Archives par mot-clé : histoire du livre

Appel à communications : Le livre documentaire pour la jeunesse, un objet mouvant à identifier (Arras)

Le livre documentaire pour la jeunesse, un objet mouvant à identifier

10 et 11 octobre 2024

Université d’Artois, Arras

Date d’échéance : 31 mars 2024

Colloque international organisé par Florence Gaiotti et Eléonore Hamaide de l’Université d’Artois, Laboratoire Textes et Cultures UR 4028, équipe « Littératures et Cultures de l’enfance ».

Texte de l’appel :

À l’heure de la prédominance du numérique et de l’IA pour accéder aux savoirs et en rendre compte, il peut paraitre étonnant de revenir sur l’objet particulier qu’est le livre documentaire pour la jeunesse. Mais l’on peut inverser le constat et dire que, dans cette période de révolution numérique, il semble intéressant de revenir sur le livre documentaire, sur sa réalité contemporaine[1] mais aussi sur son histoire.

Si les « incertaines frontières »[2] du livre de jeunesse ont été relevées depuis longtemps, les délimitations du livre documentaire pour l’enfance s’avèrent particulièrement mouvantes ou fluctuantes aussi bien dans ses formes que dans ses visées. Continuer la lecture de Appel à communications : Le livre documentaire pour la jeunesse, un objet mouvant à identifier (Arras)

Appel à contributions : La Bibliothèque bleue : réemploi et révision textuels

La bibliothèque bleue : réemploi et révision textuels

21-22 mars

Université Grenoble Alpes, amphithéâtre de la MSH

Échéance des propositions : 1er décembre 2023 

Organisé par Pascale Mounier et Pauline Saccol (université Grenoble Alpes, UMR 5316 Litt&Arts)

 

La Bibliothèque bleue est une collection de livres à succès qui a abondamment alimenté le marché français de l’édition entre le XVIIe siècle et le XIXe siècle. Elle doit son nom à l’habitude des imprimeurs de ses débuts de protéger les feuillets fragiles et mal reliés des exemplaires par du papier bleu-gris. Ces ouvrages à l’aspect rudimentaire, accessibles à toutes les bourses et transportables par des colporteurs, ont été produits dans des régions alphabétisées, dans un premier temps la Champagne et la Normandie. Environ cinquante villes ont été impliquées au total, dont dix principales : Troyes, Rouen, Caen, Limoges, Avignon, Toulouse, Orléans, Tours, Lille, Épinal et Montbéliard. Les titres concernés sont au nombre d’environ quatre-cents ; les cent premiers constituent le noyau dur du répertoire. On peut en consulter des exemplaires dans des bibliothèques du monde entier, dont les principales sont, pour la France, la Médiathèque du Grand Troyes (catalogue en ligne avec nombreuses éditions numérisées), la Bibliothèque du Mucem (catalogue prochainement mis en ligne) et la Bnf, malgré une grande déperdition dans le temps. Continuer la lecture de Appel à contributions : La Bibliothèque bleue : réemploi et révision textuels

Appel à contributions : Autour du père Castor (Strenae, n° 24)

“Autour du père Castor”

Strenae, n° 24

Échéance des propositions : 25 septembre 2023

Date prévue de parution : 2024

Dirigé par Cécile Pichon-Bonin (CNRS-LIR3S) et Dorena Caroli (Université de Bologne)

Appel à contributions :

Label connu et apprécié du grand public, le Père Castor joue un rôle majeur dans l’histoire de l’édition de l’album en France depuis près de 100 ans. Cette collection, emblématique du renouveau de l’album dans les années 1930 et comprenant de nombreux classiques toujours réédités, a commencé à susciter l’intérêt des spécialistes de l’édition pour enfants et des historiens de la littérature et de la culture enfantines dans les années 1990. 25 ans après le début de ces recherches, nous souhaitons mettre en avant les tendances, approches et sujets qui traversent les réflexions pluridisciplinaires et internationales consacrées à cet objet du patrimoine littéraire et visuel enfantin.

Ce numéro repose sur un partenariat établi entre l’Association Française de Recherche sur les Livres et les Objets Culturels de l’Enfance (Afreloce) et les Archives du Père Castor. Ce numéro sera dirigé par Cécile Pichon-Bonin (CNRS-LIR3S) et Dorena Caroli (Université de Bologne).

En 1931, les premiers Albums du Père Castor paraissent aux éditions Flammarion dans un format maniable, avec une typographie très lisible, permettant différents niveaux de lecture. Parmi les premiers titres, nous trouvons des livres d’activités comme Je fais mes masques, Je découpe, Masques de la jungle de Nathalie Parain (1897-1958) ou Je fais mes jouets avec des plantes de Ruda (Jarušek Rudolf Václav, (1902-1983)). Différentes collections apparaissent rapidement. Leur identité se fonde sur l’âge des lecteurs visés, des thématiques comme la découverte de la nature ou des peuples du monde, des formats de livres ou des types d’approches. Ainsi, le « Roman des bêtes » est lancé en 1934, puis « Le Montreur d’images » en 1947 (la collection s’arrête en 1958), « Enfants de la Terre » en 1948, tandis que le premier Imagier est publié en 1952. Les années 1980 voient se développer quatre collections associées chacune à une tranche d’âge sous le label Castor poche. Depuis 1989, le Père Castor propose également des supports audio pour accompagner ses ouvrages. Et ses histoires ont fait l’objet d’adaptations en dessins animés en 1993. Cette histoire éditoriale s’accompagne d’expériences pédagogiques formalisées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le Centre de recherche biblio-pédagogique de l’atelier du Père Castor ouvre en 1946 puis une école expérimentale l’année suivante.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Autour du père Castor (Strenae, n° 24)

Parution : D’encre et de papier : une histoire du livre imprimé (O. Deloignon, J.-M. Chatelain, J.-Y. Mollier)

Olivier Deloignon, Jean-Marc Chatelain, Jean-Yves Mollier, D’encre et de papier : une histoire du livre imprimé, Actes Sud, 2021. 

1455. Gutenberg et Fust se consacrent activement à « l’œuvre des livres » (Werck der bucher). Sous la plume d’un tabellion mayençais, cette mention marque de façon moins anodine qu’il n’y paraît les prémices d’une révolution majeure. Attesté quelques décennies plus tôt en Corée, le procédé typographique vient en effet d’être éprouvé à Strasbourg et donne le jour à la prestigieuse Bible « à 42 lignes ». C’est l’acmé d’une période d’expérimentations qui a conduit des premières impressions xylographiques aux livres en lettres mobiles. Puis tout ne sera que perfectionnements mais aussi tentatives de contrôle de la diffusion des savoirs et des idées, et règlementations. Au fil de plus de cinq siècles, les tirages et les éditions auront été multipliés sans discontinuer, faisant et défaisant les fortunes intellectuelles ou littéraires, comme financières.
Mais que savons-nous de l’histoire de cet objet prodigieux, fruit de l’esprit et de la rencontre d’innombrables savoir-faire ? S’offrant pour la réflexion autant que pour la rêverie, il est jugé tantôt chef-d’œuvre tantôt bien quelconque, couvert d’éloges ou de critiques, il peut être contrôlé, censuré parfois ; s’acquérant à grands frais ou pour presque rien, il est quelquefois volé, souvent collectionné, classé… mais aussi pilonné.
C’est cette histoire longue et complexe que trois spécialistes nous relatent au prisme des connaissances les plus récentes, et d’une riche et inédite iconographie. Ils nous rappellent que, de l’aube de l’imprimerie jusqu’au XXIe siècle, le livre n’a cessé de révolutionner les pratiques d’écriture et de lecture, de bouleverser les langues et l’univers des images, qu’il marque matériellement et idéologiquement les sociétés, les imaginaires, les mémoires. Et ils restituent avec subtilité et vigueur le rôle majeur du livre imprimé en un temps où la publication numérique pourrait substituer sa culture propre au règne sans partage du livre imprimé sur l’accès et la diffusion de la pensée.

Ouvrage publié sous la direction d’Olivier Deloignon.

 

Colloque international : Pour une loi de la biblio-diversité (Université de São Paulo)

Pour une loi de la biblio-diversité

13, 14 et 15 octobre 2021

Organisatrices

 

Institutions

Colloque intégralement en ligne. Disponible sur les chaînes de l’IEA et de la CBL.

Les communications se font en français et en portugais (avec traduction simultanée en français).

Présentation

Il y a quarante ans, le 10 août 1981, la loi Lang était promulguée en France. Aboutissement d’un long combat mené par les professionnels du livre, la loi sur le prix unique du livre a été adoptée à la quasi-unanimité par les deux Chambres, l’Assemblée nationale et le Sénat. Le livre est désormais vendu au même prix partout en France, avec un rabais limité à 5%, afin de préserver le réseau des librairies indépendantes et, par là-même, la création éditoriale.

La loi Lang a suscité des débats sur le prix unique (fixe) du livre à travers le monde, plus particulièrement dans des pays où la fragilité des librairies allait de pair avec la rareté des lecteurs et les incertitudes du marché. Aujourd’hui, le débat touche pleinement les professionnels du livre et le lectorat au Brésil. Le projet de loi « Politique nationale du livre et régulation des prix » (PL 49/2015), en discussion au Sénat, alerte sur les conditions de production, de commerce et de distribution du livre dans un pays qui se caractérise par son importante superficie, mais aussi par de fortes inégalités sociales.

Loi du prix unique (fixe) ou loi du prix commun ? Nous retiendrons plutôt « loi de la bibliodiversité ». La question a été débattue du point de vue économique, alors qu’elle a en fait une portée beaucoup plus large, puisque c’est aussi et surtout de politique culturelle qu’il s’agit.

En célébrant le 40e anniversaire de la loi Lang, nous souhaitons offrir un espace de débat, tout en renforçant les liens entre la France et le Brésil, afin d’appréhender les chemins pour la construction des politiques publiques du livre, à commencer par la régulation du marché de l’édition.

Continuer la lecture de Colloque international : Pour une loi de la biblio-diversité (Université de São Paulo)

Séminaire : “Philologie numérique” (Epitech, 12 juillet 2021, en ligne)

Séminaire du laboratoire MNSHS d’Epitech: “Philologie numérique

12 juillet 2021 de 14h à 17h 

En ligne (pour recevoir le lien, contactez recherche@epitech.eu)

Organisé par Marie Puren

Présentation

Lundi 12 juillet de 14h à 17h, le séminaire du laboratoire Méthodes Numériques pour les Sciences de l’Humain et de la Société (MNSHS) d’Epitech accueillera Florian Cafiero (GEMASS – CNRS/Paris Sorbonne), Jean-Baptiste Camps (Ecole nationale des chartes) et Simon Gabay (Université de Genève) . La séance portera sur “la philologie numérique”.

  • Florian Cafiero et Jean-Baptiste Camps interviendront d’abord sur “La marge de l’erreur : pour une étude expérimentale à grande échelle de la copie des textes” :

“Depuis l’Antiquité jusqu’à l’invention de l’imprimerie, pour confier un texte à l’écrit et lui permettre de voyager en d’autres lieux ou de parvenir à de nouvelles générations, il était nécessaire de le retranscrire à la main. Scribes ou moines copistes recopiaient parfois des oeuvres qui les passionnaient, parfois des œuvres qu’ils ne comprenaient guère. Si compétents qu’ils aient été, ces copistes n’en ont pas moins commis un certain nombre d’erreurs, générant elles-mêmes à la copie suivante des erreurs parfois encore plus grandes. Et, soit que certains passages se perdent ou ne fassent plus sens après quelques erreurs mal placées, soit qu’ils semblent démodés ou ennuyeux, les copistes tentent parfois d’inventer. Pour ces raisons, nous conservons donc de nombreuses versions d’un même texte, parfois fort différentes… Mais à quoi pouvait ressembler la version originale de livres de la Bible ? des légendes du Graal ? Pour retrouver les textes originaux, il nous faut mieux comprendre les erreurs qui les ont altérées. Nous lançons donc une expérience à grande échelle pour simuler ces erreurs dans la transmission et leurs résultats. Elle devrait s’étendre sur 3 pays (France, Italie, Etats-Unis) et faire l’objet d’une présentation à l’été 2022. Certaines expériences auront lieu en présence. Mais dans le contexte du COVID-19, et pour faciliter la tenue de l’expérience à plus grande échelle, nous souhaitons développer une application. Celle-ci contiendrait une interface ergonomique de copie de texte, et permettrait la numérisation puis la reconnaissance d’écriture manuscrite.”

  • Puis Simon Gabay nous parlera de la “Pratique manuscrite dans un monde d’imprimés: le cas du Grand siècle”.

“Les hommes écrivent, copient et publient des textes depuis des siècles. Lors du passage du livre manuscrit (le codex) au livre imprimé, le cœur de ce triptyque, le système de copie, a muté en profondeur: avec la mécanisation de la reproduction, le copiste s’est fait imprimeur, le scriptorium est devenu un atelier d’imprimerie… Mais l’avènement d’une culture de l’imprimé n’implique cependant pas la disparition d’une pratique scribale dont la persistance et les traces sont trop souvent sous-estimées (Sharpe2016), y compris jusqu’à des époques très récentes (Johnston1999). À l’époque moderne, si la culture du livre imprimé se développe rapidement, le manuscrit ne disparaît pas pour autant (Beugnot2020). On trouve de la documentation administrative, comme des lettres codées (cf.image1),des brouillons d’auteur, comme les sermons de Bossuet (cf.image2), des correspondances, comme les célèbres lettres de Sévigné (cf.image3), des documents inédits, comme des traductions de Racine (cf.image4), des mémoires, comme ceux de Perrault (cf.image5), des textes polémiques, comme des mazarinades(cf.image6), des imprimés annotés, comme les épreuves de Bossuet (cf.image7)ou enfin des documents de travail, comme des copies d’imprimeur (cf.image8).L’importance de ces manuscrits, trop longtemps ignorés, commence a être redécouverte par les chercheurs, que ce soit via des études génétiques (i.e. quis’intéressent au processus d’écriture, cf. Régent-Susini2009) ou plus largement philologiques (i.e. qui se penchent sur la matérialité du document, cf. Gabay2020), mais ce champ reste encore trop peu exploré. Afin de pallier ce problème, nous nous proposons de constituer un répertoire numérique de manuscrits classiques, témoignant de la persistance d’une culture scribale parallèlement à la consolidation de l’économie du livre imprimé dans la France d’Ancien Régime (Martin1969). Ce travail n’étant nouveau que par le fond (le manuscrit français classique) mais pas par sa forme (un catalogue numérique de manuscrit, cf. Burnard 2008), il se doit de s’aligner sur des standards et bonnes pratiques préalablement établis par les chercheurs (e.g. le XML-TEI, cf. Burnard 2014) pour des raisons évidentes d’interopérabilité des données. Ce catalogage se voulant une première phase avant l’augmentation d’un corpus de français moderne déjà existant (Gabay, Bartz, and Deguin2020), la modélisation des données devra contenir compte de cette évolution future.”

Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Les livres ont-ils un genre ? (XVIe-XXe siècles)

Revue Histoire et civilisation du livre

Échéance des propositions : 15 juillet 2021

Date prévue de parution : 2023 

Coordonné par Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université / EPHE), Sabine Juratic (CNRS/ IHMC)

Comité scientifique

Marie-Cécile Bouju (Univ. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Jean-Charles Geslot (Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Rémi Jimenes (Univ. Tours), Annette Keilhauer (Friedrich-Alexander Univ. Erlangen-Nürenberg), Edwige Keller-Rahbé (Univ. Lumière – Lyon 2), Sylvain Lesage (Univ. Lille).

Argumentaire 

Depuis la fin des années 1990, une bibliographie croissante s’est intéressée aux relations entretenues par les femmes avec les livres et, plus largement, avec le monde de l’imprimé en Occident. Les travaux ont mis en évidence la participation des femmes à la production et au commerce des livres, des ateliers d’Ancien Régime (Jimenes 2017) au développement des éditions féministes dans les années 1970 (Pavard 2005, Mazzone 2007), jusqu’à la place occupée par les « petites » maisons d’édition fondées par des femmes dans un champ éditorial, celui de la fin des années 1990, globalement guetté par une « révolution conservatrice » (Bourdieu 1999). Au cœur de nombreuses recherches, les lectrices ont été saisies à la fois comme construction normative (la lectrice idéale) et comme réalité sociale (von Tippelskirch 2011, Matamoros 2017). Les travaux ont éclairé les contraintes matérielles, sociales et culturelles qui s’exerçaient sur la lecture féminine, autant que la capacité des lectrices à s’en accommoder, à les contourner ou à les renverser à leur profit (Brouard-Arends 2003). Enfin, la place des femmes dans le champ littéraire, leur accès longtemps mesuré et contraint à la publication, le façonnement de figures d’autrices ont été questionnés dans la longue durée (Reid 2020).

Récemment, plusieurs travaux ont proposé une perspective plus englobante, embrassant l’ensemble du circuit du livre, dans la France (Broomhall 2002), l’Angleterre (Smith 2012) ou l’Italie (Richardson 2020) des xvie et xviie siècles : les femmes y sont saisies à leur table de travail, à écrire, traduire, préfacer, copier, préparer les textes pour la presse, dans l’atelier, la rue et les corporations de métier, dans leurs interactions avec les auteurs, les imprimeurs et les patrons, dans leur confrontation, plume à la main, avec le texte lu, offert, prêté ou échangé.

Il n’est plus contestable qu’observer les femmes à l’œuvre ou même, comme le suggère Brian Richardson, de regarder « how activities related to books looked through the eyes of the women », permet d’ouvrir des perspectives latérales, de produire un autre regard sur des réalités consolidées par l’historiographie, d’interroger différemment les manières de lire, les formes de l’auctorialité, le genre des inky fingers, les paratextes (Keller-Rahbé et Clément 2017), en bref d’examiner autrement l’ordre des livres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Parution : Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations (Yann Sordet)

https://www.fabula.org/actualites/documents/100779.jpgYann Sordet, Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations, Albin Michel, coll. “L’Évolution de l’Humanité”, 2021.

De l’invention de l’écriture à la révolution numérique, l’ambitieuse synthèse de Yann Sordet, richement documentée et illustrée, retrace les grandes étapes et révolutions de l’histoire du livre, à travers sa production, son économie, sa circulation et sa régulation, mais aussi ses usages, formes et mutations majeures – expansion du codex au début de l’ère chrétienne, mise au point de la typographie en Europe au xve siècle, invention des périodiques au début du xviie, engagement de la librairie dans la société de consommation et mondialisation du marché de l’édition depuis le xixe, dématérialisation des procédés au xxe siècle…

Cette vaste enquête embrasse ainsi l’ensemble de la production écrite, quelles que soient sa vocation – pédagogie, savoirs, combat, culte, information – et ses formes – succès de librairie parfois planétaires, almanachs, publications éphémères et imprimés du quotidien –, tout en interrogeant une ambiguïté fondatrice : à la fois objet manufacturé et produit marchand, le livre est aussi un bien symbolique, une oeuvre à la valeur identitaire forte.

Elle porte enfin une grande attention à la diversité des acteurs de cette histoire générale du livre et de l’édition – auteurs, législateurs, copistes, artistes enlumineurs ou graveurs, imprimeurs-libraires puis éditeurs, mais aussi lecteurs, collectionneurs, bibliothécaires – et à leurs interactions.

Continuer la lecture de Parution : Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations (Yann Sordet)