Archives par mot-clé : genres populaires

Parution : L’amour comme un roman. Le roman sentimental au Québec, d’hier à aujourd’hui (M.-P. Luneau, J.-P. Warren)

Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, L’amour comme un roman. Le roman sentimental au Québec, d’hier à aujourd’hui, Presses Universitaires de Montréal, 2022. 

Cet ouvrage représente la première grande synthèse de l’histoire du roman sentimental au Québec.

Alors que le roman d’amour est un des genres les plus lus, il a été victime jusqu’ici du mépris des élites envers des textes écrits « à l’eau de rose ». Un tel désintérêt est regrettable, car, pour qui se délivre des préjugés entretenus à son encontre, la littérature sentimentale offre un portrait exceptionnellement riche des interdits et des fantasmes de la société québécoise.

Du roman de sensibilité à la chick lit, des fascicules populaires à la new adult, du roman de la victime à l’homoromance ou des photoromans aux sagas du viol, on s’étonne de la diversité des courants à l’intérieur d’un genre par ailleurs rigidement structuré. À travers les tribulations amoureuses des personnages se découvre ce qu’on peut appeler une « grammaire de l’amour », qui enseigne comment aimer et, peut-être plus encore, comment ne pas aimer.

L’analyse d’un vaste corpus permet d’aborder des questions captivantes. Quelle est la place du coup de foudre dans la rencontre ? Comment l’endogamie (de classe, de nation, de religion, de race) oriente-t-elle le choix des partenaires ? Quelles sont les règles du flirt ? Quelles sont les limites tracées à l’expression des désirs? Quelles sont les attentes face au mariage ?

Dans L’amour comme un roman, Marie-Pier Luneau et Jean- Philippe Warren se livrent à une analyse fine de la façon dont le roman sentimental a fait rêver les Québécoises et les Québécois à l’amour, et ce, pendant deux siècles.

Marie-Pier Luneau est directrice du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (grélq) et s’intéresse depuis plusieurs années aux phénomènes touchant l’édition populaire québécoise.

Jean-Philippe Warren est professeur au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire intellectuelle et culturelle du Québec, dont Honoré Beaugrand. La plume et l’épée (1848-1906) (Boréal, 2015), qui a reçu le prix littéraire du gouverneur général du Canada.

Appel à contributions : Évolutions et situations de la chanson au XIXe s. (revue Romantisme)

Romantisme« Évolutions et situations de la chanson au XIXe siècle », 2023

Échéance des propositions : 30 avril 2022

« La chanson » est souvent présentée par commodité comme une entité stable et spécifique, qui se distinguerait de ce qui n’est pas elle avec la force de l’évidence. Cependant cette stabilité et cette autonomie sont des effets de discours, et la pluralité que recouvre le singulier est évidente. 
Chanson populaire, chanson nationale, chanson républicaine, chanson sociale, chanson réaliste, chansonnette, chanson de café-concert, chanson comique troupier, chanson des rues, chanson de revue, romance, mélodie, hymne, chanson poétique, vaudeville… : toutes ces sous-catégories (dont certaines sont sans doute plutôt des catégories parallèles) font apparaître simultanément la mobilité et les évolutions de la chanson au xixe siècle et les relations entretenues par la chanson avec d’autres genres ou d’autres arts qui en constituent à la fois les limites et les extensions virtuelles.

Dans les discours critiques d’époque, le consensus touchant la profusion des chansons au xixe siècle se fonde souvent sur la seule prise en compte d’un critère formel très élémentaire – des paroles chantées ou destinées à l’être – et laisse de côté la variété des fonctions, des sources, des supports, des acteurs, des lieux, des genres qui affectent la pratique chansonnière. Pourtant, des chansons anciennes et anonymes recueillies par Nerval, par le comité Fortoul, par Weckerlin ou par divers enquêteurs dans les provinces de France, aux chansons composées pendant le siècle, les œuvres mises en jeu ressortissent à des traditions radicalement différentes. Cette hétérogénéité fondamentale est encore accrue par la diversité existant au sein des productions contemporaines elles-mêmes et que présuppose Nisard, en 1863, derrière les deux métaphores de la « muse pariétaire » et de la « muse foraine » :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Évolutions et situations de la chanson au XIXe s. (revue Romantisme)

Appel à contributions : Congrès 2022 de l’AFEA, Atelier Cultures Populaires: “Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique” (Université Bordeaux Montaigne)

Congrès 2022 de l’AFEA (Association Française d’Études Américaines USA) : « Légitimité, Autorités, Canons »

31 Mai- 3 Juin 2022, Université Bordeaux Montaigne (France)

Atelier Cultures Populaires des États-Unis d’Amérique : « Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique »

Échéance des propositions : 15 janvier 2021

Entre 2000 et 2021, onze des lauréats de l’Oscar du meilleur acteur ont été récompensés pour leur incarnation d’un personnage historique, dont sept pour des films clairement identifiés comme biographiques. Sur la même période, quatre des films récompensés par un Oscar du meilleur film, et trente-trois des cent cinquante et un candidats à la statuette, étaient des biopics. Depuis 2017, la série biographique de Netflix The Crown a été nommée quatre fois pour le Golden Globe et l’Emmy Award de la meilleure série dramatique, et a raflé quatre de ces prix.

Le genre biographique, en associant la pseudo-légitimité historique du film d’époque au goût du grand public pour les récits de destinées exceptionnelles, occupe une place de choix à Hollywood et dans la culture populaire au sens large : films et séries, mais aussi romans traditionnels ou graphiques, musique (on pensera par exemple aux chansons « Hurricane » et « Joey », de Bob Dylan, ou à « Candle in the Wind » d’Elton John), comédies musicales (telles qu’Evita, Beautiful: The Carole King Musical, ou plus récemment Hamilton) et même jeu vidéo (des jeux autobiographiques tels que That Dragon, Cancer de Ryan Green ou les jeux de Nina Freeman Cibele, How Do You Do It ou We Met in May, se basent sur la vie de leurs programmeur.se.s pour explorer des thématiques universelles).

Le genre en lui-même est fondé sur la réécriture et la romantisation des faits, qui permettent aux fictions biographiques de transformer le récit historique en un récit accessible au grand public, mais aussi bankable. Tout comme la fiction historique, il se rapproche parfois d’une forme de vulgarisation, mais en se focalisant sur un individu en particulier, il favorise l’identification et permet ainsi plus aisément au public de s’investir émotionnellement dans le récit qu’il déploie. Or on peut s’interroger sur les grandes figures qui sont ainsi mises en avant et, dans une certaine mesure, mythifiées. Des personnalités de différents milieux (arts, politique, sciences…) se voient ainsi transformées en héros et héroïnes de la fiction. Les récits biographiques explorent et reconstruisent leur passé afin de comprendre comment ils et elles sont devenu.e.s des « grands noms », appartenant même à la culture générale, mais s’attaquent aussi au côté sombre de la société américaine en se penchant sur des tueur.se.s en série (Jeffrey Dahmer, Ted Bundy, Aileen Wuornos…) ou sur d’autres figures criminelles (on pensera ainsi à la popularité du genre du true crime dans la littérature, les émissions de télévision ou de radio et les podcasts, ou aux séries Netflix Narcos ou Mindhunter). Dès lors, on peut se demander quel est l’objectif du genre biographique dans la culture populaire : s’il semble souvent chercher à construire des modèles, qui viendront par exemple nourrir la valeur fondatrice du self-made (wo)man, comment penser dans ce cadre les nombreuses fictions biographiques sur les tueur.se.s en série, et inversement le nombre restreint de fictions portant sur des personnalités appartenant au monde de la science (et dont la plupart propagent le stéréotype du « génie solitaire » qui peine à s’intégrer à la société) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Congrès 2022 de l’AFEA, Atelier Cultures Populaires: “Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique” (Université Bordeaux Montaigne)

Journée d’étude – “Littératures de genre et stratégies littéraires” (ENS de Lyon)

Journée d’étude – “Littératures de genre et stratégies littéraires”

Vendredi 26 novembre 2021

ENS de Lyon

Organisée par Hélène Martinelli (ENS de Lyon, IHRIM) et Raphaël Luis (ENS de Lyon, CERCC)

Programme

10h Accueil des par­ti­ci­pant·e·s

Littérature majeure, lit­té­ra­ture mineure : se situer dans l’espace lit­té­raire

10h30 Sarah MOMBERT (MCF, ÉNS de Lyon)

« Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, le triom­phe du théâ­tre de genre ? »

11h Matthieu LETOURNEUX (pro­fes­seur, Paris X Nanterre)

« L’écrivain popu­laire, centre de la culture : les auteurs du Fleuve noir et des Presses de la cité dans l’écosystème cultu­rel du second XXe siècle »

11h30 Pauline FRANCHINI (doc­to­rante, Université de Bourgogne)

« Genres mineurs et majeurs chez Gisèle Pineau et Maryse Condé »

12h Discussion

Pause déjeu­ner

Questions de sup­ports

14h Denis SAINT AMAND (cher­cheur FNRS, Université de Namur)

« Torpiller Spirou ? Le Trombone illus­tré, heb­do­ma­daire pirate »

14h30 Stéphanie COLOMBIER-PARMENTIER (doc­teure, aca­dé­mie de Marseille)

« Littératures de genre et stra­té­gies éditoriales en régime numé­ri­que »

15h Vivien BESSIERE (MCF, uni­ver­sité de Limoges)

« Les manuels d’écriture consa­crés aux lit­té­ra­tu­res de genre : entre stra­té­gies économiques et stra­té­gies poli­ti­ques »

15h30 Discussion

Pause café

Deux uni­vers éditoriaux : roman poli­cier et lit­té­ra­ture jeu­nesse

16h30 Marc VERVEL (doc­teur, Université de Paris)

« L’auto­bio­gra­phie de l’écrivain de récits poli­ciers : un genre impos­si­ble ? Agatha Christie et Jean Meckert »

17h Sarah MALLAH (doc­to­rante, Université Gustave Eiffel)

« La lit­té­ra­ture jeu­nesse, une stra­té­gie éditoriale spé­ci­fi­que ? »

17h30 Discussion

 

Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Trap, Collectif, préface Guillaume Heuguet, Éditions Audimat et Éditions Divergentes, 2021. 

La trap est autant célébrée que stigmatisée et criminalisée. Elle évoque le rap obsessionnel d’artistes comme T.I., Young Jeezy, Gucci Mane, Young Thug ou Future, les planques d’Atlanta et la prison, aussi bien que les trilles de caisses claires devenues incontournables dans les tubes de Miley Cyrus ou Ariana Grande. La trap est ainsi passée d’une tendance propre aux scènes rap à un répertoire de techniques et d’affects qui aimantent aujourd’hui des artistes de musique pop ou électronique du monde entier.

Ce recueil a été élaboré en allant chercher les personnes qui avaient déjà écrit sur ce genre musical, cette sensibilité, ces scènes tels qu’ils s’étaient cristallisés dans le rap depuis le début des années 2000. Si elle ne suit pour l’heure que certaines de ses manifestations entre les Etats-Unis et l’Europe – laissant de côté nombre de voix et de pays, y compris le nôtre – elle rassemble des essais critiques qui enrichissent notre expérience d’amateurs de rap en s’intéressant à ses conditions d’émergence et de circulation, aux vies incarnées ou mises en scènes dans ses productions, ou au quotidien des artistes.

Continuer la lecture de Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Parution : Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre (dir. Alison Peirse)

Alison Peirse (dir.), Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre, Rutgers University Press, 2021. 

“But women were never out there making horror films, that’s why they are not written about – you can’t include what doesn’t exist.”
“Women are just not that interested in making horror films.”

 
This is what you get when you are a woman working in horror, whether as a writer, academic, festival programmer, or filmmaker. These assumptions are based on decades of flawed scholarly, critical, and industrial thinking about the genre. Women Make Horror sets right these misconceptions. Women have always made horror. They have always been an audience for the genre, and today, as this book reveals, women academics, critics, and filmmakers alike remain committed to a film genre that offers almost unlimited opportunities for exploring and deconstructing social and cultural constructions of gender, femininity, sexuality, and the body.

Women Make Horror explores narrative and experimental cinema; short, anthology, and feature filmmaking; and offers case studies of North American, Latin American, European, East Asian, and Australian filmmakers, films, and festivals. With this book we can transform how we think about women filmmakers and genre.

Contributions by Alison Peirse, Alicia Kozma, Alexandra Heller-Nicholas, Martha Shearer, Katia Houde, Tosha R. Taylor, Dahlia Schweitzer, Laura Mee, Katarzyna Paszkiewicz, Maddison McGillvray, Molly Kim, Donna McRae, Erin Harrington, Lindsey Decker, Valeria Villegas Lindvall, Janice Loreck, Amy C. Chambers, Sonia Lupher

Alison Peirse is an associate professor in film and media at the University of Leeds, UK. She is author of After Dracula: The 1930s Horror Film and co-editor of Korean Horror Cinema.

Appel à contributions : Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction (Scritture migranti)

“Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction”

Scritture migranti

Deadline : May 31 2021

Publication anticipated in January 2022

Edited by Maurizio Ascari, Silvia Baroni, Sara Casoli

This issue of Scritture migranti (15/2021) aims to investigate a phenomenon that is highly characteristic of contemporary crime fiction on a global level: the representation and thematization of multiculturalism, international mobility, and transcultural identities. Thanks to its transnational circulation and its aptitude to highlight social and political issues throughout the lens of the investigation, crime fiction offers a privileged perspective through which to observe the encounters and the conflicts associated with social and cultural mobility. Moreover, the critical reflections on the connections between social norms and otherness expressed in crime fiction encourage also to take into consideration the mobility of the genre itself in terms of genre-blending.

In particular, we aim at analysing authors and characters whose transnational and multicultural perspective epitomizes an alienating gaze questioning the social norms of hegemonic groups. Describing mobility across national borders and cultural contexts, these figures suggest alternative readings of the society in which they live, and thus reflect on notions such as “cultural identity”, “integration”, and “transnationality”. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction (Scritture migranti)

Parution : Language in Popular Fiction (Walter Nash)

Walter Nash, Language in Popular Fiction, Routledge, 2021 [1990]

First published in 1990, Language in Popular Fiction was written to provide a comprehensive and illuminating look at the way language is used in thrillers and romantic fiction.

The book examines the use of language across three interrelated levels: a level of verbal organisation, a level of narrative structure, and a level at which stylistic options and devices are related to notions of gender. It introduces ‘the protocol of pulchritude’ and makes use of detailed stylistic and linguistic analysis to investigate a wide range of ‘popfiction’ and ‘magfiction’. In doing so, it provokes serious reflection on popular fiction and its claims on the reader.

Table of Contents:

1: Prelude: in the airport lounge; 2: Woman’s place: a dip into the magazines; 3: Man’s business: a look round the action story; 4: Beginnings, middles, and ends: some sample pieces; 5: Standard ingredients: faces, places, fights, embraces; Postscript: and so to bed; References and bibliographical note; Index

Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Epopée et intermédialité

Troisième colloque du CIMEEP (Centre International et Multidisciplinaire d’Études Épiques), en collaboration avec le FoReLLIS pôle B (Poitiers)

Échéance des propositions : 30 avril 2021
 

La tradition de l’épopée ou du « rêve de l’épopée » (H. Christians, 2004), la recherche de l’idéal par définition inaccessible du modèle homérique, s’est toujours accompagnée d’une remise en cause des frontières entre les différents médias : la description du bouclier d’Achille dans l’Iliade, première ekphrasis de l’histoire littéraire européenne, signe traditionnellement le début des réflexions sur les relations texte-image. Ainsi, depuis l’Antiquité, l’idée de l’aède et l’idéal de l’écriture déterminée par la présentation orale ont accompagné la production de textes épiques intrinsèquement ambivalents, situés à la frontière entre le texte et la parole. La matière épique – des histoires de héros rayonnants qui se battent pour le collectif – inspire les auteurs dans leur recherche d’un texte idéal, capable de décrire et en même temps d’unir la communauté dans un langage sophistiqué et souvent versifié. Mais dans la même mesure, ces matières, qu’elles reposent sur un texte concret ou sur des sources hybrides, deviennent aussi des motifs des arts visuels : on les retrouve sous forme de peintures ou de sculptures. La question de l’intermédialité de l’épopée se pose également lorsque la matière épique est mise en scène – de la tragédie et de l’opéra classiques aux longs drames historiques du XIXesiècle, qui font souvent délibérément référence à la tradition des épopées nationales et sont reçus comme des « drames épiques ». Mais alors que les possibilités de représentation sur la scène classique étaient soumises à des limites spatiales et morales claires, l’émergence du film, au XXesiècle, a pu ouvrir des possibilités totalement nouvelles : à l’écran, de nombreuses adaptations de matières épiques classiques obtiennent finalement le succès populaire tant attendu ; à Hollywood, l’epic filmdevient même un genre à part. Plus récemment encore, ce succès a été prolongé par le jeu vidéo et la bande dessinée, ce qui a permis entre autres de remettre en cause la linéarité du récit et de recourir à de nombreuses citations intertextuelles et intermédiales. L’évolution, au fil des siècles, montre que chaque nouveau médium évoque le scepticisme des précédents, tout en ouvrant de nouvelles possibilités aux matières épiques traditionnelles ou plus récentes. L’émergence d’esthétiques nouvelles reflète ainsi toujours la longue tradition du récit épique.

Continuer la lecture de Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Appel à contributions : La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université

La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université

Appel à contribution pour un prochain n° des Cahiers Robinson

La « littérature de jeunesse » recouvre des œuvres et des produits très disparates dans leur intention et dans leur facture, de même qu’entre la prime enfance et le jeune adulte l’écart ne cesse de s’allonger, sans pour autant interdire les rencontres, les croisements, ce que la critique anglo-saxonne désigne par cross over. Il reste ce terme de « jeunesse » qui au fond définit peu de choses, sauf peut-être par exclusion. Les livres spécifiquement adressés à cette jeunesse occupaient naguère très peu de place dans les écoles sinon sous forme de manuels composés souvent de textes faits pour un autre âge. On a vu ces manuels se transformer peu à peu et se présenter même quelquefois comme des sortes d’anthologies de l’édition pour la jeunesse, ceci pour des classes d’âge de plus en plus élevées. On a vu aussi les « livres de bibliothèque » sortir de leurs armoires pour figurer dans les programmes et dans les listes d’ouvrages recommandés. Longtemps considérée comme une propédeutique à la lecture de la « vraie » littérature, ils sont désormais lus pour eux-mêmes, pour leurs qualités propres, quelquefois jugées supérieures à celles de la lecture adulte. Cette légitimation par les instructions officielles, malgré ses hauts et ses bas, a suscité un intense travail de découverte et de recherche dans les instituts de formation, avec des orientations contrastées, la perspective didactique se nourrissant désormais de la reconnaissance des « pouvoirs de l’enchantement » (pour reprendre le titre d’un ouvrage récent d’Anne Besson, Les Pouvoirs de l’enchantement). La littérature de jeunesse occupe aussi une place de plus en plus importante dans les facultés de lettres, au prix sans doute de deux stratégies qui pourraient paraître contradictoires, d’une part la promotion d’un « mauvais genre » venant bousculer les programmes académiques, d’autre part la validation de livres qui font œuvre et qui méritent d’être retenus pour leurs qualités esthétiques (y compris celles de l’image, qui n’est plus simplement illustration) et pour leur aptitude à éveiller la pensée.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université