Archives par mot-clé : genres littéraires

Appel à contributions : Expansion. Science-fiction et formes expérimentales (revue ReS Futurae)

Expansion. Science-fiction et formes expérimentales

Date d’échéance : 15 juin 2024

Dossier Res Futurae n° 26, décembre 2025

Sous la direction de Jérôme Dutel (Université de Saint-Étienne) et Alice Ray (Université d’Orléans).

Texte de l’appel :

Les propositions d’articles, d’environ 250-300 mots, accompagnées d’une brève biobibliographie, sont à envoyer avant le 01/06/2024 aux deux adresses suivantes : jerome.dutel@univ-st-etienne.fr et alice.ray@univ-orleans.fr

Remise des articles V1 : 15 octobre 2024.

Le processus d’évaluation de la revue ainsi que les normes éditoriales sont disponibles en ligne : https://journals.openedition.org/resf/13028

 —

« Ça n’a pas été sans quelques complications,
sans heurts ni détours, que d’essayer de trouver
des mots pour vous parler ici. »
Noël Akchoté (en collaboration avec Guillaume Patin),
préface à Philippe Robert, Musiques expérimentales. Une anthologie transversale d’enregistrements emblématiques (2007, 2014) Continuer la lecture de Appel à contributions : Expansion. Science-fiction et formes expérimentales (revue ReS Futurae)

Programme : La Volte. Vingt ans d’édition à contrevent. Poétiques et politiques de la science-fiction au XXIe siècle (Campus Condorcet, 11-12/06/2024)

La Volte. Vingt ans d’édition à contrevent. Poétiques et politiques de la science-fiction au XXIe siècle

Campus Condorcet (Aubervilliers, Bâtiment Recherche Sud) les 11 et 12 juin 2024

Organisé par Christèle Couleau et Jean-Marc Baud

 

Programme de l’événement

Continuer la lecture de Programme : La Volte. Vingt ans d’édition à contrevent. Poétiques et politiques de la science-fiction au XXIe siècle (Campus Condorcet, 11-12/06/2024)

Appel à communications : Colloque anniversaire des 5 ans d’Intercripol. Chambres closes et ouvertures théoriques.

Colloque anniversaire des 5 ans d’Intercripol. Chambres closes et ouvertures théoriques.

7 et 8 novembre 2024

Université Jean Moulin Lyon 3

Date d’échéance : 15 juin 2024

Texte de l’appel :

On s’accorde généralement sur le fait que le roman policier est né avec la publication de « Double assassinat dans la rue Morgue », de Poe (1841) – inaugurant au passage l’un de ses sous-genres les plus emblématiques, le mystère en chambre close, au sein duquel des auteurs comme G. K. Chesterton, J. D. Carr, P. Halter ou E. Hoch rivaliseront de virtuosité, explorant méthodiquement toutes les combinatoires offertes par le principe d’un meurtre commis dans un espace fermé à double tour, dans lequel l’assassin n’a, à première vue, eu la possibilité ni de pénétrer ni de sortir. Le premier roman à énigme reposant tout entier sur ce principe est Le Mystère de Big Bow d’Israël Zangwill (1891) ; Gaston Leroux, avec Le Mystère de la chambre jaune (1907), donne ensuite ses lettres de noblesse à cette situation insoluble qui connaîtra ensuite d’infinies variations, tant du point de vue du lieu lui-même que de son extension. On passe ainsi, par exemple, d’une chambre à un grenier chez Ellery Queen, ou à une île chez Agatha Christie. Continuer la lecture de Appel à communications : Colloque anniversaire des 5 ans d’Intercripol. Chambres closes et ouvertures théoriques.

Parution : Near Chaos. Quand la littérature nous prépare au pire

Simon Bréan et Guillaume Bridet, Near Chaos. Quand la littérature nous prépare au pire, Paris, Hermann, 2024.

 

Présentation
Face aux crises qui se multiplient dans notre présent troublé, menaçant d’engloutir nos démocraties, nos valeurs, nos modes de vie et jusqu’à nos existences, que peut encore la littérature ? Depuis la fin des années 2000, paraît un nombre croissant de romans en français qui se préoccupent d’un monde sur le point de sombrer dans le chaos. Ces romans, signés entre autres par Jérôme Leroy, Antoinette Rychner, Michel Houellebecq ou encore Wendy Delorme, nous proposons de les regrouper sous le terme de Near Chaos.

Comment comprendre ce déplacement chronologique vers un futur proche d’une écriture romanesque qui reste foncièrement réaliste ? Pour saisir les dimensions poétiques et idéologiques de ces récits, cet ouvrage examine leurs représentations du chaos à venir et leurs procédés narratifs. Les trajectoires de leurs personnages, écartelés entre délitement des institutions, survie individuelle et solutions collectives, offrent un panorama de choix éthiques et politiques saisissants auxquels nous pourrions bientôt être confrontés.

 

PARUTION : QUÊTES, ENQUÊTES ET ROMAN NOIR

Iziar de Miguel, Quêtes, enquêtes et roman noir. De Didier Daeninckx à Kateb Yacine, Paris, L’Harmattan, 2023.

Présentation
Quêtes, enquêtes et roman noir relie les notions de roman policier métaphysique et de roman noir. Rattachant le genre policier à son lignage littéraire, cet essai analyse l’évolution du trope du flâneur en tant que marcheur méditatif, des Nuits de Paris de Rétif de la Bretonne jusqu’à son développement métaphysique par Walter Benjamin. L’approche déconstructive et intertextuelle des romans de Didier Daeninckx, Jean-Claude Izzo et Rachid Santaki renouvelle l’apport de la littérature engagée. Dominique Manotti, Maud Tabachnik, Virginie Despentes et Hannelore Cayre, ainsi que des auteurs nord-africains de renom comme Andrée Chedid, Kateb Yacine, Driss Chraïbi et Abdelkader Djemaï subvertissent le genre pour proposer des enquêtes innovatrices qui révèlent le tournant métaphysique de leurs romans.

Appel à communications : Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe s. (Champs-sur-Marne)

Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe

13 juin 2024

Université Gustave-Eiffel (Paris-Est), Champs-sur-Marne

Date d’échéance : 24 mars 2024

Journée d’étude jeunes chercheurs organisée par Tristan Tailhades (LISAA) et Sarah Mallah (LISAA). Invitée : Claire Barel-Moisan (CNRS/ENS-Lyon).

Texte de l’appel : 

Aux XVIIIe et XIXe siècles, c’est à la géologie qu’il est revenu de s’engager dans « le sombre abîme du temps » qu’évoquait Buffon, et de révéler que l’histoire du monde ne s’écrivait pas en milliers d’années, comme l’enseignait l’Écriture, mais en millions et bientôt en milliards d’années. On sait l’usage qu’ont fait les sciences de ces très longues durées : Charles Darwin y a adossé sa théorie de l’évolution, qui ne réclamait pas moins que « des milliers de générations » (Darwin, 1859) pour expliquer le passage progressif d’une espèce à une autre. Les temporalités longues des sciences de la nature ont inspiré à Michelet, dans le domaine des sciences humaines, des développements sur la préhistoire des nations (Petitier, 1997). Les découvertes scientifiques rendent possible d’imaginer le monde en des temps très éloignés, dans le passé comme dans le futur. Sur le plan politique, Roger Luckhurst rappelle que le XIXe siècle est le grand moment de la domination des empires coloniaux, ce qui explique selon lui l’élargissement des échelles à la fois temporelles et spatiales  (Luckhurst, 2012). Continuer la lecture de Appel à communications : Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe s. (Champs-sur-Marne)

Appel à contributions : The Crime Genre and Crisis (Univ. of Galway, Ireland)

The Ninth Interdisciplinary Conference of the International Crime Genre Research Network, Ireland The Crime Genre and Crisis

Friday 16 – Saturday 17 June 2023

University of Galway, Ireland

Échéance des propositions : 10 février 2023

In 2022 Collins Dictionary chose ‘Permacrisis’ as their word of the year, reflecting a sense of moving from one crisis to another: pandemic; warfare; mass migration; climate change and environmental breakdown. We read about energy crisis, economic crisis, supply chain crisis, mental health crisis, political crisis, global crisis in gender-based violence. Crisis breeds fear and uncertainty but can also represent a turning point and the potential for urgent, radical action. The aim of this ninth interdisciplinary conference is to examine how the crime genre reflects and engages with ideas of crisis. Indeed, crisis is at the heart of the genre, with crimes affecting individuals, families, communities, nations, forcing them to confront terrible acts and face up to devastating truths. Furthermore, the embeddedness of the modern subject within transnational and global networks of travel, commerce, exchange, influence, raises complex questions of complicity and responsibility in local and global crises. We invite submissions on the theme of crisis within the genre, from the individual to the global. We also invite scholars to consider to what extent genre production reinforces a sense of helplessness in the face of these crises and to what extent it suggests or proposes potential solutions.  

As always, we welcome submissions from those working on crime fiction and film, and wider media production. We invite proposals for papers or panels from a wide range of disciplinary perspectives: literature and languages, criminology, anthropology, economics, politics, sociology, gender studies, health, law, etc. Our ambition remains to bring together researchers from a broad range of disciplines, countries and cultures to share knowledge and insights. We welcome established, early career and postgraduate scholars.

Papers can be on any aspect of crisis and can be on crime fiction production from the inception of the genre to the present day. Papers are welcome from any language area, but must be delivered in English and should be no more than twenty minutes in length.

Gender-based violence: Within the broader call, we include an invitation to scholars working on gender-based violence in the crime genre to register their interest in joining a research network to share expertise in this area.

Continuer la lecture de Appel à contributions : The Crime Genre and Crisis (Univ. of Galway, Ireland)

Appel à contributions : La Science-fiction et l’enseignement du politique (Revue Relief)

Numéro la revue Relief : “La Science-fiction et l’enseignement du politique”

sous la direction de Colin Pahlisch et Gaspard Turin

Échéance des propositions : 31 janvier 2023
 
Le renouveau de la SF en France depuis la fin du XXe siècle, dans le sillage de la Nouvelle Science-fiction Française, porté en particulier par Alain Damasio et les auteur·ice·s du collectif Zanzibar, semble avoir deux effets concomitants. D’une part un « retour du politique[1] », au sein des textes publiés mais aussi à travers une présence interventionniste au-delà du champ strictement littéraire (ZADs et milieux militants, musique, arts vivants…) ; d’autre part – mais ceci reste à vérifier – au-delà du niveau local : un certain engouement pour l’enseignement des œuvres de Damasio et leur mise au programme dans les classes de français du secondaire.

De ce double constat initial se dégagent trois pôles, dont les possibilités articulatoires définissent dans ses grandes lignes les enjeux de ce numéro : le politique (compris après Rancière (2005) comme gouvernementalité à tous niveaux d’organisation collective, voire comme « débordement »), la science-fiction, l’enseignement. On évitera de matérialiser cette articulation en formulant des questions trop simplistes ou mal informées, comme « La SF est-elle enseignable ? » (la réponse est oui). En revanche, on considèrera comme fécond de formuler une problématique selon l’un ou l’autre des axes suivants, auxquels nous ajoutons quelques questions générales en manière d’exemples synthétiques. Ces questions n’ont évidemment pas vocation à couvrir l’ensemble de la problématique envisagée ici. 

Axe 1 : Quelle place pour le politique dans l’enseignement (de la SF) en littérature ? 

La lecture littéraire scolaire, contrairement à d’autres disciplines comme l’histoire ou la philosophie, ne considère ni dans ses traditions, ni dans ses programmes officiels, ni dans ses pratiques déclarées de lien évident avec un quelconque devoir d’éducation politique. Alors que, si l’on s’attache à observer les enjeux didactiques de la discipline du français (ou d’une autre langue) sous l’angle d’une théorie de l’action conjointe, telle qu’elle est notamment représentée par G. Sensevy (2011), on réalise que les faits enseignables sont indissociables des valeurs qui les sous-tendent, qu’« évaluation et description s’entrelacent » (Putnam, cité par Sensevy, 707) et que toute ingénierie didactique se doit d’intégrer une dimension éthique. Cette dimension, en effet, se révèle toujours, qu’elle soit ou non interrogée. Son interrogation effective implique d’instituer activement les perspectives politiques ainsi révélées, et de nourrir par un dialogue informé entre élèves et enseignant·e·s les questionnements qui ne manqueront pas d’émerger. Continuer la lecture de Appel à contributions : La Science-fiction et l’enseignement du politique (Revue Relief)

Appel à contributions : Amitiés d’enfance. Littérature & cinéma (XIX-XXIe siècles) (Le Mans Université)

Colloque : Amitiés d’enfance. Littérature et cinéma (XIX-XXIe siècles) 

Le Mans-Université, 22-23 juin 2022

Organisé par Sylvie Servoise et Delphine Letort

Échéance des propositions : 15 décembre 2022

« Qu’est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Si je veux l’expliquer à qui me le demande, je ne le sais plus » s’interrogeait Saint-Augustin dans ses Confessions. À bien des égards, il en est de l’amitié comme du temps : tout le monde semble savoir plus ou moins ce qu’elle signifie, pour en faire et en avoir fait l’expérience directe, mais peine à la définir, tant paraissent poreuses les frontières avec d’autres types de relations humaines (à commencer par l’amour et la camaraderie) et épineuses les questions qu’elle soulève : que cherche-t-on chez l’ami/e, un miroir de soi ou un autre que soi ? L’amitié, que l’on présente souvent comme la rencontre élective entre deux êtres (« parce que c’était lui, parce que c’était moi… » pour reprendre la célèbre citation de Montaigne[1]) est-elle forcément exclusive et, inversement, la multiplication des amis est-elle nécessairement à comprendre comme un affadissement du lien amical ? Pourquoi d’ailleurs chercher et cultiver l’amitié : s’épancher, s’étendre hors de soi, ou au contraire trouver celui/celle qui vous comprendra, dans une logique de repli et de séparation d’avec le monde ? Vise-t-elle à assouvir certains de nos désirs ou besoins ou, au contraire, peut-on l’appréhender, à l’instar d’Aristote[2], comme une vertu fondamentalement altruiste, tournée vers le bien de l’ami/e ? On pourrait multiplier à l’envi ces questions, qui non seulement sont connues depuis longtemps – il suffit de songer à la longue tradition philosophique relative à la philia grecque et l’amitia latine[3] – mais qui font encore l’objet d’un regain d’intérêt depuis une vingtaine d’années, et tout particulièrement dans le champ des sciences humaines et sociales : philosophes, sociologues, psychanalystes, historiens, anthropologues, s’attachent à cerner les contours d’une notion qui est tout à la fois un concept philosophique, un sentiment, une valeur, mais aussi une pratique sociale, dont l’importance pour la construction psychique et l’intégration sociale de l’individu est de plus en plus étudiée[4].

Continuer la lecture de Appel à contributions : Amitiés d’enfance. Littérature & cinéma (XIX-XXIe siècles) (Le Mans Université)

Parution : Textimages, “Portraits de pays dans les collections jeunes publics”

Textimages, “Portraits de pays dans les collections jeunes publics”, dir. Christine Rivalan Guégo, Catherine Sablonnière et Laurence Le Guen, automne 2022. 

Dossier issu de deux journées d’étude organisées  à l’université Rennes 2 en mars 2020 et 2021 par le groupe de recherche Greces-Cellam

A partir d’un panorama d’ouvrages tirés d’espaces géographiques et de temporalité différents, les articles de ce dossier questionnent le portrait de pays pour la jeunesse sous l’angle de son histoire, de sa matérialité, de ses évolutions et variations, de sa représentation, de sa circulation et de sa réception. Il tente d’esquisser une généalogie du genre et de dégager les marqueurs génériques de cette production destinée à la jeunesse.

Accéder au sommaire et au contenu du numéro