Archives par mot-clé : iconotexte

Parution: Isabelle Antonutti; Cino Del Duca; de Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse (PUR)

Isabelle Antonutti

Cino Del Duca

De Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse

Presses Universitaires de Rennes, 2013

Créateur de Nous Deux, Télé Poche, producteur de Touchez pas au grisbi et de L’Avventura, éditeur des Rois maudits, Cino del Duca (1899-1967) a construit un empire médiatique populaire. Au moment de son décès, il pilotait le quatrième groupe de presse français. Mais comment ce vendeur de comics est-il devenu un magnat de la presse ?

Avec une préface de Jean-Yves Mollier.

Auteur(s) :

Isabelle Antonutti est conservateur à la bibliothèque du centre Georges-Pompidou et enseignante à l’IUT métiers du livre de l’université Paris-Ouest-La Défense-Nanterre. Docteur en histoire, elle est membre du laboratoire du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines).

Domaines : Histoire contemporaine, Information-Communication

Collection : Histoire

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 222 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

ISBN : 978-2-7535-2124-7

Disponibilité : en librairie
Prix : 18,00 €

Séminaire "Périphéries", « Le roman-photo. Pour une photographie mineure »

Intru

Séminaire « Périphéries »

« Le roman-photo. Pour une photographie mineure »

Le séminaire « Périphéries », organisé par le laboratoire InTRu de l’Université François-Rabelais, se poursuit le mardi 15 janvier prochain (17h-20h), en salle 325, avec une intervention de Jan Baetens : « Le roman-photo. Pour une photographie mineure ».
Cette intervention sera suivie d’un débat animé par Thierry Smolderen (
professeur à l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image d’Angoulême, équipe InTRu).

Le programme des séances est disponible en ligne : http://intru.hypotheses.org/1181
Une affichette en pièce jointe vous permet de relayer l’information sur cette séance.

15 janvier, 17h-20h, salle 325

Jan BAETENS (Professeur en cultural studies, Université de Leuven)

« Le roman-photo. Pour une photographie mineure« 

Dans cette communication, on se propose de revenir sur la qualification du roman-photo comme genre «mineur», voire comme «sous-genre». Non pour expliquer une fois de plus ce qui ne ne va pas dans cette pratique culturelle méprisée, mais pour interroger le sens même du mot mineur, aussi bien en référence au concept de littérature mineure (cf. le livre de Deleuze-Guattari sur Kafka) que par rapport aux idées dominantes sur l’opposition mineur/majeur en photographie. En tant que forme hybride, mélangeant littérature et photographie, le roman-photo ouvre en effet de nouvelles perspectives à une lecture positive de la périphérie.


Laboratoire InTRu – Interactions, transferts, ruptures artistiques et culturels, JE2527
Université François-Rabelais
3 rue des Tanneurs
37041 TOURS CEDEX 1

http://www.intru.univ-tours.fr

Appel: Présence de Lovecraft : l’illustration en question (deadline 15 janvier 2012)

Appel à contributions

Maison des Sciences de l’Homme, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand 2)

13 et 14 juin 2013

CELIS (EA 1002)

Présence de Lovecraft : l’illustration en question

Please scroll down for the English version

L’œuvre de Lovecraft est étroitement liée à la notion même d’illustration à différents niveaux. Outre l’influence (à démontrer) que les arts graphiques et le cinéma ont pu exercer sur ses écrits, l’auteur a toujours su ménager dans ses nouvelles des blancs ou des interstices qui agissent comme autant d’invites à des illustrateurs (ou continuateurs) potentiels. C’est ainsi que le livre du Necronomicon, censément écrit selon Lovecraft lui-même par l’Arabe dément Abdul Al-Hazred, et souvent cité dans l’œuvre comme catalogue fantasmé des Grands Anciens, a été réellement publié aux Etats-Unis en 1978… sous forme d’un canular littéraire il est vrai de piètre qualité. Mais plus directement les adaptations de toutes sortes ne manquent pas concernant cet auteur, qu’il s’agisse du cinéma (Brian Yuzna, Roger Corman, John Carpenter, jusqu’au projet toujours en cours d’adaptation de At the Mountains of Madness par Guillermo del Toro), de la bande dessinée (Philippe Druillet notamment) ou de formes plus éloignées comme les jeux vidéos ou les jeux de rôles que l’on peut considérer comme un type particulier d’illustrations (Alone in the DarkPrisoner of IceNécronomicon, et le jeu de rôle célèbre The Call of Cthulhu qui a contribué dans les années 1990 au regain de popularité de l’œuvre). Dans une approche inspirée par Linda Hutcheon (Adaptation) il est donc loisible d’élargir le champ de l’adaptation et / ou de l’illustration au-delà de la stricte transposition graphique, cinématographique ou télévisuelle et de s’intéresser à un champ plus vaste selon une problématique générale du rapport à l’image dans et autour de l’œuvre. Dans la suite des travaux déjà publiés sur l’auteur (notamment les Cahiers de l’Herne, et plus récemment les actes du colloque de Cerisy publiés en 2002) qui se sont pour partie intéressé à cette question, nous nous proposons d’aborder l’illustration selon les axes suivants (ces pistes ne sont pas exhaustives) :

* Quelle présence du cinéma et / ou de l’image chez Lovecraft ? Peut-on déceler dans cette écriture souvent baroque et toujours en tension, tension à laquelle la forme de la nouvelle participe pour une large part, une influence de l’esthétique visuelle naissante au début du XXème siècle ?

* Comment les adaptations au sens large négocient-elles les thématiques et les traits stylistiques récurrents de l’œuvre littéraire ? Comment lire par exemple la forte réflexivité du film de Carpenter (In the Mouth of Madness, 1994) au regard des textes de Lovecraft ? S’agit-il ici d’une illustration issue d’une lecture sous influence, notamment dans la perspective de la prédominance de cette thématique de la réflexivité à l’ère postmoderne ?

* Quels passages sont négociés entre le texte et l’image par les différents médiums considérés, qu’ils s’agisse de médiums traditionnellement étudiés dans le champ de l’adaptation (bande dessinée, cinéma) ou plus éloignés de ce champ (jeux vidéos) ?

* Quelle perspective diachronique est-il possible de tracer dans cette histoire des diverses adaptations et illustrations de Lovecraft ? Peut-on lire dans cette histoire un reflet de notre propre histoire culturelle ?

* Peut-on lire dans ce rapport au texte qui sous-tend l’illustration un nouveau type de relations à la culture populaire selon des modalités qui touchent à la fois au jeu littéraire (voir l’exemple du Nécromonicon) et à une référence plus ou moins implicite à un art de l’excès qui au XXIème siècle prendrait sa source littéraire à l’orée du XXème siècle ?

Howard Philips Lovecraft and the question of illustration

Lovecraft’s works entertain an essential relationship to the very notion of illustration, for various reasons. One may first think of the influence graphic arts and cinema may have had on his writings, but beyond this dimension, Lovecraft consistently managed to include in his short stories blank spaces that seem to call for continuation or illustration of his texts.  Thus the Necronomicon, which is referred to in Lovecraft’s works as an imaginary description of the Great Old Ones supposedly written by the “Mad Arab” Abdul Alhazred, was really published in the USA in 1978 as a literary hoax, albeit of a poor literary quality. More directly, all kinds of adaptations abound around Lovecraft’s work, whether it is film adaptations (Brian Yuzna, Roger Corman, John Carpenter, including Guillermo del Toro’s current project of adapting At the Mountains of Madness), comic books (with French cartoonist Philippe Druillet e.g.) or more remote kinds of adaptations such as video games and role playing games which can be considered as a specific type of illustrations (Alone in the DarkPrisoner of IceNécronomicon and the famous role-playing game The Call of Cthulhu which contributed to the renewed popularity of the texts in the 1990s). As Linda Hutcheon suggested, the field of adaptation and / or illustration may be widened beyond the limited scope of graphic, film or television transposition to include a more general concern about the relationship towards image in and around the texts. In the wake of the existing scholarship on the texts (noticeably the Cahiers de l’Herne and the Cerisy conference in 2002), which partly deals with that question, we suggest tackling the issue according to the following, non-exclusive approaches:

* How can we identify an influence of cinema and / or image in Lovecraft? Is there any kind of correspondence between this tense, often baroque writing (the tension being due in part to the short story form) and the visual or film aesthetics in early 20th C?

* How do adaptations (considered in their wider sense) transpose the thematic and stylistic traits of the literary work? How can we explain the insistent reflexivity in a film like John Carpenter’s In the Mouth of Madness (1994) when compared to Lovecraft’s texts? Could we read this reflexive feature as the sign of an adaptation influenced by post-modern concerns?

*What specific relationship between text and image is negotiated through distinct mediums, whether it is “traditional” mediums in adaptation studies (film, comic books) or marginal ones (video games)

* What diachronic perspective could we outline in the history of Lovecraft adaptations? How does this history reflect (or not) our own cultural history?

* What kind of relationship to popular culture does the text-image interplay reflect? Can we analyse this relationship in terms of literary game (if we take the example of theNecronomicon) or in reference to a literature of excess which in the early 21st C would mirror the early 20th C?

Bibliographie indicative

FORESTI Guillaume, Corman, Lovecraft : la rencontre fantastique, Paris, Dreamland, 2002

HOUELLEBECQ Michel, H.P. Lovecraft : contre le monde, contre la vie, Monaco, Editions du Rocher, 1991

HUTCHEON Linda, A Theory of Adaptation, New York, Routledge, 2006

JOSHI S.T.,  H. P. Lovecraft: A Life, West Warwick, RI, Necronomicon Press, 1996

JOSHI S.T., The Rise and Fall of the Cthulhu Mythos, Poplar Bluff, MO, Mythos Books, 2008

JOSHI S.T.,  A Subtler Magick: The Writings and Philosophy of H. P. Lovecraft, Berkeley Heights (NJ), Wildside Press, 1996

LEVY Maurice, Lovecraft ou du fantastique, Paris, Union Générale d’Editions, 1972

MARTIN Sean Elliot, H.P. Lovecraft and the Modernist Grotesque, Pittsburgg (PA), Duquesne University, 2008

MENEGALDO Gilles (dir.), H.P. Lovecraft — Fantastique, mythe et modernité, Paris, Editions Dervy, 2002

MITCHELL Charles P., The Complete H. P. Lovecraft Filmography, Greenwood Publishing Group, 2001

SCHULTZ David E. et JOSHI S.T. (dirs.), An Epicure in the Terrible: A Centennial Anthology of Essays in Honor of H. P. Lovecraft, Fairleigh Dickinson University Press, 1991

SMITH Don G., H. P. Lovecraft in Popular Culture: The Works and Their Adaptations in Film, Television, Comics, Music and Games, McFarland, 2005

TRUCHAUD François (dir.), Lovecraft, Cahiers de L’Herne, n° 12, Paris, Editions de L’Herne, 1969

Les propositions de communication (en anglais ou en français) sont à envoyer conjointement à Christophe Gelly (cgelly@yahoo.fr) et Gilles Ménégaldo (gilles.menegaldo@univ-poitiers.fr) avant le 15 janvier 2013.

Parution: L'album, Le Parti pris des images

L’album: le parti-pris des images

Sous la direction de Viviane Alary et Nelly Chabrol-Gagne
PUPB, Collection Littératures (hors série), janvier 2012, 22 x 33 cm, 280 p., 138 illustrations

ISBN 978-2-84516-420-8. 49 €

Livre objet, livre à regarder, à conserver dans une bibliothèque, album de famille, livre à emporter dans les voyages, pour les dames ou les amateurs de collections et de recueils, l’album s’adresse le plus souvent aux enfants dès la seconde moitié du XIXe siècle. Au début du XXe siècle, il subit une mutation d’envergure en devenant un support pédagogique et littéraire, et plus largement un livre artistique, un véritable lieu de création qui s’ouvre à tous les publics. Les images gagnent en autonomie et en capacité à raconter, à porter du sens. D’où la nécessité de sonder les nouvelles intentions et attentions esthétiques dont il fait l’objet.

Table des matières:

Introduction – Viviane ALARY et Nelly CHABROL GAGNE

1. L’album au banc d’essai, invention et usages

L’album, le mot, la chose (Isabelle NIÈRES-CHEVREL)

Les deux narrateurs à l’œuvre dans l’album : tentatives théoriques (Cécile BOULAIRE)

Traditions : l’album testament inédit d’Achille Devéria, ou les théories d’un romantique sur le rôle des images (Olivia VOISIN)

Les premiers albums de bande dessinée au XIXe siècle : quelle identité éditoriale, quel usage culturel et social ?… (Camille FILLIOT)

Dans (toutes) les marges. L’Album zutique (Denis SAINT-AMAND)

L’iconotexte patriotique subversif dans les albums de guerre de Bécassine (1915-1919) (Laurence OLIVIER-MESSONNIER)

2. L’album, en Europe et dans le monde

Tour du monde (Michel DEFOURNY)

Le renouveau de l’album espagnol dans les années 1970 (Mathilde JAMIN)

« Nordqvist a fait un ponti ! » : l’émergence d’une nouvelle esthétique des albums suédois (Catherine RENAUD)

Intericonicité et logique narrative dans Alligators All Around de Maurice Sendak. Un piège pour la traduction (Marie-Pierre LITAUDON)

3. L’image au service du texte

L’album de jeunesse au service des grands auteurs (Christine PÉRÈS)

La folie de Don Quichotte dans les albums pour enfants. Représentations et réécritures (Catherine d’HUMIÈRES)

La graphie à l’encre noire de Luis Scafati, de la maison d’édition Libros del Zorro Rojo (Adela CORTIJO TALAVERA)

Antonio Saura revisite Pinocchio (Émilie FERNANDEZ)


4. L’album teste ses limites

L’album pour la jeunesse : un livre d’artiste ? Et les « bouquins » de Béatrice Poncelet ? (Christiane CONNAN-PINTADO)

La théâtralité à la page : mise en espace, mise en images et mise en scène du récit dans l’album jeunesse illustré contemporain en Espagne (Euriell GOBBÉ-MÉVELLEC)

Quand le texte s’invite dans le paratexte : le débordement des cadres (Florence GAIOTTI)

Intertextualité et intericonicité dans les albums des P’tites Poules de Christian Heinrich et Christian Jolibois (Nathalie FROLOFF)

Deux « albums à la noix » qui « sortent des rails » ou la colonisation du texte par ses seuils (Le livre le plus génial que j’ai jamais lu… de Christian Voltz et ZZZZ…ZZZZ… de Philippe Corentin) (Catherine TAUVERON)


5. Spatialités de l’album

Des cartes du réel aux cartes de l’imaginaire. Les Atlas des géographes d’Orbæ de François Place au croisement de trois champs disciplinaires : littérature, histoire, géographie (Sylvie DARDAILLON et Christophe MEUNIER)

Georges Lemoine, Stéphane Girel, illustrateurs d’espaces de rêve et d’émotions (Christine PLU)

Les albums de Anne Brouillard, un miroitement aquatique (Patrick JOOLE)

De temps en temps, j’embarquais sur le fil narratif de Anne Herbauts au risque de dériver (Mathilde BRISSONNET)

Sara ou une esthétique de la vibration (Catherine BRASSELET)