Archives par mot-clé : genres populaires

Appel à contributions : The Crime Genre and Crisis (Univ. of Galway, Ireland)

The Ninth Interdisciplinary Conference of the International Crime Genre Research Network, Ireland The Crime Genre and Crisis

Friday 16 – Saturday 17 June 2023

University of Galway, Ireland

Échéance des propositions : 10 février 2023

In 2022 Collins Dictionary chose ‘Permacrisis’ as their word of the year, reflecting a sense of moving from one crisis to another: pandemic; warfare; mass migration; climate change and environmental breakdown. We read about energy crisis, economic crisis, supply chain crisis, mental health crisis, political crisis, global crisis in gender-based violence. Crisis breeds fear and uncertainty but can also represent a turning point and the potential for urgent, radical action. The aim of this ninth interdisciplinary conference is to examine how the crime genre reflects and engages with ideas of crisis. Indeed, crisis is at the heart of the genre, with crimes affecting individuals, families, communities, nations, forcing them to confront terrible acts and face up to devastating truths. Furthermore, the embeddedness of the modern subject within transnational and global networks of travel, commerce, exchange, influence, raises complex questions of complicity and responsibility in local and global crises. We invite submissions on the theme of crisis within the genre, from the individual to the global. We also invite scholars to consider to what extent genre production reinforces a sense of helplessness in the face of these crises and to what extent it suggests or proposes potential solutions.  

As always, we welcome submissions from those working on crime fiction and film, and wider media production. We invite proposals for papers or panels from a wide range of disciplinary perspectives: literature and languages, criminology, anthropology, economics, politics, sociology, gender studies, health, law, etc. Our ambition remains to bring together researchers from a broad range of disciplines, countries and cultures to share knowledge and insights. We welcome established, early career and postgraduate scholars.

Papers can be on any aspect of crisis and can be on crime fiction production from the inception of the genre to the present day. Papers are welcome from any language area, but must be delivered in English and should be no more than twenty minutes in length.

Gender-based violence: Within the broader call, we include an invitation to scholars working on gender-based violence in the crime genre to register their interest in joining a research network to share expertise in this area.

Continuer la lecture de Appel à contributions : The Crime Genre and Crisis (Univ. of Galway, Ireland)

Parution : Genesis, n° 54 : “Écrire à la chaîne” (dir. M. Letourneux et L. Roudier)

Genesis, n° 54, “Écrire à la chaîne“, Matthieu Letourneux et Luce Roudier (dir.), 2022.

Séries télévisées, grands héros populaires, littérature et cinéma de genre, franchises déclinées en romans, films et jeux vidéo… la culture contemporaine obéit de plus en plus à des logiques sérielles. Or, concevoir une œuvre littéraire s’inscrivant dans une série engage des modes de création spécifiques et suppose l’intervention de nouveaux acteurs. C’est cette genèse des productions littéraires sérielles que ce numéro se propose d’explorer à travers une série d’études portant sur des sujets aussi variés que l’écriture en collaboration (Dumas et ses « nègres »), les traductions sérielles (la « Série Noire »), le rôle de l’éditeur populaire dans la création (Fleuve Noir, Harlequin), les stratégies d’écriture des auteurs (Frédéric Dard, Gérard de Villiers, Michel Bussi, Nine Gorman), les techniques employés par les romanciers (Marcel Allain et ses rouleaux de cire), enfin les stratégies déployées par les industries culturelles autour des grandes marques transmédia (la franchise Harry Potter). À travers ces différents objets, c’est une plongée dans la fabrique de la culture populaire qui est proposée ici.

Sommaire

Matthieu Letourneux and Luce Roudier Présentation. Pour une génétique des productions sérielles 

Enjeu

Matthieu Letourneux Génétique sérielle et auctorialité éditoriale Réflexions à partir du cas du Fleuve Noir

Études

Sarah Mombert Dans les archives d’un atelier littéraire Exploration génétique de la collaboration entre Alexandre Dumas et Auguste Maquet

Matthieu Letourneux La fabrique d’une série d’espionnage Gérard de Villiers et les dossiers préparatoires des romans S.A.S.

Adrien Frenay and Lucia Quaquarelli Sérialiser la Série Noire Roman noir, traduction et génétique sérielle

Stéphanie Fonvielle Culbutes textuelles et saillies verbales : la mise en recueils des réflexions san-antoniennes

Lucie Amir Génétique du best-seller  Formes contemporaines de la rationalisation de l’écriture chez Michel Bussi

Esther Cléry, Claire Cornillon, Mathilde Eynard, Maud Lelarge, Sarah Pereira da Camara, Julie Thomassin and Yoan Vérilhac

De la fanfiction au livre. Étude génétique du Pacte d’Emma de Nine Gorman

Agathe Nicolas De la série romanesque à la franchise : la critique génétique à l’épreuve de l’œuvre ouverte 

Entretien

Matthieu Letourneux Harlequin et le principe de la collection Entretien avec Karine Lanini

Inédit

Luce Roudier Les Trois As de Marcel Allain Aperçu d’un dossier génétique industriel et sériel

Varia

Domenico Paone Creuser les sous-sols de la pensée  Une approche génétique des manuscrits d’Ernest Renan

Gaëlle Cauvin La genèse du journal de René Depestre  Du manuscrit au tapuscrit

Chroniques

Comptes rendus d’ouvrages

Jamileh Talebizadeh Philippe Willemart (dir.), La Critique génétique à la recherche d’autres savoirs. De l’état quantique à l’écriture par la rature, préface de Filomena Juncker, Paris, L’Harmattan, 2020, 230 p. 

Hortense Delair Marc Escola, Le Misanthrope corrigé. Critique et création, Paris, Hermann, 2021, 198 p.

Tristan Bornoz Takayuki Kamada, Balzac. Multiples genèses, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2021, 486 p.

Giovanni Zuccarino Bibliographie : études génétiques, éditions, manuscrits.

Voir le volume sur le site de l’éditeur

Parution : Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990 (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux)

Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990, Paris, La Découverte, 2022.

L’histoire littéraire s’est construite sur un mensonge : elle a largement occulté sa part populaire et la conquête du grand public par l’édition, fruit d’une dynamique qui la place au cœur des industries culturelles. C’est cet autre visage de la littérature que ce livre donne à voir. Puisant dans des archives inédites, il retrace l’histoire chorale de celles et ceux qui, autour des Presses de la Cité et du Fleuve Noir, ont façonné à partir des années 1950 les genres majeurs de l’imaginaire contemporain : espionnage, policier, science-fiction, érotisme…

Par-delà les romanciers les plus fameux (Simenon, Frédéric Dard), les professionnels de cette édition populaire ont contribué à forger une nouvelle culture médiatique, dans un contexte de circulation internationale des fictions et de transformation du travail des auteurs. Loin de se résumer à une invasion des modèles américains, la culture de masse « à la française » s’en approprie les conventions au temps de la guerre froide et de la décolonisation ; et dans ces romans tirés à plus de 100 000 exemplaires s’inventent aussi les nouveaux codes de la masculinité et de la consommation des « Trente Glorieuses ».

Le livre raconte les stratégies industrielles à l’œuvre jusqu’à la chute d’un système médiatique au tournant des années 1990, quand les recompositions éditoriales font émerger les nouveaux empires de la communication. Il permet de comprendre l’horizon médiatique des générations d’après-guerre, qui ne se cantonne pas au monde du livre : les histoires imaginées par les auteurs populaires ont essaimé au cinéma, à la télévision, à la radio… Une enquête sans équivalent sur les origines du formidable « boom » de la pop culture, matrice de la culture populaire contemporaine.

Feuilleter l’ouvrage  Continuer la lecture de Parution : Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990 (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux)

Parution : L’amour comme un roman. Le roman sentimental au Québec, d’hier à aujourd’hui (M.-P. Luneau, J.-P. Warren)

Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, L’amour comme un roman. Le roman sentimental au Québec, d’hier à aujourd’hui, Presses Universitaires de Montréal, 2022. 

Cet ouvrage représente la première grande synthèse de l’histoire du roman sentimental au Québec.

Alors que le roman d’amour est un des genres les plus lus, il a été victime jusqu’ici du mépris des élites envers des textes écrits « à l’eau de rose ». Un tel désintérêt est regrettable, car, pour qui se délivre des préjugés entretenus à son encontre, la littérature sentimentale offre un portrait exceptionnellement riche des interdits et des fantasmes de la société québécoise.

Du roman de sensibilité à la chick lit, des fascicules populaires à la new adult, du roman de la victime à l’homoromance ou des photoromans aux sagas du viol, on s’étonne de la diversité des courants à l’intérieur d’un genre par ailleurs rigidement structuré. À travers les tribulations amoureuses des personnages se découvre ce qu’on peut appeler une « grammaire de l’amour », qui enseigne comment aimer et, peut-être plus encore, comment ne pas aimer.

L’analyse d’un vaste corpus permet d’aborder des questions captivantes. Quelle est la place du coup de foudre dans la rencontre ? Comment l’endogamie (de classe, de nation, de religion, de race) oriente-t-elle le choix des partenaires ? Quelles sont les règles du flirt ? Quelles sont les limites tracées à l’expression des désirs? Quelles sont les attentes face au mariage ?

Dans L’amour comme un roman, Marie-Pier Luneau et Jean- Philippe Warren se livrent à une analyse fine de la façon dont le roman sentimental a fait rêver les Québécoises et les Québécois à l’amour, et ce, pendant deux siècles.

Marie-Pier Luneau est directrice du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (grélq) et s’intéresse depuis plusieurs années aux phénomènes touchant l’édition populaire québécoise.

Jean-Philippe Warren est professeur au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire intellectuelle et culturelle du Québec, dont Honoré Beaugrand. La plume et l’épée (1848-1906) (Boréal, 2015), qui a reçu le prix littéraire du gouverneur général du Canada.

Appel à contributions : Évolutions et situations de la chanson au XIXe s. (revue Romantisme)

Romantisme« Évolutions et situations de la chanson au XIXe siècle », 2023

Échéance des propositions : 30 avril 2022

« La chanson » est souvent présentée par commodité comme une entité stable et spécifique, qui se distinguerait de ce qui n’est pas elle avec la force de l’évidence. Cependant cette stabilité et cette autonomie sont des effets de discours, et la pluralité que recouvre le singulier est évidente. 
Chanson populaire, chanson nationale, chanson républicaine, chanson sociale, chanson réaliste, chansonnette, chanson de café-concert, chanson comique troupier, chanson des rues, chanson de revue, romance, mélodie, hymne, chanson poétique, vaudeville… : toutes ces sous-catégories (dont certaines sont sans doute plutôt des catégories parallèles) font apparaître simultanément la mobilité et les évolutions de la chanson au xixe siècle et les relations entretenues par la chanson avec d’autres genres ou d’autres arts qui en constituent à la fois les limites et les extensions virtuelles.

Dans les discours critiques d’époque, le consensus touchant la profusion des chansons au xixe siècle se fonde souvent sur la seule prise en compte d’un critère formel très élémentaire – des paroles chantées ou destinées à l’être – et laisse de côté la variété des fonctions, des sources, des supports, des acteurs, des lieux, des genres qui affectent la pratique chansonnière. Pourtant, des chansons anciennes et anonymes recueillies par Nerval, par le comité Fortoul, par Weckerlin ou par divers enquêteurs dans les provinces de France, aux chansons composées pendant le siècle, les œuvres mises en jeu ressortissent à des traditions radicalement différentes. Cette hétérogénéité fondamentale est encore accrue par la diversité existant au sein des productions contemporaines elles-mêmes et que présuppose Nisard, en 1863, derrière les deux métaphores de la « muse pariétaire » et de la « muse foraine » :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Évolutions et situations de la chanson au XIXe s. (revue Romantisme)

Appel à contributions : Congrès 2022 de l’AFEA, Atelier Cultures Populaires: “Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique” (Université Bordeaux Montaigne)

Congrès 2022 de l’AFEA (Association Française d’Études Américaines USA) : « Légitimité, Autorités, Canons »

31 Mai- 3 Juin 2022, Université Bordeaux Montaigne (France)

Atelier Cultures Populaires des États-Unis d’Amérique : « Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique »

Échéance des propositions : 15 janvier 2021

Entre 2000 et 2021, onze des lauréats de l’Oscar du meilleur acteur ont été récompensés pour leur incarnation d’un personnage historique, dont sept pour des films clairement identifiés comme biographiques. Sur la même période, quatre des films récompensés par un Oscar du meilleur film, et trente-trois des cent cinquante et un candidats à la statuette, étaient des biopics. Depuis 2017, la série biographique de Netflix The Crown a été nommée quatre fois pour le Golden Globe et l’Emmy Award de la meilleure série dramatique, et a raflé quatre de ces prix.

Le genre biographique, en associant la pseudo-légitimité historique du film d’époque au goût du grand public pour les récits de destinées exceptionnelles, occupe une place de choix à Hollywood et dans la culture populaire au sens large : films et séries, mais aussi romans traditionnels ou graphiques, musique (on pensera par exemple aux chansons « Hurricane » et « Joey », de Bob Dylan, ou à « Candle in the Wind » d’Elton John), comédies musicales (telles qu’Evita, Beautiful: The Carole King Musical, ou plus récemment Hamilton) et même jeu vidéo (des jeux autobiographiques tels que That Dragon, Cancer de Ryan Green ou les jeux de Nina Freeman Cibele, How Do You Do It ou We Met in May, se basent sur la vie de leurs programmeur.se.s pour explorer des thématiques universelles).

Le genre en lui-même est fondé sur la réécriture et la romantisation des faits, qui permettent aux fictions biographiques de transformer le récit historique en un récit accessible au grand public, mais aussi bankable. Tout comme la fiction historique, il se rapproche parfois d’une forme de vulgarisation, mais en se focalisant sur un individu en particulier, il favorise l’identification et permet ainsi plus aisément au public de s’investir émotionnellement dans le récit qu’il déploie. Or on peut s’interroger sur les grandes figures qui sont ainsi mises en avant et, dans une certaine mesure, mythifiées. Des personnalités de différents milieux (arts, politique, sciences…) se voient ainsi transformées en héros et héroïnes de la fiction. Les récits biographiques explorent et reconstruisent leur passé afin de comprendre comment ils et elles sont devenu.e.s des « grands noms », appartenant même à la culture générale, mais s’attaquent aussi au côté sombre de la société américaine en se penchant sur des tueur.se.s en série (Jeffrey Dahmer, Ted Bundy, Aileen Wuornos…) ou sur d’autres figures criminelles (on pensera ainsi à la popularité du genre du true crime dans la littérature, les émissions de télévision ou de radio et les podcasts, ou aux séries Netflix Narcos ou Mindhunter). Dès lors, on peut se demander quel est l’objectif du genre biographique dans la culture populaire : s’il semble souvent chercher à construire des modèles, qui viendront par exemple nourrir la valeur fondatrice du self-made (wo)man, comment penser dans ce cadre les nombreuses fictions biographiques sur les tueur.se.s en série, et inversement le nombre restreint de fictions portant sur des personnalités appartenant au monde de la science (et dont la plupart propagent le stéréotype du « génie solitaire » qui peine à s’intégrer à la société) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Congrès 2022 de l’AFEA, Atelier Cultures Populaires: “Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique” (Université Bordeaux Montaigne)

Journée d’étude – “Littératures de genre et stratégies littéraires” (ENS de Lyon)

Journée d’étude – “Littératures de genre et stratégies littéraires”

Vendredi 26 novembre 2021

ENS de Lyon

Organisée par Hélène Martinelli (ENS de Lyon, IHRIM) et Raphaël Luis (ENS de Lyon, CERCC)

Programme

10h Accueil des par­ti­ci­pant·e·s

Littérature majeure, lit­té­ra­ture mineure : se situer dans l’espace lit­té­raire

10h30 Sarah MOMBERT (MCF, ÉNS de Lyon)

« Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, le triom­phe du théâ­tre de genre ? »

11h Matthieu LETOURNEUX (pro­fes­seur, Paris X Nanterre)

« L’écrivain popu­laire, centre de la culture : les auteurs du Fleuve noir et des Presses de la cité dans l’écosystème cultu­rel du second XXe siècle »

11h30 Pauline FRANCHINI (doc­to­rante, Université de Bourgogne)

« Genres mineurs et majeurs chez Gisèle Pineau et Maryse Condé »

12h Discussion

Pause déjeu­ner

Questions de sup­ports

14h Denis SAINT AMAND (cher­cheur FNRS, Université de Namur)

« Torpiller Spirou ? Le Trombone illus­tré, heb­do­ma­daire pirate »

14h30 Stéphanie COLOMBIER-PARMENTIER (doc­teure, aca­dé­mie de Marseille)

« Littératures de genre et stra­té­gies éditoriales en régime numé­ri­que »

15h Vivien BESSIERE (MCF, uni­ver­sité de Limoges)

« Les manuels d’écriture consa­crés aux lit­té­ra­tu­res de genre : entre stra­té­gies économiques et stra­té­gies poli­ti­ques »

15h30 Discussion

Pause café

Deux uni­vers éditoriaux : roman poli­cier et lit­té­ra­ture jeu­nesse

16h30 Marc VERVEL (doc­teur, Université de Paris)

« L’auto­bio­gra­phie de l’écrivain de récits poli­ciers : un genre impos­si­ble ? Agatha Christie et Jean Meckert »

17h Sarah MALLAH (doc­to­rante, Université Gustave Eiffel)

« La lit­té­ra­ture jeu­nesse, une stra­té­gie éditoriale spé­ci­fi­que ? »

17h30 Discussion

 

Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Trap, Collectif, préface Guillaume Heuguet, Éditions Audimat et Éditions Divergentes, 2021. 

La trap est autant célébrée que stigmatisée et criminalisée. Elle évoque le rap obsessionnel d’artistes comme T.I., Young Jeezy, Gucci Mane, Young Thug ou Future, les planques d’Atlanta et la prison, aussi bien que les trilles de caisses claires devenues incontournables dans les tubes de Miley Cyrus ou Ariana Grande. La trap est ainsi passée d’une tendance propre aux scènes rap à un répertoire de techniques et d’affects qui aimantent aujourd’hui des artistes de musique pop ou électronique du monde entier.

Ce recueil a été élaboré en allant chercher les personnes qui avaient déjà écrit sur ce genre musical, cette sensibilité, ces scènes tels qu’ils s’étaient cristallisés dans le rap depuis le début des années 2000. Si elle ne suit pour l’heure que certaines de ses manifestations entre les Etats-Unis et l’Europe – laissant de côté nombre de voix et de pays, y compris le nôtre – elle rassemble des essais critiques qui enrichissent notre expérience d’amateurs de rap en s’intéressant à ses conditions d’émergence et de circulation, aux vies incarnées ou mises en scènes dans ses productions, ou au quotidien des artistes.

Continuer la lecture de Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Parution : Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre (dir. Alison Peirse)

Alison Peirse (dir.), Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre, Rutgers University Press, 2021. 

“But women were never out there making horror films, that’s why they are not written about – you can’t include what doesn’t exist.”
“Women are just not that interested in making horror films.”

 
This is what you get when you are a woman working in horror, whether as a writer, academic, festival programmer, or filmmaker. These assumptions are based on decades of flawed scholarly, critical, and industrial thinking about the genre. Women Make Horror sets right these misconceptions. Women have always made horror. They have always been an audience for the genre, and today, as this book reveals, women academics, critics, and filmmakers alike remain committed to a film genre that offers almost unlimited opportunities for exploring and deconstructing social and cultural constructions of gender, femininity, sexuality, and the body.

Women Make Horror explores narrative and experimental cinema; short, anthology, and feature filmmaking; and offers case studies of North American, Latin American, European, East Asian, and Australian filmmakers, films, and festivals. With this book we can transform how we think about women filmmakers and genre.

Contributions by Alison Peirse, Alicia Kozma, Alexandra Heller-Nicholas, Martha Shearer, Katia Houde, Tosha R. Taylor, Dahlia Schweitzer, Laura Mee, Katarzyna Paszkiewicz, Maddison McGillvray, Molly Kim, Donna McRae, Erin Harrington, Lindsey Decker, Valeria Villegas Lindvall, Janice Loreck, Amy C. Chambers, Sonia Lupher

Alison Peirse is an associate professor in film and media at the University of Leeds, UK. She is author of After Dracula: The 1930s Horror Film and co-editor of Korean Horror Cinema.

Appel à contributions : Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction (Scritture migranti)

“Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction”

Scritture migranti

Deadline : May 31 2021

Publication anticipated in January 2022

Edited by Maurizio Ascari, Silvia Baroni, Sara Casoli

This issue of Scritture migranti (15/2021) aims to investigate a phenomenon that is highly characteristic of contemporary crime fiction on a global level: the representation and thematization of multiculturalism, international mobility, and transcultural identities. Thanks to its transnational circulation and its aptitude to highlight social and political issues throughout the lens of the investigation, crime fiction offers a privileged perspective through which to observe the encounters and the conflicts associated with social and cultural mobility. Moreover, the critical reflections on the connections between social norms and otherness expressed in crime fiction encourage also to take into consideration the mobility of the genre itself in terms of genre-blending.

In particular, we aim at analysing authors and characters whose transnational and multicultural perspective epitomizes an alienating gaze questioning the social norms of hegemonic groups. Describing mobility across national borders and cultural contexts, these figures suggest alternative readings of the society in which they live, and thus reflect on notions such as “cultural identity”, “integration”, and “transnationality”. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction (Scritture migranti)