Archives par mot-clé : histoire

Parution : Trauma & Memory. The Holocaust in Contemporary Culture (dir. Christine Berberich)

Christine Berberich (ed.), Trauma & Memory. The Holocaust in Contemporary CultureRoutledge, 2021. 

Over the past decades, the memory of the Holocaust has not only become a common cultural consciousness but also a cultural property shared by people all over the world. This collection brings together academics, critics and creative practitioners from the fields of Holocaust Studies, Literature, History, Media Studies, Creative Writing and German Studies to discuss contemporary trends in Holocaust commemoration and representation in literature, film, TV, the entertainment industry and social media.

The essays in this trans-disciplinary collection debate how contemporary culture engages with the legacy of the Holocaust now that, 75 years on from the end of the Second World War, the number of actual survivors is dwindling. It engages with ongoing cultural debates in Holocaust Studies that have seen a development from, largely, testimonial presentations of the Holocaust to more fictional narratives both in literature and film. In addition to a number of chapters focusing in particular on literary trends in Holocaust representation, the collection also assesses other forms of cultural production surrounding the Holocaust, ranging from recent official memorialisation in Germany to Holocaust presentation in film, computer games and social media. The collection also highlights the contributions by creative practitioners such as writers and performers who use drama and the traditional art of storytelling in order to keep memories alive and pass them on to new generations.

The chapters in this book were originally published as a special issue of Holocaust Studies: A Journal of Culture and History.

Parution : Demain, la Commune ! Anticipations sur la Commune de Paris de 1871. Une anthologie (1872-1899)(dir. Philippe Ethuin)

Demain, la Commune !  Anticipations sur la Commune de Paris de 1871 – Une anthologie (1872-1899), Textes réunis par Philippe Ethuin, Préface de Jean-Guillaume Lanuque, publie.net, collection « Archéo SF », 2021.

Depuis son écrasement au terme de la Semaine sanglante, la Commune de Paris ne cesse de hanter notre imaginaire.

Dès 1871, anti-communards et pro-communards ont cauchemardé ou rêvé d’un triomphe à venir de la Commune, imaginant des anticipations, dystopies, uchronies et utopies. Chacun des textes rassemblés dans Demain, la Commune ! imagine, pour le pire ou pour le meilleur, la victoire de la Commune.

« La période que nous vivons n’est pas sans rappeler celle qui s’intercale entre la chute de la Commune en mai 1871 et la mobilisation générale d’août 1914, qui sonna en apparence le glas des possibilités révolutionnaires. Durant ce presque demi-siècle, les écrivains demeurèrent hantés par le spectre de la Commune, cet épisode révolutionnaire qui devint la nouvelle référence majeure, prenant le relais dans l’imaginaire collectif de la Grande Révolution de 1789, et précédant l’hégémonie dominante que la révolution russe imposa entre 1917 et 1991 aux anticipations révolutionnaires. »

Philippe Ethuin est membre de l’Association des Amis du Roman Populaire, enseignant à l’Université de Picardie Jules Verne.

Jean-Guillaume Lanuque est professeur d’histoire-géographie, membre du collectif interdisciplinaire Dissidences.

Parution : Discours et imaginaires de la Commune (Contextes n°30)

COnTEXTES n° 30, « Discours et imaginaires de la Commune », 2021

Sous la direction de Justine Huppe et Denis Saint-Amand

Présentation de l’éditeur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du 30e numéro de COnTEXTES, dédié aux « Discours et imaginaires de la Commune ». Il y a cent-cinquante ans, le 18 mars 1871, le peuple parisien empêchait l’armée française de récupérer les canons de la butte Montmartre, et se lançait dans une expérience d’auto-organisation visant à concrétiser le rêve d’une vie meilleure — plus juste, plus libre. Cette livraison, dirigée par Denis Saint-Amand et Justine Huppe, rassemble des contributions consacrées au Cri du peuple, aux recherches formelles menées par Vermersch, Lissagaray et Reclus pour dépasser l’écrasement de l’insurrection, au traitement de cette dernière chez Vallès et chez Zola, à l’édition des œuvres de Louise Michel et à la mémoire de l’événement chez Darien ou Descaves, mais aussi à la façon dont la Commune a infléchi les écrits du Comité invisible et le cinéma d’Eisenstein, à la manière dont elle est mise en scène par Watkins ou déplacée fictionnellement dans le Montréal du XXIe siècle par Simon Leduc — ce numéro interroge aussi la façon dont cet épisode historique charrie des représentations vives, parfois contradictoires sinon antagonistes, portées par des pratiques poétiques longtemps tenues à l’écart des études littéraires (celles du journal, de la chanson, du tag ou de l’affiche), alors qu’elles sont les premières à faire bouger les lignes de nos imaginaires. 

Le dossier est composé d’articles de David Charles, Sylvain David, Quentin Deluermoz, Jeremy Hamers, Céline Léger, Aurélien Lorig, Patrick Marcolini, Julie Moucheron, Cécile Robelin, Pascal Rousse, Frédéric Thomas, Sidonie Verhaeghe, et d’entretiens avec Michèle Audin et avec Michèle Riot-Sarcey. L’ensemble est disponible intégralement à l’adresse :  https://journals.openedition.org/contextes/9911.

Continuer la lecture de Parution : Discours et imaginaires de la Commune (Contextes n°30)

Parution : « La Commune n’est pas morte. » (Nineteenth-Century French Studies, 49-3/4)

Nineteenth-Century French Studies, 49-3/4, « La Commune n’est pas morte… », Robert St.Clair & Set Whidden (eds.), 2021.

Au glorieux 18 mars! On the 150th anniversary of the Paris Commune, this special issue brings together over thirty scholars working across a range of disciplines, whose contributions—in the form of articles and interviews—explore the breadth, reach, and ongoing relevance of the events which transpired in Paris in the spring of 1871. Commemorating an event seen by many of its contemporaneous actors as the culminating point of a decades-long collective struggle for freedom and democracy in nineteenth-century France—an event whose name, to this day, still conjures up ideals of freedom and direct democracy, as well as the conscience-shaking act of repression with which it was put down—this special issue seeks to take stock of the past and to bring some clarity to blind spots that may have heretofore remained obscured. Its guiding questions are as follows: what kind of ideas, horizons, or caveats does the Commune name for us today? Is it (still) a blank page in the book of history? The materiality of an idea or a desire—namely that of emancipatory projects, or an egalitarian, participatory politics whose experimental form, spirit, and legacy seems to stretch throughout the last century into ours? Is it, in sum, a shockwave rippling through history, or the end of the line?

A full table of contents is below and also online at www.ncfs-journal.org.

The web site offers complete archives of the journal’s publications since it began in 1972: table of contents from every issue, abstracts of all of the articles, and all of the book reviews published online. Finally, the web site also provides complete information about all aspects of the journal’s activities.

The University of Nebraska Press has created a link for purchasing individual print copies of this special issue, for those without a subscription to the journal:

https://nebraskapressjournals.unl.edu/issue/9000025781652/nineteenth-century-french-studies-493-4

in Project MUSE / click here to purchase a copy 
Continuer la lecture de Parution : « La Commune n’est pas morte. » (Nineteenth-Century French Studies, 49-3/4)

Parution : Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870) (CÉLINE LÉGER)

Céline Léger, Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870)Presses universitaires de Saint-Etienne, coll. « Le XIXe siècle en représentation(s) », 2021.

L’œuvre de Jules Vallès s’inscrit de manière exemplaire au confluent de l’histoire, de la presse et de la littérature. Elle entretient une proximité étroite avec les bouleversements de son siècle. Elle apparaît donc comme un point d’optique idéal pour analyser l’écriture de l’événement. Or, en dehors de la Commune, l’événement en tant que tel reste un impensé dans la critique vallésienne. Entre 1857 et 1870, sous le Second Empire, qu’est-ce qu’un événement au sens fort du terme pour Vallès ? Bien au-delà des grandes dates communément admises, en quoi sa vision de ce qui fait ou ne fait pas événement le conduit à reconfigurer l’histoire de son époque ? Dans des articles de presse percutants, Vallès interroge les artefacts culturels et les violences ambigües de son temps. Mais les événements s’avèrent plus encore un mode d’exploration efficace de l’histoire du XIXe siècle. Ils esquissent un autoportrait de l’écrivain en clair-obscur et permettent au reporter de témoigner sur le présent, plongeant le lecteur au cœur des expériences restituées. Ils deviennent enfin de puissants révélateurs des injustices et de l’âpreté de la société, au moment où la France s’industrialise. Sous la plume de cet extraordinaire journaliste, se construit une histoire militante, qui déplace et subvertit les hiérarchies courantes, explique et remet en question les structures conventionnelles.  

Céline Léger est agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française du XIXsiècle. Ses recherches portent sur le journalisme de Vallès et, au-delà, sur les écritures conjointes de l’histoire, de l’actualité et de l’intime au xixe siècle. Auteure d’une vingtaine de communications et de publications autour de ces questions, elle s’est ouverte plus récemment à l’écriture scénaristique et à la réalisation d’un court-métrage historique sur Vallès et Séverine.

Parution : Explosions populaires (Orages n°19)

Orages. Littérature et culture (1760-1830), n° 19, « Explosions populaires », sous la direction de  Sophie Marchand et Olivier Ritz, 2020. 

« Ce grand volcan aurait pu dormir encore longtemps, il s’est embrasé, il s’est éteint, il s’est rallumé. les écrivains ont voulu que les laves coulassent d’un côté plutôt que d’un autre ; ces laves ont emporté le journaliste et sa plume. »

Ces mots de Louis-Sébastien Mercier, tirés du chapitre du Nouveau Paris intitulé « Explosion », résument les questions qui nourrissent ce numéro d’Orages. les articles ici réunis se penchent sur les modalités choisies pour représenter les explosions populaires de la période 1760-1830 et sur l’émergence de formes propres à les incarner et à les porter. Ils s’intéressent aussi aux jugements et à l’axiologie qui accompagnent ces phénomènes. La littérature, les arts, la pensée se trouvent également modifés : l’explosion concerne des formes et des publics régénérés par les bouleversements historiques.

La spécifcité de ce numéro est de ne pas se cantonner au point de vue des contemporains des événements. Ces explosions populaires que les arts et les discours fixent sur le moment façonnent des grilles d’intelligibilité de l’histoire qui ont elles-mêmes une histoire. Ce sont aussi ces usages des figurations du peuple, de ses émotions, de son accès à la représentation que nous souhaitons interroger, depuis le théâtre du règne de louis XVI jusqu’aux représentations contemporaines de la Révolution.

Le dossier rassemble des contributions de Sophie Wahnich, Thibaut Julian, Jacob Lachat et Shelly Charles, ainsi que le compte rendu d’une table ronde avec Florent Grouazel et Younn Locard, auteurs de la bande dessinée Révolution, couronnée par le Fauve d’or au Festival d’angoulême 2020. la rubrique « Textes » présente un extrait de l’Apologie de la Révolution française de James Mackintosh (1792) présenté par Olivier Ritz, ainsi que les dénouements du Masaniello de Carafa (1827) et de La Muette de Portici d’auber (1828) introduits par Olivier Bara.

Un entretien exclusif avec Éric Vuillard, auteur de 14 Juillet (2016) et de La Guerre des pauvres (2019), publiés chez Actes Sud, complète ce dossier.

Continuer la lecture de Parution : Explosions populaires (Orages n°19)

Appel à communications : 8ème Rencontre Transfopress, « Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle) »

VIIIe Rencontre du réseau Transfopress : « Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle) »

Date : 9-11 mars 2022

Lieu : Paris (BNF, BULAC)

Organisateur : Réseau Transfopress

Coordinateur (au nom du réseau Transfopress) : Nicolas Pitsos

Institutions co-organisatrices : Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université Paris-Saclay), BNF, CREE (Inalco), ICT (Université de Paris), LARCA UMR 8225 (Université de Paris, CNRS)

Partenaires : BULAC, La contemporaine

Comité d’organisation : Diana Cooper-Richet, Bénédicte Deschamps, Stéphanie Prévost, Isabelle Richet

Paris, comme d’autres mégapoles-métropoles européennes et mondiales, s’est construite au fil du temps par une succession de migrations internes, auxquelles sont venues s’ajouter plusieurs vagues d’immigration. République des arts et des lettres, lieu de refuge, de création et de légitimation, surnommée la « Babel des temps modernes », la Ville-Lumière a été au cours de deux derniers siècles, une destination privilégiée de différents types de mouvement de population. Sous la Monarchie de Juillet, le Second Empire et jusqu’à la Troisième République, des étudiants et des artistes de toutes origines évoluent dans l’espace parisien à côté de réfugiés politiques et d’ouvriers de provenances multiples, mais également de visiteurs et de résidents fortunés. On s’installe à Paris pour fuir la répression ou la persécution politique, pour échapper à des scandales financiers ou sexuels (Oscar Wilde), pour profiter de l’offre culturelle et scientifique de la ville, ou encore en espérant y trouver un moyen de subsistance. Depuis la Deuxième Guerre mondiale, la Guerre Froide, la décolonisation, la multiplication de guerres civiles ou de confrontations régionales à partir des années 1990, des victimes de régimes autoritaires et totalitaires ou de conflits y ont côtoyé des artistes attirés par la créativité culturelle de la capitale française, des dissidents et exilés politiques y ont rejoint des migrants à la recherche d’un meilleur avenir. Des personnes d’horizons géographiques divers et variés, ont constitué la société parisienne et ont contribué à la fabrique d’une métropole cosmopolite et polyphonique.

Continuer la lecture de Appel à communications : 8ème Rencontre Transfopress, « Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle) »

Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

Double journée d’études

Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan 

Universités Toulouse-Jean Jaurès et Caen Normandie

19 novembre 2021 – Mars 2022 [date à préciser pour la seconde journée]

« C’est à Balzac que l’on demande une peinture de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet, pas à Dumas. À tort1 » ; ainsi Jean Tulard rend-il compte, dans une formule lapidaire, du traitement opposé qu’ont connu Balzac et Dumas dans l’histoire littéraire. Il faut dire que tout semble éloigner tant les deux hommes, qui n’avaient aucune sympathie l’un pour l’autre, que les deux écrivains : sur le plan idéologique, les convictions républicaines de Dumas contrastent avec le monarchisme de Balzac ; du point de vue de la conception de l’écriture, l’auteur de La Comédie humaine voit dans l’exercice de la  littérature un sacerdoce confinant au martyre, tandis que Dumas se distingue par la facilité décomplexée de son écriture, favorisée par la pratique de la collaboration. D’un côté la tentation de l’ascèse avec son cortège de privations, de l’autre le bon vivant notoire, auteur du Grand dictionnaire de cuisine ; d’un côté l’observateur minutieux et le physiologiste acéré de la vie contemporaine ; de l’autre l’auteur de cape et d’épée, le chroniqueur historique qui plonge ses lecteurs dans les grandes pages d’un passé national virevoltant ; d’un côté l’écrivain exigeant qui, élevant le roman au rang d’outil d’investigation du corps social, lui a conféré une légitimité épistémologique inédite, de l’autre le représentant d’une littérature avant tout de divertissement et d’évasion.

Les deux hommes, d’ailleurs, ne s’appréciaient guère et n’en faisaient pas mystère. Ils considéraient leurs œuvres respectives avec une admiration distante chez Dumas et une morgue venimeuse, si ce n’est insultante, chez Balzac. Dumas écrit ainsi dans ses Mémoires : « Comme homme je ne le connais pas, et ce que j’en connais ne m’est pas le moins du monde sympathique ; comme talent, sa façon de composer, de créer, de produire est si différente de la mienne que je suis mauvais juge à son endroit » (chap. CCXVII). Balzac n’est pas plus tendre dans sa correspondance avec MmeHanska, lui qui voit dans l’auteur des Trois Mousquetaires « un homme taré, un danseur de corde et pis que cela, un homme sans talent2 » bénéficiant d’un « nom immérité dans la littérature3 ». Continuer la lecture de Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

  1. Jean Tulard, Alexandre Dumas, Paris, Presses universitaires de France, « Figures et plumes», 2008, p. 12 []
  2. Lettre à Mme Hanska de 1836 []
  3. Lettre à Mme Hanska de 1840. []

Appel à communication : Contrôler le passé. Conception et critique des mécaniques de l’histoire dans les jeux vidéo

Date limite d’envoi des propositions : 21 février 2020

Puisque l’histoire est un discours sur le passé tel qu’il s’est déroulé, et que le jeu doit présenter des situations dans lesquelles « tout n’est pas joué », la possibilité d’un habillage historique des structures de jeu peut paraître contradictoire. Comment concilier la rigidité de la conception du passé avec l’espace d’appropriation nécessaire au plaisir de jouer ?

Nombreux sont les critiques qui relèvent les libertés qu’un jeu prend avec le passé, parfois en insistant sur la nécessité d’adaptation pour cadrer avec l’objet technique et la mission de divertissement du jeu vidéo. Ce colloque se préoccupera principalement des représentations du passé en jeu vidéo, incluant mais ne se limitant pas aux jeux vidéo à thématique historique. On questionnera en particulier la façon dont la création vidéoludique et son expérience peuvent être pensées par le prisme du « contrôle » de l’histoire. Nous nous intéresserons donc spécifiquement à l’acte de création, compris au travers de ses différents corps de métier (design de jeu et de niveaux, modélisation et animation, conception des personnages, des environnements, écriture scénaristique), mais aussi à l’objet créé, au travers des représentations, des récits, des règles et des mécaniques de jeux.

Continuer la lecture de Appel à communication : Contrôler le passé. Conception et critique des mécaniques de l’histoire dans les jeux vidéo

Call for papers. Literatures and other worlds: Genres, Politics, society (LILEC GRADUATE CONFERENCE)

7 May 2020
Conference languages: Italian and English
Keynote Speaker: Christine Berberich (University of Portsmouth)

This conference aims to reflect on the relation between literature and society, starting from a conception of narrative genres intended as a site of elaboration of the real in its complexity and as a site of political resistance, as fostering the circulation of ideas and participation in the public sphere. This does not necessarily imply an adherence to realism, as shown by the ideological import of fantasy, the fantastic and other ‘de-realising’ forms.

The evolution of genres throughout the centuries has been marked by a constant questioning of their own premises, also through unceasing negotiations with other expressive codes and with changes in media, society and politics. This process appears to have intensified and increased in our present, when we are witnessing a growing hybridisation and refunctionalisation of literary genres, including mass genres, the conventions and techniques of which are used to convey ever-new contents, opening to a prism of unprecedented relations between narrative and socio-political categories.

Continuer la lecture de Call for papers. Literatures and other worlds: Genres, Politics, society (LILEC GRADUATE CONFERENCE)