Archives par mot-clé : genres de l’imaginaire

Appel à contributions : L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible. 1: Nouvelles images astronomiques dans la fiction au XXIe s. Remploi, modélisation, création (Université Paris Cité / Aix-Marseille Université)

Journée d’étude : L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible – Première partie Nouvelles images astronomiques dans la fiction au XXIe siècle. Remploi, modélisation, création

CERILAC / APC / PCCP/ LESA

Université Paris Cité / Aix-Marseille Université

Échéance des propositions : 31 octobre 2022
 
20 janvier 2023 / Université Paris Cité

Le cycle de deux journées d’étude vise à proposer des approches pluridisciplinaires pour envisager les rapports entre les nouvelles représentations de l’Univers et le cinéma contemporain – cinéma entendu ici au sens large des images mouvantes –, en prenant en compte les transformations récentes de l’image en général, notamment le tournant numérique. Le cycle, centré sur l’image contemporaine, déclinera trois articulations différentes du cinéma avec les sciences et leur mise en images, sur deux journées.

L’appel à communication de la première journée se trouve en page 2. L’appel à communications de ladeuxième journée sera diffusé ultérieurement. Informations sur cette deuxième journée en page 3.

Comité d’organisation :

Panagioula (Julie) Kolovou (LESA, Aix-Marseille Université), Anastasia Rostan (CERILAC, Université Paris Cité), Chiara Santini Parducci (CERILAC, Université Paris Cité), Leïla Haegel (APC, Université Paris Cité)

Comité scientifique :

Emmanuelle André (CERILAC, Université Paris Cité) ; Elsa De Smet (Centre Georges Pompidou Metz) ; Antoine Gaudin (IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle) ; Thierry Roche (LESA, Aix- Marseille Université) ;Roland Lehoucq (IRFU, CEA)
 
Modalités de participation :

 Les propositions sont à envoyer au format .pdf à l’adresse suivante : universalecranxxi@gmail.com

Elles ne devront pas dépasser 500 mots et comporter une courte bio-bibliographie (100 motsmaximum). Les communications seront d’une vingtaine de minutes.

La date limite d’envoi des propositions pour la première journée est fixée au lundi 31 octobre 2022 (réponseen novembre 2022).
 
La journée se voulant pluridisciplinaire dans ses approches et pas seulement dans son objet, des contributions issues des disciplines des arts visuels/audiovisuels comme des sciences astrophysiques et astronomiques seront les bienvenues.
 
Les deux journées d’étude seront également accessibles par zoom.

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible. 1: Nouvelles images astronomiques dans la fiction au XXIe s. Remploi, modélisation, création (Université Paris Cité / Aix-Marseille Université)

Parution : Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui (dir. A. Besson, W. Blanc et V. Ferré)

Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui, Vendémiaire, 2022. 

Gentes dames et preux chevaliers, gueux et sorcières, moines rubiconds et inquisiteurs fanatiques, mais aussi Robin des Bois, Jeanne d’Arc, Gengis Khan, Saladin, Mélusine, le roi Arthur…

Le Moyen Âge est bien plus qu’une période historique : c’est un livre d’images foisonnant où artistes, créateurs et cultures populaires n’ont eu de cesse de puiser, réinventant inlassablement selon leur goût et celui de leur temps enluminures, donjons et cathédrales.

Rassemblant les meilleurs chercheurs sur le sujet, ce dictionnaire, premier du genre, décrypte en plus de 120 entrées cette recréation d’un Moyen Âge fantasmé qu’on désigne sous le nom de « médiévalisme », de Walter Scott à Umberto Eco, de l’Allemagne au Japon en passant par la Turquie et l’Afrique, des romans historiques aux films et séries de fantasy, sans oublier les jeux vidéo, les jeux de rôle, la bande dessinée, la peinture, les fêtes médiévales, la musique et la poésie…

Un bréviaire indispensable pour explorer les mille métamorphoses de ce temps lointain qui obsède notre imaginaire contemporain.

Cet ouvrage réunit 72 contributeurs et contributrices sous la direction d’Anne Besson, directrice du Dictionnaire de la fantasy (Vendémiaire, 2018), William Blanc, auteur du Roi Arthur, un mythe contemporain (Libertalia, 2016) et de Vincent Ferré, directeur du volume Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge (2010).

Continuer la lecture de Parution : Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui (dir. A. Besson, W. Blanc et V. Ferré)

Appel à contributions : “Littératures de l’imaginaire et genres littéraires” (Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques)

Appel à contributions : “Littératures de l’imaginaire et genres littéraires”, Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques)

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

Dans sa préface à la traduction française de The Difference EngineLa Machine à différences – savoureuse uchronie née de l’imagination fertile de William Gibson et Bruce Sterling, l’érudit Gérard Klein déplorait que les universitaires, francophones surtout, aient fait le choix de se détourner des littératures de l’imaginaire, de la science-fiction, de la fantasy, du cyperbunk, du steampunk et des autres sous-genres, alors que tous puisent abondamment dans nombre d’œuvres classiques, de l’Histoire véritable de Lucien de Samosate aux romans futuristes de Herbert George Wells, via les canulars d’Edgar Allan Poe, L’Étrange cas du Dr. Jeckyll et de Mr. Hyde, les romans d’anticipation de JulesVerne… pour se restreindre délibérément à une liste des plus étroites.

Publiée sous l’égide des Éditions Traverse(s), la revue Imagin(r)s a pour finalité de publier des articles inédits dédiés aux littératures de l’imaginaire, appréhendées dans toutes les composantes de leur diversité, dans des numéros thématiques et des varia. Elle se veut lieu de rencontre entre chercheurs en littérature, en linguistique, en histoire, en anthropologie, en cinéma, en bande dessinée, etc. mais aussi entre romanciers, nouvellistes, illustrateurs, graphistes, dessinateurs afin de contribuer à mieux faire connaître les littératures de l’imaginaire.

Le premier numéro aura pour thème Littératures de l’imaginaire et genres littéraires. La date de remise des propositions, à adresser à revue.imaginrs@gmail.com  est fixée au 30 septembre 2022, pour une parution en juin 2023. Il s’agira de réunir des contributions explorant la genèse de ces littératures et leurs articulations par rapport aux genres littéraires canoniques, d’analyser comment se sont constitués les genres et sous-genres des littératures de l’imaginaire. Les propositions d’article devront comporter un titre, une présentation entre 850 et 1000 signes et quelques mots-clés. La revue ayant vocation à toucher un public international, les langues acceptées sont le français, l’anglais, l’italien et l’allemand.

La revue paraîtra dans un premier temps en version papier. Chaque auteur recevra un exemplaire à titre d’hommage. Chaque numéro sera vendu séparément et pourra être commandé en librairie – Distribution Hachette Livres. Continuer la lecture de Appel à contributions : “Littératures de l’imaginaire et genres littéraires” (Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques)

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes
 
17-18 novembre 2022, Université de Toulon

Échéance des propositions : 31 juillet 2022
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Parution : Res Futurae n°19, “Séries de science-fiction”

Res Futurae, n°19, “Séries télévisées de science-fiction”, 2022.

Sous la direction de Hélène Machinal et Florent Favard.

La science-fiction n’a cessé de gagner en visibilité sur le « petit écran ». Depuis la fin des années 1990, elle est un véritable « supergenre » et s’impose au sein de cette nouvelle forme d’expression et de consommation de la culture populaire. Mais qu’est-ce que la sérialité télévisuelle apporte au genre de la SF ? Et qu’est-ce que le genre de la SF apporte à la sérialité télévisuelle – autrement dit: comment invite-t-il à repenser la télévision? Le dossier examine cette relation de mutuel bénéfice.

  • Comité de rédaction de Res Futurae
    Éditorial [Texte intégral]

Séries télévisées de science-fiction

Continuer la lecture de Parution : Res Futurae n°19, “Séries de science-fiction”

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes

Échéance des propositions : 25 juin 2022

17-18 novembre 2022, Université de Toulon
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Fascistes ou libertaires vont s’emparer de la notion d’Utopie, rêver à des mondes alternatifs, tenter d’imprimer sur le monde réel leur imaginaire, en dystopie, en paradigme.

Les portes de la perception ainsi entrouvertes par le poète et peintre anglais William Blake en 1790[4], réactualisées en 1954 par l’écrivain de Science-fiction Aldous Huxley[5], vont conduire les écrivains à réinventer le genre, autour d’une interpolarité temporelle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express qui paraîtra en 2023 : “La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse”

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

La violence, « huitième péché capital1 » tend à devenir une constante de l’écriture romanesque contemporaine. Après les contes populaires où l’on dévore, trucide et mutile sans vergogne, où il est question d’inceste (Peau d’âne), de mauvais traitements (Grisélidis), de mise à l’écart et de soumission (Cendrillon, Les Fées), d’exclusion (Le Chat botté), d’abandon d’enfants (Petit Poucet), d’infanticide (Le Genevrier), de sacrifice humain (Jean-le-Fidèle), de cannibalisme (Chaperon rouge, dans sa version archaïque), des récits contemporains – véritables « graphies de l’horreur2 » – exposent des atrocités et leurs manifestations. Sous prétexte de dénoncer une société dystopique et à la dérive, Hunger Games renoue avec les combats mythiques et délecte les lecteurs/spectateurs du spectacle d’un combat à mort d’enfants et d’adolescents dans une arène hostile.  Cette trilogie de Suzanne Collins a relancé le débat sur la violence dans la littérature jeunesse en se classant en 5ème position du classement des livres les plus violents, classement établi par l’American Library Association. Twilight, la saga de Stephenie Meyer, présente une justification de la violence masculine physique et morale et « glamourise » les relations toxiques. Divergente et Le Labyrintheplongent les lecteurs/spectateurs dans des mondes futuristes totalitaires et sombres. Dans le monde post-apocalyptique du roman de Veronica Roth, les Divergents sont traqués et tués par le gouvernement ; James Dashner met en scène une cinquantaine d’adolescents amnésiques qui servent de cobayes dans un labyrinthe gigantesque sans issue et peuplé de monstres mécaniques rôdant chaque nuit. Chez J. K. Rowling, la violence intrinsèque au monde magique est présente dès le premier tome de la série littéraire de « low fantasy » Harry Potter : le personnage éponyme brûle le visage du professeur Quirrell d’un simple contact ; ailleurs, il transperce Drago de dizaines de coups d’épée d’un « simple » Sectumsempra. Le lecteur/spectateur découvre un univers où des enfants sont jetés en pâture à des dragons et où de nombreux dangers rôdent au détour d’un couloir. Les violences physiques et morales sont monnaie courante dans ce monde magique et y sont même banalisées au point de servir de point de départ à des divertissements populaires, dont le Quidditch, où les batteurs expédient des sphères métalliques sur des joueurs adverses afin de provoquer une chute de plusieurs mètres de haut. Le héros, Harry Potter, brimé par ses gardiens légaux, fait face à une violence physique et mentale presque permanente sans que les services sociaux moldus interviennent. Dans le monde des sorciers et à Poudlard tout particulièrement, la violence physique est justifiée par la magie qui excuse la gravité de certains actes. Dans les mangas, la violence a une valeur symbolique et renvoie aux archétypes du « bien » contre le « mal ». La cruauté mise en scène dans le manga pour adultes est déplacée sur le versant psychologique dans celui pour adolescents, avec des humiliations (enfermer une fille dans un placard, lui mettre la tête dans l’eau des toilettes, …) ou du harcèlement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

  1. Jim Harrison, Entretien (avec François Busnel) sur la sortie de son roman Péchés capitaux, diffusé dans le cadre de l’émission La Grande Librairie, sur France 5, le 3 septembre 2015. []
  2. Rachid Mokhtari, La graphie de l’horreur : essai sur la littérature algérienne, 1990-2000, Alger, Éditions Chihab, 2002. []

Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express – Cultx: “Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ?” / “Melting and dissolution: a contemporary aesthetic?”

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

(english version below)

« Où sont les neiges d’antan ? », demandait le poète François Villon, une interrogation qui nous rend aujourd’hui nostalgique des rudesses et du manteau blanc des paysages hivernaux. Adam Gopnik l’interprète ainsi, illustrant l’idée de la perte esthétique et affective de l’hiver dans le cadre du dérèglement climatique, dont le réchauffement est un symptôme :

Je songe ici bien sûr à la dévastation du Nord, à l’avènement du changement climatique causé par l’homme et à la perte effective de l’hiver. […] La liste des pertes que nous risquons de subir, des villes transformées en marécage à la fonte des icebergs en passant par la transformation irrévocabled’environnements entiers, a été dressée, la suite prophétisée. […] Et bientôt, à ces latitudes, la toundra va commencer à se réchauffer, le pergélisol à fondre et le gaz carbonique à s’échapper : la toundra, de grand climatiseur de la nature, deviendra une source de chaleur supplémentaire. La fin du monde n’est peut-être pas pour demain, mais nous risquons d’assister — et plus vite que nous l’imaginons — à la fin de l’hiver tel que nous le connaissons (Gopnik, 2019, p. 268-270).

Si ce ressort narratif, et presque rhétorique, n’est pas récent, ainsi que le souligne François Walter, puisqu’il revient de manière cyclique, il est renouvelé et actualisé dans les productions contemporaines. Elles-mêmes sont alimentées par une narration de l’inquiétude s’imprégnant des pratiques discursives et culturelles (médias, littérature, films, chansons, etc.), à divers degrés. Et, à l’heure de l’Anthropocène, ce temps où la cyclicité des saisons n’a plus cours, car leur immuabilité est ébranlée (Bensaude-Vincent, 2021), les repères climatiques caractéristiques de l’hiver s’estompent dans les forêts occidentales (Wohlleben, 2017).

Par ailleurs, la fascination croissante pour les fictions catastrophiques démultiplie l’effet d’écho de cette narration. Le fantasme de la fin du monde, d’une finitude ou de nos fins, est au cœur des fictions de l’Anthropocène (Trexler, 2015 ; Boulard, 2018 ; Engélibert, 2019). Au sein de ces climate fictions, quelle part d’entre elles met l’accent sur une esthétique de la fonte et de la dissolution ? 

L’imaginaire de l’hiver est intrinsèquement attaché au Nord (arctique) dans la pensée occidentale — le froid, la neige, l’hiver sont des schèmes de « l’imaginaire du Nord » (Chartier, 2018) —, et cet espace, plus encore que les autres, est victime des effets du changement climatique. La fragilité des paysages glaciaires a pour conséquence leur dissolution, leur évaporation face à la hausse des températures. Mais le Nord n’a pas l’apanage de cette saison ni du froid, bien que la perte, physique et affective, de ces deux composantes soit un préjudice pour les habitants des espaces polaires (Watt-Cloutier, 2018), et l’Hiver est un chronotope en soi (Walter, 2013).

Deux mouvements nous semblent se dégager de la dissolution de l’hiver dans les corpus contemporains. D’une part, les territoires associés à cette saison se réchauffent, voire s’étéisent, inversant alors le paradigme climatique (Blå [La Fin des océans], Maja Lund, 2017 ; Extincta, Victor Dixen, 2019 ; Greenland. Le dernier refuge, Ric Roman Waugh, 2020), provoquant des conflits pour les ressources et illustrant les théories de « Heat Death » selon lesquelles la sécheresse et le réchauffement de l’atmosphère seraient tels que la vie disparaîtrait de la planète (Boia, 2004).

D’autre part, un imaginaire de la montée des eaux est également à l’œuvre dans les fictions, appuyé sur des réactualisations du mythe du Déluge (Trexler, 2015), dans un déversement des glaces fondues sur le reste de la planète (After the Flood: A Novel [Quand les eaux auront englouti la Terre], Kassandra Montag, 2020 ; Climax, Thomas B. Reverdy, 2021), réveillant inévitablement les croyances d’une fin du monde. La dépendance accrue de l’humain à la technologie favorise parallèlement l’exacerbation des craintes des cataclysmes climatiques liés à l’eau : « Les pluies abondantes, les chutes de neige, les grands froids sont toujours susceptibles de produire des calamités, ou, au moins, des dérèglements » (Boia, 2004, p. 106) sur les infrastructures (transports, habitation, etc.). Une crainte alimentée par la peur de la fonte totale des pôles, du fait d’une hausse des températures, redessinant la carte mondiale, réorganisant les modèles économiques et politiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions : Revue Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, “Science-fiction, Histoire alternative”

Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche , n°54, décembre 2022, “Science-fiction, histoire alternative”, Section “Essais et études”.

Échéance des propositions : 10 juillet 2022

Le langage de la science-fiction est désormais devenu un langage commun utilisé pour raconter notre présent, relire notre passé et imaginer notre futur ; en allant ainsi bien outre le canon littéraire, le genre, la science-fiction devient une modalité de discours apte à recueillir les réflexions interdisciplinaires. La revue « Bibliomanie » (www.bibliomanie.it) propose de réfléchir sur les façons dont des formes et des tropes de la science-fiction ont contribué à former de la pensée critique au-delà de leur contexte littéraire d’origine, en créant des parcours de recherche singuliers et innovants y compris dans le champ de l’enquête historiographique et sémiotique. 

« Bibliomanie », en accord avec son approche scientifique interdisciplinaire, appelle pour son numero # 54 (Dicembre 2022), section « Essais et études », des contributions d’approche littéraire, historique et sémiotique, de l’âge moderne à nos jours, qui abordent l’un des thèmes suivants : 

– Vieux et nouveaux langages (signes, codes, formes) du genre de la science-fiction ;
– Hybrides et mutations science-fictionnelles : Sci-Fi, gothique, horreur ; 
– Uchronies, mondes alternatifs, histoire alternative : société, politique, révisionnisme, falsifications ; 
– Futurisme et futurismes alternatifs : afrofuturisme, futurisme autochtone, éco-futurisme, rétro-futurisme, silk/steam/cyberpunk, autres futurismes ; 
– Sémiosphère : Culture, imagination, science-fiction ;
– Science-fiction, science, religion : intersections, hybridations, vulgarisation, instrumentalisation ; 
– Narration et technologie/narration de la technologie ; 
– Scénarios du futur : utopies et dystopies dans la science-fiction ;  
– Science-fiction et science : comment la science-fiction développe et ré-élabore les progrès du monde scientifique ;
– Science-fiction, traumatisme et temporalité : outre l’inhérente dimension futuriste, quels types de chronologies, de traumatismes, de mémoire et mémoires sont récupérés, ré-élaborés et valorisés par la science-fiction ? 

Les propositions de contribution n’excéderont pas les 8000 caractères et devront être envoyées avant le 10 juillet 2022, en indiquant à part les sources et les références bibliographiques. La rédaction contactera uniquement les auteur.e.s sélectionné.e.s avant le 31 juillet 2022. Le rendu des contributions est prévu pour le 31 octobre 2022(longueur maximum 50 000 caractères). Les propositions doivent être envoyées à : info@bibliomanie.it

Veuillez noter que Bibliomanie accepte également des propositions de contribution destinées aux autres sections de la revue : « Notes et réflexions », « Lectures et critiques », « Traductions, inédits, textes rares », « Didactique ». Veuillez contacter la rédaction pour plus d’informations : info@bibliomanie.it

Continuer la lecture de Appel à contributions : Revue Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, “Science-fiction, Histoire alternative”

Elise Ternoy (Université d’Artois)

Aires de recherche : Littérature de jeunesse / Séries télévisées / Ensembles romanesques : cycles et séries / Adaptations, intermédialités

Formation universitaire

2022- : Université d’Artois, Thèse en littérature comparée (rattachement à l’unité de recherche « Textes et Cultures » et à l’EDSHS 586, bénéficiaire d’un contrat doctoral MESRI)

  • Sujet de thèse : Adaptation en séries télévisées de romans à destination de la jeunesse
  • Co-directrices : Mmes Anne BESSON (PR Littérature comparée, université d’Artois, directrice principale)  et Virginie DOUGLAS (Maître de conférence HDR, Université de Rouen, ERIAC, co-directrice)
  • Abstract : Plébiscitée dans les pratiques cinématographique, l’adaptation n’est apparemment pas traditionnellement privilégiée dans le domaine des séries télévisées qui, du moins jusqu’à une date récente, préféraient plutôt recourir à un support scénaristique original. Pourtant, au sein du champ plus spécifique des romans à destination de la jeunesse, l’adaptation sous forme de série télévisée est pratiquée depuis longtemps (on peut penser à La Petite maison dans la prairie – emblématique du genre – ou à la série Anne of Green Gables, produite dès 1952). Cette tendance ne fit que se renforcer au fil du temps : dans le contexte de la peak TV, l’adaptation d’œuvres pour la jeunesse en séries télévisées est une pratique en constante expansion et l’essor des plateformes de streaming n’a fait que renforcer le phénomène. De His Dark Materials à Alex Rider, les exemples contempo- rains sont nombreux et reflètent un renouveau à la fois dans la manière d’adapter mais aussi dans la manière d’envisager les publics de ce type de productions. Ce travail de thèse a donc pour objectif d’analyser les logiques à l’œuvre dans l’adaptation de romans pour la jeunesse en séries télévisées. Nous étudierons la genèse et l’évolution de la pratique de l’adaptation des romans jeunesse en séries télévisées ainsi que les étapes les plus signifiantes de la construction de ce genre, ses constantes mais aussi ses variations.
     

    Continuer la lecture de Elise Ternoy (Université d’Artois)