Archives par mot-clé : genres

Appel à contributions : InterArtes n° 5 : “Écrivain(e)s, littérature et bandes dessinées”

Écrivain(e)s, littérature et bande dessinées

Revue InterArtes, n°5

Milan

Date d’échéance : 30 juillet 2024

Texte de l’appel :

Depuis le développement des études sur la bande dessinée dans le monde occidental, à savoir dès les années soixante, on a observé une croissance imposante, dans différents domaines disciplinaires, de contributions scientifiques portant sur son langage et ses auteurs. Des reconstructions historiques, des études sociologiques, des interprétations culturelles, des analyses sémiotiques et linguistiques, des comparaisons intermédiales ont offert au cours de ces décennies un cadre historique, théorique et méthodologique permettant de définir le langage de la bande dessinée, ses formes, ses genres et ses évolutions, son dialogue avec les autres arts, sa valeur esthétique ainsi que son impact idéologique et culturel. Cependant, nous estimons qu’il reste encore beaucoup à explorer et à définir, notamment dans la relation entre la bande dessinée et la littérature – objet de nombreux débats récemment. Continuer la lecture de Appel à contributions : InterArtes n° 5 : “Écrivain(e)s, littérature et bandes dessinées”

Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives

Revue Interculturel Francophonies

Date d’échéance : 15 septembre 2024

Texte de l’appel : 

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies ambitionne d’explorer le domaine postcolonial et francophone d’une réalité littéraire qui, si l’on en croit Yves Reuter, est l’objet d’une « dévalorisation théorique et pédagogique généralisée » ( 1986 : 3) : les paralittératures. Concept mettant l’accent sur le caractère marginal et plus ou moins culturellement illégitime d’un ensemble varié de genres dont la typologie est particulièrement stable, le terme ‘‘paralittératures’’ sert à tracer une frontière institutionnelle entre ce qui relèverait du littéraire et ce qui, en dépit d’une ressemblance apparente, s’en écarte. Quant à l’usage du pluriel, quels que soient le champ littéraire et l’aire géographique où l’on se situe, il revêt un double enjeu. D’une part, cet usage met en lumière « une masse hétéroclite d’objets ‘‘culturels’’ qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur esthétique » (Angenot, 1974 : 9), quand, d’autre part, l’emploi du pluriel semble traduire non seulement la « nature intergénérique » (Huybrechts, 2014) du domaine paralittéraire mais également la diversité des codes sémiotiques distinguant les genres paralittéraires. Continuer la lecture de Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

François-Xavier Surinx (Université de Liège)

François-Xavier Surinx est doctorant boursier FNRS-FRESH à l’Université de Liège, sous la direction de Sémir Badir et Fanny Barnabé. Il est titulaire d’un master en langues et lettres françaises et romanes à finalité spécialisée en analyse et création de savoirs critiques et à finalité didactique, ainsi que d’un CAPAES (certificat d’aptitude pédagogique approprié à l’enseignement supérieur).

Après avoir rejoint le Liège Game Lab en 2019, il rédige le mémoire « Lire la peur dans leur jeu. Exploration du potentiel effrayant du texte dans le jeu vidéo », récompensé par le prix de la Bibliothèque des Littératures d’Aventures. Il y analyse simultanément les moyens de définir le genre horrifique dans le jeu vidéo, la manière dont le jeu peut susciter des émotions chez le joueur et les multiples emplois du texte permettant d’induire la peur. C’est le premier de ces thèmes qui donnera naissance à son sujet de thèse, centrée sur les classifications génériques élaborées en ligne par les communautés de joueurs. Il effectue cette recherche en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, dans l’optique de fournir un processus de classification applicable à ses collections vidéoludiques. En 2023, il intègre le CESERH (Centre de sémiotique et rhétorique).

Avant d’entamer sa thèse, il a enseigné en tant que maitre-assistant à la Haute école provinciale de Hainaut Condorcet pour de futures institutrices préscolaires et primaires.

Twitter/X : https://twitter.com/FSurinx

LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/fran%C3%A7ois-xavier-surinx-427a67219

Liste des publications (disponible sur Orbi, répertoire institutionnel de l’Université de Liège) : https://tinyurl.com/2s48j7k4

Liège Game Lab : https://www.liegegamelab.uliege.be/cms/c_4327765/fr/liege-game-lab

CESERH : https://ceserh.hypotheses.org/

Appel à communications : Zombis, dorlis, soukounyan : figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe

Zombis, dorlis, soukounyan : figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe 

25-26 avril 2024

Aix-Marseille Université – Maison de la Recherche – 29, avenue Robert Schuman

Échéance des propositions : 15 décembre 2023

Organisé par Marine CELLIER (Aix-Marseille Université, CIELAM) et Cécile CHAPON (Université de Tours, ICD)

Texte de l’appel

À l’occasion de la célébration de ses cinq premières années d’existence, et dans le cadre de ses rencontres annuelles, le prochain colloque de l’association CARACOL (Observatoire des littératures caribéennes[1]) aura lieu les jeudi 25 et vendredi 26 avril, en présentiel, à Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université), siège et berceau de l’association.

Le thème retenu pour cette 6e rencontre est le suivant :

Zombie, soukounyan, bizango, dorlis, sirène, loup-garou, loa, orisha, trickster, gardien de la forêt, ciguapa : ce colloque entend se concentrer sur un type de personnage et un rapport particulier au sacré/surnaturel qui n’a pas encore été travaillé de près dans les rencontres précédentes de l’association et qui a fait l’objet d’un certain nombre de travaux anthropologiques ou culturalistes, mais qui est rarement traité d’un point de vue littéraire, en dehors de la catégorie du réalisme magique, à la fois opérante et trop lissante. Les littératures caribéennes sont en effet fréquemment habitées par tout un cortège d’entités – divines (dieux des panthéons religieux afrocaribéens), humaines (soukounyans, zombies, ciguapas, bizangos), animales et monstrueuses (Anansi ; Sirènes), métamorphiques (loup-garous) – que nous souhaiterions examiner ensemble, non pas pour en tirer une classification anthropologique, mais pour étudier la manière dont ces figures récurrentes (dé)structurent les textes d’un point de vue générique et nourrissent un imaginaire commun.

Continuer la lecture de Appel à communications : Zombis, dorlis, soukounyan : figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe

Appel à contributions : Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire (Université de Lausanne)

Colloque international : Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire

18-19 avril 2024

Université de Lausanne & Maison d’Ailleurs (Yverdon, Suisse) 

Échéance des propositions : 31 décembre 2023

Organisé par Frédéric Guignard, Dominique Kunz Westerhoff et Aliénor Vauthey

Conférencières invitées : Irène Langlet et Anne Besson

Présentation du colloque

Évoquer la question du réalisme dans le cadre des littératures de l’imaginaire, qui fonctionnent a priori précisément sur une distanciation vis-à-vis de l’expérience du réel, peut sembler paradoxal. Il est vrai que ces littératures, associées à des processus imaginatifs relevant du conjectural ou du merveilleux, tendent à être considérées en opposition aux formes évolutives de la tradition littéraire dite du « réalisme », quasi-hégémonique dans l’espace romanesque occidental depuis le XIXe siècle. Et de fait, l’on a plus volontiers recours pour les appréhender au concept critique de « vraisemblance », basé sur une logique de cohérence interne (Goodman) ou l’établissement d’un pacte de crédulité entre auteurice et lecteurice à partir de vérités partagées plutôt que sur une « exigence de référence propre au vrai » (Gefen). Le principe de vraisemblance sert alors à appréhender ce qui a trait à la lisibilité des textes et à leur potentiel immersif à moindres frais.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire (Université de Lausanne)

Séverine Equoy Hutin (Université de Franche-Comté)

Professeure des universités, Laboratoire ELLIADD, Université de Franche-Comté, UFR SLHS

Domaine de recherche : Radio, formats/genres, discours, dispositifs numériques, intermédialité, médiativité, culture numérique, savoirs, pratiques sociales, écriture radionumérique.

Parcours

Depuis 2021 : Professeure des universités, profil Analyse du discours, UFR SLHS (Sciences du langage, de l’Homme et de la Société), Laboratoire ELLIADD.

2020-2021 : Maître de Conférences HDR en SIC, UFR SLHS (Sciences du langage, de l’Homme et de la Société), Laboratoire ELLIADD.

2020 : Habilitation à Diriger des Recherches en SIC, soutenue le 05 novembre 2020, Université de Franche-Comté. Titre du dossier : « Là où mènent les trajes : vers une approche sémio-discursive différentielle de l’intermédialité »

De 2013 à 2021 : Maître de Conférences, 7e/71e sections, profil Linguistique et Communication, Discours, Lien social, UFR SLHS (Sciences du langage, de l’Homme et de la Société), Laboratoire ELLIADD.

2007-2013 : Maître de Conférences, 71ème section, profil Linguistique Sémiologie, IUT Besançon Vesoul, LASELDI puis ELLIADD (EA4661).

2003 : Doctorat des Sciences du langage, didactique, sémiotique, Université de Franche-Comté. Continuer la lecture de Séverine Equoy Hutin (Université de Franche-Comté)

Parution : Havres de peur. Lieux d’horreur en jeu vidéo (G. Baychelier)

Guillaume Baychelier, Havres de peur. Lieux d’horreur en jeu vidéo, Rouge Profond, 2022. 

L’horreur en jeu vidéo est d’abord une question de lieux, pensés comme des organismes terriblement voraces : ils apparaissent comme des dispositifs assemblés à des fins d’engloutissement et de capture, suivant une mécanique implacable. Qu’il s’agisse d’un simple couloir ou d’une ville, les espaces y sont modelés dans une matière viscérale oscillant entre un noir abyssal et un rouge rappelant la chair crue – celle des créatures qui les habitent. Matrices du monstrueux, les lieux d’horreur sont pensés pour endosser la peau de leur engeance : girons, nids, antres, nasses, ils sont tout cela à la fois. Dans la continuité de ce qu’offre la littérature ou le cinéma, la maison est l’espace séminal de l’horreur vidéoludique. On imagine sans peine qu’elle se transforme en créature gloutonne ; sa porte comme une bouche, ses étages révélant une anatomie labyrinthique dont le grenier et la cave sont les extrémités les plus scabreuses. Dès que les moyens technologiques l’ont permis, un élargissement de ce terrain de jeu s’est opéré, du village à la ville, jusqu’au déploiement en vastes contrées. C’est cette faculté à se déployer tout en se constituant en dispositifs capables d’engendrer la peur que cet ouvrage observe, puisant ses exemples et ses illustrations dans plusieurs franchises vidéoludiques, entre autres Resident Evil, Alone in the Dark, The Evil Within, Silent Hill, BioShock, The Last of Us

Chercheur rattaché à ARTES (université Bordeaux Montaigne), Guillaume Baychelier est docteur en Art et Sciences de l’art, agrégé d’arts plastiques et artiste vidéaste. Il croise divers champs artistiques pour mettre en lumière les spécificités du jeu vidéo en tant que médium producteur d’images et interroger son inscription dans l’histoire des images. Il a publié plusieurs articles liés à ce champ de recherches.

Parution : Caietele Echinox, vol. 43 : “Contemporary Eastern/Southeastern European Noir. Print-and-Screen Fiction, in a European and Global Perspective” (dir. C. Dobrescu, R. Eichel, S. Kalai, A. Keszeg & N. Nerci)

Caietele Echinox, vol. 43, “Contemporary Eastern/Southeastern European Noir. Print-and-Screen Fiction, in a European and Global Perspective”, dir. C. Dobrescu, R. Eichel, S. Kalai, A. Keszeg & N. Nerci, 2023. 

Caius Dobrescu : Noir, Eastern Europe, and the Global Imaginary

Originally, the idea for the present theme issue of Caietele Echinox germinated in the hotbed of the DETECt project, which reunited fourteen universities from ten European countries around a research agenda that becomes apparent in the unfolding of the above administrative (but also poetic…) acronym: Detecting Transcultural Identity in European Popular Crime Narratives. The project explored the manner in which, on the lines of the free circulation of persons, capitals, and labour, a productive European circulation of rhetoric, narrative, symbolic, and thematic structures connected to crime fiction (in its extended understanding as literature, cinema, television, and all their imaginable hybridizations) could also be identified and described. The main working hypothesis was that the spreading rate of such production across the flexible inner borders of the European Union from 1989 to the present was indicative of both their impact on collective imagination, and of a rhizomatic identity dynamics exposing not homogenization, but complex, to time problematic, even contentious, but always relevant and vibrant intrication.

DETECt exercised its European comprehension through a policy of mapping and exploring the different geo-cultural and historical areas of our continental union. The task of covering, if not actually producing “Eastern Europe” was shared by academic representatives of the University of Debrecen and the University of Bucharest. And since one of the most convergent of the theoretical premises of the project was that noir might be the concept best suited to overarch the different subgenres and tendencies of contemporary crime narratives – together with our Debrecen colleagues we set the course for discovering and displaying East-European noir, mainly in its present but also in its historical hypostases. Our collaboration resulted in a number of project deliveries and scientific articles,1 but we all agreed on the fact that there is still a great deal of work to be done, concerning actual comparative research on all the relevant fields (i.e. production, textual articulation, distribution, reception), but also for extending the network of scholars interested and with relevant expertise in these fields. The core expectation of the original concept of the present thematic issue of Caietele Echinox was that enlarging the network of scholars interested in East-European crime/noir fiction (equally implying the printed and screened varieties) is the only way of obtaining a more accurate image of the diverse regional developments. I embarked on this exploration together with dr. Sándor Kálai, who currently teaches at the Department of Communication and Media Studies of the University of Debrecen,2 and dr. Roxana Eichel, my colleague at the Literary Studies Department of the Faculty of Letters of the University of Bucharest.

Continuer la lecture de Parution : Caietele Echinox, vol. 43 : “Contemporary Eastern/Southeastern European Noir. Print-and-Screen Fiction, in a European and Global Perspective” (dir. C. Dobrescu, R. Eichel, S. Kalai, A. Keszeg & N. Nerci)

  1. I would especially mention Caius Dobrescu, Roxana Eichel, Dorottya Molnár-Kovács, Sándor Kálai, Anna Keszeg, “A game of mirrors: Western/Eastern European crime series and the struggle for recognition”, Journal of European Popular Culture, no. 12(2), pp. 119-134, 2021. []
  2. In order to offer a hyper-concentrated suggestion of all the personal qualities that make Sándor a great research partner and an ideal intellectual friend, I will reproduce here the ending of his presentation of the site of his department: “His motto is the same as Georges Simenon’s: To understand and not to judge.” []

Parution : Genre en séries: cinéma, télévision, médias, n° 12-13, “Genre et comédie : stars, performances, personnages”

Genre en séries: cinéma, télévision, médias, n° 12-13, “Genre et comédie : stars, performances, personnages”, (dir. Gwénaëlle Le Gras et Jules Sandeau), 2022. 

L’immense popularité de certaines stars comiques contraste avec la rareté des travaux qui leur sont consacrés. Hormis quelques exceptions qui concernent presque toujours des vedettes comiques masculines également (re)connues comme cinéastes et auteurs (Charlie Chaplin, Buster Keaton, Jacques Tati, etc.), elles continuent de susciter un moindre intérêt que leurs homologues privilégiant un registre plus « sérieux », et les performances comiques sont souvent occultées des filmographies d’interprètes rattaché∙e∙s principalement à d’autres genres (cf. Vincendeau 2012a). Ce statut de parent pauvre de la recherche universitaire sur les acteur∙trice∙s, fait écho au peu de reconnaissance critique dont jouissent ces stars qui n’obtiennent que très rarement des récompenses dans le cadre de festivals de cinéma ou de cérémonies comme les Oscars ou les Césars. En mettant à l’honneur ces performances souvent délaissées – notamment en raison de l’association de la comédie à l’idée de genre mineur ainsi qu’au goût populaire et « vulgaire » –, ce numéro de la revue Genre en séries veut contribuer à souligner leur richesse et leur complexité, ainsi que l’hétérogénéité des interprètes qui se distinguent dans ce registre traversant cinéma de genre et cinéma d’auteur. En d’autres termes, il s’agira de prendre les stars comiques au sérieux.

Continuer la lecture de Parution : Genre en séries: cinéma, télévision, médias, n° 12-13, “Genre et comédie : stars, performances, personnages”

Appel à contributions : Experiences of the Self in Comics (revue Nuevas Poligrafías)

Nuevas Poligrafías. Revista de Teoría Literaria y Literatura Comparada, “Experiences of the Self in Comics

Guest editors: Áurea Esquivel Flores y Alfredo Guzmán Tinajero

Since its origins, comics and their different traditions (historietas, bande dessinée, manga, etc.) have explored the territories of the self. Their authors have represented themselves in search of their own being and as a way of (re)constructing their images in the world. Since the seventies, representations of the self in comic narratives have been a prevailing resource along with others such as costumbrismo, satire, or the documentary, resources that broke with dominant narratives. This gesture towards the personal was one of the factors that favored the cultural recognition of the medium as well as its legitimation within academic reflection. The subsequent invention of the concept of the graphic novel, in addition to its editorial expansion, made it possible to delve into the experiences of the intimate, producing a plethoric creative phenomenon of innumerable and complex stories centered on sentimental, embarrassing, or painful events, which on many occasions pose particular approaches to the self, to the authorial, to the collective and to self-representation.

A widely recognized turning point of this phenomenon was Maus (1991) by Art Spiegelman, who, drawing on authors such as Justin Green, Robert Crumb, Will Eisner, or Harvey Peekar, took advantage of the ways in which the medium allows exploring the self and its relationships with memory, tradition, and pain. Another key moment in the long history of the experiences of the self in comics occurs at the turn of the millennium with the publication of two works that consolidated the paths of self-representation and emphasized the indispensable gaze of women in it: Persepolis (2000) by Marje Satrapi and Fun Home (2006) by Alison Bechdel. In these works, in which a gaze marked by the authors of Wimmen’s Comix or Ah Nana! is recognizable, it becomes clear that everyday life, identity, and growth are territories of expression and struggle in an environment apparently dominated by the heteronormative, the adventure and the puerile.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Experiences of the Self in Comics (revue Nuevas Poligrafías)