Archives par mot-clé : histoire culturelle

Colloque « La fabrique médiatique des récits de vie » (Lyon, 19 et 20 janvier 2023)

Colloque « La fabrique médiatique des récits de vie » (Lyon, 19 et 20 janvier 2023)

Jeudi 19 janvier : MSH- Lyon 7e, 14 avenue Berthelot, Espace Marc Bloch
Vendredi 20 janvier : ENS-Lyon 7e, 15, parvis René Descartes, salle D2, 117

Organisé par :  Olivier Bara, Marceau Levin, Nejma Omari, Marie-Ève Thérenty

Dans le cadre des études menées par Numapresse sur les phénomènes médiatiques de viralité, le colloque portera une attention particulière à la production des récits de vie et à leur circulation médiatique et transmédiatique, dans les journaux, dans les biographies de contemporains en vogue au XIXe siècle jusqu’aux pages biographiques rédigées aujourd’hui sur wikipédia. On observera de près la mise en place, l’imposition et la circulation des séries de « biographèmes », ces unités élémentaires biographiques définies par Roland Barthes, « dont la distinction et la mobilité pourraient voyager hors de tout destin et venir toucher à la façon des atomes épicuriens, quelque corps futur, promis à la même dispersion. » La « dispersion » et le « voyage » des « atomes » biographématiques semblent, sous la plume de Barthes, se produire dans un milieu indéfini, en une forme d’apesanteur, hors de tout support de transmission, par les seuls bons soins d’un « biographe amical et désinvolte ». Le biographe est-il seul responsable des biographèmes qu’il transmet à la postérité ? Les travaux récents conduits sur l’édition, la presse, les médias invitent à prendre en compte les supports et à analyser la manière dont ils contribuent à reconfigurer au fil du temps les biographèmes.

Vous trouverez ici les informations pertinentes de même que le programme : Colloque « La fabrique médiatique des récits de vie »

 

 

Appel à communications : La presse périodique suisse dans le contexte médiatique européen (Fribourg)

Colloque de la Société suisse pour l’étude du dix-huitième siècle (SSEDS) : La presse périodique suisse dans le contexte médiatique européen

Université de Fribourg, 18-19 avril 2024.

Échéance des propositions : 5 mars 2023

Lorsque le premier journal imprimé parait à Strasbourg en 1605, il ne dispose pas d’un programme de publication nouveau. Pour l’éditeur, l’imprimeur Johann Carolus, il s’agit simplement d’économiser les frais afférents à la diffusion d’un journal manuscrit et d’optimiser sa diffusion. Pourtant, malgré ce début peu spectaculaire et un contenu fait de la compilation de nouvelles sans commentaire éditorial, la presse imprimée a un succès décisif. Désormais, une information régulière sur ce qui se passe dans le monde est disponible. Un nouveau système de communication et d’information se met en place, qui a l’ambition d’être en prise sur l’actualité. Très tôt, ces publications sont collationnées par les organes de gouvernement des princes et des villes, mais se diversifient aussi rapidement selon le lectorat visé. Des journaux savants, des revues mondaines, des périodiques spécialisés ou généralistes sont ainsi diffusés.

La presse périodique a fait l’objet de nombreuses recherches depuis une quarantaine d’années, favorisées encore par la numérisation des supports – les conditions de conservation sont en effet très aléatoires – en particulier en Allemagne autour de Jürgen Wilke, Holger Böning et Daniel Bellingradt et en France avec Gilles Feyel, Jean-Pierre Vittu ou Pierre Rétat. Malgré les travaux de Jean-Daniel Candaux, de Séverine Huguenin et Timothée Léchot, de Fritz Blaser, Hanspeter Marti et Emil Erne ou Andreas Würgler, la presse suisse reste en revanche moins connue.

Continuer la lecture de Appel à communications : La presse périodique suisse dans le contexte médiatique européen (Fribourg)

Appel à contributions : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe)

Journée d’études : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique

Vendredi 7 avril 2023, Abbaye d’Ardenne, Institut Mémoires de l’édition contemporaine, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

Échéance des propositions : 8 janvier 2023

 Si de nombreux travaux se sont intéressés à la critique consacrée en France au « Septième art », celle-ci est loin d’épuiser la richesse des écrits parus dans la presse sur le cinéma. Quand Robert Florey nous introduit chez Ruth Roland, « la Reine des sérials »[1], ou quand Suzanne Chantal relate le tournage de L’Espoir de Malraux, auquel elle assiste durant la Guerre d’Espagne[2], ni l’un ni l’autre ne font œuvre de critique. Leur travail relève en revanche du journalisme de cinéma. On définira ce dernier ici comme l’ensemble des activités ayant pour objet la rédaction de contenus dédiés au cinéma et dont la presse constitue le lieu de diffusion, incluant de facto la critique sans s’y limiter. Ce sont ces activités et ces contenus, dans toute leur diversité, que propose d’aborder cette journée d’études, en se focalisant sur celles et ceux qui ne relèvent pas de la critique, sans se priver d’interroger pour autant les rapports qu’ils entretiennent avec elle. L’attention portée à cette dernière a conduit en effet à une sélection drastique des textes, privilégiant ceux qui traitent des films et des auteurs au détriment des nombreux autres aspects que recouvre le « phénomène “cinéma” » (Rick Altman) ; elle a orienté ainsi les recherches tantôt vers l’étude de la théorie et de la pensée du cinéma, tantôt vers celle de la réception. La presse a également été fréquemment mobilisée pour travailler sur des thématiques variées, au sujet desquelles elle apporte une mine d’informations. Cet appel à communications invite à s’intéresser au journalisme de cinéma comme objet d’étude à part entière. On cherchera de la sorte à comprendre ce que ce journalisme nous apprend sur la manière dont le cinéma a été perçu, vécu, transmis, sur les représentations qui y ont été associées et sur le rôle social et culturel qu’il a pu jouer, de ses débuts à la veille des bouleversements induits par le développement d’Internet à partir de la fin des années 1990. 

Il s’agira pour ce faire de se déprendre des catégories de « populaire » et de « savant », au travers desquelles sont généralement appréhendées les publications sur le cinéma, pour revenir sans a priori aux textes – et aux images – qui ont été les lieux d’élaboration et de transmission des cultures cinématographiques. Délaissant les critères d’approches inhérents aux processus de distinction, on travaillera ainsi sur des sources habituellement considérées comme illégitimes autant que légitimes. Les archives relatives à des titres de presse ou des individus particuliers, quand elles existent, gagneront à être explorées. Tous les types de presse pourront être envisagés : généraliste et spécialisée, quotidienne et à périodicité plus espacée, corporatiste et cinéphile, prenant la forme de journaux, de revues ou de magazines. La journée sera ouverte, en outre, à des propositions abordant d’autres médias – radio et télévision – sur lesquels le journalisme de cinéma a pu se déployer. Interdisciplinaire, elle a vocation à accueillir des travaux mobilisant, en les croisant ou non, des approches venues des études cinématographiques, de l’histoire ou encore des lettres. La période envisagée étant longue enfin, on veillera à interroger, dans le cadre des interventions individuelles ou bien collectivement, lors des échanges, les évolutions qu’a connues alors en France le journalisme de cinéma et les tournants qui en ont marqué l’histoire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe)

Parution : Génie de la bande dessinée (B. Peeters)

Benoît Peeters, Génie de la bande dessinée, Paris, Collège de France, coll. “Conférences”, 2022.

Une introduction à la bande dessinée à travers quelques moments clés et des focus sur des thèmes qui font la singularité de ce médium.

Oscillant entre la presse et le livre, l’enfance et l’âge adulte, la caricature et le réalisme, jouant des cases et des strips, du découpage et de la mise en page, des phylactères et des onomatopées, la bande dessinée est un langage à part entière que ni le cinéma, ni le jeu vidéo, ni Internet n’ont menacé jusqu’à présent. Si le neuvième art a déjà donné naissance à bien des chefs-d’œuvre, de Krazy Kat aux Aventures de Tintin, des Peanuts à Persepolis, des mangas au roman graphique, il est aujourd’hui plus divers et plus vivant que jamais. Dans cette conférence présentée le 7 octobre 2020 dans le cadre du cycle La bande dessinée au Collège de France, Benoît Peeters met en lumière les spécificités de ce médium parfois sous-estimé.

Conférence prononcée avec le soutien du Centre national du livre, dans le cadre de l’Année de la bande dessinée au Collège de France.

Théoricien et critique connu pour ses ouvrages sur Hergé, Benoît Peeters est l’auteur à la fois d’essais sur la bande dessinée et de biographies (Jacques Derrida, Paul Valéry, Sándor Ferenczi, Alain Robbe-Grillet). Avec le dessinateur François Schuiten, il a construit la série de bande dessinée Les Cités obscures. En 2022-2023, il est titulaire de la chaire annuelle Création artistique du Collège de France.

Thomas Luberriaga (Université de Limoges)

Doctorant contractuel, Université de Limoges – EHIC 1087 (Axe 3)

thomas.luberriaga@etu.unilim.fr/thomas.luberriaga@unilim.fr

Sujet de thèse :

Le jeu vidéo : un objet à la croisée des cultures médiatiques et artistiques, sous la direction de Loïc Artiaga

Axes / thématiques de recherche :

Game Studies – Play Studies – Histoire culturelle – Cultures populaires et médiatiques – Industries culturelles – Histoire de l’art – Game Design

Terrains de recherche :

France – Europe – Amérique du Nord – Japon

Production scientifique :

Mémoire de master 2 : L’œuvre d’art totale à l’ère du jeu vidéo : le concept de totalité dans les œuvres vidéoludiques, sous la direction de Alban Pichon (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Mémoire de master 2 : « Il était une fois… » le merveilleux : l’illustration des Contes de Perrault en France (1850-1914), sous la direction de Adriana Sotropa (Université Bordeaux Montaigne)

Formation :

2021-2022 :

Master Rhétorique des arts – Université de Pau et des Pays de l’Adour

2019-2021 :

Master Histoire de l’art moderne et contemporain – Université Bordeaux Montaigne

2016-2019 :

Licence Histoire de l’art – Université Bordeaux Montaigne

Journée d’études : Partoches (Université Panthéon-Sorbonne)

Journée d’études : Partoches

Organisée par Marie Goupil-Lucas-Fontaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, UR 3550, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Sorbonne Université

3 décembre 2022, Amphi Richelieu, 17, rue de la Sorbonne 75005 Paris

Inscription : sophie.lhermitte@univ-paris1.fr

Aussi évidente soit-elle pour le musicien d’hier et d’aujourd’hui, la partition musicale est un objet mal connu des historiens. Véritable archive ouverte, elle donne pourtant accès à une infinité d’usages et d’interprétations par sa multimodalité : images, texte, notation musicale s’entremêlent pour offrir un support unique qui fait appel, autant que la carte géographique, à l’imagination du lecteur.
Cette journée d’étude est une incitation à regarder la partition autrement que pour ses usages strictement musicaux, en s’interrogeant notamment sur la façon dont sont conçus ces supports en dehors de la ligne musicale. La partition, se situe précisément à la frontière des formes culturellement légitimes de l’imprimé en versant alternativement du côté de l’édition classique pour les formes musicales les plus complexes ou, à l’opposé, du côté de la culture médiatique, confondant presse, éphémères imprimés et airs du temps, aussi vite chantés qu’oubliés. Il existe ainsi une hiérarchie tacite au sein des imprimés musicaux, les plus complets, le « matériel » orchestral s’adressant aux bons lecteurs de musique, ceux qui pratiquent un instrument, tandis que les formes allégées visent un public de moins en moins familier de la notation musicale. Du grand format chant et piano pour artistes et amateurs éclairés au petit format pour chant seul à destination du « grand public », en passant par la presse et toutes les formes de recueils, poétiques, médiatiques, parfois sans notation musicale mais toujours destinés à faire de la musique ou du chant « sur l’air de » comme seule référence mélodique, tous les formats de l’édition musicale appellent à un traitement et à une réflexion spécifique.

Informations et programme

Appel à contributions : Comics, the Children and Childishness (Université de Gand)

Comics, the Children and Childishness

Ghent, Belgium, 20-22 September, 2023

Échéance des propositions : 30 décembre 2022

Comics have often been dismissed as child’s fare.  While comics scholars have long struggled with such dismissals, today they are more likely to run up against the stereotype that ‘comics are not just for children’ (Pizzino). The ‘for children’ snub has encouraged scholarship to focus on comics and graphic novels for adults.

Although we have seen several exciting studies on the children in comics (Abate; Apostolidès, Chaney; Gordon; Saguisag) and comics for children (Abate and Tarbox, Heimermann and Tullis), most of which have appeared over the past decade, the many complex connections between comics and children remain understudied. These include but are not limited to:

– child characters and comics childhoods
– caricature and its closeness to, and inspiration from, childlike drawing styles
– the historically unstable status of comics as the medium transitioned into the realm of children’s culture and then out of it; contents, – publication contexts and sociocultural factors contributing to changes in intended readerships
– the presumed childishness of the medium and the ways comics authors, readers and critics engage with it
 
Comics, the Children and Childishness seeks to disentangle these and other forms of interactions between comics and children. This follows the objectives of the COMICS project at Ghent University which focuses on children’s comics magazines, child characters in comics and graphic novels, young readers’ interactions (both programmed and unexpected) with their comics and children’s drawings.

The conference elaborates on two key strands: comics and children’s culture, especially print culture, and childishness and comics. Continuer la lecture de Appel à contributions : Comics, the Children and Childishness (Université de Gand)

Parution : L’aventure politique du livre de jeunesse (C. Bruel)

Christian Bruel, L’aventure politique du livre de jeunesse, La Fabrique, 2022. 

Si elle se donne souvent comme paisible et consensuelle, l’offre de lecture adressée aux enfants et aux jeunes est toujours politique, qu’elle conforte l’ordre des choses ou qu’elle lui résiste.

En partageant nombre de ses lectures jubilatoires, admiratives ou circonspectes, Christian Bruel souligne tant la fécondité luxuriante d’une production créative à la marge, que l’inlassable travail des idéologies s’agissant de la famille, de l’école, du genre, de la sexualité, de l’économie, des discriminations, de l’esthétique, de la compétition, de l’écologie et de l’avenir.

Entre le relevé commenté des frilosités sociales, des évitements manifestes et des conformismes rentables, se glissent des propositions pour une autre formation littéraire des destinataires… et aussi une mère célibataire épanouie, une mare collectivisée par ses canards, des enfants solidaires résistant à « ceux qui décident », un chien libertaire se disant conservateur, l’indispensable travail du texte et ses articulations nouvelles avec  les images, quelques masculinités moins hégémoniques, des filles rebelles plus nombreuses, et de possibles mondes entrevus !

« Pourquoi craindre la dimension politique du livre jeunesse ? Christian Bruel, auteur et éditeur, nous rappelle les enjeux culturels et sociaux de la littérature pour enfants. » France Culture, Affaires en cours, 11 octobre 2022.

Christian Bruel

Créateur et éditeur d’albums pendant près de quarante ans, Christian Bruel forme des adultes aux enjeux culturels et sociaux de l’offre de lecture jeunesse. On peut consulter sa bibliographie sur le site des éditions Être.

Parution : Casterman. De Tintin à Tardi (1919-1999) (F. Moine)

Florian Moine, Casterman. De Tintin à Tardi (1919-1999), Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2022.

L’image de Casterman est, aujourd’hui encore, étroitement associée aux Aventures de Tintin, dont le succès commercial et la postérité critique éclipsent parfois la riche histoire de la maison. L’exploration des vastes archives Casterman offre un nouveau regard sur cette entreprise bicéphale, à la fois maison d’édition et imprimerie, dirigée par la même dynastie familiale de sa fondation à Tournai en 1776 jusqu’en 1999. Le livre explore ainsi les mutations de l’entreprise et de sa production, depuis les lendemains de la Grande Guerre jusqu’aux processus de globalisation éditoriale à la fin du XXe siècle.

Représentants de la cinquième génération d’entrepreneurs, les frères Louis et Gérard Casterman impulsent un nouveau cycle de croissance lorsqu’ils prennent en 1919 la direction de l’entreprise. L’imprimerie se modernise dans l’entre-deux-guerres, tandis que la maison d’édition investit le marché de l’enfance, en publiant notamment les albums d’Hergé. Le succès colossal des Aventures de Tintin après la mise en couleurs des albums initiée par l’éditeur en 1942 change le centre de gravité du catalogue. Porté par les albums d’Hergé puis par la série Martine, Casterman s’affirme comme un acteur majeur de l’édition jeunesse et BD durant les Trente Glorieuses. En 1978, le lancement de la revue (À Suivre) et l’arrivée d’auteurs comme Hugo Pratt, Tardi, Comès et Geluck marque l’entrée dans la bande dessinée moderne. Les transformations de l’économie du livre, les mutations technologiques rapides de l’imprimerie et la dilution de l’actionnariat fragilisent dans le dernier tiers du XXe siècle le modèle entrepreneurial de Casterman, jusqu’à la vente de la maison d’édition au groupe Flammarion en 1999.

Parution : Magali Nachtergael, Anne Reverseau (dir.), Un monde en cartes postales. Cultures en circulation

Magali Nachtergael, Anne Reverseau (dir.), Un monde en cartes postales. Cultures en circulation, Marseille, Le Mot et le reste, 2022.

Avec 90 illustrations en couleurs

Démodée la carte postale ? Avec l’essor du numérique, on aurait pu le croire. Constamment réinventée, de manière souvent critique par les artistes et les écrivains, sa fabrique et son histoire restent plus que jamais d’actualité, autant que ses liens avec les représentations géographiques et culturelles. L’histoire de son économie et de sa diffusion à l’échelle globale est éclairée par des contributions d’artistes et de spécialistes en histoire de l’art, littérature et philosophie.

Un monde en cartes postales donne à voir les circulations d’un médium d’apparence banale dans la culture moderne. Richement illustré, cet ouvrage renouvelle notre regard sur un objet patrimonial toujours séduisant, et à portée de main.

Avec des contributions de Pauline Basso, Marie Boivent, Marie-Ève Bouillon, Elisa Bricco, documentation céline duval, Renaud Epstein, Julie Guiches, Aglaïa Konrad, Sofiane Laghouati, Cyrielle Levêque, Danièle Méaux, Sara Meurant, Magali Nachtergael, Wolfram Nitsch, Antoine Quilici, Marie-Clémence Régnier, Anne Reverseau, Mathilde Roussigné, Denis Saint-Amand, Géraldine Sfez, Gaëlle Théval, Kim Timby, Sarah Troche et Oriol Vilanova.