Archives par mot-clé : genres littéraires

Colloque « Mauvais genre », Amiens

Colloque interdisciplinaire : « Mauvais genre ».  L’énergie noire du système littéraire

15-17 mars, Logis du Roy, Amiens 

La mauvaise littérature est condamnée à l’oubli. Limitée aux seules œuvres reconnues, notre connaissance de l’espace littéraire est de fait réduite à une part infime de l’ensemble des œuvres. Le « bon goût » opère inlassablement sa sélection parmi elles, malgré sa versatilité à travers l’histoire et en dépit de l’instabilité du canon des grands textes tout comme des institutions chargées de les transmettre. Sont ainsi implacablement rejetés dans l’obscurité des textes de nature diverse : ouvrages ratés, textes mercenaires ou illégitimes, écritures du dimanche, plagiats ou autres impostures, mais aussi ce qui s’est trouvé recueilli sous la notion problématique de paralittérature. Mais le « mauvais », ainsi refoulé par le « bon goût », ne pourrait-il pas être semblable à cette énergie noire, invisible mais fondamentale et prédominante dans l’univers ?

L’espace littéraire fait coexister, à travers des systèmes de relations et d’appréciations qui sont au fondement de ce colloque, la grande littérature, avec son alignement de monuments consacrés, et une masse informe d’œuvres oubliées ou méprisées. Pourtant, la première semble bien avoir besoin de la seconde pour exister, s’en détacher comme sur une espèce de fond hétéroclite et anonyme. Au-delà du rôle de faire-valoir qu’on ne saurait lui dénier, quelles sont les fonctions de cette mauvaise littérature dans l’économie du système littéraire ? Quant à notre jugement, qui se forme largement sur le patrimoine accessible et élaboré avant nous, n’est-t-il pas en grande partie déterminé par le jugement de nos devanciers ?

 

Jeudi 15 mars (Logis du Roy)

9h30 – Accueil des participants. Ouverture du colloque par Anne DUPRAT (Pr, directrice du CERCLL, doyenne de l’UFR de Lettres, UPJV)

10h00 – La valeur du mauvais  (Mod. C. GRALL)

Nathalie HEINICH (Pr, EHESS) La hiérarchie des genres à la lumière de la sociologie des valeurs Continuer la lecture de Colloque « Mauvais genre », Amiens

Colloque : « Chemins de traverse »

Chemins de Traverse en fiction
Colloque interdisciplinaire de jeunes chercheur.euse.s

Ecole Normale Supérieure, salle Dussane

Vendredi 19 et samedi 20 mai 2017, 9h-17h30

La fiction a souvent recours, pour qualifier son rapport au monde, à l’image du chemin : road movie, roman picaresque, ou encore jeu vidéo d’exploration font du sentier, bien plus encore qu’un thème ou une métaphore, la structure organisatrice par laquelle la fiction dans prend forme dans le geste d’arpenter, d’avancer, de cheminer. Nous avons, quant à nous, voulu prendre les chemins de traverse, ceux qui dessinent des géographies alternatives et explorent des espaces ignorés, marginaux ou marginalisés. Sur ces sentiers, domaine des colporteurs, les objets qu’on s’échange ne peuvent qu’être déformés, étranges, illégitimes ; ils esquissent et nous racontent des histoires autres, parfois des histoires de travers.

Motif et structure d’organisation de la narration, le chemin de traverse est aussi un miroir que la fiction se tend à elle-même, un dispositif métadiscursif qui lui permet de se réfléchir et de se penser. La fiction des chemins de traverse est alors, peut-être, une fiction qui se dit spatialement, à travers les figures des déplacements, des détours et des transferts ; une fiction d’un arpentage qui n’est pas le flux continu du récit mais se veut exploration, détour, voire progression à l’envers. 

Ainsi, le chemin de traverse peut aussi devenir le paradigme d’une pratique de recherche. Hors des routes canoniques, nous avons voulu réunir un colloque de jeunes chercheur-euse-s pour discuter objets de mauvais genre et œuvres populaires, disciplines sens dessus dessous et outils transgressifs, et cartographier collectivement les nouveaux sentiers d’une recherche en train de se faire.

Programme

Vendredi 19 mai

  Continuer la lecture de Colloque : « Chemins de traverse »

Séminaire « Mauvais genre ? »

Séminaire Mauvais Goût, Mauvais Genre ?

ENS Ulm, Salle des Actes Lundi, 16h30-18h30

– Les romans populaires ont-ils une valeur littéraire ? – Le jeu vidéo mérite-t-il le statut d’art ? – YouTube peut-il avoir une valeur culturelle légitime ? – Le cinéma est-il un art ou un média populaire ? – Le manga est-il de mauvais goût ?

Ou plutôt… toutes ces questions ont-elles bien lieu d’être, ou bien ne vaudrait-il pas mieux apprendre à réfléchir autrement…?

Réfléchir autrement, c’est ce que propose ce séminaire, à travers une trentaine d’interventions portant à la fois sur la littérature populaire, la science-fiction, la BD, le jeu vidéo, la comédie musicale, et bien d’autres médias. Chaque semaine, un intervenant différent proposera son regard, et nous avons eu à coeur d’inviter aussi bien des chercheurs reconnus que des jeunes chercheurs innovants.

D’Arsène Lupin à Dragon Ball, nous essayerons de poser un autre regard sur la culture médiatique et populaire, qui d’habitude a si peu de place dans les institutions savantes.

Car le mauvais goût, ça s’apprend.

Programme Continuer la lecture de Séminaire « Mauvais genre ? »

Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle »

 

Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle »

Université Paris 13 et BNF

les 13, 14 et 15 avril 2016

Télécharger ici le programme

Le XIXe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Ces différents facteurs induisent une « spécialisation du roman », c’est-à-dire une division du genre romanesque en de multiples sous-genres. Roman noir, personnel, sentimental, historique, d’aventures, de mœurs, de cape et d’épée, mondain, psychologique, scientifique ne sont que quelques-unes des catégories permettant aux contemporains de fragmenter un domaine romanesque devenu immense. Cette multiplication est facilitée par la possibilité de définir un genre à partir de nombreux critères, plus ou moins pertinents. D’autres genres ont été oubliés : qui se souvient du roman ecclésiastique ou du roman militaire ? Alors que de nombreux travaux ont déjà permis de préciser les connaissances sur un genre particulier, nous souhaiterions porter un regard englobant et transversal sur cette division du roman en de multiples genres, qui nous semble constituer un enjeu majeur pour l’étude de la production littéraire au XIXe siècle.

 

Appel : « Genres et enjeux de légitimation »

Appel à contributions

Troisième numéro de la revue en ligne À l’épreuve : «  Genres et enjeux de légitimation »

Image : dessin de Benjamin Roubaud, 1842. « La Grande Chevauchée de la Postérité »

Reposant sur l’établissement de contrastes qui permettent de dégager des traits distinctifs pertinents, l’activité classificatoire se trouve au cœur des processus d’élaboration des savoirs. En littérature et plus généralement dans les arts, c’est la notion de « genre » qui sert à opérer un ensemble de discriminations indispensables au travail de conceptualisation de divers pans de la production culturelle.

Bien que génératrice de nombreuses taxinomies dont on peut facilement mesurer l’efficacité pratique dans notre vie quotidienne – des étiquettes comme « polar » ou « rap » aident non seulement la pensée à reconnaître immédiatement une forme particulière mais également le potentiel acheteur à s’orienter vers ou tel ou tel rayonnage en fonction de ses goûts –, il s’agit de l’une des notions théoriques les plus nébuleuses et par là-même des plus polémiques.

Et cela parce qu’elle fait, selon les cas, entrer en jeu des critères taxinomiques très divers. Tentant d’en résumer la totalité dans le domaine littéraire, Daniel Couégnas énumère : Continuer la lecture de Appel : « Genres et enjeux de légitimation »

Journée « Genres littéraires et fictions médiatiques »

Genres littéraires et fictions médiatiques

Journée d’étude organisée à l’université de Limoges

Le 17 novembre 2015

par Aurélie Huz et Nicolas Perez Prada

avec le soutien de l’équipe d’accueil EHIC et de l’école doctorale LPAH

Affiche-JE-genres fictions

 Programme

Continuer la lecture de Journée « Genres littéraires et fictions médiatiques »

CFP: Genres littéraires et fictions médiatiques

Appel à communication

 Journée d’étude doctorale organisée le 17 novembre 2015 à l’université de Limoges dans le cadre de l’équipe d’accueil EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles – EA 1087)

 

GENRES LITTÉRAIRES ET FICTIONS MÉDIATIQUES

Genres et médias : la convergence des problématiques liées à ces deux objets de recherche se manifeste d’emblée par le jeu des dénominations utilisées pour évoquer certains objets de notre culture de masse contemporaine. Ainsi « paralittérature », « littérature médiatique », fictions « industrielles » et « sérielles » Continuer la lecture de CFP: Genres littéraires et fictions médiatiques

Parution: Les mystères urbains au prisme de l'identité nationale

Medias19

Les mystères urbains au prisme de l’identité nationale
Sous la direction de Marie-Ève Thérenty

Marie-Eve Thérenty Présentation. Les mystères urbains au prisme de l’identité nationale

Grande-Bretagne

Matthieu Letourneux Imaginaires sériels et circulation internationale. Le cas des mystères urbains (France, Grande-Bretagne)

Micheline Cambron Mystères et variance des textes populaires : la contingence des supports
Marie-Astrid Charlier Mystères de papier mâché. Montréal selon Hector Berthelot
Matthieu Letourneux Un genre médiatique international, des séries culturelles locales: Le mystère urbain québécois
Yoan Vérilhac Les mystères des Mystères de Montréal d’Henri-Émile Chevalier
Alex Gagnon Crimes littéraires et transactions discursives. Les Mystères de Montréal et le récit national

Nicolas Gauthier Le « cas » des Mystères du Palais-Royal de Louis-François Raban
Amélie Chabrier Les Mystères de New-York : stratégies d’adaptation d’un serial américain au pays de l’oncle Sue

Effie Amilitou Apocryphes urbains, ou la construction d’un mystérieux genre romanesque en Grèce

Anna Lushenkova Foscolo Entre l’« école naturelle » et les mystères de la capitale : La croisée des genres et des traditions littéraires dans Les Bas-fonds de Saint-Pétersbourg de Vsevolod Krestovski et sa traduction française

Helle Waahlberg « Ridicules imitations d’Eugène Sue ou de Paul Féval » : les mystères urbains scandinaves

Mexique

Laura Suárez de la Torre Lectures des Mystères de Paris à Mexico au  XIXe siècle
Maria Esther Pérez Salas Les illustrations mexicaines des Mystères de Paris

Séances séminaire LIRE XIXe: Périodiser : les temps recomposés

Séances séminaire LIRE XIXe

Périodiser : les temps recomposés

ISH – 14 av. Berthelot, 69007, Lyon

Le séminaire LIRE XIXe s’attachera, pour cette année 2012-2013, à interroger la conception et les pratiques de la périodisation dans le champ des études littéraires et artistiques.

Cette série de regards croisés permettra tout d’abord d’envisager la périodisation d’un corpus et les critères mobilisés pour le constituer, lorsque celui-ci se fixe pour objectif de mettre en lumière l’émergence d’un genre (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan) ou d’une pratique intimement liée à l’évolution des supports médiatiques, eux-mêmes soumis à des rythmes et à une périodicité spécifiques (« Les revues de fin d’année », resp. O. Bara). Geste critique dont les principes ont pu eux-mêmes varier avec le temps et qui appelle une réflexion également rétrospective sur les pratiques éditoriales (« Recherche sur l’édition critique », resp. Ph. Régnier).

La question sera également envisagée du point de vue de la sociologie du champ littéraire et artistique : placée sur ce terrain, la pratique de la périodisation permet-elle de distinguer et de définir des unités tout autant signifiantes que significatives, comme celle de « génération » (Serge Zenkine) par exemple ? Cette démarche est-elle viable lorsqu’il s’agit de faire le point sur le statut des femmes musiciennes entre le XVIIIe et le XIXe siècles (« Musiciennes », resp. A. Ramaut) ou l’analyse met-elle au jour plus de permanences que de véritables mutations ?

Enfin, si l’histoire littéraire privilégie logiquement une scansion fondée sur les événements internes à la sphère de la littérature (histoire des genres littéraires, émergence des courants et des écoles, prépondérance des chefs de file, polémiques et combats, etc.), comment prend-elle en compte, dans la démarche de périodisation, d’autres temporalités, à partir desquelles les textes « travaillent » et qu’ils réfléchissent ? Temps scientifique, scandé par les découvertes et sous-tendu par une idéologie du progrès (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan ; « Machines à images », resp. D. Gleizes & D. Reynaud) ; temps historique, marqué par la violence de l’événement révolutionnaire (« Romans de la Révolution », resp. J.-M. Roulin) ou par la persistance douloureuse de l’esclavage (« La voix des esclaves » (resp. S. Moussa & D. Lançon). Comment périodiser ces phénomènes de réception, marqués tour à tour par de brusques effets de focalisation, des mécanismes d’amortissement et de normalisation, des moments d’inertie et de rémanence, un travail de mémoire, enfin ?

Mercredi 10 octobre, 14h : accueil des étudiants de master 2 dans le cadre de leur formation à la recherche au LIRE.

1. Jeudi 11 octobre :

« La voix des esclaves » (resp. Sarga Moussa & Daniel Lançon)

– Vanessa Guignery (PR ENS de Lyon, UMR LIRE), « Voix et silence des esclaves du Cap en Afrique du Sud : écritures contemporaines »

– Elodie Gaden (doctorante, Grenoble 3), « La voix des esclaves dans les lettres de Sophia Poole, la soeur d’Edward Lane (The Englishwoman in Egypt, 1844-1845) »

2. Jeudi 15 novembre

« Histoire des genres/histoire des sciences : questions de périodisation » (resp. Claire Barel-Moisan, Delphine Gleizes)

-Claire Barel-Moisan, « Le roman d’aventures scientifiques et d’anticipation à la fin du XIXe siècle : les âges de la vie d’un genre »

-Delphine Gleizes, « La littérature au prisme des inventions optiques : anticiper/refléter »

3. Jeudi 13 décembre :

Matin : « Atelier Thèse » : Amélie Caldérone, Delphine Dufour…

Après-midi : « Musiciennes » (resp. Alban Ramaut)

– Florence Launay, « La prise en compte des musiciennes par l’histoire: un tour d’horizon »

– Etienne Jardin, « Laure Cinti-Damoreau : la formation d’une première chanteuse »

– Muriel Boulan : « Louise Farrenc et la Société des concerts du Conservatoire : la singulière insertion d’une femme sur la scène symphonique française »

4. Jeudi 10 janvier

Serge Zenkine (Université des sciences humaines (RGGU), Moscou – Collegium de Lyon), « La génération sur l’échelle de l’histoire : La valeur d’une notion dans le langage courant et dans les recherches littéraires »

5. Jeudi 14 février

« Présentation de l’ANR Médias19 » (resp. Olivier Bara)

– Olivier Bara, « Editer en ligne des revues dramatiques de fin d’année »

– Amélie Calderone (doctorante, LIRE/Lyon 2), « Etude de cas »

6. Jeudi 21 mars

« Les romans d’anticipation » (resp. Claire Barel-Moisan)

-Irène Langlet (Université de Limoges), « La première littérature d’anticipation française au pied de la lettre, ou : la longue marche vers une poétique du futur »

-Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest), « Anticipation Belle Epoque et rétrofuturisme générique: oeuvres sérielles et horizon(s) d’attente »

7. Jeudi 4 Avril

« Romans de la Révolution » (resp. Jean-Marie Roulin)

-Corinne Saminadayar-Perrin (Université de Montpellier III), « Républiques et Révolution »

-Aude Déruelle (Université d’Orléans), « Décentrements et décalages »

8. Jeudi 16 mai : Journée des doctorants

9. Jeudi 13 juin : « Recherche sur l’édition critique » (resp. Philippe Régnier)

Pour mémoire :

31 janvier et vendredi 1er février : journées conclusives sur le Théâtre populaire (resp. Olivier Bara)

Parution: Gérard Genette, Des genres et des oeuvres.

Gérard Genette, Des Genres et des oeuvres

Paris, Éditions du Seuil, collection « Points Essais »

528 p. – 9 €

Ce volume réunit sept textes tirés de Figures IV et de Figures V. Écrits et publiés après L’Oeuvre de l’art, ils en précisent et en justifient le propos, qu’ils prolongent en une interrogation d’ensemble sur la relation esthétique en général, l’art et la littérature en particulier, et le rapport qui s’y manifeste entre les genres et les oeuvres – dont une mérite un détour et un hommage particulier : celle de Chateaubriand. Un mode de création inclassable ou transversal, le comique, jusqu’ici – depuis la perte du légendaire Traité d’Aristote – dédaigné ou négligé par les poétiques classiques et modernes, y fait son apparition sous ce titre stimulant : « Morts de rire ».

Cet ouvrage est composé d’une sélection de textes issus de Figures IV (1999) et de Figures V (2002).