Archives par mot-clé : genres de l’imaginaire

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes

Échéance des propositions : 25 juin 2022

17-18 novembre 2022, Université de Toulon
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Fascistes ou libertaires vont s’emparer de la notion d’Utopie, rêver à des mondes alternatifs, tenter d’imprimer sur le monde réel leur imaginaire, en dystopie, en paradigme.

Les portes de la perception ainsi entrouvertes par le poète et peintre anglais William Blake en 1790[4], réactualisées en 1954 par l’écrivain de Science-fiction Aldous Huxley[5], vont conduire les écrivains à réinventer le genre, autour d’une interpolarité temporelle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express qui paraîtra en 2023 : “La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse”

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

La violence, « huitième péché capital1 » tend à devenir une constante de l’écriture romanesque contemporaine. Après les contes populaires où l’on dévore, trucide et mutile sans vergogne, où il est question d’inceste (Peau d’âne), de mauvais traitements (Grisélidis), de mise à l’écart et de soumission (Cendrillon, Les Fées), d’exclusion (Le Chat botté), d’abandon d’enfants (Petit Poucet), d’infanticide (Le Genevrier), de sacrifice humain (Jean-le-Fidèle), de cannibalisme (Chaperon rouge, dans sa version archaïque), des récits contemporains – véritables « graphies de l’horreur2 » – exposent des atrocités et leurs manifestations. Sous prétexte de dénoncer une société dystopique et à la dérive, Hunger Games renoue avec les combats mythiques et délecte les lecteurs/spectateurs du spectacle d’un combat à mort d’enfants et d’adolescents dans une arène hostile.  Cette trilogie de Suzanne Collins a relancé le débat sur la violence dans la littérature jeunesse en se classant en 5ème position du classement des livres les plus violents, classement établi par l’American Library Association. Twilight, la saga de Stephenie Meyer, présente une justification de la violence masculine physique et morale et « glamourise » les relations toxiques. Divergente et Le Labyrintheplongent les lecteurs/spectateurs dans des mondes futuristes totalitaires et sombres. Dans le monde post-apocalyptique du roman de Veronica Roth, les Divergents sont traqués et tués par le gouvernement ; James Dashner met en scène une cinquantaine d’adolescents amnésiques qui servent de cobayes dans un labyrinthe gigantesque sans issue et peuplé de monstres mécaniques rôdant chaque nuit. Chez J. K. Rowling, la violence intrinsèque au monde magique est présente dès le premier tome de la série littéraire de « low fantasy » Harry Potter : le personnage éponyme brûle le visage du professeur Quirrell d’un simple contact ; ailleurs, il transperce Drago de dizaines de coups d’épée d’un « simple » Sectumsempra. Le lecteur/spectateur découvre un univers où des enfants sont jetés en pâture à des dragons et où de nombreux dangers rôdent au détour d’un couloir. Les violences physiques et morales sont monnaie courante dans ce monde magique et y sont même banalisées au point de servir de point de départ à des divertissements populaires, dont le Quidditch, où les batteurs expédient des sphères métalliques sur des joueurs adverses afin de provoquer une chute de plusieurs mètres de haut. Le héros, Harry Potter, brimé par ses gardiens légaux, fait face à une violence physique et mentale presque permanente sans que les services sociaux moldus interviennent. Dans le monde des sorciers et à Poudlard tout particulièrement, la violence physique est justifiée par la magie qui excuse la gravité de certains actes. Dans les mangas, la violence a une valeur symbolique et renvoie aux archétypes du « bien » contre le « mal ». La cruauté mise en scène dans le manga pour adultes est déplacée sur le versant psychologique dans celui pour adolescents, avec des humiliations (enfermer une fille dans un placard, lui mettre la tête dans l’eau des toilettes, …) ou du harcèlement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

  1. Jim Harrison, Entretien (avec François Busnel) sur la sortie de son roman Péchés capitaux, diffusé dans le cadre de l’émission La Grande Librairie, sur France 5, le 3 septembre 2015. []
  2. Rachid Mokhtari, La graphie de l’horreur : essai sur la littérature algérienne, 1990-2000, Alger, Éditions Chihab, 2002. []

Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express – Cultx: “Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ?” / “Melting and dissolution: a contemporary aesthetic?”

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

(english version below)

« Où sont les neiges d’antan ? », demandait le poète François Villon, une interrogation qui nous rend aujourd’hui nostalgique des rudesses et du manteau blanc des paysages hivernaux. Adam Gopnik l’interprète ainsi, illustrant l’idée de la perte esthétique et affective de l’hiver dans le cadre du dérèglement climatique, dont le réchauffement est un symptôme :

Je songe ici bien sûr à la dévastation du Nord, à l’avènement du changement climatique causé par l’homme et à la perte effective de l’hiver. […] La liste des pertes que nous risquons de subir, des villes transformées en marécage à la fonte des icebergs en passant par la transformation irrévocabled’environnements entiers, a été dressée, la suite prophétisée. […] Et bientôt, à ces latitudes, la toundra va commencer à se réchauffer, le pergélisol à fondre et le gaz carbonique à s’échapper : la toundra, de grand climatiseur de la nature, deviendra une source de chaleur supplémentaire. La fin du monde n’est peut-être pas pour demain, mais nous risquons d’assister — et plus vite que nous l’imaginons — à la fin de l’hiver tel que nous le connaissons (Gopnik, 2019, p. 268-270).

Si ce ressort narratif, et presque rhétorique, n’est pas récent, ainsi que le souligne François Walter, puisqu’il revient de manière cyclique, il est renouvelé et actualisé dans les productions contemporaines. Elles-mêmes sont alimentées par une narration de l’inquiétude s’imprégnant des pratiques discursives et culturelles (médias, littérature, films, chansons, etc.), à divers degrés. Et, à l’heure de l’Anthropocène, ce temps où la cyclicité des saisons n’a plus cours, car leur immuabilité est ébranlée (Bensaude-Vincent, 2021), les repères climatiques caractéristiques de l’hiver s’estompent dans les forêts occidentales (Wohlleben, 2017).

Par ailleurs, la fascination croissante pour les fictions catastrophiques démultiplie l’effet d’écho de cette narration. Le fantasme de la fin du monde, d’une finitude ou de nos fins, est au cœur des fictions de l’Anthropocène (Trexler, 2015 ; Boulard, 2018 ; Engélibert, 2019). Au sein de ces climate fictions, quelle part d’entre elles met l’accent sur une esthétique de la fonte et de la dissolution ? 

L’imaginaire de l’hiver est intrinsèquement attaché au Nord (arctique) dans la pensée occidentale — le froid, la neige, l’hiver sont des schèmes de « l’imaginaire du Nord » (Chartier, 2018) —, et cet espace, plus encore que les autres, est victime des effets du changement climatique. La fragilité des paysages glaciaires a pour conséquence leur dissolution, leur évaporation face à la hausse des températures. Mais le Nord n’a pas l’apanage de cette saison ni du froid, bien que la perte, physique et affective, de ces deux composantes soit un préjudice pour les habitants des espaces polaires (Watt-Cloutier, 2018), et l’Hiver est un chronotope en soi (Walter, 2013).

Deux mouvements nous semblent se dégager de la dissolution de l’hiver dans les corpus contemporains. D’une part, les territoires associés à cette saison se réchauffent, voire s’étéisent, inversant alors le paradigme climatique (Blå [La Fin des océans], Maja Lund, 2017 ; Extincta, Victor Dixen, 2019 ; Greenland. Le dernier refuge, Ric Roman Waugh, 2020), provoquant des conflits pour les ressources et illustrant les théories de « Heat Death » selon lesquelles la sécheresse et le réchauffement de l’atmosphère seraient tels que la vie disparaîtrait de la planète (Boia, 2004).

D’autre part, un imaginaire de la montée des eaux est également à l’œuvre dans les fictions, appuyé sur des réactualisations du mythe du Déluge (Trexler, 2015), dans un déversement des glaces fondues sur le reste de la planète (After the Flood: A Novel [Quand les eaux auront englouti la Terre], Kassandra Montag, 2020 ; Climax, Thomas B. Reverdy, 2021), réveillant inévitablement les croyances d’une fin du monde. La dépendance accrue de l’humain à la technologie favorise parallèlement l’exacerbation des craintes des cataclysmes climatiques liés à l’eau : « Les pluies abondantes, les chutes de neige, les grands froids sont toujours susceptibles de produire des calamités, ou, au moins, des dérèglements » (Boia, 2004, p. 106) sur les infrastructures (transports, habitation, etc.). Une crainte alimentée par la peur de la fonte totale des pôles, du fait d’une hausse des températures, redessinant la carte mondiale, réorganisant les modèles économiques et politiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions : Revue Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, “Science-fiction, Histoire alternative”

Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche , n°54, décembre 2022, “Science-fiction, histoire alternative”, Section “Essais et études”.

Échéance des propositions : 10 juillet 2022

Le langage de la science-fiction est désormais devenu un langage commun utilisé pour raconter notre présent, relire notre passé et imaginer notre futur ; en allant ainsi bien outre le canon littéraire, le genre, la science-fiction devient une modalité de discours apte à recueillir les réflexions interdisciplinaires. La revue « Bibliomanie » (www.bibliomanie.it) propose de réfléchir sur les façons dont des formes et des tropes de la science-fiction ont contribué à former de la pensée critique au-delà de leur contexte littéraire d’origine, en créant des parcours de recherche singuliers et innovants y compris dans le champ de l’enquête historiographique et sémiotique. 

« Bibliomanie », en accord avec son approche scientifique interdisciplinaire, appelle pour son numero # 54 (Dicembre 2022), section « Essais et études », des contributions d’approche littéraire, historique et sémiotique, de l’âge moderne à nos jours, qui abordent l’un des thèmes suivants : 

– Vieux et nouveaux langages (signes, codes, formes) du genre de la science-fiction ;
– Hybrides et mutations science-fictionnelles : Sci-Fi, gothique, horreur ; 
– Uchronies, mondes alternatifs, histoire alternative : société, politique, révisionnisme, falsifications ; 
– Futurisme et futurismes alternatifs : afrofuturisme, futurisme autochtone, éco-futurisme, rétro-futurisme, silk/steam/cyberpunk, autres futurismes ; 
– Sémiosphère : Culture, imagination, science-fiction ;
– Science-fiction, science, religion : intersections, hybridations, vulgarisation, instrumentalisation ; 
– Narration et technologie/narration de la technologie ; 
– Scénarios du futur : utopies et dystopies dans la science-fiction ;  
– Science-fiction et science : comment la science-fiction développe et ré-élabore les progrès du monde scientifique ;
– Science-fiction, traumatisme et temporalité : outre l’inhérente dimension futuriste, quels types de chronologies, de traumatismes, de mémoire et mémoires sont récupérés, ré-élaborés et valorisés par la science-fiction ? 

Les propositions de contribution n’excéderont pas les 8000 caractères et devront être envoyées avant le 10 juillet 2022, en indiquant à part les sources et les références bibliographiques. La rédaction contactera uniquement les auteur.e.s sélectionné.e.s avant le 31 juillet 2022. Le rendu des contributions est prévu pour le 31 octobre 2022(longueur maximum 50 000 caractères). Les propositions doivent être envoyées à : info@bibliomanie.it

Veuillez noter que Bibliomanie accepte également des propositions de contribution destinées aux autres sections de la revue : « Notes et réflexions », « Lectures et critiques », « Traductions, inédits, textes rares », « Didactique ». Veuillez contacter la rédaction pour plus d’informations : info@bibliomanie.it

Continuer la lecture de Appel à contributions : Revue Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, “Science-fiction, Histoire alternative”

Elise Ternoy (Université de Rouen)

Préparationnaire de l’agrégation externe à l’université de La Sorbonne en 2021- 2022, Elise Ternoy est titulaire d’une licence de lettres modernes (mention Bien, université de Lille) et d’un master en littérature de jeunesse (mention Très Bien, université d’Artois). Son mémoire de M2 portait sur les questions éthiques au sein de la saga anglophone Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire. Elle voudrait poursuivre et approfondir ce travail de recherche sur les genres populaires et les cultures médiatiques par la réalisation d’une thèse portant sur les adaptations de romans à destination de la jeunesse en séries télévisées. Pour mener à bien ce projet, elle souhaite solliciter un contrat doctoral.

Aires de recherche : Littérature de jeunesse / Séries télévisées / Ensembles romanesques : cycles et séries / Adaptations, intermédialités

Continuer la lecture de Elise Ternoy (Université de Rouen)

Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)

Aliénor Vauthey est assistante diplômée et doctorante en littérature française moderne à l’Université de Lausanne, en Suisse romande. Elle rédige une thèse intitulée « La fabrique des mondes : pratiques démiurgiques en littérature de fantasy française (XIXe) », sous la co-direction de Dominique Kunz Westerhoff (Université de Lausanne) et d’Anne Besson (Université d’Artois). Ses domaines de recherche sont la littérature de fantasy, les mondes imaginaires et les pratiques de world-building. 

Page personnelle

Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Séminaire doctoral Science-fiction, séance 2 : “Politiques de l’imaginaire“.

Vendredi 13 mai 2022, 10h-13h, Université Gustave Eiffel (Noisy-Champs).

Inscription : frederic.guignard@unil.ch  

La séance s’interrogera sur la possibilité ou l’impossibilité pour les littératures de l’imaginaire d’échapper au politique. Le choix de coordonnées spatio-temporelles implique un choix de référentiel idéologique qui force souvent à problématiser l’assentiment immédiat au « réel » (naturalisé libéral, dans les fictions qui nous intéressent). S’ils ont longtemps été réaffirmation de valeurs, « massage idéologique » (R. Bozzetto) pour la classe moyenne américaine, la science-fiction et les genres apparentés contiennent un potentiel révolutionnaire indéniable (sur les enjeux de genre, climatiques ou d’organisation économique). Il s’agira également de comprendre comment chaque sous-genre de l’imaginaire (SF, fantasy, utopies) configure spécifiquement son champ politique.

Organisateur : Frédéric Guignard
Médiatrice : Margot Châtelet

Intervenant·es :
– Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)
– Manon Berthier (UPEC)
– Frédéric Guignard (Université de Lausanne)

Répondante : Anne Besson, professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois

Continuer la lecture de Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Parution : Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers (éd. W. Butcher)

Jules Verne, Vingt mille lieues sous les merséd. W. Butcher, Clermont-Ferrand, PUBC, 2022.

Vers février 1868, Jules Verne entame l’écriture d’un manuscrit intitulé Voyage sous les eaux. Ce roman, qui commence à paraître treize mois plus tard, est dès sa conception le plus ambitieux des Voyages extraordinaires. La grandeur des thèmes et le ton, alternativement humoristique et majestueux, témoignent d’une maîtrise remarquable. Vingt mille lieues sous les mers figure parmi les œuvres les plus célèbres dans le monde entier.

William Butcher nous livre le conflit entre Verne et son éditeur Jules Hetzel, et dévoile les nombreuses réécritures contraintes qui aboutissent à une édition transformée, au point que le romancier en exprime d’amers regrets pour ses idées originales. Sont en effet supprimés par décision éditoriale d’importants passages inédits, abondamment cités dans ce volume, qui révèlent une vision poétique insoupçonnée et un message esthétique, politique et idéologique inconnu de tous.

Avec un apparat critique fourni, cette édition illustrée, tout en réhabilitant le texte vernien, en analyse en profondeur les sources, les références et les différences entre les éditions principales, transformant ainsi notre compréhension du capitaine Nemo et du roman tout entier.

Continuer la lecture de Parution : Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers (éd. W. Butcher)

Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Colloque international : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme

Université du Québec à Montréal, 17-19 mai 2023

Organisé par Elaine Després, Gina Cortopassi, Hélène Machinal, Antonio Dominguez Leiva et Jean-François Chassay

Si nos perceptions et nos représentations du temps ont longtemps été stables, elles se sont diversifiés et complexifiés depuis le 19e siècle. Les révolutions industrielles, du transport et des communications nous ont d’abord fait entrer dans le temps accéléré et irrémédiablement tourné vers l’avenir de l’idéologie progressiste. Puis, au 20e siècle, la physique théorique a proposé une relativisation du temps, sa courbure et son maillage avec l’espace, un temps cosmique qui n’a plus rien d’humain et qui donne le vertige. C’est également le siècle de la Seconde Guerre mondiale et son temps de la fin de l’humanité; la fin des empires coloniaux et de son temps universel; la fin de la guerre froide et celle de l’Histoire, selon les vainqueurs néo-libéraux; mais aussi la fin des grands récits et la déconstruction temporelle postmoderniste. Au 21e siècle, le présentisme s’est imposé avec l’arrivée du numérique et des écrans, sans compter la pandémie actuelle dont l’impact sur notre rapport au temps est encore à étudier. Il s’agit là d’un portrait incomplet, mais il montre la complexité de ce qui est en jeu : plutôt que de se succéder, ces changements s’additionnent et demeurent bien prégnants. Ce n’est donc pas un hasard si l’émergence et la montée en popularité des représentations alternatives du temps débute également au 19e siècle. Alors que la solidité du réel s’effrite et que le temps apparaît de moins en moins linéaire, que le rapport au passé, au présent et au futur se fait incertain, l’imaginaire devient l’interface idéale pour l’appréhender, et les différentes formes de fiction et de représentation contemporaines lui offrent un support parfait.

En 1857, le philosophe Charles Renouvier invente le terme « uchronie » – cette « utopie dans l’Histoire » – et marque la naissance d’un genre qui fleurit autant chez les philosophes politiques que chez les littéraires, un genre qui nous ramène aux fondements mêmes de la fiction en posant la question : « Et si… ? ». L’uchronie déplace l’utopie spatiale vers une nouvelle frontière, celle du temps, et comme l’utopie, elle est politique dès le départ. Au 19e siècle, les uchronies permettent d’imaginer ce que serait le monde occidental si l’Empire romain ne s’était pas écroulé, si Napoléon avait vaincu, si les rois n’avaient pas perdu la tête, mais au 20e siècle, elles se déplacent vers un point de divergence uchronique quasi unique qui obsède, qui apparaît comme le temps zéro de notre époque : la fin de la Seconde Guerre mondiale. La très vaste majorité des uchronies récentes imaginent ce que serait notre présent après une victoire nazie, si Hitler était mort plus tôt ou s’il était devenu un artiste. Si l’on parle de « ground zero » dans l’imaginaire de la fin (pour parler de la bombe nucléaire ou des attaques du 11 septembre), l’imaginaire uchronique diverge à partir d’un « temps zéro » qui se situe souvent en 1945. Ce choix pourrait s’expliquer de plusieurs manières : une vraie impression qu’il s’agit là d’un moment de basculement majeur; la peur d’un retour du fascisme aujourd’hui; la nostalgie d’une époque sans ambiguïté morale, etc. Aujourd’hui, l’uchronie prend plusieurs formes : individuelle, explorant les enjeux des choix personnels et leurs contingences; économique (Sagan); ou culturelle. Dans ce dernier cas, elle peut offrir la possibilité de ré-imaginer une version de l’histoire avec, au centre de celle-ci, des acteurs autrement marginalisés dans celle de l’Occident, afin de mettre en exergue et de dé-essentialiser cette marginalité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Appel à contributions : Perspectives sur l’imaginaire scandinave (Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia)

Perspectives sur l’imaginaire scandinave“, Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia, Numéro spécial 2/2023

studia.philologia@lett.ubbcluj.ro  

Échéance des propositions : 15 septembre 2022

Coordinateurs :
Roxana-Ema Dreve, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca 
roxana.dreve@ubbcluj.ro

Raluca-Daniela Duinea, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca
 raluca.radut@ubbcluj.ro 

Raluca Pop, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca
 raluca.petrus@ubbcluj.ro 

Le terme « imaginaire » a une longue tradition en Europe et surtout en France, grâce aux travaux de Gilbert Durand (Les structures anthropologiques de l’imaginaire) et de Jean-Jacques Wunenburger (L’imaginaire). Au fil des années, l’imaginaire a reflété la connexion de différents ensembles d’images culturelles, artistiques, littéraires, linguistiques, religieuses, sociales et historiques à la notion d’identité, liant le terme à l’esthétique et à la réception. Différentes directions articulent donc le concept d’« imaginaire » aujourd’hui. Au-delà de l’exploration du Moi par rapport aux autres, la réalité, la fiction, l’histoire et la mémoire ont également été réévaluées à l’aune de l’imaginaire. 

Tenant compte de ces perspectives, le présent numéro se propose d’analyser l’imaginaire à l’égard de la Scandinavie. La culture, la linguistique et le canon littéraire norvégiens, suédois et danois sont souvent perçus comme des structures faisant partie, au-delà de la complexité multilingue et multiculturelle inhérente, d’un imaginaire scandinave homogène. Renvoyant à un ensemble complexe d’éléments – comprenant à la fois poèmes eddiques, sagas, histoires ou personnages fantastiques (comme les trolls) et véhiculant diverses croyances et coutumes anthropologiques, historiques ou religieuses –, l’imaginaire culturel scandinave gagne du terrain dans les préoccupations philologiques récentes. Dans Story and Emotion : A Study in Affective Narratology, Per Thomas Andersen prend en considération la manière dont différents états d’esprit sont abordés dans la littérature, la philosophie ou la psychologie à partir d’un contexte culturel scandinave. Les 25 essais sur le canon littéraire norvégien édités par Stig Sæterbakken et Janike Kampevold Larsen (Norsk litterær kanon, 2008) présentent l’imaginaire littéraire à travers différentes grilles de lecture. Dans le sixième tome de la Norsk idéhistorie. Et lite land i verden, Trond Berg Eriksen, Andreas Hompland et Eivind Tjønneland examinent la culture norvégienne depuis 1950 à travers plusieurs sujets tels la littérature, la politique, les médias, l’éducation ou la religion.

Outre la littérature et la culture, un autre élément lié à l’imaginaire scandinave est l’utilisation de la langue, base du patrimoine culturel, de l’identité et de l’interaction sociale. L’imaginaire scandinave peut ainsi s’exprimer également à travers l’analyse des dialectes, des études contrastives sur la langue écrite et parlée ou des traductions de textes fictifs et non-fictionnels. Au cours des dernières décennies, on a remarqué une orientation de l’imaginaire littéraire et linguistique scandinave vers l’écocritique (Henning Howlid Wærp, Hele livet en vandrer i naturen, 2018), l’espace, le non-espace, la temporalité, la réécriture des mythes ou bien la littérature de voyage.

Le présent numéro se propose de faire un état des lieux de telles approches de l’imaginaire scandinave, surpris dans toute sa complexité. Nous accepterons ainsi des contributions portant sur la question de l’imaginaire scandinave ou faisant référence à l’espace littéraire et linguistique du Nord.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Perspectives sur l’imaginaire scandinave (Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia)