Archives par mot-clé : illustration

Parution : La Shoah en mots et en images

Éléonore Hamaide, La Shoah en mots et en images. De Perec à la littérature de jeunesse, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, “Littérature de jeunesse et histoire”, 2024.

À partir d’un corpus de plus de 200 œuvres, cet ouvrage parcourt environ 70 ans d’écriture de la Shoah à destination des enfants. Reprenant d’abord des motifs propres à la littérature génocidaire pour adultes, en particulier ceux de Perec, les auteurs de littérature de jeunesse s’émancipent en centrant leur propos sur une démarche identitaire conforme à leur public et en interrogeant la représentation possible du génocide par les images. La dimension littéraire irrigue encore cette production, pourtant parfois soumise à des formes de surenchère éditoriale, mais invitée à se renouveler dans ses genres, ses personnages et ses enjeux institutionnels, culturels et médiatiques.

Appel à contributions : Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970/Korean Picture Books since the 1970s

Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970

Date d’échéance : 30 juin 2024

Numéro  de la revue en ligne dirigé par Dr Sungyup Lee (Ewha Womens University, Seoul).

Texte de l’appel :

 English version below

En 1988 est publiée une œuvre qui restera gravée dans l’histoire de l’album coréen : 백두산 이야기 ([Baekdusan Iyag], L’histoire du mont Baekdu), considérée comme le premier album coréen vendu à l’unité (Lee, 2022). De la fin du XIXe siècle au milieu du XXe, on peut pourtant observer la publication de livres et de recueils considérés comme précurseurs de l’album, dont témoigne우리들 노래 ([Urideul norae], Nos chansons, 1947), recueil de poèmes (Cho, 2006 ; Jeong, Park, 2013). Mais jusque dans les années 1960 et 1970, il n’existe pratiquement que des collections, dont le format est uniformisé et qui se vendent seulement en bloc, avec paiement fractionné. La plupart des collections empruntent leurs textes à des contes traditionnels ; d’autres sont des traductions non autorisées d’albums étrangers. À la fin des années 1970, prenant conscience du grand écart entre les livres coréens et étrangers, la maison d’édition Dongwha publie 그림나라 100 ([Grimnara100], Pays d’images 100), une collection qui se distingue par le fait que chaque livre est une création, et non une reproduction d’un conte traditionnel (Cho, 2019 ; Ro, 2018). Une décennie plus tard, L’histoire du mont Baekdu marque la naissance des albums à l’unité dans lesquels s’expriment l’originalité et la créativité de chaque artiste. Continuer la lecture de Appel à contributions : Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970/Korean Picture Books since the 1970s

Appel à communications : Public(s) et Illustration(s) jeunesse(s) : regards, pratiques et perspectives (Moulins)

Public(s) et Illustration(s) jeunesse(s) : regards, pratiques et perspectives.

17 et 18 octobre 2024

Musée de l’Illustration Jeunesse à Moulins

Date d’échéance : 15 juin 2024

Colloque organisé par Cyril Devès (Historien de l’art, coordinateur scientifique du CRHI, Ecole Emile Cohl et directeur de Mnémos’Arts) et Emmanuelle Martinat-Dupré (responsable scientifique du mij, Moulins).

Texte de l’appel :

Résonances scientifiques de l’illustration jeunesse

Première édition – Quand l’illustration jeunesse rencontre ses publics.

Le musée de l’illustration jeunesse (mij), patrimoine du Conseil départemental de l’Allier, lance sa première édition des Résonances scientifiques et rencontres de l’illustration jeunesse, les 17 et 18 octobre 2024. C’est l’occasion pour le musée de proposer un colloque dont le propos vise à faire un état des lieux de l’illustration jeunesse. Quoi de mieux pour lancer un événement qui se veut pérenne et bisannuel que de s’attarder sur les premiers concernés, le public. C’est pour lui que l’illustrateur illustre, l’auteur écrit et que l’éditeur édite. Un constat évident mais qui n’est pas sans poser des questions. L’emploi du singulier pour « Illustration jeunesse » ne met-il pas à mal ce domaine de création ? Ne devient-elle pas une expression « fourre-tout », voire restrictive ? Ne serait-il pas préférable d’en préférer son pluriel, plus à même de répondre à ses lecteurs. Pour preuve, la typologie du public est vaste et implique une multiplicité de l’image. Continuer la lecture de Appel à communications : Public(s) et Illustration(s) jeunesse(s) : regards, pratiques et perspectives (Moulins)

Appel à communications : L’imprévu, l’inattendu dans la littérature et les fictions de jeunesse

Colloque international : l’imprévu, l’inattendu dans la littérature et les fictions de jeunesse

18 et 19 novembre 2024

Université de Lille

Échéance des propositions : 20 juin 2024

Organisé par : Bochra Charnay, Thierry Charnay (ULR 1061 ALITHILA, Université de Lille)

D’une part, il est possible d’envisager l’exploitation créative de l’imprévu dans les récits, comment le fortuit agit sur les parcours des héros, des personnages, comment il produit une crise qui conduit à un renouvellement de la narration, à un retournement de situation, d’autre part, on peut envisager la réécriture, la reconfiguration d’œuvres comme d’un côté une création décalée et d’un autre côté comme l’attente de la surprise par le lecteur qui déclenche l’étonnement. Déséquilibre, dissymétrie esthétique, qui, selon Charles Baudelaire, spécifient l’œuvre d’art : « l’irrégularité, c’est-à-dire l’inattendu, la surprise, l’étonnement sont une partie essentielle et la caractéristique de la beauté »[1]. Continuer la lecture de Appel à communications : L’imprévu, l’inattendu dans la littérature et les fictions de jeunesse

Appel à contributions : L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

Rennes

Date d’échéance : 13 mars 2024

Texte de l’appel :

Ce deuxième numéro de la revue L’ELaborée mêlera recherche et création. Nous souhaitons pour ce second numéro proposer un format hybride, qui comportera quatre créations originales, et huit articles. Pour les créations, nous souhaitons avoir une nouvelle de fiction, de la poésie, une création visuelle, et une illustration. Les contributeurices sont à définir, nous les contacterons directement, sans appel à communication de ce côté. Étant chercheur·euse·s en histoire et en littérature, nous ne nous sentons en effet pas légitimes à répondre à un appel à communications de ce côté.

En ce qui concerne l’aspect recherche, nous ouvrons un appel à communications qui visera à sélectionner huit articles. Ces derniers seront publiés sous deux formats : un format « traditionnel » sur notre carnet Hypothèses ; et un format court (environ trois pages) qui sera publié dans une version papier. Continuer la lecture de Appel à contributions : L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

Appel à communications : L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

23-24 septembre 2024

Université Grenoble Alpes, Campus de Saint-Martin d’Hères – Gières

Echéance des propositions : 5 janvier 2024

Organisé par : Laure Thibonnier (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Sylvie Martin-Mercier (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Natacha Rimasson-Fertin (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Andreï Kostine (chercheur indépendant)

Michael Nerlich théorise l’iconotexte comme « une unité indissoluble de texte(s) et image(s) dans laquelle ni le texte ni l’image n’ont de fonction illustrative et qui – normalement, mais non nécessairement – a la forme d’un ″livre″. » (Michael Nerlich, 1990, p. 268). Dans le même ouvrage, Alain Montandon souligne que l’iconotexte « préserv[e] la distance entre le verbal et le plastique pour, dans une confrontation coruscante, faire jaillir des tensions, une dynamique qui opposent et juxtaposent deux systèmes de signes sans les confondre. » (Alain Montandon, 1990, p. 6). Par ailleurs, dans un appel à contributions pour un numéro de la revue Fabula-LhT à paraître en 2024, Cécile Boulaire et Dominique Perrin relèvent le « potentiel iconotextuel » de l’album pour enfants et affirment que « la production du sens et des affects [y] résulte simultanément de la lecture du texte, de l’image et des effets liés au support » (Cécile Boulaire, Dominique Perrin, 2022), nous autorisant ainsi à entendre l’iconotexte pour la jeunesse au sens large de tout support destiné à un lectorat jeune et faisant émerger le sens à partir de trois instances, textuelle, iconique et plastique.

L’évocation par Nathalie Prince de la « matérialité de la chose livresque » s’applique avec une évidence singulière à l’iconotexte, qui s’inscrit dans un support physique que la chercheuse désigne comme « chose livre » ou encore « objet matériel considéré indépendamment du texte ou de l’image » (Nathalie Prince, 2021). L’iconotexte, le livre illustré, l’album ou même le livre de coloriage, existent grâce à des techniques de fabrication situées dans le temps et l’espace, et dont on sait, depuis les travaux fondamentaux de Roger Chartier, Guglielmo Cavallo et Alberto Manguel, à quel point elles déterminent les pratiques lectoriales (Guglielmo Cavallo et Roger Chartier, 1997 ; Alberto Manguel, 1996). L’évolution de ces œuvres mêlant texte(s) et image(s) sur des supports divers et selon des modalités variables modifie leur aspect et leur fonctionnement : l’invention de l’impression mécanique des images a été déterminante pour l’apparition de la BD et de l’album, comme le relève Isabelle Nières-Chevrel (Nières-Chevrel, 2011). À la matérialité de l’image, avec ses techniques et couleurs, répond la matérialité du texte, qui se concrétise à travers police, taille, lettrines, disposition sur la page : avec le support, ces matérialités font émerger un sens irréductible à une seule de ces trois instances. Continuer la lecture de Appel à communications : L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

Journée d’études sur les albums coréens

Journée d’études sur les albums coréens

Mardi 12 décembre 2023

Auditorium de la Bibliothèque Municipale de Tours (2 bis avenue André Malraux

Co-organisée par la Bibliothèque Municipale de Tours et l’équipe InTru, avec le concours d’IBBY Corée

Le mardi 12 décembre 2023, l’équipe InTRu de l’Université de Tours organise une journée d’études consacrée aux albums coréens. Cette journée prend place dans un ensemble de manifestations organisées autour de l‘exposition On a lu des albums coréens co-organisée par la Bibliothèque Municipale de Tours et l’équipe InTru, avec le concours d’IBBY Corée. Cette journée d’études permettra de croiser l’histoire de l’album en Corée, des entretiens avec des illustrateurs coréens contemporains, et des échanges avec deux éditrices d’albums françaises qui ont de nombreux albums coréens à leur catalogue. L’entrée est libre et gratuite, dans la limite des places disponibles. Elle se tiendra à l’auditorium de la Bibliothèque Municipale de Tours (2 bis avenue André Malraux). Continuer la lecture de Journée d’études sur les albums coréens

Appel à communications : « The Child and the Book Conference Rouen 2024 »

“The Child and the Book Conference Rouen 2024” : Making, Building, Mending : Creativity and Craftsmanship in Children’s Literature and Culture

2-4 May 2024

University of Rouen Normandy, Campus Pasteur.

Deadline for submission: 20 October 2023.

In the past, bookish children have often been contrasted – sometimes fairly crudely – with their more practically-oriented counterparts, as if an interest in language, literature, and the world of fiction was necessarily incompatible with the ability and inclination to use one’s hands in order to “make” things.

Yet children’s ability to find and collect various materials and use them for all kinds of creative projects has been observed in past centuries and used for diverse educational purposes. Children’s literature itself abounds with representations/celebrations of various types of crafts, showing child characters inventing and making things, or recycling old or discarded objects. Building huts or other forms of shelter, for instance, is a fairly common theme. But young protagonists may also engage in fabricating toys, in quilting or sewing, in drawing or writing. In some cases, adult figures can also be shown to invent and make wonderful things, such as a child could imagine them, going through the process of identifying suitable materials, collecting and recycling them, and designing uses for the newly fabricated objects.

Continuer la lecture de Appel à communications : « The Child and the Book Conference Rouen 2024 »

Parution : Les éphémères imprimés et l’image (dir. O. Belin, F. Ferran, B. Tillier)

Olivier Belin, Florence Ferran, Bertrand Tillier (dir.), Les éphémères imprimés et l’image, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, coll. “Art, Archéologie & Patrimoine”, 2023.

Les éphémères imprimés forment une part importante de notre culture visuelle. Affiches, tracts, cartes postales, prospectus : non seulement tous ces documents produits en masse depuis le XIXe siècle sont abondamment illustrés, mais leur efficacité même est tributaire d’un certain usage – politique, commercial, artistique – de l’image. Comment se déploie l’inventivité technique des éphémères illustrés ? Quelles relations établissent-ils entre textes et images ? Quelles fonctions occupent-ils dans les pratiques sociales d’une époque ? Quelles sont les valeurs, les représentations voire les fétichisations qui s’attachent à ces documents ? Telles sont quelques-unes des questions traitées dans ce volume, qui réunit des conservateurs d’institutions patrimoniales (musées, archives, bibliothèques) et des chercheurs de disciplines différentes (études littéraires, histoire de l’art, histoire culturelle ou politique, graphisme), afin d’aborder les éphémères dans toute la richesse de leur prisme.

Olivier Belin est professeur de littérature française du XXe siècle à l’université de Rouen, chercheur au CÉRÉdI.

Florence Ferran est maître de conférences en littérature et arts du XVIIIe siècles à l’Université CY Cergy Paris Université, UMR 9022 Héritages : Cultures, Patrimoines, Créations.

Bertrand Tillier est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et historien de l’art.

Continuer la lecture de Parution : Les éphémères imprimés et l’image (dir. O. Belin, F. Ferran, B. Tillier)

Appel à contributions : L’illustration dans la litterature de jeunesse des pays francophones (Hammamet, Tunisie)

1ère édition du Colloque International L’illustration dans la litterature de jeunesse des pays francophones 

1, 2 et 3 juin 2022, Hôtel Diar Lemdina Yasmine, Hammamet, Tunisie

Échéance des propositions : 1er février 2023

La première édition du colloque international « l’illustration dans la littérature de jeunesse des pays francophones », sera organisée par l’unité de recherche ELLIADD, l’École Doctorale LECLA Besançon (France), en collaboration avec l’Association Tunisienne des Arts Visuels, l’Université de Sousse, l’Institut Supérieur des Beaux-arts de Sousse, l’Institut Supérieur des Arts du Multimédia de la Manouba, et le Commissariat Régional des Affaires Culturelles de Sousse.

L’espace de la francophonie constitue, à travers son histoire, un cadre favorable à l’effervescence des productions littéraires et artistiques destinées à la jeunesse. D’après le rapport de l’Observatoire de la langue française, publié en 2018, le nombre des locuteurs est estimé à 300 millions répandus sur les cinq continents.

Ce colloque se veut donc être une occasion internationale de riche partage sur les enjeux de l’illustration dans tous les types de livres de jeunesse.

Les professionnels de l’image, tels que les graphistes qui travaillent sur les maquettes des productions littéraires de jeunesse sont invités à enrichir les activités des conférences, notamment, par leur retour d’expérience. Les didacticiens également ont leurs propres profils et leurs visions.

Dans la même perspective, l’illustration de jeunesse pourrait être un médium incontournable pour une médiation culturelle ou artistique. Aujourd’hui, les codes de l’écrit ont changé et ont évolué.

L’illustrateur de jeunesse actuel est invité à acquérir un apprentissage spécifique des fonctions de l’image et du langage plastique et esthétique, traduit par certains éléments comme les angles de vue, le cadrage, les couleurs, les formats, la mise en page, rapport texte/image …

L’illustration de jeunesse interroge donc ses acteurs sur autant de questions : comment devient-on illustrateur ? Pourquoi illustrer ? Quelles relations entre les acteurs du livre illustré ? Quel est le rapport de l’œuvre à l’image dans son espace de production, ainsi que dans l’environnement de sa réception ? Quelles sont les influences et les sources d’inspiration aux moments de la création ? Quel sens prend l’œuvre dans un espace différent de celui pour lequel elle était conçue ? Quels sont les enjeux de la
digitalisation sur la promotion des illustrateurs et leurs ouvrages artistiques ? …

Telles seront quelques interrogations au cœur de la réflexion lors de ce colloque international.

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’illustration dans la litterature de jeunesse des pays francophones (Hammamet, Tunisie)