Archives par mot-clé : histoire des techniques

Parution : Le charme du microphone (T. Bocquet)

Thelma Bocquet, Le Charme du microphone. Métamorphoses de la chanson dans la France des années 1930, UGA Éditions, 2021

Présentation

Le microphone est un exhausteur de son. Il permet à l’artiste, non pas de chanter plus fort, mais de baisser la voix. Il rend audible un chuchotement dans une grande salle de spectacle. Cet art de l’amplification sonore, encore balbutiant en France dans les années 1930, transforme radicalement le paysage musical et les codes de la performance vocale.

Quelques chanteuses et chanteurs d’avant-garde essaient d’apprivoiser le potentiel de l’instrument, tout comme les crooners américains une décennie plus tôt.Ils ajustent pour cela leur manière de chanter, tentent de répondre aux exigences de la technique par de subtiles adaptations. Souffle, gestuelle, diction, déplacements et expressions du visage se réinventent.
À la croisée de lectures socio-techniques, artistiques et historiques, ce livre propose d’explorer la façon dont le microphone et le corps de l’interprète se rencontrent, ouvrant ainsi la voie à la diversification musicale de la seconde moitié du XXe siècle.

Auteure

Diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales, titulaire d’une licence en ingénierie et aujourd’hui professeure de chant, Thelma Bocquet offre un regard unique à l’intersection des arts, des sciences et des lettres.

Parution : Lanterne magique. Avant le cinéma (Jérôme Prieur)

Jérôme Prieur, Lanterne magique. Avant le cinémaFario, coll. « Théodore Balmoral », 2021.

Avec Lanterne magique, Jérôme Prieur nous propose une réflexion sur l’émergence, en plein siècle des Lumières, d’une pratique dont les ressorts occultes sont néanmoins essentiels : celle des projections publiques de lanterne magique qui débutent durant l’An VI, c’est-à-dire en 1797 – 1798.

Cette archéologie du cinéma passe par celle de l’image lumineuse à partir de deux livres, Du côté de chez Swann de Marcel Proust et les Mémoires d’Étienne-Gaspard Robertson (1763 – 1837), l’inventeur de la fantasmagorie qui fit carrière sous le Directoire et le Consulat quand les lanternes magiques sont connues depuis la fin du XVIIe siècle. 

On connaît bien le premier, la fameuse série de six plaques de lanterne magique racontant l’Histoire de Geneviève de Brabant et le fameux passage : 

« On avait bien inventé, pour me distraire les soirs où on me trouvait l’air trop malheureux, de me donner une lanterne magique, dont, en attendant l’heure du diner, on coiffait ma lampe ; et, à l’instar des premiers architectes et maîtres verriers de l’âge gothique, elle substituait à l’opacité des murs d’impalpables irisations, de surnaturelles apparitions multicolores, où des légendes étaient dépeintes comme dans un vitrail vacillant et momentané. » M. P.

On connaît moins ou pas du tout le second et ses Mémoires récréatifs, scientifiques et anecdotiques d’un physicien aéronaute. En plein siècle des Lumières, Étienne-Gaspard Robertson (peintre, dessinateur, physicien aéronaute, mécanicien, fantasmagorien et mémorialiste) est un véritable illusionniste. Comme l’écrit Jérôme Prieur dans sa préface, Robertson propose « de l’intérieur, une réflexion sur le spectacle lumineux, sur l’illusion et la croyance, une réflexion sur le spectateur – ce hors champ laissée dans l’ombre des histoires du cinéma et du pré-cinéma, cette part d’ombre consubstantielle aux images nocturnes. Bien avant le grand Hitchcock, Étienne-Gaspard Robertson a été le premier à comprendre que les spectacles optiques que préfigure sa fantasmagorie ne devaient pas se contenter de mettre en mouvement les images, mais qu’ils devaient mettre en scène les désirs et les peurs que suscitent les images, qu’ils devaient diriger le spectateur, notre double assis à notre place dans la nuit lumineuse.

Est-ce vraiment un hasard si son écran de projection, Robertson l’appelait « miroir » ?

Continuer la lecture de Parution : Lanterne magique. Avant le cinéma (Jérôme Prieur)

Parution : Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations (Yann Sordet)

https://www.fabula.org/actualites/documents/100779.jpgYann Sordet, Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations, Albin Michel, coll. « L’Évolution de l’Humanité », 2021.

De l’invention de l’écriture à la révolution numérique, l’ambitieuse synthèse de Yann Sordet, richement documentée et illustrée, retrace les grandes étapes et révolutions de l’histoire du livre, à travers sa production, son économie, sa circulation et sa régulation, mais aussi ses usages, formes et mutations majeures – expansion du codex au début de l’ère chrétienne, mise au point de la typographie en Europe au xve siècle, invention des périodiques au début du xviie, engagement de la librairie dans la société de consommation et mondialisation du marché de l’édition depuis le xixe, dématérialisation des procédés au xxe siècle…

Cette vaste enquête embrasse ainsi l’ensemble de la production écrite, quelles que soient sa vocation – pédagogie, savoirs, combat, culte, information – et ses formes – succès de librairie parfois planétaires, almanachs, publications éphémères et imprimés du quotidien –, tout en interrogeant une ambiguïté fondatrice : à la fois objet manufacturé et produit marchand, le livre est aussi un bien symbolique, une oeuvre à la valeur identitaire forte.

Elle porte enfin une grande attention à la diversité des acteurs de cette histoire générale du livre et de l’édition – auteurs, législateurs, copistes, artistes enlumineurs ou graveurs, imprimeurs-libraires puis éditeurs, mais aussi lecteurs, collectionneurs, bibliothécaires – et à leurs interactions.

Continuer la lecture de Parution : Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations (Yann Sordet)