Archives par mot-clé : illustration

Appel à contributions : Dynamiques des espaces & leurs significations dans les fictions pour la jeunesse (Université de Lille)

Colloque International : Dynamiques des espaces & leurs significations dans les fictions pour la jeunesse

14 et 15 novembre 2022, Maison de la recherche, Université de Lille

Organisé par Bochra Charnay & Thierry Charnay

Selon Gérard Genette : « Aujourd’hui la littérature, la pensée, ne se dit plus qu’en termes de distance, d’horizon, d’univers, de paysage, de lieu, de site, de chemins et de demeure : figures naïves, mais caractéristiques, figures par excellence, où le langage s’espace, en lui, devenu langage, se parle et s’écrive »[1] ; c’est dire l’importance de l’espace dans tous les genres de la fiction. Le continuum spatial, l’étendue en quelque sorte, est découpé en portions d’espace, les topoï, ou lieux, identifiables par les actions qui s’y déroulent ; ce qui s’y passe définit le topos mais également ce qu’on en fait quand il est considéré comme objet transmissible ou à atteindre. 

Les livres de jeunesse et les albums pour enfants, où la spatialité dynamique est signifiante, sont innombrables et le chercheur n’a que l’embarras du choix. De même, l’espace, son organisation, sa répartition, son occupation par les sujets, joue un rôle fondamental dans la signification des objets sémiotiques planaires : bande dessinée, illustrations, notamment. Alice descend dans un monde chtonien en poursuivant un lapin blanc dans son terrier qui n’est autre que le pays des merveilles où la logique, les règles du monde de surface sont subverties, le rêve et la réalité confondus. « Piter Pan »[2] sort par la fenêtre et s’envole en chemise de nuit par-dessus les maisons vers les jardins de Kensington, puis vers l’île de la Serpentine, découvrant au contraire d’Alice un monde aérien. Chacun, Alice et Piter, en quittant leur espace familier, découvrent d’autres espaces imaginaires angoissants et souvent dysphoriques, pour ne prendre que les exemples les plus célèbres. Dans un conte tunisien, le sultan donne à ses fils la quête suivante sous forme d’énigme afin de décider qui lui succèdera : « Qui veut arriver là où est arrivé son père ? »[3], avec la sanction : « S’il arrive là où je suis arrivé, il gouvernera à ma place, sinon je l’enfermerai lui et son cheval dans une écurie et je lui donnerai du foin ! »[4] Ce qui les contraint à partir pour un ailleurs qu’ils ne connaissent pas, dont ils n’ont pas idée.  Ceux qui prennent l’énoncé en son sens dénotatif (chercher un lieu) perdent, seul celui qui comprend son sens connotatif triomphe. Comme l’écrit Roland Barthes : « Topologiquement, la connotation assure une dissémination (limitée) des sens, répandue comme une poussière d’or sur la surface apparente du texte (le sens est d’or). »[5] Ici, la réussite donne donc le pouvoir et la liberté, l’échec conduit à l’humiliation et au confinement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Dynamiques des espaces & leurs significations dans les fictions pour la jeunesse (Université de Lille)

Appel à contributions : Tomi Ungerer, saute-frontières (1931-2019) : langage des images, langage de l’enfance (BNF, Centre Culturel Irlandais)

Colloque international : Tomi Ungerer, saute-frontières (1931-2019) : langage des images, langage de l’enfance

jeudi 17 novembre 2022, Bibliothèque nationale de France

vendredi 18 novembre 2022, Centre culturel irlandais

Échéance des propositions : 15 avril 2022

Organisé par la Bibliothèque nationale de France/ Centre national de la littérature pour la jeunesse avec le Musée Tomi Ungerer-Centre international de l’illustration,  le Centre culturel irlandais, l’Institut International Charles Perrault, l’Université Caen Normandie, CY Cergy Paris Université, UMR 9022 Héritages (CY Cergy Paris Université/CNRS/ministère de la Culture), avec le soutien de l’Afreloce.

Tomi Ungerer, « saute-frontières » : nul doute que ce néologisme du dessinateur né à Strasbourg en 1931 lui convienne parfaitement. L’expression évoque en effet l’itinérance de cet Alsacien, élevé à la croisée de l’Allemagne et de la France, parlant quatre langues – le français, l’allemand, l’anglais, l’alsacien -, ayant vécu à Colmar, à New York et au Canada avant de poser ses valises en Irlande qu’il a considérée comme son pays d’adoption.  

Ce furent autant d’étapes qui, jusqu’au 9 février 2019, ont jalonné et façonné son œuvre, marquée de créations aussi diverses que Les Trois Brigands et The Party, Le Géant de Zéralda et Slow Agony. De notoriété internationale, elle a été diffusée en une centaine d’ouvrages, traduite en une trentaine de langues. Des prix, dans différents pays et entre autres pour la jeunesse, ont couronné sa prolifique carrière d’auteur-illustrateur. En France, le Grand Prix des arts graphiques, à Montréal, le prix du meilleur cartoonist de l’année, en Allemagne le prix e.o. Plauen, se sont ajoutés au prestigieux Prix Hans Christian Andersen décerné par IBBY en 1998.  

Continuer la lecture de Appel à contributions : Tomi Ungerer, saute-frontières (1931-2019) : langage des images, langage de l’enfance (BNF, Centre Culturel Irlandais)

Parution : Albert Robida, de la satire à l’anticipation

Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), Albert Robida, de la satire à l’anticipation, Les Impressions Nouvelles, 2022.

Illustrateur et satiriste de génie à l’influence considérable, Albert Robida (1848-1926) est resté fameux pour ses fresques d’anticipation, comme Le Vingtième siècle ou La Vie électrique, ou pour ses grands dessins de presse. On voit parfois en lui un précurseur de la science-fiction, un prophète visionnaire des sociétés du XXe siècle, ou même l’inventeur avant l’heure de la télévision, du téléphone et du voyage en avion… Contre ces raccourcis quelque peu anachroniques, cet ouvrage a pour ambition de replacer les grandes anticipations de Robida dans leur contexte, celui de la presse satirique et de ses cibles, mais aussi celui des logiques du rire au XIXe siècle : les transports, les médias, les femmes, la technophilie, les spectacles… c’est toute la culture de l’époque qui est passée au crible de sa verve satirique à travers une technique d’exagération qui le conduit à imaginer inlassablement ce que pourraient donner dans l’avenir les mutations qui transforment en profondeur le XIXe siècle finissant.

 

Parution : La Science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903) (Axel Hohnsbein)

Axel Hohnsbein, La science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903), Épistémocritique, 2021. 

On ignore beaucoup de la façon dont le public a accueilli la presse de vulgarisation scientifique au XIXe siècle. On sait en revanche que l’attrait qu’a pu exercer ce pan monumental de la presse dure encore et qu’il repose en grande partie sur les illustrations de ces périodiques. Cette évidence se mesure facilement à l’aune d’Internet, qui regorge d’images empruntées aux périodiques de vulgarisation scientifique, La Nature en particulier.
Elle se mesure aussi à l’aune des pratiques artistiques, le travail de Max Ernst sur La Femme 100 têtes constituant l’exemple le plus frappant de la persistance de cette iconographie dans notre « inconscient optique » :  Max Ernst fait le choix rare, viale collage, d’intégrer à sa réflexion le support médiatique ayant nourri l’imaginaire des lecteurs de cette époque, pointant du doigt la parenté et surtout la persistance des sentiments que peuvent susciter ces machines et les textes illustrés voués à les vulgariser. C’est sur la naissance, la construction et l’évolution de ce lien diffus entre optique et presse de vulgarisation scientifique du XIXe siècle que porte cette étude.

Télécharger le livre

Séminaire : Séance 3 du SLAC, “Supports et contextes éditoriaux”

Séminaire littéraire des Armes de la critique, Séance 3, « Supports et contextes éditoriaux »

Voir l’appel à communications.

La prochaine séance du Séminaire littéraire des Armes de la critique, intitulée « Supports et contextes éditoriaux » aura lieu vendredi 11 décembre de 15h à 18h, sur la plateforme Big Blue Button.

Si vous souhaitez assister à cette séance, merci de bien vouloir contacter anais.goudmand@unil.ch pour obtenir le lien de connexion. 

Programme de la séance : Continuer la lecture de Séminaire : Séance 3 du SLAC, “Supports et contextes éditoriaux”

Parution : Textimage n°12, “Illustrer ?”

J. J. Grandville, dessin préparatoire à la planche finale
des Scènes de la vie privée et publique des animaux, Paris, J. Hetzel, 1842,
tome I, plume et encre sépia. Anvers, Collection Ronny Van De Velde

Textimage, Revue d’étude du dialogue texte-image, “Illustrer ?”, Automne 2020.

Numéro composé par Hélène Campaignolle-Catel, Ségolène Le Men et Marianne Simon-Oikawa

En hommage à Barbara Wright

Hélène Campaignolle-Catel, Ségolène Le Men et Marianne Simon-Oikawa : Illustrer ? Introduction        

L’illustration à l’œuvre : théories artistiques et relectures

Ségolène Le Men : L’illustration, pour ou contre ?        

Torahiko Terada : Les éditions illustrées des contes de Guy de Maupassant : procédés photomécaniques et stratégies éditoriales        

Rivka Susini : Les symbolistes face à l’illustration        

Zoé Monti : Les Illuminations illustrées d’Arthur Rimbaud        

L’illustration dans la presse au XIXe siècle

Sarah Hervé : Bataille de symboles : la caricature comme arme

Laurence Danguy : Illustrer la Suisse ? Revendications, stratégies visuelles et  cumul symbolique d’un périodique suisse à la fin du XIXe siècle

Axel Hohnsbein : Les merveilles de La Nature. Illustration et vulgarisation  scientifique dans la seconde moitié du XIXe siècle

Laurence Guignard : Illustrer la lune. Un exemple de divulgation d’un corpus d’images scientifiques dans la presse de vulgarisation (XIXe siècle)  Continuer la lecture de Parution : Textimage n°12, “Illustrer ?”

Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Actes du colloque de Lausanne, les 15-16 novembre 2018.

En accès libre sur Fabula

Les études actuelles sur la presse littéraire du XIXe siècle, comme celles qui portent notamment sur les différents mercures des XVIIe et XVIIIe siècles, soulignent un lien privilégié entre la littérature et la poétique journalistique. Or, si l’on peut se réjouir du dynamisme critique qui caractérise aujourd’hui les études sur la presse littéraire, force est de constater que leurs résultats demeurent cloisonnés du point de vue diachronique.

La vocation première de ce recueil est par conséquent d’établir un dialogue entre les spécialistes des périodes pré-moderne et moderne autour des rapports entre presse et littérature envisagés dans un spectre chronologique peu exploré. L’image matérielle (gravure, photographie) et textuelle (description, ekphrasis) constitue en ce sens un levier optimal pour engager ce dialogue. Le postulat principal serait ainsi que l’image dans la presse littéraire entretient des rapports spécifiques avec la temporalité (transposition visuelle d’un fait d’actualité, d’un moment narratif singulier, etc.) dont l’expression s’exacerbe dans le cas d’une publication périodique, tributaire des contraintes éditoriales qu’implique une parution régulière.

Il s’agit en effet d’envisager à nouveaux frais les rapports entre des formes littéraires soumises à des formes de périodicité variées (presse périodique, livraisons, recueils, etc.) et différentes manifestations, figuratives et textuelles, du visuel ; et d’interroger notamment la nature et les usages des modèles littéraires qui informent les poétiques et les rhétoriques de la presse littéraire illustrée, les conditions matérielles qui modalisent la mise en image d’un fait d’actualité, le rythme particulier induit dans la lecture du périodique par la présence de l’image, la question de l’impact émotionnel des images dans leur articulation à la diffusion et à la conservation de l’information.

Textes réunis par Marta Caraion et Barbara Semelci et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Continuer la lecture de Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Colloque : Images fixes et Images animées

Colloque international 

Images fixes et Images animées. Livres illustrés, bandes dessinées et courts métrages d’animation 

du 19 au 21 mars 2020 – Roanne 

Contexte et argument

Ce colloque poursuit une réflexion initiée lors d’une journée d’études organisée à l’occasion de l’édition 2019 du Festival Ciné Court Animé de Roanne. Les travaux de cette journée d’études feront l’objet, avec ceux de ce colloque, d’une publication au sein de la collection Cinémas d’animations de L’Harmattan – elle-même faisant suite à l’édition d’un premier ouvrage reprenant la journée d’études et le colloque qui se sont tenus en 2017 et 2018.

Alors que la première phase de ces réflexions se consacrait principalement à la problématique de l’adaptation littéraire dans le cadre du court métrage d’animation, ce colloque souhaite les prolonger en ouvrant à d’autres espaces artistiques dans un monde où « toutes les formes de communication fonctionnent maintenant comme des vases communicants. » (A. Martin).

Nous nous proposons donc de nous pencher sur les rapports – terme qui inclut l’adaptation mais se propose aussi de lui échapper – entre, d’un côté, les formes courtes du cinéma d’animation et, de l’autre, des formes livresques unissant textuel et visuel, à l’image des livres illustrés et des bandes dessinées.  Continuer la lecture de Colloque : Images fixes et Images animées

Parution : L’effet livre – Métamorphoses de la bande dessinée (Sylvain Lesage)

 

Un nouvel ouvrage de Sylvain Lesage, consacré aux métamorphoses de la bande-dessinée, est disponible depuis le 31 octobre 2019 aux Presses Universitaires François-Rabelais, dans la collection “Iconotextes”.

Longtemps perçue avec méfiance, la bande dessinée a depuis gagné sa place dans les bibliothèques, les écoles, les musées, les galeries… Si elle a obtenu de haute lutte le statut de “neuvième art” en France et en Belgique, c’est notamment grâce à une nouvelle génération d’auteurs, au cercles bédéphiles et même, en France, grâce à l’Etat. Toutefois, son entrée au panthéon des arts est aussi le fruit d’une mutation décisive dans les circuits de diffusion.

Continuer la lecture de Parution : L’effet livre – Métamorphoses de la bande dessinée (Sylvain Lesage)

Colloque : “Tracing Types”, 3-4 juin 2016

Colloque international

“Tracing Types. Comparative Analyses of Nineteenth-Century Sketches”

Université de Gand, Belgique, 3 et 4 juin 2016

Colloque Tracing Types

Informations pratiques et programme sur le site: http://www.tracingtypes.ugent.be/

Argumentaire

A new wave of scholarship has emerged in recent years, which examines nineteenth-century sketches (sometimes referred to as ‘panoramic literature’) from a transnational perspective.The present international conference seeks to continue this comparative reflection by placing the spotlight on the comparative analysis of texts and images of specific types and by tracing how these representations vary across sketches from different places, media and editorial contexts.