Archives par mot-clé : histoire culturelle

SÉMINAIRE PHISTEM / LPCM 2023-2024

Séminaire général 2023-2024 de l’équipe de « Poétique historique des textes modernes » (CSLF, EA 1586)

Les séances ont lieu à l’Université Paris Nanterre le mercredi de 16h à 19h.

Présentation

Le séminaire général du PHisTeM vise à offrir un panorama des recherches nouvelles en théorie littéraire, en histoire littéraire et en cultural studies ; cette année, il est également centré sur les programmes et les projets initiés en son sein, individuellement ou collectivement. Les séances sont couplées avec le séminaire LPCM dont vous retrouverez l’intégralité du programme ici. Les séances seront en mode hybride. Pour obtenir les liens de connexion, nous contacter quelques jours avant la séance à l’adresse atelierlpcm@protonmail.com.

Mercredi 17 janvier 2024, 16h-19h 

Lieu : Université Paris Nanterre, bâtiment Weber, salle de séminaire 1

  • Olivier Caïra (IUT d’Évry Val d’Essonne) : Interactivité et univers franchisés : quelles marges pour les scénaristes et leurs personnages ?
  • Thibaut Clément (Sorbonne Université IUF) : Thématisation, scénarisation des pratiques et mises en scènes identitaires : de Disneyland au centre commercial

Mercredi 20 mars 2024, 16h-19h

Lieu : Université Paris Nanterre, bâtiment Ricoeur, 4e étage, salle des conseils

  • Lucie Amir (Université de Limoges) : Un état contemporain des rapports entre littératures policières françaises et politique
  • Sybila Guéneau (EHESS) : Relire le néo-polar : mise à distance de la figure de Manchette, dépassement des stéréotypes et redéfinition du discours de critique sociale

Mercredi 10 avril 2024, 16h-19h

Lieu : Université Paris Nanterre, bâtiment Weber, salle de séminaire 1

  • Benoît Tadié (Université Paris Nanterre) : Font criminel: la démocratie à l’épreuve du roman noir américain
  • Marie-Lucie Bougon (Université d’Artois) : “Je suis d’ailleurs” : ésotérisme et médiumnité chez les “grandes anciennes” de la fantasy française

Parution : Mundus fabula, “Médiévalisme en séries”

Mundus fabula, “Médiévalisme en séries”, dir. Florian Besson, Justine Breton, 2023.

Dans la lignée du dynamisme actuel du médiévalisme en France et à l’étranger, et pour mieux comprendre l’intérêt croissant du public pour des programmes audiovisuels qui puisent toujours plus dans des images souvent détournées de la période médiévale, Florian Besson (Actuel Moyen Âge) et Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne, CRIMEL et Modernités médiévales) ont organisé sur l’année 2022-2023 un séminaire  en ligne consacré à la représentation du Moyen Âge dans les séries, intitulé « Médiévalisme en séries ».

Ce séminaire était divisé en trois sessions thématiques, portant sur une ou plusieurs séries ultracontemporaines – la plupart diffusées pour la première fois en 2022 –, mettant chaque fois en scène un Moyen Âge de fantasy. La première session était consacrée aux imaginaires historiques dans House of the Dragon, la deuxième aux postérités de J.R.R. Tolkien dans la série Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de pouvoir, et la troisième élargissait les perspectives d’étude en interrogeant les différentes visions du Moyen Âge proposées par d’autres séries récentes. En accord avec les normes et attentes de la revue Mundus Fabula, une partie des travaux menés lors de ce séminaire, à l’exception des tables rondes où primaient le dialogue et la spontanéité des échanges, a fait l’objet d’une expertise et apparaît ici sous une forme plus complète et en accès libre. 

Sommaire  Continuer la lecture de Parution : Mundus fabula, “Médiévalisme en séries”

Victor Rodríguez Infiesta (Université d’Oviedo)

Victor Rodríguez Infiesta est Profesor Titular (Maître de Conférences) en Histoire contemporaine à l’Université d’Oviedo (Espagne). Ses recherches concernent principalement l’histoire de la presse, l’opinion publique, la propagande et la distribution de journaux. Ancien directeur du Master « Historia y Análisis Sociocultural », Secrétaire de l’association PILAR (Presse, Imprimés, Lecture dans l’Aire Romane), ses travaux les plus récents portent sur la bande dessinée franco-belge et la lecture.

Publications (liste non exhaustive) :

https://dialnet.unirioja.es/servlet/autor?codigo=591608

Communications récentes

« Puntos de venta, prensa y mediación informativa entre dos siglos », Journée d’études ¿Medios en transición(es)? Médiations politiques et culturelles dans le domaine hispanique (XIX-XXI siècles), Université Sorbonne Nouvelle, Paris, mars 2020.

« Las publicaciones periódicas ilustradas infantiles y juveniles francesas de la década de 1960 », VI Jornadas Predoctorales de Investigaciones Humanísticas, Universidad de Oviedo, novembre 2021.

« El periodismo en la Asturias del siglo XX », conférence  inaugurale, “Jornada 40 años de periodismo en Asturias. Desde el Estatuto de Autonomía a nuestros días”, Asociación de la Prensa de Oviedo / Universidad de Oviedo, novembre 2021.

« Vaillant: narrativa gráfica y serialidad », Congreso Internacional La imagen cambiante: nuevos géneros y soportes”, Fundación Cine+Cómics, Cátedra Cultural Mœbius, Universidad de La Laguna, Santa Cruz de Tenerife, mai 2022.

«  Alerte ! Le vrai visage des maîtres du IIIe Reich. Les instructions secrètes de la propagande allemande (1934) », II Seminário de História da Comunicaçao. Autoritarismo e Democracia : Caminhos e Conquistas, Grupo de Trabalho de História da Comunicaçao da Associação Portuguesa de Ciências da Comunicação (SOPCOM), Fundação Mário Soarez e Maria Barrroso, Lisboa, novembre 2022.

« Contra el poder del dinero: discursos gráficos e impresos sobre comunicación y democracia en la Francia de finales de la III República », I Encuentro de la Sección de Historia de la Comunicación Social de la Asociación Española de Investigación de la Comunicación (AE-IC). Populismos, democracia y comunicación en la Historia, en ligne, janvier 2023.

« De Montserrat a Paris Liberté, la trilogía autobiográfica de Julio Ribera », Congreso Internacional PILAR 2023. La imagen de Europa en los medios de comunicación del mundo hispanófono y lusófono (siglos XIX-XXI)”, Université de Caen Normandie, Caen, mars 2023.

Appel à contributions : L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré (Université Concordia, Montréal)

L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré

13 octobre 2023 (en présence), Bibliothèque de l’Université Concordia, Montréal (Québec), Canada

Échéance des propositions : 15 juillet 2023

L’objectif de cette journée d’étude est de rassembler des chercheurs autour du sujet de l’image imprimée depuis la décennie 1880. Nous considérons comme un jalon historique l’implémentation et la diffusion à grande échelle de la similigravure (halftone printing), procédé photomécanique qui permettra la reproduction de subtils tons et gradients dans des publications à fort tirage.

Portant une attention particulière à la bibliographie matérielle et aux techniques de production, nous tenterons de mieux comprendre comment les images imprimées contribuent aux formations discursives et de sens à travers une variété de contextes, des journaux illustrés aux manuels d’étiquette; des revues scientifiques aux livres pour enfants. Alors que le niveau d’alphabétisation s’accroît au vingtième siècle, le champ des publications illustrées rejoint des publics de plus en plus variés, dont les attentes et les besoins influencent le développement de la culture visuelle de l ’imprimé. En contrepartie, les rapports étroits entre l ’image et le texte forment de manière significative chez le lectorat la compréhension du monde en rassemblant dans l’espace de la page tout un assortiment d’informations entremêlant le politique, le professionnel et le divertissement.

Chevauchant les disciplines des études littéraires, de l’histoire de l’art, de la bibliographie et de la bibliothéconomie, la culture de l’imprimé illustré constitue une voie privilégiée vers l’histoire sociale. Nous sommes inspirés par le travail fondateur de Richard Benson dans The Printed Picture (MoMA, 2008) et par les récentes études sur les médias vernaculaires, tels que ceux de Sarah Mirseyedi et Gerry Beegan sur le développement des procédés photomécaniques et l’ouvrage dirigé par Thierry Gervais, The “Public” Life of Photographs (The MIT Press, 2016). Faisant nôtre l’impératif du spécialiste en livres rares Roger Gaskell de développer une « bibliographie des images », nous invitons les contributions tant en français qu’en anglais qui abordent un aspect pertinent des publications illustrées de masse ainsi que les divers procédés industriels ou manuels qui rendent leur production possible. Continuer la lecture de Appel à contributions : L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré (Université Concordia, Montréal)

Parution : Les éphémères imprimés et l’image (dir. O. Belin, F. Ferran, B. Tillier)

Olivier Belin, Florence Ferran, Bertrand Tillier (dir.), Les éphémères imprimés et l’image, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, coll. “Art, Archéologie & Patrimoine”, 2023.

Les éphémères imprimés forment une part importante de notre culture visuelle. Affiches, tracts, cartes postales, prospectus : non seulement tous ces documents produits en masse depuis le XIXe siècle sont abondamment illustrés, mais leur efficacité même est tributaire d’un certain usage – politique, commercial, artistique – de l’image. Comment se déploie l’inventivité technique des éphémères illustrés ? Quelles relations établissent-ils entre textes et images ? Quelles fonctions occupent-ils dans les pratiques sociales d’une époque ? Quelles sont les valeurs, les représentations voire les fétichisations qui s’attachent à ces documents ? Telles sont quelques-unes des questions traitées dans ce volume, qui réunit des conservateurs d’institutions patrimoniales (musées, archives, bibliothèques) et des chercheurs de disciplines différentes (études littéraires, histoire de l’art, histoire culturelle ou politique, graphisme), afin d’aborder les éphémères dans toute la richesse de leur prisme.

Olivier Belin est professeur de littérature française du XXe siècle à l’université de Rouen, chercheur au CÉRÉdI.

Florence Ferran est maître de conférences en littérature et arts du XVIIIe siècles à l’Université CY Cergy Paris Université, UMR 9022 Héritages : Cultures, Patrimoines, Créations.

Bertrand Tillier est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et historien de l’art.

Continuer la lecture de Parution : Les éphémères imprimés et l’image (dir. O. Belin, F. Ferran, B. Tillier)

Appel à contributions : Histoire publique et bande dessinée : actualité et potentialités des écritures et des usages de l’histoire en bande dessinée (Perpignan – Blois – Bruxelles – Tours)

Cycle de journées d’études 2023-2025 : Histoire publique et bande dessinée : actualité et potentialités des écritures et des usages de l’histoire en bande dessinée 

Échéance des propositions : 5 juin 2023

Face à l’objet qu’est l’histoire, les auteurs de bande dessinée ont multiplié les approches. Pascal Ory en a défini deux, majeures et toujours d’actualité : la bande dessinée historique, où l’histoire est un décor exotique et un prétexte aux aventures des personnages, et la bande dessinée historienne, attentive à la véracité des faits et au sens de l’histoire – avec toutes les nuances et les circulations qui existent entre ces catégories poreuses.

Si un tournant du récit d’aventure historique est amorcé par les éditions Glénat dans les années 1970-1980, avec les magazines Circus (1975) puis Vécu (1985), la bande dessinée historique est désormais entrée dans une troisième phase : des auteurs et autrices explorent ainsi de nouvelles voies graphiques et narratives (recherches du côté de la non-fiction, dont le reportage documentaire, expérimentations de la bande dessinée pédagogique, etc.). Nombre d’entre eux contribuent à une écriture de l’histoire où la mise en fiction s’enrichit d’une attention à la véracité ou, à défaut, à la vraisemblance historique, s’inspirant des pratiques disciplinaires des historiens. Ils saisissent ainsi le matériau complexe qu’est le passé pour réfléchir à son sens et l’actualiser dans le présent, dans une perspective fréquemment politisée, voire militante. Dans un processus similaire à celui que connaît la bande dessinée documentaire, le choix par les auteurs de thèmes témoignant d’un intérêt pour les périodes de crises et de retournements (la guerre d’Algérie, la Révolution de 1789, Mai 68, etc.) et la politisation du discours attirent l’attention des médias, des universitaires et des lecteurs, et participent au débat public français. Cette dynamique fait fortement écho à celle, d’ampleur internationale, qui se développe dans le champ de la public history, l’histoire publique.

L’émergence de ce qui s’impose aujourd’hui comme une pratique culturelle autant que comme une discipline universitaire est encore timide en France, en dépit de la création de Masters universitaires comme celui de l’université Paris Est-Créteil, mais en développement exponentiel dans de nombreux autres pays. Elle interroge les usages publics et politiques de l’histoire et incite à une réflexion, d’une part, sur la communication de l’histoire au public par la médiation culturelle des savoirs historiens, d’autre part sur la production de la mémoire historique par le public lui-même, qui dans de nombreux endroits exprime la volonté de prendre part à la définition des mémoires collectives qui marquent les vies et les espaces qu’ils partagent. Elle questionne également le rôle des historien.nes dans les espaces, de plus en plus nombreux, où l’histoire est vécue, façonnée, renouvelée. Ils ont là, dans cette histoire publique, un rôle de passeurs : ils ne sont plus les seuls producteurs et garants de l’histoire mais peuvent accompagner des groupes de citoyens cherchant à saisir, produire et valoriser des pans de leur histoire, aux échelles de leur quartier, leur ville, leur pays.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Histoire publique et bande dessinée : actualité et potentialités des écritures et des usages de l’histoire en bande dessinée (Perpignan – Blois – Bruxelles – Tours)

Appel à contributions : The Founding Fault: Representation of Slavery in TV Miniseries

The Founding Fault: Representation of Slavery in TV Miniseries

Deadline : April 15, 2023

After the groundbreaking TV miniseries Roots (1977), it took a relatively long time for another epic dealing with slavery and the American South to come to television. The first two installments of the successful, albeit quite melodramatic, ABC miniseries North and South are set before and during the Civil War (1985 and 1986), but did not have the lasting impact of Roots. Fueled by the large budgets of competing streaming services looking for a prestige event, the last few years have brought a spate of TV miniseries dealing with slavery and racism. While some shows follow the established rules of historic realism (the 2015 Canadian production The Book of Negroes and the 2016-17 Underground, for example), others feature a heightened realism (the 2020 The Good Lord Bird) or even magic realism, such as the new Amazon production The Underground Railroad (2021). Some miniseries present slavery as a horror that is still haunting the United States, e.g., Lovecraft Country (2020) and Them (2021). Similarly the docuseries, Exterminate All the Brutes (2021)–a synergy of archival material, animation, and interpretive (sometimes counter-factual) scenes–links American Slavery, the genocide of Indigenous Peoples, and the Holocaust to a colonial culture that persists in American life. While different in genre and style, all of these recent TV miniseries appear to present slavery as a founding fault line that is the root cause for fractures in present-day American society. There is also a common pedagogical impetus aiming at educating the viewers about the brutal reality of slavery. Arguably, this intention has resulted in an increasing realism, leading to excruciating scenes of rape, torture and mutilation.

Moreover, a landmark TV miniseries about another mass atrocity, Holocaust, aired one year after Roots in the US in 1978, but the legacy of the former miniseries has not seen an uptake of similar miniseries productions, as is the case with the latter. Given the relatively long planning and production timeline of contemporary miniseries about slavery, one is tempted to credit the Zeitgeist for this long overdue and unfinished reckoning with an atrocity on US soil, not unlike the overdue reckoning of Germans with the Holocaust. With the concomitant 1619 Project aiming at the way history is taught in schools, as well as the protests against public monuments dedicated to Confederate soldiers in 2019 and 2020, and, above all, the Black Lives Matter movement, there are certainly societal factors to consider. At the same time, several states have recently passed or have pending legislation aiming at banning exactly this type of critical teaching of history. Indeed, in an Op- Ed criticizing The 1619 Project, Newt Gingrich diagnoses “two generations of growing anti-American hostility in the education community and in Hollywood. From this perspective, any representation of slavery is therefore always already political and implicitly unpatriotic. 

This collection is looking for original contributions on TV Miniseries representing slavery and racism in the US. Suggested topics include, but are not limited to:

  • Genre (historical/period drama, horror, magic realism, alternative history);
  • history as intertext (i.e., the appearance of historical characters, such as Harriet Tubman);
  • Roots as the mother of this sub-genre;
  • the explicit or implici tcritique of racist Hollywood movies(such as Birth of a Nation, Gone with the Wind, and others);
  • a comparison to miniseries that treat other mass atrocities;
  • trauma studies;
  • #BLM, representations of religion, spirituality, and the spectral;
  • the influence of Jordan Peele’s movies Get Out and US, and the recent backlash against so-called “critical race theory.”

Please send a one-page abstract to ocspeck@vcu.edu and temoneyk@montclair.edu by April 15, 2023.

Continuer la lecture de Appel à contributions : The Founding Fault: Representation of Slavery in TV Miniseries

Colloque « La fabrique médiatique des récits de vie » (Lyon, 19 et 20 janvier 2023)

Colloque « La fabrique médiatique des récits de vie » (Lyon, 19 et 20 janvier 2023)

Jeudi 19 janvier : MSH- Lyon 7e, 14 avenue Berthelot, Espace Marc Bloch
Vendredi 20 janvier : ENS-Lyon 7e, 15, parvis René Descartes, salle D2, 117

Organisé par :  Olivier Bara, Marceau Levin, Nejma Omari, Marie-Ève Thérenty

Dans le cadre des études menées par Numapresse sur les phénomènes médiatiques de viralité, le colloque portera une attention particulière à la production des récits de vie et à leur circulation médiatique et transmédiatique, dans les journaux, dans les biographies de contemporains en vogue au XIXe siècle jusqu’aux pages biographiques rédigées aujourd’hui sur wikipédia. On observera de près la mise en place, l’imposition et la circulation des séries de « biographèmes », ces unités élémentaires biographiques définies par Roland Barthes, « dont la distinction et la mobilité pourraient voyager hors de tout destin et venir toucher à la façon des atomes épicuriens, quelque corps futur, promis à la même dispersion. » La « dispersion » et le « voyage » des « atomes » biographématiques semblent, sous la plume de Barthes, se produire dans un milieu indéfini, en une forme d’apesanteur, hors de tout support de transmission, par les seuls bons soins d’un « biographe amical et désinvolte ». Le biographe est-il seul responsable des biographèmes qu’il transmet à la postérité ? Les travaux récents conduits sur l’édition, la presse, les médias invitent à prendre en compte les supports et à analyser la manière dont ils contribuent à reconfigurer au fil du temps les biographèmes.

Vous trouverez ici les informations pertinentes de même que le programme : Colloque « La fabrique médiatique des récits de vie »

 

 

Appel à communications : La presse périodique suisse dans le contexte médiatique européen (Fribourg)

Colloque de la Société suisse pour l’étude du dix-huitième siècle (SSEDS) : La presse périodique suisse dans le contexte médiatique européen

Université de Fribourg, 18-19 avril 2024.

Échéance des propositions : 5 mars 2023

Lorsque le premier journal imprimé parait à Strasbourg en 1605, il ne dispose pas d’un programme de publication nouveau. Pour l’éditeur, l’imprimeur Johann Carolus, il s’agit simplement d’économiser les frais afférents à la diffusion d’un journal manuscrit et d’optimiser sa diffusion. Pourtant, malgré ce début peu spectaculaire et un contenu fait de la compilation de nouvelles sans commentaire éditorial, la presse imprimée a un succès décisif. Désormais, une information régulière sur ce qui se passe dans le monde est disponible. Un nouveau système de communication et d’information se met en place, qui a l’ambition d’être en prise sur l’actualité. Très tôt, ces publications sont collationnées par les organes de gouvernement des princes et des villes, mais se diversifient aussi rapidement selon le lectorat visé. Des journaux savants, des revues mondaines, des périodiques spécialisés ou généralistes sont ainsi diffusés.

La presse périodique a fait l’objet de nombreuses recherches depuis une quarantaine d’années, favorisées encore par la numérisation des supports – les conditions de conservation sont en effet très aléatoires – en particulier en Allemagne autour de Jürgen Wilke, Holger Böning et Daniel Bellingradt et en France avec Gilles Feyel, Jean-Pierre Vittu ou Pierre Rétat. Malgré les travaux de Jean-Daniel Candaux, de Séverine Huguenin et Timothée Léchot, de Fritz Blaser, Hanspeter Marti et Emil Erne ou Andreas Würgler, la presse suisse reste en revanche moins connue.

Continuer la lecture de Appel à communications : La presse périodique suisse dans le contexte médiatique européen (Fribourg)

Appel à contributions : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe)

Journée d’études : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique

Vendredi 7 avril 2023, Abbaye d’Ardenne, Institut Mémoires de l’édition contemporaine, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

Échéance des propositions : 8 janvier 2023

 Si de nombreux travaux se sont intéressés à la critique consacrée en France au « Septième art », celle-ci est loin d’épuiser la richesse des écrits parus dans la presse sur le cinéma. Quand Robert Florey nous introduit chez Ruth Roland, « la Reine des sérials »[1], ou quand Suzanne Chantal relate le tournage de L’Espoir de Malraux, auquel elle assiste durant la Guerre d’Espagne[2], ni l’un ni l’autre ne font œuvre de critique. Leur travail relève en revanche du journalisme de cinéma. On définira ce dernier ici comme l’ensemble des activités ayant pour objet la rédaction de contenus dédiés au cinéma et dont la presse constitue le lieu de diffusion, incluant de facto la critique sans s’y limiter. Ce sont ces activités et ces contenus, dans toute leur diversité, que propose d’aborder cette journée d’études, en se focalisant sur celles et ceux qui ne relèvent pas de la critique, sans se priver d’interroger pour autant les rapports qu’ils entretiennent avec elle. L’attention portée à cette dernière a conduit en effet à une sélection drastique des textes, privilégiant ceux qui traitent des films et des auteurs au détriment des nombreux autres aspects que recouvre le « phénomène “cinéma” » (Rick Altman) ; elle a orienté ainsi les recherches tantôt vers l’étude de la théorie et de la pensée du cinéma, tantôt vers celle de la réception. La presse a également été fréquemment mobilisée pour travailler sur des thématiques variées, au sujet desquelles elle apporte une mine d’informations. Cet appel à communications invite à s’intéresser au journalisme de cinéma comme objet d’étude à part entière. On cherchera de la sorte à comprendre ce que ce journalisme nous apprend sur la manière dont le cinéma a été perçu, vécu, transmis, sur les représentations qui y ont été associées et sur le rôle social et culturel qu’il a pu jouer, de ses débuts à la veille des bouleversements induits par le développement d’Internet à partir de la fin des années 1990. 

Il s’agira pour ce faire de se déprendre des catégories de « populaire » et de « savant », au travers desquelles sont généralement appréhendées les publications sur le cinéma, pour revenir sans a priori aux textes – et aux images – qui ont été les lieux d’élaboration et de transmission des cultures cinématographiques. Délaissant les critères d’approches inhérents aux processus de distinction, on travaillera ainsi sur des sources habituellement considérées comme illégitimes autant que légitimes. Les archives relatives à des titres de presse ou des individus particuliers, quand elles existent, gagneront à être explorées. Tous les types de presse pourront être envisagés : généraliste et spécialisée, quotidienne et à périodicité plus espacée, corporatiste et cinéphile, prenant la forme de journaux, de revues ou de magazines. La journée sera ouverte, en outre, à des propositions abordant d’autres médias – radio et télévision – sur lesquels le journalisme de cinéma a pu se déployer. Interdisciplinaire, elle a vocation à accueillir des travaux mobilisant, en les croisant ou non, des approches venues des études cinématographiques, de l’histoire ou encore des lettres. La période envisagée étant longue enfin, on veillera à interroger, dans le cadre des interventions individuelles ou bien collectivement, lors des échanges, les évolutions qu’a connues alors en France le journalisme de cinéma et les tournants qui en ont marqué l’histoire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe)