Archives par mot-clé : genres de l’imaginaire

Parution : Utopie : entre non-lieu et contrée idéale (QUêtes littéraires n°11)

Quêtes littéraires, n°11 : « Utopie : entre non-lieu et contrée idéale » 

Table des matières

Avant-propos

François Rosset
D’Amaurote à Dumocala : variations sur les rois en utopie  
https://doi.org/10.31743/ql.13306

Matthieu Founeau
L’Abbaye de Thélème : une enclave soustraite au réel ou le paroxysme d’une société élitiste
https://doi.org/10.31743/ql.13307

Pauline Philipps
La trop fragile utopie de L’Astrée : une variation du pot de terre contre le pot de fer
https://doi.org/10.31743/ql.13308

Stanisław Świtlik
Azor d’Aunillon : l’équivoque du langage dans un récit utopique de 1750
https://doi.org/10.31743/ql.13309 

Continuer la lecture de Parution : Utopie : entre non-lieu et contrée idéale (QUêtes littéraires n°11)

Appel à contributions : Tolkien et l’Antiquité – les Antiquités de la Terre du Milieu (Paris)

Journée d’étude : Tolkien et l’Antiquité – les antiquités de la Terre du Milieu

4 juin 2022

Échéance des propositions : 7 mars 2022

Organisation : Dimitri Maillard, ATER en histoire romaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Comité scientifique :  Charles Delattre, Professeur de langue et littérature grecque antique, Université de Lille ; Vincent Ferré, Professeur de littérature générale et comparée, Université Paris Est Créteil ; Isabelle Pantin, Professeure émérite de littérature française du XVIe s., ENS Paris ; Sandra Provini, Maîtresse de conférence en littérature française du XVIe s., Université de Rouen

Antiquitas, « le temps d’autrefois », « ce qui précède » : l’univers du Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien (1892-1973) fascine par son apparente historicité et dispose bien d’une antiquité, au sens de passé lointain. Dans l’histoire de ce monde, composée d’une multitude de récits communément désignée sous le nom de Légendaire, la place de la littérature antique a été soulignée de longue date.

Les premières amours de l’auteur, formé à la littérature classique, se ressentent particulièrement dans le Silmarillion : la cité de Gondolin présente de fortes ressemblances avec Troie (Bruce 2012, Pantin 2014), Númenor avec l’Atlantide (Delattre 2007, Kleu 2020) ; mais même la Galadriel de son œuvre phare a été rapprochée de Circé (Delattre 2014). On décèle donc chez lui une connaissance approfondie des auteurs anciens, Virgile bien sûr (Reckford 1974 ; Morse 1986 ; Bruce 2012), mais aussi Plutarque (Libran-Moreno 2005) ou Tacite (Obertino 2006). La liste n’est pas exhaustive et l’inspiration homérique, en particulier, affleure dans les récits des Contes Perdus et du Silmarillion. Quant aux sociétés de son univers, elles sont parfois proches des cultures de l’Antiquité, du côté grec (Williams 2017, 2020) ou romain (Allan 1974, Obertino 2006, Ford 2005, Gallant 2020). Cependant la dispersion de ces comparaisons rend la synthèse de ces apports difficile.

La journée d’étude du 4 juin 2022 ambitionne de porter un nouveau regard sur ce passé fictionnel : peut-on y distinguer des périodes antiques évoquant l’antiquité gréco-romaine ? La question est indissociable d’une dialectique associant Antiquité et Moyen Âge car, dans ses Lettres, Tolkien révèle que le Gondor vécut un Moyen Âge (Lettres, n° 131), ce qui implique une Antiquité… ainsi qu’une Renaissance (de ce point de vue, voir Ford 2005, Hunter 2005). Une époque ancienne est d’ailleurs désignée par l’auteur sous le nom de « Jours Anciens » (Elder Days), qui prennent fin avec le Premier Âge, bien avant les événements du Seigneur des Anneaux. Il y aurait alors plusieurs antiquités tolkieniennes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Tolkien et l’Antiquité – les Antiquités de la Terre du Milieu (Paris)

APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Appel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations”Technologies et innovation.

Échéance des propositions : 15 mars 2022

Les fictions cinématographiques et télévisuelles de science-fiction mettent souvent en scène des technologies imaginaires, utopiques ou dystopiques. Ces dernières plongent le spectateur dans une atmosphère futuriste, propice à l’innovation. Ce numéro de la revue Technologie et Innovation propose aux auteurs de rédiger des articles analysant la fonction de ces technologies dans les récits, et leur éventuel impact sur les pratiques innovantes des acteurs économiques. Robert Shiller (2019) a en effet montré à travers son concept d’économie narrative que les discours ont une influence sur le comportement des consommateurs, des investisseurs et des entrepreneurs. Les films et les séries ont ainsi un impact dans la création des discours des prospectivistes et innovateurs chargés d’imaginer le monde de demain. La science-fiction participe ainsi à la création du futur en présentant des technologies utopiques aux spectateurs. Certains films provoquent le rejet de la technologie présentée. D’autres, au contraire, suscitent l’intérêt pour un nouvel objet.

L’économie a besoin de fictions pour créer des modèles de technologies et de sociétés à réaliser. Le cinéma joue un rôle important dans la création de ces récits. Hollywood, objet de soft power américain, développe ainsi des fictions à l’influence centrale dans la diffusion de l’utopisme technologique de la première puissance mondiale. La science-fiction participe de plus en plus à l’innovation, au point que des prospectivistes, auteurs, et spécialistes de design fiction contribuent à des projets de recherche en amont de la R&D (Michaud, 2017). Kirby (2009) a parlé à propos des technologies utopiques de prototypes diégétiques et en a étudié la performativité et le rôle dans la création d’innovations technologiques.

Pensons par exemple à l’OASIS du film Ready Player One, réalisé par Steven Spielberg, un monde virtuel immersif faisant penser au métavers que souhaitent réaliser les entrepreneurs du numérique dont le chef de file est Mark Zuckerberg. Quelles sont les influences littéraires, technoscientifiques et artistiques qui ont inspiré cette technologie imaginaire ? Dans quelle mesure a-t-elle contribué à l’élaboration de la vision stratégique des acteurs du secteur de la réalité virtuelle et des télécommunications ? (Michaud, 2018)

Continuer la lecture de APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Parution : Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie (ReS Futurae n° 18)

ReS Futurae, n° 18, “Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie”, dir. de Romain Bionda, en ligne, 2021.

Depuis une dizaine d’années au moins, on trouve avec une régularité certaine des éléments science-fictionnels au théâtre. Celui-ci a par ailleurs donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. (1921) de Karel Čapek. Il est toutefois rare de faire une place à la science-fiction dans les études théâtrales, tout comme il est rare de faire une place au théâtre dans les études science-fictionnelles. Ce numéro entend interroger cette incuriosité réciproque et engager l’étude de la SF au théâtre. Mais plutôt que d’identifier un corpus de «théâtre de science-fiction» à faire exister comme tel, il s’agit d’en questionner les modes d’existence. L’ambition n’est pas de planter un drapeau pour délimiter un territoire, mais d’assembler des éléments de cartographie permettant de se déplacer avec plus d’aisance dans un paysage nébuleux : celui des multiples formes et fonctions de la SF au théâtre, telle qu’elle s’y présente, mais aussi telle qu’on la perçoit et telle qu’on l’énonce.

INTRODUCTION

Romain Bionda
Cartographier la science-fiction au théâtre [doi.org/10.4000/resf.10505]

POINTS ET ZONES DE PROJECTION

Danielle Chaperon
« Ascénir » le space opera : de Joël Maillard à Bruno Latour [doi.org/10.4000/resf.9649]

Yann-Guewen Basset
D’une eschatologie heurtée par la science-fiction : les genèses clivées du blitz theatre group et du Groupe la Galerie [doi.org/10.4000/resf.9495]

Aurélien Maignant et Roberta Alberico
Du théâtre de science-fiction politique au macro-événement culturel : étude de cas sur Vous êtes ici (en compagnie des créatrices) [doi.org/10.4000/resf.9554]

Anne Pellus
Présence du futur en danse contemporaine (devenirs hybrides et rêves cybernétiques) [doi.org/10.4000/resf.9699]

Continuer la lecture de Parution : Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie (ReS Futurae n° 18)

Colloque : Créer et incarner des créatures fantastiques (Université d’Artois)

 Colloque : Créer et incarner des créatures fantastiques 

Université d’Artois, à distance, 18 février 2022

Org. : Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

Colloque organisé conjointement par l’ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires.

En raison de la situation sanitaire, le colloque se déroulera en deux parties. Une première partie en visioconférence le vendredi 18 février 2022 et une deuxième partie en présentiel à Arras le samedi 18 février 2023.

Vendredi 18 février 2022 

À distance sur Zoom (lien disponible sur le programme)

14h30 : Introduction du colloque Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy Universités d’Artois et de Franche-Comté

SESSION I
INCARNATIONS ARTISTIQUES ET CRÉATION D’UNIVERS. Présidence : Justine BRETON

14h45 : Les créatures de Fantasy au théâtre Charles Louarn, Université d’Avignon

15h15 : Ghosts Seeking Hosts : incarner l’androïde dans le jeu vidéo Detroit: Become Human Kevser Güngör, Université d’Artois

15h45 : Discussions

16h15 : Pause

16h30 : Une étude de quelques « campaign workshops » à ambiance Gaslamp fantasy : les débats en ligne sur la définition d’un sous-genre néo-victorien contesté
Jessy Néau, Université de Mayotte

17h : Entre politique et imaginaire : des métamorphoses fantastiques dans l’art contemporain Quentin Petit Dit Duhal, Université d’Aix-Marseille

17h30 : Discussions

18h : fin de journée 

Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)

Colloque : Alliances et communautés en fantasy et science-fiction

2-4 mai 2022, Université du Québec à Montréal, Université d’Artois (en ligne)

Échéance des propositions : 5 janvier 2022

Suite au colloque Fantasy et féminismes : à l’intersection du/des genres, qui a eu lieu en mai 2021 et qui a rassemblé un nombre surprenant de chercheureuses[1], auditeurices, – et qui a, de ce fait, montré la pertinence du sujet et des nombreux enjeux soulevés – le comité d’organisation a décidé de lancer un nouvel appel. Pour cette deuxième édition, nous explorerons plus spécifiquement l’axe des alliances et des communautés de femmes[2], et/ou d’individus issus de la diversité sexuelle et de genre[3] (personnes réelles ou personnages) en fantasy et en science-fiction.

Impacts politiques de la fantasy et de la science-fiction

La science-fiction et la fantasy sont des genres proposant souvent une remise en perspective d’enjeux sociaux actuels, voire la mise en place de discours critiques sur le monde et le genre humain (Besson, 2021, 28; 33; 45-48). Si la science-fiction nous pousse à nous interroger sur nos normes référentielles en nous projetant dans un potentiel futur où, par exemple, certaines menaces (nucléaire, désastre écologique, contrôle des corps des femmes2) sont actualisées (45), la fantasy, quant à elle, propose des mondes secondaires qui permettent « d’explorer tous les thèmes sous la forme de la métaphore ou du symbole » (Davoust, 2018, 164). 

Quant à eux, les impacts de la fantasy et de la science-fiction sur le public ne peuvent évidemment être ignorés : sources d’actions dans le réel (Blanc, 2019; Demeule, 2020; Besson, 2021), les genres de l’imaginaire rassemblent autour de communautés d’appartenance, au cœur desquelles entrent en jeu diverses dynamiques de pouvoir. 

En bref, science-fiction et fantasy permettent de penser l’ailleurs, l’altérité, l’autrement; de penser d’autres systèmes politiques et sociaux, d’autres modes d’interaction, d’autres manières d’être, individuellement et collectivement. Dans le cadre de ce colloque, c’est la dimension collective que nous souhaitons explorer.

Continuer la lecture de Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)

Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultx : “Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels”

Échéance des propositions : 10 février 2022

« Il y a surabondance d’espoir, mais rien pour nous »  (Kafka)

Les romanesques dickien (Le Maître du Haut Château) ou kingien (22/11/63) interrogent la capacité des imaginaires parachroniques à exhausser quelques grands moments de bascule historique – en tout cas considérés tels par une communauté… pour « sauver » un passé insatisfaisant ou toxique ; la diégèse du High Castle opère d’ailleurs une double torsion, puisqu’elle imagine d’abord un passé qui n’a pas eu lieu (victoire de l’Axe sur les démocraties) pour ensuite mieux acter une parachronie à l’intérieur de la parachronie, en l’espèce l’ouvrage d’un écrivain fictif, Hawthorne Abendsen, qui suppose, à l’inverse, les conséquences d’une victoire des Alliés, mais qui n’aboutissent absolument pas à « notre » monde. On comprend alors pourquoi le titre désigne une « maison isolée, une véritable forteresse », où vivrait Abendsen pour se protéger des puissants de l’heure, qui essaient d’éliminer en lui l’auteur du « Poids de la sauterelle » : ce roman constitue le vrai lien entre tous les personnages, et est mentionné de nombreuses fois au cours du récit. Son titre provient d’une citation de l’Ecclésiaste (12:5) : « et les sauterelles deviendront un fardeau »…

Pour Stephen King, le voyage temporel va se doubler d’une mission salvatrice : Jake Epping, un professeur un peu paumé, accepte de traverser un portail temporel pour empêcher l’assassinat de John F. Kennedy. Mais peu à peu la question initiale (peut-on sauver Kennedy?) mute en autre chose : faut-il sauver le passé ? Car modifier un élément ne garantit en rien l’advenue d’un monde meilleur.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels

Appel à contributions : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ?

Colloque : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ?

Jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2022, Université de Lorraine, LIS

Échéance des propositions : 4 mars 2022

Au XVIe siècle paraît en France un ouvrage intitulé Mundus Novus qui se présente comme la traduction d’une lettre de l’explorateur Amerigo Vespucci. Cet ouvrage popularise l’expression « Nouveau Monde » qui désigne l’Amérique, un territoire qui s’oppose à l’Europe, l’Ancien Monde. Le concept repose ainsi sur la rupture entre deux espaces, sur un changement, un passage du vieux au neuf. L’expression cristallise alors les promesses du continent américain. Peu à peu le Nouveau Monde est devenu un mythe s’articulant autour d’un désir d’extension des limites géographiques – la frontier américaine –, sur un appel à la découverte, sur un désir de changement, de rupture avec des modèles d’un autre temps. Mais le mythe s’effrite et le déboulonnage récent de statues de Christophe Colomb montre que le concept de Nouveau Monde s’appuie aussi sur une histoire et un imaginaire colonialistes. Cela invite à se demander si la promotion du neuf ne cacherait pas le recyclage des défauts de l’ancien. 

On peut se poser la même question à propos des (très) nombreuses promesses de nouveaux mondes qui alimentent le monde contemporain. Qu’il s’agisse d’un nouveau monde du travail, industriel, numérique, médiatique, religieux, technologique, politique, social, etc., on s’interroge quant à leur véritable nouveauté, aux nouvelles perspectives qu’ils offrent. S’agit-il d’autres mondes ? S’agit-il de mondes futurs ? S’agit-il de mondes inédits ? S’agit-il de mondes actualisés ? La notion même de monde pose question dans cet usage courant du concept de « Nouveau Monde ». Ces mondes sont-ils de nouveaux territoires ? De nouveaux champs ? De nouveaux paradigmes ?

Ce colloque se présente comme un espace de réflexion sur le concept de « Nouveau Monde » en interrogeant les représentations des nouveaux mondes. Les communications pourront porter sur différentes périodes historiques et sur différents médiums. De même, le choix des disciplines n’est pas limité pourvu que les communications portent sur des enjeux de représentations, fictionnelles ou non, afin de réfléchir collectivement aux perspectives et aux promesses qui sous-tendent le concept de nouveau(x) monde(s).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ?

Parution : La Pandémie en science-fiction (dir. Christophe Becker et Clémentine Hougue)

Christophe Becker & Clémentine Hougue (dir.), La Pandémie en science-fictionHambourg, BoD, 2021

Confinements successifs, mise au pas de l’économie, saturation des hôpitaux, pénuries, isolement, augmentation des inégalités intra et internationales : l’apparition du SARS-Cov-2 fin 2019 a engendré un bouleversement sans précédent de l’équilibre mondial. Agissant comme un révélateur, la pandémie de Covid-19 a soulevé des questions essentielles sur notre capacité à “faire société”, aussi bien que sur notre rapport à l’écosystème.

La science-fiction représente en la matière, et comme bien souvent, un champ de réflexion particulièrement fécond pour penser la situation contemporaine : aussi le présent volume s’attache-t-il à mettre en lumière le motif de la pandémie dans l’imaginaire science-fictionnel. Du XIXe siècle à nos jours, dans la littérature comme au cinéma, il s’agit d’analyser comment la science-fiction s’empare de ce thème, et permet de penser les différents enjeux d’une épidémie et ses conséquences individuelles et collectives.

Christophe Becker est docteur de l’Université Paris 8 en Langues, littératures et civilisations des pays anglophones, chercheur associé au CRHIA (Université de Nantes), membre de l’ANR PIND et du bureau de l’Association Stella Incognita. Ses recherches portent essentiellement sur l’héritage burroughsien dans le domaine littéraire et musical, mais également sur le corps comme sujet d’expérience artistique et sur la culture populaire.

Clémentine Hougue est docteure en Littératures Comparées de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, chercheuse associée au 3L.AM (Le Mans Université) et membre du projet ANR Aiôn – Socioanthropologie de l’imaginaire du temps. Notamment autrice de William S. Burroughs SF machine (éditions JOU, 2021), ses recherches récentes portent sur les enjeux politiques de la narration science-fictionnelle.

Avec le soutien de l’association Stella Incognita.

Appel à contributions : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ? (Université de Lorraine)

Colloque : « Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ? » 

jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2022, Université de Lorraine, Nancy

Échéance des propositions : 4 mars 2022

Au XVIe siècle paraît en France un ouvrage intitulé Mundus Novus qui se présente comme la traduction d’une lettre de l’explorateur Amerigo Vespucci. Cet ouvrage popularise l’expression « Nouveau Monde » qui désigne l’Amérique, un territoire qui s’oppose à l’Europe, l’Ancien Monde. Le concept repose ainsi sur la rupture entre deux espaces, sur un changement, un passage du vieux au neuf. L’expression cristallise alors les promesses du continent américain. Peu à peu le Nouveau Monde est devenu un mythe s’articulant autour d’un désir d’extension des limites géographiques – la frontier américaine –, sur un appel à la découverte, sur un désir de changement, de rupture avec des modèles d’un autre temps. Mais le mythe s’effrite et le déboulonnage récent de statues de Christophe Colomb montre que le concept de Nouveau Monde s’appuie aussi sur une histoire et un imaginaire colonialistes. Cela invite à se demander si la promotion du neuf ne cacherait pas le recyclage des défauts de l’ancien. 

On peut se poser la même question à propos des (très) nombreuses promesses de nouveaux mondes qui alimentent le monde contemporain. Qu’il s’agisse d’un nouveau monde du travail, industriel, numérique, médiatique, religieux, technologique, politique, social, etc., on s’interroge quant à leur véritable nouveauté, aux nouvelles perspectives qu’ils offrent. S’agit-il d’autres mondes ? S’agit-il de mondes futurs ? S’agit-il de mondes inédits ? S’agit-il de mondes actualisés ? La notion même de monde pose question dans cet usage courant du concept de « Nouveau Monde ». Ces mondes sont-ils de nouveaux territoires ? De nouveaux champs ? De nouveaux paradigmes ?

Ce colloque se présente comme un espace de réflexion sur le concept de « Nouveau Monde » en interrogeant les représentations des nouveaux mondes. Les communications pourront porter sur différentes périodes historiques et sur différents médiums. De même, le choix des disciplines n’est pas limité pourvu que les communications portent sur des enjeux de représentations, fictionnelles ou non, afin de réfléchir collectivement aux perspectives et aux promesses qui sous-tendent le concept de nouveau(x) monde(s).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ? (Université de Lorraine)