Archives par mot-clé : histoire culturelle

Marie Goupil-Lucas-Fontaine (Université Paris 1)

Doctorante contractuelle en histoire contemporaine

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED113) – Centre d’Histoire du XIXe siècle (EA3550)

Thèse en cours depuis 2016Chanteur « réaliste » : histoire sociale et imaginaire d’une profession (1880-1950) sous la direction de Dominique Kalifa

Thèmes de recherche

Histoire des imaginaires sociaux et culturels, France XIX-XXe siècles

Histoire de la chanson française et des musiques populaires, XIX-XXe siècles

Histoire sociale de la musique (acteurs et espaces de la chanson populaire), XIX-XXe siècles

Histoire du son, XIX-XXe siècles

Histoire des femmes et du genre, XIX-XXe siècles

 Publications

·       Actes de colloques ou journées d’études :

o   édités 

– « Chanteur de genre. Genre artistique et identités professionnelles des artistes lyriques au café-concert (1880-1914) », Page 19, 2018, p. 33-46, publication issue d’une communication donnée le 11 mai 2017  dans le cadre des Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, [en ligne : https://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/CRHXIX/4goupil.pdf

o   à paraître

– « L’espace de la chanson vécue. Cartographier le Paris “réaliste” », Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, le 26 mai 2018

– « Ringard, mélo et populaire : le goût “pervers” de la chanson réaliste (1950-2000) », Journée d’étude Le mauvais goût : marginalités, ambiguïtés, paradoxes Université de Versailles-Saint-Quentin, le 23 mai 2018

– « Gainsbourg “réaliste”. Influences et réappropriations du genre réaliste chez Gainsbourg », Colloque An international conference on Serge Gainsbourg, Université Sorbonne-Université/IREMUS, le 10 avril 2018

– « La voix : source et objet d’histoire. Introduction » et « Le micro est un maquereau. Le chanteur face au micro, un partenaire particulier (1930-1970) », Rencontres de l’Ecole doctorale d’Histoire, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 2 décembre 2017

Colloque « Frankensteins intermédiatiques »

Programme

Jeudi 18 octobre matin (9h00-12h30)

Salle Jean Borde, Maison des Sciences de l’Homme, Campus universitaire

9h00 Ouverture du colloque

Conférence inaugurale :Michel Porret (Professeur d’Histoire, Université de Genève) Chair, sang et sexe pour Frankenstein. Les imaginaires de la série B (circa 1950-1980)

Session 1 (10h30-12h30) Au fil de la plume : le mythe littéraire

10h45-11h05 : Natacha VAS DEYRES, Université Bordeaux-Montaigne, Les Frankenstein de Benoît Becker (Jean-Claude Carrière): une réécriture du mythe à la française ?

11h05-11h25 : Clément HUMMEL, Université de Caen Normandie, L’ombre du mythe : Frankenstein délivré (Brian Aldiss, 1973), une relecture du Prométhée moderne ?

Continuer la lecture de Colloque « Frankensteins intermédiatiques »

Parution : Prescription culturelle

Prescription culturelle : avatars et médiamorphoses

Sous la direction de Brigitte Chapelain et Sylvie Ducas, Presses de l’enssib, 2018.

La question de la prescription est au cœur des préoccupations des acteurs culturels ayant pour but de toucher des publics. Les bibliothécaires, sur ce point, ont été des précurseurs. Une équipe pluridisciplinaire de vingt-cinq chercheurs analyse l’évolution des processus de la prescription culturelle, de l’imprimé au numérique. Qu’ils soient économiques, créatifs, identitaires ou éthiques, les enjeux de la prescription interrogent ses effets sur la culture en matière de contenus, de pratiques et de valeurs.De manière inédite, se donne à voir ce grand méconnu de la culture dite de masse : le public.

Appel: La mythologie nordique dans la Fantasy (revue Fantasy Art and Studies)

Depuis la période romantique, la mythologie nordique s’est révélée une grande source d’inspiration pour les auteurs de fiction, en particulier en Fantasy. Sans conteste, nombreux sont les récits de Fantasy incluant des Vikings – ou des guerriers d’inspiration viking –, des elfes, des nains, des géants, des prophétesses. Si certains sont largement basés sur les mythes tels que nous les connaissons à travers les sources médiévales, d’autres réinterprètent et réarrangent le matériau original au point de créer des histoires complètement différentes qui ne conservent que les noms scandinaves.

Continuer la lecture de Appel: La mythologie nordique dans la Fantasy (revue Fantasy Art and Studies)

Parution: 4ème numéro de Fantasy Art and Studies consacré aux racines victoriennes

Le 4ème numéro de la revue Fantasy Art and Studies, consacré aux racines victoriennes de la fantasy, est désormais disponible en impression à la demande et au format ebook. Une occasion de découvrir ce que la fantasy doit au Gothique, ou encore pourquoi William Morris est l’un des fondateurs du genre et comment les Victoriens consignaient et réinterprétaient le folklore et la littérature médiévale, tout en plongeant dans des récits où la magie s’immisce dans l’Angleterre victorienne.

Continuer la lecture de Parution: 4ème numéro de Fantasy Art and Studies consacré aux racines victoriennes

Journée : le 68 des enfants

Journée : Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage ?

Jeudi 17 mai, Médiathèque Françoise Sagan, 75010 Paris

Voir le programme

Illustration de Nicole Claveloux pour Alala : les télémorphoses de Guy Monreal (1970)

A l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque « 68 and Boundaries of the Chilhood » (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution » à la médiathèque Françoise Sagan. Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde. Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui.

Journée d’étude organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse/ BnF, avec la collaboration de Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international ‘The children’s’68’.

Journée « (Dé)construire la légitimité »

Journée d’études « (Dé)construire la légitimité »

Vendredi 16 mars 2018, MESHS Lille-Nord de France, Salle  2

 


Projet structurant LégiPop : 
legipop.hypotheses.org

Organisation : Anne Besson, Matthieu Letourneux et Laura Muller-Thoma

***

PROGRAMME

Matin

9h : accueil

9h15 : Introduction de la journée par Matthieu Letourneux

9h30-10h30 : Séance 1, Légitimités en crise

Hervé Glévarec (CNRS/Dauphine) : « Légitimité, reconnaissance et désirabilité des biens artistiques : fondements contemporains des rapports à la culture artistique »

Eric Maigret (Paris III-Sorbonne nouvelle) : « Les enjeux de la postlégitimité culturelle : l’exemple de la culture BD »

11h-12h : Séance 2, Publics et marchés

Diana Holmes (Leeds) : « Une littérature illégitime : le “middlebrow” » Continuer la lecture de Journée « (Dé)construire la légitimité »

Julie Demange (doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonne)

Doctorante en histoire culturelle à Paris I Panthéon-Sorbonne, au Centre d’histoire sociale du XXe siècle, ma thèse, dirigée par Pascal Ory, porte sur l’émergence de la bédéphilie dans les années 1960-1970 en France.

Je suis parallèlement archiviste (IGE) à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC/Université Paris-Nanterre) où je m’occupe du traitement des archives natives numériques.

En 2017, j’ai eu l’occasion dans le cadre d’une recherche associée à l’Institut Mémoire de l’édition contemporaine (l’IMEC) de participer au classement d’une partie du fonds Francis Lacassin – la partie concernant la bande dessinée.

J’ai auparavant travaillé à la Maison des sciences de l’homme de Dijon sur les archives de la recherche des sciences humaines et sociales ou j’étais chargée de projet au sein du consortium Archives des Mondes Contemporains dans lequel j’ai animé le carnet entre 2014 et 2016 et où j’ai travaillé sur des fonds de chercheurs.

Ma première immersion dans le monde des archives rejoint mes centres d’intérêts, puisque je me suis occupée à La Cité Continuer la lecture de Julie Demange (doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonne)

Parution : Fabrique du genre

 LE ROSE ET LE BLEU, LA FABRIQUE DU FÉMININ ET DU MASCULIN, CINQ SIÈCLES D’HISTOIRE

Scarlett Beauvalet-boutouyrie et Emmanuelle Berthiaud

Belin, Collection Histoire, 2017

 

Rose pour les filles, bleu pour les garçons ? Il n’en a pas toujours été ainsi. Ce qui semble aujourd’hui une évidence est une habitude récente, comme bien d’autres signes associés au féminin et au masculin. La question du « genre », qui suscite des débats passionnés au sein de la société française, nous incite à regarder au plus près la construction des identités sexuées dans la longue durée. Cette interrogation est d’autant plus essentielle que les définitions de la masculinité et de la féminité ont longtemps servi à justifier la domination masculine.
L’histoire du corps et de ses représentations, des lois juridiques et sociales, de l’éducation, des règles de l’apparence et des enjeux de pouvoir entre sexes, laisse entrevoir, au fil du temps, les contours changeants, parfois surprenants, de ce qui fait de nous des hommes ou des femmes dans la société française.

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie est professeure d’histoire moderne à l’université de Picardie Jules-Verne et auteure de nombreux ouvrages dont une Histoire de la solitude féminine dans la France moderne et une Histoire de la sexualité à l’Époque moderne.
Emmanuelle Berthiaud, agrégée et docteure en histoire moderne et contemporaine, est l’auteure de Enceinte, une histoire de la grossesse entre art et société.

Parution : Poétique de la sérialité

Matthieu Letourneux, Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique, Paris, Seuil, « Poétique ».

http://www.seuil.com/ouvrage/fictions-a-la-chaine-matthieu-letourneux/9782021320886

De Fantômas à James Bond, du récit policier à la science-fiction, d’Harlequin à la Série noire, la culture populaire moderne obéit à une dynamique sérielle : la production et la réception de l’œuvre sont ressaisies dans un ensemble plus vaste de textes qui en détermine la signification. Profondément liées à la culture médiatique et aux logiques de consommation culturelle, ces formes et ces pratiques fictionnelles sont au cœur de notre modernité, dont elles constituent l’une des expressions principales.

C’est cette « poétique de la sérialité » que l’auteur étudie dans ce passionnant essai, suivant des axes théorique, historique, médiatique et culturel. Insistant sur les spécificités de la communication sérielle et leurs conséquences en termes de choix littéraires, de forme et de signification des œuvres, il montre aussi le rôle des pratiques éditoriales et médiatiques depuis le XIXe siècle dans la littérature de masse et leur retentissement sur l’imaginaire fictionnel contemporain. Continuer la lecture de Parution : Poétique de la sérialité