Archives par mot-clé : horreur

Parution : Les jeux vidéo francophones : Y a-t-il une « French Touche » ?

Couverture : Another Corner, Heartbreak Haze, Life Is Strange, Episode 1: Chrysalis

Numéro spécial d’Alternative francophone, vol. 2, n° 8, 2021

Dossier Les jeux vidéo francophones  : y a-t-il une « French Touche » ? dirigé par Pierre-William Fregonese (Université Paris 2 – Sciences Po Lille)

Introduction du numéro spécial « Les jeux vidéo francophones : y a-t-il une « french touche »? Des développeurs et créateurs indépendants à Ubisoft »  par Pierre-William Fregonese

« French Horror : penser l’image vidéoludique par l’horreur. Images monstrueuses et monstration de l’image, de Zombi à 2Dark » par Guillaume Baychelier

« Y a-t-il une ville pour définir Ubisoft ? Enjeux poétiques et philosophiques d’un monde de l’action » par Paul-Antoine Colombani

« Aux armes, citoyens ! Une lecture politique d’un évènement historique français ? Le cas Assassin’s Creed Unity » par Julien Lalu

« Les nouvelles représentations des minorités dans les Jeux vidéos : enjeux et significations » par Emmanuelle Hess

Compte rendu de « Écrire au-delà de la fin des temps ? Les littératures au Canada et au Québec. / Writing Beyond  the End Times ? The Literatures of  Canada and Quebec » par C(h)ris Reyns-Chikuma

Appel à propositions : Lovecraftiana

Lovecraftiana

La revue Litteraria Copernicana et la série Phantasticus

Nous proposons de nous pencher sur les différentes facettes de l’œuvre de Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) ainsi que sur son influence sur la culture et la littérature populaires.

Les propositions pourront s’inscrire dans l’un des axes suivants (qui ne sont pourtant pas exhaustifs) :

  • Les sources de l’horreur lovecraftienne,
  • La mythologie de Lovecraft (le « panthéon noir »),
  • Ses inspirations,
  • L’aspect intertextuel/transfictionnel de son œuvre,
  • Les imitateurs et continuateurs de sa création,
  • La philosophie et l’œuvre lovecraftienne (le cosmicisme, l’indifférence cosmique, la fin de l’Anthropocène, etc.)
  • L’inter/transmédialité et l’héritage lovecraftien,
  • Lovecraft et la culture de masse,
  • La réception critique de son œuvre.

Il est également possible de proposer de comptes rendus de publications récentes (datant de 2020, 2021) sur la littérature et le cinéma fantastiques.

Nous attendons aussi les propositions d’articles pour la rubrique Varia – on privilégie les textes portant sur le fantastique et l’horreur.   Continuer la lecture de Appel à propositions : Lovecraftiana

Appel à contributions : Les fictions horrifiques à l’ère du streaming

Appel à contributions pour le prochain dossier de Cultural Express : « Les fictions horrifiques à l’ère du streaming« 

Dossier dirigé par Giovanni BERJOLA (giovanni.berjola@orange.fr)

L’horreur à l’écran est un genre lucratif. Les récents triomphes commerciaux le confirment : les deux films consacrés à Ça (2017 et 2019) de Stephen King font partie des productions les plus rentables des dernières années et les séries horrifiques telles que The Haunting (2018) ou American Horror Story (2011), pour ne citer que les plus connues, sont légions. La culture populaire et les fictions pour la jeunesse témoignent de la vitalité d’un genre qui transcende les catégories, les médias et les modes énonciatifs pour s’épanouir sur les chaînes de télévision comme HBO, FX ou AMC, à travers le système de replay des chaînes virtuelles et plus encore sur les plates-formes de streaming comme Netflix, Hulu ou encore Shadows : cette dernière est exclusivement consacrée à la fiction horrifique, signe que l’industrie du divertissement a parfaitement cerné les goûts du public actuel.

Dans son article intitulé, « La tripe cinématographique », Christian Oddos rappelle que « le but essentiel des films d’horreur est de transmettre une horreur visuelle et sordide ou encore d’infliger au spectateur, par l’intermédiaire d’un personnage, une horreur intellectuelle et morale »1. Cette définition date de 1988 : à cette époque, le cinéma reste une forme de divertissement majeure, mais déjà concurrencée par la télévision et la vidéo. Si le cinéma projette, ritualise et sacralise l’expérience horrifique, la télévision la diffuse et la vidéo la fétichise. L’avènement des networks puis de l’internet a depuis bouleversé notre rapport à la fiction cinématographique et télévisuelle. Les films et les séries sont plus nombreux, plus immédiatement disponibles ; les pratiques et les expériences se transforment. Ces changements à la fois confortent et renforcent la place de l’horreur dans le champ culturel tout en amorçant des métamorphoses esthétiques et formelles qu’il serait intéressant d’étudier dans le cadre précis des plates-formes de streaming et des chaînes virtuelles. Continuer la lecture de Appel à contributions : Les fictions horrifiques à l’ère du streaming

  1. Christian Oddos, « La tripe cinématographique », Solaris, no 81,‎ 1988, p. 41. []

La communication politique à l’aide de jeux vidéo d’horreur

À l’occasion de l’anniversaire du volet germanophone d’Hypothèses, nous proposons ici un billet d’Eugen Pfister, traduit de l’allemand par Célia Burgdoff et disponible en version originale ici.

__________________________________________________________________________

De la communication politique dans les jeux vidéo

Par Eugen Pfister (Arbeitskreis Geschichtswissenschaft und Digitale
Spiele

Londres 1918 : La ville est ravagée par la grippe espagnole qui fait des milliers de victimes, en particulier parmi les plus démunis. Des quartiers entiers sont dépeuplés, des syndicalistes communistes et des gangs s’affrontent violemment dans la rue. Tandis que la grande bourgeoisie du West End songe à ériger un mur de protection autour du quartier, à l’autre bout de la ville et de la hiérarchie sociale, les immigrants roumains luttent pour leur survie. De plus, les londoniennes font le travail des centaines de milliers d’hommes, qui ont quitté la ville pour mourir dans une guerre inutile. Elles n’ont cependant pas les mêmes droits ou perspectives d’ascension que ces hommes. (Dontnod : F 2018 / PS4)

 

Changement de décor : 1960, dans les profondeurs de l’Océan Atlantique…

…nous traversons les ruines écrasantes, (rétro-)futuristes de la mégalopole « Rapture » et sommes témoins de la dissolution catastrophique d’un projet de société utopique, comme seulement Ayn Randt aurait pu l’imaginer. « No Gods or Kings. Only Man » : la devise, affichée sur l’étendard à l’entrée de la ville, témoigne de la volonté de ne pas mettre d’entraves politiques ou culturelles à la créativité des habitant.es. Cet idéal est noyé dans l’égoïsme et le « chacun pour soi ». BioShock (2K Boston : US 2007 / XBOX360 u.a.).

Continuer la lecture de La communication politique à l’aide de jeux vidéo d’horreur

Parution : New Queer Horror Film and Television

Darren Elliott-Smith, John Edgar Browning (dir.), New Queer Horror Film and Television, University of Wales Press, « Horror Studies », 2020. 

This anthology comprises essays that study the form, aesthetics and representations of LGBTQ+ identities in an emerging sub-genre of film and television termed ‘New Queer Horror’. This sub-genre designates horror crafted by directors/producers who identify as gay, bi, queer or transgendered, or works like Jeepers Creepers (2001), Let the Right One In (2008), Hannibal (2013–15), or American Horror Story: Coven (2013–14), which feature homoerotic or explicitly homosexual narratives with ‘out’ LGBTQ+ characters. Unlike other studies, this anthology argues that New Queer Horror projects contemporary anxieties within LGBTQ+ subcultures onto its characters and into its narratives, building upon the previously figurative role of Queer monstrosity in the moving image. New Queer Horror thus highlights the limits of a metaphorical understanding of queerness in the horror film, in an age where its presence has become unambiguous. Ultimately, this anthology aims to show that in recent years New Queer Horror has turned the focus of fear on itself, on its own communities and subcultures. Continuer la lecture de Parution : New Queer Horror Film and Television

Colloque international – John Carpenter, « maître de l’horreur »

Consacré à l’esthétique, à la carrière et à la réception du cinéaste John Carpenter, ce colloque est organisé par Paris Diderot (CERILAC ; G. Delon) et la Sorbonne Nouvelle (IRCAV ; M. Boissonneau, Q. Mazel et T. Pillard)

Dates: 30 et 31 octobre

Lieu: Université Paris Diderot, Amphithéâtre Turing, Bâtiment Sophie Germain, 8 place Aurélie Nemours, 75013 Paris

Invités keynote : Ph. Met et D. Roche

Programme

Continuer la lecture de Colloque international – John Carpenter, « maître de l’horreur »

Appel : Théologie et horreur

Call for Abstracts – Theology and Horror, pour le 15 janvier 2019

Explorations of the relationship between religion and horror are fairly well established. However, this is not the case for theology and horror. Many times explorations of theology and horror involve simplistic readings in which theological concepts or doctrines are spotted within horror narratives and noted as points of connection. While this approach has its place, great possibilities exist for going deeper and wider in the exploration of horror and theology. Horror can be a subversive and edgy genre, and this doesn’t often connect well with conservative assumptions which underlie much of the theological enterprise. Theology is often neat and sanitized; horror is messy and dirty.

This volume seeks to do something different, and to break new ground. Along with exploring how theology is present in horror, this volume will seek to explore how theology can be changed and shaped by an interaction with horror. This can be illustrated with examples of possible topics:

Continuer la lecture de Appel : Théologie et horreur

Appel : John Carpenter

APPEL: COLLOQUE

JOHN CARPENTER, « MAITRE DE L’HORREUR »

(IRCAV/CERILAC, PARIS 2019)

Artwork : Pierre-Luc Boucher

Organisé par l’IRCAV (Mélanie Boissonneau, Quentin Mazel, Thomas Pillard) et le CERILAC (Gaspard Delon) les 30 et 31 octobre 2019 à Paris ; réponses à l’AAC avant le 24 octobre 2018

Peu étudiée, l’œuvre de John Carpenter a marqué de son empreinte la culture populaire. Ce colloque entend se saisir au prisme d’une pluralité d’approches, des multiples enjeux et questions que posent la filmographie du « maître de l’horreur », son parcours professionnel au sein et en dehors de l’industrie hollywoodienne, ainsi que les discours et les usages sociaux liés à sa persona comme à l’ensemble de ses activités. 

 

Propositions (résumé de 500 mots accompagné d’une mini bio) à envoyer avant la sortie de Halloween Returns, le 24 octobre 2018 à jcmasterofhorror@gmail.com

COMMUNEMENT RECONNU COMME « MAITRE DE L’HORREUR» grâce à des films dont l’impact culturel excède largement la semi clandestinité généralement attachée à ce genre, John Carpenter doit paradoxalement ce surnom à sa participation à deux modestes épisodes de la série anthologique Masters of Horror (2005-2006), qui ambitionnait de revitaliser l’épouvante télévisuelle contemporaine en faisant appel à d’anciennes gloires du cinéma de genre des années 1970-1990 (Tobe Hopper, Dario Argento, Joe Dante, John Landis, etc.). De manière tout aussi curieuse, le cinéaste a commencé à son grand étonnement à être considéré  comme un « auteur » au moment où une succession d’échecs commerciaux semble peu à peu Continuer la lecture de Appel : John Carpenter

Publications de Luciano Currerri

rosso

 

  1. Per un racconto dello scacco. Simenon e Sciascia venticinque anni dopo / Pour un récit de l’échec. Simenon et Sciascia vingt-cinq ans après. Édités par Danielle Bajomée et Luciano Curreri, avec la collaboration de Giuseppe Traina /A cura di Danielle Bajomée e Luciano Curreri, con la collaborazione di Giuseppe Traina, Cuneo, Nerosubianco, « Le bandiere », 2015

Venticinque anni fa, nel 1989, a distanza di due mesi l’uno dall’altro (4 settembre e 20 novembre), scomparivano Georges Simenon (Liège, 1903) e Leonardo Sciascia (Racalmuto, 1921). Apparentemente, niente sembra unire i due uomini, né i due scrittori, entrambi autori di racconti polizieschi…

Il y a vingt-cinq ans, en 1989,  disparaissaient Georges Simenon (Liège, 1903) et Leonardo Sciascia (Racalmuto, 1921), à deux mois d’intervalle (4 septembre et 20 novembre). Apparemment, rien ne semble unir les deux hommes, ni les deux écrivains, auteurs tous deux de fictions policières…

http://www.nerosubianco-cn.com/scheda.asp?id=131

2. Luciano Curreri, Solo sei parole per Sciascia. Zolfara, popolo, etica, corpo, leggerezza, saggio, Leonforte (EN), Euno, «Le scritture della buona vita», 2015

link : http://eunoedizioni.it/content/solo-sei-parole-sciascia

(3) Luciano Curreri & Michel Delville (a cura di), Il grande «incubo che mi son scelto». Le grand «cauchemar de mon choix». The big «nightmare of my choice». Prove di avvicinamento a Profondo rosso / Les Frissons de l’Angoisse / Deep Red (1975-2015), Edizioni Il Foglio, Piombino (LI), «Archivi Diversi» (3), 2015 Continuer la lecture de Publications de Luciano Currerri

Appel : « Le studio Hammer, laboratoire de l’horreur moderne »

Appel pour un colloque : 

Le studio Hammer, laboratoire de l’horreur moderne (10-12 juin 2015)

 Propositions avant le 20 février 2015

Comité organisateur : Gilles Menegaldo, Université de Poitiers; Anne-Marie Paquet-Deyris, Université Paris Ouest, Université Paris 3, Mélanie Boissonneau, Université Paris 3/IRCAV.

Lieux : Université Paris Ouest Nanterre (10 juin), Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Centre Censier, (11 juin), Cité Internationale, Fondation Lucien Paye (12 juin)

Au moment de la réédition de la célèbre revue Midi-Minuit Fantastique (Rouge Profond) et dans une période où le genre fantastique/horrifique est particulièrement dynamique tant au cinéma que dans les séries télévisées, il semble opportun de faire retour sur le rôle joué par la Hammer Films, studio indépendant britannique qui, vingt ans après Universal, a fait revivre les grandes figures mythiques (Dracula, Frankenstein, la Momie, le Loup-garou etc.) en leur donnant une incarnation modernisée plus conforme à l’évolution de la société et des mœurs en Angleterre en particulier. Continuer la lecture de Appel : « Le studio Hammer, laboratoire de l’horreur moderne »