Archives par mot-clé : histoire des médias

Appel à communications: "L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies"

Appel à communications

« L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies« 

journée d’études qui se tiendra à Paris le vendredi 12 septembre 2014. 


source : gallica.bnf.fr
Journée d’études co-organisée par le French Media Research Group (Newcastle University), le CHCSC (Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines) et le GRIPIC (Celsa Paris-Sorbonne)

Les propositions de communication (500 mots environ) accompagnées d’une présentation de l’auteur doivent être adressées à Emmanuelle Fantin (emmanuellefantin@gmail.com) et Thibault Le Hégarat (thibault.lehegarat@gmail.com), avant le 20 mai 2014.

La journée d’études se tiendra à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne le vendredi 12 septembre 2014.

Comité d’organisation :
Emmanuelle FANTIN, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Thibault LE HEGARAT, CHCSC, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Télécharger le texte de l’appel [PDF – 35 Ko]

Définissant la nostalgie comme le « beau regret du passé », les historiens du culturel[1] rappellent la double portée de la notion : tout en continuant de faire référence à son sens originel, celui de la peine causée par un espace perdu, la nostalgie renvoie désormais davantage au regret « d’un temps qui ne reviendra plus ». Exprimant une forme de remémoration et de regard porté sur le passé, la nostalgie a trouvé dans le champ médiatique un espace d’expression privilégié. Par l’étude de ces discours, il nous est possible de constater la diversité des formes du sentiment nostalgique et de son expression. On pense par exemple au mouvement rétro[2] dont les médias se nourrissent tant dans leurs contenus que dans leurs formes, oscillant entre pastiche, hommage et recyclage. Quels sont les dispositifs médiatiques à l’œuvre pour soulever le sentiment nostalgique, et comment les analyser ? Pour Svetlana Boym[3] et Hartmut Rosa[4], la nostalgie est l’une des composantes inhérente au progrès et à la modernité. La banalisation du sentiment nostalgique dans les médias doit-elle alors être comprise comme un biais incontournable de l’appréhension médiatique du passé? Par ailleurs, la nostalgie s’insère dans le chantier plus large de l’étude des discours mémoriels dans les productions médiatiques.

Les multiples liens entre médias et mémoire ont déjà été explorés dans de nombreuses études. Dans ses travaux, l’historienne Isabelle Veyrat-Masson[5] a successivement analysé l’histoire à la télévision française et les affrontements mémoriels dans les médias. Katharina Niemeyer[6] a quant à elle posé la question de l’écriture de l’histoire dans et par la télévision, interrogeant en particulier les commémorations d’événements. Nourrie des écrits fondateurs de Pierre Nora[7] sur la mémoire, elle envisage le journal télévisé comme un « lieu-de-mémoire-en-mouvement ». Loin d’être de simples vecteurs du passé, les médias seraient de véritables « opérateurs de mémoire »[8], des interprètes contribuant à la constitution des représentations collectives du passé, et en mesure de concourir à la mythologisation du passé.

Dans le sillon de ces études, nous souhaitons prolonger la réflexion sur les interactions entre médias, mémoires et nostalgies autour de la notion spécifique de l’âge d’or. A l’origine, il désigne le mythe du premier âge de l’humanité relaté par Hésiode, âge caractérisé par un imaginaire de paix et de bonheur insubmersibles. L’étonnante plasticité de ce mythe lui a permis, traversant le temps et les traditions, de se muer en lieu commun pour qualifier une période d’apogée révolue, source immuable d’idéalisation et de sentiment nostalgique. L’âge d’or est donc toujours construit a posteriori : il sous-tend en creux une rupture avec le temps présent habitée par l’idée d’un appauvrissement, d’un déclassement par rapport au passé.

L’enjeu de cette journée d’étude sera donc d’interroger les processus médiatiques d’idéalisation du passé : l’âge d’or pourra être compris comme une modalité spécifique de la nostalgie dans et par les médias. Certaines représentations médiatiques du passé tendent en effet à mythifier des périodes historiques ; il s’agit de fait d’une forme de sélection et de construction mémorielle qui repose sur une perception sublimée du passé. Ces discours et mises en scène se déploient à travers des leviers rhétoriques et esthétiques de glorification du passé, contribuant ainsi à la diffusion et la popularisation de ces intangibles âges d’or. Ces mythes d’âges d’or peuvent se rapporter à une période tout entière – les Trente Glorieuses, La Belle Epoque, les années folles, etc. –, à des objets et des pratiques médiatiques plus spécifiques – l’âge d’or de la presse quotidienne ou de la radio familiale –, ou à des courants culturels et à leur production – l’âge d’or du cinéma hollywoodien, du roman populaire ou de la fiction historique à la télévision.

L’âge d’or peut être appréhendé à travers diverses approches conceptuelles. Se pose en premier lieu la question des enjeux sous-tendus par le recours à un passé magnifié. Ce regard spécifique porté sur le passé émane-t-il d’un jugement critique du temps présent et d’une méfiance envers le futur ? Les mass medias seraient-ils un lieu privilégié de l’expression de mythes de l’âge d’or ? Les médias instrumentalisent-ils les âges d’or pour asseoir leurs propres légitimations ? Est-il possible d’identifier des groupes porteurs de ces mémoires idéalisées de temps passés, et quels sont les modalités et les objectifs de leurs constructions mémorielles ? La variété des représentations et des dispositifs nostalgiques invite également à d’interroger sur les mécanismes et les processus dont il est fait usage : quelles sont les rhétoriques discursives et médiatiques à l’œuvre ? Est-il possible de définir les pratiques nostalgiques de l’âge d’or dans et par les médias ?

Cette journée d’étude consacrée à l’âge d’or dans les médias souhaite ouvrir la discussion à toutes les formes médiatiques – de l’information à la fiction – ainsi qu’à tous les supports. Les productions contemporaines seront interrogées, en remontant jusqu’au début du XXe siècle. Les périodes représentées, en revanche, peuvent être plus lointaines; nous espérons recueillir des propositions couvrant au moins les XIXe et XXe siècles – la Belle Epoque constitue un exemple pertinent de remémoration idéalisée a posteriori d’une époque révolue.

> Axes thématiques suggérés :

– Représentations et reconstructions idéalisées du passé dans et par les médias
– Les « formats » de l’âge d’or : anthologies, commémorations, souvenirs médiatiques…
– Les dispositifs et processus nostalgiques dans les médias
– Les enjeux et stratégies médiatiques d’invitation à la nostalgie d’un âge d’or
– L’âge d’or des médias : âge d’or du cinéma, de l’affiche publicitaire, de la télévision, etc.

Comité scientifique

Karine BERTHELOT-GUIET, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Hugh DAUNCEY, FMRG, Newcastle University
Christian DELPORTE, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Katharina NIEMEYER, CARISM, IFP-Université Panthéon-Assas
François ROBINET, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Julien TASSEL, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Christopher G. TINKER, FMRG, Heriot-Watt University


[1] Christian Delporte, Jean-Yves Mollier et Jean-François Sirinelli (dir.),  Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, Quadrige/PUF, 2010, notice « Nostalgie » par Sylvain Venayre.

[2] REYNOLDS, Simon, Rétromania, Marseille, Le Mot et le Reste, 2012.

[3] BOYM, Svetlana, The future of nostalgia, New York, Basic Books, 2001.

[4] ROSA, Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La découverte, 2010.

[5] VEYRAT-MASSON, Isabelle, Quand la télévision explore le temps. L’histoire au petit écran. Paris, Fayard, 2000.

[6] NIEMEYER, Katharina, De la chute du mur de Berlin au 11 septembre 2001. Le journal télévisé, les mémoires collectives et l’écriture de l’histoire. Lausanne, Antipodes, 2011.

[7] NORA, Pierre, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997.

[8] MERZEAU, Louise et WEBER, Thomas (dir.), Médias et mémoire, Paris, Avinus, 2010.

 

Contact :

Esther van Rossen
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Vous souhaitez vous désabonner de cette lettre ? Merci d’écrire à communication.chcsc@uvsq.fr

Colloque: Une journée autour de M. Angenot : témoignages, relectures, questionnements (Vendredi 9 mai 2014)

marcangenot

Une journée autour de M. Angenot : témoignages, relectures, questionnements

Vendredi 9 mai 2014, Montréal, Université McGill

À l’occasion de la réédition sur Médias 19 de l’ouvrage 1889, un état du discours social , Guillaume Pinson (Université Laval) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa) convient le public à une journée autour de Marc Angenot. À cette occasion, plusieurs chercheurs et anciens étudiants d’Angenot prendront la parole, afin de proposer des témoignagnes, des analyses et des parcours de recherche à partir des travaux du professeur de l’Université McGill.

Montréal, Université McGill, Salle Ferrier 456, accueil à 8h30

Matin : Le retour des thésards

9h00 François-Emmanuël Boucher (Collège militaire royal, Kingston) – L’absence d’un chef ou la sociocritique made in Québec

9h15 Pascal Brissette (Université McGill) – Quelques leçons pour étudiants en lettres

9h30 Paul Choinière (Chercheur indépendant) – Le concierge du Grand hôtel Historia

9h45 Michel Lacroix (UQAM) – Les frontières du discours social

Pause

10h30 Marie-Hélène Larochelle (York University) – Rencontre avec l’anarchisme

10h45 Guillaume Pinson (Université Laval) – Lire la presse, toute la presse

11h00 Anne Trépanier (Carleton University) – Imagination d’un Canada avant la Confédération

11h30 – 13h00 Pause – Buffet servi sur place

 

Après-midi : les champs disciplinaires en question

13h00 Régine Robin (UQAM) – Hommage au soldat méconnu du discours social

13h20 Michel Biron (Université McGill) – Un théoricien écrivain

13h40 Dominique Kalifa (Paris 1) – Du discours à l’imaginaire social

Pause

14h20 Paul Aron (ULB) – La poésie des potards (sans savon ni Congo)

14h40 Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) – La littérature en ses dehors

15h00 Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège) – À propos de L’Histoire des idées (2014)

Pause

15h40 Marie-Ève Thérenty (Montpellier 3) – La presse et le « romanesque généralisé »

16h00 Alain Vaillant (Paris Ouest) – De la théorie du discours social à la poétique historique des pratiques littéraires

16h20 Matthieu Letourneux (Paris Ouest) – Le projet 1929, un état du discours médiatique

16h40 Pascal Ory (Paris 1) – Le Monument Angenot, un modèle d’histoire culturelle

17h00 Marc Angenot – Mot de conclusion

17h30 – Lancement de la version numérique de 1889 – Cocktail offert par le Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill

 

Les organisateurs de la journée Autour de Marc Angenot tiennent à remercier tout particulièrement Catherine Blaquière et Nadia Bendjebbar, qui ont travaillé à l’édition numérique de 1889, un état du discours social. Merci également à Pascal Brissette pour son accueil à l’Université McGill, et au Département de langue et littérature françaises pour sa générosité.

Parution: Sylvie Ducas, La littérature, à quel(s) prix ?

Parution

Sylvie Ducas

La littérature, à quel(s) prix ?
Histoire des prix littéraires

Les prix littéraires sont une « exception française » mal connue : s’ils prolifèrent en France, ils se diversifient selon des logiques très diverses liées à une « économie du prestige » complexe. Cette enquête, menée à partir de nombreux entretiens auprès d’écrivains et de professionnels du livre, cherche à éclairer cette complexité afin de saisir les nouvelles configurations de la condition littéraire contemporaine.
Avec les prix, ce sont des reconfigurations majeures du monde littéraire qui se donnent à lire : déclin de la fonction sociale et de l’autorité symbolique de l’écrivain ; déclin du livre comme objet sacralisé ; déclin de la lecture et mutations des pratiques culturelles ; métamorphoses de l’expertise littéraire ; figurations nouvelles du littéraire.
De l’homme de lettres d’hier à l’écrivain minuscule d’aujourd’hui, ce sont bien les effets à la fois structurants et paradoxaux des prix littéraires que ce livre cherche à pointer. Structurants : les prix régulent un marché et une offre, contrôlent et font perdurer une certaine idée de la littérature en l’ouvrant au plus grand nombre, proposent une définition normée de la lecture et du goût. Paradoxaux : les prix inscrivent l’écrivain dans une communauté, mais le fragilisent dans sa singularité ; ils obéissent à un protocole réglé dont l’écrivain ne décide pas des règles ; ils mettent en lumière mais n’aident pas à durer.
Cet ouvrage se veut une contribution à l’histoire culturelle du statut de l’auteur qui interroge l’effondrement de son rôle social dans la sphère publique.

Sylvie Ducas; La littérature, à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires, Paris, La Découverte, Cahiers libres, août 2013

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_litterature__a_quel_s__prix__-9782707175175.html

Prix : 22 €
ISBN : 9782707175175
Dimensions : 135 * 220 mm
Nb de pages : 240

Séminaire « Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) » (Paris Ouest)

2012-2013. Séminaire

« Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

(Alain Vaillant, université Paris Ouest, et Jean-Didier Wagneur, Bibliothèque nationale de France)

Pour la deuxième année, le PhisTeM (équipe « Poétique historique des textes modernes » du CSLF de l’université Paris-Ouest) consacre l’un de ses séminaires, suivi d’une journée d’études, à l’étude de la « petite presse » du XIXe siècle.

Rappelons que, dans le cadre de l’ANR franco-québécoise « Médias 19. Pratiques et poétiques journalistiques du XIXe siècle » qui est pilotée par le RIRRA 21 de l’université Montpellier 3 (Marie-Ève Thérenty) et par la faculté des Lettres de l’université Laval de Québec (Guillaume Pinson), le PHisTeM, l’un des trois partenaires français de l’ANR,  s’est fixé pour objectif de mener un travail systématique de repérage, de description et d’interprétation de la « petite presse » de 1815 à 1881. Il est en effet admis que la « petite presse » – la presse littéraire et peu ou prou satirique, « petite » par différence avec la « grande » presse politique, plus contrôlée et moins libre – constitue au xixe siècle un lieu d’invention et d’innovation culturelles d’une importance historique capitale et qu’elle a même été, sans doute, le creuset de notre modernité.

Le séminaire du PHisTeM, ouvert à tous les chercheurs ou étudiants intéressés par la poétique de l’écriture journalistique, se veut un lieu de questionnement historique, de réflexion méthodologique et de débat théorique sur le lien « presse et littérature » au XIXe siècle.

25 janvier – Vincent Laisney (université Paris Ouest) : « sociabilité cénaculaire et petite presse ».

15 février – Fanny Bérat (PhisTeM) : « les origines journalistiques du poème en prose ».

15 mars – Corinne Saminadayar-Perrin (RIRRA 21, Montpellier 3), « Jules Vallès, acteur et témoin de la petite presse du second Empire ».

19 avril – Fabrice Erre (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1), « La caricature dans la petite presse ».

24 mai : Journée d’études sur le thème « Qu’est-ce que la “petite presse” ? » (interventions d’Olivier Bara, Jean-Louis Cabanès, Matthieu Letourneux, Marie-Ève Thérenty, Alain Vaillan, Yoan Vérilhac, Jean-Didier Wagneur).

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 17h à 19h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

Parution: Isabelle Antonutti; Cino Del Duca; de Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse (PUR)

Isabelle Antonutti

Cino Del Duca

De Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse

Presses Universitaires de Rennes, 2013

Créateur de Nous Deux, Télé Poche, producteur de Touchez pas au grisbi et de L’Avventura, éditeur des Rois maudits, Cino del Duca (1899-1967) a construit un empire médiatique populaire. Au moment de son décès, il pilotait le quatrième groupe de presse français. Mais comment ce vendeur de comics est-il devenu un magnat de la presse ?

Avec une préface de Jean-Yves Mollier.

Auteur(s) :

Isabelle Antonutti est conservateur à la bibliothèque du centre Georges-Pompidou et enseignante à l’IUT métiers du livre de l’université Paris-Ouest-La Défense-Nanterre. Docteur en histoire, elle est membre du laboratoire du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines).

Domaines : Histoire contemporaine, Information-Communication

Collection : Histoire

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 222 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

ISBN : 978-2-7535-2124-7

Disponibilité : en librairie
Prix : 18,00 €

Appel: Les bibliothèques populaires du XIXe siècle à aujourd’hui (fin de l'appel: 1e février 2013)

Les bibliothèques populaires du XIXe siècle à aujourd’hui

Popular libraries of the 19th century to today.

À la fin de son ouvrage sur les Bibliothèques populaires (1978), N. Richter déclinait les différentes recherches archivistiques et bibliographiques à entreprendre. En 1984, un colloque portant sur « Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction » évoquait les chantiers à ouvrir comme la reconstitution virtuelle des premiers fonds des bibliothèques populaires.
Aujourd’hui, la découverte de certains fonds d’archives, les progrès de la bibliographie et de la numérisation permettent de mener à bien ces projets. Le colloque a pour but de fédérer les recherches en cours. On s’attachera en particulier aux thèmes suivants :
– « Gestation » des bibliothèques populaires : dans quel contexte socio-politique et dans quels milieux sont nées les bibliothèques populaires ? Quelle législation a été mise en place ?
– Organisation et fonctionnement des premières bibliothèques populaires
– Lectorat des bibliothèques populaires au XIXe siècle et au XXe siècle
– Les bibliothèques populaires étrangères
– Les activités culturelles des bibliothèques populaires : conférences, etc.
– Les échanges et collaborations entre les bibliothèques populaires : revues spécialisées, syndicats, etc.
– D’hier à aujourd’hui, devenir des bibliothèques populaires : existe-t-il encore des bibliothèques populaires ? que sont devenus les fonds des bibliothèques disparues ? les bibliothèques municipales ont-elles gardé la mémoire des bibliothèques populaires ?

Responsables scientifiques du colloque :
Jean-Yves MOLLIER, professeur d’histoire contemporaine, directeur de l’Ecole doctorale « Cultures, Régulations, Institutions et territoires », Université de Versailles-Saint Quentin
Agnès SANDRAS, conservateur des bibliothèques (BnF); présidente de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement

Appel à communications pour le colloque des 6 et 7 juin 2014 :

> Le colloque se déroulera les 6 et 7 juin 2014.
– Vendredi 6 juin 2014 et samedi 7 juin 2014 (matin) : communications à la bibliothèque de l’Arsenal (BnF). Présentation de l’ouvrage sur les bibliothèques populaires publié à cette occasion par les Presses de l’enssib.
– Samedi 7 juin (après-midi) : visites guidées de bibliothèques populaires ou de bibliothèques conservant les fonds d’anciennes bibliothèques populaires.

> Les propositions de communications doivent être soumises sous forme d’un résumé d’une page maximum avec un titre accompagné de trois à quatre mots clés. Il doit être fait explicitement référence à la thématique dans laquelle la contribution s’inscrit.
Les propositions doivent parvenir par voie électronique à l’adresse suivante :
recherche.bai@bai.asso.fr avant le 1er février 2013.
Les auteurs seront informés de la décision du comité scientifique avant le 1er mars 2013.
Les résumés acceptés ainsi que le programme seront publiés sur le carnet de recherches « bibliothèques populaires » : http://bai.hypotheses.org/

Appel à publications pour un ouvrage :

> Les Presses de l’enssib publieront à l’occasion de ce colloque un ouvrage sur les bibliothèques populaires, coordonné par Agnès Sandras. Les intervenants du colloque qui le souhaitent pourront donc publier leurs communications dans cet ouvrage. Les personnes ne participant pas au colloque peuvent également proposer un texte.

> Les propositions de publications doivent être soumises sous forme d’un résumé d’une page maximum avec un titre accompagné de trois à quatre mots clés. Il doit être fait explicitement référence à la thématique dans laquelle la contribution s’inscrit.
Les propositions doivent parvenir par voie électronique à l’adresse suivante :
recherche.bai@bai.asso.fr avant le 1er février 2013.
Les auteurs seront informés de la décision avant le 1er mars 2013. Il sera alors envoyé aux auteurs retenus plus d’informations sur les normes de présentation des textes.
Les propositions retenues devront être remises au plus tard le 15 septembre 2013.

Contact :

Françoise Hache-Bissette
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Vous souhaitez vous désabonner de cette lettre ? Merci d’écrire à communication.chcsc@uvsq.fr

Publication of Greening the Media by Toby Miller and Richard Maxwell

Richard Maxwell and Toby Miller, Greening the Media, Oxford University Press: Greening the Media, 256 pages.

ISBN13: 978-0-19-991467-8

ISBN10: 0-19-991467-2

You will never look at your cell phone, TV, or computer the same way after reading this book. Maxwell and Miller not only reveal the dirty secrets that hide inside our beloved electronics; they also take apart the myths that have pushed these gadgets to the centre of our lives. With an astounding array of economic, environmental and historical facts, Greening the Media debunks the idea that information and communication technologies (ITC) are clean and ecologically benign. In this compassionate and sharply argued book, the authors show how the physical reality of making, consuming, and discarding them is rife with toxic ingredients, poisonous working conditions, and hazardous waste. But all is not lost. As the title suggests, Maxwell and Miller dwell critically on these environmental problems in order to think creatively about ways to solve them. They enlist a range of potential allies in this effort to foster greener media – from green consumers to green citizens, with stops along the way to hear from exploited workers, celebrities, and assorted bureaucrats. Ultimately, Greening the Media rethinks the status of print and screen technologies, opening new lines of historical and social analysis of ICT, consumer electronics, and media production.

Table of contents

ACKNOWLEDGEMENTS

INTRODUCTION

1. CONSUMERS

2. WORDS

3. SCREENS

4. WORKERS

5. BUREAUCRATS

6. CITIZENS

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHY

Authors

  • Richard Maxwell is Professor and Chair of Media Studies at Queens College, City University of New York.
  • Toby Miller is Distinguished Professor of Media & Cultural Studies at the University of California, Riverside.

See some podcasts and presentation on the Facebook page : https://www.facebook.com/greeningthemedia

Further information and purchase at : http://ukcatalogue.oup.com/product/9780195325201.do.