Archives par mot-clé : histoire de l’édition

Parution : Introduction to Contemporary Print Culture: Book as Media

Simone Murray, Introduction to Contemporary Print Culture: Books as Media, Routledge, 2020. 

 

Introduction to Contemporary Print Culture examines the role of the book in the modern world. It considers the book’s deeply intertwined relationships with other media through ownership structures, copyright and adaptation, the constantly shifting roles of authors, publishers and readers in the digital ecosystem and the merging of print and digital technologies in contemporary understandings of the book object.

Divided into three parts, the book first introduces students to various theories and methods for understanding print culture, demonstrating how the study of the book has grown out of longstanding academic disciplines. The second part surveys key sectors of the contemporary book world – from independent and alternative publishers to editors, booksellers, readers and libraries – focusing on topical debates. In the final part, digital technologies take centre stage as eBook regimes and mass-digitisation projects are examined for what they reveal about information power and access in the twenty-first century.

This book provides a fascinating and informative introduction for students of all levels in publishing studies, book history, literature and English, media, communication and cultural studies, cultural sociology, librarianship and archival studies and digital humanities. Continuer la lecture de Parution : Introduction to Contemporary Print Culture: Book as Media

Appel à communications : Supports et contextes éditoriaux

Appel à communications pour la 3ème séance du SLAC : « Supports et contextes éditoriaux »

Le Séminaire littéraire des Armes de la critique (SLAC), se consacre pour la huitième année aux approches matérialistes dans l’appréhension des phénomènes littéraires ou culturels, approches réinscrivant ceux-ci dans le contexte historique, économique ou sociologique de leur production. Les séances sont consacrées soit à des théories spécifiques de la littérature, soit à leur mise en application dans nos propres champs de recherche. Le séminaire est organisé par Gabrielle Adjerad, Vincent Berthelier, Alix Bouffard, Jordi Brahamcha-Marin, Alice de Charentenay, Esther Demoulin, Quentin Fondu, Anaïs Goudmand, Marianne Hillion, Marion Leclair, Pierre-Élie Pichot, Mathilde Roussigné et Jean Tain.

Pour sa troisième séance de l’année, le SLAC s’intéressera aux supports et aux contextes éditoriaux de la littérature. Il s’agira de s’interroger sur les déterminations matérielles qui pèsent sur la littérature en amont et en aval du processus d’écriture, en ce qui concerne aussi bien les modes de production que les circuits de distribution. Continuer la lecture de Appel à communications : Supports et contextes éditoriaux

Parution : Cécile Boulaire, « Les Petits Livres d’or »

Cécile Boulaire : Les Petits Livres d’or. Des albums pour enfants dans la France de la guerre froide, Presses Universitaires François-Rabelais

En 1949, les éditions Cocorico lancent sur le marché de l’édition pour la jeunesse une collection de petits albums colorés et bon marché qui vont enchanter les enfants du baby-boom : les « Petits Livres d’or », des importations américaines aux couleurs chatoyantes et aux histoires positives et enjouées. Mais qui se cache derrière la société Cocorico ? Quels enjeux porte le livre pour enfants dans la France de la guerre froide, et comment évolue l’édition pour la jeunesse dans ce début des Trente Glorieuses ?

Toutes les informations, sommaire et extraits de l’ouvrage sont à retrouver sur : https://intru.hypotheses.org/3860 ou directement sur : http://pufr-editions.fr/livre/petits-livres-d%E2%80%99or

 

Appel: « L’anticipation », revue COnTEXTES

L’anticipation dans les discours médiatiques et sociaux

Numéro de la revue COnTEXTES (https://contextes.revues.org/)

(dir. Matthieu Letourneux et Valérie Stiénon)

Image : « La journée d’un parisien au XXIème siècle », Lecture pour tous, Décembre 1910

La littérature d’anticipation francophone qui précède la science-fiction (1840-1940) est peu considérée pour elle-même au-delà des figures de Jules Verne, Rosny aîné et Maurice Renard. Se souvient-on de José Moselli, Henri Allorge, Octave Béliard ou André Couvreur ? Albert Robida, Paul d’Ivoi, Léon Groc figurent-ils dans les histoires littéraires ? Qui sait que Paul Adam, Anatole France et Blaise Cendrars ont aussi écrit de l’anticipation ? Les œuvres d’anticipation sont trop souvent appréhendées hors du contexte qui leur donne sens : supports de publication, désignations génériques, horizons d’attente, influences idéologiques et sociales, sociabilités des auteurs, etc. Omettre ces données fondamentales conduit, pour les écrivains reconnus, à analyser a posteriori leur importance dans la constitution de ce point d’aboutissement que serait la science-fiction et, pour les autres, à minimiser leur production en l’alignant sur des pratiques génériques et esthétiques plus visibles ou valorisées.

La nécessité d’une réinscription contextuelle apparaît pourtant Continuer la lecture de Appel: « L’anticipation », revue COnTEXTES

Parution : « Une autre histoire de l’édition »

 Jean-Yves Mollier, Une autre histoire de l’édition française, La Fabrique, Août 2015

histoire édition Mollier

Depuis la publication en 1982-1986 d’une imposante Histoire de l’édition française en quatre gros volumes, de multiples travaux ont vu le jour qui modifient singulièrement les perspectives développées voici plus de trente ans par les pionniers de cette histoire. Jean-Yves Mollier, historien du livre, de l’édition et de la lecture, en France et dans le monde, propose ici de revisiter ce chantier en insistant sur ce que signifie l’acte d’éditer.

En promenant le lecteur du XIIIe siècle à nos jours, en lui faisant sentir le grain du manuscrit calligraphié sur parchemin puis l’odeur de l’encre qui sort des imprimeries, il pose la question d’une survie de l’édition à l’époque de la lecture sur écran. Sans rien négliger des apports de l’histoire économique, car le livre est aussi une marchandise produite dans des conditions déterminées par l’état du marché, Jean-Yves Mollier s’intéresse à l’histoire politique comme à l’histoire religieuse, à ce ferment que constitue le livre quand il est brandi comme une arme destinée à changer le monde.

Continuer la lecture de Parution : « Une autre histoire de l’édition »

Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

presse

La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Projet de colloque à l’Université Paris 13, premier trimestre 2015.

Organisatrices : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13 – Pléiade)

 

Époque d’affirmation de la lecture individuelle et de la lecture publique, le XIXe siècle est le témoin de la massification du lectorat, d’une évolution significative de son alphabétisation et de son extension à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. Continuer la lecture de Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Appel: Critique et prescription culturelles : comment le livre vient au lecteur

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2

« Livre : Création, Culture et Société »

 

Thématique 2014-2015 :

« Critique et prescription culturelles :

comment le livre vient au lecteur »

 

Appel à contribution

Date limite : 4 juillet 2014

 

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Versailles-Saint-Quentin), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.

Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Cette année, son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, aura pour thème annuel : « Critique et prescription culturelles : comment le livre vient au lecteur ».

 

Champ de recherche :

Dans la continuité des divers colloques et journées d’étude organisées par le groupe de recherche, notamment :

–       La mise en livre du texte de théâtre : approches médiatisées, historiques, esthétiques et professionnelles, en collaboration avec Pierre Banos, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 29 septembre 2012

–       Comment le livre vient au lecteur. La prescription littéraire à l’heure de l’hyperchoix et du numérique, en collaboration avec Maria Pourchet, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 29 juin 2012

–       Bibliothèques et transmission des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs ?, en collaboration avec Sylvie Dallet et Pierre Banos, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 4 mai 2012,

 

dans celle de la publication du numéro de Communication & Langages dirigé par Sylvie Ducas et Maria Pourchet – De la prescription. Comment le livre vient au lecteur (mai 2014) et en vue du colloque du 14 novembre 2014 consacré à « Hyperchoix et prescription culturelle », organisé par Brigitte Chapelain (université Paris Nord), Anne-Réach-Ngô (université de Mulhouse) et Sylvie Ducas (université Paris Ouest),

 

notre groupe de travail entend s’intéresser cette fois à la prescription et au jugement critique dans le domaine du livre et de la culture.

A l’ère du web 2.0, nous assistons à une extension du champ des objets critiqués et prescrits (livres, films mais aussi séries télévisées, jeux vidéos etc.), à une diversification des prescripteurs  (professionnels et amateurs) et au renouvellement des formes de la critique et de la prescription comme des supports de leur diffusion (presse, radio, TV, internet, réseaux sociaux etc.). Que devient dès lors l’exercice de la critique et/ou de la prescription dans le contexte contemporain ? Quel était-il avant la rupture numérique et sur quel terrain les mutations ont-elle opéré ? Quels sont aujourd’hui les objets de la critique et/ou de la prescription, ses acteurs, ses moyens, ses enjeux, ses effets (tant sur la réception, la production, que sur les métiers de la chaîne du livre – éditeurs, libraires et bibliothécaires) ?

Il s’agit toujours de privilégier une approche historique et pluridisciplinaire des pratiques culturelles et professionnelles, non limitée au XXIe siècle, refusant la coupure entre une réflexion sur l’art ou la littérature (ne s’attachant qu’aux producteurs et créateurs les plus consacrés) et une analyse des pratiques culturelles, et n’excluant pas les productions commerciales grand public ni les créations les moins légitimes (best-sellers, genres populaires dits mineurs). Dans cette optique, toutes les perspectives (esthétiques, historiques, économiques, littéraires, sociologiques, issues des sciences de l’information et de la communication) seront autorisées. De même, l’ouverture sur une réflexion transnationale offrant de confronter des aires géographiques différentes sera particulièrement appréciée. Enfin, les propositions pourront poser la question du genre et s’interroger notamment sur la spécificité d’une critique et/ou d’une prescription au féminin.

 

Renseignements pratiques :

 

Responsables :

Sylvie Ducas, maître de conférences HDR à l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense

Nicolas Malais,

 

Horaire du séminaire de recherche :

Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance

 

Lieu :

Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

 

Calendrier des séances :

Entre mi septembre et mi-mars

 

Forme et date limite de remise des propositions :

 

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Elles seront transmises par voie électronique avant le 4 juillet 2014 à la double adresse suivante : sylvie.ducas@u-paris10.fr et sylvie.ducas@wanadoo.fr

Parution: Jean-Yves Mollier, La mise au pas des écrivains

mollier

Jean-Yves Mollier

La mise au pas des écrivains : L’impossible mission de l’abbé Bethléem au XXè siècle

Fayard • ISBN : 9782213666105 • 512 pages • 26 €

L’abbé Bethléem est un peu connu pour avoir publié en 1904 un brûlot, Romans à lire et romans à proscrire, futur best-seller. Mais la force de frappe de son magazine culturel, la Revue des Lectures, qui parvint à s’imposer dans l’entre-deux-guerres auprès de la NRF, de la Revue des Deux Mondes ou du Mercure de France, l’est beaucoup moins. Ce grand intellectuel catholique, soutenu par le Saint-Siège, fut par exemple la bête noire des surréalistes qui refusaient ses oukases, et il n’hésita pas non plus à s’attaquer à Gide ou à Mauriac. Après sa mort, il inspira la loi du 16 juillet 1949 sur les publications pour la jeunesse qui empêcherait les jeunes éditeurs Pauvert, Losfeld ou Tchou, voire Régine Deforges, de publier Sade et les auteurs maintenus dans l’Enfer de la Bibliothèque nationale.

J.-Y. Mollier raconte avec brio l’histoire de cet abbé chargé de mettre au pas les écrivains –y compris catholiques au XXe siècle, et de les contraindre à respecter les lois relatives aux bonnes mœurs. Menacée dans ses certitudes et ses croyances à l’époque de l’Encyclopédie, l’Église souhaitait reconquérir les âmes perdues et traquer le Mal. L’abbé Bethléem s’attaqua au roman, au théâtre, à l’opéra, à la bande dessinée, à l’annonce publicitaire et enfin au maillot de bain féminin, pourtant bien loin du sulfureux bikini de l’après-Seconde-Guerre mondiale. Fondé sur un important dépouillement d’archives et de journaux, cet ouvrage édifiant montre que la censure, présente encore au XXIe siècle, toujours refuge de tous les extrémismes, doit beaucoup à l’abbé Bethléem et à l’Église catholique.

Parution: Sylvie Ducas, La littérature, à quel(s) prix ?

Parution

Sylvie Ducas

La littérature, à quel(s) prix ?
Histoire des prix littéraires

Les prix littéraires sont une « exception française » mal connue : s’ils prolifèrent en France, ils se diversifient selon des logiques très diverses liées à une « économie du prestige » complexe. Cette enquête, menée à partir de nombreux entretiens auprès d’écrivains et de professionnels du livre, cherche à éclairer cette complexité afin de saisir les nouvelles configurations de la condition littéraire contemporaine.
Avec les prix, ce sont des reconfigurations majeures du monde littéraire qui se donnent à lire : déclin de la fonction sociale et de l’autorité symbolique de l’écrivain ; déclin du livre comme objet sacralisé ; déclin de la lecture et mutations des pratiques culturelles ; métamorphoses de l’expertise littéraire ; figurations nouvelles du littéraire.
De l’homme de lettres d’hier à l’écrivain minuscule d’aujourd’hui, ce sont bien les effets à la fois structurants et paradoxaux des prix littéraires que ce livre cherche à pointer. Structurants : les prix régulent un marché et une offre, contrôlent et font perdurer une certaine idée de la littérature en l’ouvrant au plus grand nombre, proposent une définition normée de la lecture et du goût. Paradoxaux : les prix inscrivent l’écrivain dans une communauté, mais le fragilisent dans sa singularité ; ils obéissent à un protocole réglé dont l’écrivain ne décide pas des règles ; ils mettent en lumière mais n’aident pas à durer.
Cet ouvrage se veut une contribution à l’histoire culturelle du statut de l’auteur qui interroge l’effondrement de son rôle social dans la sphère publique.

Sylvie Ducas; La littérature, à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires, Paris, La Découverte, Cahiers libres, août 2013

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_litterature__a_quel_s__prix__-9782707175175.html

Prix : 22 €
ISBN : 9782707175175
Dimensions : 135 * 220 mm
Nb de pages : 240

Séminaire: Paratexte ou "énonciation éditoriale" : comment le livre parle au lecteur

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2

« Livre : Création, Culture et Société »

Thématique 2013-2014 :

« Paratexte ou « énonciation éditoriale » : comment le livre parle au lecteur »

Ce groupe de travail, constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent. Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud). Cette année, se tiendra la neuvième saison de son séminaire de master 2, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, sur le thème annuel : « Paratexte ou « énonciation éditoriale » : comment le livre parle au lecteur ».

Responsable : Sylvie Ducas, maître de conférences HDR à Paris Ouest Nanterre La Défense sylvie.ducas@u-paris10.fr ; sylvie.ducas@wanadoo.fr 06 84 23 49 19

Statut : Séminaire d’enseignement et de recherche

Horaire : Jeudi de 9 à 13h par quinzaine

Lieu : Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud Salle 20, rez-de-chaussée du bâtiment, au fond du hall à gauche

Programme :

Jeudi 26 septembre 2013

Sylvie Ducas, introduction générale

Sylvie Ducas, La couronne et le bandeau. Paratexte des livres primés

Emmanuël Souchier, L’énonciation éditoriale : simplicité d’une théorie du complexe

Jeudi 3 octobre 2013

Bertrand Ferrier, Ce que dit « l’indicible » : stratégies éditoriales de marchandisation de la Shoah dans l’édition pour la jeunesse

Jean-Christophe Boudet, Le paratexte dans la bande dessinée contemporaine

Nicolas Lahaye, Les fanzines, publications à but non lucratif : modalités de fabrication et de diffusion

Jeudi 24 octobre 2013

Justine Delassus, De l’énonciation éditoriale au discours muséal. Symboliques du livre dans les maisons d’écrivains, les musées et les expositions littéraires

Pascale Argod, Fonction de l’image et créativité éditoriale dans le carnet de voyage

Nadia Fartas, L’essai et l’écrivain exposés : nouvelles formes du catalogue

Jeudi  7 novembre 2013

Léda Mansour, Le paratexte comme idéologie

Anaïs Guilet, Écrire et lire des œuvres transmédiatiques : Level 26 d’Anthony Zuiker et P.A. de Renaud Camus

Nicolas Malais, Livre numérique et patrimoine

Jeudi 21 novembre 2013 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 5 décembre 2013 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 2 janvier 2014 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 16 janvier 2014 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 30 janvier 2014

Anne Réach-Ngô, La mise en scène dans les péritextes des ouvrages de compilation à la Renaissance

Grégory Wallerick, La place des images dans une collection de voyages du XVIe siècle : le cas des Grands Voyages des De Bry

Nathalie Collé-Bak, Illustration et énonciation éditoriale, ou faire du livre un espace de négociations

Jeudi 6 février 2014

Marie-Françoise Cachin et Claire Parfait, Le paratexte d’une rive à l’autre (France, Grande-Bretagne, Etats-Unis)

Oriane Deseilligny, Sur les traces de François Bon : le Tiers livre, dispositif d’écritures et d’énonciations multiples

Jeudi 20 février 2014

Pierre Banos, Ceci est (bien) un livre : limites et possibilités de la mise en livre du texte de théâtre

Annick Batard, Avant-programmes, épreuves, communiqués… : des écrits promotionnels à destination des commerciaux, communicants et journalistes

Marc Jahjah, Réseaux socio-numériques de lecteurs et manipulations textuelles

Jeudi 6 mars 2014

Serge Linarès, André du Bouchet et ses éditeurs

Evanghelia Stead, Matérialité, imaginaire et poétique du livre

Linda Gil, Condorcet éditeur de Voltaire : le paratexte éditorial, un dialogue interprétatif et militant