Archives par mot-clé : histoire de l’art

Parution : The Young Pope : la tiare et l’image (Cyril Gerbron)

Cyril Gerbron, The Young Pope : la tiare et l’image, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Sérial », 2021.

L’histoire de l’art est un aspect majeur de la poétique visuelle de la série de Paolo Sorrentino The Young Pope.

Dans cette série qui raconte la montée en puissance de Pie XIII, jeune pape américain décalé et réactionnaire, les tableaux, les statues, les œuvres d’art du passé jouent un rôle important dans l’effet de vraisemblance, puisque le Vatican est effectivement rempli d’images. Contemplées et commentées par les personnages, ou utilisées pour leurs dévotions, ces œuvres sont bien plus que des éléments de décor, elles sont « activées » et deviennent vivantes.

Les images de la série sont elles-mêmes nourries d’images du passé et The Young Pope met en scène ces « voyages d’images », parcours visuels et sémantiques que le livre se propose d’explorer.

Docteur en histoire de l’art, Cyril Gerbron est l’auteur de Fra Angelico : liturgie et mémoire (Brépols, 2016). Il a été boursier à la Villa I Tatti à Florence et a rédigé ce livre lors d’une année passée comme pensionnaire à la Villa Médicis. Il est décédé en 2019

Continuer la lecture de Parution : The Young Pope : la tiare et l’image (Cyril Gerbron)

Parution : Dérégler l’art moderne. De la caricature au caricatural, au XIXe siècle (Bertrand Tillier)

Depuis la Renaissance, les peintres ont pratiqué la caricature, d’abord comme un jeu d’atelier, puis comme une intervention politique et sociale à destination de l’opinion publique, à la faveur des Lumières et de la Révolution française. Tout au long d’un xixe  siècle attaché aux normes, aux genres et aux hiérarchies, qui a été le siècle de la reproductibilité technique des images et de la densification de leur circulation, le champ artistique s’est trouvé confronté à l’inflation des images satiriques. Grimaçante et expressive, la caricature a connu une expansion inédite, qui a d’abord été perçue comme une menace pour la peinture, d’autant que Hogarth, Goya, David, Delacroix ou Daumier s’y adonnaient.

Progressivement, cet objet partisan et utilitaire, doté d’une faible légitimité artistique et culturelle, considéré comme ingrat et régressif, quand il ne passait pour vulgaire, a pourtant été disjoint de ses intentions initiales  – le comique, la polémique et la critique –, pour devenir un langage formel. De la sorte, les procédés usuels de l’image satirique  – la déformation, l’exagération, l’altération ou la condensation  – se sont institués en moyens plastiques, selon un double processus de translation et de déterritorialisation qui caractérise aussi la modernité de Courbet, Cézanne ou Ensor.
Cet essai analyse comment, dans l’historiographie, la critique d’art et la pratique même des artistes, la caricature et son arsenal de dérèglements sont devenus, jusqu’au xxe  siècle, le lieu d’invention du caricatural, comme en témoignent les œuvres de Rouault, Klee, Grosz, Picasso, Erró, Basquiat ou Combas.

Parution : Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent (dir. Jocelyn Benoist et Véronique Decaix)

Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas, Jocelyn Benoist et Véronique Decaix (dir.), Paris, Vendémiaire, coll. « Retour au Moyen Âge », 2021.

Aux origines d’un mythe contemporain

Personnage de jeu vidéo, motif de pyjama, créature de Harry Potter : la licorne, icône de la pop culture, est aujourd’hui partout. Mais si on l’associe volontiers au Moyen Âge tardif, et en particulier à la spectaculaire autant qu’énigmatique tenture La Dame à la licorne du musée de Cluny, sait-on que cet animal mythique trouve ses origines dans l’Antiquité grecque et l’Ancien Testament ? Qu’elle a oscillé dans la littérature médiévale entre les genres mâle et femelle ? Et qu’en tant qu’exemple canonique d’objet dont il faut déterminer ou non s’il existe – ou s’il est possible qu’il existe et ce que cela signifie –, elle a passionné les philosophes, de Duns Scot à Bertrand Russell en passant par Kant et Leibniz ?
Saisissant cette figure sans cesse réinventée dans toutes ses dimensions, un collectif de philosophes et de spécialistes d’histoire de l’art et de littérature lève le voile sur les mystères de cet animal-totem.
Sous la direction de Jocelyn Benoist, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Véronique Decaix, maîtresse de conférences en philosophie médiévale.

Avec la participation de Sophie Albert, Anne Besson, Béatrice de Chancel-Bardelot, Rémy Cordonnier, Félix Duportail, Maurizio Ferraris, Markus Gabriel, Wouter Goris, Virginie Greene, Jean-Baptiste Rauzy, Jens Rometsch, Nicholas Stang et Jean-René Valette.

Parution : Dérégler l’art moderne (Tillier)

Bertrand Tillier, Dérégler l’art moderne. De la caricature au caricatural, au XIXe siècle, Hazan, 2021

Depuis la Renaissance, les peintres ont pratiqué la caricature, d’abord comme un jeu d’atelier, puis comme une intervention politique et sociale à destination de l’opinion publique, à la faveur des Lumières et de la Révolution française. Tout au long d’un xixe  siècle attaché aux normes, aux genres et aux hiérarchies, qui a été le siècle de la reproductibilité technique des images et de la densification de leur circulation, le champ artistique s’est trouvé confronté à l’inflation des images satiriques. Grimaçante et expressive, la caricature a connu une expansion inédite, qui a d’abord été perçue comme une menace pour la peinture, d’autant que Hogarth, Goya, David, Delacroix ou Daumier s’y adonnaient.

Progressivement, cet objet partisan et utilitaire, doté d’une faible légitimité artistique et culturelle, considéré comme ingrat et régressif, quand il ne passait pour vulgaire, a pourtant été disjoint de ses intentions initiales  – le comique, la polémique et la critique –, pour devenir un langage formel. De la sorte, les procédés usuels de l’image satirique  – la déformation, l’exagération, l’altération ou la condensation  – se sont institués en moyens plastiques, selon un double processus de translation et de déterritorialisation qui caractérise aussi la modernité de Courbet, Cézanne ou Ensor.

Cet essai analyse comment, dans l’historiographie, la critique d’art et la pratique même des artistes, la caricature et son arsenal de dérèglements sont devenus, jusqu’au xxe  siècle, le lieu d’invention du caricatural, comme en témoignent les œuvres de Rouault, Klee, Grosz, Picasso, Erró, Basquiat ou Combas.

Parution : Poétique du Chat Noir (Crépiat, Saint-Amand, Schuh, dir.)

Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand et Julien Schuh (dir.), Poétique du Chat Noir, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2021

Suivez les pas du « Chat Noir » (à la fois cabaret, collectif, revue) dans l’ambiance montmartroise de la fin du XIXe siècle et (re)découvrez-le dans une étude centrée sur sa production écrite.

*

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle, un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce livre se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.

Parution : Le charme du microphone (T. Bocquet)

Thelma Bocquet, Le Charme du microphone. Métamorphoses de la chanson dans la France des années 1930, UGA Éditions, 2021

Présentation

Le microphone est un exhausteur de son. Il permet à l’artiste, non pas de chanter plus fort, mais de baisser la voix. Il rend audible un chuchotement dans une grande salle de spectacle. Cet art de l’amplification sonore, encore balbutiant en France dans les années 1930, transforme radicalement le paysage musical et les codes de la performance vocale.

Quelques chanteuses et chanteurs d’avant-garde essaient d’apprivoiser le potentiel de l’instrument, tout comme les crooners américains une décennie plus tôt.Ils ajustent pour cela leur manière de chanter, tentent de répondre aux exigences de la technique par de subtiles adaptations. Souffle, gestuelle, diction, déplacements et expressions du visage se réinventent.
À la croisée de lectures socio-techniques, artistiques et historiques, ce livre propose d’explorer la façon dont le microphone et le corps de l’interprète se rencontrent, ouvrant ainsi la voie à la diversification musicale de la seconde moitié du XXe siècle.

Auteure

Diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales, titulaire d’une licence en ingénierie et aujourd’hui professeure de chant, Thelma Bocquet offre un regard unique à l’intersection des arts, des sciences et des lettres.

Colloque international: La simplicité : Manifestations et enjeux culturels du simple en art

 Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés contemporaines - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

 

Colloque international transdisciplinaire sur trois jours « La simplicité : Manifestations et enjeux culturels du simple en art« . Atelier de recherches Textyle.
Dates :
du mardi 3 juin au jeudi 5 juin 2014
Lieu :
Mardi 3 juin 2014 : à l’École normale supérieure de Paris
Mercredi 4 juin 2014 : à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Jeudi 5 juin 2014 : à l’Université Paris-Sorbonne

Comité d’organisation :
Sophie Jollin-Bertocchi – Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines EA 2448 Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines
Lia Kurts-Wöste – Université Bordeaux Montaigne EA 4195 TELEM
Anne-Marie Paillet – École normale supérieure de Paris EA 4509 Sens Texte Informatique Histoire
Claire Stolz – Université Paris-Sorbonne EA 4509 Sens Texte Informatique Histoire

Mardi 3 juin 2014
École normale supérieure de Paris, salle Dussane
45 rue d’Ulm 75005 Paris

La journée sera ponctuée d’intermèdes assurés par les élèves du cours de diction d’Anne-Marie Paillet

9h00 Accueil des participants par Textyle
Ouverture du colloque par Marc Porée, directeur du LILA
APPROCHES THÉORIQUES DE LA SIMPLICITÉ
Présidence : Charles Guérin
9h30 Pierre CHIRON, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne et IUF « La simplicité dans la rhétorique grecque, d’Aristote à Hermogène : terminologie, valeurs, doctrines »
9h55 Baldine SAINT GIRONS, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense « La révolution longinienne : une fusion du sublime et du simple »
10h20 : discussion et pause
Présidence : Gérard Berthomieu
11h00 Dominique COMBE, École normale supérieure de Paris « Le “sermo humilis” chez le romaniste Erich Auerbach et son rôle dans la mimesis du réalisme occidental »
11h25 Claude COSTE, Université Stendhal – Grenoble 3 « Simplicité de Barthes »
11h50 : discussion et pause

LE SIMPLE DANS LES ARTS NON VERBAUX OU MIXTES
Présidence : Baldine Saint Girons
14h30 Bertrand ROUGÉ, Université de Pau et des Pays de l’Adour « “Less is More”… Littéralismes et minimalismes, ou les complications modernes de la simplicité dans les arts visuels au XXe siècle »
14h55 Stéphane DAWANS, Université de Liège « Pour une autre “architecturalité” ou la tentation du neutre d’Adolf Loos à Lacaton & Vassal »
15h20 Bernard SEVE, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 « Simplicité et complexité musicales : l’instrument, le jeu et le paradoxe de Pascal »
15h45 : discussion et pause
Présidence : Florence Leca-Mercier
16h25 Joël JULY, Université Aix-Marseille « Popularisme de la chanson française moderne »
16h50 Jacques DÜRRENMATT, Université Paris-Sorbonne « La bande dessinée face au défi de la simplicité »
17h15 : discussion et pause

Animation musicale (Bertrand Malmasson, violoncelliste)

Mercredi 4 juin 2014
Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines, salle des thèses
Bâtiment d’Alembert, 5-7 boulevard d’Alembert 78180 Guyancourt

LA SIMPLICITÉ, HÉRITAGES ET (RÉ)APPROPRIATIONS

9h45 Allocution de Jean-Claude Yon, directeur du CHCSC
Présidence : Emmanuel Bury
10h00 Danièle JAMES-RAOUL, Université Bordeaux Montaigne « La simplicité en question dans les arts médiolatins des XIIe-XIIIe siècles »
10h25 Marc BONHOMME, Université de Berne « De la simplification à la simplicité de l’usage littéraire chez les remarqueurs du XVIIe siècle. Les exemples de Ménage et de Bouhours »
10h50 : discussion et pause
Présidence : Brigitte Buffard-Moret
11h20 Corinne NOIROT, Virginia Polytechnic Institute and State University « Écart et excès même “au bois” ou l’introuvable simplicité ronsardienne »
11h45 Patricia LOJKINE, Université du Mans « Le conte, une “forme simple” ? »
12h10 : discussion et pause

Présidence : Laurent Susini
14h30 Jean-René VALETTE, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense « Simplicité et langage dans la mystique rhénoflamande : l’exemple de Marguerite Porete »
14h55 Véronique FERRER, Université Bordeaux Montaigne, « En simplicité du langage de Canaan : la défense de l’éloquence biblique en milieu réformé aux XVIe et XVIIe siècles »
15h20 : discussion et pause
Présidence : Mariane Bury
15h50 Élise PAVY, Université Bordeaux Montaigne « Le goût du simple : critique d’art et simplicité »
16h15 Laure-Amélie CHARPENTIER-POISSON, Université Paris-Sorbonne « Le paradoxe de la simplicité rhétorique chez JulesRenard : du “style blanc” au “style diamanté” »
16h40 : discussion et pause
Présidence : Mathilde Vallespir
17h10 Dominique MAINGUENEAU, Université Paris-Sorbonne « Du style simple à l’ethos de simplicité »
17h25 Marion COLAS-BLAISE, Université du Luxembourg « L’art d’être et de faire simple. Éléments pour une sémiotique de la simplicité »
17h50 Discussion

Jeudi 5 juin 2014
Université Paris-Sorbonne, salle des Actes
54 rue Saint-Jacques 75005 Paris

LA SIMPLICITÉ, UNE AFFAIRE DÉCIDÉMENT COMPLEXE ?

9h15 Allocution de Joëlle Ducos, directrice de STIH
Présidence : Anne-Marie Paillet
9h30 Lucile GAUDIN, Université de Toulon ; Geneviève SALVAN, Université de Nice Sophia Antipolis « Le pléonasme, simplement redondant ? »
9h55 Pierre CAHNÉ, Université Paris-Sorbonne « La simplicité chez Descartes »
10h20 : discussion et pause
Présidence : Sophie Jollin-Bertocchi
10h50 Cécile NARJOUX, Université Paris-Sorbonne « La disparition de la ponctuation énonciative dans le récit contemporain : simplicité de l’écriture, complexité de la lecture »
11h15 Marc DURAIN, Université Paris-Sorbonne « Henri Michaux : “Ça a l’air simple” »
11h40 : discussion et pause

Présidence : Lia Kurts
14h30 Maria-Chiara GNOCCHI, Università di Bologna « Le rasoir d’André Gide ou l’histoire d’une quête entre simplicité et simplexité »
14h55 Anouch BOURMAYAN, University College London « Simplicité et implicite : une approche linguistique »
15h20 Mathilde VALLESPIR, Université Paris-Sorbonne « Simplicité et complexité, ou comment penser le simple à la lumière du complexe »
15h45 : discussion et pause
16h15 Clôture du colloque

> Télécharger le programme [PDF – 375 Ko]
> Télécharger l’affiche [PDF – 476 Ko]

Contact :

Esther van Rossen
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.frCHCSC – Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Vous souhaitez vous désabonner de cette lettre ? Merci d’écrire à communication.chcsc@uvsq.fr