Archives par mot-clé : hybridation

Appel à contributions : Science-fiction et formes expérimentales (revue Res Futuræ)

Science-fiction et formes expérimentales

Dossier Res Futurae n° 26, décembre 2025

Date d’échéance : 1er juin 2024

Responsables du dossier :Jérôme Dutel (Université de Saint-Étienne) et Alice Ray (Université d’Orléans).

Texte de l’appel :

Les propositions d’articles, d’environ 250-300 mots, accompagnées d’une brève biobibliographie, sont à envoyer avant le 01/06/2024 aux deux adresses suivantes : jerome.dutel@univ-st-etienne.fr et alice.ray@univ-orleans.fr.

Remise des articles V1 : 15 octobre 2024.

Le processus d’évaluation de la revue ainsi que les normes éditoriales sont disponibles en ligne.

« Ça n’a pas été sans quelques complications,
sans heurts ni détours, que d’essayer de trouver
des mots pour vous parler ici. »
Noël Akchoté (en collaboration avec Guillaume Patin),
préface à Philippe Robert, Musiques expérimentales. Une anthologie transversale d’enregistrements emblématiques (2007, 2014)

Ce numéro de ReSF se propose d’explorer, sans références évidentes, les frontières formelles du genre et d’étudier la manière dont ces dernières sont transcendées par les artistes de science-fiction, tous médias et aires géographiques et linguistiques confondus. Continuer la lecture de Appel à contributions : Science-fiction et formes expérimentales (revue Res Futuræ)

Appel à contributions : Monstres et monstruosités (revue Dialogues francophones)

Monstres et monstruosités

Dialogues francophones, n° 28/ 2024

Centre d’études francophones, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie

Date d’échéance : 1er juin 2024

Texte de l’appel : 

Apparentée à l’extraordinaire, à l’étranger, à l’inexplicable, à l’indicible, la question des monstres et des monstruosités a toujours fasciné et intrigué l’individu en stimulant son imaginaire. Depuis l’Antiquité, les auteurs ont consacré des volets conséquents de leurs écrits à des créatures hors-normes – l’autre des humains – et à leurs errements. De nombreuses œuvres littéraires sont peuplées de personnages ténébreux qui inspirent de la crainte et de l’indignation à cause de leurs actes cruels commis (in)volontairement ou de la transgression des normes et des codes de bienséance imposés par la société. Le Sphinx, le Cerbère, le Minotaure, le Cyclope, la Méduse, la Sirène, les Géants dans la mythologie grecque ; le vampire ou le zombi dans la littérature baroque et fantastique ; les créatures surhumaines de la littérature de science-fiction ; les criminels, les violeurs, les personnages corrompus du roman noir et autres figures de l’autorité oppressive (dictateurs, kidnappeurs) des fictions modernes et ultracontemporaines ne seraient que quelques exemples de “monstres” inoubliables qui, à travers le temps, ont envoûté un lectorat jeune ou adulte. Les contes populaires dont on retrouve les traces dans la fiction foisonnent eux aussi en ogres, loups et autres animaux prédateurs, elfes, sorcières, etc. Continuer la lecture de Appel à contributions : Monstres et monstruosités (revue Dialogues francophones)

Appel à contributions : InterArtes n° 5 : “Écrivain(e)s, littérature et bandes dessinées”

Écrivain(e)s, littérature et bande dessinées

Revue InterArtes, n°5

Milan

Date d’échéance : 30 juillet 2024

Texte de l’appel :

Depuis le développement des études sur la bande dessinée dans le monde occidental, à savoir dès les années soixante, on a observé une croissance imposante, dans différents domaines disciplinaires, de contributions scientifiques portant sur son langage et ses auteurs. Des reconstructions historiques, des études sociologiques, des interprétations culturelles, des analyses sémiotiques et linguistiques, des comparaisons intermédiales ont offert au cours de ces décennies un cadre historique, théorique et méthodologique permettant de définir le langage de la bande dessinée, ses formes, ses genres et ses évolutions, son dialogue avec les autres arts, sa valeur esthétique ainsi que son impact idéologique et culturel. Cependant, nous estimons qu’il reste encore beaucoup à explorer et à définir, notamment dans la relation entre la bande dessinée et la littérature – objet de nombreux débats récemment. Continuer la lecture de Appel à contributions : InterArtes n° 5 : “Écrivain(e)s, littérature et bandes dessinées”

Appel à communications : Confluences littéraires québécoises. Aspects inter- et transculturels de l’extrême contemporain au Québec (Passau, Allemagne)

Confluences littéraires québécoises – Aspects inter- et transculturels de l’extrême contemporain au Québec

Université de Passau, Allemagne

Date d’échéance : 31 janvier 2024

Texte de l’appel :

14e Congrès de l’Association allemande des Francoromanistes

“Confluences: croisements et convergences”.

Section “Confluences littéraires québécoises – Aspects inter- et transculturels de l’extrême contemporain au Québec”.

L’identité culturelle quant à elle est un processus plus fluide qui évolue de lui-même et qu’il ne faut pas tant percevoir en termes d’héritage du passé qu’en termes de projet d’avenir. UNESCO (2009) Investir dans la diversité culturelle et le dialogue interculturel. Paris, Rapport mondial de l’UNESCO (résumé), 7.

En 2009, l’UNESCO a choisi de recourir, non par hasard, à une sémantique fluide pour souligner le dynamisme et la prospective des négociations des identités culturelles postcoloniales et postmigratoires des issues à la fois des individus et collectifs, et qui s’expriment par des processus complexes. Il existe déjà de nombreux concepts tels que le mestizaje, la créolisation et l’hybridité, la transculturalité, la perméabilité et l’interpénétration, la fluidité et l’émergence, les croisements (par exemple dans les mémoires croisées) et les palimpsestes, les rhizomes, les structures en archipel et la relationnalité, la transformation et la transmutation. Continuer la lecture de Appel à communications : Confluences littéraires québécoises. Aspects inter- et transculturels de l’extrême contemporain au Québec (Passau, Allemagne)

Appel à contributions : Journée d’études Amerika. Centre et périphéries. Science-fiction et littératures de l’imaginaire dans les lettres hispanophones modernes et contemporaines

Journée d’études Amerika. Centre et périphéries. Science-fiction et littératures de l’imaginaire dans les lettres hispanophones modernes et contemporaines

Vendredi 7 juin 2024

Université de Rennes 2, Campus Villejean

Date d’échéance : 20 janvier 2024

Texte de l’appel :

La création littéraire hispanophone à l’époque moderne et contemporaine est bien souvent connotée au fantastique et réalisme magique ; cette hégémonie s’est accentuée dans la deuxième moitié du XXe siècle, notamment avec la prépondérance des auteurs du Boom. Ce qui, d’une certaine manière, peut avoir occulté la production en littératures de l’imaginaire, en tous cas dans ses acceptions les plus connues du grand public (science-fiction, fantaisie héroïque, uchronies), laissant entrevoir une périphérisation de ces genres : soit parce que l’on concevait que les pays d’Amérique Hispanique étaient des producteurs périphériques de ce genre de récit, soit parce que ces récits étaient considérés comme périphériques au sein de la production hispanoaméricaine.

Cette production, qui existe depuis le XVIIIe siècle, semble néanmoins s’être plus développée à partir de la fin du XXe siècle, souvent dans un style plus ironique ou parodique, reprenant les codes édictés par la création en science-fiction non-hispanophone (souvent anglophone ou francophone, et peut-être chaque fois plus, asiatique) pour les tourner en dérision. Quelques expériences, comme la brève revue mexicaine Crononauta (1964), ont tenté de mettre en place une diffusion locale, mais cela a pu renforcer l’idée d’une périphérisation, puisqu’il s’agissait par exemple de satiriser un canon déjà existant ailleurs, ou de s’attaquer à des thématiques très spécifiques à la réalité latino-américaine (M. A. Delgado, 2000), impression renforcée avec l’avènement d’internet et l’apparition des fan-fictions -qui ont donné naissance à des productions hybrides, comme des textes en espagnol sur des univers anglophones comme Docteur Who ou Star Wars. Cependant, il existe malgré tout des textes de créateurs issus de l’Amérique Hispanophone qui ont également participé à ce canon, soit par une collaboration à des productions mainstream (F. Martel, 2011), soit par la création d’autres références, parfois dans d’autres langues que l’espagnol.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Journée d’études Amerika. Centre et périphéries. Science-fiction et littératures de l’imaginaire dans les lettres hispanophones modernes et contemporaines

Appel à contributions : Littératures de l’imaginaire en Amérique latine (Strasbourg)

Littératures de l’imaginaire en Amérique latine

Revue reCHERches des Presses universitaires de Strasbourg

Date d’échéance : 15 novembre 2023

Texte de l’appel

« Human kind cannot bear very much reality ».

T. S. Eliot, « Burnt Norton », Four Quartets.

« Littératures de l’imaginaire » : c’est sous cette dénomination, qui paraît naïvement redondante, que l’on réunit le fantastique, la science-fiction, la fantasy ou le merveilleux, c’est-à-dire des genres dont « l’univers fictionnel qu’ils décrivent ne prétend pas constituer une mimèsis du monde réel […] mais s’en démarque par l’introduction d’un ou plusieurs éléments outrepassant les limites qu’on lui connaît », d’après Francis Berthelot[1], ce qui reste à nuancer concernant le fantastique qui introduit un élément inexplicable dans un univers précisément réaliste. S’il y a beau temps que la littérature ne se satisfait plus du réalisme, dont la relativité a d’ailleurs été montrée[2], les genres de l’imaginaire n’empêchent aucunement — et favoriseraient plutôt, par la fascination et la curiosité qu’ils suscitent ? — l’immersion dans la fiction mais également, à leur façon, dans la réalité, ainsi redécouverte et repensée. Continuer la lecture de Appel à contributions : Littératures de l’imaginaire en Amérique latine (Strasbourg)

Parution : Mémoires du livre/ Studies in Book Culture 14-1, « La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations »

Mémoires du livre/ Studies in Book Culture vol. 14 n°1, « La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations », sous la direction de Maël Rannou (U. de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Philippe Rioux (U. Concordia), printemps 2023

La bande dessinée a longtemps été catégorisée en aires géographiques figées, mais ces catégories sont de plus en plus bousculées par des hybridations assumées et des collaborations inattendues. Les isolements nationaux sont régulièrement court-circuités et donnent lieu à des porosités des frontières nationales. La présence importante et durable des mangas sur les marchés occidentaux engendre une hybridation visible dans les séries. La bande dessinée circule hors des frontières nationales et cela a motivé le présent dossier de Mémoires du livre/Studies in Book Culture.

Sommaire :

Continuer la lecture de Parution : Mémoires du livre/ Studies in Book Culture 14-1, « La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations »

Appel à communications : Création-recherche en olfaction

Appel à communications – Création-recherche en olfaction (acte 1) : Pratiques et métiers en mutations

Colloque Jeunes Chercheurs, Université Jean-Jaurès de Toulouse, 16-18 février 2022 

Date limite des propositions : 14 juin 2021.

*

Résumé 

Ce colloque jeunes chercheurs a pour ambition de mobiliser un réseau interdisciplinaire de chercheurs, de professionnels, et de créateurs, pour explorer les possibilités de la création-recherche en olfaction.

Présentation 

La question de la création-recherche est apparue en France, à Paris, dans les années 1970 suite aux événements de 68, dans le milieu de l’art et de l’université, avec d’une part l’introduction des études universitaires en arts plastiques et d’autre part une réflexion sur les rapports entre les arts et les sciences. En effet, cette démarche souhaite réunir les pratiques artistiques et pratiques scientifiques dans le but d’expérimenter un stade de la recherche plus libre de ses propres outils et langages, tout en expérimentant des voies qui permettent à l’art de devenir une discipline scientifique. Ce décloisonnement génère de nouveaux savoirs à travers un travail d’équilibriste entre la création et la recherche par un va-et-vient permanent entre théorie et pratique via l’expérimentation et l’expérience. Sur cette idée Pierre Gosselin constate que “[…] la recherche en pratique artistique est directement liée à la nature de cette même pratique qui va et vient continuellement entre d’une part, le pôle d’une pensée expérientielle, subjective et sensible et, d’autre part, le pôle d’une pensée conceptuelle, objective et rationnelle.” (1)

Ainsi, que ce soit, la création recherche (Barrès, 2020) ou la recherche-création(2) (Léchot Hirt, 2010), la recherche création (Gosselin, 2009), etc.(3), selon les différents auteurs francophones (France, Québec, Suisse), cette démarche semble porter un regard macroscopique et interdisciplinaire. Elle regroupe toutes les différentes formes de création en sciences humaines et sociales (design, danse, théâtre, musique, littérature, poésie, architecture, …), mais elle peut, ou pourrait, aussi concerner toutes les autres catégories de sciences (chimie, biologie, ingénierie, médecine, …) qui s’intéressent à la création. L’envie de combiner, de faire collaborer différentes disciplines offre alors la possibilité d’inventer de nouvelles productions de connaissances, d’innovations pour observer, comprendre et penser le monde par le prisme de l’olfactif.

Continuer la lecture de Appel à communications : Création-recherche en olfaction

Appel à contributions : Frontières de la transfictionnalité (InterArtes, n° 1)

Revue  InterArtes, n° 1, 2021 : “Frontières de la transfictionnalité” (échéance : 15 juin 2021)

Dirigée par : Laura Brignoli, Silvia Zangrandi

Département de « Studi Umanistici » — Université IULM – Milan

Frontières de la transfictionnalité

Dans un monde où abondent les invitations à franchir les frontières, du moins avant qu’un maudit virus ne les rende dramatiquement actuelles, vouloir les rétablir semble un geste destiné à l’échec. Et encore plus si l’on regarde la société liquide dans laquelle nous sommes plongés, où la perméabilité des frontières – signe d’actualité – confirme une esthétique de l’hybride qui tend à dépasser les bords, même de façon radicale, jusqu’à nier leur existence même. La production artistique contemporaine, marquée par l’hybridation, ne fait qu’épouser cette tendance.

À la lumière de ce que l’on vient d’observer, tracer la frontière à l’intérieur de laquelle il est légitime de parler de réécriture et transfictionnalité semble donc être une opération inutile, sinon irréalisable. Vouloir établir des limites, pourquoi ? Pourquoi vouloir mener une opération « Politiquement incorrecte, moralement antipathique ? ». Régis Debray, après s’être posé la question (dans Éloge des frontières), nous offre une réponse exemplaire : « Le mur interdit le passage ; la frontière le régule. Dire d’une frontière qu’elle est une passoire, c’est lui rendre son dû : elle est là pour filtrer. »

Mais il s’agit aussi d’échapper au chaos du hasard : sans frontières, tout est nivelé, et alors la clarté de l’analyse sera contaminée par l’indétermination du matériel analysé. L’opération nous semble très nécessaire à partir du moment où l’on réfléchit sur l’hypertextualité / transfictionnalité / réécriture. Accepter la porosité des frontières ne signifie pas nécessairement niveler sur un même plan toutes les œuvres qui en réécrivent d’autres : dans son sens le plus large, chaque aventure, réduite à ses éléments essentiels, reproduit un archétype préexistant.

Il s’agit donc, pour ce premier numéro d’InterArtes, de faire un effort de définition, en se demandant s’il est possible de décrire la réécriture, si l’on peut essayer de définir le périmètre à l’intérieur duquel il est légitime de parler de transfictionnalité ; et quels sont les critères à prendre en compte pour placer légitimement une œuvre dans ce périmètre.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Frontières de la transfictionnalité (InterArtes, n° 1)

Colloque : Nouvelles frontières du récit. Au-delà de l'opposition entre factuel et fictionnel (9 avril, Toulon)

Nouvelles frontières du récit. Au-delà de l’opposition entre factuel et fictionnel

Mardi 9 avril, Toulon, Palais Neptune
9h – 18h – Salle Raimu 1

L’équipe ERIS (Université du Sud, Toulon-Var) organise un colloque consacré aux «  Nouvelles frontières du récit.  » La thématique choisie invite les chercheurs à se pencher sur les processus d’hybridation qui affectent la production narrative contemporaine et à questionner la pertinence du critère qui sépare les récits en deux catégories suivant la nature réelle ou imaginaire des faits représentés : récits factuels, d’un côté, récits fictionnels, de l’autre.

PROGRAMME

8h30 : Accueil café des intervenants et des participants

9h : Ouverture des 7es journées scientifiques de l’USTV (auditorium)

Prologue : théorie de l’hybridation narrative

10h : Alessandro Leiduan (Université de Toulon) : Aristote interprète de Carlo Ginzburg. De l’empirisme historiographique à l’histoire comme εμπειρία

Case studies I : hybridations littéraires

Président de séance : Daniel Bilous (Université de Toulon)

  • 10h30 : Alexandre Prstojevic (Inalco – Paris) :  contre-courant : la nouvelle littérature mémorielle entre l’hérésie générique et l’engagement intellectuel
  • 11h  : Maurizio Actis-Grosso (Université de Paris X – Nanterre) : Nasser et l’exode des Séfarades d’Égypte : le prisme narratologique polyédrique d’un paradigme symbolico-allégorique

Case studies II : hybridations iconographiques

Président de séance : Laure Levêque (Université de Toulon)

  • 11h30 : Elisa Bricco (Université de Gênes) : Le roman graphique et l’histoire : pour un récit engagé
  • 12h : Daniel Bengsch (Université de Mannheim) : Réalités visuelles – images hyperréelles : La (re)présentation du féminicide à Ciudad Juárez

12h30 : Pause repas

Case studies III : hybridations linguistiques

Président de séance : Yves Bardière (Université de Toulon)

  • 14h : Dairina O’ Kelly (Université de Toulon) : Traduire la fiction : éloge de la trahison
  • 14h30 : Luciana Soliman (Université de Padoue) : Entre réalité et possibilité : les formes temporelles et modales de l’hypothèse

Case studies IV : hybridations cinématographiques

Président de séance : Marie-Stéphane Bourjac (Université de Toulon)

  • 15h : Magali Vogin (Université de Toulon) : Dramatisation et participation critique dans «  Pasolini, un delitto italiano  » de Marco Tullio Giordana
  • 15h30 : Pierre-François Peirano (Université de Toulon) : Le «  roman national  » de l’expédition Lewis Clark : entre ré-interprétation et ré-adaptation

16h : Pause

Case studies V : hybridations industrielles

Président de séance : Éric Boutin (Université de Toulon – Ingémédia)

  • 16h15 : Philippe Bonfils (Université de Toulon – Ingémédia) : Objets communicants et environnements immersifs : transformation des activités de production et de réception ?
  • 16h45 : Laurent Collet (Université de Toulon – Ingémédia) : Comment dire l’innovation dans les scénarios d’usage ?

Case studies VI : hybridations journalistiques

Président de séance : Alessandro Leiduan (Université de Toulon)

  • 17h15 : Nicolas Pelissier (Université de Nice Sophia Antipolis) : Le journalisme narratif en France, une écriture à (re)-découvrir
  • 17h45 : Laura Guidobaldi (Université de Toulon) : Sport et presse on line : la relativité du temps et de l’espace dans l’univers du web.

18h15 : Discussion et clôture du colloque

CONTACT :

Alessandro LEIDUANalessandro.leiduan@univ-tln.fr • Laboratoire BABEL

Site internet : http://neptune2013.univ-tln.fr/Nouvelles-frontieres-du-recit-Au-dela-de-l