Archives par mot-clé : genres populaires

Parution/ressources: Marginalia 80

marginalia

Parution du n° 80 de Marginalia

Marginalia

Bulletin bibliographique des études sur les littératures et le film populaires

Créé en 1993, Marginalia recense les études sur les genres suivants : la science-fiction, le fantastique, la fantasy, le roman policier et d’espionnage, le western, la bande dessinée, la littérature érotique, le roman de guerre et le récit historique et d’aventures.
First published in 1993, Marginalia is a bibliographic bulletin of secondary sources on the following literary and filmic genres : science-fiction & fantasy, the fantastic, gothic, horror, mysteries & detective fiction, comics & cartoons, westerns, erotica, war stories and historical novel.

 

Colloque: American Mysteries: Urban Crime Fiction

 quaker

American Mysteries: Urban Crime Fiction from Eugène Sue’s Mysteries of Paris to the American Noir & Steampunk

February 26-28 & March 1, 2014
Interdisciplinary Humanities Center
UC Santa Barbara
In collaboration with
Université Montpellier III-RIRRA 21 (France)

 

 

 

Wednesday, February 26, 4:00-5:15pm
Location: Old Little Theatre, College of Creative Studies
Caroline Allen (UC Santa Barbara) and writer & director Jean-Christophe Valtat (Université Montpellier 3-Rirra 21, France) will read from and speak on the two volumes of Valtat’s trilogy Mysteries of the New Venice: Aurorarama and Luminous Chaos in the College of Creative Studies Literature Symposium.

***

Location: McCune Conference Room, Interdisciplinary Humanities Center,
Humanities and Social Sciences Building 6th floor

 

Thursday, February 27, Opening of the Colloquium

5:00pm: Welcome by David Marshall, Dean of Humanities and Fine Arts
& Introduction by Dominique Jullien and Catherine Nesci, co-organizers (UC Santa Barbara)

 

5:30pm: Plenary Session #1
Moderator:  Patricia C. Cohen (UC Santa Barbara)

Paul J. Erickson (American Antiquarian Society)

“The Mysteries and Miseries of Small Cities: The Geographic Reach of City-Mysteries Fiction in Antebellum America”

 

 

Reception:  6:45-7:30pm

 

***

Friday, February 28

 

Session I, 9:00am-12:15pm: Urban Gothic? Poverty and Prostitution from Sue’s Mysteries of Paris to Lippard’s The Quaker City and Beyond
Moderator: Dominique Jullien (UC Santa Barbara)

 

–          Carolyn Betensky (University of Rhode Island): “The Spectral Working-Class Reader in Les  Mystères  de Paris

 

–          Elizabeth Erbeznik (Northern Illinois University): “Saving Working-Class Women from Eugène Sue’s Paris”

Coffee Break: 10:15-10:30am

 

Moderator: Erika Rappaport (UC Santa Barbara)

–          Sari Altschuler (John B. Hench Post-Dissertation Fellow, American Antiquarian Society & University of South Florida): “Race and Media: The New History of George Lippard’s The Quaker City

 

–          Laure Katsaros (Amherst College): “New York By Gas Light, Paris By Night: George Foster and Julie de Marguerittes”

 

–          Christopher Newfield (UCSB): “Fates of the Subversive Imagination: Blanchard Jerrold and Gustave Doré’s London: A Pilgrimage (1868)”

 

***

 

2:00pm-3:00pm, Plenary Session #2
Moderator: Catherine Nesci (UC Santa Barbara)

 

 

 

Marie-Eve Thérenty (Université Montpellier 3-Director, Rirra 21)

“The Mysteries of New York from Ned Buntline on: Intercultural Transfers and Adaptations in the Nineteenth Century (France-United States)”

***

Session II, 3:15-5:00pm: American Underworlds

Moderator: David L. Pike (American University)

 

–          Dominique Kalifa (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne): “The Informal History of Herbert Asbury’s Underworld”

 

–          Michael Grafals (UC Santa Barbara): “The Mysteries of New Orleans: Asbury’s New Orleans Vs. Reizenstein’s Secrets of New Orleans

 

–          Jean-Christophe Valtat (Université Montpellier 3-Rirra 21): “Tall Tale: The Mysteries of Ideology in Mark Helprin’s Winter Tale and Thomas Pynchon’s Against the Day

 

Coffee Break: 5:00-5:15pm

 

Session III, 5:15-7:00pm: The Detective Novel Vs. The Urban Mystery Novel

Moderator: Sari Altschuler (AAS & University of South Florida)

–          Devin Fromm (UC Santa Barbara):  “As Poet and Mathematician: Dupin’s Investigations of the Mysterious City”

 

–          Christian Reed (UC Los Angeles): “What It Means To Say the Gothic Scatters: On George Thompson’s City Crimes (1849)”

 

–         Daniel Couch (UC Los Angeles): “An Extravagant Economy: The Literary Prizes of Alcott’s and Buntline’s Sensational Fiction”

***

Saturday, March I

Session IV, 9:15am-11:00am: Translating French Mysteries in America  

Moderator: Carolyn Betensky (University of Rhode Island)

–          Eliza Smith (UC Santa Barbara): “Flash/Slang/Slumming: The Language of the Underworld”

–          Filippos Katsanos (Université Montpellier 3-Rirra 21; University of Patras, Greece):  “The American Editions of The Mysteries of Paris in 1843: Translation as a Battleground between Old-Timers and Newcomers of the American Publishing Industry”

–          Jonathan Loesberg (American University):  “(Re)Translating Sue’s Mysteries of Paris Now:  Sue’s Narrative Voice and Criminal Argot”

 

Coffee Break: 11:00-10:15pm

 

 

Session V, 10:15-noon: Americanizing Parisian Crime Fiction

Moderator: Laure Katsaros (Amherst College)

–          Amy Wigelsworth (University of Durham, UK): “The American in Paris: The Americanization of City and Text in French Urban Mystery Novels”

 

–          Matthieu Letourneux (Université Paris 10-Nanterre): “‘America Invades France’: The Arrival of the Dime Novels and the Transformations of the Criminal and Urban Imaginaries in Belle Époque Popular Literature”

 

Lunch and Film Screening

12:00-2:30pm
Charlie Chan in Paris (1935)

 

 

Session VI, 2:45-4:15pm: From American Noir to Steampunk

Moderator: Eric Prieto (UC Santa Barbara)

–          David L. Pike (American University):  “City Settings: American Urban Mysteries from Film Noir to Steampunk”

 

–          Yunte Huang (UC Santa Barbara): “Racing Noir: Charlie Chan’s Mysteries”

 

Coffee Break: 4:15-4:30pm

 

***

4:30-6:30pm [MCC or Pollock Theatre?]

 

Chan is Missing (1982, Director’s Cut), featuring

Film Director Wayne Wang

 

This conference is the fourth in a series of conferences on the innovative novel of urban mysteries, which has remained largely unexplored as a global cultural phenomenon.  Starting with one of the first literary mass-successes, Eugène Sue’s serialized novel Les Mystères de Paris (1842-43 [The Mysteries of Paris]), the launch and reception of the urban mystery marked not only the most important media phenomenon that France had ever seen; it was also one of the first occurrences of cultural globalization. In the months following the French publication, the novel was translated into several languages and gained international success from southern Europe to North America, from northern Europe to Latin America, Russia, throughout the Commonwealth, and, finally, at the turn of the century, in Japan and China. These translations were mostly adaptations.  Sue’s Mystères de Paris also initiated the production of hundreds of novels worldwide with considerable local variation. Examples are Reynolds’s Mysteries of London (1844-1848), Juan Martínez Villergas’s Los Misteríos de Madrid (1844), Ned Buntline’s The Mysteries and Miseries of New York (1847-48), Edouard Rivière’s Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico (1851), Camilo Castelo Branco’s Os Mistéros de Lisboa (1854), and B. Del Vecchio’s I Misteri di Roma contemporanea (1851-1853).  With interwoven stories and urban chronicles that feature deep conflicts of class and gender, Sue’s Mysteries of Paris was the first popular novel to confront head-on the modern megalopolis. Starting with Sue’s serialized best-seller, the urban mystery novel provided a matrix of hybridization with other literary or cultural forms: the gothic novel, the historical novel, the melodrama, the novel of social mores, the fiction of detection, the journalistic reportage, and travel narratives, to name a few. Our UCSB mystery conference focuses on the translations, adaptations and transformations of the Parisian mystery novels in the United States, from George Lippard’s The Quaker City (1844) and Edward Zane Carroll Judson [Ned Buntline]’s The Mysteries and Miseries of New York (1847-48), to the influence this neglected popular genre had on the modern detective novel and the making of the Hollywood film noir.

 

This colloquium is organized and sponsored by the Department of French and Italian, the Comparative Literature Program, and the Graduate Center for Literary Research, at the University of California, Santa Barbara, in collaboration with Université Montpellier III, France, and its Research Center RIRRA21.
The organizers would like to thank the following institutions for their co-sponsoring:  the College of Letters and Sciences and its Division of Humanities and Fine Arts, the Interdisciplinary Humanities Center, the College of Creative Studies, The Multicultural Center, and the Departments of English, Film and Media Studies, and History, and the Center for Modern Literature, Materialism and Aesthetics (COMMA) at the University of California, Santa Barbara.

We also thank Paul Goldberg and Janice Taylor of the Office of Development and the staff of the Interdisciplinary Humanities Center at UC Santa Barbara as well as the following colleagues for their support of this project:  Caroline Allen, Carolyn Betensky, Paul Erickson, Yunte Huang, Dominique Kalifa, Erika Rappaport, and Marie-Eve Thérenty.

Our gratitude also goes to the Albert and Elaine Borchard Foundation, Inc., for its generous financial support.

 

Catherine Nesci and Dominique Jullien, Department of French and Italian, and co-organizers

http://www.ihc.ucsb.edu

http://www.complit.ucsb.edu/gclr

http://www.complit.ucsb.edu

http://rirra21.upv.univ-montp3.fr

 

CFP: Mythcon 45, Where Fantasy Fits

mythcon-45-logo

Mythcon 45

Where Fantasy Fits

Wheaton College
Norton, MA
August 8-11, 2014

Call for Papers: Mythopoeic Society Conference 45
Wheaton College, Norton, MA

Friday, August 8 through Monday, August 11, 2014
http://www.mythsoc.org/mythcon/45/

WHERE FANTASY FITS

Scholar Guest of Honor: Richard C. West
Winner of the 1976 Mythopoeic Award for Inklings Scholarship for Tolkien Criticism.

Author Guest of Honor: Ursula Vernon
Winner of the 2013 Mythopoeic Fantasy Award for Adult Literature for Digger.

Fantasy literature does not fit comfortably into any scheme. Both old and new, traditional and innovative, popular and elite, mainstream and esoteric, escapist and engaged, high-tech and anti-technology, fantasy defies definitions and transcends categories, dramatizing the incompleteness of our understanding of our own imaginations. At Mythcon 45 we will discuss the place of fantasy in our culture, our institutions, and our hearts.

Central to this theme will be questions of genre: What is fantasy? What are fairy stories? What constitutes the fantastic? What is fantasy versus magical realism? What is speculative fiction? How does Tolkien’s legendarium fit in with the mythic texts such as Beowulf or the Norse Eddas or his scholarship? How do Lewis’s Narnia books or his science fiction fit into the classic literary tradition? How do fantasists question our fundamental assumptions about literature and the world? We can discuss authors who explore different genres or modes of writing that do not lend themselves to easy categorization such as Neil Gaiman, Ursula K. Le Guin, Guy Gavriel Kay, Tim Powers, Terry Pratchett, and others who make us ponder what it means to fit into a particular style or format. We invite papers that broadly consider the nature and boundaries of fantasy and the relationship between fantasy and different literary and artistic forms—how fantasy fits or resists our attempts to classify and define it.

Papers and panels dealing with the conference themes (or other themes sparked in your brain by this topic) are encouraged. As always, we especially welcome proposals for papers and panels focusing on the work and interests of the Inklings (especially J. R. R. Tolkien, C. S. Lewis, and Charles Williams), of our Guests of Honor, and of other fantasy authors and themes. Papers and panels from a variety of critical perspectives and disciplines are welcome.

Individual papers will be scheduled for one hour to allow time for questions, but should be timed for oral presentation in 40 minutes maximum. Two presenters who wish to present shorter, related papers may also share a one-hour slot. Panels will be scheduled for 1.5-hour time slots and will normally include 3-5 presenters who speak briefly on the subject (usually 10-15 minutes), leaving substantial time for discussion with the audience.

Participants are encouraged to submit papers chosen for presentation at the conference to Mythlore, the refereed journal of the Mythopoeic Society (http://www.mythsoc.org/mythlore). All papers should conform to the MLA Style Manual. Papers from graduate and undergraduate students are especially encouraged; we offer an award for “Best Student Paper.” See http://www.mythsoc.org/awards/student-paper.

Paper and panel proposals (250 word maximum), along with contact information, should be sent to the Papers Coordinator at the following email address by 15 April 2014. AV and technology requests must be included in your proposal.

 

Papers Coordinator:
David D. Oberhelman
Edmon Low Library
Oklahoma State University
d.oberhelman@okstate.edu

 

The Mythopoeic Society is an international literary and educational organization devoted to the study, discussion, and enjoyment of the works of J. R. R. Tolkien, C. S. Lewis, Charles Williams, and mythopoeic literature. We believe the study of these writers can lead to greater understanding and appreciation of the literary, philosophical, and spiritual traditions which underlie their works, and can engender an interest in the study of myth, legend, and the genre of fantasy. Find out about past conferences at (http://www.mythsoc.org/mythcon).

Séminaire: Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870)

charivari

Séminaire 2014

« Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

(Alain Vaillant, université Paris Ouest, et Jean-Didier Wagneur, Bibliothèque nationale de France).

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

 

Pour la troisième année, le PhisTeM (équipe « Poétique historique des textes modernes » du CSLF de l’université Paris-Ouest) consacre l’un de ses séminaires à l’étude de la « petite presse » du XIXe siècle.
Rappelons que, dans le cadre de l’ANR franco-québécoise « Médias 19. Pratiques et poétiques journalistiques du XIXe siècle » qui est pilotée par le RIRRA 21 de l’université Montpellier 3 (Marie-Ève Thérenty) et par la faculté des Lettres de l’université Laval de Québec (Guillaume Pinson), le PHisTeM, l’un des trois partenaires français de l’ANR,  s’est fixé pour objectif de mener un travail systématique de repérage, de description et d’interprétation de la « petite presse » de 1815 à 1881. Il est en effet admis que la « petite presse » – la presse littéraire et peu ou prou satirique, « petite » par différence avec la « grande » presse politique, plus contrôlée et moins libre – constitue au xixe siècle un lieu d’invention et d’innovation culturelles d’une importance historique capitale et qu’elle a même été, sans doute, le creuset de notre modernité.
Le séminaire du PHisTeM, ouvert à tous les chercheurs ou étudiants intéressés par la poétique de l’écriture journalistique, se veut un lieu de questionnement historique, de réflexion méthodologique et de débat théorique sur le lien « presse et littérature » au XIXe siècle.
Cette année, deux séances sont organisées, avant le colloque international qui, au terme du programme ANR, se tiendra à l’université Paris Ouest au printemps 2015.

14 février – le rire de la petite presse.
Valérie Stiénon (université Paris 13 Nord), « Former une communauté discursive de la blague. Les conditions médiatiques du rire charivarique ».
Alain Vaillant (université Paris Ouest), « Poétique de l’ironie médiatique et anthropologie du rire ».

9 mai – Sociabilités, petite presse et poétique textuelle.
Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA 21), « La Plume, petite revue, lieu de sociabilité et œuvre totale ».
Jean-Didier Wagneur (Bibliothèque nationale de France), « La conspiration comique de la petite presse ».

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

Parution: Barbara Pezzotti, Politics and Society in Italian Crime Fiction: An Historical Overview

Pezzotti

Barbara Pezzotti

Politics and Society in Italian Crime Fiction: An Historical Overview

Jefferson: McFarland & Company, 2014

This book comprehensively covers the history of Italian crime fiction from its origins to the present. Using the concept of “moral rebellion,” the author examines the ways in which Italian crime fiction has articulated the country’s social and political changes. The book concentrates on such writers as Augusto de Angelis (1888-1944), Giorgio Scerbanenco (1911-1969), Leonardo Sciascia (1921-1989), Andrea Camilleri (b. 1925), Loriano Macchiavelli (b. 1934), Massimo Carlotto (b. 1956), and Marcello Fois (b. 1960). Through the analysis of writers belonging to differing crucial periods of Italy’s history, this work reveals the many ways in which authors exploit the genre to reflect social transformation and dysfunction.

About the Author
Barbara Pezzotti is an honorary research associate of the Australasian Centre for Italian Studies. Author of a 2012 book and several journal articles on Italian crime fiction and co-editor of a volume on international crime writing, she lives in New Zealand.

For further information: http://www.mcfarlandpub.com/book-2.php?id=978-0-7864-7652-7

Parution: ResFuturae 3, 2013 La science-fiction française depuis 1970

resfuturae

ResFuturae 3 | 2013

La science-fiction française depuis 1970

Dossier thématique : « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Des figures majeures ont su imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. ReS Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente.

 

Parution: Le polar africain

polar africain

Le Polar africain

Textes édités par Bernard De Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari.
Metz : Centre de recherches « Ecritures », coll. Littératures des mondes contemporains, série Afriques, n°8, 2013, 260 p. – ISBN : 978-2-917403-23-5.

La distinction jadis entretenue entre la littérature et une « paralittérature » qui serait sans intérêt, – caractérisée par le fait divers et par un lectorat peu instruit ou pressé, – est aujourd’hui caduque. Sans doute la critique a-t-elle longtemps été abusée par l’origine populaire des premiers auteurs ou bien par les thèmes abordés, négligeant le travail de création et l’imaginaire mis en œuvre.
Les contributeurs du présent ouvrage, attentifs à l’évolution du genre policier et à ses développements, singulièrement dans le champ francophone, éclairent le corpus récent du roman policier africain à partir de plusieurs perspectives : histoire littéraire, poétique, réception, herméneutique, etc. Ils mettent en évidence la singulière créativité d’auteurs comme Bolya Baenga, Achille Ngoye, Modibo Sounkalo Keita, Mongo Beti ou Alain Mabanckou et prennent la mesure d’un genre en pleine évolution dans toutes ses dimensions littéraire, sociologique, anthropologique et politique.
Quels sont les enjeux profonds de la réappropriation, par les auteurs du continent africain ou de ses diasporas, du genre policier, associé par Jacques Dubois à l’idée de « modernité » ? Y a-t-il une spécificité africaine du genre, ou cette appropriation signifierait-elle que les littératures africaines rejoignent ainsi, simplement, les pratiques les plus répandues de la littérature contemporaine ? Quelles valeurs, de conformité à l’ordre social ou au contraire de protestation et de résistance, sont-elles ainsi mises en œuvre ?
Table des matières
Bernard De Meyer & Sylvère Mbondobari
Introduction…………………………………………………………………………………………………………………………………. 5
Daniel Delas
Le polar africain. Pour cartographier un continent……………………………………………………………………. 17
Sylvère Mbondobari & Bernard De Meyer
Polars d’Afrique noire francophone : influences et confluences………………………………………………. 43
Pierre Halen
Des énigmes criminelles dans le contexte de l’ère coloniale finissante :
une lecture policière de La Termitière de Daniel Gillès…………………………………………………………… 61
Florian Alix
Le polar satirique postcolonial : Driss Chraïbi et Mongo Beti…………………………………………………… 81
Susanne Gehrmann
L’enquête comme quête du savoir. Les usages du roman policier
chez Boubacar Boris Diop………………………………………………………………………………………………………. 105
J.-J. Rousseau Tandia Mouafou
Pour une sociopoétique des valeurs dans le polar d’Afrique francophone……………………………. 127
Bernard De Meyer & Guilioh Merlain Vokeng Ngnintedem
Le polar d’Afrique francophone comme (ré)écriture de l’histoire.
À propos des dernières œuvres de Mongo Beti…………………………………………………………………….. 145
Sylvère Mbondobari
Les lieux de l’immigration dans le roman policier africain postcolonial…………………………………. 157
Thorsten Schüller
L’« africanisation » des genres (para-)littéraires.
La déconstruction du roman policier chez Théo Ananissoh et Alain Mabanckou…………………. 179
Katia Meintel
Le sorcier enquêteur : le roman policier et la magie en Afrique francophone……………………….. 195
Karen Ferreira-Meyers
Le roman policier africain et les arts de l’oralité en Afrique :
deux mondes parallèles ?………………………………………………………………………………………………………. 217
Thérèse De Raedt
Entretien avec Abasse Ndione……………………………………………………………………………………………….. 235
Le roman policier d’Afrique noire francophone
(bibliographie succincte)………………………………………………………………………………………………………… 251

Parution: Les mystères urbains au prisme de l'identité nationale

Medias19

Les mystères urbains au prisme de l’identité nationale
Sous la direction de Marie-Ève Thérenty

Marie-Eve Thérenty Présentation. Les mystères urbains au prisme de l’identité nationale

Grande-Bretagne

Matthieu Letourneux Imaginaires sériels et circulation internationale. Le cas des mystères urbains (France, Grande-Bretagne)

Micheline Cambron Mystères et variance des textes populaires : la contingence des supports
Marie-Astrid Charlier Mystères de papier mâché. Montréal selon Hector Berthelot
Matthieu Letourneux Un genre médiatique international, des séries culturelles locales: Le mystère urbain québécois
Yoan Vérilhac Les mystères des Mystères de Montréal d’Henri-Émile Chevalier
Alex Gagnon Crimes littéraires et transactions discursives. Les Mystères de Montréal et le récit national

Nicolas Gauthier Le « cas » des Mystères du Palais-Royal de Louis-François Raban
Amélie Chabrier Les Mystères de New-York : stratégies d’adaptation d’un serial américain au pays de l’oncle Sue

Effie Amilitou Apocryphes urbains, ou la construction d’un mystérieux genre romanesque en Grèce

Anna Lushenkova Foscolo Entre l’« école naturelle » et les mystères de la capitale : La croisée des genres et des traditions littéraires dans Les Bas-fonds de Saint-Pétersbourg de Vsevolod Krestovski et sa traduction française

Helle Waahlberg « Ridicules imitations d’Eugène Sue ou de Paul Féval » : les mystères urbains scandinaves

Mexique

Laura Suárez de la Torre Lectures des Mystères de Paris à Mexico au  XIXe siècle
Maria Esther Pérez Salas Les illustrations mexicaines des Mystères de Paris

Les mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations

Littérature, Histoire, Médias

Congrès  international organisé par le RIRRA21 (université Montpellier III) et le centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1/Paris 4)

__________________________________________________________________________________

Entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843, la France vit avec la parution des Mystères de Paris d’Eugène Sue dans le Journal des débats une véritable déflagration médiatique. Le romancier saisi par l’abondant courrier des lecteurs qu’il reçoit, pris par le succès de son œuvre, fait considérablement évoluer son récit et enrichit le roman des bas-fonds urbains et de la pègre destiné à la bourgeoisie d’une véritable réflexion sociale et politique. Le roman est publié en de multiples éditions, adapté sur scène et décliné en produits dérivés. Mais ce premier succès de masse de la littérature n’est pas seulement le phénomène médiatique le plus important que la France ait jamais connu à cette époque, c’est aussi un premier phénomène de globalisation culturelle. Dans les mois qui suivent sa parution en France, le roman est traduit dans de multiples langues et connaît un succès international de l’Europe du Sud à l’Amérique du Nord, de l’Europe du Nord à l’Amérique latine, en Russie, dans le Commonwealth et même finalement au tournant du siècle au Japon et en Chine. Mais surtout ce roman déclenche l’écriture sur tous les continents de centaines de romans dérivés, dont l’intrigue varie considérablement suivant les contextes locaux. On trouve bien sûr les Mysteries of London par Reynolds (1844-1848), The mysteries and miseries of New York de Ned Buntline (1848), Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico d’Edouard Rivière (1851), Os Mistéros de Lisboa de Camilo Castelo Branco (1854)… Au-delà de la reprise du titre, dans chacun de ces pays, apparaît une nébuleuse de romans articulant la question urbaine, la représentation du crime et l’exploration sociale. Ces romans participent aussi de la démocratisation de la littérature en étant généralement diffusés sur des supports à bon marché (journaux, penny blood, dime novels…) qui créent la possibilité de cultures véritablement nationales. Car beaucoup de ces romans en adaptant la matrice initiale de Sue à la situation du pays de réception et en l’hybridant aux traditions génériques de la littérature locale participent d’une réflexion sur la question de la nation.

Le congrès que nous proposons de tenir à Montpellier et à Paris entre le 8 et le 16 novembre 2013 souhaite étudier ce premier large phénomène de mondialisation médiatique.

PROGRAMME

Vendredi 8 novembre 2013

(Café des lettres, Médiathèque Emile Zola, Montpellier)

19h00

Les mystères urbains au XIXe siècle. Aux sources de notre culture médiatique globale.

Conférence par Marie-Ève Thérenty, professeur de littérature française.

Mardi 12 novembre 2013 (cinéma Diagonal, rue de Verdun)

19h45    Soirée d’ouverture au cinéma Diagonal de Montpellier : les mystères urbains au cinéma. Projection de Gangs of New York de Martin Scorcese. États-Unis, Italie, 2002, 2h47, avec Leonardo Di Caprio, Daniel Day-Lewis, Cameron Diaz, Liam Neeson, John C. Reilly. Golden Globe du meilleur réalisateur et de la meilleure musique originale en 2003.

Jeudi 14 novembre 2013

(salle des colloques 1, site Saint-Charles, Montpellier)

9h00 Ouverture par Marie-Ève Thérenty et Dominique Kalifa

La source : Les Mystères de Paris

Présidente de séance : Adeline Wrona (Université de Paris IV)

9h30 Paul Bleton (Teluq, Canada), « Les mystères de Paris : échangeur générique»

10h00 Guillaume Pinson (université Laval, Quebec) :  « Les Mystères et le feuilleton : aux sources d’une culture médiatique francophone transatlantique »

Pause

11h30 Filippos Katsanos (Montpellier III, RIRRA 21/Université de Patras, Grèce), « Réceptions croisées : les enjeux de la traduction des Mystères de Paris en Angleterre et en Grèce »

12h00 Corinne Saminadayar-Perrin (Montpellier III, RIRRA21), « L’effet-titre »

Mysterymania (1)

Présidente de séance : Catherine Nesci (Université de California, Santa Barbara)

14h30 Nelson Schapochnik (Université de Sao Paulo, Brésil), « Mysterymana, de Paris au Plata ».

15h00 Kirill Chekalov (LPCM, Moscou), « Les mystères urbains en Russie au XIXe siècle : la réception contradictoire de l’héritage de Sue ».

15h30 Kalai Sandor (Université de Debrecen, Hongrie), « Les Secrets hongrois d’Ignac Nagy, le premier mystère urbain hongrois ».

Pause

16h30 Santiago Diaz Lage (Universidade de Santiago de Compostela, Espagne) : « Histoire et géographie : les mystères urbains espagnols »

17h 00 François Amy de la Bretèque (Université Montpellier III, RIRRA21), « L’art d’accommoder les restes : Les Mystères de Paris, de Baroncelli »

18 h : Projection de mystères cinématographiques et cocktail (salle 102)

20h 30 Dîner du colloque

Vendredi 15 novembre 2013

(salle des colloques 1,  site Saint-Charles, Montpellier)

Poétique des Mystères

Président de séance : Jean-Christophe Valtat (Université de Montpellier III)

9h30 Nicolas Gauthier (Université de Waterloo, Canada), « Un masque derrière un masque : la note de bas de page dans les mystères urbains »

10h00 Anaïs Goudmand (EHESS, UNIL, Suisse), « Economie et socialité du suspense dans les mystères urbains »

Pause

11h00 Laëtitia Gonon (Université de Grenoble), « Stylistique du vengeur dans les Mystères de Paris et quelques-uns de ses avatars » (1842-1847)

11h30 Présentation du site medias19 et de la base de données mystères

Politique des mystères urbains

Président de séance : Dominique Kalifa (Université de Paris I)

14 h 00 John Savage (Lehigh university, Etats-Unis), « Les Mystères des Antilles: les racines coloniales du sentiment d’horreur chez Sue »

14h30 Amy Wigelsworth (Durham University, Grande-Bretagne), « Sex and the city, rewriting the feminine in the mystères urbains »

Pause

15h30 Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA21), « Les mystères urbains, un réflexe républicain »

16h00 Rebecca Powers (John Hopkins university, Etats-Unis), « Charles Testut and Les Mystères de la Nouvelle-Orléans : Journalism in Exile ?  »

18h 24 Départ par le TGV pour Paris

Samedi 16 novembre 2013

(Amphithéâtre Turgot, Université Sorbonne, Paris)

9h 00 Ouverture par Dominique Kalifa et Marie-Eve Thérenty

Mysterymania (2)

Présidente de séance :  Anne-Marie Thiesse (CNRS)

9h30 Paul Aron (ULB, Belgique), « Les Mystères des mystères de Bruxelles »

10h00 Laura Suárez de la Torre (Instituto Mora, Mexique), « Sur les traces des mystères à Mexico (1843-1900)»

Pause

11h00 Françoise Genevray (Université de Lyon III), « Trois décennies de mystères urbains en Russie : de la peinture du peuple à l’inventaire des bas-fonds »

11h30 Ana Porto (Université de Campinas, Brésil), « Mysteries and crimes in Brazilian newspapers in the end of the nineteenth century »

12h00 Yvan Daniel (Université La Rochelle), « Mystères urbains » en France, en Chine, des perspectives incomparables ?

Le devenir des Mystères urbains

Président de séance : Guillaume Pinson (Université Laval, Québec)

14 h30 Silvia Disegni (Université de Naples, Italie), « Les mystères napolitains entre les mystères d’Isis et ceux de la modernité »

15h00 Matthieu Letourneux (Université Paris-Ouest, Nanterre), « La disparition du genre des mystères  au début du XXe siècle »

15h30 Andrea Goulet (University of Pennsylvania, Etats-Unis), « Race, space and criminal choreographies from Les Mystères de Paris to The Wire »

16h00 Guillaume Boulangé (Montpellier III, RIRRA21)  et Prisca Grignon (Montpellier III, RIRRA21), « « To be continued » ou l’aventure infinie des Mystères de New York au cinéma »

_____________________________________________________________________________________________________

Adresses des différents lieux des manifestations :

Médiathèque Emile Zola, 240, rue de l’acropole, 34 000 Montpellier (tram : Place de l’Europe)

Cinéma Diagonal, rue de Verdun, 34000 Montpellier (tram : Comédie)

Site Saint-Charles, rue du professeur Henri Serre, 34000 Montpellier ( tram : Albert 1er)

Université Paris-Sorbonne, 1, rue Victor Cousin, 75005 Paris (métro : Luxembourg, Cluny, Saint-Michel)

Nous souhaitons adresser des remerciements spécifiques à Helle Waahlberg, à Annick Douellou, à Sophie Lhermitte, à Laura Suarez de la Torre, à Catherine Nesci, à Micheline Cambron, à Guillaume Pinson, à Guillaume Boulangé, à Prisca Grignon, à Élisabeth Gavalda et aux étudiants du département d’arts du spectacle, aux étudiants du master pro « métiers du livre et de l’édition », à Marie-Pierre Gudin de Vallerin (DRAC) et à Gilles Gudin de Vallerin (Médiathèque Emile Zola) pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans l’organisation de cette manifestation.

Appel: Frontière(s) au cinéma (6 janvier)

Frontière(s) au cinéma

Border in film

Septièmes rencontres « Droit et cinéma »

Seventh “Law and Cinema” conference

Résumé

La septième édition des rencontres « Droit et cinéma » sera consacrée au thème des frontières dans le cinéma. Nous tenterons par une approche interdisciplinaire (juridique, historique, économique, littéraire, civilisationniste, sociologique, communicationnelle, cinématographique) d’analyser la frontière au prisme du 7ème art. La frontière est-elle coupure ou passage ? Les marches, héritées de l’Empire romain, ont-elles disparu ? La chute du Mur et la suppression d’une partie des postes frontières, notamment en Europe, signifient-elles disparition de toutes les frontières ou leur maintien dans les domaines économiques et politiques ? Le cinéma transcende-t-il les frontières nationales à la fois par son ingéniosité créative, mais également dans sa représentation des frontières symboliques, mentales, de genre ?

Argumentaire

La septième édition des rencontres « Droit et cinéma », organisées depuis 2008  pendant le Festival International du Film de La Rochelle, sera consacrée au thème des frontières dans le cinéma. Nous tenterons par une approche interdisciplinaire (juridique, historique, économique, littéraire, civilisationniste, sociologique, communicationnelle, cinématographique) d’analyser la frontière au prisme du 7ème art. Le processus de délimitation d’une frontière – fruit d’une longue démarche diplomatique et/ou militaire – est à la fois un acte géographique de représentation des espaces sur une carte, un acte politique fixant les limites d’une souveraineté étatique, et un acte juridique fondant la compétence de chacun des Etats par un procédé de reconnaissance internationale. Dès lors les frontières – qu’elles soient terrestres, fluviales, maritimes ou spatiales – ont imprimé la pellicule cinématographique, à l’image du cinéma états-unien, comme des filmographies issues de pays en proie à des revendications territoriales, à travers lignes de démarcation, postes frontières, murs, mais aussi migrants, réfugiés ou populations déplacées.

À une époque de mondialisation, d’effacement apparent des frontières, celles-ci semblent s’intérioriser, devenir plus floues, avec une remise en cause des identités et des entités physiques, psychologiques et culturelles, conduisant à une nécessaire reconsidération éthique des changements opérés. Ainsi avec l’Internet, la (re)composition de groupes identitaires et de communautés virtuelles éphémères s’opère, au gré d’engouements et d’engagements divers.Le cinéma apparaît comme un médium privilégié pour interroger de manière interdisciplinaire cette notion de frontière. La frontière est-elle coupure ou passage ? Les marches, héritées de l’Empire romain, ont-elles disparu ? La chute du Mur et la suppression d’une partie des postes frontières, notamment en Europe, signifient-elles disparition de toutes les frontières ou leur maintien dans les domaines économiques et politiques ? Le cinéma, qui a pu être considéré comme un art de l’universel, transcende-t-il les frontières nationales à la fois par son ingéniosité créative, mais également dans sa représentation des frontières symboliques, mentales, de genre ?

Les films, par leur thématique, peuvent aborder la frontière diversement (western, roadmovie, science fiction, films de gangsters…), que ce soit par absorption, réécriture ou palimpseste, mais également la notion de transgenre, tout comme des festivals de cinéma – nés à la marge de festivals officiels dans l’utopie des années 70 – visaient à repousser les frontières établies par ceux-ci. Quant aux cinéastes, si certains filment à l’intérieur de leurs frontières nationales, d’autres s’en éloignent temporairementou définitivement. À travers leurs parcours et leurs œuvres, ils interrogent les notions de diaspora, d’exil, de transnationalisme, mais aussi les frontières du cinéma (fiction/documentaire, liens avec les autres arts…).

Le colloque envisagé ayant une dimension plurielle, le corpus de films à étudier – qu’ils soient de fiction ou documentaires, permettra aux communications de s’inscrire dans toute l’histoire cinématographique et toutes les cinématographies nationales, sans exclusive.

Colloque organisé avec le concours financier du PRES Limousin Poitou-Charentes.

Bibliographie indicative

  • Robert BELOT dir., Frontières en images. Une mémoire cinématographique, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, 2006, coll. Sciences humaines et technologie ;
  • Elyette BENJAMIN-LABARTHE dir., Cinéma métis aux Etats-Unis : représentations de la frontière Mexique/Etats-Unis, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2012 ;
  • Daniela BERGHAHN, Far-flung Families in Film : The Diasporic Family in Contemporary European Cinema, Edinburgh , Edinburgh University Press, 2013
  • Wendy BROWN, Murs. Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique, trad. Nicolas Vieillescazes, Paris : Les Prairies ordinaires, 2009, coll. penser/croiser, 206 p. ;
  • Judith BUTLER, Bodies That Matter: On The Discursiv Limits of « sex », 1993 ;
  • Andrea GRUNERT dir., « L’écran des frontières », Cinémaction n° 137, 2010 ;
  • D. HASTINGS et T.M. WILSON, Borders, Frontiers of Identity, Nation and State, Oxford, New-York: Berg, 1999 ;
  • N. JARMAN, Material Conflicts, Parades and Visual Displays in Northern Ireland, Oxford : Berg, 1997 ;
  • J. W. JOHN HILL, Cinema and Northern Ireland : Film, Culture and Politics, London : BFI publishing, 2006 ;
  • Stéphanie LATTE ABDALLAH et Cédric PARIZOT dir., A l’ombre du mur. Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Actes sud/MSHS, 2011, coll. Etudes méditerranénennes ;
  • Sophie LE MENAHEZE, Nathalie MARTINIERE, Ecrire la frontière, Limoges : Pulim, 2003 ;
  • Nolwenn MINGANT, Hollywood à la conquête du monde. Marchés, stratégies, influences, CNRS édition, 2010 ;
  • Laura MULVEY, Visual and Other Pleasures, Houndmills, Basingstoke, Hampshire : Macmillan, 1989) ;
  • Stan NEILSON, Robot Nation, Eridanus Press, 2011 ;
  • M. NICCRAITH, Plural Identities, Singular Narratives : The Case of Northern Ireland, UK: Berghan Book, 2002 ;
  • Jean-Marc  SOREL Dir., Les murs et le droit international, Ed. Pedone, 2010, coll. Cahiers internationaux n° 24 ;
  • Bertrand WESTPHAL, Le Monde plausible. Lieu, espace, carte, Paris, Minuit, coll. « Paradoxe », octobre 2011.

Filmographie indicative

  • Bloody Sunday, Paul GREENGRASS GB/Irlande 2002
  • Bring Me The Head of Alfredo Garcia/Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia, Sam PECKINPAH, Etats-Unis/Mexique, 1974
  • Dr Jekyll and Mr Hyde, Victor FLEMING, USA, 1941
  • Frozen River, Courtney HUNT, Etats-Unis, 2008
  • Ha-kala ha-surit/La fiancée syrienne, Eran RIKLIS, Israël, 2004
  • The Hours, Stephen DALDRY, Etats-Unis/UK, 2002
  • Hudutlann Kanunu/La loi de la frontière, Lütfi Ömer AKAD, Turquie, 1966
  • Incendies, Denis VILLENEUVE, Canada, 2010
  • Laurence anyways, Xavier DOLAN, Canada/France, 2012
  • Loi, c’est la loi (La), Christian-Jaque, France/Italie, 1958
  • Los que se quedan, Juan Carlos RULFO, Mexique, 2009
  • Love Divided (A), Syd MACARTNEY, GB/Irlande, 1998
  • Man on a Thightorpe, Elia KAZAN, Etats-Unis, 1952
  • Men in Black, Barry SONENFELD, Etats-Unis, 1997
  • Mur, Simone BITTON, France/Israël, 2004
  • Searchers (The)/La prisonnière du désert, John FORD, Etats-Unis, 1956
  • Sin nombre, Cary Joji FUKUNAGA, Etats-Unis/Mexique, 2009
  • Storm/La révélation, Hans-Christian SCHMID, Allemagne, 2009
  • Terraferma, Emmanuele CRIALESE, France/Italie, 2011
  • The Time Machine/La machine à explorer le temps, George PAL, Etats-Unis, 1960
  • Tiresia, Bertrand BONELLO, France/Canada, 2002
  • To Vlemma tou Odyssea/Le regard d’Ulysse, Theo ANGELOPOULOS, France/Grèce/Italie, 1995
  • The Three Burials of Melquiades Estrada/Los tres enterrios de Melquiades Estrada/Trois enterrements, Tommy LEE JONES, Etats-Unis/France, 2005
  • Welcome, Philippe Lioret, France, 2008
  • The Wind that Shakes the Barley, Loach (Ken), Irlande, GB, Allemagne, Italie, Espagne, France, Belgique, Suisse, 2006
  • Wild side, Sébastien LIFSHITZ,France/Belgique, 2003
  • XXY, Lucia Puenzo, Argentine, 2007
  • Yadon ilaheyya/Intervention divine, Elia SULEIMAN, France/Maroc/ Allemagne/Palestine, 2002
  • Zona (La)/Zona, propriété privée (La), Rodrigo Pla, Mexique, 2007

Calendrier

Les propositions de communication devront être adressées

avant le 6 janvier 2014

à Magalie Flores-Lonjou mflores@univ-lr.fr et comporter :

  • au moins 3 000 signes ;
  • le titre de la communication, sa problématique, le corpus filmique ;
  • une petite notice biographique du/des contributeurs ;

La liste des propositions retenues par le comité scientifique sera communiquée le 24 février 2014.  Les contributions définitives devront être reçues le 24 mai 2014.

Le colloque international se tiendra à La Rochelle les 27 et 28 juin 2014. les langues de travail seront le français et l’anglais.

NB : les actes de ce colloque seront publiés : les deux journées imparties à ces rencontres limitant de facto le nombre d’interventions, le comité scientifique se réserve la possibilité de retenir pour publication seule des textes ou de les proposer pour des journées d’études/séminaires organisés dans le cadre du projet PRES Limousin Poitou-Charentes « Frontière(s) au cinéma » sur les autres sites universitaires de La Rochelle, Limoges et Poitiers.

Comité scientifique

  • Elyette BENJAMIN-LABARTHE, professeur d’études américaines à l’Université Bordeaux III,  CLIMAS EA 4196
  • Daniela BERGHAHN, professor of Film Studies, Department of Media Arts, Royal Holloway, University of London (Angleterre)
  • Christophe BONNOTTE, maître de conférences en droit public, Université de Limoges, OMIJ EA 3177
  • Xavier DAVERAT, professeur de droit privé, Université Montesquieu Bordeaux IV, IRDAP EA 4191
  • Camille GENDRAULT, maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, MICA EA 4426
  • Andrea GRUNERT, enseignante en études cinématographiques à l’Université protestante des sciences appliquées à Bochum (Allemagne)
  • Thomas HOCHMANN, maître de conférences en droit public, Université de Reims Champagne-Ardenne, CRDT EA 3312
  • Pascal KAMINA, professeur de droit privé, Université de Franche-Comté, CRJFC EA 3225
  • Eve LAMENDOUR, maître de conférences en gestion, Université de La Rochelle, CEREGE LR-MOS EA 1722
  • Ninon MAILLARD, maître de conférences en histoire du droit, Université de Nantes, Droit et Changement Social UMR 6297
  • Nathalie MARTINIERE, professeure de Littérature anglaise, département d’études anglophones, Université de Limoges, EHIC EA 1087
  • Gilles MENEGALDO, professeur émérite en littérature américaine et études et cinématographiques, UFR Lettres et Langues, Université de Poitiers, équipe FORELL B3, esthétiques comparées EA 3816
  • Nolwenn MINGANT, maître de conférences en civilisation américaine, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, CREW/CRAN EA 4399
  • François OST, professeur de droit et de philosophie, Université St Louis, Bruxelles (Belgique), directeur du Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques
  • Séverine NICOT, maître de conférences en droit public, Université Grenoble-Alpes, Centre de Recherches Juridiques EA 1965, Institut Louis Favoreu-GERJC UMR 7318
  • Nicoletta PERLO, maître de conférences en droit public, Université Toulouse 1 Capitole, IDETCOM EA785
  • Marion POIRSON, maître de conférences en cinéma, Université Paul Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 EA 4209

Comité d’organisation

  • Danièle ANDRÉ, maître de conférences en civilisation et culture populaire nord-américaines, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA) EA 1163, Université de La Rochelle
  • Annabel AUDUREAU Docteur en Littérature comparée, Enseignante en Expression et Communication à l’Université de La Rochelle en qualité de PRAG (IUT), vacataire en Littérature française et comparée à la faculté de Lettres modernes de La Rochelle
  • Brigitte BASTIAT, docteure en sciences de l’information et de la communication, PRCE d’anglais, Université de La Rochelle, membre associé du CRHIA EA 1163 et du Centre d’études irlandaises de Rennes 2
  • Estelle EPINOUX, maître de conférences en études irlandaises, département d’études anglophones, Université de Limoges chercheur associé à la SOFEIR, à la SAES, membre du comité des publications de la FE2C, membre du groupe de recherche EHIC (Espaces Humains et interactions culturelles à Limoges)
  • Magalie FLORES-LONJOU, maître de conférences en droit public HDR, Université de La Rochelle, CEREGE LR-MOS EA 1722, Le blog Droit et cinéma
  • Franck HEALY, maître de conférences en anglais (CIEL), Université de la Rochelle
  • Lionel MINIATO, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, Centre universitaire Jean-François Champollion, Institut de droit privé de l’Université Toulouse I Capitole, EA 1920, Le blog Droit et cinéma
  • Jean-Baptiste THIERRY, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, Université de Lorraine, Institut François Gény EA 1138 Le blog Carnet de recherches d’un MCF en droit privé Sine lege