Archives par mot-clé : héros

Appel à contributions : Je/ux autobiographiques dans la littérature de jeunesse contemporaine en langue française (revue Relief)

Je/ux autobiographiques dans la littérature de jeunesse contemporaine en langue française

Revue Relief –  Revue électronique de littérature française 

Date d’échéance : 1er juillet 2024

Texte de l’appel :

Le comité de rédaction de Relief – Revue électronique de littérature française (revue-relief.org) vous invite à proposer des contributions pour un dossier thématique sur les rapports entre littérature de jeunesse et écriture de soi. Ce dossier sera dirigé par Régine Battiston et Arnaud Genon – Institut de recherche en langues et littératures européennes – ILLE UR 4363 – Université de Haute-Alsace.

Le vaste champ autobiographique a fait l’objet, depuis les années soixante-dix, de nombreuses études. Les travaux portant sur la question ont permis de cartographier différentes pratiques telles que le roman autobiographique dans lequel un auteur retrace la vie d’un personnage duquel il se distingue, mais avec qui il partage de nombreux biographèmes. À côté des journaux intimes et des Mémoires, genres clairement identifiables, se développe une nouvelle approche de l’autobiographie qui se caractérise, elle, par le pacte théorisé par Philippe Lejeune en 1975. Ce pacte repose sur l’identité onomastique de l’auteur, du narrateur et du personnage et sur l’engagement de l’auteur à ne raconter que la stricte vérité. Continuer la lecture de Appel à contributions : Je/ux autobiographiques dans la littérature de jeunesse contemporaine en langue française (revue Relief)

Appel à communications : Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons, 1960-1980 (Caen)

Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons (1960-1980)

20-21 novembre 2024

Université de Caen Normandie INSPE

Date d’échéance : 20 juin 2024

Colloque organisé par Christiane Connan-Pintado, Stéphanie Lemarchand et Anne Schneider.

Texte de l’appel : 

[I]l n’est pas possible d’écrire pour la jeunesse, si, en même temps, on ne s’efforce pas d’écrire sur la jeunesse. Georges G.-Toudouze

À mi-chemin de la guerre et du nouveau millénaire, dans le contexte politique, social et économique favorable des « Trente Glorieuses », l’édition pour la jeunesse connaît en France un essor remarquable (Piquard, 2004). Tel est l’empan temporel que nous proposons de cerner afin d’observer les romans publiés en France pour et sur l’adolescence au cours des années 1960-1980. L’expansion de cette littérature a été amorcée au cours de la décennie précédente : l’importation de séries américaines et britanniques à succès et le développement des différentes collections de G. P. (pour Général Publicité, maison d’édition pour la jeunesse essentielle des années 1940-1980) et de Hachette ont modifié sensiblement le paysage éditorial, les éditeurs invitant leurs auteurs à proposer des fictions de leur cru. Continuer la lecture de Appel à communications : Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons, 1960-1980 (Caen)

Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)

Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?”

21-24 mai 2024

Aix-Marseille Université

Date d’échéance : 20 février 2024

55e Congrès de l’Association Française d’Études Américaines “Power & Empowerement”, organisé par Savinien Capy (ELICO, Université Lyon 2) et Charles Joseph (3L.AM, Le Mans Université).

Texte de l’appel : 

Représentant la majorité des ventes de comic books aux États-Unis, les super-héros sont devenus des figures emblématiques de la culture populaire tant dans le pays qu’à l’international, succès relancé depuis le début des années 2000 avec la déferlante de leurs adaptations cinématographiques et sérielles. De par la place centrale qu’ils occupent dans l’imaginaire collectif, autant que par les arcs narratifs de leurs intrigues, les questions de pouvoir et d’empouvoirement surgissent. Parce qu’ils s’articulent autour de personnages dotés de capacités extra-ordinaires, le concept de « pouvoir » fait partie de l’ADN narratif des produits que sont les comic books. Ces derniers permettent également d’interroger comment les concepts de pouvoir, de prise de pouvoir, d’accès au(x) pouvoir(s), de rapport de pouvoir, etc. sont représentés dans un médium naturellement enclin à se plier aux goûts du public, et se voulant miroir des représentations mentales d’une majorité de la population. Continuer la lecture de Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)

Appel à communications : Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD (Angoulême)

Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD

Mercredi 20, jeudi 21, vendredi 22 novembre 2024

Angoulême – Musée de la Bande Dessinée

Date d’échéance : 15 avril 2024

Colloque organisé par la MSHS de Poitiers, avec la collaboration de la CIBDI et de Magelis.

Texte de l’appel :

Les Rencontres d’Angoulême. Penser et comprendre la bande dessinées- Corps et BD

 – Dixième édition –

La bande dessinée possèdent une histoire et noue avec le temps une relation privilégiée. C’est ainsi que l’album Les Murailles de Samaris, de Benoît Peeters et François Schuiten, relate les relations entre deux cités inscrites dans un temps qui n’est pas compté. Quant aux corps, que ce soient ceux marqués par l’évolution de chaque être humain, ou ceux tributaires, et parfois façonnés, par les rythmes de la vie, ils ne peuvent s’échapper d’une case ou d’une planche, à condition de les observer. Jacques Tardi avait confié qu’ « une bande dessiné, ça ne coûte rien de plus à produire que tu temps », sans s’attarder sur la posture des autrices et des auteurs, ni celle des lectrices et lecteurs.

Les âges de la vie. Dès l’Antiquité, les hommes et les femmes ont partagé des conceptions de l’existence divisant la vie en plusieurs périodes. À certaines époques trois âges étaient retenus, à d’autres quatre, voire dix, prenant la forme d’une pyramide à gradins que l’on montait puis descendait. Chacun était considéré comme un passage et pouvait donner lieu à un rite, une fête ou une autre manifestation. Aujourd’hui, démographes et observateurs ajoutent le très grand âge. La bande dessinée n’est pas restée indifférente et s’est intéressée à tous les âges de l‘existence. Continuer la lecture de Appel à communications : Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD (Angoulême)

Appel à communications : Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ? (Arras)

Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ?

Séminaire le 7 juin 2024

Arras, université d’Artois

Date d’échéance : 29 mars 2024

Texte de l’appel :

Dans la lignée des travaux de « Textes et Cultures » sur les transformations du patrimoine et du numéro 44 des Cahiers Robinson, Bible et littérature de jeunesse, ce séminaire, qui aura lieu le 7 juin, s’intéresse aux enjeux des réécritures de mythes dans la littérature de jeunesse contemporaine. Il vise à confronter, sous l’angle très circonscrit du destinataire enfantin, les trois sources majeures de la culture européenne, comme le rappelle Olivier Millet, que sont les mythes d’origine biblique, gréco-romaine et celtique. Cela permettra d’interroger la manière dont tout un pan du patrimoine immatériel est transmis, actualisé, détourné, voire instrumentalisé pour le jeune lectorat. Continuer la lecture de Appel à communications : Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ? (Arras)

Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)

Le roman d’espionnage

Date d’échéance : 1er juin 2024

 

Revue critique de fixxion française contemporaine, n°30 : « Le roman d’espionnage » 

Numéro coordonné par Chloé Chaudet et Alexandre Gefen

Texte de l’appel :

Scroll down for English version

« J’aimais Malko, le prince espion et pornographe de Gérard de Villiers, celui qui défendait l’Occident contre les Rouges » déclare Philippe Lançon dans Le Lambeau, lorsque sa blessure lui impose de se réfugier dans ses souvenirs. Mais rares sont les critiques de langue française osant, comme lui, faire une place à Gérard de Villiers (le créateur de SAS) ou à Jean et Josette Bruce (et leur héros OSS 117). Ne se réduisant pas à ces exemples bien connus, le roman d’espionnage constitue pourtant un genre à la fois extrêmement populaire, culturellement important et littérairement inventif. S’il s’avère moins canonisé que le roman policier ou le polar, les origines que l’on a pu lui attribuer ne sont pas moins nobles (L’Ancien Testament, L’Odyssée ou encore L’Art de la guerre). Et il n’est pas si difficile de montrer, à l’instar de Luc Boltanski dans Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes (Gallimard, 2012), qu’il engage une herméneutique du monde et du livre fondamentale pour la modernité occidentale, ou, tel Peter Szendy dans Sur écoute. Esthétique de l’espionnage (Minuit, 2007), qu’il expose des modes de perception originaux du devenir socio-historique. Continuer la lecture de Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)

Appel à contributions : Anuario de letras modernas : “Commemorating the twenty-fifth Anniversary of Harry Potter and the Philosopher’s Stone”

Anuario de Letras Modernas Vol. 26, No. 2, “Commemorating the twenty-fifth Anniversary of Harry Potter and the Philosopher’s Stone”

Date de tombée : 10 novembre 2023.

Organisé par Isabel del Toro Macías Valadez, à México.

Texte de l’appel

DOSSIER Anuario de Letras Modernas Vol. 26, No. 2

After all this time: Commemorating the twenty-fifth Anniversary of Harry Potter and the Philosopher’s Stone 

June 2022 marked the twenty-fifth anniversary of the publication of the first volume of the Harry Potter series, Harry Potter and the Philosopher’s Stone, released in the United States as Harry Potter and the Sorcerer’s Stone. We believe this occasion is a timely opportunity to examine the reception of J. K. Rowling’s works, their legacy in fantasy literature and film, and their politics of representation. The seven novels set in Hogwarts School of Magic and Wizardry were formative for a whole generation of readers, and their cultural relevance among a young audience has not yet been surpassed. Although Rowling has, in recent years, made remarks that lead to polarization and division, we contend that a critical approach to her novels foregrounds reading as a process of negotiation, where univocity and rigid categories are questioned. Therefore, it is possible to conduct insightful analyses that focus on the literary work as a phenomenon whose existence is relatively autonomous and contribute to a nuanced reflection on the stories that we resort to in order to understand and act upon reality.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Anuario de letras modernas : “Commemorating the twenty-fifth Anniversary of Harry Potter and the Philosopher’s Stone”

Parution : Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?

Frédérique Toudoire-Surlapierre, Sébastier Hubier (dir.), Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?, Le Murmure, 2021. 

Héritier syncrétique du vengeur masqué, du vigilante et du détective de hard boiled, un nouveau type de personnages a émergé avec la postmodernité avant d’étendre son influence dans notre hypermodernité : le super-héros. Dans le sillage des célèbres analyses d’Umberto Eco, de Claude Lalumière ou de Mark Shainblum, les auteurs de ce volume s’attachent à l’étude des nouveaux modes d’expression héroïques au cinéma, dans les romans, les comics, les roman-graphiques, les séries télévisées, la culture gaming et autres nouvelles médiatisations culturelles. Alors que le parcours initiatique des personnages d’antan correspondait surtout à une « consolation héroïque » (Ivanhoe de Walter Scott, Les Trois Mousquetaires, Le Comte de Monte-Christo d’Alexandre Dumas et même, d’une certaine façon, Ulysses de Joyce), nos héros contemporains sont avant tout des héros masqués, jouant et rejouant sans cesse leur existence pour prouver leur grandeur d’âme aussi bien que leur hyper-puissance technique et technologique. Leurs pouvoirs sont certes souvent surnaturels – ils sont, surtout, littéralement anormaux ; et ils ont disséminé dans les fictions d’aujourd’hui sous des formes si variées et si changeantes qu’ils n’est possible de les analyser que dans une perspective transdisciplinaire confrontant et articulant des disciplines académiques ET non-académiques – seule manière de cerner la complexité du monde actuel postpop, postcolonialiste, poststructuraliste, postféministe, postmarxiste, postapocalyptique, posthumaniste et, indéniablement, postlittéraire. Que sont donc nos héros devenus ? C’est cette question qu’abordent les auteurs de ce volume croisant, outre la littérature comparée, les sciences politiques et les champs de la théorie générique et fictionnelle, les fameuses studies : ethnic studies, women’s/ feminist studies, cultural studies, science & technology studies, gender & queer studies, media studies et, bien sûr, cartoon studies.

Continuer la lecture de Parution : Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?

Parution : Rocky. La revanche rêvée des blancs (Loïc Artiaga)

Loïc Artiaga, Rocky. La revanche rêvée des Blancs, Éditions Amsterdam, “Les Pairies ordinaires”, 2021.

Le 27 novembre 1976, le boxeur Robert « Rocky » Balboa devient champion du monde des poids lourds. Au terme de quinze rounds, il triomphe par KO de son adversaire, le redoutable Apollo Creed. Ainsi débute la carrière de l’un des plus grands pugilistes de l’histoire, avec 57 victoires et deux titres mondiaux.
Rocky n’a jamais existé ; mais, aussi célèbre que Mohammed Ali, il apparaît plus vrai qu’aucun boxeur réel. La culture médiatique a le pouvoir de conférer une réalité supérieure à ses héros, de créer « une autre vie présente » dans laquelle se déploie une histoire parallèle et nouée à la nôtre. Étudier la fiction en historien, comme le fait ici Loïc Artiaga, permet de cerner les fantasmes sociaux et leurs transformations. Pour ceux qui voulaient y croire, un Italo-Américain de Philadelphie, boxeur médiocre, trop lourd et trop lent pour être crédible sur un ring, a contré l’ascension des athlètes noirs et mis en échec l’Union soviétique. Rocky cristallise les frustrations sociales, hantises raciales et autres peurs viriles de son époque où s’invente aussi, dans le monde « réel », le sport spectacle.

 

Appel : Héros de série TV

Les métamorphoses du héros sériel” (Télévision, n° 9)

Proposition de contribution  (2000 signes maximum) à adresser avant le 30 juin 2017

 

Au début, au temps des origines, les choses étaient simples : le héros sériel était un solitaire, plutôt ombrageux et sourcilleux sur ses valeurs, un représentant de l’ordre, sans peur ni reproche, agissant sans barguigner au nom de la loi…  Le récit sériel inscrivait ses aventures dans une perspective narrative plutôt linéaire, une sorte de ligne claire, en quelque sorte. Mais, très vite, les choses ont évolué. Le héros a pris ses habitudes et, à force de s’inviter chaque semaine, voire chaque jour, insensiblement, de « saison » en « saison », il s’est imposé dans notre temporalité de téléspectateur et, dans le même temps, a changé de nature et de statut, nous révélant peu à peu sa « vraie nature » (Sabine Chalvon Demersay). En accentuant sa récurrence, il a perdu son rang, il est devenu « multiple », simple protagoniste de récits devenus parfois choraux, à l’orientation axiologique de plus en plus mal définie.

Télévision s’est demandé récemment (n° 7, 2016) ce que les séries télévisées ont fait au récit : il est temps de se demander ce que le récit sériel fait à son héros et de s’interroger sur les métamorphoses de celui-ci. Ce questionnement pourra se faire selon divers axes épistémologiques : sémantique, narratologique, générique, axiologique, … 

La construction au long cours du héros

Le héros sériel entretient avec la temporalité fictionnelle et spectatorielle un rapport inédit et acquiert de ce fait une épaisseur et une complexité qui ne peuvent être celles du héros cinématographique, fût-il récurrent, comme Fantomas ou James Bond. Le héros sériel est un héros qui se construit dans la durée et la répétition. Il est l’objet d’un « récit sans fin » (Jean-Pierre Esquenazi), d’où un approfondissement inédit dans la construction de ce vecteur audiovisuel de nos émotions et de nos investissements de téléspectateur. Un approfondissement d’autant plus conséquent que le personnage est lui-même de plus en plus souvent le produit d’un travail pluriel, au sein d’ateliers d’écriture qui multiplient les facettes de personnages, désormais dotés d’une capacité à se réinventer presqu’à l’infini – ce que le cinéma, récit fermé, clos sur lui-même, ne permet guère. Cette « consistance ontologique pratiquement inégalable » que leur permet d’acquérir la  « durée du spectacle » (Raphaël Baroni) et qui contraint l’art du récit à s’inventer de nouvelles voies narratives reste à approfondir.

Le rapport au corps de l’acteur

De cette permanence, de cette présence réitérée découle également une manière inédite d’investir nos vies qui fait que nous, téléspectateurs, vieillissons avec le personnage, en « observant le vieillissement non simulé des acteurs qui les incarnent » (François Jost, Raphaël Baroni), ce qui produit un effet de familiarité inédite. C’est qu’en effet le héros sériel procède « d’une fusion d’un type particulier entre le personnage et le comédien » (Sabine Chalvon-Demersay). Le comédien se glisse régulièrement dans la peau du personnage et celui-ci, beaucoup plus qu’au cinéma où les acteurs sont souvent interchangeables pour un même rôle, s’incarne dans le comédien. Il y a dans le récit sériel une accoutumance au visage, aux tics de langage, à la gestuelle du comédien, etc., qui rend le personnage consubstantiel à l’acteur au point de constituer une « être hybride qui a un pied dans le monde et un pied hors du monde, un être composite qui a un seul corps et deux âmes » (Sabine Chalvon-Demersay). En conséquence de quoi, la construction des héros de fiction ne peut pas faire l’économie du temps qui passe, pour le personnage comme pour le comédien qui l’incarne. Dans l’univers sériel, on note aujourd’hui le retour en force de « la mise en feuilleton » (Stéphane Bénassi), qui fait se multiplier les « séries feuilletonnantes » ou les « feuilletons sérialisants », ce qui est une manière de prendre en compte une temporalité qui n’était guère de mise dans les « séries canoniques » où le héros était figé dans une éternelle jeunesse. Par ailleurs, bien des auteurs confient que des personnages mineurs dans leur dessein initial ont pu prendre une ampleur imprévisible et accéder au statut de protagonistes par le truchement du corps et du jeu de l’acteur. Sans compter les « incidents de production » (Jean-Pierre Esquenazi), qui peuvent contraindre un show runner à « tuer » l’un de ses personnages majeurs…et à donner à l’intrigue une direction inattendue.

Du simple au « multiple »

Le temps du « pauvre cow-boy solitaire » est passé. Le héros sériel d’aujourd’hui trouve souvent sens et place dans une communauté de destin qui est celle d’un commissariat, d’une étude d’avocats, d’un service hospitalier, d’un « village », … au point d’en devenir « multiple ». Dans cette « configuration où plusieurs personnages remplissent l’actant sujet » (Sarah Sépulchre), le héros ne se disperse pas en une collection de personnages juxtaposant leurs solitudes mais devient une entité collective qui va faire l’objet d’un récit « choral ». Le héros devient alors le support mosaïque d’une caractérisation multiple dont la construction mobilise, au fil des épisodes et des saisons, toute l’attention des ateliers d’écriture. Comment le héros sériel « multiple » se construit-il dans la multiplicité des « rôles » qu’il doit assumer ? D’autant que, loin des seuls commissariats d’antan, les séries envahissent aujourd’hui les sociétés de pompes funèbres, les séminaires, les « bureaux des légendes » des agences de renseignement… L’expansion générique des séries semble infinie et, loin de la mythologie du demi-dieu redresseur de torts, voici venu le temps des héros ordinaires (ou presque).

L’art et la manière de devenir méchant

Autrefois, le héros était, sans contestation possible, un « gentil », un « incorruptible », qui, sans être un « super-héros », faisait toujours triompher le Bien. Il assumait en quelque sorte des missions régaliennes, et s’il n’était pas gendarme, du moins était-il justicier, bandit d’honneur ou voleur gentleman… Puis est venu le temps de héros plus problématiques, parfois qualifiés d’« anti-héros », qui, loin de réconcilier le téléspectateur avec lui–même et de le conforter dans ses valeurs, le laissent dans le trouble et l’incertitude (Umberto Eco) : Est-il bon ? Est-il méchant, comme eût dit Denis Diderot. Nous en sommes aujourd’hui à l’ère des « nouveaux méchants » (François Jost) qui font « bouger les lignes du Bien et du Mal ». Le temps du héros « monolithique » est révolu : voici venu celui des « breaking bad ».  Le positionnement éthique du téléspectateur s’en trouve chamboulé et des postures nouvelles – l’empathie plus que la sympathie, par exemple – sont à inventer  dans l’appréhension du héros par le téléspectateur.

Être devenu méchant, mais aussi définitivement hybride, le héros sériel, multiple et mosaïque,  continue, chaque nouvelle « saison », ses métamorphoses. Ce sont les métamorphoses décrites brièvement ici, et sans doute bien d’autres encore, qu’il conviendra de mettre en perspective et de questionner plus avant dans ce numéro de Télévision.

Proposition de contribution  (2000 signes maximum) à adresser avant le 30 juin 2017 à :

François Jost (francoisjost@orange.fr) et Bernard Papin (bernard.papin@u-psud.fr)

Les textes feront de 35 000 à 45 000 signes et devront être envoyés fin octobre. Après une lecture en double aveugle, le texte définitif, après correction si nécessaire, devra être remis le 22 décembre 2017.