Archives par mot-clé : genres de l’imaginaire

Appel à contributions : Fantasy et féminismes : aux intersections du/des genres

Colloque Fantasy et Féminismes : aux intersections du/des genres 

11-12-13-14 mai 2021 

Virtuel/Distanciel (Zoom) 

Pourtant, ça fait un bail que les mondes imaginaires 

Sont peuplés de sibylles en galère et de combattantes hors pair. 

Alors tu penses toujours que les femmes, toi qui lis cet article slamé,  

Qu’elles se nomment Talia ou Hermione, sont enfin libres d’exister, 

Qu’elles soient belles ou laides, vieilles, reines, écuyères ou rien, 

Politiciennes, mercenaires ou musiciennes, dans ces univers contemporains?  

Pour ma part, c’est vrai, j’ai le sentiment qu’il y a un véritable mouvement, 

Une évolution, un changement même dans certains questionnements 

Puisque l’on interroge le genre et son identité, pas seulement la féminité. 

Mais sais-tu, y a encore pas mal de chemin à effectuer, de combats à mener,  

De ton côté comme du mien, pour que ces atavismes soient dépassés. 

« Femmes », Slam de Charlotte Bousquet (Dictionnaire de la fantasy, 2018, 141) 

Née en Angleterre à l’époque des révolutions industrielles du XIXesiècle, puis s’étant diversifiée  au XXesiècle, la fantasy est aujourd’hui l’un des genres de l’imaginaire les plus connus (Besson,  2018, 7-8; Blanc, 2019, 9). Elle se déploie autant dans la littérature que dans les jeux vidéo, la  bande dessinée, l’illustration, les séries télévisuelles et les films, formant une constellation  transmédiatique de récits, de thèmes et de codes sans cesse renouvelés, réappropriés et  transformés.  

Parmi les critiques adressées au genre, celle d’être sexiste et conservateur est particulièrement  récurrente. Il est vrai qu’à plusieurs égards, la fantasy, de par ses codes hétéronormatifs et son  histoire (Deckers, 1996, 209; Baker, 2012, p. 438; Besson (dir.), 2018, 137-138), peut contribuer  à renforcer une hiérarchie entre les genres sexués – la place moindre réservée aux personnages féminins, le plus régulièrement personnages secondaires, alliés ou intérêts amoureux du héros, en  est un exemple. Si ces reproches sont justifiés, il existe une catégorie, d’abord marginale, puis  s’étant popularisée depuis les années 1960, de productions de fantasy « [qui] jouent avec le genre  et la sexualité, [qui] remettent en question et perturbent les idées reçues, et [qui] permettent et  encouragent leur public à imaginer des façons d’être en dehors des contraintes sociales  constitutives de l’identité sexuelle et de genre […]. [Elles peuvent] explorer ou tenter de rendre  possible des identités de genre et sexuelles non normatives »1 (Roberts et MacCallum-Stewart,  2016, 1).  Continuer la lecture de Appel à contributions : Fantasy et féminismes : aux intersections du/des genres

  1. Notre traduction, « [that] play with gender and sexuality, [that] challenge and disrupt  received notions and [that] allow and encourage their audience to imagine ways of being  outside of the constitutive constraints of socialized gender and sexual identity […] [They  can] explore or attempt to make possible non-normative gendered and sexual identities ». []

Appel à contributions : Fictions Technologies Soins

NébulX — Fictions Technologies Soins

Le projet : Les technologies contemporaines — que nous comprenons comme l’ensemble des dispositifs techniques ayant le code et ses applications pour fondement — nous affectent physiquement, psychiquement et socialement. Elles agencent nos affects et nos comportements en provoquant notre addiction ; elles prédisent qui nous serons et aurons été, préemptant les subjectivités comme toute autre marchandise ; elles altèrent notre rapport à nous-mêmes, à nos communautés et aux vivants qui parcourt nos territoires. Constituant des milieux que l’on peut qualifier de prosthétiques, dans la mesure où elles façonnent et/ou remplacent notre rapport organique au réel, ces technologies bouleversent autant notre attention que notre rapport à l’espace et au temps. Ruptures, connexions, déplacements, accélérations, stagnations, fragmentations caractérisent ainsi nombre des régimes attentionnels contemporains.

Étant donné l’intrication des technologies et de nos vies, le projet NébulX pose l’exigence d’une refonte de la catégorie de « soin », catégorie fondamentale des médiations humaines qui façonnent individus et sociétés.

Le problème qui guide le projet est le suivant : quelles stratégies pour répondre aux transformations de nos rapports au monde que nous vivons à travers les technologies contemporaines ? Quelles sont les luttes, les résistances, les alliances, les résignations et les menaces qui accompagnent le déploiement des technologies dans nos écologies physiques, psychiques et sociales ? Continuer la lecture de Appel à contributions : Fictions Technologies Soins

Appel à communications : Science-fiction, religion, théologie

Journée d’étude, « Science-fiction, religion, théologie »

21 avril 2021

Université catholique de Lille

organisé au sein du laboratoire Ethics (EA 7446) – Chaire Ethique, technologie et transhumanismes

Modalités : en webinaire

Comité scientifique :

  • Ugo Bellagamba (Université Côte d’Azur)
  • Franck Damour (Université catholique de Lille)
  • David Doat (Université catholique de Lille)
  • Dominique Foyer (Université catholique de Lille)
  • Carole Guesse (Université de Louvain)
  • Jessica Lombard (Université du Piémont Oriental)
  • Jean-Guy Nadeau (Université de Montréal)
  • Tyler Reigeluth (Université catholique de Lille)
  • Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne)

Argument : 

Sans en être totalement absentes, la religion et la théologie sont des champs qui sont peu investis par les formes contemporaines de fictions. Un tel constat ne tient pas devant les œuvres de science-fiction qui abondent en références théologiques et religieuses. La littérature de science-fiction recourt en effet fréquemment au référentiel des croyances et des pratiques religieuses, à leurs rôles dans les sociétés, à leurs relations avec les identités, à la façon dont elles codent les rapports au monde et aux autres. Mais elles traitent aussi fréquemment de questions théologiques : les dieux sont souvent présents, ou des formes de vie dont les caractères (omniscience, omniprésence, éternité) les rapprochent des dieux ; plus généralement, bien des romans, films et séries de science-fiction scénarisent des formes du sacré, permettent de poser des questions métaphysiques sur l’origine des choses et leur finalité, sur le Bien et le Mal, sur la finitude, sur la mort et les au-delà, etc. Autant de thématiques que la théologie prend en charge. Ces questionnements sont parfois explicites, parfois implicites, et ne sont pas du tout marginaux : Olaf Stapledon, Philip K. Dick, Arthur C. Clarke, Stanislas Lem, Greg Bear, Dan Simmons, Pierre Bordage, Frank Herbert, Ray Bradbury, Orson Scott Card… la liste semble infinie. Faut-il y voir un intérêt de circonstances ou un élément propre à la démarche de la science-fiction ? Gérard Klein, dans sa préface à l’anthologie Histoires divines, soutient la seconde hypothèse : « Il peut sembler singulier que la Science-Fiction, tout imprégnée de science positive, ait parfois trouvé une source d’inspiration dans la théologie. Mais à y regarder d’un peu plus près, c’est là une rencontre inévitable. (…) La Science-Fiction confine volontiers au délire d’interprétation, et n’était son caractère affirmé de fiction, elle y sombrerait tout à fait. Or quel domaine offre plus que la théologie un champ vaste et définitif à l’interrogation, à la spéculation et à l’interprétation ! » (Librairie Générale française, Paris, 1983, p. 5) Continuer la lecture de Appel à communications : Science-fiction, religion, théologie

Parution : Fantasy Art and Studies n°9, Amazing Beasts / Animaux fabuleux

Fantasy Art and Studies . Fantasy Art and Studies... de Les têtes  Imaginaires - Livre - DecitreRevue Fantasy Art and Studies n°9, Amazing Beasts / Animaux fabuleux, décembre 2020.

Disponible en impression à la demande sur la librairie de BoD. Une édition ebook sera prochainement disponible.

Ce numéro, intitulé Amazing Beasts / Animaux fabuleux, rassemble les actes du colloque « Représentations animales dans les mondes imaginaires » (Université d’Artois, novembre 2019) organisé par Marie-Lucie Bougon, Charlotte Duranton et Laura Muller-Thoma. Les articles abordent les divers aspects de la thématique animale dans la Fantasy et en particulier dans Harry Potter, Game of Thrones, dans l’œuvre de Robin Hobb…
Il rassemble également des nouvelles dont un récit inédit de Charlotte Bousquet et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude. Il est illustré par Océane Azeau, GaëlleC., Antoine Pelloux, Guillaume Labrude, Guillaume Sallah Thomas, Princesse Manadragore Art et Véronique Thill, qui signe l’illustration de couverture.

Appel à propositions : Lovecraftiana

Lovecraftiana

La revue Litteraria Copernicana et la série Phantasticus

Nous proposons de nous pencher sur les différentes facettes de l’œuvre de Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) ainsi que sur son influence sur la culture et la littérature populaires.

Les propositions pourront s’inscrire dans l’un des axes suivants (qui ne sont pourtant pas exhaustifs) :

  • Les sources de l’horreur lovecraftienne,
  • La mythologie de Lovecraft (le « panthéon noir »),
  • Ses inspirations,
  • L’aspect intertextuel/transfictionnel de son œuvre,
  • Les imitateurs et continuateurs de sa création,
  • La philosophie et l’œuvre lovecraftienne (le cosmicisme, l’indifférence cosmique, la fin de l’Anthropocène, etc.)
  • L’inter/transmédialité et l’héritage lovecraftien,
  • Lovecraft et la culture de masse,
  • La réception critique de son œuvre.

Il est également possible de proposer de comptes rendus de publications récentes (datant de 2020, 2021) sur la littérature et le cinéma fantastiques.

Nous attendons aussi les propositions d’articles pour la rubrique Varia – on privilégie les textes portant sur le fantastique et l’horreur.   Continuer la lecture de Appel à propositions : Lovecraftiana

Parution : Res Futurae, 16, « Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction »

Res Futurae, 16, 2020, Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction

sous la direction de Jean Nimis et Yves Iehl

Sommaire

Yves Iehl et Jean Nimis : Terres agglutinées, fragments de mondes possibles : les récits brefs de science-fiction [Texte intégral]

Yves Iehl : Les Novelettes astrales (1912) ou l’utopie subversive de Paul Scheerbart [Texte intégral]

Raphaëlle Costa de Beauregard : Aelita (Iakov Protazanov, 1924) : la science-fiction à l’écran en question [Texte intégral]

Jean Nimis : Lemmings : le récit de science-fiction et le « vice de forme »  [Texte intégral]

Sylvia Chassaing : Robots poètes chez Stanisław Lem : réflexions sur la nécessaire étrangeté de la langue littéraire en contexte soviétique [Texte intégral]

Dominique Kunz Westerhoff : Toi, cyborg ? L’hybridation prothétique dans la nouvelle de science-fiction [Texte intégral]

Michèle Soriano : « Monstreuses » : biotechnologies, figures et fictions féministes dans le récit bref de science-fiction [Texte intégral]

Simon Bréan : L’altérité au prisme de la polytextualité : les artefacts science-fictionnels de Points chauds (Laurent Genefort) [Texte intégral]

En direct de Science Fiction Studies

Connor Pitetti : Les usages de la fin du monde : L’apocalypse et la post-apocalypse en tant que modes narratifs [Texte intégral]

En direct de Foundation

Paul Graham Raven : Rhétorique de la futurité : scénarios, design fiction, prototypes et autres modalités évaporées de la science-fiction [Texte intégral]

Comptes rendus

Irène Langlet : Répertoires visuels, matrices narratives : spéculations astronomiques et science-fiction  [Texte intégral]

Yannick Rumpala : Quelques précisions et remarques à propos du compte rendu « Science-fiction et fin du monde » [Texte intégral]

Parution : Otrante, n°47-48, « Apocalypses »

Otrantes. Art et littérature fantastiques, n° 47-48 : « Apocalypses », éd. Kimé, 2020. 

Responsables éditoriaux : Sylvie Bauer, Hélène Machinal, Denis Mellier

Nous serions désormais dans un spatial turn, dans lequel les questions de l’espace et des mondes se seraient imposées face au privilège ancien d’un récit du temps, de sa perception et de ses transformations.
Comment dans un régime culturel de l’écran, dans une fiction où les devenirs technologiques ne cessent de tracer de nouvelles perceptions et possibilités pour le sujet humain — jusqu’à son dépassement ou sa disparition —, les catégories de l’espace et du temps négocient-elles nouvellement leurs relations ? Les fictions de l’imaginaire, la SF et le fantastique, les anticipations dystopiques ou encore l’enquête policière sont-ils plus particulièrement aptes à révéler de nouvelles configurations fictionnelles de l’espace et du temps ? À moins que certaines de leurs propriétés formelles et imaginaires n’aient contribué précisément à ce tournant spatial ?
À travers des études consacrées aux paradoxes temporels, à la circularité du récit, aux brouillages génériques, aux dispositifs médiatiques et textuels offerts par les relations de la littérature et du numérique, de Star Trek à Sherlock Holmes, de Don DeLillo à Lauren Beurkes, d’Alain Damasio à William Burroughs, du blockbuster Arrival à l’œuvre expérimentale de Scott Tomasula, ce numéro d’Otrante, cherche à montrer le renouvellement des représentations et des conceptions qui affectent les imaginaires du temps et de l’espace dans la fiction (littérature, cinéma, séries) contemporaine.

Parution : Les pouvoirs de l’enchantement

Anne Besson, Les pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction, Ed. Vendémiaire, 2021.

Parution : 7 janvier 2021

Le maquillage du Joker a envahi les manifestations de lutte sociale, la cornette des « servantes écarlates » celles de défense des droits des femmes. Une déclaration de J.K. Rowling sur les femmes transgenres a déclenché le courroux des fans de Harry Potter. Quant à Game of Thrones, nombreux sont ceux qui y lisent l’invasion de marcheurs blancs comme une allégorie de la catastrophe climatique à venir.

Indubitablement, les littératures de l’imaginaire, longtemps perçues comme de simples moyens d’évasion, sont devenues un creuset de mobilisation civique, des arènes où se jouent de féroces affrontements militants.

On peut y voir l’affirmation exaltante d’une capacité des fictions grand public : celle de parler de notre époque, pour changer les mentalités ou rêver le futur. Mais ce mouvement va de pair avec une profonde transformation du statut des lecteurs et des spectateurs. Qui vont désormais jusqu’à contester l’autorité de l’auteur sur sa propre création…

Anne Besson, grande spécialiste des mondes alternatifs, décrypte les ressorts et les enjeux de ce rôle politique, à présent déterminant, que jouent la fantasy et la science-fiction dans nos sociétés.

Parution : Le temps rapaillé. Science-fiction et présentisme

Irène Langlet, Le temps rapaillé. Science-fiction et présentisme, Presses Universitaires de Limoges, « Médiatexte », 2020. 

Comment se fait-il que les penseurs du présentisme s’intéressent aussi peu à la science-fiction ? Notre rapport au temps contemporain connaît, dit-on, une mutation profonde, parfois appelée « présentisme ». Sa conséquence serait une baisse de notre capacité à nous projeter dans le futur. Historiens, politistes, philosophes en conçoivent un grand souci.

Or, pendant que l’on s’inquiète de cette « crise du futur », la science-fiction continue d’épanouir ses visions de l’avenir. Dans sa diversité, des blockbusters hollywoodiens aux etherpads des collectifs militants, la SF laisse voir, au cœur même du présentisme, des fabriques de futur riches et productives, une véritable culture du futur florissante dans le système médiatique actuel. Un vocabulaire de formes et de récits, une syntaxe culturelle complexe y apparaissent ; les images de la machine, de la ruine, du time loop, les figures de Los Angeles, de la flèche ou de la boucle, éclairent les logiques de ce langage culturel ancré fermement dans le XXIe siècle.

Irène Langlet est professeure de littérature contemporaine à l’université Gustave Eiffel. Ses domaines de spécialité sont les littératures non-fictionnelles et la science-fiction, sur lesquels elle a publié notamment La Science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Armand Colin, 2006) et L’Abeille et la balance. Penser l’essai (Classiques Garnier, 2015). Elle dirige la revue en ligne ReS Futurae, seule revue académique francophone arbitrée consacrée à la science-fiction. Continuer la lecture de Parution : Le temps rapaillé. Science-fiction et présentisme

Parution : Féérie n°16, Le conte, les mythes antiques, la Bible

Pierre-Emmanuel Moog et de Jean-Paul Sermain (dir.), Fééries n° 16, « Le conte, les mythes antiques, la Bible », 2020. 

Ce numéro est ligne et en libre accès sur Open Edition Journals.   

Les contes dits merveilleux partagent avec les mythes gréco-romains et la Bible hébraïco-chrétienne l’intervention courante du surnaturel dans leurs récits. Peut-on pour autant les considérer de manière identique comme des littératures merveilleuses ? Qu’elles soient ou non en filiation les unes aux autres, comme certains le pensent, ces littératures sont parcourues de motifs communs, quoique reconfigurés, et s’échangent des personnages types, dont les rôles narratifs évoluent. Leurs enjeux poétiques sont similaires, en raison notamment de leur forme courte. À travers huit études, ce numéro de Fééries vise à multiplier les points de vue, les études de cas, pour rapprocher les textes et les procédés d’analyse. Il ne s’agit pas pour autant de réduire les textes sacrés de la Bible ou les textes mythologiques à des contes merveilleux, ou de nier la spécificité de chacun de ces genres qui se présentent d’emblée comme plus ou moins véridiques. Mais nous pensons que la confrontation des récits par‑delà les genres stricts peut les éclairer mutuellement de manière bénéfique. Continuer la lecture de Parution : Féérie n°16, Le conte, les mythes antiques, la Bible