Archives par mot-clé : horreur

Appel : Théologie et horreur

Call for Abstracts – Theology and Horror, pour le 15 janvier 2019

Explorations of the relationship between religion and horror are fairly well established. However, this is not the case for theology and horror. Many times explorations of theology and horror involve simplistic readings in which theological concepts or doctrines are spotted within horror narratives and noted as points of connection. While this approach has its place, great possibilities exist for going deeper and wider in the exploration of horror and theology. Horror can be a subversive and edgy genre, and this doesn’t often connect well with conservative assumptions which underlie much of the theological enterprise. Theology is often neat and sanitized; horror is messy and dirty.

This volume seeks to do something different, and to break new ground. Along with exploring how theology is present in horror, this volume will seek to explore how theology can be changed and shaped by an interaction with horror. This can be illustrated with examples of possible topics:

Continuer la lecture de Appel : Théologie et horreur

Appel : John Carpenter

APPEL: COLLOQUE

JOHN CARPENTER, « MAITRE DE L’HORREUR »

(IRCAV/CERILAC, PARIS 2019)

Artwork : Pierre-Luc Boucher

Organisé par l’IRCAV (Mélanie Boissonneau, Quentin Mazel, Thomas Pillard) et le CERILAC (Gaspard Delon) les 30 et 31 octobre 2019 à Paris ; réponses à l’AAC avant le 24 octobre 2018

Peu étudiée, l’œuvre de John Carpenter a marqué de son empreinte la culture populaire. Ce colloque entend se saisir au prisme d’une pluralité d’approches, des multiples enjeux et questions que posent la filmographie du « maître de l’horreur », son parcours professionnel au sein et en dehors de l’industrie hollywoodienne, ainsi que les discours et les usages sociaux liés à sa persona comme à l’ensemble de ses activités. 

 

Propositions (résumé de 500 mots accompagné d’une mini bio) à envoyer avant la sortie de Halloween Returns, le 24 octobre 2018 à jcmasterofhorror@gmail.com

COMMUNEMENT RECONNU COMME « MAITRE DE L’HORREUR» grâce à des films dont l’impact culturel excède largement la semi clandestinité généralement attachée à ce genre, John Carpenter doit paradoxalement ce surnom à sa participation à deux modestes épisodes de la série anthologique Masters of Horror (2005-2006), qui ambitionnait de revitaliser l’épouvante télévisuelle contemporaine en faisant appel à d’anciennes gloires du cinéma de genre des années 1970-1990 (Tobe Hopper, Dario Argento, Joe Dante, John Landis, etc.). De manière tout aussi curieuse, le cinéaste a commencé à son grand étonnement à être considéré  comme un « auteur » au moment où une succession d’échecs commerciaux semble peu à peu Continuer la lecture de Appel : John Carpenter

Publications de Luciano Currerri

rosso

 

  1. Per un racconto dello scacco. Simenon e Sciascia venticinque anni dopo / Pour un récit de l’échec. Simenon et Sciascia vingt-cinq ans après. Édités par Danielle Bajomée et Luciano Curreri, avec la collaboration de Giuseppe Traina /A cura di Danielle Bajomée e Luciano Curreri, con la collaborazione di Giuseppe Traina, Cuneo, Nerosubianco, « Le bandiere », 2015

Venticinque anni fa, nel 1989, a distanza di due mesi l’uno dall’altro (4 settembre e 20 novembre), scomparivano Georges Simenon (Liège, 1903) e Leonardo Sciascia (Racalmuto, 1921). Apparentemente, niente sembra unire i due uomini, né i due scrittori, entrambi autori di racconti polizieschi…

Il y a vingt-cinq ans, en 1989,  disparaissaient Georges Simenon (Liège, 1903) et Leonardo Sciascia (Racalmuto, 1921), à deux mois d’intervalle (4 septembre et 20 novembre). Apparemment, rien ne semble unir les deux hommes, ni les deux écrivains, auteurs tous deux de fictions policières…

http://www.nerosubianco-cn.com/scheda.asp?id=131

2. Luciano Curreri, Solo sei parole per Sciascia. Zolfara, popolo, etica, corpo, leggerezza, saggio, Leonforte (EN), Euno, «Le scritture della buona vita», 2015

link : http://eunoedizioni.it/content/solo-sei-parole-sciascia

(3) Luciano Curreri & Michel Delville (a cura di), Il grande «incubo che mi son scelto». Le grand «cauchemar de mon choix». The big «nightmare of my choice». Prove di avvicinamento a Profondo rosso / Les Frissons de l’Angoisse / Deep Red (1975-2015), Edizioni Il Foglio, Piombino (LI), «Archivi Diversi» (3), 2015 Continuer la lecture de Publications de Luciano Currerri

Appel : “Le studio Hammer, laboratoire de l’horreur moderne”

Appel pour un colloque : 

Le studio Hammer, laboratoire de l’horreur moderne (10-12 juin 2015)

 Propositions avant le 20 février 2015

Comité organisateur : Gilles Menegaldo, Université de Poitiers; Anne-Marie Paquet-Deyris, Université Paris Ouest, Université Paris 3, Mélanie Boissonneau, Université Paris 3/IRCAV.

Lieux : Université Paris Ouest Nanterre (10 juin), Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Centre Censier, (11 juin), Cité Internationale, Fondation Lucien Paye (12 juin)

Au moment de la réédition de la célèbre revue Midi-Minuit Fantastique (Rouge Profond) et dans une période où le genre fantastique/horrifique est particulièrement dynamique tant au cinéma que dans les séries télévisées, il semble opportun de faire retour sur le rôle joué par la Hammer Films, studio indépendant britannique qui, vingt ans après Universal, a fait revivre les grandes figures mythiques (Dracula, Frankenstein, la Momie, le Loup-garou etc.) en leur donnant une incarnation modernisée plus conforme à l’évolution de la société et des mœurs en Angleterre en particulier. Continuer la lecture de Appel : “Le studio Hammer, laboratoire de l’horreur moderne”

Stephen King, ouvrage collectif

king

Stephen’s King Contemporary Classics: Reflections on the Modern Master of Horror, Philip L. Simpson et Patrick McAleer (ed.)

Rowman & Littlefield “Contemporary Modern Literature”

Avec un article de Clotilde Landais, “Reading Joyland and Dr. Sleep as Complementary Stories.”

In Stephen King’s Contemporary Classics: Reflections on the Modern Master of Horror, Philip L. Simpson and Patrick McAleer present a collection of essays that analyze, assess, and critique King’s post-1995 compositions. Purposefully side-stepping studies of earlier work, Continuer la lecture de Stephen King, ouvrage collectif

Appel/parution: Pop-en-stock, Alien, une tératogonie de l'abjection

Nouveau dossier: Pop-en-stock

Alien, une tératogonie de l’abjection

Directeur:

Antonio Dominguez Leiva

Dossier ouvert

«Il y a une chose qui perturbe tout le monde et c`est le sexe… Je me suis dit : c’est comme ça que je vais attaquer le public; je vais l`attaquer sexuellement. Et je ne vais pas cibler les femmes dans l`audience, je vais attaquer les hommes. Je vais mettre toutes les images susceptibles de leur faire croiser leurs jambes de crainte. Viol oral homosexuel, reproduction… la chose pondant ses œufs dans votre gorge, la totale… » C` est ainsi que Dan O`Bannon, le scénariste du mythique Alien (1979) décrivait rétrospectivement la genèse d`une création qui changea durablement l`imaginaire phobique contemporain.

Oeuvre hybride à l`image de sa créature éponyme, fusionnant le body horror le plus extrême avec les codes de la science-fiction, mais aussi le thriller, le monster movie, le drame en huis clos, voire leslasher (avec notamment l`érection de la Final Girl en antagoniste ambivalent du Monstre), Alien ne lança pas seulement une des franchises les plus populaires et tenaces de l`âge des blockbusterssériels mais consolida un sous-genre liminaire (le sci-fi horror) et, partant, devint une des métaphores les plus obsédantes de l`altérité pour dire la débâcle cauchemardesque de l`Amérique à la fin desseventies.

Après avoir suscité dès sa sortie de nombreuses interprétations psychanalytiques, féministes et marxistes, la saga inaugurée par le film de Ridley Scott s’est retrouvée récemment au centre d’un débat passionnant provoqué par le livre de Stephen Mulhall intitulé On Film, opposant les tenants de la philosophie du cinéma aux partisans de la philosophie ou encore « critique philosophique » des films.  C`est dans le sillage de toutes ces approches critiques que nous proposons de revenir sur cette créature dont l`ombre protéiforme ne cesse de nous hanter. Pour cela nous prendrons en compte autant le corpus canonique de la « franchise » cinématographique, incluant la tétralogie, sescrossovers (le diptyque qui confronte le Monstre au grand chasseur interplanétaire Predator) et sesspin-offs (dont le polémique Prometheus, 2012) que ses multiples ramifications transmédiatiques (les comic books, les jeux vidéos, voire la littérature, des novélisations initiales aux œuvres originales de J. Shirley ou D. Evenson). Seront aussi envisagés les différents remaniements du mythe, des nombreuses imitations (avec notamment le cycle de l`Alienomanie italienne, de Contamination à Xtro) aux franches parodies.

Parution/appel: Popenstock, invasion zombie.

Dans le cadre de l’esthétique contemporaine du cadavre, peu de phénomènes ont semblé plus marquants, depuis Night of the Living Dead (G. A. Romero, 1968) que la surenchère transmédiatique et véritablement planétaire des morts-vivants. Si les années 90 ont été caractérisées par une sorte de «mort», ou à tout le moins de «stase», du zombie au cinéma, la créature, fidèle à elle-même, est réapparue de plus belle au tournant du nouveau millénaire et a maintenant envahi divers recoins de notre iconosphère globale.

Symptomatiquement, c’est un nouveau média, le jeu vidéo, qui a opéré la renaissance de cette figure jamais entièrement intégrée à la tradition littéraire gothique. L’apparition en 1996 de The House of the Dead et de Resident Evil a signé le retour en force de la créature qui a fini par recontaminer le grand écran. Aux lendemains du traumatisme du 11 septembre 2001 et à l’ombre de la pandémie du SRAS, une véritable « zombie-manie » a débuté. Si la Zombie Movie Database (ZMDB) dénombre plus d’une centaine de films entre 2002 et 2009, plus d’une vingtaine de productions sont prévues pour la seule année 2012.

Dans le sillage du Zombie Survival Guide de M. Brooks (2003), une curieuse «littérature zombie» émerge alors qui triomphe dans l’étonnant best-seller de S. Grahame-Smith qui zombifie littéralement l’œuvre canonique de Jane Austen (Pride and Prejudice and Zombies, 2009). À son tour envahie par la nouvelle vague, la bande dessinée, médium qui avait jadis été essentiel dans la mutation mythopoétique vers le zombie moderne, se lance à partir de la saga de R. Kirkman The Walking Dead (2003-) dans une frénésie zombiephile inouïe qui à son tour alimente l’autre grand média postmoderne, la télévision. On assiste aussi à une pléthore d’études critiques sur cette figure jusque-là relativement dédaignée par l’institution universitaire.

Face à une telle invasion, et en syntonie avec la prolifération de « zombie studies», le temps est venu de s’attaquer de front aux morts-vivants, et d’en brosser un portrait historique et critique l’inscrivant aux sources mêmes d’un imaginaire horrifique postcolonial.


Articles Déjà publiés.

Invasion Zombie

Moitié zombie, moitié paléontologue

Soumis par Laurent Lachaise le 23/11/12

Categories:

La paléontologie est la science qui étudie les fossiles. Autrement dit, elle s’intéresse dans le présent, à ce qui un jour a été vivant, mais ne l’est plus. Parmi ceux dont le nom est souvent associé à cette discipline, la contribution d’un des fondateurs de la science préhistorique, le Français Jacques Boucher de Perthes est digne d’être rappelée[1]. Grâce à son travail et à ses découvertes, l’existence de l’homme à une époque largement antérieure à celle admise jusque là a pu être attestée.

Invasion Zombie

Invasion (Néo)Zombie: entre macabre, pathétisme et burlesque

Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 27/10/12

Categories:

La ville en ruines, icône obsédante de l´Invasion (néo)zombie, est le thème corollaire de l´effondrement du mythe Arcadien. Correspondance macroscopique du corps déstructuré des masses zombies, la ville apocalyptique n´est plus abandonnée mais grouillante de corps rampants (telle Atlanta dans The Walking Dead, etc). Littéralement envahies, les métropoles deviennent des charniers, remontant en quelque sorte aux sources mêmes de l’iconographie macabre occidentale, si marquée par l’expérience de la Peste Noire.

Invasion Zombie

Invasion (Néo)Zombie, l´au-delà de l´abject

Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 26/10/12

Categories:

Il est peu d’images aussi marquantes, dans le cadre de l’esthétique contemporaine de l´extrême, que la surenchère transmédiatique et véritablement planétaire des morts vivants. Après une décennie (1985-1995) qui avait connue la « fin du zombie » dans le média qui lui avait jusque-là été le plus propice — le cinéma[i] —, la créature, fidèle à elle-même, renaît de plus belle au tournant du nouveau millénaire, envahissant les plus divers recoins de l’iconosphère globale.

CFP: Edited Collection on Dark Fairy Tales in Children’s and Young Adult Literature (20 octobre)

CFP: Edited Collection on Dark Fairy Tales in Children’s and Young Adult Literature

Scholarly essays are sought for a collection on the “dark/gothic” fairy tale motif in children’s and young adult literature. One of the most popular and long standing traditions in literature for youth, fairy tales have always had elements of fantastical horror, dark motifs, and other Gothic themes built into them. Cannibalism, murders, despair, rape, kidnapping, reincarnations, broken families and many other horrific elements are to be found in these stories. Countless experts insist that their inclusion was, and still is, vital to the growth and maturation of the child reader. The melding of the traditional fairy tale and Gothic literature themes help the reader not only to see the positive aspects of life, but the darker side as well. Ghosts and ghouls, graveyards, ancient houses, and other such spooky elements allow the reader to transpose their fears into the fairy tale, analyze them, and grow past that obstacle.

Books such as The Graveyard Book (Gaiman), Coraline (Gaiman), Red Riding Hood (Blakely-Cartwright), The Book of Lost Things (Connolly), Cinder (Meyer), Beastly (Flinn), and Fablehaven (Mull), to name but a few, provide example of such modern stories which expose young readers to both the positive and negative sides of life, to love and hate, to victory and defeat, etc. Such dark/Gothic motifs helped foster the longevity of the traditional fairy tales for hundreds of years, as well as thematically drive their modern counterparts.

Focusing upon contemporary children’s and young adult literature, classic fairy tales, and modern retelling’s thereof, this collection is calling upon academics, scholars, researchers, students, and lovers of fairy tales to submit abstracts of 250 to 300 words for consideration. Topics may include, but are not limited to the following:

-Critical and theoretical approaches
-The child as fairy tale hero
-The role of the female hero
-The “monster” as fairy tale hero
-Retellings of classic fairy tales (Red Riding Hood, Beastly, Zel, etc.)
-Comic and graphic novel adaptations
-Fairy tale structure in non-traditional fairy tale texts (The Graveyard Book, Coraline, Someone Comes to Town/Someone Leaves Town, etc.)
-Societal/psychological/cultural implications of dark fairy tales in literature for children and young adults
-Dark fairy tales and popular culture
-Coming of age issues (sexuality, maturity, etc.) in young adult “fairy tales”

Please note that this is a collection that focuses on children’s and young adult literature with dark fairy tale elements. This is not a collection on fairy tales. As such, please focus your abstracts accordingly.

Please send abstracts of 250 to 300 words to Tanya Jones and Joe Abbruscato at editors@lilredwritinghood.com by October 20, 2012. Please include contact information, CV, and a short bio. This collection has already been discussed with agents at McFarland, though other publishing companies are possible.

CFP: “Horror (as/is) Humor, Humor (as/is) Horror: sLaughter in Popular Cinema” (15 octobre 2012)

CFP:

“Horror (as/is) Humor, Humor (as/is) Horror: sLaughter in Popular Cinema” (collection)

(15 octobre 2012)

In his review of Tavernier’s Coup de torchon, David Kehr wrote in When Movies Mattered: Reviews from a Transformative Decade,
Death, violence, and moral corruption aren’t just slapstick props … but agonizingly real presences, and their comedy isn’t a release from horror, but a confrontation with it.… [H]umor and horror exist side by side, they play on the very thin line that separates a laugh from a scream, touching the hysteria common to both.… The best black humor makes us feel the horror. (186)
Scholarly collections in Humor and Horror Studies have largely conceived of them as separate genres and fields. Yet popular culture has increasingly seen a rise in the emotional and visceral confluence of humor and horror—from black comedies, dark fantasy and a renewed interest in fairy tale adaptations, to fresh literary works, graphic novels, and politics and satire.
Scholarly essays are sought for a potential collection on the nexus of humor and horror—sLaughter—in popular culture texts with a primary focus on film. Topics may include, but are clearly not limited to: Genre (e.g., parody, science / speculative fiction, thriller, dark fantasy, cyberpunk / splatterpunk, “classical” comedy / drama, post-humanism, terror/ism, apocalyptica and TEOTWAWKI); Creator / Auteur (e.g., Joss Whedon, Stephen King, Chuck Palahniuk, Mary Harron, Matt Groening, Seth McFarlane, the Soska sisters, the Coen brothers, Bret Easton Ellis, Charles Bukowski, Amy Lynn Best, David Cronenberg, Tim Burton, John Carpenter); or Theory / Theorist (e.g., structuralism, grotesquerie / freakery, transgressionism, attraction=repulsion, bodily mutilation / ablation, postmodernism, biomechanics / cyborg interfaces).
We are NOT interested in Abbot and Costello, “camp,” or anything else offering the audience a chance to be “psychologically distanced” from mortal terror—beyond the fact that they are viewing images on a screen. Though we are interested in zombies, lycanthropy, vampirism, and that lot, we envision a much broader and more scholarly collection than the fanzone tends to produce—much scarier than Twilight, etc.—that addresses the intersection of humor/horror. We want you to make us FEEL it, and tell us why it’s important.

By 15 October 2012, please submit a 250 word abstract and one-page CV to both Johnson Cheu (cheu@msu.edu) and John A Dowell (jdowell@msu.edu)