Archives par mot-clé : géographie culturelle

Appel à contributions : Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse (Revue ILCEA)

 « Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse »

ILCEA n° 49

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Très présent en tant que thématique et motif dans la littérature de jeunesse, qui est, à de nombreux égards, une littérature d’exploration et de voyages réels ou imaginaires, souvent entendu comme ce lieu indéfini où se rejoignent ciel et terre, l’horizon contribue aussi à construire et à dessiner l’espace urbain. Il peut être ainsi considéré comme une limite apportée au regard, au champ visuel, déterminant une certaine perception du paysage, donnant à voir certains éléments, en suggérant les pièces, morceaux, composantes cachées et stimulant ainsi l’imagination. La ligne et la création visuelle de l’horizon variant selon le point de vue de l’observateur, ligne imaginaire qui crée la perspective, ouverture vers l’inconnu, la « hauteur d’enfant » souvent adoptée par le texte littéraire ne peut qu’apporter des observations intéressantes. Démarcation, frontière, l’horizon fait aussi figure « d’une limite ouvrante et mouvante, non d’une clôture fixe » (Collot, 2018). Il permet de changer progressivement et parfois imperceptiblement les repères en reposant la question de la position, spatiale mais aussi culturelle, de celui qui regarde. La perception de ce marqueur varie en fonction du temps, qu’il s’agisse d’heures ou de saisons, ces rêveries ouvrant souvent la voie aux escapades dans des mondes imaginaires (Bachelard, Poétique de l’espace, 1957 ; Poétique de la rêverie, 1960). 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse (Revue ILCEA)

Appel : Géographie et cultures populaires

Géographie des cultures populaires : publics, pratiques, objets

Réponses attendues pour le 29 avril 2019

Image : carte du Tour de France 2018 (détail)

La revue Géographie et Cultures lance un appel à textes sur le thème des cultures populaires, en tant qu’objet d’étude et phénomène de société, et sur les expressions et manifestations de ces cultures. Longtemps négligées, parfois méprisées, elles sont désormais au cœur d’un nombre croissant de travaux en géographie, notamment du fait du développement de la géographie culturelle, même si tous ces travaux n’assument pas explicitement la dimension populaire de leur objet d’étude. Les récentes assises de la recherche sur les cultures populaires et médiatiques témoignent d’ailleurs de l’intérêt porté par les chercheurs à cet objet, selon des approches plurielles (sociologie, littérature, esthétique etc.) qui tendent cependant à laisser de côté la dimension spatiale de ces pratiques. C’est pourquoi ce numéro propose d’aborder les cultures populaires à travers leurs publics, leurs pratiques et leurs objets.

On entend ici le terme de « cultures » au sens large, c’est-à-dire les biens culturels mais aussi les pratiques et les discours qui les sous-tendent. L’appel à textes invite également à considérer le terme de « populaire » dans son double sens, c’est-à-dire à la fois comme une culture très répandue et partagée, mais aussi comme marqueur d’appartenance à certains groupes sociaux. Ainsi posées, les cultures populaires n’ont pas été des plus… « populaires » auprès des géographes et même de la géographie culturelle et sociale, si l’on s’en tient par exemple aux mots-clés « géographie » et « culture(s) populaire(s) » dans les principales bases données et dans les revues nationales de géographie. Dans Géographie et Cultures, par exemple, le n° 16 (hiver 1995) est le premier de la revue à aborder la question des « traditions populaires » en liens avec les écomusées ; le numéro 30 (printemps 2000) est l’un des rares qui fait apparaître l’expression dans le titre d’un numéro spécial Témoignages géographiques et cultures populaires. Dans les articles qu’ils contiennent, comme c’est le cas pour d’autres espaces de publication, le positionnement théorique sur les cultures populaires dans les sociétés contemporaines est ambigu. Il n’est jamais discuté en soi comme phénomène social et les cultures populaires se confondent, sinon se confrontent, à la « culture de masse », à la « culture savante », à la « culture traditionnelle », à la « culture folklorique » ou même encore à la « culture ouvrière ». Et ce quand elles ne sont pas perçues comme le fait d’un envahissement d’une culture américaine hégémonique.

Continuer la lecture de Appel : Géographie et cultures populaires