Archives par mot-clé : histoire de l’édition

Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

« Les livres ont-ils un genre ? (XVIe-XXe siècles) »

Revue Histoire et civilisation du livre

Échéance des propositions : 15 juillet 2021

Date prévue de parution : 2023 

Coordonné par Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université / EPHE), Sabine Juratic (CNRS/ IHMC)

Comité scientifique

Marie-Cécile Bouju (Univ. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Jean-Charles Geslot (Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Rémi Jimenes (Univ. Tours), Annette Keilhauer (Friedrich-Alexander Univ. Erlangen-Nürenberg), Edwige Keller-Rahbé (Univ. Lumière – Lyon 2), Sylvain Lesage (Univ. Lille).

Argumentaire 

Depuis la fin des années 1990, une bibliographie croissante s’est intéressée aux relations entretenues par les femmes avec les livres et, plus largement, avec le monde de l’imprimé en Occident. Les travaux ont mis en évidence la participation des femmes à la production et au commerce des livres, des ateliers d’Ancien Régime (Jimenes 2017) au développement des éditions féministes dans les années 1970 (Pavard 2005, Mazzone 2007), jusqu’à la place occupée par les « petites » maisons d’édition fondées par des femmes dans un champ éditorial, celui de la fin des années 1990, globalement guetté par une « révolution conservatrice » (Bourdieu 1999). Au cœur de nombreuses recherches, les lectrices ont été saisies à la fois comme construction normative (la lectrice idéale) et comme réalité sociale (von Tippelskirch 2011, Matamoros 2017). Les travaux ont éclairé les contraintes matérielles, sociales et culturelles qui s’exerçaient sur la lecture féminine, autant que la capacité des lectrices à s’en accommoder, à les contourner ou à les renverser à leur profit (Brouard-Arends 2003). Enfin, la place des femmes dans le champ littéraire, leur accès longtemps mesuré et contraint à la publication, le façonnement de figures d’autrices ont été questionnés dans la longue durée (Reid 2020).

Récemment, plusieurs travaux ont proposé une perspective plus englobante, embrassant l’ensemble du circuit du livre, dans la France (Broomhall 2002), l’Angleterre (Smith 2012) ou l’Italie (Richardson 2020) des xvie et xviie siècles : les femmes y sont saisies à leur table de travail, à écrire, traduire, préfacer, copier, préparer les textes pour la presse, dans l’atelier, la rue et les corporations de métier, dans leurs interactions avec les auteurs, les imprimeurs et les patrons, dans leur confrontation, plume à la main, avec le texte lu, offert, prêté ou échangé.

Il n’est plus contestable qu’observer les femmes à l’œuvre ou même, comme le suggère Brian Richardson, de regarder « how activities related to books looked through the eyes of the women », permet d’ouvrir des perspectives latérales, de produire un autre regard sur des réalités consolidées par l’historiographie, d’interroger différemment les manières de lire, les formes de l’auctorialité, le genre des inky fingers, les paratextes (Keller-Rahbé et Clément 2017), en bref d’examiner autrement l’ordre des livres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Parution : Histoire des libraires et de la librairie de l’Antiquité jusqu’à nos jours (Jean-Yves Mollier)

Jean-Yves Mollier, Histoire des libraires et de la librairie de l’Antiquité jusqu’à nos jours, Actes Sud, 2021. 

Objet singulier et pourtant pluriel, se prêtant à la rêverie autant qu’à la réflexion, le livre est d’abord une marchandise : il se fabrique, passe des mains du vendeur à celles de l’acquéreur, il s’offre ou se troque, ou encore se vole…

Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, et sur tous les continents, des femmes et des hommes de passion ont permis aux auteurs de diffuser leurs idées, leurs savoirs, leurs œuvres, et aidé les lecteurs de tous âges, lettrés ou non, à faire provision de culture et de découverte. Au fil des siècles, ces transmetteurs ont inventé un métier, puis l’ont partagé, se sont unis en corporation, ont établi puis agrandi des librairies, sans jamais cesser de renouveler leurs pratiques.

C’est l’histoire de tous les libraires et de leurs commerces qui est ici retracée.

Nous guidant à travers les arcanes d’une industrie culturelle majeure placée de tout temps à la croisée entre le monde des idées et celui de l’économie, Jean-Yves Mollier retrace minutieusement les méandres des chemins menant le livre vers son lecteur. Ce faisant, il rend hommage aux libraires, ces indispensables « passeurs culturels », dont il rappelle avec sympathie et conviction l’importance du rôle social – un rôle d’autant mieux perçu aujourd’hui que celui-ci est concurrencé par des algorithmes.

Un livre dessiné par SP Millot.

Séminaire Transatlantic Cultures: Américanisation par les arts

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures, organisée en commun avec le projet « Américanisation par les arts »,  aura lieu le vendredi 2 avril 2021  de 16h à 18h, en visioconférence.

Nous aurons le plaisir d’écouter:

Sylvain Lesage (Université de Lille – IRHiS) qui nous parlera de

L’oncle d’Amérique. Flash Gordon et la construction d’un patrimoine du «neuvième art »

Flash Gordon constitue un objet central dans l’élaboration conflictuelle d’une bédéphilie française dans les années 1960. Unanimement célébrée, la série d’Alex Raymond est l’objet de plusieurs projets de réédition, qui esquissent les contours des communautés d’amateurs.
Cette intervention explore la manière dont s’opère la reconnaissance de la bande dessinée en tant que neuvième art, à travers le geste de republication, et éclaire les ressorts de la fascination pour la bande dessinée américaine au sein de la bédéphilie naissante.

Sylvain Lesage est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, rattaché à l’IRHiS. Spécialiste d’histoire culturelle, ses recherches s’inscrivent à la croisée de l’histoire des médias et des cultures visuelles. Après sa thèse soutenue en 2014 sous la direction de Jean-Yves Mollier, il a notamment publié L’Effet livre : métamorphoses de la bande dessinée (Presses universitaires François Rabelais, 2019) et Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album (Presses de l’Enssib, 2018).

La séance sera coordonnée par: Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CHS)

En raison des contraintes sanitaires, pour assister au séminaire en ligne, merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse:

contact@transatlantic-cultures.org

Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.

Appel à communications : Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

9, 10 et 11 décembre 2021

Centre Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Les propositions de communication seront envoyées avant le 1er juin 2021 à Sophie.Lhermitte@univ-paris1.fr

Elles devront comporter un titre, un résumé de la proposition ainsi que les sources envisagées (une page maximum). Le comité scientifique donnera sa réponse avant la fin du mois de juin.

Argumentaire

Commencée à la fin des années 1980, l’œuvre scientifique de Dominique Kalifa se déploie sur trois décennies ; par son ambition comme par son originalité, elle ouvre et/ou accompagne nombre des transformations de l’historiographie du XIXe siècle (entendu dans le sens élargi que lui assignait Dominique Kalifa, qui n’hésitait pas à prolonger l’âge des révolutions, de l’urbanisation et de l’industrialisation jusqu’aux guerres mondiales et aux grandes ruptures du milieu du XXe siècle). S’il s’est d’abord fait reconnaître comme un pionnier de l’histoire du crime, des faits divers et des médias, auxquels il avait consacré sa thèse (L’Encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Fayard, 1995) et son habilitation (Naissance de la police privée, 2000 ; Crime et culture au XIXe siècle, 2002), s’il n’a jamais renoncé à explorer ce vaste et fécond champ d’enquête sous la forme d’écrits personnels, de travaux collectifs ou de directions de recherche, Dominique Kalifa ne s’est pas contenté d’une spécialité thématique, et il a su diversifier ses objets au gré de ses curiosités et des opportunités, accompagnant et suscitant des recherches doctorales particulièrement variées et novatrices, voyageant lui-même des « Bat d’Af’ » (Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Perrin, 2009) aux mauvais quartiers (Les Bas-Fonds. Histoire d’un imaginaire, Seuil, 2013), des amoureux qui « s’bécotent » sous les ponts de Paris (Paris, une histoire érotique, Payot, 2018) aux fastes réinventés des années 1900 (La véritable histoire de la Belle Époque, Fayard, 2017).

Faisant suite aux nombreux et émouvants hommages qui ont suivi la disparition brutale de Dominique Kalifa à la toute fin de l’été 2020, le colloque organisé par le Centre d’Histoire du XIXe siècle, dont il fut le co-directeur pendant près de vingt ans, a pour ambition de relire l’œuvre de l’historien, d’en distinguer les nuances et les inflexions, d’en éclaircir les héritages et les prolongements, d’en discuter les apports et les défis. En fidélité à son enseignement, il s’agit d’ouvrir un véritable débat historiographique sur la portée d’une œuvre qui s’est construite au tournant des XXe et XXIe siècles.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

Parution : Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations (Yann Sordet)

https://www.fabula.org/actualites/documents/100779.jpgYann Sordet, Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations, Albin Michel, coll. « L’Évolution de l’Humanité », 2021.

De l’invention de l’écriture à la révolution numérique, l’ambitieuse synthèse de Yann Sordet, richement documentée et illustrée, retrace les grandes étapes et révolutions de l’histoire du livre, à travers sa production, son économie, sa circulation et sa régulation, mais aussi ses usages, formes et mutations majeures – expansion du codex au début de l’ère chrétienne, mise au point de la typographie en Europe au xve siècle, invention des périodiques au début du xviie, engagement de la librairie dans la société de consommation et mondialisation du marché de l’édition depuis le xixe, dématérialisation des procédés au xxe siècle…

Cette vaste enquête embrasse ainsi l’ensemble de la production écrite, quelles que soient sa vocation – pédagogie, savoirs, combat, culte, information – et ses formes – succès de librairie parfois planétaires, almanachs, publications éphémères et imprimés du quotidien –, tout en interrogeant une ambiguïté fondatrice : à la fois objet manufacturé et produit marchand, le livre est aussi un bien symbolique, une oeuvre à la valeur identitaire forte.

Elle porte enfin une grande attention à la diversité des acteurs de cette histoire générale du livre et de l’édition – auteurs, législateurs, copistes, artistes enlumineurs ou graveurs, imprimeurs-libraires puis éditeurs, mais aussi lecteurs, collectionneurs, bibliothécaires – et à leurs interactions.

Continuer la lecture de Parution : Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations (Yann Sordet)

Parution : Vous avez dit shôjo ? (Neuvième ART 2.0)

Neuvième Art 2.0 : Vous avez dit shôjo ?

Dossier publié sur le site neuviemeart.citebd.org, janvier 2021.

Le shôjo manga, ou manga pour jeunes filles, presque toujours produit par des femmes, a souvent été considéré comme la catégorie de bandes dessinées japonaises cultivant l’esthétique la plus éloignée des standards occidentaux. Neuvième Art a voulu remonter aux origines de cette spécificité, et interroger quelques œuvres relevant du genre ou dialoguant avec lui.

Naoko Morita, Qu’est-ce que le shôjo manga ?

Mizuki Takahashi, D’où viennent les conventions graphiques du shôjo manga ?

Harry Morgan, Affects et expression des passions dans le shôjo manga des années 1970

Elsa Caboche, Mamie lit du yaoi : {bl métamorphose}, un manga réflexif à la croisée des genres

Thierry Groensteen, Les Idoles du shôjo

Marius Jouanny, Kiriko nananan – un shôjo d’auteur ?

Appel à contributions : La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université

La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université

Appel à contribution pour un prochain n° des Cahiers Robinson

La « littérature de jeunesse » recouvre des œuvres et des produits très disparates dans leur intention et dans leur facture, de même qu’entre la prime enfance et le jeune adulte l’écart ne cesse de s’allonger, sans pour autant interdire les rencontres, les croisements, ce que la critique anglo-saxonne désigne par cross over. Il reste ce terme de « jeunesse » qui au fond définit peu de choses, sauf peut-être par exclusion. Les livres spécifiquement adressés à cette jeunesse occupaient naguère très peu de place dans les écoles sinon sous forme de manuels composés souvent de textes faits pour un autre âge. On a vu ces manuels se transformer peu à peu et se présenter même quelquefois comme des sortes d’anthologies de l’édition pour la jeunesse, ceci pour des classes d’âge de plus en plus élevées. On a vu aussi les « livres de bibliothèque » sortir de leurs armoires pour figurer dans les programmes et dans les listes d’ouvrages recommandés. Longtemps considérée comme une propédeutique à la lecture de la « vraie » littérature, ils sont désormais lus pour eux-mêmes, pour leurs qualités propres, quelquefois jugées supérieures à celles de la lecture adulte. Cette légitimation par les instructions officielles, malgré ses hauts et ses bas, a suscité un intense travail de découverte et de recherche dans les instituts de formation, avec des orientations contrastées, la perspective didactique se nourrissant désormais de la reconnaissance des « pouvoirs de l’enchantement » (pour reprendre le titre d’un ouvrage récent d’Anne Besson, Les Pouvoirs de l’enchantement). La littérature de jeunesse occupe aussi une place de plus en plus importante dans les facultés de lettres, au prix sans doute de deux stratégies qui pourraient paraître contradictoires, d’une part la promotion d’un « mauvais genre » venant bousculer les programmes académiques, d’autre part la validation de livres qui font œuvre et qui méritent d’être retenus pour leurs qualités esthétiques (y compris celles de l’image, qui n’est plus simplement illustration) et pour leur aptitude à éveiller la pensée.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université

Parution : Presse et bande dessinée. Une aventure sans fin

Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal : elle a dès l’origine exploité les enjeux de l’actualité, et a très vite imaginé des personnages qui sont eux-mêmes journalistes. Le lecteur croisera ainsi les parcours de nombreux héros reporters connus et moins connus, il se plongera dans l’histoire mouvementée des magazines et il pourra saisir les multiples interactions entre la bande dessinée et la presse. Si la perspective retenue concerne essentiellement la BD franco-belge, deux chapitres évoquent la tradition des comics anglo-saxons qui, depuis la naissance de Superman, a elle aussi vu naître un imaginaire du journalisme particulièrement riche.

En dépit de la mort de revues comme Pilote ou Tintin, la généralisation de l’album n’a fait disparaître ni les héros reporters ni la presse de bande dessinée. L’ouvrage se penche aussi sur le succès du reportage graphique et de magazines tels que La Revue dessinée, qui témoignent de la vivacité intacte des échanges entre le journalisme et le neuvième art.

Parution : Best-sellers. L’industrie du succès

Olivier Bessard-Banquy, Sylvie Ducas, Alexandre Gefen (dir.), Best-sellers. L’industrie du succès, Armand Colin, 2021.

Rien n’est plus mystérieux et objet de plus de convoitise qu’un best-seller. Certains livres sont conçus en fonction de recettes menant automatiquement au succès. D’autres, issus du même moule, passent complètement inaperçus – tandis que certains ouvrages réputés difficiles reçoivent parfois un accueil enthousiaste du public. Quel point commun peut-on trouver  entre le  Capital et Harry Potter,  Le Petit Prince et Belle du Seigneur  ? Existe-t-il un secret, une technique, permettant de transformer n’importe quel manuscrit en n°  1 des ventes ? Quelle part revient à l’auteur dans cette réussite  ? à l’éditeur  ? aux lecteurs  ? Finalement, depuis le XIXe siècle, que nous disent les best-sellers ? S’agit-il d’une catégorie historique, dont on peut relater l’invention  ? Nous racontent-ils l’histoire d’un horizon de réception  : celui du «  grand public  »  ? Peut-on, de Walter Scott aux Fifty Shades of Grey, bâtir une histoire de la culture commune au plus grand nombre  ? D’ailleurs, les lire, est-ce forcément les aime  ? Une pléiade de spécialistes de la littérature et des métiers du livre se penche ici avec intérêt sur ces livres exceptionnels, habituellement traités avec mépris. Continuer la lecture de Parution : Best-sellers. L’industrie du succès

Séminaire : Séance 3 du SLAC, « Supports et contextes éditoriaux »

Séminaire littéraire des Armes de la critique, Séance 3, « Supports et contextes éditoriaux »

Voir l’appel à communications.

La prochaine séance du Séminaire littéraire des Armes de la critique, intitulée « Supports et contextes éditoriaux » aura lieu vendredi 11 décembre de 15h à 18h, sur la plateforme Big Blue Button.

Si vous souhaitez assister à cette séance, merci de bien vouloir contacter anais.goudmand@unil.ch pour obtenir le lien de connexion. 

Programme de la séance : Continuer la lecture de Séminaire : Séance 3 du SLAC, « Supports et contextes éditoriaux »