Archives par mot-clé : genres populaires

Parution : Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre (dir. Alison Peirse)

Alison Peirse (dir.), Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre, Rutgers University Press, 2021. 

“But women were never out there making horror films, that’s why they are not written about – you can’t include what doesn’t exist.”
“Women are just not that interested in making horror films.”

 
This is what you get when you are a woman working in horror, whether as a writer, academic, festival programmer, or filmmaker. These assumptions are based on decades of flawed scholarly, critical, and industrial thinking about the genre. Women Make Horror sets right these misconceptions. Women have always made horror. They have always been an audience for the genre, and today, as this book reveals, women academics, critics, and filmmakers alike remain committed to a film genre that offers almost unlimited opportunities for exploring and deconstructing social and cultural constructions of gender, femininity, sexuality, and the body.

Women Make Horror explores narrative and experimental cinema; short, anthology, and feature filmmaking; and offers case studies of North American, Latin American, European, East Asian, and Australian filmmakers, films, and festivals. With this book we can transform how we think about women filmmakers and genre.

Contributions by Alison Peirse, Alicia Kozma, Alexandra Heller-Nicholas, Martha Shearer, Katia Houde, Tosha R. Taylor, Dahlia Schweitzer, Laura Mee, Katarzyna Paszkiewicz, Maddison McGillvray, Molly Kim, Donna McRae, Erin Harrington, Lindsey Decker, Valeria Villegas Lindvall, Janice Loreck, Amy C. Chambers, Sonia Lupher

Alison Peirse is an associate professor in film and media at the University of Leeds, UK. She is author of After Dracula: The 1930s Horror Film and co-editor of Korean Horror Cinema.

Appel à contributions : Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction (Scritture migranti)

« Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction »

Scritture migranti

Deadline : May 31 2021

Publication anticipated in January 2022

Edited by Maurizio Ascari, Silvia Baroni, Sara Casoli

This issue of Scritture migranti (15/2021) aims to investigate a phenomenon that is highly characteristic of contemporary crime fiction on a global level: the representation and thematization of multiculturalism, international mobility, and transcultural identities. Thanks to its transnational circulation and its aptitude to highlight social and political issues throughout the lens of the investigation, crime fiction offers a privileged perspective through which to observe the encounters and the conflicts associated with social and cultural mobility. Moreover, the critical reflections on the connections between social norms and otherness expressed in crime fiction encourage also to take into consideration the mobility of the genre itself in terms of genre-blending.

In particular, we aim at analysing authors and characters whose transnational and multicultural perspective epitomizes an alienating gaze questioning the social norms of hegemonic groups. Describing mobility across national borders and cultural contexts, these figures suggest alternative readings of the society in which they live, and thus reflect on notions such as “cultural identity”, “integration”, and “transnationality”. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction (Scritture migranti)

Parution : Language in Popular Fiction (Walter Nash)

Walter Nash, Language in Popular Fiction, Routledge, 2021 [1990]

First published in 1990, Language in Popular Fiction was written to provide a comprehensive and illuminating look at the way language is used in thrillers and romantic fiction.

The book examines the use of language across three interrelated levels: a level of verbal organisation, a level of narrative structure, and a level at which stylistic options and devices are related to notions of gender. It introduces ‘the protocol of pulchritude’ and makes use of detailed stylistic and linguistic analysis to investigate a wide range of ‘popfiction’ and ‘magfiction’. In doing so, it provokes serious reflection on popular fiction and its claims on the reader.

Table of Contents:

1: Prelude: in the airport lounge; 2: Woman’s place: a dip into the magazines; 3: Man’s business: a look round the action story; 4: Beginnings, middles, and ends: some sample pieces; 5: Standard ingredients: faces, places, fights, embraces; Postscript: and so to bed; References and bibliographical note; Index

Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Epopée et intermédialité

Troisième colloque du CIMEEP (Centre International et Multidisciplinaire d’Études Épiques), en collaboration avec le FoReLLIS pôle B (Poitiers)

Échéance des propositions : 30 avril 2021
 

La tradition de l’épopée ou du « rêve de l’épopée » (H. Christians, 2004), la recherche de l’idéal par définition inaccessible du modèle homérique, s’est toujours accompagnée d’une remise en cause des frontières entre les différents médias : la description du bouclier d’Achille dans l’Iliade, première ekphrasis de l’histoire littéraire européenne, signe traditionnellement le début des réflexions sur les relations texte-image. Ainsi, depuis l’Antiquité, l’idée de l’aède et l’idéal de l’écriture déterminée par la présentation orale ont accompagné la production de textes épiques intrinsèquement ambivalents, situés à la frontière entre le texte et la parole. La matière épique – des histoires de héros rayonnants qui se battent pour le collectif – inspire les auteurs dans leur recherche d’un texte idéal, capable de décrire et en même temps d’unir la communauté dans un langage sophistiqué et souvent versifié. Mais dans la même mesure, ces matières, qu’elles reposent sur un texte concret ou sur des sources hybrides, deviennent aussi des motifs des arts visuels : on les retrouve sous forme de peintures ou de sculptures. La question de l’intermédialité de l’épopée se pose également lorsque la matière épique est mise en scène – de la tragédie et de l’opéra classiques aux longs drames historiques du XIXesiècle, qui font souvent délibérément référence à la tradition des épopées nationales et sont reçus comme des « drames épiques ». Mais alors que les possibilités de représentation sur la scène classique étaient soumises à des limites spatiales et morales claires, l’émergence du film, au XXesiècle, a pu ouvrir des possibilités totalement nouvelles : à l’écran, de nombreuses adaptations de matières épiques classiques obtiennent finalement le succès populaire tant attendu ; à Hollywood, l’epic filmdevient même un genre à part. Plus récemment encore, ce succès a été prolongé par le jeu vidéo et la bande dessinée, ce qui a permis entre autres de remettre en cause la linéarité du récit et de recourir à de nombreuses citations intertextuelles et intermédiales. L’évolution, au fil des siècles, montre que chaque nouveau médium évoque le scepticisme des précédents, tout en ouvrant de nouvelles possibilités aux matières épiques traditionnelles ou plus récentes. L’émergence d’esthétiques nouvelles reflète ainsi toujours la longue tradition du récit épique.

Continuer la lecture de Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Appel à contributions : La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université

La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université

Appel à contribution pour un prochain n° des Cahiers Robinson

La « littérature de jeunesse » recouvre des œuvres et des produits très disparates dans leur intention et dans leur facture, de même qu’entre la prime enfance et le jeune adulte l’écart ne cesse de s’allonger, sans pour autant interdire les rencontres, les croisements, ce que la critique anglo-saxonne désigne par cross over. Il reste ce terme de « jeunesse » qui au fond définit peu de choses, sauf peut-être par exclusion. Les livres spécifiquement adressés à cette jeunesse occupaient naguère très peu de place dans les écoles sinon sous forme de manuels composés souvent de textes faits pour un autre âge. On a vu ces manuels se transformer peu à peu et se présenter même quelquefois comme des sortes d’anthologies de l’édition pour la jeunesse, ceci pour des classes d’âge de plus en plus élevées. On a vu aussi les « livres de bibliothèque » sortir de leurs armoires pour figurer dans les programmes et dans les listes d’ouvrages recommandés. Longtemps considérée comme une propédeutique à la lecture de la « vraie » littérature, ils sont désormais lus pour eux-mêmes, pour leurs qualités propres, quelquefois jugées supérieures à celles de la lecture adulte. Cette légitimation par les instructions officielles, malgré ses hauts et ses bas, a suscité un intense travail de découverte et de recherche dans les instituts de formation, avec des orientations contrastées, la perspective didactique se nourrissant désormais de la reconnaissance des « pouvoirs de l’enchantement » (pour reprendre le titre d’un ouvrage récent d’Anne Besson, Les Pouvoirs de l’enchantement). La littérature de jeunesse occupe aussi une place de plus en plus importante dans les facultés de lettres, au prix sans doute de deux stratégies qui pourraient paraître contradictoires, d’une part la promotion d’un « mauvais genre » venant bousculer les programmes académiques, d’autre part la validation de livres qui font œuvre et qui méritent d’être retenus pour leurs qualités esthétiques (y compris celles de l’image, qui n’est plus simplement illustration) et pour leur aptitude à éveiller la pensée.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université

Parution : Belphégor 18-2, Roman Populaire Espagnol – Roman historique, 1900-1950

Belphégor 18-2, Àngels Santa et Carme Figuerola (dir.), « Roman Populaire Espagnol – Roman historique, 1900-1950 », 2020  

I. Roman Populaire Espagnol

Continuer la lecture de Parution : Belphégor 18-2, Roman Populaire Espagnol – Roman historique, 1900-1950

Parution : La littérature de jeunesse par ses textes

Bénédicte Milland-Bove et Marie Sorel, La littérature de jeunesse par ses textes, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2020. 

Le présent manuel propose une immersion en littérature de jeunesse – univers bien moins lisse et rassurant qu’il n’y paraît. À travers des extraits de genres, d’époques et d’aires géographiques variés, il offre des repères contextuels, des outils théoriques et des pistes méthodologiques pour analyser les textes de littérature de jeunesse. 

L’étude à la loupe de « classiques » et de textes moins connus, du XVIIIe siècle à nos jours, met en évidence les évolutions, les spécificités et les visées (éducatives, morales, récréatives, esthétiques) de la littérature de jeunesse. À qui est destiné le texte de jeunesse ? Sur quelles conceptions de l’enfance et de l’adolescence repose-t-il ? Quelles normes et quels stéréotypes contribue-t-il à véhiculer ou à bousculer ? En quoi les choix éditoriaux et traductifs orientent-ils sa réception ? Quels liens entretient-il avec les textes de littérature dite générale ? 

Cet ouvrage collectif, par ses approches diversifiées (littérature, linguistique, études de genre, didactique, génétique, traductologie…) prouve que le texte de jeunesse, loin d’être en marge de la littérature, mérite d’être analysé comme un texte à part entière. Les 26 analyses du manuel procèdent par étapes clairement balisées. Les enjeux et les dates clés de la littérature de jeunesse sont rappelés dans l’introduction. Un index notionnel facilite la navigation d’un texte à un autre. Un encadré bibliographique, à la fin de chaque analyse, propose des prolongements pour explorer une œuvre ou une thématique et élargir la réflexion à d’autres arts. Continuer la lecture de Parution : La littérature de jeunesse par ses textes

Appel à contributions : La littérature des « mystères urbains » en Italie: des modèles du XIXe aux réécritures du XXe s.

La littérature des « mystères urbains » en Italie : des modèles du XIXeaux réécritures du XXe siècle

Transalpina n°25 (2022), numéro dirigé par Stefano Lazzarin et Mariella Colin

La critique a rarement reconnu une « dignité littéraire » à la tradition romanesque des mystères italiens, en l’écartant « du circuit de la littérature officielle » pour la confiner dans celui de la « littérature “mineure”, “d’appendice” » (Marini 1993, p. 12). Pourtant, ce genre compte en Italie un nombre non insignifiant d’œuvres, par des auteurs plus que dignes et parfois par des écrivains de premier plan dans l’histoire littéraire nationale. En guise d’exemples, nous pourrions rappeler les noms de Collodi (Misteri di Firenze. Scene sociali, 1857), Alessandro Sauli (I misteri di Milano, 1857-1859), Franco Mistrali (I misteri del Vaticano o la Roma dei Papi, 1861-1864), Anton Giulio Barrili (I misteri di Genova. Cronache contemporanee, 1867-1870), Francesco Mastriani (I misteri di Napoli, 1869), Giulio Piccini dit Jarro (Firenze sotterranea. Appunti, ricordi, descrizioni, bozzetti et I ladri di cadaveri, parus tous les deux en 1884), sans oublier ni le précurseur Antonio Ranieri (Ginevra o l’Orfana della Nunziata, 1839), ni le scapigliato Igino Ugo Tarchetti (Paolina. Misteri del Coperto dei Figini, 1865-1866 en revue et 1866 en volume). Continuer la lecture de Appel à contributions : La littérature des « mystères urbains » en Italie: des modèles du XIXe aux réécritures du XXe s.

Parution : Une fille comme toi

Jan BaetensUne fille comme toi, JBE Books, 2020. 

De 1955 à 1965 le cinéma a vécu sur papier dans une forme aujourd’hui oubliée : le ciné-roman-photo. Tombé dans un oubli certain, le ciné-roman-photo est la reprise d’un film authentique, réellement projeté dans les salles, sous forme de roman-photo. Ce livre propose une variation nouvelle et une réécriture très singulière de ce genre historique. Il radicalise l’idée de réemploi et de réécriture en utilisant exclusivement des images déjà publiées appartenant à la collection privée de l’auteur.

300 photogrammes ont été sélectionnés parmi une centaine de ciné-romans-photos. Michelangelo Antonioni et Luchino Visconti y côtoient Alfred Hitchcock et Jacques Demy, mais aussi un grand nombre de réalisateurs moins connus, actifs dans tous les genres du cinéma (western, comédie, horreur, SF, drame historique, etc.). De même, le montage et la mise en pages des photogrammes dévoilent la diversité des ciné-roman-photos de l’époque.

Une fille comme toi propose une plongée dans les univers cinématographiques qui capturèrent l’imaginaire d’une époque en même temps qu’une approche critique du genre par le biais de courts essais. C’est une œuvre hybride qui célèbre un genre méconnu : une collection privée de plus de 1 500 magazines a été remixée, de manière à créer un film qui n’a jamais existé, mais dont on reconnaît pourtant toutes les scènes.

Parution : Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse, n° 4 : « Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques »

Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse. Recherche en éducation,

Presses Universitaires de Saragosse, 2020.

No 4 (2019): Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques

Introduction

Lire et enseigner le conte et l’album: perspectives génériques

Christiane Connan-Pintado, Elvira Luengo Gascón

1 – 9

 PDF

1- Hybridations génériques et iconotextuelles

Au-delà des genres: le cas de « Mélusine »

Bochra Charnay Continuer la lecture de Parution : Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse, n° 4 : « Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques »