Archives par mot-clé : idéologie

Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Séminaire doctoral Science-fiction, séance 2 : “Politiques de l’imaginaire“.

Vendredi 13 mai 2022, 10h-13h, Université Gustave Eiffel (Noisy-Champs).

Inscription : frederic.guignard@unil.ch  

La séance s’interrogera sur la possibilité ou l’impossibilité pour les littératures de l’imaginaire d’échapper au politique. Le choix de coordonnées spatio-temporelles implique un choix de référentiel idéologique qui force souvent à problématiser l’assentiment immédiat au « réel » (naturalisé libéral, dans les fictions qui nous intéressent). S’ils ont longtemps été réaffirmation de valeurs, « massage idéologique » (R. Bozzetto) pour la classe moyenne américaine, la science-fiction et les genres apparentés contiennent un potentiel révolutionnaire indéniable (sur les enjeux de genre, climatiques ou d’organisation économique). Il s’agira également de comprendre comment chaque sous-genre de l’imaginaire (SF, fantasy, utopies) configure spécifiquement son champ politique.

Organisateur : Frédéric Guignard
Médiatrice : Margot Châtelet

Intervenant·es :
– Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)
– Manon Berthier (UPEC)
– Frédéric Guignard (Université de Lausanne)

Répondante : Anne Besson, professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois

Continuer la lecture de Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Colloque international : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme

Université du Québec à Montréal, 17-19 mai 2023

Organisé par Elaine Després, Gina Cortopassi, Hélène Machinal, Antonio Dominguez Leiva et Jean-François Chassay

Si nos perceptions et nos représentations du temps ont longtemps été stables, elles se sont diversifiés et complexifiés depuis le 19e siècle. Les révolutions industrielles, du transport et des communications nous ont d’abord fait entrer dans le temps accéléré et irrémédiablement tourné vers l’avenir de l’idéologie progressiste. Puis, au 20e siècle, la physique théorique a proposé une relativisation du temps, sa courbure et son maillage avec l’espace, un temps cosmique qui n’a plus rien d’humain et qui donne le vertige. C’est également le siècle de la Seconde Guerre mondiale et son temps de la fin de l’humanité; la fin des empires coloniaux et de son temps universel; la fin de la guerre froide et celle de l’Histoire, selon les vainqueurs néo-libéraux; mais aussi la fin des grands récits et la déconstruction temporelle postmoderniste. Au 21e siècle, le présentisme s’est imposé avec l’arrivée du numérique et des écrans, sans compter la pandémie actuelle dont l’impact sur notre rapport au temps est encore à étudier. Il s’agit là d’un portrait incomplet, mais il montre la complexité de ce qui est en jeu : plutôt que de se succéder, ces changements s’additionnent et demeurent bien prégnants. Ce n’est donc pas un hasard si l’émergence et la montée en popularité des représentations alternatives du temps débute également au 19e siècle. Alors que la solidité du réel s’effrite et que le temps apparaît de moins en moins linéaire, que le rapport au passé, au présent et au futur se fait incertain, l’imaginaire devient l’interface idéale pour l’appréhender, et les différentes formes de fiction et de représentation contemporaines lui offrent un support parfait.

En 1857, le philosophe Charles Renouvier invente le terme « uchronie » – cette « utopie dans l’Histoire » – et marque la naissance d’un genre qui fleurit autant chez les philosophes politiques que chez les littéraires, un genre qui nous ramène aux fondements mêmes de la fiction en posant la question : « Et si… ? ». L’uchronie déplace l’utopie spatiale vers une nouvelle frontière, celle du temps, et comme l’utopie, elle est politique dès le départ. Au 19e siècle, les uchronies permettent d’imaginer ce que serait le monde occidental si l’Empire romain ne s’était pas écroulé, si Napoléon avait vaincu, si les rois n’avaient pas perdu la tête, mais au 20e siècle, elles se déplacent vers un point de divergence uchronique quasi unique qui obsède, qui apparaît comme le temps zéro de notre époque : la fin de la Seconde Guerre mondiale. La très vaste majorité des uchronies récentes imaginent ce que serait notre présent après une victoire nazie, si Hitler était mort plus tôt ou s’il était devenu un artiste. Si l’on parle de « ground zero » dans l’imaginaire de la fin (pour parler de la bombe nucléaire ou des attaques du 11 septembre), l’imaginaire uchronique diverge à partir d’un « temps zéro » qui se situe souvent en 1945. Ce choix pourrait s’expliquer de plusieurs manières : une vraie impression qu’il s’agit là d’un moment de basculement majeur; la peur d’un retour du fascisme aujourd’hui; la nostalgie d’une époque sans ambiguïté morale, etc. Aujourd’hui, l’uchronie prend plusieurs formes : individuelle, explorant les enjeux des choix personnels et leurs contingences; économique (Sagan); ou culturelle. Dans ce dernier cas, elle peut offrir la possibilité de ré-imaginer une version de l’histoire avec, au centre de celle-ci, des acteurs autrement marginalisés dans celle de l’Occident, afin de mettre en exergue et de dé-essentialiser cette marginalité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Appel à contributions : Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique (UPHF, Valenciennes, UMONS, Mons)

Appel à contributions : « Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique »

Colloque organisé par l’Université Polytechnique Hauts de France (UPHF, Valenciennes) et Université de Mons (UMONS)

13 et 14 octobre 2022

Échéance des propositions : 1er novembre 2021

L’Université Polytechnique Hauts de France (Valenciennes, UPHF) et l’Université de Mons (UMONS) organisent un colloque sur le thème « Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique », les jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2022 à Valenciennes et Mons, à raison d’une journée sur chaque site (date exacte sur chaque site fixée ultérieurement).

Présentation du thème

Parmi les liens entre arts et politique, le rapport du cinéma à l’univers politique1 a fait l’objet de plusieurs études, de même que ceux de la musique ou, plus récemment, des séries télévisées2. En revanche, la contribution de la bande dessinée et des comics au champ politique souffre encore d’un manque d’examen, ou de reconnaissance en tant qu’objet d’étude scientifique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique (UPHF, Valenciennes, UMONS, Mons)

  1. On dénommera ainsi l’ensemble composé du politique (espace de débat sur l’avenir du groupe social) et de la politique (arène symbolique de compétition pour le pouvoir). []
  2. Par exemple, Lefebvre Rémi et Taïeb Emmanuel (dir.), Séries politiques. Le pouvoir entre fiction et vérité, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2020. []

Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)

Journées d´études : “Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989)”

8 octobre 2021, 10 décembre 202128 janvier 2022, en ligne

Échéance des propositions : 13 septembre 2021

Cette série de journées d’études sera dévolue aux séries des années Reagan, englobant tour à tour teen dramas et autres school shows, séries familiales, soaps, polars, séries d’animation, séries surnaturelles ou de science-fiction. Ces études génériques s’accompagneront d’interventions généralistes portant sur l’esprit de l’époque reaganienne. Les journées se déroulement sur Zoom le 8 octobre 2021, le 10 décembre 2021 et le 28 janvier 2022.

Dans les faits comme dans l’imaginaire collectif, Reagan aura sans doute été, avec Roosevelt et Kennedy, le président le plus marquant du XXe siècle. Comme Kennedy, il a su utiliser les médias de masse pour se construire un personnage, un album d’images d’Epinal reprenant et resémantisant les stéréotypes du rêve américain ; en l’occurrence celui de l’Ouest américain et du vigilante. Roosevelt avait inauguré une nouvelle ère dans les années 1930 avec le New Deal établissant sur le sol américain un état-providence. Reagan, dont on oublie souvent qu’il avait commencé sa carrière comme Démocrate, s’employa justement à attaquer systématiquement ce welfare state en réduisant drastiquement les dépenses publiques et en remettant le marché aux commandes. Mais, à n’en pas douter, son entreprise fut encore davantage idéologique qu’économique comme en atteste clairement sa campagne de 1984, « It’s morning in America ». Rêvant d’en finir avec la contre-culture des années 1960 et 1970, de « nettoyer Berkeley » (« clean up the mess at Berkeley ») de ses contestataires (« communist sympathizers, protesters, and sex deviants ») et de redorer l’image des Etats-Unis ternie par le Vietnam et les impuissances de l’administration Carter, il est parvenu à discréditer l’idée même que l’État puisse intervenir dans l’économie pour aider les pauvres, réglementer la conduite des entreprises ou soutenir l’intérêt public. Insistant sur le fait que le gouvernement est la cause de tous les maux de la société (« government is not the solution to our problem, government is the problem »), le mot d’ordre est clair : « laissez le marché tranquille, et chacun s’en portera mieux ». De ce point de vue, le reaganisme, loin d’être seulement une parenthèse dans l’histoire du XXe siècle, continue de dominer le débat public, aux États-Unis et ailleurs. Pareillement, les fictions télévisées reaganiennes (qui excèdent de beaucoup la période 1981-1989) ont fixé les règles qui, pour beaucoup, régissent encore quantité de séries d’aujourd’hui, de Chicago Police Department à Blue Bloods (la famille de policiers-justiciers de celle-ci porte justement pour nom Reagan et l’on voit clairement au mur du bureau de Frank Reagan un portrait de Teddy Roosevelt, chef de la police de New York avant d’être président et modèle de Ronald Reagan à bien des égards).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)

Parution : L’idée de littérature

Alexandre Gefen, L’idée de littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention, Éditions Corti, coll. “Les Essais”, 2021, 400 p.

Loin d’être une essence, la littérature est avant tout une idée. Cet essai entend en faire l’histoire, de l’apparition du mot et de la naissance du concept au tout début du XIXe siècle à ses étonnantes métamorphoses contemporaines.

Car le territoire de littérature connait aujourd’hui une formidable extension : de la littérature définie par son désintéressement, son autonomie, aux écritures contemporaines volontiers sociales et politiques, du sacre de l’auteur aux amateurs de fanfictions, du souci unique du style à la non-fiction, de l’apologie de l’originalité à l’exigence de l’enquête, de la solitude du créateur aux littératures de terrain, du roman romanesque aux écritures du monde non humain, du culte du texte aux écritures hors du livre, du tropisme occidental à la world literature, d’une conception linguistique à une approche informée par l’anthropologie culturelle et les sciences de la nature.

Que s’est-il passé ? Pourquoi avons-nous longtemps identifié la littérature à l’art pour l’art ? Quels chemins a emprunté ensuite notre idée de la littérature, après s’être définie par son inutilité et son intransitivité, pour nous apparaître désormais comme une pratique communicationnelle et relationnelle, à la fonction éthique et même démocratique ?

C’est en faisant la généalogie longue et complexe de l’idéologie esthétique qui a dominé la littérature moderne et ses institutions, en interrogeant ses valeurs supposées universelles, en questionnant sa religion du texte et ses manières de produire des distinctions, en mettant en perspective les études littéraires qui l’ont accompagnée, que l’on peut comprendre une conception de la littérature comme un concept ouvert, extensif et inclusif, comme un moyen et non comme une fin.

L’auteur
Directeur de recherche au CNRS, Alexandre Gefen travaille sur la théorie littéraire, les littératures contemporaines, les écritures et les humanités numériques. Il est par ailleurs critique littéraire. Dernières parutions : Vies imaginaires de la littérature française, Paris, Gallimard, 2014 ; Art et émotions, Armand Colin, 2015 ; Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, Les Impressions Nouvelles, 2015. Son précédent essai, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017, a connu un vaste succès en dehors même des études littéraires.

Consulter la table des matières.

Parution : Manifest Destiny 2.0. Genre Trouble in Game Worlds

Sara Humphreys, Manifest Destiny 2.0. Genre Trouble in Game Worlds, University of Nebraska Press, 2021. 

At a time when print and film have shown the classic Western and noir genres to be racist, heteronormative, and neocolonial, Sara Humphreys’s Manifest Destiny 2.0asks why these genres endure so prolifically in the video game market. While video games provide a radically new and exciting medium for storytelling, most game narratives do not offer fresh ways of understanding the world.

Video games with complex storylines are based on enduring American literary genres that disseminate problematic ideologies, quelling cultural anxieties over economic, racial, and gender inequality through the institutional acceptance and performance of Anglo cultural, racial, and economic superiority. Although game critics and scholars recognize how genres structure games and gameplay, the concept of genre continues to be viewed as a largely invisible power, subordinate to the computational processes of programming, graphics, and the making of a multimillion-dollar best seller.

Investigating the social and cultural implications of the Western and noir genres in video games through two case studies—the best-selling games Red Dead Redemption (2010) and L.A. Noire (2011)—Humphreys demonstrates how the frontier myth continues to circulate exceptionalist versions of the United States. Video games spread the neoliberal and neocolonial ideologies of the genres even as they create a new form of performative literacy that intensifies the genres well beyond their originating historical contexts. Manifest Destiny 2.0 joins the growing body of scholarship dedicated to the historical, theoretical, critical, and cultural analysis of video games.

Sara Humphreys is an assistant teaching professor of English at the University of Victoria.

Continuer la lecture de Parution : Manifest Destiny 2.0. Genre Trouble in Game Worlds

Parution : Combat Death in Contemporary American Culture: Popular Conceptions of War since WWII

Agnieszka Soltysik Monnet, Combat Death in Contemporary American Culture: Popular Conceptions of War since WWII, Lanham, Lexington Books, 2020.

Combat Death in Contemporary American Culture: Popular Cultural Conceptions of War since World War II explores how war has been portrayed in the United States since World War II, with a particular focus on an emotionally charged but rarely scrutinized topic: combat death. Agnieszka Soltysik Monnet argues that most stories about war use three main building blocks: melodrama, adventure, and horror. Monnet examines how melodrama and adventure have helped make war seem acceptable to the American public by portraying combat death as a meaningful sacrifice and by making military killing look necessary and often even pleasurable. Horror no longer serves its traditional purpose of making the bloody realities of war repulsive, but has instead been repurposed in recent years to intensify the positivity of melodrama and adventure. Thus this book offers a fascinating diagnosis of how war stories perform ideological and emotional work and why they have such a powerful grip on the American imagination.

Agnieszka Soltysik Monnet is professor of American literature and culture at the University of Lausanne in Switzerland.

Appel : Strenae, Théâtre de jeunesse

Appel pour le 14 décembre 2018

Revue Strenae : “Expériences théâtrales et idéologies. Les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe”

[English below]

Au cours du XXe siècle, le théâtre pour la jeunesse s’est constitué au fil d’expériences pionnières qui ont préexisté, en France, à l’édification d’un répertoire à l’orée des années 2000. À présent que ce répertoire dramatique a pris une place vivante au sein de la littérature de jeunesse, nous proposons de faire retour sur ces expériences pionnières, dans une démarche à la fois historique et esthétique. On s’efforcera notamment de comprendre en quoi les idéologies du XXe siècle ont pu influencer, voire susciter le développement d’un théâtre pour la jeunesse en Europe.

Il s’agira donc de préciser les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe depuis l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1950, cette période ayant favorisé l’éclosion de pratiques théâtrales avec et pour les jeunes. En France, on oppose généralement les expériences novatrices menées par Léon Chancerel et Miguel Demuynck à celles, jugées plus commerciales, du Théâtre du Petit Monde. Ces exemples méritent d’être reconsidérés, nuancés. D’autres cas européens demandent à être explorés en détail afin de mieux percevoir ce qui s’est inventé à une époque où les sociétés se préoccupaient tout à coup des loisirs enfantins et où certains états totalitaires utilisaient le théâtre pour les jeunes à des fins idéologiques. Les expérimentations menées en URSS et dans les démocraties populaires suite à l’avènement du régime soviétique méritent une attention particulière : elles ont fasciné autant par leur ampleur (due à la cohérence du projet politique) que par leur exemplarité artistique. Continuer la lecture de Appel : Strenae, Théâtre de jeunesse

Réédition: Hans Magnus Enzensberger Culture ou mise en condition ?

Hans Magnus Enzensberger

Culture ou mise en condition ? Essais

Paris : Les Belles Lettres, collection “Le goût des idées”, 2012.

EAN 9782251200255.

336p.

15,50EUR

Réédition d’un recueil, devenu un classique, d’études sur les productions de la culture médiatiques et de l’industrie culturelle. On sera en particulier attentif à ses analyses consacrées au format poche.

Présentation de l’éditeur :

Essayiste et poète, H.M. Enzensberger, l’un des jeunes écrivains allemands les mieux doués de l’après-guerre, analyse ici en les démystifiant divers éléments de la vie culturelle de notre temps, muée depuis peu en une véritable « industrie de la culture ». Avec une intelligence et un humour peu communs il démonte les mécanismes d’un grand quotidien bourgeois, ceux du célèbre Spiegel, des actualités filmées, des livres de poche, des organisations touristiques… autant d’outils destinés, consciemment ou non, à façonner les esprits, à les pré-fabriquer ou à les abrutir.
Quelques études littéraires pénétrantes (sur Böll, Grass, Johnson et divers poètes) complètent ce recueil, ainsi qu’un essai sur l’ « avant-garde » politique et littéraire, aussi méchant que sain et lucide.
Mais H.M. Enzensberger ne se contente pas de dénoncer les maladies culturelles de notre temps, il propose des solutions, il éclaire déjà les voies possibles de l’avenir.

Parution: Le héros était une femme… Le Genre de l'aventure Loïse Bilat, Gianni Haver (dir.)

Le héros était une femme…

Le Genre de l’aventure

Loïse Bilat, Gianni Haver (dir.)

2011, 268 pages, 38 chf, 25 €, ISBN 978-2-88901-050-9

Que devient le héros lorsque celui-ci est une femme ou que devient une femme lorsqu’elle devient héros?

Lara Croft et ses Uzi, Beatrix Kiddo et son katana ou encore Lisbeth Salander et son Q.I. hors norme: les personnages féminins semblent de mieux en mieux armés pour faire face à l’adversité. Projetées dans ce rôle traditionnellement masculin de moteur de l’intrigue, les femmes entrent de plus en plus dans une logique d’héroïsation.

Elles se battent dans les pages d’un roman, entre les photogrammes d’un film, les cases d’un manga ou parmi des pixels et sont ici discutées par des auteur·e·s de différentes disciplines, que ce soit l’histoire, la sociologie ou les études genre. Ces diverses contributions nous aident à découvrir quelles sont les normes et les signes de leur féminité et de leur héroïcité. Qu’est-ce qu’une femme et qu’est-ce qu’un comportement héroïque dans nos fictions ? Comment ces deux modèles se combinent-ils dans les industries culturelles contemporaines ?

Cet ouvrage est le fruit d’une collaboration internationale. Il débute par un petit essai sur la figure du “héros féminin” dans la fiction, qui est suivi par quatorze articles portant chacun sur un personnage particulier. Ainsi, plus qu’un panorama des “nouvelles héroïnes”, notre livre propose une réflexion sur l’agencement du masculin et du féminin dans nos mythes contemporains.

Table des matières

  • Une justicière maîtresse de son destin? Le Genre de l’héroïsme (Loïse Bilat, Gianni Haver)
  • Charly Baltimore: le dilemme du héros féminin domestique (Pia Pandelakis)
  • Fifi Brindacier: un héros féminin intemporel et transgénérationnel (Eva Söderberg)
  • Buffy: héros postféministe (Malin Isaksson)
  • Catwoman: l’échec du héros féminin (Fabrice Bourlez)
  • Cendrillon détective: intertopoïsme performatif dans Piège pour Cendrillon (Michèle Schaal)
  • Lara Croft: simulation d’un héros féminin (Selim Krichane)
  • Gally de Gunnm: quand une cyborg sauve le monde d’un destin moderne (Olivier Jubin)
  • Beatrix Kiddo: la mariée en noir, alias la maman et le sabre du scorpion (Fabienne Malbois, Jelena Ristic)
  • Lélia: conflit et résistance héroïque chez George Sand (Salah J. Khan)
  • Line, l’héroïque (Michel Porret)
  • Ellen Ripley: genèse et radicalité du héros féminin (Louis-Paul Willis)
  • Yoko Tsuno: l’ambivalence du héros féminin face à diverses formes d’altérité (Alain Boillat)
  • V. I. Warshawski: une femme d’action en quête d’un nouvel ordre (Mélanie E. Collado)
  • Wonder Woman: plus forte qu’Hercule, plus douce qu’une bonne épouse (Loïse Bilat)