Archives par mot-clé : genres de l’imaginaire

Programme des Assises CPM 2023

Programme des Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques, 2nde édition – CPM 2023 : « Futurs POP – Quel(s) avenir(s) pour les études en cultures populaires et médiatiques ? »

Dates : 12, 13 et 14 octobre 2023

Lieux : Université Paris Nanterre et Sorbonne Université

Les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018 visaient à constituer un événement scientifique centralisateur autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ». Réunissant une centaine d’intervenant·e·s issu·e·s de diverses disciplines, cet événement a permis de confronter les objets, les méthodes et les champs théoriques, confirmant le dynamisme des recherches en cultures populaires et médiatiques et contribuant à affirmer la place incontournable qu’elles occupent dans le paysage universitaire.  

Après ce premier état des lieux des recherches sur les cultures populaires et médiatiques, cette deuxième édition des Assises, qui se tiendra cinq ans plus tard, choisira cette fois de regarder vers l’avenir – le terme étant ici entendu dans un sens large.

Les Assises CPM 2023 sont organisées par l’Association internationale des chercheur·euse·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM). Fondée en 2011, la LPCM a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine. Depuis sa création, l’Association a fédéré des initiatives interdisciplinaires variées permettant une saisie problématisée des objets produits et diffusés par les industries culturelles et circulant dans l’espace public depuis l’avènement du roman-feuilleton. 

Contact : assisescpm2023@protonmail.com

Attention ! Pour pouvoir accéder au campus de la Sorbonne lors de la journée du samedi 14 octobre, il est nécessaire de remplir ce formulaire d’inscription pour le 11 octobre au plus tard https://forms.office.com/e/5jSGkDXXa3. L’inscription n’est par contre pas nécessaire pour les journées du jeudi et du vendredi.

Jeudi 12 octobre – Université de Nanterre


Bâtiment Max Weber
Salle de conférence, salle de séminaire 1, salle de séminaire 2

9h15-9h30 : Mot d’accueil
9h30-10h30 : Conférence plénière
  • Marie-Laure Ryan, chercheuse indépendante – La culture populaire et la notion de monde : métavers et multivers
10h30-11h : Pause-café
11h-12h30 : Ateliers parallèles

Atelier 1 : Localité/globalité

Présidence de panel : Rachel Nadon (Université de Sherbrooke)

  • Bruno Dupont (KU Leuven) – Une économie générale du jeu vidéo ? Notes pour un modèle d’analyse des échanges au sein des jeux vidéo
  • Nicolas Gauthier (Université de Waterloo) – De quelques futurs postapocalyptiques romanesques québécois (2013-2023)
  • Frédéric Guignard (Université de Lausanne) – Le futur est-il queer ? De l’utopie féministe à la fiction queer en SF contemporaine

Atelier 2 : Histoire et culture médiatique

Présidence de panel : Philippe Roussin (CNRS/EHESS)

  • Victor Faingnaert (Université de Caen-Normandie) – Les séries télévisées en cours : faire de l’histoire culturelle du très contemporain
  • Mathieu St-Pierre (Université Laval) – Visiter la Normandie du soldat Ryan

Atelier 3 : Gender studies

[Fusionné avec l’atelier 1]

12h30-14h : Déjeuner (buffet)
14h-15h30 : Ateliers parallèles

Atelier 4 : Sons et musique dans l’audiovisuel 

Présidence de panel : Jason Julliot (ENS Lyon)

Continuer la lecture de Programme des Assises CPM 2023

Parution : Vampirologie (A. Party)

Adrien Party, Vampirologie, s.l., Actu SF éditions, coll. “Les trois souhaits”, 2022. 

Les vampires hantent toujours aujourd’hui nos cauchemars. Depuis leurs débuts, ils ont essaimé dans la littérature, le cinéma, le théâtre, les séries, la BD, le jeu de rôle, la musique… aucun média n’a échappé à la fascination qu’ils exercent sur nous, pauvres mortels. Vampirologie est un ouvrage clef pour comprendre le phénomène, suivre sa trace à travers l’histoire et tous les angles sous lesquels ils ont été abordés dans les arts.

Rédigé par Adrien Party, grand spécialiste des vampires (il tient depuis vingt ans le site vampirisme.com), ce livre fait le point et s’interroge sur ce que les vampires disent de nous.

Extrait sur Actualitte.com

Appel à contributions : Le Moyen Âge fait-il vendre ? Colloque 2024 de l’Association “Modernités Médiévales” (Université d’Artois)

Colloque 2024 de l’Association « Modernités Médiévales », organisé par le laboratoire « Textes et Cultures » de l’Université d’Artois, Arras : Le Moyen Âge fait-il vendre ? 

Responsables : Anne Besson, Isabelle Olivier, Myriam White-Le Goff

Arras, 18-19 janvier 2024

Échéance des propositions :  4 septembre 2023

Contact :

modernitesmedievales@gmail.com , anne.besson@univ-artois.fr, myriam.white@univ-artois.fr ; isabelle.olivier@univ-artois.fr 

Un des indices remarquables du succès continu du Moyen Âge depuis le XIXe siècle – ce phénomène qu’on qualifie de « médiévalisme », qui fait fonds sur les représentations collectives, mouvantes, de la période médiévale – est sa présence dans le monde des objets (Aurell et al., 2023), de la consommation, de la publicité (Florian Besson, 2022, Danièle Alexandre-Bidon et Yohann Chanoir, 2017) : c’est dire à quel point il participe du domaine de la marchandise, et combien, symétriquement, il a pu participer à penser la marchandisation. Au-delà des produits alimentaires qui semblent les premiers concernés (bières ou fromages associés aux savoir-faire ancestraux des couvents et abbayes, farines ou tisanes « authentiques », William Blanc, 2018), tout objet ou service peut se promouvoir en faisant référence, au premier degré ou par un décalage ironique, aux valeurs ou aux clichés associés au Moyen Âge dans nos imaginaires. Tel logo évoquera des armoiries, tel visuel ou spot fera place aux figures archétypales du chevalier, du viking, de la sorcière ou du barbare des steppes…

L’histoire du médiévalisme a accompagné l’essor de la culture de masse et participe aujourd’hui pleinement de la société de consommation. Si la publicité en fournit un symptôme évident, c’est plus largement la place du produit « Moyen Âge » dans les différents secteurs du « marché » de la culture et de la communication, et jusqu’au rôle de l’imaginaire médiéval dans les représentations de l’industrie ou du capitalisme(« barons voleurs », « cathédrales du travail »…), que ce colloque souhaite mettre en lumière et interroger.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le Moyen Âge fait-il vendre ? Colloque 2024 de l’Association “Modernités Médiévales” (Université d’Artois)

Parution : Fantasy & Médias (dir. Anne Besson)

Anne Besson (dir.), Fantasy & médias, ActuSF, coll. “Les Trois Souhaits”, 2023. 

Actes du colloque des Imaginales 2022 sous la direction d’Anne Besson, Florent Favard et Natacha Vas-Deyres

La fantasy, déjà omniprésente dans les jeux de rôle et jeux vidéo, part aujourd’hui à la conquête des petits écrans – elle connait en effet depuis quelques années une impressionnante expansion du côté des séries télévisées diffusées en streaming sur les plateformes VOD. Comment expliquer ces « affinités médiatiques » de la fantasy ? Est-elle la même au travers de ses adaptations, ou se transforme-t-elle en fonction de ses supports d’expression ? Pourquoi ses univers se prêtent-ils si bien à l’exploitation croisée qu’on appelle aujourd’hui « transmédia » ?

Riche de douze articles issus du colloque des Imaginales 2022, qui nous parlent d’illustrations et de musique, de séries animées, d’arts du spectacle ou de forums RPG, ce volume propose d’explorer les liens entre un genre et ses formes et supports d’apparition – entre la fantasy et ses médias.

Séminaire : “Aspects politiques de la littérature de l’imaginaire et de la fantasy”. Rencontre avec Anne Besson (Université d’Orléans, en ligne)

Séminaire d’actualité de la recherche : “Aspects politiques de la littérature de l’imaginaire et de la fantasy”. Rencontre avec Anne Besson 

Le laboratoire POLEN de l’Université d’Orléans reçoit, dans le cadre de son séminaire mensuel “Actualité de la recherche (co-organisé par Gaël Rideau et Laélia Véron),

Anne Besson, Professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois, le jeudi 25 mai, de 18h à 19h30, en ligne (présentation de l’ouvrage et échanges libres).


Anne Besson présentera ses ouvrages :

Les Pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction (Vendémiaire, 2021)

Les Littératures de l’imaginaire (Presses universitaires Blaise Pascal, coll. “L’Opportune”, 2022).

Les littératures de l’imaginaire. Science-fiction, fantasy et fantastique sont plus que jamais au cœur des consommations culturelles contemporaines, de Star Wars à Game of Thrones en passant par Harry Potter. Mais que désignent précisément ces termes ? Anne Besson présente les différences majeures entre ces trois grands genres, mais aussi leur proximité tout au long de leur histoire jusqu’aux hybridations contemporaines.

Les pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction.

Présentation de l’éditeur 

« Le maquillage du Joker a envahi les manifestations de lutte sociale, la cornette des « servantes écarlates » celles de défense des droits des femmes. Une déclaration de J.K. Rowling sur les femmes transgenres a déclenché le courroux des fans de Harry Potter. Quant à Game of Thrones, nombreux sont ceux qui y lisent l’invasion de marcheurs blancs comme une allégorie de la catastrophe climatique à venir. Indubitablement, les littératures de l’imaginaire, longtemps perçues comme de simples moyens d’évasion, sont devenues un creuset de mobilisation civique, des arènes où se jouent de féroces affrontements militants. On peut y voir l’affirmation exaltante d’une capacité des fictions grand public : celle de parler de notre époque, pour changer les mentalités ou rêver le futur. Mais ce mouvement va de pair avec une profonde transformation du statut des lecteurs et des spectateurs. Qui vont désormais jusqu’à contester l’autorité de l’auteur sur sa propre création… »

Explicitation des enjeux de l’ouvrage. 

Contre « une idée reçue qui lie encore les littératures de l’imaginaire et les pratiques culturelles qui leur sont associées (jeux de rôle ou jeux en ligne dans des « univers », fictions amateures, etc.) à une « évasion » loin des dures réalités de l’existence », Anne Besson montre comment ces littératures, auxquelles on prête des « pouvoirs transformateurs » ou « émancipateurs » peuvent être vecteurs de « valeurs » et « d’idéologies ». Les littératures de l’imaginaire deviennent (tout particulièrement dans le monde contemporain) un « espace de débats », voire une « arène de conflits » éminemment politiques.

L’imaginaire pour parler du monde contemporain ? Le fait peut paraître paradoxal : comment « des « productions de la culture populaire, ne relevant très manifestement pas d’une lecture “réaliste” » peuvent-elles se voir « promues comme modèles pour penser l’action sur le monde, et tenues d’en refléter au mieux la diversité » ? Par leur potentiel critique, qu’il s’agisse par-là de dénoncer le fonctionnement du monde contemporain ou de proposer des modes de fonctionnement alternatifs. En s’appuyant sur un corpus varié (The Hunger Games, Games of Throne, Divergente, The Handmaid Tale’s, etc), Anne Besson montre comment ces œuvres représentent « dans des mondes futurs ou parallèles plus violents, plus spectaculaires, plus nets dans leurs partages et leurs choix, les dérives sociétales qui menacent aujourd’hui et demain ».

Ces œuvres seraient alors politiques et politisantes. Leur forme, souvent sérielle, favoriserait un engouement et une implication du lectorat ou de l’auditoire sur le long terme. C’est ce qu’Anne Besson appelle le « pouvoir des lecteurs » qui se manifeste par une participation à l’œuvre (sous la forme de continuations ou même de recréations) jusqu’à la contestation, quelquefois, de l’autorité de l’auteur ou de l’autrice (on pense au cas de JK Rowling, très contestée par les fans de la série Harry Potter). On touche alors à autre paradoxe, pointé par Anne Besson: la « libération des univers narratifs du carcan des autorités » va souvent de pair « avec l’imposition de nouveaux critères normatifs émanant cette fois des publics ».

Compte rendu sur Les littératures de l’imaginaire dans Acta fabula : Chloé Chaudet, “De l’enchantement à l’engagement“…

Emission sur France-Culture « La science-fiction est-elle politique ? » avec Anne Besson, Catherine Dufour, Fleur Hopkins, Julien Wacquez

 

Appel à contributions : Journées de recherche et de rencontres sur Tolkien (Île-de-France)

Colloque : Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien

6-7 octobre 2023

Échéance des propositions : 31 mai 2023

Dans une période où l’actualité autour de l’œuvre de Tolkien foisonne, entre publications accompagnées par les illustrations de l’auteur lui-même pour la première fois et sortie de la série des Anneaux de Pouvoir sur Amazon Prime en 2022 par exemple, les Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien ont pour objectif de permettre un état des lieux des études universitaires sur l’œuvre de Tolkien.

Il y a de cela cinquante ans, le lectorat francophone découvrait en librairie l’œuvre majeure qu’est Le Seigneur des Anneaux, phénomène médiatique et littéraire aux États-Unis ainsi qu’au Royaume-Uni quoique de manière moins visible, et pourtant encore pratiquement inconnu en France. Traduit pour les éditions Christian Bourgois par Francis Ledoux et publié en trois tomes, sa parution était concomitante avec la disparition de l’auteur : 2023 est donc une année de double commémoration pour le public francophone.

Arrivée dans le paysage éditorial près de près de vingt ans après la sortie de l’ouvrage au Royaume-Uni (1954-1955), l’œuvre de Tolkien s’impose en France comme un incontournable, en particulier dans la culture populaire des amateurs de littératures de l’imaginaire, tout en étant cycliquement « redécouverte » dans les médias. Elle devient durablement et littéralement visible tout particulièrement à partir des années 2000 avec le succès médiatique des adaptations cinématographiques de Peter Jackson. Cette période permet aussi, avec l’impulsion éditoriale de Vincent Ferré, d’accélérer le rythme de traduction de nouveaux ouvrages, avec la suite des tomes de L’Histoire de la Terre du Milieu ou des textes non fictionnels comme les Lettres, et le lancement d’un long chantier de retraduction et harmonisation des œuvres déjà publiées. En parallèle, l’étude universitaire de l’œuvre de Tolkien en France acquiert, après des décennies peu prolifiques, plus de visibilité académique grâce aux colloques organisés en 2008 (Rambures) et 2012 (Cerisy) et plus récemment en 2022 (« Tolkien et l’Antiquité », Paris). À cela s’ajoutent de nombreuses publications comme Sur les rivages de la Terre du Milieu (2001), D’Asimov à Tolkien (2004), Tolkien et ses légendes (2009) ou Tolkien et la religion (2016), et de multiples travaux d’étudiants, de plus en plus nombreux depuis vingt ans. Œuvre à la réception protéiforme, entre objet assimilé à la culture populaire et fiction associée à la culture académique (en particulier à travers le statut universitaire de son auteur), la légitimité de cet objet d’étude ne fait plus de de doute entre la publication du Dictionnaire Tolkien aux éditions du CNRS en 2012 et l’organisation d’une exposition consacrée à l’auteur à la Bibliothèque Nationale de France en 2019 – dont le succès sans précédent, 135 000 visiteurs en quatre mois, vient conforter la notion d’une popularité forte de l’œuvre.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Journées de recherche et de rencontres sur Tolkien (Île-de-France)

Appel à contributions : Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel (Séries policières)

La Revue des lettres modernes, “Séries policières” : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

Échéance des propositions : début juillet 2023

“Je vois des gens qui sont morts… ils vont et ils viennent comme n’importe qui… ils ne se voient pas entre eux… ils ne voient que ce qu’ils ont envie de voir… ils ne savent pas qu’ils sont morts” (Cole dans The sixth sense)

Si tant est, dans l’esthétique postmoderne, qu’un genre puisse conserver ses spécificités, il paraît difficile de concilier les codes du polar avec ceux du surnaturel ; la résolution rationnelle des énigmes – même les plus apparemment insurmontables – demeure la règle la plus intangible du roman policier, et à part quelques cas d’école de type « Scooby Doo » ou « SOS Fantômes », la structure du récit (ou du film) de détection ne fait que rarement place au doute fantastique – si ce n’est sous forme de boutades, d’images, ou de superstitions populaires vite ridiculisées : dans le cultissime Mystère de la chambre jaune (Leroux), seuls les vieux domestiques crédules et les paysans du coin croient à une présence diabolique, mais ces remarques sont plus typifiantes que sérieuses ; d’ailleurs, pas un seul instant le policier Larsan ou le journaliste Rouletabille n’accordent le moindre crédit à ces allégations naïves : « Alors ? Alors… je commençais à croire au diable » (17) ; « C’est un mystère du diable ! » (57) ; « Je m’suis signée, quand j’ai entendu ça, comme si j’entendais l’diable ! » (93).

On retrouve le même procédé dans la plupart des romans de Leroux, par exemple dans Le Fantôme de l’Opéra : « La légende du fantôme avait bientôt pris des proportions colossales dans le corps de ballet. […]Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l’Opéra ! » (14), ou dans La Poupée sanglante : « C’est épouvantable !… C’est moi qui l’ai livrée au démon ! … Que Jésus ait pitié de nous ! » (t. 1 : 205), qui appartient effectivement à la science-fiction post-vernienne, mais pas par le biais que l’on croit.

Plusieurs auteurs ont relevé le défi, en préférant le « mystère » (lié à l’atmosphère, donc inscrutable) à l’énigme (résolue la plupart du temps, donc rationnelle). Prenons un exemple : toute l’œuvre de Jean Ray – nous parlons du corpus fondé sur la récurrence de Harry Dickson, l’autoproclamé Sherlock Holmes américain – est un vaste flirt entre enquête policière classique et aventures surnaturelles (par exemple, dans Le Temple de Fer) ! Bien avant lui, Sheridan Le Fanu avait inventé, avec le personnage de Martin Hesselius, le prototype du « détective de l’occulte » dans les Créatures du Miroir. Des auteurs ont ouvertement exploré ce filon, entre autres les chronologiquement contemporains William Hope Hodgson et Algernon Blackwood ; le premier a créé un personnage d’enquêteur amateur d’insolite et de bizarre : son Thomas Carnacki affronte les revenants mal intentionnés dans Carnacki et les fantômes (1910) ; mais c’est essentiellement par son recueil La Chose dans les algues que Hodgson est passé à la postérité, en tant qu’écrivain de la suggestion fantastique à part entière ; tué à Ypres en 1918, il laisse une œuvre en pleine maturation. Deux ans avant Carnacki, Blackwood avait proposé, lui, un héros « psychologue » féru de fantastique, le docteur John Silence, qui libère ses patients de leurs sujétions diaboliques (John Silence, 1908). Le plus connu est cependant leur cadet, Seabury Quinn, créateur du « Sherlock Holmes du surnaturel » en la personne de Jules de Grandin (Les aventures de Jules de Grandin, 1923-1952).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel (Séries policières)

Appel à contributions : Bodies of the Future (Portland, USA)

PAMLA 2023 : Bodies of the Future

26-29 octobre 23, Portland (USA)

Échéances des propositions : 30 mai 2023

This panel aims to explore the role of futuristic bodies as spaces for addressing contemporary issues such as gender and race equity, climate change, and income inequality. Science fiction and speculative fiction confront us with the uncanny, asking us to question the boundaries between our reality and fictional-yet-possible futures. Centering the body, often porous and precarious, in these texts positions us to imagine the future of humanity, and encourages us to think critically about perspective shifts we must make today to enable a better tomorrow. As Michel Foucault (1980) states, “the body is given meaning and wholly constituted by discourse. The body vanishes as a biological entity and becomes instead a socially constituted product which is infinitely malleable and highly unstable.” Reading the futuristic body through this lens illuminates ways in which we can (re)envision and (re)construct our present.

We invite paper proposals that interrogate the shifting roles of bodies (physical and metaphorical) from present to future. How are bodies depicted in media that imagines the future? What role does biopolitics play in shaping bodies of the future? How do future-bodies imagine solutions to or highlight the extent of today’s problems? Abstracts should be submitted through the PAMLA portal (https://pamla.ballastacademic.com/).

We welcome considerations of bodies from myriad perspectives such as:

  • Gendered and/or racialized bodies
  • Ill/diseased bodies
  • Disabled/debilitated bodies
  • Queer bodies
  • Bodies and ecology
  • Body politic
  • Biopolitics
  • Hybrid bodies
  • Cyborg/robotic/android bodies
  • Invented/created/built bodies
  • Othered bodies
  • Collective bodies
  • Phenomenological bodies
  • Afrofuturism and Indigenous futurism
  • Post and transhumanism

Email: sara.santos@stonybrook.edu

Appel à contributions : Studies in Medievalism, vol. XXXIII, “En(Gender)Ing Medievalism”

Studies in Medievalism, vol. XXXIII, “En(Gender)Ing Medievalism”.

From Sir Walter Scott’s chivalrous knights and damsels in distress, through George R. R. Martin’s bestial lords and serpentine queens, medievalism is often quite sexist. Sometimes these biases are defended as originating in the Middle Ages themselves, or at least being true to what is known about them. But do these prejudices actually represent medieval practices and/or perceptions? To what degree is that knowable and does it matter? What about inevitable (albeit perhaps small) differences in those approaches, in their application, and among the contexts in which they are deployed? How, if at all, might medievalism have initiated or at least shaped broader perceptions of gender? How have perceptions about gender shaped medievalism? What role, if any, has been played by ambiguities in the definitions of gender and of medievalism, particularly as the latter relates to the Middle Ages? Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is seeking not only feature articles of 6,000-12,000 words (including notes) on any postmedieval responses to the Middle Ages, but also 3,000-word essays that respond to one or more of these questions.

Applicants are encouraged to give particular examples, but submissions, which should be sent to Karl Fugelso at kfugelso@towson.edu in English and Word by 1 June 2023, should also address the implications of those examples for the discipline as a whole. (Note that priority will be given to papers in the order they are received and submissions that have not been translated into fluent English will not be considered.)

Studies in Medievalism is the oldest academic journal that is dedicated entirely to the study of post-medieval images and perceptions of the Middle Ages. Its aim is to promote the interdisciplinary study of medievalism as a contemporary cultural phenomenon. This year the series saw its 30th publication Studies in MedievalismXXX: Politics and Medievalism (Studies) II.

Appel à contributions : Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series

Edited volume on Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series

Deadline: May 31st, 2023

We invite proposals for an edited collection of essays on issues of power and society in the fantasy world created by Terry Pratchett in his Discworld series. The book proposal will be submitted to Bloomsbury Academic’s new series “Perspectives on Fantasy”.

In his Discworld series, Terry Pratchett depicted a comprehensive – and hilarious – view of an organised society set in a fantasy world, where groups and individuals are moved by various and often conflicting powers, including supernatural forces. Following a few brilliant papers highlighting specific social and political implications of Pratchett’s worlds[1], we intend to propose in this edited collection a wide-ranging approach to the way the Discworld is built alongside social powers, and the way power and society interact with fantasy.

Proposals could tackle topics such as: social movements (for golems or goblins, etc.) and their reception within the Discworld; interactions between society and magical powers (witches, Unseen University, etc.); economic policies; races and their interactions; official forces (Patrician Vetinari, nobility, the Watch, the guilds, etc.); unofficial forces, including groups and individuals (Lady Sybil, Moist von Lipwig, Granny Weatherwax, religious groups, etc.); superpowers and supernatural forces (Death, Time, etc.), their personification and their interactions with society; passive resistance; tyranny vs. democracy; peace vs. war; civilization; fantasy countries; etc. We encourage proposals about individual and collective forms of power, as well as proposals about the social organisation of this fantasy world. Continuer la lecture de Appel à contributions : Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series