Archives par mot-clé : histoire culturelle

Olivier Stucky (Université de Lausanne)

Doctorant Fonds National Suisse

École de Français Langue Étrangère, Université de Lausanne

Projet FNS : Reconfigurer la bande dessinée à l’ère du numérique
(2019 – 2023)

Mots clés : 
Histoire de la bande dessinée
Narratologie
Théorie de la bande dessinée

Coordonnées

Recherches

Publications

Parution : H-France Salon, vol. 13, Issue 9, “Remembering Dominique Kalifa (1957-2020)”

H-France Salon, Volume 13, Issue 9, “Remembering Dominique Kalifa (1957-2020)”
Edited by:
Venita Datta, Wellesley College
Stéphane Gerson, New York University
Robin Walz, University of Alaska Southeast

This H-France Salon is the result of a friendship the three editors shared with Dominique Kalifa. It was born in the immediate aftermath of his untimely passing on September 12, 2020, in a flurry of emails, texts, and phone calls. As we mourned Dominique, we decided to honor his memory by asking colleagues, on both sides of the Atlantic, to share personal memories as well as reflections on his wide-ranging oeuvre and his central contribution to our academic world. The Salon includes eight essays by eleven contributors from France, the United States, and Canada as well as a recorded roundtable featuring three other scholars based in the U.S. and France. The international scope of Dominique’s work included exchanges with scholars in other parts of Europe, Latin America, and Asia as well; this Salon is by no means comprehensive.

Continuer la lecture de Parution : H-France Salon, vol. 13, Issue 9, “Remembering Dominique Kalifa (1957-2020)”

Parution : Paris en ses jardins (J. Synowiecki)

Jan Synowiecki, Paris en ses jardins. Nature et culture urbaine au XVIIIe siècle, Champ Vallon, coll. « L’environnement a une histoire », 2021

Royaux ou princiers, les jardins de Paris au XVIIIe siècle devaient offrir à la population urbaine des îlots salvateurs face aux exhalaisons et aux miasmes de la ville. Loin d’être figés dans un écrin de verdure et de représenter des enclaves champêtres au cœur de la ville, ces espaces étaient fermement insérés dans le tissu urbain. Ce livre propose ainsi une véritable microphysique de la nature parisienne, des dégâts causés par les taupes à l’élagage des arbres. L’histoire matérielle et vivante des jardins parisiens du XVIIIe siècle permet ainsi de restituer avec le plus de fidélité possible un monde composé de micropartages faisant la part belle aux conflits entre juridictions, aux régulations policières ainsi qu’aux tensions entre les différents usages sociaux de l’espace du jardin.

Lire la table des matières.

Ancien étudiant de l’ENS Ulm, agrégé et docteur en histoire de l’EHESS, Jan Synowiecki est Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Colloque Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée : nommer, dénoncer, représenter, mettre en image ou en musique

9-10 décembre 2021

Université de Versailles-Saint-Quentin

Échéance des propositions : 15 juin 2021

Dans le cadre du projet AVISA, colloque co-dirigé par Armel Dubois-Nayt de l’université de Versailles-Saint-Quentin (DYPAC) et Réjane Vallée de l’université d’Évry Val d’Essonne (Centre Pierre Naville en collaboration avec le SLAM) avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay et le parrainage de la SIEFAR et de la SAGEF. Ce projet entend ouvrir le chantier de l’historicisation sur la longue période du phénomène social qualifié aujourd’hui de harcèlement sexuel en mobilisant la littérature, l’histoire, le cinéma, les arts. Pour une présentation générale, voir le site : https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Appel :

Françoise Héritier s’interrogeait quelque temps avant sa mort sur le moment historique que l’Occident vit sous l’effet de l’affaire Harvey Weinstein, un moment qui semble marquer une rupture de sensibilité sur la question du harcèlement sexuel et qui correspondrait à une libération de la parole des femmes devant les violences qu’elles subissent.

Pour établir la singularité de l’ère post-Weinstein, il apparaît cependant nécessaire de considérer le harcèlement sexuel comme un phénomène historique ayant connu des occurrences antérieures à la post-modernité, une position déjà défendue en 1994 par Carol Bacchi et Jim Jose, qui mettaient en garde contre la tendance à représenter le harcèlement sexuel comme une « découverte » des mouvements féministes actuels (Bacchi & Jose 263). Telle est la dynamique générale du projet AVISA.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Séminaire Transatlantic Cultures: Américanisation par les arts

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures, organisée en commun avec le projet « Américanisation par les arts »,  aura lieu le vendredi 2 avril 2021  de 16h à 18h, en visioconférence.

Nous aurons le plaisir d’écouter:

Sylvain Lesage (Université de Lille – IRHiS) qui nous parlera de

L’oncle d’Amérique. Flash Gordon et la construction d’un patrimoine du «neuvième art »

Flash Gordon constitue un objet central dans l’élaboration conflictuelle d’une bédéphilie française dans les années 1960. Unanimement célébrée, la série d’Alex Raymond est l’objet de plusieurs projets de réédition, qui esquissent les contours des communautés d’amateurs.
Cette intervention explore la manière dont s’opère la reconnaissance de la bande dessinée en tant que neuvième art, à travers le geste de republication, et éclaire les ressorts de la fascination pour la bande dessinée américaine au sein de la bédéphilie naissante.

Sylvain Lesage est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, rattaché à l’IRHiS. Spécialiste d’histoire culturelle, ses recherches s’inscrivent à la croisée de l’histoire des médias et des cultures visuelles. Après sa thèse soutenue en 2014 sous la direction de Jean-Yves Mollier, il a notamment publié L’Effet livre : métamorphoses de la bande dessinée (Presses universitaires François Rabelais, 2019) et Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album (Presses de l’Enssib, 2018).

La séance sera coordonnée par: Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CHS)

En raison des contraintes sanitaires, pour assister au séminaire en ligne, merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse:

contact@transatlantic-cultures.org

Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.

Appel à communications : Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

9, 10 et 11 décembre 2021

Centre Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Les propositions de communication seront envoyées avant le 1er juin 2021 à Sophie.Lhermitte@univ-paris1.fr

Elles devront comporter un titre, un résumé de la proposition ainsi que les sources envisagées (une page maximum). Le comité scientifique donnera sa réponse avant la fin du mois de juin.

Argumentaire

Commencée à la fin des années 1980, l’œuvre scientifique de Dominique Kalifa se déploie sur trois décennies ; par son ambition comme par son originalité, elle ouvre et/ou accompagne nombre des transformations de l’historiographie du XIXe siècle (entendu dans le sens élargi que lui assignait Dominique Kalifa, qui n’hésitait pas à prolonger l’âge des révolutions, de l’urbanisation et de l’industrialisation jusqu’aux guerres mondiales et aux grandes ruptures du milieu du XXe siècle). S’il s’est d’abord fait reconnaître comme un pionnier de l’histoire du crime, des faits divers et des médias, auxquels il avait consacré sa thèse (L’Encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Fayard, 1995) et son habilitation (Naissance de la police privée, 2000 ; Crime et culture au XIXe siècle, 2002), s’il n’a jamais renoncé à explorer ce vaste et fécond champ d’enquête sous la forme d’écrits personnels, de travaux collectifs ou de directions de recherche, Dominique Kalifa ne s’est pas contenté d’une spécialité thématique, et il a su diversifier ses objets au gré de ses curiosités et des opportunités, accompagnant et suscitant des recherches doctorales particulièrement variées et novatrices, voyageant lui-même des « Bat d’Af’ » (Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Perrin, 2009) aux mauvais quartiers (Les Bas-Fonds. Histoire d’un imaginaire, Seuil, 2013), des amoureux qui « s’bécotent » sous les ponts de Paris (Paris, une histoire érotique, Payot, 2018) aux fastes réinventés des années 1900 (La véritable histoire de la Belle Époque, Fayard, 2017).

Faisant suite aux nombreux et émouvants hommages qui ont suivi la disparition brutale de Dominique Kalifa à la toute fin de l’été 2020, le colloque organisé par le Centre d’Histoire du XIXe siècle, dont il fut le co-directeur pendant près de vingt ans, a pour ambition de relire l’œuvre de l’historien, d’en distinguer les nuances et les inflexions, d’en éclaircir les héritages et les prolongements, d’en discuter les apports et les défis. En fidélité à son enseignement, il s’agit d’ouvrir un véritable débat historiographique sur la portée d’une œuvre qui s’est construite au tournant des XXe et XXIe siècles.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

Parution : Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu (Revue Hypermédia)

Affiche colloque Complaintes criminellesRevue Hypermédia – Histoire de la justice, des crimes et des peines, « Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu », sous la direction de Jean-François « Maxou » Heintzen et de Sophie Victorien, 2021

Informations sur cette image

Notes de la rédaction

Actes du colloque international organisé les 2 et 3 avril 2019 aux Archives nationales et à la Bibliothèque nationale de France sous la direction de Jean-François « Maxou » Heintzen et Sophie Victorien.

En cours de publication

Présentation des actes du colloque

Faits divers chantés

Parution : Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture (dir. Saint-Jacques & Suchère)

Camille Saint-Jacques, Éric Suchère (dir.), Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture, L’Atelier contemporain, coll. « Beautés », 2021.

Qu’en est-il aujourd’hui de la distinction entre arts majeurs et arts mineurs ? Une telle hiérarchisation des pratiques artistiques entre high and low a-t-elle encore un sens ou bien doit-on désormais considérer que le temps d’une création libre, sans bornes ni entraves est venu, que l’art est un tout au sein duquel chacun est libre d’aller et de venir comme bon lui semble ?

Derrière cette question qui agite l’art contemporain depuis quelques décades se cachent de nombreux enjeux économiques, sociaux et bien sûr esthétiques qui apparaissent à la fin du XIXe siècle et se développent tout au long du XXe. L’étude de ces enjeux montre que l’esprit libertaire qui prétend faire tomber les barrières est autant porteur d’émancipation que d’une idéologie libérale.

Un simple coup d’œil dans l’histoire de la culture semble suffire pour constater que son évolution découle d’échanges continus entre ce qu’on appelle le « majeur » et le « mineur », le « haut » et le « bas », l’« élevé » et le « vil », le « noble » et l’« ignoble ». Ces catégories – par conséquent poreuses – et les clivages – fluctuants – qu’elles entretiennent seraient donc, sinon superflus, du moins en partie étrangers aux phénomènes culturels ; ils témoigneraient de l’insertion de ces derniers dans des logiques qu’on préfèrerait imaginer sans rapport avec eux, et en particulier dans des logiques de profit marchand et de distinction sociale.

Continuer la lecture de Parution : Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture (dir. Saint-Jacques & Suchère)

Parution : L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles (Dir. Letourneux & Vaillant)

Matthieu Letourneux, Alain Vaillant (dir.), L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles, CNRS Édition, 2021

PRÉSENTATION

Avec l’avènement de la démocratie, le rire apparaît comme un bien commun, partagé par tous et irriguant la totalité de l’espace public. Ce rire démocratique prend aussi appui sur la puissance de propagation et d’innovation des nouvelles industries médiatiques, qui acquièrent un poids économique et une force de frappe incomparables : acteur majeur de notre culture moderne du loisir et du divertissement, le rire s’est imposé à tous et constitue aujourd’hui l’un des moteurs de la société marchande et du consumérisme. Mais le rire répond aussi à un besoin anthropologique plus large : il soulage face aux angoisses de l’existence, et permet d’expérimenter le plaisir de la connivence sociale et celui de la fantaisie imaginative.

Pour lui restituer toute sa richesse, cet ouvrage a choisi de multiplier les angles d’approche, en proposant à la fois une histoire culturelle du rire, une description de ses formes et des techniques utilisées, une réflexion théorique sur ses usages dans l’espace social.

Tous les aspects du rire y sont envisagés de façon transdisciplinaire : des catégories du risible aux cibles du rire, de l’esthétique du rire à son usage au service des idéologies – à travers les beaux-arts, la littérature, la caricature, les arts de la scène, la télévision et les médias, la publicité, internet. Dans cette encyclopédie stéréoscopique du rire, abondamment illustrée, on aura encore plaisir à retrouver, au fil des pages et des images, toutes les grandes figures de l’humour depuis près de deux siècles. Il s’agira donc de prendre au sérieux la culture du rire, et de mesurer le rôle capital qu’elle a pu jouer dans l’histoire de notre modernité.

Continuer la lecture de Parution : L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles (Dir. Letourneux & Vaillant)

Parution : L’idée de littérature

Alexandre Gefen, L’idée de littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention, Éditions Corti, coll. « Les Essais », 2021, 400 p.

Loin d’être une essence, la littérature est avant tout une idée. Cet essai entend en faire l’histoire, de l’apparition du mot et de la naissance du concept au tout début du XIXe siècle à ses étonnantes métamorphoses contemporaines.

Car le territoire de littérature connait aujourd’hui une formidable extension : de la littérature définie par son désintéressement, son autonomie, aux écritures contemporaines volontiers sociales et politiques, du sacre de l’auteur aux amateurs de fanfictions, du souci unique du style à la non-fiction, de l’apologie de l’originalité à l’exigence de l’enquête, de la solitude du créateur aux littératures de terrain, du roman romanesque aux écritures du monde non humain, du culte du texte aux écritures hors du livre, du tropisme occidental à la world literature, d’une conception linguistique à une approche informée par l’anthropologie culturelle et les sciences de la nature.

Que s’est-il passé ? Pourquoi avons-nous longtemps identifié la littérature à l’art pour l’art ? Quels chemins a emprunté ensuite notre idée de la littérature, après s’être définie par son inutilité et son intransitivité, pour nous apparaître désormais comme une pratique communicationnelle et relationnelle, à la fonction éthique et même démocratique ?

C’est en faisant la généalogie longue et complexe de l’idéologie esthétique qui a dominé la littérature moderne et ses institutions, en interrogeant ses valeurs supposées universelles, en questionnant sa religion du texte et ses manières de produire des distinctions, en mettant en perspective les études littéraires qui l’ont accompagnée, que l’on peut comprendre une conception de la littérature comme un concept ouvert, extensif et inclusif, comme un moyen et non comme une fin.

L’auteur
Directeur de recherche au CNRS, Alexandre Gefen travaille sur la théorie littéraire, les littératures contemporaines, les écritures et les humanités numériques. Il est par ailleurs critique littéraire. Dernières parutions : Vies imaginaires de la littérature française, Paris, Gallimard, 2014 ; Art et émotions, Armand Colin, 2015 ; Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, Les Impressions Nouvelles, 2015. Son précédent essai, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017, a connu un vaste succès en dehors même des études littéraires.

Consulter la table des matières.