Archives par mot-clé : histoire culturelle

Parution : Colonies, traite et esclavage des noirs dans la presse à la veille de la révolution (1788-1789) ( Carminella Biondi)

Carminella Biondi, Colonies, traite et esclavage des noirs dans la presse à la veille de la révolution (1788-1789), L’Harmattan, coll. “Autrement mêmes”, 2022.

Le dossier Des Antilles aux Indes orientales, la Révolution française et la question coloniale (Annales historiques de la Révolution française, janvier-mars 2019) montre l’intérêt, voire la nécessité, de porter un regard global sur la colonisation, les liens entre l’Europe, les Indes orientales et occidentales et l’Afrique étant très étroits. Raphaël Malangin s’y interroge sur les connexions entre le commerce oriental et la traite atlantique, lesquels se seraient épaulés. C’est ce regard global que nous offre le dépouillement de la presse de langue française en 1788-1789, avec au centre, l’Angleterre, d’où émane la plus grande partie des nouvelles concernant les colonies, et où le débat est très animé. L’Anthologie, accompagnée du Répertoire, est un instrument précieux pour suivre au jour le jour ce débat, dans les pays coloniaux, à la veille de la Révolution.

Carminella Biondi, professeur émérite à l’université de Bologne, a consacré de nombreux travaux à la littérature esclavagiste et abolitionniste en France au XVIIIe siècle.

Parution : La culture de la récompense. Compétitions, festivals et prix cinématographiques (Chloé Delaporte)

Chloé Delaporte, La culture de la récompense. Compétitions, festivals et prix cinématographiques, Presses Universitaires de Vincennes, 2022. 

Palme d’or, César, Lumière, Globe, Trophée, Prix Louis-Delluc, Jean-Vigo, Serge-Daney, Henri-Langlois, Jean-Renoir ou Alice-Guy : il n’a jamais existé autant de prix cinématographiques. Ce livre est le premier à leur être consacré. 

Des prix du cinéma, on ne connaît souvent que le nom des lauréats. Faisant l’hypothèse que les distinctions valorisent au moins autant les récompenseurs que les récompensés, Chloé Delaporte explore les coulisses des cérémonies de remise des prix cinématographiques français et étudie leur fonctionnement à partir d’entretiens avec leurs organisateurs. Au croisement de la sociologie et de l’économie du cinéma, des Film Festival Studies et des sciences de l’information et de la communication, l’ouvrage constitue une source de documentation inédite et offre à la fois une méthode d’analyse et un modèle théorique pour penser la tendance à la récompensiarisation des champs culturels.
Ce livre repose sur une enquête de terrain, réalisée en France entre 2018 et 2020 dans le cadre d’une recherche sur les enjeux socioéconomiques des prix du cinéma, de la télévision et de l’audiovisuel.

Ouvrage publié grâce au soutien de l’équipe RIRRA21 (EA 4209, Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Appel à contributions : Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien XVIIIe-XXe s. (MSH Paris-nord, Saint-Denis)

Journées d’études : « Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien (XVIIIe-XXe siècles) »

MSH-Paris Nord, 5 et 6 octobre 2022

Échéance des propositions : 30 juin 2022

Depuis le XVIIIe siècle et ensuite de manière croissante avec les débuts du romantisme, les œuvres littéraires ont souvent invité leurs lecteurs et lectrices à s’identifier aux personnages, aux scènes et aux situations fictives. Cela a donné lieu à un ensemble de pratiques culturelles et de produits dérivés qui ont permis aux publics d’expérimenter les univers de la fiction dans leur vie quotidienne, depuis la décoration, l’habillement et les accessoires de mode jusqu’aux jouets, aux éléments de mobilier et même aux comportements inspirés par des textes littéraires. 

Ces deux journées d’études seront consacrées aux appropriations marchandes et émotionnelles de la fiction littéraire. Qu’il s’agisse de prolonger la vie des personnages dans la réalité, de reproduire des scènes de roman sur des papiers peints ou des objets du quotidien, de créer des effigies aux noms des héros romanesques, de vendre des imprimés à collectionner faisant référence aux univers de fiction, les reprises et réinterprétations de la littérature sont souvent créatives et révélatrices des divers contextes historiques, matériels et idéologiques dans lesquelles elles sont menées.

Toiles de Jouy Paul et Virginie, pendule Atala, papier peint et gilet Esmeralda, assiettes des Mystères de Paris, cigares Montecristo, éventail Nana, poupées Claudine : nombreux sont les exemples connus ou encore à mettre en lumière qui permettent de raconter une autre histoire de la littérature moderne à travers la perspective de ces appropriations. Comment de telles appropriations se réalisent-elles à travers différents genres et contextes ? Quels types de textes inspirent ces réactions ? Et comment ces pratiques évoluent-elles à travers le temps, à mesure que se développent les médias, puis les industries culturelles ? Finalement, que peuvent-elles nous apprendre de la littérature elle-même ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien XVIIIe-XXe s. (MSH Paris-nord, Saint-Denis)

Séminaire LPCM, Séance 5 : la lanterne magique : un impact culturel insoupçonné – mercredi 18 mai, 17h-19h

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 5 – Mercredi 18 mai 2022, 17h-19h : La lanterne magique: un impact culturel insoupçonné. Retour sur un processus de recherche

Lieu : Pôle Métiers du Livre de l’université Paris Nanterre, 11 avenue Pozzo Di Borgo, 92210 Saint-Cloud – Salle de réunion (2e étage).

Continuer la lecture de Séminaire LPCM, Séance 5 : la lanterne magique : un impact culturel insoupçonné – mercredi 18 mai, 17h-19h

Appel à contributions : La presse dans l’Empire colonial français – XIXe-XXe s. (Le Mans Université)

Colloque international : La presse dans l’Empire colonial français – XIXe-XXe siècles

Le Mans Université, 21-22 juin 2023

Échéance des propositions : 1er août 2022

Les études de presse (presse périodique et revues) portant sur les espaces coloniaux sont encore relativement rares et commencent à peine à bénéficier des avancées conceptuelles et méthodologiques qui ont marqué le renouvellement en France depuis une quinzaine d’années de l’histoire et de la critique des périodiques en métropole (Blandin, Charle, Delporte, Kalifa, Mollier, Robinet, Thérenty, Vaillant…), elles-mêmes en partie tributaires du renouveau des études sur l’histoire du livre, de la lecture, et des pratiques culturelles liées à l’écrit (Chartier, Cavallo, Lyons, Lahire…). La presse des colonies (à distinguer de la presse « coloniale » publiée en métropole) n’est encore souvent convoquée que comme source documentaire, ou seulement évaluée en fonction du positionnement de tel ou tel titre dans l’échiquier politique local. La prise en compte des organes de presse animés par les autochtones est plus faible encore, à l’exception parfois de ceux qui ont hébergé un temps de grandes figures littéraires et politiques, et/ou qui ont joué un rôle explicite dans l’accession à l’indépendance. Or la presse périodique constitue un excellent point d’entrée pour étudier les transformations politiques, sociales et culturelles, et identifier au plus près le système complexe des interactions entre les différentes forces socio-ethniques en présence et au travail dans le cadre colonial – interactions qui ne peuvent être décrites seulement en termes d’imitation, de confrontation, d’aliénation, ou de simple transfert.

Centrées sur l’Empire colonial français (colonies, mandats, protectorats, concessions) et sur la période 1830-1960, les propositions peuvent porter (liste non limitative) sur les rapports entre la presse métropolitaine et la presse publiée dans les colonies, sur les liens entre les différents espaces coloniaux (emprunts, circulation des textes), sur les relations entre presse francophone et presse publiée dans les langues locales, sur le rôle de la presse dans l’émergence d’élites locales et dans les mutations culturelles et politiques des sociétés colonisées, sur l’articulation entre presse « autochtone » des espaces coloniaux et les modalités précoloniales locales de publication et d’information et enfin sur les problèmes d’accessibilité des collections, de localisation des fonds et l’usage des outils numériques en vue de leur exploitation.

Les propositions (300 mots environ) accompagnées d’une brève bio-bibliographie (150 mots environ) sont à adresser avant le 1er août 2022 à l’adresse suivante : colloquepressecolonies@gmail.com.

Les participants seront notifiés le 15 septembre 2022.

Colloque : Congrès Médias 19 – Numapresse

Congrès Médias 19 – Numapresse – Programme complet

30 mai – 3 juin 2022, Centre culturel canadien et Bibliothèque nationale de France, Paris

Le projet scientifique franco-québécois Médias 19, articulé autour de la plateforme numérique www.medias19.org et le projet scientifique international Numapresse organisent un congrès à Paris pour faire état de la recherche actuelle sur la presse, à l’heure de la numérisation des corpus. Ce congrès interrogera notamment la circulation internationale des textes, genres, formats de presse, la rééditorialisation des contenus du journal et proposera une histoire culturelle et littéraire de la presse du dix-neuvième au vingt-et-unième siècle, en mobilisant les grands corpus de presse numérisés et les nouveaux outils de lecture fournis par les humanités numériques.

Le congrès, piloté par Guillaume Pinson (Université Laval) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul Valéry Montpellier 3), se tiendra du 30 mai au 3 juin 2022. Les trois premières journées se dérouleront au Centre Culturel canadien, les deux suivantes à la BnF. Un hommage à Dominique Kalifa, historien du crime, de la presse et des imaginaires culturels, clôturera la manifestation.

Comité d’organisation : Nejma Omari, Claire-Marine Parodi, Guillaume Pinson, Marie-Ève Thérenty

Programme

Lundi 30 mai – Centre culturel canadien

9h00-10h00 Séance 1, Grand auditorium

Guillaume Pinson (Université Laval) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Introduction du congrès

Pierre-Carl Langlais (Numapresse), conférence d’ouverture

Modéliser le journal : nouvelles perspectives sur deux siècles de presse numérisée

Continuer la lecture de Colloque : Congrès Médias 19 – Numapresse

Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Échéance des propositions : 15 septembre 2022

Le présent projet d’ouvrage collectif s’inscrit à la suite du volume publié en 2020 aux Presses universitaires de Bordeaux, Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (coll. « Modernités », n° 45, série « Littérature, enseignement, recherche »).

Ce second volume a vocation à faire l’objet d’une publication dans la même collection, en 2024. Nous poursuivons ainsi notre dialogue entre littérature et histoire pour étudier les récits d’esclavage adressés à la jeunesse. Le point de départ de notre réflexion s’ancre dans un constat : l’impact manifeste sur l’édition pour la jeunesse de la promulgation de la Loi Taubira qui institue en 2001 l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes. En effet, les trois quarts du corpus réuni – plus d’une centaine d’ouvrages pour la jeunesse publiés en France depuis un demi-siècle, parfois en traduction – sont parus après cette date et le rythme des publications ne cesse d’augmenter.

Pour ne citer que quelques titres récents, des auteurs appartenant à la frange la mieux légitimée du domaine abordent désormais la question, tel Timothée de Fombelle qui lance en 2020 sa trilogie « d’aventure sur le combat de l’esclavage et de l’abolition » (Alma, ill. François Place, Gallimard jeunesse) ; de même, Jean-Luc Marcastel, écrivain reconnu de romans fantastiques et de fantasy, publie Libertalia, (ill. Cécile et Lionel Marty, Gulf Stream éditeur, 2020), un roman historique qui croise les destins de trois jeunes Nantais confrontés au commerce triangulaire » ; certains auteurs de littérature tout public prennent l’initiative de parler de l’esclavage aux enfants, comme Paula Jacques (Blue Pearl, Gallimard jeunesse, 2020) ; les traductions se multiplient, souvent en provenance des États-Unis, comme La longue route de Little Charlie, de Christopher Paul Curtis (trad. F. Pressmann, L’École des loisirs, 2021), mais aussi d’ailleurs comme Dandara et les esclaves libres de Jarid Arraes (trad. du brésilien P. Anacaona, Anacaona éditions, 2018) ; on ne compte plus les documentaires – narrativisés, habilement fictionnalisés et présentés sous le format de l’album – qui visent à informer les jeunes lecteurs sur cette page douloureuse de l’histoire, par exemple Harriet Tubman, une héroïne américaine, de Fleur Daugey (ill. Olivier Charpentier, Actes sud junior, 2020) et L’incroyable histoire de l’Underground Railroad de Jennifer Dalrymple (ill. Justine Brax, Albin Michel Jeunesse, 2021).

Cette sensibilisation accrue à la question de l’esclavage dans les livres pour la jeunesse reflète celle qui s’affiche dans le contexte de ce début de XXIe siècle qui prête une attention soutenue aux minorités, se penche sur les non-dits de l’histoire et multiplie les actions pour mieux faire connaître et comprendre les tragédies du passé. C’est bien en lien avec l’histoire de l’esclavage que Pap Ndiaye publie en 2008 La Condition noire, que les villes de la façade atlantique enrichies par les traites et l’esclavage, se dotent de musées dédiés et érigent des statues d’esclaves dans l’espace public ; la ville de Nantes crée la Fondation pour la mémoire de l’esclavage en 2019 et, la même année, le Musée d’Orsay met en valeur la présence des esclaves et de leurs descendants dans la peinture française depuis le XIXe siècle avec l’exposition consacrée au Modèle noir de Géricault à Matisse. Dans le même ordre d’idées, on signalera l’exposition « Slavernij » (« Esclavage ») qui s’est tenue au Rijksmuseum d’Amsterdam en 2021 : consacrée au passé colonial des Pays-Bas, elle dénonçait les exactions inhérentes à l’esclavage à travers l’histoire de dix personnages. Par ailleurs, sont parues deux sommes : Mémoire noire. Histoire de l’esclavage : Bordeaux, La Rochelle, Rochefort, Bayonne , sous la direction de Caroline Le Mao (Mollat, 2020) et Les Mondes de l’esclavage. Une histoire comparée qui propose, sous la direction de Paulin Ismard (Seuil, 2021) « une histoire inédite de l’esclavage depuis la Préhistoire jusqu’au présent ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Parution : Living Metal. Metal Scenes around the World (dir. B. Bardine, J. Stueart)

Bryan Bardine et Jerome Stueart (dir.), Living Metal. Metal Scenes around the World, Intellect Books, 2022. 

This is the first study of its kind, focusing exclusively on scenes throughout the world; it makes an important contribution to metal studies.

Metal Scenes around the World is a collection of thirteen chapters that examine metal scenes from smaller communities like Dayton, Ohio in the USA, to entire countries, such as Estonia. The goal of the book is to expand the research on metal scenes.

This is the only book produced on metal scenes to date, and it will lead the way to more research in this new area of metal studies. The strongest element of the book is its international focus, with chapters from such diverse settings as post-apartheid South Africa, Graz, Nantes, Brazil and Turkey. The chapters are detailed, richly embedded in local histories and contexts, and provide important analyses of their respective scenes.

Foreword from Henkka Seppälä, former bassist with the Finnish metal band Children Of Bodom.

Primary readership will be composed of fans and scholars of metal music, and those in the fields of anthropology, musicology and history. The diversity of the chapters connects metal to other disciplines in the music field and the book is likely to have appeal more widely to anyone who likes music.

Bryan Bardine is associate professor of English at the University of Dayton, where he teaches courses in metal studies, composition, pedagogy, and American and Gothic literature.

Jerome Stueart is assistant professor of English (Creative Writing) at Thomas More University, and is a freelance writer, editor, and artist living in Northern Kentucky. His writing has been nominated for a number of awards, including the World Fantasy Award.

Parution : Mémoires d’enfance (dir. SYLVIE MOUYSSET, DANIÈLE TOSATO-RIGO)

Sylvie Mouysset, Danièle Tosato-Rigo (dir.), 2021, Mémoires d’enfance, Portet-sur-Garonne, Éditions Midi-Pyrénéennes.

Entre réminiscences – joyeuses ou mélancoliques, douloureuses de temps à autre – et invention de soi, que nous reste-t-il de l’enfance ? À cette question apparemment simple, cet ouvrage apporte des réponses inédites, résolument interdisciplinaires, dans le sillage des recherches pionnières de Philippe Ariès. Aux regards d’historiennes et d’historiens font écho ceux du magistrat, du médecin, de la pédopsychiatre ou psychologue, de l’artiste ou de la commissaire d’exposition. Des autobiographies, journaux, correspondances et dossiers administratifs qui sont scrutés ici émerge une mémoire plurielle de l’enfance, construite par ses acteurs : enfants, petits et grands, mais aussi parents, éducateurs et autres professionnels des premières années de vie. Embrassant largement l’Europe et inscrits dans le temps long, du XVIIIe siècle à nos jours, ces regards croisés permettent d’observer et comparer des situations, des comportements, des tactiques et stratégies qui font fi des ruptures et continuités traditionnelles pour entrer en résonance avec notre monde contemporain.

Premières pages 

Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016) (BnF / Issy-Les-Moulineaux)

Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016)

9 h 30 – 18 h, BnF, François-Mitterrand, Petit auditorium
 
12 mars 2022, Réacteur, Issy-les-Moulineaux
 

À l’occasion de l’entrée des archives du groupe punk Bérurier noir à la BnF, un colloque revient sur un pan majeur de la contre-culture musicale incarnée par les Bérus à partir du début des années 1980.

Fanfan et Masto, deux membres du mythique groupe de rock alternatif Bérurier noir, ont fait récemment don de leurs archives à la BnF. Leurs manuscrits musicaux, affiches, brouillons, carnets de notes, correspondance, enregistrements sonore, agendas et articles de presse ont ainsi rejoint les collections du département de la Musique. Pour célébrer l’entrée de ce fonds, PIND et la BnF organisent un colloque, les 11 et 12 mars 2022, qui illustre tout un pan de l’histoire du rock alternatif en France.

Programme de la journée du 11 mars à la BnF

11 mars

10 h – 10 h 30 : Ouverture officielle du colloque

10 h 30 – 12 h 30 : Les Bérus, une question de génération ?
Les Bérus, comment ai-je pu passer à côté ? – Par Laurent Grün
Les Bérus en Normandie (1985-1987) : regards croisés – Par Christophe Pécout 
Ma rage n’est pas perdue : être lycéen au temps des Bérus – Par Sylvain Boulouque 
Itinéraires : écouter les Bérus, trouver sa « raïa » et devenir punk dans les années 2000 – Par Coralie Douat  

Continuer la lecture de Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016) (BnF / Issy-Les-Moulineaux)