Archives par mot-clé : idéologie

Appel : Strenae, Théâtre de jeunesse

Appel pour le 14 décembre 2018

Revue Strenae : “Expériences théâtrales et idéologies. Les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe”

[English below]

Au cours du XXe siècle, le théâtre pour la jeunesse s’est constitué au fil d’expériences pionnières qui ont préexisté, en France, à l’édification d’un répertoire à l’orée des années 2000. À présent que ce répertoire dramatique a pris une place vivante au sein de la littérature de jeunesse, nous proposons de faire retour sur ces expériences pionnières, dans une démarche à la fois historique et esthétique. On s’efforcera notamment de comprendre en quoi les idéologies du XXe siècle ont pu influencer, voire susciter le développement d’un théâtre pour la jeunesse en Europe.

Il s’agira donc de préciser les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe depuis l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1950, cette période ayant favorisé l’éclosion de pratiques théâtrales avec et pour les jeunes. En France, on oppose généralement les expériences novatrices menées par Léon Chancerel et Miguel Demuynck à celles, jugées plus commerciales, du Théâtre du Petit Monde. Ces exemples méritent d’être reconsidérés, nuancés. D’autres cas européens demandent à être explorés en détail afin de mieux percevoir ce qui s’est inventé à une époque où les sociétés se préoccupaient tout à coup des loisirs enfantins et où certains états totalitaires utilisaient le théâtre pour les jeunes à des fins idéologiques. Les expérimentations menées en URSS et dans les démocraties populaires suite à l’avènement du régime soviétique méritent une attention particulière : elles ont fasciné autant par leur ampleur (due à la cohérence du projet politique) que par leur exemplarité artistique. Continuer la lecture de Appel : Strenae, Théâtre de jeunesse

Réédition: Hans Magnus Enzensberger Culture ou mise en condition ?

Hans Magnus Enzensberger

Culture ou mise en condition ? Essais

Paris : Les Belles Lettres, collection “Le goût des idées”, 2012.

EAN 9782251200255.

336p.

15,50EUR

Réédition d’un recueil, devenu un classique, d’études sur les productions de la culture médiatiques et de l’industrie culturelle. On sera en particulier attentif à ses analyses consacrées au format poche.

Présentation de l’éditeur :

Essayiste et poète, H.M. Enzensberger, l’un des jeunes écrivains allemands les mieux doués de l’après-guerre, analyse ici en les démystifiant divers éléments de la vie culturelle de notre temps, muée depuis peu en une véritable « industrie de la culture ». Avec une intelligence et un humour peu communs il démonte les mécanismes d’un grand quotidien bourgeois, ceux du célèbre Spiegel, des actualités filmées, des livres de poche, des organisations touristiques… autant d’outils destinés, consciemment ou non, à façonner les esprits, à les pré-fabriquer ou à les abrutir.
Quelques études littéraires pénétrantes (sur Böll, Grass, Johnson et divers poètes) complètent ce recueil, ainsi qu’un essai sur l’ « avant-garde » politique et littéraire, aussi méchant que sain et lucide.
Mais H.M. Enzensberger ne se contente pas de dénoncer les maladies culturelles de notre temps, il propose des solutions, il éclaire déjà les voies possibles de l’avenir.

Parution: Le héros était une femme… Le Genre de l'aventure Loïse Bilat, Gianni Haver (dir.)

Le héros était une femme…

Le Genre de l’aventure

Loïse Bilat, Gianni Haver (dir.)

2011, 268 pages, 38 chf, 25 €, ISBN 978-2-88901-050-9

Que devient le héros lorsque celui-ci est une femme ou que devient une femme lorsqu’elle devient héros?

Lara Croft et ses Uzi, Beatrix Kiddo et son katana ou encore Lisbeth Salander et son Q.I. hors norme: les personnages féminins semblent de mieux en mieux armés pour faire face à l’adversité. Projetées dans ce rôle traditionnellement masculin de moteur de l’intrigue, les femmes entrent de plus en plus dans une logique d’héroïsation.

Elles se battent dans les pages d’un roman, entre les photogrammes d’un film, les cases d’un manga ou parmi des pixels et sont ici discutées par des auteur·e·s de différentes disciplines, que ce soit l’histoire, la sociologie ou les études genre. Ces diverses contributions nous aident à découvrir quelles sont les normes et les signes de leur féminité et de leur héroïcité. Qu’est-ce qu’une femme et qu’est-ce qu’un comportement héroïque dans nos fictions ? Comment ces deux modèles se combinent-ils dans les industries culturelles contemporaines ?

Cet ouvrage est le fruit d’une collaboration internationale. Il débute par un petit essai sur la figure du “héros féminin” dans la fiction, qui est suivi par quatorze articles portant chacun sur un personnage particulier. Ainsi, plus qu’un panorama des “nouvelles héroïnes”, notre livre propose une réflexion sur l’agencement du masculin et du féminin dans nos mythes contemporains.

Table des matières

  • Une justicière maîtresse de son destin? Le Genre de l’héroïsme (Loïse Bilat, Gianni Haver)
  • Charly Baltimore: le dilemme du héros féminin domestique (Pia Pandelakis)
  • Fifi Brindacier: un héros féminin intemporel et transgénérationnel (Eva Söderberg)
  • Buffy: héros postféministe (Malin Isaksson)
  • Catwoman: l’échec du héros féminin (Fabrice Bourlez)
  • Cendrillon détective: intertopoïsme performatif dans Piège pour Cendrillon (Michèle Schaal)
  • Lara Croft: simulation d’un héros féminin (Selim Krichane)
  • Gally de Gunnm: quand une cyborg sauve le monde d’un destin moderne (Olivier Jubin)
  • Beatrix Kiddo: la mariée en noir, alias la maman et le sabre du scorpion (Fabienne Malbois, Jelena Ristic)
  • Lélia: conflit et résistance héroïque chez George Sand (Salah J. Khan)
  • Line, l’héroïque (Michel Porret)
  • Ellen Ripley: genèse et radicalité du héros féminin (Louis-Paul Willis)
  • Yoko Tsuno: l’ambivalence du héros féminin face à diverses formes d’altérité (Alain Boillat)
  • V. I. Warshawski: une femme d’action en quête d’un nouvel ordre (Mélanie E. Collado)
  • Wonder Woman: plus forte qu’Hercule, plus douce qu’une bonne épouse (Loïse Bilat)

CFP Motley 2012 Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture (1e avril 2012)

CFP

Motley 2012

Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture

“Popular art is the dream of society; it does not examine itself.”

–Margaret Atwood

The Students of English Studies Association (SESA) of California State University, Fresno, in collaboration with Rasquache, and the Chicano Writers and Artists Association (CWAA), announces its call for papers for the 2011-2012 publication of Motley.

We welcome papers related to the theme:

Diversity/Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture

In recent years, popular culture has come to be considered a valid and fruitful point of academic inquiry, helping to infuse more established disciplines, including English studies, with fresh life. Scholars have become increasingly aware of the broader implications of popular culture, which encompasses such diverse media as magazines, books, film, television, comic books/graphic novels, and internet content, for discourses mis/unrepresented or marginalized within the mainstream.

The mainstream, whatever ‘norms’ it actively portrays through popular culture, may perhaps be best described as an intricate matrix of discourses that corresponds to specific interests and that possesses varying types and amounts of sociopolitical agency. Some discourses are, for complex reasons, more socially influential or dominant than others and these discourses tend to govern culture as a whole from the vista of a certain ‘gaze’ that has more to do with the experience and values of that particular discourse community, and an attempt to preserve these values, than any effort toward true verisimilitude with the diverse experiences of individuals potentially outside or excluded from this governing group. We consciously and unconsciously function, as students, as scholars, as teachers, and as participants within this discourse, so that our writing and our self-expression is indefinitely engaged from a perspective that promises inclusion for all but often fails to recognize nuances in subjective experience along the lines of ethnic culture, spirituality, gender, sexuality, and language as relates to normalized popular narratives of belonging. So, what changes when such a gaze is shifted, when ownership and authority is (re)claimed by voices that have long been silenced or marginalized?

We invite academic papers and creative works on a variety of topics within this theme, including but not limited to:

*The role of popular media in the construction of cultures, identities, and place
*“Subversive” texts that generate space for previously silenced voices to speak
*Tensions, contradictions and conflicts of identity formation and social membership brought about by popular culture
*Analysis of popular or canon texts that speak to the marginalization or silencing of specific groups within literature.
*Responses/revisions to mis/representations of marginalized peoples in popular media texts (news, visual art/advertising, films/television, books, comics, etc.).
*Challenges we face in (re)defining academia and the literary canon and what methods we employ to subvert them
*Rhetorics used to challenge the dominant, interdependent gazes of pop culture and academia
*Ways in which the perspectives and/or presence of students from marginalized or underrepresented communities challenges and redefines academia.
*Our reflective processes in redirecting the gaze to consider ourselves as students and participants in a broader community of scholars
*Production and reproduction of cultural typing and stereotyping and implications thereof for mainstream culture
*How artistic expression can create a sense of belonging and validation for marginalized voices within the rigid and impenetrable, often markedly visual constructions of culture in art and media
*The complex intersections between our academic communities and popular culture, and how these elements work to (re)shape our pedagogies
*Pedagogies that reflect our perceived responsibilities to others largely underrepresented/misrepresented in pop culture and academia

We also welcome papers and creative works (creative writing, art/photography, video, short film) on relevant topics, not directly addressed above, that significantly engage disciplines other than English Studies and that have consequences for communities located outside of the academy.

Please e-mail submissions to motleyjournalcsuf@gmail.com by April 1st, 2012.

*Graduate and undergraduate students, as well as faculty, are encouraged to submit work to the journal.

Visit us at: http://motleyjournal.wordpress.com/