuelle et adolescente, la dystopie possède une histoire riche pourtant méconnue. Cette forme d’expression qui mêle projection dans le futur et vision critique d’une société révèle les enjeux majeurs des époques qu’elle a traversées. Explorer ses caractéristiques visuelles sur un siècle, de 1840 à la Seconde Guerre mondiale, permet d’observer les lignes de forces d’un imaginaire central dans la littérature et les arts. L’imaginaire dystopique ne touche pas seulement à l’iconographie. Il concerne aussi les ressources textuelles de la description, la circulation transmédiatique des fictions et la définition même d’un univers souvent improprement qualifié par les étiquettes de fantastique et de science-fiction. Continuer la lecture de Parution: “(Bé)vues du futur”

Parution: The French Comics Theory Reader (Ed. Ann Miller – Bart Beaty)

leuven

The French Comics Theory Reader

Edited by Ann Miller and Bart Beaty
Leuven University Press
€ 59,00, ISBN 9789058679888, paperback, 334 p., English
Key French-language theoretical texts on comics translated into English for the first time

The French Comics Theory Reader presents a collection of key theoretical texts on comics, spanning a period from the 1960s to the 2010s, written in French and never before translated into English. The publication brings a distinctive set of authors together uniting theoretical scholars, artists, journalists, and comics critics. Readers will gain access to important debates that have taken place among major French-language comics scholars, including Thierry Groensteen, Benoît Peeters, Jan Baetens, and Pierre Fresnault-Deruelle, over the past fifty years. The collection covers a broad range of approaches to the medium, including historical, formal, sociological, philosophical, and psychoanalytic. A general introduction provides an overall context, and, in addition, each of the four thematic sections is prefaced by a brief summary of each text and an explanation of how they have influenced later work. The translations are faithful to the originals while reading clearly in English, and, where necessary, cultural references are clarified.

Contributors
Jan Baetens, † Gérard Blanchard, Luc Boltanski, Sylvain Bouyer, Philippe Capart, Erwin Dejasse, Pierre Fresnault-Deruelle, † Jean-Claude Glasser, Thierry Groensteen, Manuel Hirtz, † Francis Lacassin, Bruno Lecigne, Pascal Lefèvre, Jean-Christophe Menu, Harry Morgan, Pascal Ory, Benoît Peeters, Jacques Samson, Barthélémy Schwartz, Michel Serres, Thierry Smolderen, Pierre Sterckx, Jean-Pierre Tamine, Serge Tisseron

Parution: Comicalités, mai

cham

Comicalités

mai

En ce mois de mai, Comicalités. Études de culture graphique vous propose deux nouveaux articles (résumés plus bas) explorant la dimension médiatique de travaux graphiques. Analysant un dispositif éditorial se fondant sur l’exploitation d’une tradition narrative, le premier d’entre eux traite du label Vertigo et de son entreprise de « réécriture » (terme que l’auteur et nous-mêmes souhaiterions interroger plus avant). Étudiant des innovations narratives et graphiques au regard d’une culture de l’imprimé et notamment de la naissance de la presse illustrée, le second est consacré à Cham et sera très prochainement suivi par la publication d’un second texte. Artiste encore aujourd’hui méconnu, celui-ci participa notamment à la création de « comicalités »  que notre revue a adoptées comme intitulé : sa parution est donc l’occasion d’une réorganisation et de la création d’une nouvelle « thématique » (« Histoire et bande dessinée : territoires et récits ») qui accueillera d’ici peu de nouveaux textes que vous êtes toujours libre de commenter sur les Carnets de Comicalités

  • « The rewriting ethos of the Vertigo imprint: critical perspectives on memory-making and canon formation in the American comics field » de Chritophe Dony
  • « Rhétorique texte/image, minimalisme et jeux de perspective : l’héritage de Cham » de Philippe Willems

Appel: Robida et l’anticipation

Robida et l’anticipation

Appel à communications pour une journée d’études

à Lyon le 19 juin 2014

Souvent réduite, suivant un principe téléologique, à une sorte de science-fiction archaïque, l’œuvre d’Albert Robida gagne au contraire à être appréhendée dans le contexte littéraire et culturel de son époque. Certes, lorsqu’il évoque Le Vingtième siècle, La Guerre au xxe siècle, La Vie électrique ou Un voyage de fiançailles au xxe siècle, c’est bien un imaginaire tourné vers la société du futur que Robida offre aux lecteurs des années 1880-1890. Mais son discours d’anticipation s’enracine dans les logiques de la presse satirique contemporaine, exagérant les travers de son époque en les caricaturant par l’extrapolation temporelle. Le style littéraire comme l’art graphique de Robida s’inscrivent ainsi dans une tradition qui engage des modes de lecture (ceux de la petite presse et de la satire) familiers au lectorat de la fin du xixe siècle, ce qui produit une appréhension des textes tout à fait différente de celle des lecteurs actuels.

Cette journée d’étude se propose de reconsidérer l’ensemble de la production d’anticipation de Robida, aussi bien les volumes de la Librairie Illustrée que les fictions pour la jeunesse, les ouvrages créés seuls ou en collaboration (comme La Guerre infernale avec Pierre Giffard), les publication en volumes ou les articles publiés dans la presse (en particulier dans La Caricature fondée par Robida en 1880), les récits illustrés et une incursion dans le genre théâtral avec une pièce d’ombres pour Le Chat noir.

Au sein de ce vaste archipel d’œuvres d’anticipation, un sous-ensemble doté d’une cohérence fictionnelle spécifique se dessine, avec des romans mettant en scène des personnages reparaissants dans les années 1950, autour de la famille Ponto (qu’on rencontre dans Le Vingtième siècle, La Vie électrique, Un voyage de fiançailles au xxe siècle et dont les ancêtres ont également été représentés dans Le Dix-neuvième siècle). Le Vingtième siècle occupe indéniablement une place centrale dans l’œuvre d’anticipation de Robida. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Cependant, au-delà de ces quelques traits spectaculaires, il a finalement été relativement peu été étudié pour lui-même, et mériterait une analyse détaillée, qui le ressaisirait dans son contexte culturel et médiatique de production. De façon plus générale, on souhaiterait mettre en valeur, dans l’ensemble de ces œuvres, à la fois la dimension graphique de l’anticipation selon Robida et son travail d’écrivain, qui a été jusqu’ici rarement abordé en tant que tel, dans sa dimension stylistique et poétique, et dans son dialogue avec la culture médiatique contemporaine. On sera notamment sensible à la place du registre comique chez Robida, et au lien original qu’il construit entre humour et écriture d’anticipation.  On pourra également mettre en évidence l’hybridité générique à l’œuvre dans les romans d’anticipation, et l’imbrication des multiples modèles mobilisés – littérature panoramique, roman de formation, dystopie, satire, roman d’aventures, etc. Un des enjeux de l’analyse de ces différents textes d’anticipation sera d’aborder l’œuvre de Robida non comme un cas isolé, mais de réévaluer sa place dans l’histoire littéraire en soulignant les échos avec les romans d’aventures scientifiques et la vaste littérature d’anticipation qui se développe au tournant du xixe siècle, sur une multitude de supports.

Les propositions de communication pourront s’intégrer dans les axes suivants :

1. Une écriture de l’anticipation : les genres romanesques et l’humour de Robida

– On pourra s’intéresser aux multiples « genres de l’anticipation » abordés par Robida (et à la pertinence de ces catégories génériques). Les « guerres de demain » constituent-elles un sous-genre spécifique ? Quelle relation l’œuvre entretient-elle avec les traditions de la dystopie et de la contre-utopie ? On verra comment Robida investit le récit illustré pour la jeunesse, en y introduisant sa culture satirique et en permettant ainsi une lecture des textes à plusieurs niveaux.

– On s’attachera également aux relations d’Albert Robida avec le genre du roman d’aventures scientifiques, et plus particulièrement à son dialogue parodique avec l’œuvre de Jules Verne.

– Dans le cadre d’une réflexion sur la poétique du roman d’anticipation selon Robida, on pourra notamment analyser les structures narratives, le travail sur le personnage et le recours aux types, ainsi que la transformation de l’écriture descriptive en raison de la dynamique spécifique texte/image.

– Pour mettre en évidence les multiples ressources de l’humour mobilisé par Robida dans ses récits d’anticipation, on pourra étudier l’usage de la satire, des allusions contemporaines et des procédés d’exagération propres à la caricature, le recours à un comique de situation, ainsi que le travail de l’ironie et plus particulièrement les effets de décalage entre texte et image.

– On s’intéressera également à des récits limites, qui questionnent la nature de l’anticipation : les Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul dans les cinq ou six parties du monde et dans tous les pays connus et même inconnus de M. Jules Verne ou la série de « La Boîte aux lettres » (correspondance fictive publiée dans Le Petit Français illustré entre 1896 et 1901 par Robida, Christophe et Henriot) pourraient ainsi redéfinir les frontières de l’anticipation et de l’imagination scientifique.

2. Robida et la « civilisation du journal »

L’œuvre de Robida a été modelée par le double statut de son auteur : il a investi le champ du livre illustré, mais c’est aussi avant tout un homme de presse, dévoilant semaine après semaine une critique en images de la vie culturelle parisienne. Au moment où il publie ses premières œuvres d’anticipation, dans les années 1880, il collabore à de nombreux hebdomadaires, comme Le Journal amusant, La Vie parisienne ou Paris-caprice, et pendant plus de dix ans, il dirige son propre hebdomadaire, La Caricature.

– On pourra donc analyser l’inscription des productions d’anticipation dans la civilisation du journal, et leur relation à la culture de la petite presse et de la presse satirique. On verra l’influence du support sur l’écriture des romans, l’allusion aux événements de l’actualité médiatique témoignant d’une culture du clin d’œil et de la connivence avec le lecteur. Au-delà de ces références, on pourra dégager la proximité entre ces textes et le modèle esthétique que constitue la caricature d’actualité.

– Parallèlement à la presse satirique, un autre champ médiatique interagit avec la production d’anticipation de Robida : celui de la presse de vulgarisation. On examinera alors le dialogue et les éventuelles contradictions entre la fiction d’anticipation et support scientifique. La Vie électrique est ainsi parue dans La Science illustrée, revue de vulgarisation dirigée par Louis Figuier, qui y célébrait par ailleurs les merveilles de l’électricité.

– De façon plus générale, on pourra considérer les effets de la variété des supports de publication sur la nature des discours d’anticipation proposés et sur leur évolution. On retracera ainsi l’histoire de la genèse des œuvres (conditions éditoriales de production, transformations en fonction des supports et des publics). En examinant la diversité des supports, des destinataires, et des formats (romans, pièce de théâtre, articles de presse ou récits en volumes, œuvres pour adultes ou pour la jeunesse, œuvres écrites seul ou en collaboration), on pourra s’interroger sur les effets d’hétérogénéité autant que sur l’unité de l’œuvre.

– Symétriquement à cette imprégnation de la culture médiatique déterminant la production des œuvres d’anticipation, on explorera la réception de ces romans dans la presse d’époque, pour déterminer comment la civilisation du journal se ressaisit, en retour, de cette œuvre produite en son sein.

3. L’anticipation en images : une empreinte visuelle durable

– Le dynamisme propre de l’œuvre de Robida repose sur l’interaction originale construite entre texte et image, et l’élaboration d’un univers visuel d’une richesse remarquable, cohérent d’un roman à l’autre. On pourra examiner les mécanismes narratifs mobilisés pour l’illustration, les effets de convergence, d’expansion, de commentaire ou de contradiction entre la matière textuelle et sa transposition en image.

– Quelles influences esthétiques s’exercent sur la création graphique de Robida ? En dehors de la presse satirique, quel dialogue s’institue avec les autres artistes de presse de l’époque, ainsi qu’avec les illustrateurs de littérature de jeunesse ? On pourra également s’interroger sur l’influence de différents univers visuels, comme celui de la réclame et de l’image publicitaire, ou celui de l’illustration scientifique.

– Quelle place Robida occupe-t-il dans l’histoire de l’illustration ? Se situant après la génération des illustrateurs romantiques tels Gustave Doré, Daumier, Bertall ou Cham, il ouvre la voie à nouvelle génération d’illustrateurs comme Forain, Willette ou Caran d’Ache. Peut-on définir une spécificité de son œuvre d’anticipation, sur un plan graphique, par rapport au reste de sa production ?

– On pourra enfin analyser la postérité visuelle de Robida, dans le domaine de l’anticipation scientifique. Ses images de villes futuristes notamment, sillonnées de dirigeables, ont durablement marqué les représentations, servant de matrice imaginaire à nombre de fictions futuristes du vingtième siècle, et elles se sont vues réactivées récemment par le courant de science-fiction dénommé steampunk.

4. La société du futur

– C’est sous cet angle que l’œuvre de Robida a été le plus souvent abordée. Mais au-delà d’un répertoire des domaines de la société future affectés par l’anticipation – relations sociales (notamment le travail des femmes), transports, loisirs, moyens de communication, urbanisme – il importera de restituer la complexité du positionnement idéologique de son auteur. Le discours de Robida sur la modernité, s’il se déploie souvent dans un registre satirique, échappe néanmoins à l’univocité. A la lumière de ses fictions d’anticipation, on pourra dessiner l’itinéraire politique de Robida. On pourra également analyser les enjeux idéologiques de sa représentation des sciences et des techniques.

– On constate souvent dans les fictions d’anticipation de Robida une répartition du personnel romanesque en deux groupes, qui permet de rejouer sur un plan symbolique la guerre des sciences et des lettres. On pourra interpréter la répétition de cette structure duelle, qui se voit souvent redoublée d’une autre bipartition, sur un plan spatial. Il importera en effet d’analyser la fréquente scission entre différents espaces correspondant à des temporalités parallèles : d’une part le monde du futur, et d’autre part des espaces protégés, conçus comme des conservatoires des mœurs du passé, comme la réserve d’Armorique.

– Les romans d’anticipation sont par ailleurs le lieu d’une réflexion sur le devenir de l’art, où l’on peut deviner la transposition de cibles contemporaines et notamment l’écho des polémiques des années 1880 autour du naturalisme. Au-delà de sa dimension métatextuelle, on pourra développer cette réflexion esthétique, portant sur la littérature, mais aussi les arts du spectacle, la peinture et la musique.

Bibliographie sélective d’œuvres d’anticipation d’Albert Robida

1869La Guerre au xxe siècle – campagne de Jujubie. Album inédit

1883 Le Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux

1883 Le Vingtième Siècle, Paris, Dentu

1883 – « La Guerre au vingtième siècle », La Caricature, n° 200, 27 octobre 1883

1887La Guerre au Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux

1889La Nuit des Temps ou l’élixir de rajeunissement, Pièce d’ombres pour le cabaret du Chat Noir. Livret, Imprimerie Charles Blot

1891-1892 La Vie électrique, Paris, Librairie illustrée, publication dans La Science illustrée n° 209 du 28 novembre 1891 au n° 244 du 30 juillet 1892

1892Jadis chez Aujourd’hui, Paris, Armand Colin, publié en pré-originale par Le Petit Français iIlustré du n°63 du 10 mai 1890 au n° 68 14 juin 1890

1892 Un Voyage de fiançailles au vingtième siècle, Paris, Louis Conquet

1895 – « La Fin des Livres » in Contes pour les bibliophiles, textes d’Octave Uzanne, Paris, Albert Quantin

1902L’Horloge des Siècles, Paris, Juven publié en pré-originale dans La Vie illustrée du n° 160 du 8 novembre 1901 au n° 182 du 11 avril 1902

1908 La Guerre Infernale, texte de Pierre Giffard, Paris, Méricant

1917 – « Un Potache en 1950 » publié dans Mon Journal du n° 36 du 8 septembre 1917 au n° 51 du 22 décembre 1917

1919-1920 – « En 1965, roman prophétique » publié dans Les Annales du n° 1896 du 26 octobre 1919 au n° 1908 du 18 janvier 1920

1919L’Ingénieur Von Satanas, Paris, Renaissance du Livre

1925Un Chalet dans les Airs, Paris, Armand Colin

Les propositions de communication (environ 1000 mots) sont à envoyer, accompagnées d’une présentation bio-bibliographique, à Claire Barel-Moisan (claire.barel-moisan@ens-lyon.fr) et à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) avant le 31 octobre 2013.

Conférences: cycle sur la littérature populaire (Bibliothèque de l'Instruction Publique)

Bibliothèque des amis de l’instruction du 3è arrondissement

54 rue de Turenne 75003 PARIS

SOIRÉES DE LECTURE 2012-2013

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Le jeudi 14 février 2013 à 19 h 30 : Marie Palewska : « Le roman d’aventures fin-de-siècle et Paul d’Ivoi »

Le jeudi 21 mars à 19h30 : Hosseïn Tengour (docteur en littérature de l’université de la Sorbonne) : « La figure du forçat dans les romans populaires »

Le jeudi 25 avril à 19h30 : Laurent Bihl (docteur en histoire, animateur à la Dionyversité, Université populaire de Saint-Denis) : « Les illustrations du roman populaire »

Le jeudi 23 mai à 19h30 : Dominique Laporte (professeur agrégé à l’Université du Manitoba) : « Les études sur Paul Féval (1816-1887). Bilan et perspectives à l’approche du Bicentenaire »

Le jeudi 13 juin à 19h30 : Agnès Sandras (conservateur à la Bibliothèque nationale de France) : « Le balcon de Jenny l’ouvrière, de la chanson au roman populaire »

Appel: Présence de Lovecraft : l’illustration en question (deadline 15 janvier 2012)

Appel à contributions

Maison des Sciences de l’Homme, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand 2)

13 et 14 juin 2013

CELIS (EA 1002)

Présence de Lovecraft : l’illustration en question

Please scroll down for the English version

L’œuvre de Lovecraft est étroitement liée à la notion même d’illustration à différents niveaux. Outre l’influence (à démontrer) que les arts graphiques et le cinéma ont pu exercer sur ses écrits, l’auteur a toujours su ménager dans ses nouvelles des blancs ou des interstices qui agissent comme autant d’invites à des illustrateurs (ou continuateurs) potentiels. C’est ainsi que le livre du Necronomicon, censément écrit selon Lovecraft lui-même par l’Arabe dément Abdul Al-Hazred, et souvent cité dans l’œuvre comme catalogue fantasmé des Grands Anciens, a été réellement publié aux Etats-Unis en 1978… sous forme d’un canular littéraire il est vrai de piètre qualité. Mais plus directement les adaptations de toutes sortes ne manquent pas concernant cet auteur, qu’il s’agisse du cinéma (Brian Yuzna, Roger Corman, John Carpenter, jusqu’au projet toujours en cours d’adaptation de At the Mountains of Madness par Guillermo del Toro), de la bande dessinée (Philippe Druillet notamment) ou de formes plus éloignées comme les jeux vidéos ou les jeux de rôles que l’on peut considérer comme un type particulier d’illustrations (Alone in the DarkPrisoner of IceNécronomicon, et le jeu de rôle célèbre The Call of Cthulhu qui a contribué dans les années 1990 au regain de popularité de l’œuvre). Dans une approche inspirée par Linda Hutcheon (Adaptation) il est donc loisible d’élargir le champ de l’adaptation et / ou de l’illustration au-delà de la stricte transposition graphique, cinématographique ou télévisuelle et de s’intéresser à un champ plus vaste selon une problématique générale du rapport à l’image dans et autour de l’œuvre. Dans la suite des travaux déjà publiés sur l’auteur (notamment les Cahiers de l’Herne, et plus récemment les actes du colloque de Cerisy publiés en 2002) qui se sont pour partie intéressé à cette question, nous nous proposons d’aborder l’illustration selon les axes suivants (ces pistes ne sont pas exhaustives) :

* Quelle présence du cinéma et / ou de l’image chez Lovecraft ? Peut-on déceler dans cette écriture souvent baroque et toujours en tension, tension à laquelle la forme de la nouvelle participe pour une large part, une influence de l’esthétique visuelle naissante au début du XXème siècle ?

* Comment les adaptations au sens large négocient-elles les thématiques et les traits stylistiques récurrents de l’œuvre littéraire ? Comment lire par exemple la forte réflexivité du film de Carpenter (In the Mouth of Madness, 1994) au regard des textes de Lovecraft ? S’agit-il ici d’une illustration issue d’une lecture sous influence, notamment dans la perspective de la prédominance de cette thématique de la réflexivité à l’ère postmoderne ?

* Quels passages sont négociés entre le texte et l’image par les différents médiums considérés, qu’ils s’agisse de médiums traditionnellement étudiés dans le champ de l’adaptation (bande dessinée, cinéma) ou plus éloignés de ce champ (jeux vidéos) ?

* Quelle perspective diachronique est-il possible de tracer dans cette histoire des diverses adaptations et illustrations de Lovecraft ? Peut-on lire dans cette histoire un reflet de notre propre histoire culturelle ?

* Peut-on lire dans ce rapport au texte qui sous-tend l’illustration un nouveau type de relations à la culture populaire selon des modalités qui touchent à la fois au jeu littéraire (voir l’exemple du Nécromonicon) et à une référence plus ou moins implicite à un art de l’excès qui au XXIème siècle prendrait sa source littéraire à l’orée du XXème siècle ?

Howard Philips Lovecraft and the question of illustration

Lovecraft’s works entertain an essential relationship to the very notion of illustration, for various reasons. One may first think of the influence graphic arts and cinema may have had on his writings, but beyond this dimension, Lovecraft consistently managed to include in his short stories blank spaces that seem to call for continuation or illustration of his texts.  Thus the Necronomicon, which is referred to in Lovecraft’s works as an imaginary description of the Great Old Ones supposedly written by the “Mad Arab” Abdul Alhazred, was really published in the USA in 1978 as a literary hoax, albeit of a poor literary quality. More directly, all kinds of adaptations abound around Lovecraft’s work, whether it is film adaptations (Brian Yuzna, Roger Corman, John Carpenter, including Guillermo del Toro’s current project of adapting At the Mountains of Madness), comic books (with French cartoonist Philippe Druillet e.g.) or more remote kinds of adaptations such as video games and role playing games which can be considered as a specific type of illustrations (Alone in the DarkPrisoner of IceNécronomicon and the famous role-playing game The Call of Cthulhu which contributed to the renewed popularity of the texts in the 1990s). As Linda Hutcheon suggested, the field of adaptation and / or illustration may be widened beyond the limited scope of graphic, film or television transposition to include a more general concern about the relationship towards image in and around the texts. In the wake of the existing scholarship on the texts (noticeably the Cahiers de l’Herne and the Cerisy conference in 2002), which partly deals with that question, we suggest tackling the issue according to the following, non-exclusive approaches:

* How can we identify an influence of cinema and / or image in Lovecraft? Is there any kind of correspondence between this tense, often baroque writing (the tension being due in part to the short story form) and the visual or film aesthetics in early 20th C?

* How do adaptations (considered in their wider sense) transpose the thematic and stylistic traits of the literary work? How can we explain the insistent reflexivity in a film like John Carpenter’s In the Mouth of Madness (1994) when compared to Lovecraft’s texts? Could we read this reflexive feature as the sign of an adaptation influenced by post-modern concerns?

*What specific relationship between text and image is negotiated through distinct mediums, whether it is “traditional” mediums in adaptation studies (film, comic books) or marginal ones (video games)

* What diachronic perspective could we outline in the history of Lovecraft adaptations? How does this history reflect (or not) our own cultural history?

* What kind of relationship to popular culture does the text-image interplay reflect? Can we analyse this relationship in terms of literary game (if we take the example of theNecronomicon) or in reference to a literature of excess which in the early 21st C would mirror the early 20th C?

Bibliographie indicative

FORESTI Guillaume, Corman, Lovecraft : la rencontre fantastique, Paris, Dreamland, 2002

HOUELLEBECQ Michel, H.P. Lovecraft : contre le monde, contre la vie, Monaco, Editions du Rocher, 1991

HUTCHEON Linda, A Theory of Adaptation, New York, Routledge, 2006

JOSHI S.T.,  H. P. Lovecraft: A Life, West Warwick, RI, Necronomicon Press, 1996

JOSHI S.T., The Rise and Fall of the Cthulhu Mythos, Poplar Bluff, MO, Mythos Books, 2008

JOSHI S.T.,  A Subtler Magick: The Writings and Philosophy of H. P. Lovecraft, Berkeley Heights (NJ), Wildside Press, 1996

LEVY Maurice, Lovecraft ou du fantastique, Paris, Union Générale d’Editions, 1972

MARTIN Sean Elliot, H.P. Lovecraft and the Modernist Grotesque, Pittsburgg (PA), Duquesne University, 2008

MENEGALDO Gilles (dir.), H.P. Lovecraft — Fantastique, mythe et modernité, Paris, Editions Dervy, 2002

MITCHELL Charles P., The Complete H. P. Lovecraft Filmography, Greenwood Publishing Group, 2001

SCHULTZ David E. et JOSHI S.T. (dirs.), An Epicure in the Terrible: A Centennial Anthology of Essays in Honor of H. P. Lovecraft, Fairleigh Dickinson University Press, 1991

SMITH Don G., H. P. Lovecraft in Popular Culture: The Works and Their Adaptations in Film, Television, Comics, Music and Games, McFarland, 2005

TRUCHAUD François (dir.), Lovecraft, Cahiers de L’Herne, n° 12, Paris, Editions de L’Herne, 1969

Les propositions de communication (en anglais ou en français) sont à envoyer conjointement à Christophe Gelly (cgelly@yahoo.fr) et Gilles Ménégaldo (gilles.menegaldo@univ-poitiers.fr) avant le 15 janvier 2013.