Archives par mot-clé : histoire culturelle et sociale du livre et de l’imprimé

Colloque : Professionnels et agents de l’information. Pour une histoire sociale de l’activité d’informer (XVIe-XVIIIe siècle) (Université Paris Nanterre)

Colloque international : Professionnels et agents de l’information. Pour une histoire sociale de l’activité d’informer (XVIe-XVIIIe siècle)

Jeudi 19 et vendredi 20 mai 2022, Université Paris Nanterre

Organisé par  Marion Brétéché (Université d’Orléans, POLEN) et Nicolas Schapira (Université Paris Nanterre, MéMo/Grihl)

Consacré aux agents de l’information aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, ce colloque souhaite analyser des pratiques, des postures et des statuts qui permettent de considérer nombre des activités liées à la circulation de l’information comme de véritables activités professionnelles. À la croisée de l’histoire du livre et de la communication, de l’histoire du travail et des professions, de l’histoire des médias et de l’histoire sociale de la littérature, cette rencontre vise à mettre en évidence les phénomènes et les facteurs qui, sur le long et le court terme, durant les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, concourent à l’apparition de professionnels de la production et de la circulation de l’information : régularité du travail et autonomisation du marché de l’information, innovations éditoriales et médiatiques, rémunérations, élargissement des catégories d’acteurs et des publics, diversification des médias et de leurs fonctions, reconnaissance nationale et internationale par les pairs et/ou les institutions des médias et de leurs producteurs, etc.

Information et programme

Colloque : Congrès Médias 19 – Numapresse

Congrès Médias 19 – Numapresse – Programme complet

30 mai – 3 juin 2022, Centre culturel canadien et Bibliothèque nationale de France, Paris

Le projet scientifique franco-québécois Médias 19, articulé autour de la plateforme numérique www.medias19.org et le projet scientifique international Numapresse organisent un congrès à Paris pour faire état de la recherche actuelle sur la presse, à l’heure de la numérisation des corpus. Ce congrès interrogera notamment la circulation internationale des textes, genres, formats de presse, la rééditorialisation des contenus du journal et proposera une histoire culturelle et littéraire de la presse du dix-neuvième au vingt-et-unième siècle, en mobilisant les grands corpus de presse numérisés et les nouveaux outils de lecture fournis par les humanités numériques.

Le congrès, piloté par Guillaume Pinson (Université Laval) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul Valéry Montpellier 3), se tiendra du 30 mai au 3 juin 2022. Les trois premières journées se dérouleront au Centre Culturel canadien, les deux suivantes à la BnF. Un hommage à Dominique Kalifa, historien du crime, de la presse et des imaginaires culturels, clôturera la manifestation.

Comité d’organisation : Nejma Omari, Claire-Marine Parodi, Guillaume Pinson, Marie-Ève Thérenty

Programme

Lundi 30 mai – Centre culturel canadien

9h00-10h00 Séance 1, Grand auditorium

Guillaume Pinson (Université Laval) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Introduction du congrès

Pierre-Carl Langlais (Numapresse), conférence d’ouverture

Modéliser le journal : nouvelles perspectives sur deux siècles de presse numérisée

Continuer la lecture de Colloque : Congrès Médias 19 – Numapresse

Appel à contributions : 3e colloque Médias 19 des doctorant.e.s en littérature et culture médiatique (Québec)

3e colloque Médias 19 des doctorant.e.s en littérature et culture médiatique

Vendredi 28 octobre 2022Université Laval (Québec, Canada)

Échéance des propositions : 1er juillet 2022

« Le journal participe d’une temporalité collective rassurante. »1

Marie-Ève Thérenty 

Suite à ces temps d’isolement contraints par la crise sanitaire, la troisième journée d’étude des jeunes chercheur.e.s en littérature et culture médiatique est l’occasion d’enfin se retrouver autour d’un support qui se veut lui-même « collectif » et « rassurant ». Ancré dans l’actualité, le journal permet en effet de créer une dynamique où se croisent des discours en tous genres.

À l’image de la riche polyphonie de la presse, cette journée souhaiterait rassembler les différentes voix des chercheur.e.s autour des cultures croisées de l’imprimé. Plus précisément, le colloque invite les étudiant.e.s de doctorat et les postdoctorant.e.s à présenter leurs travaux de recherche en cours, notamment les méthodes, thématiques, problématiques et difficultés rencontrées. Suite à ces échanges, la publication d’un article plus abouti sur un aspect de la présentation pourrait être envisagée sur le site Médias 19, selon les critères de sélection du comité de suivi.

Le colloque aura lieu le vendredi 28 octobre 2022 à l’Université Laval en modalité hybride. Les propositions de communication, attendues avant le 1er juillet, sont à envoyer à l’adresse cjcmedia19@gmail.com. Elles doivent comprendre : un titre, un résumé d’environ 250 mots au format Word, une courte biographie de l’étudiant.e (comprenant l’institution de rattachement).

Comité d’organisation

Fernanda Conciani, doctorante

Leïla De Vicente, doctorante

Johanna Hekkig, doctorante

Simon Pelletier, doctorant

Guillaume Pinson, professeur, codirecteur de Médias 19

Mahmoud Vahidpour, doctorant 

  1. Marie-Ève Thérenty, « Vivre au rythme du journal », in Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La Civilisation du journal, Histoire culturelle et littéraire de la presse, Paris, éd. Nouveau Monde, 2011, p. 1315. []

Parution : D’encre et de papier : une histoire du livre imprimé (O. Deloignon, J.-M. Chatelain, J.-Y. Mollier)

Olivier Deloignon, Jean-Marc Chatelain, Jean-Yves Mollier, D’encre et de papier : une histoire du livre imprimé, Actes Sud, 2021. 

1455. Gutenberg et Fust se consacrent activement à « l’œuvre des livres » (Werck der bucher). Sous la plume d’un tabellion mayençais, cette mention marque de façon moins anodine qu’il n’y paraît les prémices d’une révolution majeure. Attesté quelques décennies plus tôt en Corée, le procédé typographique vient en effet d’être éprouvé à Strasbourg et donne le jour à la prestigieuse Bible « à 42 lignes ». C’est l’acmé d’une période d’expérimentations qui a conduit des premières impressions xylographiques aux livres en lettres mobiles. Puis tout ne sera que perfectionnements mais aussi tentatives de contrôle de la diffusion des savoirs et des idées, et règlementations. Au fil de plus de cinq siècles, les tirages et les éditions auront été multipliés sans discontinuer, faisant et défaisant les fortunes intellectuelles ou littéraires, comme financières.
Mais que savons-nous de l’histoire de cet objet prodigieux, fruit de l’esprit et de la rencontre d’innombrables savoir-faire ? S’offrant pour la réflexion autant que pour la rêverie, il est jugé tantôt chef-d’œuvre tantôt bien quelconque, couvert d’éloges ou de critiques, il peut être contrôlé, censuré parfois ; s’acquérant à grands frais ou pour presque rien, il est quelquefois volé, souvent collectionné, classé… mais aussi pilonné.
C’est cette histoire longue et complexe que trois spécialistes nous relatent au prisme des connaissances les plus récentes, et d’une riche et inédite iconographie. Ils nous rappellent que, de l’aube de l’imprimerie jusqu’au XXIe siècle, le livre n’a cessé de révolutionner les pratiques d’écriture et de lecture, de bouleverser les langues et l’univers des images, qu’il marque matériellement et idéologiquement les sociétés, les imaginaires, les mémoires. Et ils restituent avec subtilité et vigueur le rôle majeur du livre imprimé en un temps où la publication numérique pourrait substituer sa culture propre au règne sans partage du livre imprimé sur l’accès et la diffusion de la pensée.

Ouvrage publié sous la direction d’Olivier Deloignon.

 

Colloque international : Pour une loi de la biblio-diversité (Université de São Paulo)

Pour une loi de la biblio-diversité

13, 14 et 15 octobre 2021

Organisatrices

 

Institutions

Colloque intégralement en ligne. Disponible sur les chaînes de l’IEA et de la CBL.

Les communications se font en français et en portugais (avec traduction simultanée en français).

Présentation

Il y a quarante ans, le 10 août 1981, la loi Lang était promulguée en France. Aboutissement d’un long combat mené par les professionnels du livre, la loi sur le prix unique du livre a été adoptée à la quasi-unanimité par les deux Chambres, l’Assemblée nationale et le Sénat. Le livre est désormais vendu au même prix partout en France, avec un rabais limité à 5%, afin de préserver le réseau des librairies indépendantes et, par là-même, la création éditoriale.

La loi Lang a suscité des débats sur le prix unique (fixe) du livre à travers le monde, plus particulièrement dans des pays où la fragilité des librairies allait de pair avec la rareté des lecteurs et les incertitudes du marché. Aujourd’hui, le débat touche pleinement les professionnels du livre et le lectorat au Brésil. Le projet de loi « Politique nationale du livre et régulation des prix » (PL 49/2015), en discussion au Sénat, alerte sur les conditions de production, de commerce et de distribution du livre dans un pays qui se caractérise par son importante superficie, mais aussi par de fortes inégalités sociales.

Loi du prix unique (fixe) ou loi du prix commun ? Nous retiendrons plutôt « loi de la bibliodiversité ». La question a été débattue du point de vue économique, alors qu’elle a en fait une portée beaucoup plus large, puisque c’est aussi et surtout de politique culturelle qu’il s’agit.

En célébrant le 40e anniversaire de la loi Lang, nous souhaitons offrir un espace de débat, tout en renforçant les liens entre la France et le Brésil, afin d’appréhender les chemins pour la construction des politiques publiques du livre, à commencer par la régulation du marché de l’édition.

Continuer la lecture de Colloque international : Pour une loi de la biblio-diversité (Université de São Paulo)

Colloque : “La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIe siècle” (3e Biennale de littérature de jeunesse, BnF)

La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIe siècle

Colloque international 16 et 17 juin 2021

BnF et site universitaire de Gennevilliers

Troisième Biennale de la littérature de jeunesse (Master de littérature de jeunesse de l’INSPE del’Académie deVersailles -laboratoire EMA / BnF / CNLJ)

En 2021, la Bibliothèque nationale de France/Centre national de la littérature pour la jeunesses’associe avec le Master Littérature de jeunesse de l’université CY Cergy Paris pour la Troisième Biennale de la littérature pour la jeunesse. Cette rencontre permettra aux chercheurs et aux acteurs professionnels (bibliothécaires, éditeurs, libraires, enseignants, associations…) d’articuler leur réflexion autour des pratiques de médiation qui rendent accessibles aux jeunes lecteurs les objets culturels, sous forme papier ou numérique.

Entrée gratuite sur inscription

Continuer la lecture de Colloque : “La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIe siècle” (3e Biennale de littérature de jeunesse, BnF)

Parution : Poétique du Chat Noir (Crépiat, Saint-Amand, Schuh, dir.)

Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand et Julien Schuh (dir.), Poétique du Chat Noir, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2021

Suivez les pas du « Chat Noir » (à la fois cabaret, collectif, revue) dans l’ambiance montmartroise de la fin du XIXe siècle et (re)découvrez-le dans une étude centrée sur sa production écrite.

*

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle, un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce livre se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.

Parution : Histoire des libraires et de la librairie de l’Antiquité jusqu’à nos jours (Jean-Yves Mollier)

Jean-Yves Mollier, Histoire des libraires et de la librairie de l’Antiquité jusqu’à nos jours, Actes Sud, 2021. 

Objet singulier et pourtant pluriel, se prêtant à la rêverie autant qu’à la réflexion, le livre est d’abord une marchandise : il se fabrique, passe des mains du vendeur à celles de l’acquéreur, il s’offre ou se troque, ou encore se vole…

Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, et sur tous les continents, des femmes et des hommes de passion ont permis aux auteurs de diffuser leurs idées, leurs savoirs, leurs œuvres, et aidé les lecteurs de tous âges, lettrés ou non, à faire provision de culture et de découverte. Au fil des siècles, ces transmetteurs ont inventé un métier, puis l’ont partagé, se sont unis en corporation, ont établi puis agrandi des librairies, sans jamais cesser de renouveler leurs pratiques.

C’est l’histoire de tous les libraires et de leurs commerces qui est ici retracée.

Nous guidant à travers les arcanes d’une industrie culturelle majeure placée de tout temps à la croisée entre le monde des idées et celui de l’économie, Jean-Yves Mollier retrace minutieusement les méandres des chemins menant le livre vers son lecteur. Ce faisant, il rend hommage aux libraires, ces indispensables « passeurs culturels », dont il rappelle avec sympathie et conviction l’importance du rôle social – un rôle d’autant mieux perçu aujourd’hui que celui-ci est concurrencé par des algorithmes.

Un livre dessiné par SP Millot.

Appel à contributions : Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe s. (Paris Sorbonne, en ligne)

Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe siècles

15 juin 2021

Institut d’Etudes Slaves, Paris Sorbonne (en ligne)

Échéance des propositions : 15 avril 2021

Récemment, de nombreuses initiatives de recherche dans le monde contribuent à faire évoluer la perspective de l’histoire de la littérature russe sur ce qui constitue le canon et ce qui est, ou a été, rejeté à la périphérie. Considérant cette interaction « centre – périphéries » comme une relation dynamique dont la teneur est variable selon les époques, une nouvelle histoire de la littérature russe devra poser la question de ce qui fait évoluer, plutôt que progresser, la littérature. 

L’un des plus vastes domaines rejetés aux marges de la « grande littérature » est constitué par la littérature de masse, domaine en général doublement dévalué en tant que mercantile et populaire. Mais la question de sa définition, celle de son statut au sein du champ littéraire, de sa place dans l’évolution littéraire témoignent, par leur actualité, de la pérennité de certaines représentations. La littérature de masse, pensée comme littérature pour les masses, est bien souvent rejetée hors du champ de l’esthétique, condamnée pour son orientation vers le divertissement d’un lecteur peu exigeant, mais aussi en vertu de sa nature sérielle qui la priverait de tout pouvoir de faire évoluer sa consœur, la « haute littérature ». Pourtant, les critères d’évaluation de la littérature de masse ne sont pas forcément évidents, et ont évolué au fil des siècles : si personne n’a aujourd’hui l’idée de vendre Crime et châtiment au rayon des polars, l’on pourrait se demander ce qui, entre la réputation – et popularité – de l’auteur et les pratiques de lecture liées à son œuvre, est déterminant dans la catégorisation de cette œuvre, au-delà de sa qualité « essentielle ». Car la littérature de masse, notamment par la variété et la multitude des acteurs qu’elle engage, invite à considérer une œuvre aussi bien du point de vue de ses qualités intrinsèques que dans la perspective des rapports qu’elle engendre entre son auteur et son lecteur, et de ce que le mode de diffusion du texte (écrit, oral ou par dérivation via d’autres formes d’art, comme le cinéma par exemple) peut entraîner comme transformations de forme et de genre. La réflexion sur l’histoire de la littérature de masse en terrain russe – forcément diachronique – sera donc aussi l’occasion de s’interroger sur l’évolution des pratiques d’édition et de lecture d’œuvres dont le « degré d’ouverture » ne sera bien évidemment pas le même selon l’espace de leur circulation.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe s. (Paris Sorbonne, en ligne)

Parution : “Réseaux” (Le magasin du XIXe siècle, n° 10)

Revue Réseaux, n° 10 : “Le magasin du XIXe siècle” Champ Vallon, décembre 2020, 305 p. 

SOMMAIRE

Introduction: une société en réseaux Julien Schuh

Espaces, urbanisme, modernité

  • L’émergence du concept moderne de réseau chez Saint-Simon et les saint-simoniens Pierre Musso
  • La notion de réseau chez Haussmann Pierre Pinon
  • Les réseaux d’espaces verts du Paris d’Adophe Alphand Chiara Santini
  • Image et imaginaire du réseau chez Hippolyte Taine Romain Enriquez
  • Réseaux occultes (sociétés secrètes, franc-maçonnerie…) Jean-Noël Tardy
  • Les réseaux informels dont profitent les prostituées de la middle et de la upper class sous le Second Empire et la Belle Époque Gabrielle Houbre
  • Réclame et réseaux de panneaux publicitaires Karen Carter

Poétiques des réseaux

  • Idylle en réseau dans Le Ventre de Paris d’Émile Zola Marie-Ange Fougère
  • La place des chemins de fer dans les récits de voyage de Matilda Betham-Edwards (1836-1919) Tom Williams
  • La complicité en réseau dans la presse frivole fin de siècle Helen Craske
  • La circulation d’une série gravée de Moritz Retzsch sur le Faust de Goethe : des images aux objets Evanghélia Stead

Les routes de l’économie et de l’information

  • Les réseaux ferroviaires, maritimes Niklas Bender
  • Le réseau télégraphique, le câble atlantique: Pierre-Carl Langlais
  • Des colporteurs aux réseaux de diffusion d’éditeurs (Hachette…) Jean-Yves Mollier
  • Le commis voyageur et la boutique. Les réseaux de commercialisation de la tapisserie d’Aubusson dans la première moitié du XIXe siècle. Jean-François Luneau

La création en réseau

  • Sociabilités réticulaires versus sociabilités cénaculaires Vincent Laisney
  • Revues en réseau et réseaux de revues (1860-1930) : réflexions historiques et théoriques Evanghélia Stead et Hélène Védrine
  • Le théâtre de société de l’Hôtel de Castellane, réseau de sociabilité Valentina Ponzetto
  • Les réseaux franco-allemands France Nerlich
  • Les réseaux épistolaires féminins autour de Sand, Brigitte Diaz